Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Comptes rendusCompte rendu de Véronique Brière ...

Comptes rendus

Compte rendu de Véronique Brière et Juliette Lemaire (éds.), Qu'est-ce qu'une catégorie ? Interprétations d'Aristote, Louvain-la-Neuve, Peeters (Aristote, Traductions et Études), 2019

Michel Crubellier
Référence(s) :

Véronique Brière et Juliette Lemaire (éds.), Qu'est-ce qu'une catégorie ? Interprétations d'Aristote, Louvain-la-Neuve, Peeters (Aristote, Traductions et Études), 2019, vi-399 p., ISBN 978-90-429-3662-1

Texte intégral

  • 1 Plotin, Traités 42-44 (Ennéades VI, 1-3).
  • 2 Voir en particulier, sur le probable rôle des commentateurs stoïciens, l'article de J.-B. Gourinat (...)

1On connaît le fabuleux destin du petit traité aristotélicien auquel la tradition a donné le titre de Catégories. Écrit dans un style didactique, on n'y trouve pas d'indication d'un projet philosophique, ni de discussion (explicite en tout cas) avec d'autres auteurs, qui puisse permettre d'esquisser un horizon philosophique, ni même de référence aux autres ouvrages du Corpus qui puisse nous éclairer sur son but. Cependant, deux gestes de lecteurs ultérieurs ont fait de ce texte en tous points modeste un classique de la philosophie occidentale : d'abord celui des éditeurs qui en ont fait le premier traité de l'Organon, placé lui-même en tête de tout le corpus philosophique, si bien que l'étude des Catégories a pu jouer, d'Alexandrie à Oxford en passant par Bagdad, Padoue, Paris et Shirâz, le rôle d'une initiation à la philosophie. Ensuite le geste des commentateurs – Plotin1, mais sans doute aussi d'autres avant lui2 – qui ont attribué aux types de prédicats énumérés dans le traité le statut de types de réalité ontologique. À bien y réfléchir, cependant, cette promotion étonnante ne doit pas être considérée comme entièrement fortuite : situé comme il l'était à l'articulation du dire et de l'être, le traité se prêtait bien à l'énonciation et à la discussion de quelques-unes des préoccupations centrales de notre tradition philosophique.

  • 3 S. Menn, “Metaphysics, Dialectic and the Categories”, Revue de Métaphysique et de Morale, 1995 (3), (...)
  • 4 L'interprétation influente de Plotin est cependant présente, à titre d'interlocuteur essentiel, dan (...)
  • 5 Cette question est posée explicitement dans le titre de l'article d'A. Jaulin, et elle informe les (...)

2L'intérêt des études réunies par Véronique Brière et Juliette Lemaire dans ce volume est qu'elles reprennent, de différentes façons, l'investigation de ces enjeux philosophiques à partir de la lecture attentive des textes et dans des perspectives historiques bien dessinées. Ce recueil contient la plupart des contributions présentées lors d'un colloque organisé par les deux éditrices à Nanterre en novembre 2007. S'y ajoutent deux articles inédits, l'un de Leone Gazziero et l'autre de Richard Bodéüs, ainsi que la traduction française d'une étude classique de Stephen Menn3. L'ordre de l'ensemble fait apparaître deux parties égales, les six premiers articles étant consacrés à Aristote seul alors que les six autres abordent la doctrine des catégories à partir d'autres auteurs antiques : Galien, les Stoïciens Athénodore et Cornutus, Alexandre d'Aphrodise, Porphyre et les commentateurs néoplatoniciens ultérieurs. L'absence la plus remarquable est celle de Plotin4. Mais cette mise en ordre chronologique ne doit pas masquer l'essentiel : l'effort des contributeurs porte en priorité sur la question : qu'est-ce qu'une catégorie ? (aristotélicienne). La question peut être entendue de plusieurs façons : à quoi réfèrent les types de désignation (substance, quantité, relatifs, qualité, etc.) que distingue le traité ? Comment Aristote a-t-il pu élaborer cette typologie ? et en particulier, comment faut-il concevoir le rapport entre ces analyses et une description (empirique ou philosophique) du langage ordinaire ? À l'opposé, quel rôle la doctrine peut-elle jouer dans les traités d'ontologie ou de philosophie naturelle, et par rapport au reste de l'Organon ? Un angle d'attaque qui se révèle particulièrement efficace est d'aborder la question de ce qu'est une catégorie à partir de cette autre : à quoi peut servir la doctrine des catégories, et comment Aristote s'en sert-il5 ?

