Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21TravauxThèses de doctorat soutenues en 2020

Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2020

Texte intégral

Léna Bourgeois, Défendre l'indéfendable. L'argumentation rhétorique en faveur d'Hélène à l'époque classique, enjeux techniques et politiques

1Thèse soutenue en visioconférence, à l’Université de Lille le 12 décembre 2020.

Composition du jury

Fabienne Blaise, Université de Lille, directrice de thèse

Sophie Gotteland, Université Bordeaux Montaigne

Dimos Spatharas, Université de Crète

Ruth Webb, Université de Lille

Résumé

2Les poètes archaïques et classiques sont confrontés à la question de la responsabilité d’Hélène dans la guerre de Troie : affirmer qu’elle fut présente à Troie durant la guerre suppose qu’elle fut la cause de ce conflit, ce qui la rend responsable de la mort des héros et de la destruction de la cité. Gorgias et Isocrate s’emparent de cette question : ils affirment qu’Hélène est partie à Troie et proposent chacun de la louer et de montrer qu’elle est incontestablement une figure positive. Tous deux produisent ainsi un discours paradoxal à son sujet. Toutefois, alors que Gorgias propose un éloge ouvertement paradoxal, en déclarant aller à l’encontre de la parole des poètes et de la mauvaise réputation d’Hélène, Isocrate, au contraire, annonce qu’il loue un sujet non paradoxal, parce que la valeur d’Hélène serait reconnue par tous. Cette thèse se propose d’analyser l’argumentation déployée par ces auteurs (plus précisément, les procédés employés et la progression du raisonnement). Chaque discours est étudié séparément : l’argumentation de Gorgias est analysée dans une première partie, tandis qu’un commentaire de l’éloge d’Isocrate occupe une seconde partie de cette étude. Leurs démarches sont comparées en conclusion. Cette étude aboutit à mettre en lumière trois éléments : la cohérence interne de l’argumentation de chaque éloge, le positionnement respectivement adopté par Gorgias et par Isocrate par rapport à la tradition poétique et aux penseurs contemporains, et enfin les enjeux que représente pour eux cet éloge. À travers l’éloge d’Hélène, Gorgias et Isocrate transmettent leurs réflexions sur des sujets philosophiques, pédagogiques ou politiques qui intéressent leurs contemporains et réfléchissent tous deux aux questions de la fonction du discours et des possibilités qu’il offre pour accéder à une forme de vérité et pour persuader.

Mots-clés

3rhétorique, argumentation, discours, Gorgias, Isocrate, Hélène.

Abstract

4“Defending what is indefensible? Gorgias' and Isocrates' Encomium of Helen”. Archaic and classical poets are confronted with the question of Helen's responsibility in the Trojan War: to claim that she was present in Troy during the war presupposes that she was the cause of this conflict, which makes her responsible for the death of the heroes and the destruction of the city. Gorgias and Isocrates take up this question: they affirm that Hélène went to Troy and each proposes to praise her and show that she is unquestionably a positive figure. Both thus produce a paradoxical discourse about her. However, while Gorgias proposes an openly paradoxical praise, saying that it goes against the poets' words and Helen's bad reputation, Isocrates, on the contrary, announces that he praises a non-paradoxical subject, because Helen's value would be recognised by all. This thesis proposes to analyse the argumentation deployed by these authors (more precisely, the patterns employed and the progression of reasoning). Each discourse is studied separately: Gorgias' argumentation is analysed in a first part, while a commentary on Isocrates' praise occupies a second part of this study. Their approaches are compared in conclusion. This study brings to light three elements: the internal coherence of the argumentation of each praise, the positioning respectively adopted by Gorgias and Isocrates in relation to the poetic tradition and contemporary thinkers, and finally the stakes that this praise represents for them. Through the eulogy, Gorgias and Isocrates convey their reflections on philosophical, pedagogical or political subjects which concern their contemporaries, and both reflect on the questions of the function of discourse and the possibilities it offers to access a form of truth and to persuade.

Keywords

5rhetoric, argumentation, discourse, Gorgias, Isocrates, Helen.

Kate Brantley, Re-framing the Specificity Debate in the Lansod Sector around Pragmatics: An Action Research Project Exploring the Development of Flexible Pragmatic Skills instead of “General English” for Second-year Students in Culture and Media

6Thèse soutenue à l’Université de Lille, le 16 novembre 2020.