  • 6 Celles de F. Wolff, A. Jaulin, St. Menn, J. Barnes, V. Brière et (en un sens) celle de V. Cordonier
  • 7 Celles de L. Gazziero, J.-B. Gourinat, V. Cordonier, Ph. Hoffmann et de J. Lemaire.
  • 8 R. Bodéüs et M. Bonelli.

3Plusieurs contributions6 confrontent le traité à d'autres textes d'Aristote, d'autres le discutent à partir de questions posées par des philosophes ultérieurs7 ; deux auteurs seulement8 traitent d'une question interne aux Catégories et à leur doctrine – la question du statut des relatifs.

4En lisant ensemble ces douze contributions, on constate que leurs auteurs sont globalement d'accord sur un certain nombre de questions historiques – un accord qui reflète probablement assez bien l'état de l'opinion actuelle des spécialistes :

  1. Aucun des auteurs ne met en doute l'authenticité du traité – dans son ensemble, même si la plupart des contributions ont tendance à laisser de côté les « Postprédicaments » (ce qu'on me permettra de trouver regrettable ; mais ce fait est sans doute à relier à l'opinion dominante sur l'objet du traité, voir le point n°4 et la note 11 ci-dessous).

  2. La portée ontologique du traité (possible, implicite ou supposée) est généralement abordée avec beaucoup de précaution. C'est le cas en particulier des thèses concernant la substance ; de sorte que la question historique d'un désaccord entre les Catégories et la Métaphysique est marginalisée : tous les auteurs qui l'évoquent tendent en tout cas à réduire la portée de ce désaccord et à refuser les solutions externalistes (rejetant l'authenticité des Catégories ou supposant une évolution de la pensée d'Aristote) qui ont été proposées jadis ou naguère.

    • 9 Illustrée récemment par la proposition faite par R. Bodéüs de rendre au traité son titre ancien d'I (...)

    Parallèlement à cette sobriété métaphysique, on observe que les contributeurs reconnaissent généralement la connexion particulière du traité avec les Topiques9 et son appartenance au champ de la dialectique.

    • 10 D'ailleurs Menn, qui énonce avec une force et une netteté particulière (p. 112-114) la thèse que le (...)
    • 11 C'est parce qu'ils sont convaincus que l'objet du traité est principalement, sinon uniquement, de p (...)

    Quant à l'objet du traité, les auteurs (tous ceux du moins qui s'expriment à ce sujet) le décrivent comme une classification de types de prédication, chaque chapitre donnant en outre des traits caractéristiques permettant d'établir de quelle catégorie relève un prédicat donné. – Sur ce dernier point, on me permettra d'ajouter un complément : les propriétés que le traité énumère et discute pour chaque catégorie ne servent pas – en tout cas pas uniquement et sans doute pas principalement – à déterminer la position de prédicats particuliers au sein d'une typologie, mais aussi et surtout à voir comment on peut construire des arguments pour discuter une thèse en fonction du type de prédication qu'elle représente10, ce qui resserre encore le lien entre les Catégories et les Topiques11.

5Je passe maintenant à la présentation des différents articles, en les regroupant en fonction d'affinités thématiques qui m'ont semblé intéressantes et donc sans m'astreindre à suivre l'ordre du volume (non que je juge celui-ci critiquable).