Composition du jury

Annick Rivens Mompean, Université de Lille, directrice de thèse

Ilse Depraetere, Université de Lille

Troy McConachy, Université de Warwick, Royaume Uni

Cédric Sarré, Institut National Supérieur

Claire Tardieu, Université de Sorbonne Nouvelle

Shona Whyte, Université de Nice

Résumé

7« Recadrer le débat sur la spécificité autour de la pragmatique dans le secteur Lansad : Une recherche-action pour explorer le développement de compétences pragmatiques flexibles au lieu d’un enseignement d’« anglais général » pour des étudiants en deuxième année de Culture et Médias ».

8Dans le domaine de l’enseignement supérieur en France, des cours de langue étrangère (L2) sont proposés aux étudiants dans la majorité des domaines. Dans ce contexte, le secteur de l’enseignement des langues pour étudiants qui ne se spécialisent pas de cette langue en particulier s’appelle langues pour spécialistes d'autres disciplines (LANSAD). Comme il existe peu de directives nationales sur ce secteur, les cours varient beaucoup. Cette thèse se concentre sur les questions du contenu et des objectifs de ces cours. Actuellement, les discussions sur le secteur se focalisent souvent sur le degré idéal de spécificité du contenu du cours sur un continuum de développement de compétences en « langue générale » ou en « langue de spécialité ». Dans ce travail nous remettons en question l’utilité du terme « langue générale » à cause de l'ambiguïté du terme. Nous suggérons que le développement d'une compétence pragmatique flexible qui permettrait aux étudiants d'apprendre à adapter leur langage à des situations inattendues est un objectif plus pertinent. Pour explorer ces propos, nous avons choisi le contexte des étudiants en deuxième année de Culture et Média à l´Université de Lille, et nous avons mis en place des approches d'enseignement qui visaient à développer une compétence pragmatique flexible chez les étudiants en leur demandant d'identifier et de décrire différents types de textes comme des articles de recherche et des articles de journal. Nos résultats ont montré que ces activités ont suscité une variété de réflexions pragmatiques bien que le fait de faire des liens entre des formes linguistiques et des potentielles significations s’est avéré plus compliqué que nous avions anticipé. Nous concluons que le domaine de la pragmatique propose des perspectives intéressantes sur le développement du contenu des cours LANSAD.

Mots-clés

9LANSAD, anglais sur objectifs spécifiques, pragmatique, métapragmatique, théorie du genre textuel, didactique des langues.

Abstract

10This action research-based doctoral thesis concerns course content and language-learning objectives in the sector of L2 teaching in France for students in higher education who are not specializing in that language, a sector known as Languages for Specialists of Other Disciplines (LANSOD). Discussions about LANSOD course content often refer to the appropriate degree of specificity for these classes in line with a Languages for Specific Purposes (LSP) perspective. However, in this work, we will question the utility of a specificity continuum ranging from “general” to specific” language teaching, particularly due to the ambiguity of the concept of “general language.” Instead, we will suggest that the development of flexible pragmatic skills is a more pertinent objective than “general language skills” for groups of students with undetermined or varied language needs. In order to explore this argument, we selected a classroom of second-year undergraduate students in the field of Culture and Media at the University of Lille because of the students’ varied needs and implemented a series of pedagogical initiatives based on genre-based text analysis and description to develop the students’ flexible pragmatic competence in English. Results show that our approach elicited a variety of interesting pragmatic insights from students even though the notions of genre and context proved more difficult to deal with than we had foreseen. Since the field of pragmatics is producing increasingly sophisticated approaches to the study of communication and context, we conclude that this field offers promising insights for LANSOD course content specification, particularly with regards to the lens that it offers on specificity.

Keywords

11LANSOD, English for Specific Purposes, pragmatics, metapragmatics, genre theory, language didactics.

Pierre Chauveau-Thoumelin, Une approche constructionnelle des enclosures « genre » et « espèce »

12Thèse soutenue à l’Université de Lille, le 3 juillet 2020.