6L'article de Leone Gazziero (« Contraintes disciplinaires – anciennes et modernes – de l'interprétation logique des Catégories », p. 9-57) fournit au volume une introduction érudite et fine, bien informée (les longues notes de bas de page sont de ce point de vue un trésor) et philosophiquement pertinente. Sans préjuger de la légitimité d'autres choix possibles, Gazziero s'attache à l'histoire de l'interprétation logique des Catégories. Il suit patiemment les étapes de la formation de cette interprétation et les circonstances intellectuelles qui l'ont rendue possible et historiquement inévitable. Le fait déterminant a été la construction systématique de l'Organon, qui assignait aux catégories – ou plus exactement aux « choses dites sans combinaison » dont parle le commencement du traité – le statut d'éléments absolument premiers du discours et de l'argumentation ; et au traité lui-même, celui d'une théorie générale de la « première imposition » des noms, celle grâce à laquelle les choses peuvent trouver place dans le discours. Comment, dans ces conditions, demande Gazziero, auraient-ils pu concevoir que le traité puisse viser « une classification des genres de la prédication » plutôt qu'une classification des « choses qui se disent », « en amont des liens que la prédication établit entre elles » ?

  • 12 La prudence de Gourinat à l'égard du témoignage de Plotin me paraît justifiée, parce que celui-ci, (...)

7Sur cette histoire du commentaire ancien, Jean-Baptiste Gourinat jette un éclairage nouveau et important (« Les Stoïciens et les Catégories d'Aristote », p. 231-259), en remettant en question l'opinion répandue selon laquelle il aurait existé dès l'ancien stoïcisme une doctrine des catégories comparable à celle d'Aristote. On sait que cette opinion s'appuie notamment sur le traité plotinien Des genres de l'être, qui met une telle théorie en regard des cinq genres du Sophiste et des Catégories elles-mêmes12. Gourinat choisit au contraire de partir des indications, limitées mais précises, fournies par Simplicius. À l'issue d'une analyse perspicace et mesurée, il conclut que les Catégories ont fait l'objet, à l'époque romaine, d'un commentaire « approfondi », sinon « suivi » (p. 240) de la part des Stoïciens Athénodore et Cornutus, qui les ont plutôt considérées comme un équivalent (encore que bien inférieur) de la doctrine stoïcienne des éléments du langage. Quant aux « catégories stoïciennes » invoquées par Plotin, il s'agit probablement de concepts élaborés pour prendre position dans des débats internes à l'ancien stoïcisme, notamment sur le statut des vertus comme dispositions relatives ou comme qualités.

8C'est encore à l'histoire de la constitution du paradigme ancien de la doctrine des catégories que s'attache Philippe Hoffmann (« Les analyses de l'énoncé. Catégories et parties du discours selon les commentateurs néoplatoniciens », p. 315-362). Mais il l'aborde selon une perspective différente, celle de la confrontation avec l'analyse grammaticale du discours, à une époque où l'on commence à prendre conscience de « la différence des deux points de vue – grammatical et logique – que l'on peut prendre sur l'énoncé ». Il montre en particulier comment la distinction entre première et seconde institution, mise en avant par les philosophes et en particulier par Porphyre, a pu servir de fil conducteur, notamment pour écarter du tableau des catégories les parties du discours non (directement) signifiantes. Mais surtout, la distinction des deux institutions du langage permet de caractériser et de légitimer le point de vue philosophique (par opposition à celui des grammairiens) parce qu'elle préfigure l'articulation entre la vérité matérielle des contenus et la structure formelle de la démonstration, qui définit depuis Aristote le discours scientifique.

9Juliette Lemaire revient elle aussi sur le rôle historique de Porphyre, mais à partir de l'Isagoge et non de ses commentaires aux Catégories (« Vers les catégories et au-delà. Porphyre et le traité des Catégories », p. 363-377). Elle montre comment Porphyre se montre soucieux de maintenir l'interprétation du traité dans un cadre linguistique, alors même que la construction de « l'arbre de Porphyre » se prêtait à une interprétation ontologique. « Il s'agit », écrit-elle, « de construire une théorie de la substance et une théorie de la prédication » (p. 374). Le problème surgit alors de savoir si on peut concilier la « logique des individus », implicite dans l'arbre de Porphyre, avec la véritable logique aristotélicienne, celle des Analytiques. Lemaire suggère en conclusion que la racine de l'erreur tient à la position inaugurale des Catégories : « les Catégories introduisent à tout, sauf à la syllogistique ».