Composition du jury

Dany Amiot, Université de Lille, directrice de thèse

Richard Huighe, Université de Fribourg

Wiltrud Mihatsch, Eberhard Karls Universität Tübingen

Kate Beeching, University of the West of England

Bert Cappelle, Université de Lille

Peter Lauwers, Universiteit Gent

Résumé

13Les noms genre et espèce sont dits taxinomiques en référence à leur utilisation dans la classification du vivant (e.g. zoologie, botanique). En dehors du domaine scientifique, ils possèdent une large palette d’emplois. Sur la base d’un corpus composé de textes variés (articles journalistiques, œuvres littéraires, documents juridiques et institutionnels, articles encyclopédiques, messages de forums en ligne), l’objectif de cette thèse est de proposer un examen détaillé de six constructions (i.e. associations forme-sens) du français faisant intervenir les noms genre et espèce, et mettant en œuvre quatre interprétations : classifiante (e.g. Molotra et Reductoonops sont deux genres d’araignées aranéomorphes), qualifiante (e.g. Son obsession l’a embarqué dans une espèce de tourbillon destructeur), typifiante (e.g. Elle aime participer à ce genre d’évènements ; Il ne sait faire que les gâteaux genre quatre-quarts) et quantifiante (e.g. Ton avis n’a aucune espèce d’intérêt ; Sa bibliothèque déborde de dictionnaires en tout genre). Ce travail repose sur une analyse des propriétés syntaxiques, sémantiques, et dans une certaine mesure, discursives et pragmatiques de ces constructions. Je montre les rapports qu’elles entretiennent avec les phénomènes de catégorisation et de quantification, et la façon dont certaines, qui fonctionnent comme enclosures, (re)définissent les contours des catégories.

Mots-clés

14classification, qualification, typification, quantification, catégories ad hoc, catégorisation approximative.

Abstract

15The French nouns genre and espèce are said to be taxonomic due to their use in the classification of living things (e.g. zoology, botany). Outside the scientific field, they show a wide range of uses. Using a corpus composed of various texts (newspaper articles, literary texts, legal and institutional documents, encyclopaedic articles, messages from online forums), this thesis presents a detailed examination of six French constructions (i.e. form-meaning pairings) involving genre and espèce, and implementing four interpretations: classifying (e.g. Molotra et Reductoonops sont deux genres d’araignées aranéomorphes), qualifying (e.g. Son obsession l’a embarqué dans une espèce de tourbillon destructeur), typifying (e.g. Elle aime participer à ce genre d’évènements; Il ne sait faire que les gâteaux genre quatre-quarts) and quantifying (e.g. Ton avis n’a aucune espèce d’intérêt; Sa bibliothèque déborde de dictionnaires en tout genre). This work is based on an analysis of the syntactic, semantic, and to some extent, discursive and pragmatic properties of these constructions. I show their relationship to the categorization and quantification phenomena, and how some of them, which function as hedges, (re)define the boundaries of categories.

Keywords

16classification, qualification, typification, quantification, ad hoc categories, vague categorization.

Amaury Delvaux, Défaire le sens de l’histoire. Archéologie et déconstruction

17Thèse soutenue en visioconférence, à l’Université de Namur, le 25 novembre 2020.

Composition du jury

Philippe Sabot, Université de Lille, co-directeur de thèse

Sébastien Laoureux, Université de Namur, co-directeur de thèse

Dominique Pradelle, Université Paris-Sorbonne

Judith Revel, Université Paris-Nanterre

Roberto Terzi, Archives Husserl, Paris

Résumé

18Cette thèse prend pour objet et point de départ le débat entre Michel Foucault et Jacques Derrida afin de proposer une vision originale des rapports entre leurs réflexions respectives durant les années 60. Notre travail cherche à montrer de quelle manière l’archéologie et la déconstruction partagent sur le « concept » d’histoire un important nombre de points d’accord. Il commence par relever que l’objet principal de la querelle Foucault – Derrida est moins la fonction de la folie dans l’économie du discours cartésien que l’essence de l’histoire. À travers les œuvres de Foucault et de Derrida publiées durant les années 60, on a tenté d’établir la discussion implicite mais soutenue de ces deux auteurs autour de la conception de l’histoire. Dans un premier temps, nous avons tenté d’établir le concept d’histoire avec lequel Derrida abordait l’Histoire de la folie de Foucault. Par ailleurs, nous avons tenté de mettre en exergue la manière dont l’ouvrage Les mots et les choses proposait implicitement une réponse de taille à la lecture derridienne de la première méditation et permettait d’en pointer le caractère anachronique. Dans un second temps, on traite de la manière dont Foucault a cherché à s’opposer à cette histoire continue défendue par la tradition hégélienne et husserlienne. Pour ce faire, nous avons étudié en profondeur l’analyse de l’énoncé et des formations discursives qui soutient l’histoire discontinue. Dans un troisième temps, nous avons mis en exergue comment Derrida s’attaque également au cœur de cette histoire continue qu’il opposait pourtant à l’archéologie foucaldienne. En conclusion, nous suggérons que Derrida aurait pu trouver en l’archéologie foucaldienne un « concept » d’histoire qui ne reconduit pas la métaphysique de la présence qu’il s’évertue de déconstruire dès la fin de l’année 1964.

Mots-clés

19Foucault, Derrida, archéologie, déconstruction, phénoménologie, histoire.

Abstract

20This thesis is about the famous debate between Michel Foucault and Jacques Derrida. The aim is to propose a new vision of the relation between their respective thoughts during the 1960s. More precisely, our analysis tries to build a discussion between Foucault and Derrida by focusing on the problem of (the) History in their own works. Actually, the real subject of their debate is less the function of madness in the Cartesian discourse than the essence of history. Through the works of Foucault and Derrida published during the 1960s, an implicit but persistent discussion between the two authors about the problem of history can be built. Firstly, our text attempts to establish the conception of history mobilised by Derrida in his reading of Foucault’s book Madness and Civilization. Furthermore, it underlines the way The Order of Things suggests a solid response to the Derridean interpretation of Descartes’s first meditation and reveals its anachronistic aspect. Secondly, it addresses the fashion which Foucault wishes to distance himself from for the continuous history sustained by the Hegelian and Husserlian tradition. In order to do this, it was absolutely necessary to understand correctly the discourse’s analyses that underpin the discontinuous history. Thirdly, our text highlights how Derrida dismantles the core of the continuous history which he mobilises against the Foucauldian archaeology. In the conclusion, our text suggests that archaeological history could have been the “concept” of history that the Derridean deconstruction has been searching after 1967.

Keywords

21Foucault, Derrida, archaeology, deconstruction, phenomenology, history.

Morgane Jourdain, A quantitative and qualitative corpus study of the acquisition of topic constructions in child French

22Thèse en co-tutelle, soutenue en visioconférence, à l’Université KU Leuven, le 13 novembre 2020.

Composition du jury

Michèle Goyens, Université KU Leuven, présidente de session

Karen Lahousse, Université KU Leuven, co-directrice de thèse

Emmanuelle Canut, Université de Lille, co-directrice de thèse

Cécile De Cat, University of Leeds, co-directrice de thèse

Eve Clark, University of Stanford, rapporteur

Christine Dimroth, University of Muenster, rapporteur

Maarten Lemmens, Université de Lille, examinateur

Elwys De Stefani, Université KU Leuven, examinateur

Carla Soares-Jesel, Université Paris-Diderot, examinateur

Résumé

23Cette recherche se donne pour objectif d’analyser l’interaction entre la structure de l’information (SI) et la syntaxe chez l’enfant français, en particulier le marquage syntaxique du concept de topique. Le but est de déterminer si les dimensions référentielle et relationnelle de la SI sont toutes deux présentes dès le début de la production langagière de l’enfant. L’étude est basée sur une analyse de corpus de 2181 dislocations gauche (1) et droite (2) (DG et DD), produites par 99 enfants entre 1,5 et 7 ans.

  1. Les chats ils font miaou. (Flavie, corpus TCOF, 6;1.4)

  2. Où il est le papillon? (Marie, corpus Lyon, 2;1.13)

24Les principales contributions de cette étude sont les suivantes :

25Syntaxe : Nous montrons que les enfants produisent des dislocations dès qu’ils commencent à produire des énoncés à deux mots. Par conséquent, les premières tentatives de dislocation sont elliptiques : les enfants omettent souvent des éléments obligatoires dans le langage de l’adulte, comme par exemple les verbes (3).

  1. ça. (Anaïs, corpus Lyon, 1;11.26)

26La syntaxe des dislocations produites par les enfants devient similaire au langage de l’adulte vers 3 ans. Les premiers constituants disloqués par les enfants français sont presque tous des sujets, et les enfants commencent à davantage disloquer les objets à trois ans. Les enfants plus jeunes produisent également plus de pronoms démonstratifs disloqués que les enfants plus âgés qui eux, produisent plus de syntagmes lexicaux. Avant 6 ans, les enfants produisent rarement des dislocations sans élément résomptif.

27Structure de l’information : Les enfants produisent des dislocations avec les mêmes propriétés de la SI que chez l’adulte, aussi bien au niveau référentiel qu’au niveau relationnel : la quasi-totalité des constituants disloqués sont utilisés pour exprimer le topique d’à-propos de la phrase (suivant les définitions de Lambrecht, 1994 et Reinhart, 1981). Les enfants produisent uniquement des topiques dont le référant est accessible dans le discours ou dans le contexte d’énonciation.