10C'est la thèse défendue dans le recueil par Jonathan Barnes (« La syllogistique et la classification des prédicats », p. 169-189). Bien qu'il cite Galien en introduction et s'appuie sur lui à plusieurs reprises, Barnes précise que son enquête sera « théorétique ou philosophique et non pas historique » (p. 171). Il considère ce qui pourrait se produire pour différents modèles syllogistiques (dans l'ordre : prédicatif, hypothétique, relationnel) si on y introduisait des distinctions entre des classes de prédicats, de telle sorte qu'une formule valide pour des prédicats du type A ne le serait plus si on considérait un prédicat du type B : la réponse est qu'il ne se passerait rien – parce que, remarque Barnes, les prédicats qui intéressent la logique aristotélicienne ne sont pas du tout des « expressions prédicatives » au sens technique que Barnes donne à cette notion (à savoir, une expression comportant un trou qui puisse être rempli par un nom propre). De sorte qu'une classification des prédicats ne pourrait être pertinente que pour rendre raison d'inférences matérielles, et qu'elle se trouve ainsi « à la marge de la marge de la logique » (p. 189). Conclusion impeccable et irréfutable, si du moins on réduit la logique à la syllogistique entendue elle-même comme un calcul. Remarquons aussi que, bien que Barnes n'en parle pas, sa conclusion pourrait corroborer indirectement l'opinion des contemporains qui rattachent les Catégories aux Topiques plutôt qu'aux Analytiques.

11Si – à la différence de ceux que j'ai présentés juqu'ici – l'article classique de Stephen Menn ne s'occupe pas de l'histoire des interprétations, il partage avec les commentateurs anciens le souci « d'expliquer la place des Catégories dans la philosophie d'Aristote » (« Métaphysique, dialectique et traité des Catégories », p. 99-130). Quant au statut du traité, sa réponse repose sur un argument décisif : les Catégories ne relèvent pas de la philosophie, parce qu'elles ne disent rien sur les causes. Elles relèvent de la dialectique et contribuent, tout comme les Topiques, à fournir des préceptes pour la discussion dialectique. À ce titre seulement, la doctrine des catégories est utilisable pour un travail préparatoire à la connaissance scientifique, celui qui vise à déterminer quelle sorte de chose est l'objet étudié (Menn en donne des exemples très éclairants à propos du cas de l'âme). Dans une courte dernière partie, il tire les conséquences de cette distinction pour la comparaison et la confrontation qu'on a souvent voulu faire entre les Catégories et Métaphysique Z-H (p. 124-128). L'objet du livre Z n'est plus de dire ce qui est ou n'est pas substance, mais de déterminer s'il existe, en-dehors des substances sensibles, d'autres substances qui puissent être causes de celles-là, et comment elles le sont.

12Annick Jaulin s'attache elle aussi à la question de la relation avec les livres centraux de la Métaphysique (« L'usage aristotélicien des catégories dans la Métaphysique », p. 81-97). Il me semble d'ailleurs qu'elle aboutit à une position très voisine de celle de Menn, alors même qu'elle met plutôt l'accent sur la continuité entre les traités dialectiques et la philosophie première. Elle s'appuie en particulier sur le chapitre I, 9 des Topiques et sur son articulation en deux moments, dont le premier (103b20-27) est assez strictement parallèle à l'exposé canonique du traité des Catégories alors que le second (103b27-39), en introduisant la notion de l'essence (tí esti) de quelque chose (y compris par conséquent des objets relevant des autres catégories), ouvre la voie à la notion de l'ousia qu'on trouve à l'œuvre dans la Métaphysique et en particulier dans les livres centraux. Jaulin thématise cette articulation en distinguant, à l'intérieur du texte de la Métaphysique, entre l'usage de la notion de figure (skhèma) de la prédication, qui renvoie aux Catégories, et celle de série de la prédication (sustoikhia), qui révèle la structure interne (ontologique) de chaque figure.