28Différences entre la DG et la DD : Dans le langage de l’adulte, la DG et la DD sont utilisées avec des propriétés différentes : la DG peut être utilisée pour exprimer un topique contrastif ou pour changer le topique. La DD est plutôt utilisée pour maintenir le topique, et est plus fréquente que la DG pour les énoncés interrogatifs. A partir d’un modèle de régression logistique, nous montrons que les enfants utilisent la DD et la DG avec les mêmes propriétés que les adultes dès 2 ans.

29Différences entre sujets disloqués et non-disloqués : Nous comparons les propriétés de la SI des sujets disloqués et non-disloqués. Pour les syntagmes lexicaux, les enfants disloquent le sujet si celui-ci correspond au topique de la phrase, mais ne le disloquent pas s’il appartient au focus. Quant aux pronoms, les enfants les disloquent s’ils expriment un topique contrastif, ou s’ils correspondent à un référent moins accessible dans le discours.

30Différences entre les registres : A partir de 4 ans, les enfants de notre corpus produisent moins de dislocations en contexte narratif qu’en contexte conversationnel.

31L’acquisition du concept de topique : Les résultats peuvent être interprétés de deux façons. Dans un cadre générativiste, nos résultats suggèrent que la projection du topique dans la périphérie gauche est accessible dès les premières combinaisons de mots de l’enfant. Les enfants semblent également maîtriser les propriétés de la SI de cette projection dès les premières tentatives de dislocation. Dans un cadre basé sur l’usage, les premières tentatives de dislocation peuvent être envisagées comme le produit de constructions concrètes, dont certains items lexicaux sont fixes. Les fonctions de ces constructions apparaissent plus concrètes que la fonction de marquage du topique, comme chez l’adulte.

Mots-clés

32acquisition du langage, structure de l'information, dislocation, syntaxe.

Abstract

33In this research project, we investigate the interaction between information structure (IS) and syntax in child French, focusing on the acquisition of topic. Our main goal is to determine whether the relational and referential dimensions of IS are both present from the beginning of language acquisition. This study is based on a corpus analysis of 2181 left (1) and right (2) dislocations (LD and RD) produced by 99 children between age 1,5 and 7.

  1. Les chats ils font miaou. ‘Cats meow.’ (Flavie, corpus TCOF, 6;1.4)

  2. Où il est le papillon? ‘Where’s the butterfly?’ (Marie, corpus Lyon, 2;1.13)

34The main contributions of this project to the field are the following:

35Syntax: We show that children start producing dislocations as soon as they are able to produce two-word utterances. As a result, their first dislocation attempts often lack items that are compulsory in adult speech, such as verbs (3).

  1. ça. ‘There that.’ (Anaïs, corpus Lyon, 1;11.26)

36Their productions become adult-like before age 3. At first, children mostly dislocate subjects. Younger children also produce more dislocated demonstrative pronouns than older children, who, in turn, produce more lexical NPs. Before age 6, children produce dislocations without resumptive expressions rarely.

37Information structure: Children produce dislocations with adult-like referential and relational IS: they only produce dislocated constituents that correspond to the aboutness topic of the sentence (following the definitions of Lambrecht, 1994, and Reinhart, 1981). These children also only select referents which are somehow accessible in the discourse or physical context as topics.

38Differences between LD and RD: In adult French, LD and RD exhibit different properties: LD can express contrastive topics, and topic shift. RD is more frequently used for topic maintenance, and is more frequent than LD for interrogative sentences. Using a logistic regression model, we show that from age 2, children follow adult-like patterns in their productions of LD and RD.

39Differences between dislocated and non-dislocated subjects: We compare the IS properties of dislocated and non-dislocated subjects produced by a subset of the children of our corpora. For lexical NPs, children dislocate the subject if it corresponds to the topic of the sentence, but do not dislocate it if it belongs to the focus of the sentence. As for pronouns, children dislocate them if they convey less accessible referents (such as situationally given) or if they express a contrastive topic.

40Differences across registers: We show that from age 4, children produce fewer dislocations in narration than in conversation.

41The acquisition of the concept of topic: Our results can be interpreted in two different ways. Under the generativist approach, our results suggest that the Topic Projection in the left periphery is available to children as soon as they are able to combine words. Children seem to have acquired the IS properties of this projection from the onset of speech. Under the usage-based approach, we argue that children’s first dislocation attempts are based on item-based schemas, with more context-specific functions than topic-marking.

Keywords

42language acquisition, information structure, dislocation, syntax.

Clément Lion, L’intuitionnisme dialogique. Une autre lecture du sujet créateur brouwerien

43Thèse soutenue en visioconférence, le 16 décembre 2020.

Composition du jury

Shahid Rahman, Université de Lille, co-directeur de thèse

Gerhard Heinzmann, Université de Lorraine, co-directeur de thèse

Mark van Atten, Archives Husserl, CNRS

Nicolas Clerbout, Universidad de Valparaíso, Chile

Mathieu Marion, Université du Québec, Montréal

Angel Nepomuceno, Universidad de Sevilla, Espagne

Layla Raïd, Université de Picardie

Résumé

44Nous inscrivons cette étude dans le cadre de l’approche dialogique de la Théorie Constructive des Types pour proposer une interprétation de quelques points controversés de l’intuitionnisme mathématique - le sujet créateur, les séquences de choix libres et le principe de l’induction barrée - que nous reconstruisons, sans nous appuyer sur des axiomes, mais seulement sur des règles d’interaction. L’originalité de notre approche est de mobiliser la tryade icône, index, symbole, tirée de la sémiotique de Peirce, pour construire un formalisme dynamique permettant de reconstituer les couches antéprédicatives de sens qui sont en jeu dans la relation intersubjective, en évitant certaines difficultés liées à la méthode phénoménologique. Cet approfondissement de la question de l’intersubjectivité nous conduit à discuter la portée de la proposition récemment faite par Per Martin-Löf de fonder la couche épistémique, dont la reconnaissance caractérise le constructivisme mathématique dans sa spécificité, sur une couche déontique. Nous pouvons alors interpréter le solipsisme de Brouwer comme un mode particulier de l’interaction dialogique, résolvant ainsi le problème de la communicabilité des propositions intuitionnistes.

Mots-clés

45intuitionnisme, séquences de choix libres, logique du dialogue, sujet créateur, Théorie Constructive des Types, phénoménologie, sujet épistémique, intersubjectivité, sémiotique.

Abstract

46This study, embedded in the framework of the dialogical approach to Constructive Type Theory, seeks to interpret some controversial matters of mathematical Intuitionism - the creating subject, free choice sequences, and the principle of bar- induction - which we reconstruct without using any axiom, but only rules of interaction. The originality of our approach is that we make use of the tryad icon, index, symbol, taken from Peirce’s semiotic, in order to build a dynamic formalism, which enables us to reconstruct the antepredicative layers of meaning - which are at stake in the inter- subjective relations - without falling into the linguistic difficulties of phenomenological methods. Such a deepening of intersubjectivity topics leads us to discuss Per Martin-Löf’s recent proposal towards grounding the epistemic layer, the acknowledgment of which is a characteristic feature of mathematical constructivism, upon a deontic layer. Brouwer’s solipsism is accordingly interpreted as a particular mode of dialogical inter- action, which represents a solution to the problem of the communicability of intuitionistic propositions.

Keywords

47intuitionism, free choice sequences, dialogical logic, Creating Subject, Constructive Type Theory, phenomenology, epistemic subject, intersubjectivity, semiotics.

Freddy MBoula Wamok, Amartya Sen et l’éthique du développement

48Thèse soutenue à l’Université de Lille, le 15 septembre 2020.

Composition du jury

Patrice Canivez, Université de Lille, directeur de thèse

Milena Doytcheva, Université de Lille

Ernest MBonda, Université Catholique d'Afrique Centrale, Cameroun

Anatole Fogou, Université de Maroua, Cameroun

Résumé

49Penser le rapport entre l’économie et l’éthique est l’enjeu principal de notre réflexion. Depuis Aristote en passant par Adam Smith, l’économie a été une science normative. Il a fallu attendre les années 1930, marquées par l’influence du positivisme, pour la détacher de la morale. Amartya Sen considère que la distance créée entre l’économie et la morale a sensiblement réduit leur enrichissement. Il estime que l’économie doit être pensée en fonction des finalités humaines. Il compte redonner à l’économie un contenu normatif. Il développe donc son approche par les capabilités. L’approche par les capabilités reste une richesse tant pour les sujets abordés que pour les angles de recherche adoptés. Sen refuse de développer une théorie de la justice à l’instar de John Rawls qui garantirait l’émergence d’une société juste. Il insiste sur la nécessité de contextualiser les questions de la justice. Sen s’inscrit dans une perspective comparative. Ce sont les situations concrètes dans leur complexité et leur multidimensionnalité qui permettent d’aborder avec lucidité et efficacité la question de la justice. Une telle justice tiendrait compte des préférences et des choix de chaque individu. Sen construit son idée d’un développement fondé sur les droits de la personne. Cette thèse répond donc aux enjeux méthodologiques posés par les théories de la justice. Pour fonder développement à la mesure de l’humain, il faut une théorie de la diversité. Il est aussi nécessaire d’intégrer la dimension éthique à l’économie.