13Francis Wolff (« Des genres de la prédication aux genres de l'être », p. 59-80) décrit (p. 59-61) « la théorie aristotélicienne des catégories » (que, selon lui, on trouve sous sa forme complète dans la Métaphysique plutôt que dans le traité des Catégories) comme la conjonction de trois thèses, dont chacune pose l'existence d'un nombre fini de genres qui rendent le réel pensable. Ces thèses déterminent (1) la liste des prédicats qui peuvent être dits d'un sujet donné ; (2) celle des prédicats essentiels qui peuvent être dits de tout sujet possible ; (3) celle des types d'objets dont on peut dire qu'ils existent. Wolff montre la cohérence de ces trois thèses en exposant comment elles s'enchaînent, le moment décisif étant celui où l'on passe de ce dont on parle à ce qu'on en dit – les prédicats possibles que l'on doit eux aussi considérer comme des êtres. On notera que, dès le titre, il assume sans réserve l'expression « genres de l'être », alors que la plupart des interprètes d'aujourd'hui abordent cette notion avec beaucoup de circonspection. Le lecteur qui partagerait cette méfiance pourra considérer cette généalogie philosophique comme celle des formes plus tardives (après Plotin et Porphyre) de la doctrine des catégories, ce qui ne la rend pas moins intéressante. D'ailleurs Wolff lui-même relève, à l'issue de son enquête, que l'onto-logie aristotélicienne a été bien nommée : on ne peut faire une théorie de l'être qu'à la condition que ce soit « une théorie de l'être dit » (p. 80).

  • 13 La plus importante, on le sait, concerne le changement selon la substance (la génération absolue) q (...)
  • 14 Le commentaire d'Alexandre à la Physique étant perdu, force est se référer aux fragments conservés (...)

14On peut faire une place, aux côtés de ces articles qui traitent de l'usage et des implications de la doctrine dans le champ de l'ontologie, à l'étude minutieuse et perspicace de Valérie Cordonier (« Problématique passion. Les catégories du changement selon Alexandre d'Aphrodise, en particulier dans la Question I, 21 », p. 261-314). Certes, la réflexion de Cordonier s'appuie sur celle de l'Exégète, et il s'agit ici de physique et non plus de philosophie première. Mais la détermination des quatre formes canoniques du changement représente certainement la mise en œuvre la plus manifeste des catégories, et la liste des catégories du changement se retrouve sans de trop grandes variations13 à travers tout le Corpus. Cependant, il ressort de plusieurs textes14 qu'Alexandre a éprouvé le sentiment que la doctrine des catégories du changement n'était pas présentée par Aristote (notamment dans le passage classique du début de Physique III) sous une forme aboutie. Cordonier pense qu'il faut prendre cette perplexité au sérieux, et elle montre comment Alexandre a tenté de donner à cette doctrine une meilleure assise scientifique ; c'est ce qu'il fait dans la Question I, 21 (« De quelle catégorie relève le mouvement ? »). Cordonier donne de ces vingt lignes une traduction et un commentaire détaillé, qui montrent comment Alexandre suggère de reconstruire le statut ontologique de la passion en empruntant notamment au De anima les modèles de l'actualisation de la lumière et de celle de la connaissance.

  • 15 On peut sans doute recommander au lecteur de prendre d'emblée connaissance de sa conclusion (p. 227 (...)
  • 16 Barbara Cassin (1992), « Aristote et le linguistic turn », in B. Cassin (éd.), Nos Grecs et leurs m (...)
  • 17 À vrai dire, les occurrences de φαντασία dans les Réfutations Sophistiques montrent avec une nettet (...)