Mots-clés

50capabilités, liberté individuelle, développement humain, économie morale, choix social, bien-être, préférence, Sen Amartya, pauvreté, inégalité, démocratie, justice sociale, redistribution.

Abstract

51Amartya Sen and Development Ethics. Thinking about the relationship between economics and ethics is the main issue of our research. Since Aristotle and Adam Smith, economics has been a normative science. Until the 1930s, which were marked by the influence of positivism, it was detached from morality. Amartya Sen considers that the distance created between economics and morality has significantly reduced their enrichment. He believes that the economy must be thought in terms of human purposes. It intends to restore a normative content to economy. He therefore develops his approach by capabilities. The capability approach remains a wealth for both covered topics and adopted research angles. Sen refuses to develop a theory of justice like John Rawls that would guarantee the emergence of a just society. He stresses the need to contextualize the issues of justice. Sen places himself in a comparative perspective. Only concrete situations in their complexity and multidimensionality allow the question of justice to be approached with lucidity and efficiency. Such justice would take into account the preferences and choices of each individual. Then, Sen develops his idea of human rights-based development. This thesis therefore responds to the methodological challenges set by theories of justice. For a development to the extent of human beings, the theory of diversity must be introduced. It is therefore necessary to integrate the ethical dimension into economics.

Keywords

52capabilities, individual freedom, human development, moral economy, social choices, well-being, preference, Sen Amartya, poverty, inequality, democracy, social justice, redistribution.

Sequoya Yiaueki, Action, Meaning, and Argument: A Development of Pragmatist, Expressivist, and Inferentialist Themes in Eric Weil's Logique de la philosophie

53Thèse soutenue en visioconférence à l’Université de Lille, le 3 juillet 2020.

Composition du jury

Patrice Canivez, Université de Lille, directeur de thèse

Giuseppina Strummiello, Università degli Studi di Bari

Isabelle Thomas-Fogiel, Université d'Ottawa

Robert Brandom, Université de Pittsburgh

Shahid Rahman, Université de Lille, président du jury

Résumé

54La thèse, intitulée Action, Meaning, and Argument: A Development of Pragmatist, Expressivist, and Inferentialist Themes in Éric Weil’s Logique de la Philosophie, s’intéresse à la manière novatrice dont Éric Weil conceptualise la violence dans la tradition philosophique, surtout le rapport entre violence, langage et discours. La violence, pour Weil, est le problème central de la philosophie. Il conçoit le développement historique du discours philosophique comme la tentative de saisir le monde, l’individu, le sens, et l’action humaine de manière à ce que la violence puisse être réduite. Pourtant, la raison pour laquelle la violence est un problème central, c’est que même si elle peut être réduite, elle ne peut jamais être complètement éliminée. La violence, autant que le langage, est une expression de la spontanéité humaine, elle fait partie de la capacité que chaque individu a de créer du sens dans le monde. La manière dont Weil caractérise le problème revient à dire que l’individu se trouve toujours devant un choix libre (à savoir non-justifié et non-justifiable) entre la raison et la violence. La tradition philosophique ne peut ni supprimer ce choix, ni ses conséquences radicales. Toutefois, le choix de la raisonnabilité est aussi irréductible que le choix de la violence. En d’autres termes, dans n’importe quelle situation, l’individu peut toujours refuser la violence et le non-sens et s’élever pour saisir sa situation d’une manière cohérente. Afin d’expliquer cette possibilité, Weil organise son propre discours philosophique autour des concepts d’attitude et de catégorie. Les attitudes correspondent à la saisie implicite du sens dans l’existence concrète des individus, dans leur compréhension du monde, dans leurs pratiques et leurs institutions. Les catégories sont la saisie explicite de ce sens dans un discours. En articulant les attitudes et les catégories dans les termes de l’implicite et de l’explicite, on voit apparaître une similarité frappante entre la position de Weil et l’inférentialisme de Robert Brandom. L’inférentialisme cherche également à rendre explicite en discours ce qui est implicite dans les pratiques. Dans ce but, l’inférentialisme de Brandom, s’inspirant de Wilfrid Sellars, crée un programme sophistiqué à la jonction de la pragmatique et de la sémantique, de la philosophie du langage, de la logique et la philosophie de l’esprit. Le programme inférentialiste vise à expliquer la notion d’engagement discursif à partir d’un ordre d’explication pragmatiste qui remplace le représentationalisme en philosophie du langage par un expressivisme. La thèse, Action, Meaning, and Argument, part de ces apports afin de montrer la manière dont une lecture pragmatiste, expressiviste et inférentialiste de Weil n’est pas seulement possible, mais aussi très féconde tant pour les études weiliennes que pour l’inférentialisme. En un mot, cette lecture croisée a pour ambition de montrer que chacune de ces deux théories ajoute quelque chose d’essentiel à l’autre théorie. L’inférentialisme fournit un appareil technique permettant de clarifier certaines des conceptions centrales de Weil, notamment la manière dont sa théorie devrait être considérée comme s’articulant elle aussi autour de l’engagement discursif. Ce que la conceptualisation de la violence par Weil ajoute à l’inférentialisme, c’est l’idée que toute théorie de l’engagement discursif doit prendre en compte l’aspect conflictuel des engagements concrets afin de comprendre que la possibilité de la violence est toujours présente dans notre langage et dans nos pratiques discursives.

Mots-clés

55Weil Éric, argumentation, discours, catégories, attitudes, pragmatisme, expressivisme, inferentialisme.

Abstract

56The dissertation, Action, Meaning, and Argument: A Development of Pragmatist, Expressivist, and Inferentialist Themes in Éric Weil’s Logique de la Philosophie, investigates Éric Weil’s innovative conceptualization of the place of violence in the philosophical tradition, particularly violence’s relationship to language and discourse. Weil presents violence as the central problem of philosophy. In fact, he sees the historic development of philosophical discourse as an attempt to grasp the world, the individual, meaning, human action in such ways that violence can be reduced. The reason that violence is a central problem is that although it can be reduced it can never be eliminated. Violence, as much as language, is an expression of human freedom, and makes up the individual’s capacity to create meaning in the world. The way Weil characterizes the problem is that the individual is constantly before a free (unjustified and unjustifiable) choice between reason and violence. The philosophical tradition cannot suppress this choice, nor its radical consequences. The individual can always abandon reason and reasonable action for violence. However, the choice to be reasonable is as irreducible as the choice of violence. In other words, in any situation the individual can always refuse violence and refuse meaninglessness and raise themself up in order to grasp their situation coherently. In order to explain how this happens, Weil organizes his own philosophical discourse around attitudes and categories. Attitudes correspond to the implicit grasp of meaning that individual have in the concrete existence of their lives, in their understanding of the world, in their practices, and in their institutions. Categories are the explicit grasp of this meaning in discourse. By articulating attitudes and categories in terms of the implicit and explicit, there is a striking similarity to be drawn with the inferentialist tradition as represented by Robert Brandom. Inferentialism also seeks to make what is implicit in practices explicit in discourse. To this end, Brandom’s inferentialism, taking inspiration from Wilfrid Sellars, creates a sophisticated program at the junction of pragmatics and semantics, philosophy of language, logic, and philosophy of mind. This program aims at explaining the notion of discursive commitment starting from a pragmatist order of explanation by replacing representationalism in philosophy of language for expressivism. The dissertation Action, Meaning, and Argument builds on these insights in order to show how a pragmatist, expressivist, and inferentialist reading of Éric Weil is not just possible but is also particularly fruitful for both Weilian studies and for inferentialism. In a word, this cross-reading aims to show that each of these two theories add something essential to the other. Inferentialis provides a technical apparatus that allows certain of Weil’s key moves to become clearer, namely how to also see Weil’s theory as one which turns around the notion of discursive commitment. What Weil’s conceptualization of violence adds to inferentialism is the idea that any theory of discursive commitment must take the conflictual aspect of concrete commitments into account, in order to understand the possibility of violence that is always present in our language and in our discursive practices.

Keywords

57Weil Éric, argumentation, discourse, categories, attitudes, pragmatism, expressivism, inferentialism.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2020 », Methodos [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 25 janvier 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/methodos/8286 ; DOI : https://doi.org/10.4000/methodos.8286

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search