15L'article de Véronique Brière (« Catégories et enjeux du skhêma dans les Réfutations Sophistiques », p. 191-230) examine lui aussi un cas d'utilisation de la doctrine des catégories, mais cette fois à l'intérieur même de l'Organon : au chapitre 22 des Réfutations Sophistiques, Aristote écrit qu'on voit facilement comment résoudre ces difficultés, « dès lors que nous possédons les genres des prédications ». Brière entreprend de remonter à partir de cette remarque jusqu'à la source des erreurs en question et à élucider « les illusions de skhêma » au moyen de la typologie des catégories. La lecture de cette étude n'est pas aisée15 ; la faute en incombe en partie, pourrait-on dire, à Aristote lui-même, dont le geste est censé dissiper d'un seul coup les illusions dues à des formes d'expression trompeuses. Il n'est pas certain que le langage des catégories permette de trouver un sens à ces illusions. Il y a peut-être bien, si l'on veut, une sorte de catégorisation naïve qui s'exprime par exemple dans la confusion entre les formes verbales active ou passive et la réalité de l'action ou de la passion, ou encore dans une sorte de « chosisme » appliqué aux substantifs, mais il me semble qu'on ne gagne rien à l'interpréter en parlant par exemple (avec B. Cassin16) d'une « pulsion de substance ». La dernière partie (p. 218-227), qui recherche une explication psychologique des erreurs de skhêma en s'appuyant sur le De anima, paraît d'abord plus prometteuse ; mais elle s'appuie sur une conception de la phantasia comme une faculté distincte – une conception que la plupart des aristotélisants rejettent aujourd'hui17. Il faut plus probablement se résigner à admettre que, pour Aristote du moins, la plupart des erreurs décrites dans ce chapitre et dans le traité n'ont simplement pas de sens.

16Il reste enfin deux études qui, pour répondre à la question « qu'est-ce qu'une catégorie ? », ont choisi d'examiner des problèmes posés à l'intérieur du traité par une catégorie particulière. Il n'est pas surprenant qu'elles portent l'une et l'autre sur la catégorie des relatifs, sans doute celle dont la consistance taxonomique et la signification ontologique ont été le plus discutées, et dont Aristote lui-même reconnaît qu'elle soulève plusieurs problèmes.

17C'est à ces problèmes que s'attache Maddalena Bonelli (« Les relatifs dans les Catégories d'Aristote », p. 149-167) : l'existence de deux définitions possibles, l'une plus dialectique et l'autre plus ontologique, le statut incertain des objets décrits comme des parties de substances plus complexes comme tête, aile, gouvernail) et les difficultés que rencontre l'application du principe de « symétrie cognitive » (selon lequel connaître un relatif implique de connaître son corrélatif et réciproquement). Par un commentaire suivi du chapitre 7, Bonelli montre comment le passage de l'une à l'autre définition permet de résoudre ou tout au moins de circonscrire les deux autres difficultés. On regrettera qu'elle n'ait pas poussé plus avant sa réflexion sur ce surgissement inhabituel (unique dans la partie canonique des Catégories) de l'ontologie dans un traité essentiellement dialectique.

18Richard Bodéüs (« La postériorité des relatifs selon Aristote », p. 131-148) choisit au contraire de revisiter l'exposé des catégories sur la base des indications contenues dans la Métaphysique et de la thèse, qui y est maintes fois réaffirmée, de la postérité des relatifs par rapport à la substance et à plusieurs autres catégories (mais non à toutes). Il cherche comment cette thèse pourrait s'inscrire dans le cadre des Catégories. Cela aboutit à la construction d'une sorte de graphe ou d'arbre généalogique des catégories, en particulier de celles du chapitre 9 (celles de rang 6 à 10) : car la conclusion à laquelle il aboutit (prudemment) est que les relatifs sont postérieurs à la substance, à la quantité et à la qualité, alors que toutes les autres catégories présupposent une certaine forme de relation. Bodéüs ne prétend pas avoir ainsi construit ou reconstitué un véritable système des catégories, mais son enquête (dont il reconnaît qu'elle s'appuie sur des indications très « minces » d'Aristote) jette une lumière intéressante, à la fois sur le sens général de l'entreprise et sur plusieurs points particuliers. C'est ainsi qu'on pourra trouver inattendu ou paradoxal que le temps (plus exactement le quand) soit désigné comme une sorte de relatif (p. 146-147) ; mais cette conception est en accord avec la définition du temps donnée dans la Physique (IV, 10) : tout temps (effectivement réel, c'est-à-dire qui n'est pas entièrement passé ou futur) doit contenir un maintenant. Cette belle étude solide et informée par une réflexion philosophique, n'est pas la moins précieuse de celles que contient ce beau recueil.

Haut de page

Notes

1 Plotin, Traités 42-44 (Ennéades VI, 1-3).

2 Voir en particulier, sur le probable rôle des commentateurs stoïciens, l'article de J.-B. Gourinat dans ce volume, p. 231-259.

3 S. Menn, “Metaphysics, Dialectic and the Categories”, Revue de Métaphysique et de Morale, 1995 (3), p. 311-337. – Deux autres articles, ceux de M. Bonelli et de Ph. Hoffmann, avaient également été publiés ailleurs avant la parution du recueil (références p. 149, note 1 et p. 315 note*).

4 L'interprétation influente de Plotin est cependant présente, à titre d'interlocuteur essentiel, dans les deux articles (Ph. Hoffmann, J. Lemaire) qui traitent de Porphyre. – En tout état de cause, son absence ne serait un véritable manque que si le recueil entendait présenter une histoire de la réception des Catégories ; ce qui, comme on va le voir, n'est pas le cas.

5 Cette question est posée explicitement dans le titre de l'article d'A. Jaulin, et elle informe les contributions de St. Menn, V. Brière et V. Cordonier, et même celle de J. Barnes (qui vise à montrer à quoi la doctrine ne peut pas servir) ; elle se retrouve à des degrés divers dans presque toutes les autres.

6 Celles de F. Wolff, A. Jaulin, St. Menn, J. Barnes, V. Brière et (en un sens) celle de V. Cordonier.

7 Celles de L. Gazziero, J.-B. Gourinat, V. Cordonier, Ph. Hoffmann et de J. Lemaire.

8 R. Bodéüs et M. Bonelli.

9 Illustrée récemment par la proposition faite par R. Bodéüs de rendre au traité son titre ancien d'Introduction ou de Préliminaires aux Lieux (πρὸ τῶν τόπων).

10 D'ailleurs Menn, qui énonce avec une force et une netteté particulière (p. 112-114) la thèse que les chapitres centraux des Catégories constituent « un système de classification », donne lui-même, dans sa troisième partie (p. 117-124), des exemples qui montrent comment la doctrine des catégories fournit et élucide des « principes de raisonnement », même s'il ne s'agit que de raisonnements dialectiques.

11 C'est parce qu'ils sont convaincus que l'objet du traité est principalement, sinon uniquement, de produire un tel système de classification, que les interprètes sont généralement décontenancés ou embarrassés devant les « Postprédicaments ». La solidarité des chapitres 10 à 13, et même de 14 et 15, avec le reste du traité, apparaît beaucoup mieux dès lors qu'on voit que les relations qu'ils discutent peuvent être, elles aussi, structurantes pour la construction d'une argumentation.

12 La prudence de Gourinat à l'égard du témoignage de Plotin me paraît justifiée, parce que celui-ci, précisément, n'est pas un témoignage et ne prétend pas l'être. Il est curieux que les érudits ne s'en soient pas avisés, alors que personne ne prend pour argent comptant le parallèle entre le Sophiste et les Catégories. Tant est grande la détresse des historiens de la philosophie lorsqu'ils en sont réduits à glaner des fragments.

13 La plus importante, on le sait, concerne le changement selon la substance (la génération absolue) qui est tantôt distingué des trois autres formes, tantôt intégré à leur liste.

14 Le commentaire d'Alexandre à la Physique étant perdu, force est se référer aux fragments conservés via Simplicius ; et aussi, comme on le verra, aux Questions.

15 On peut sans doute recommander au lecteur de prendre d'emblée connaissance de sa conclusion (p. 227-230) qui présente clairement les enjeux et les résultats de l'article.

16 Barbara Cassin (1992), « Aristote et le linguistic turn », in B. Cassin (éd.), Nos Grecs et leurs modernes, Paris.

17 À vrai dire, les occurrences de φαντασία dans les Réfutations Sophistiques montrent avec une netteté particulière que le mot désigne un événement psychique et non une faculté : ainsi au chap. 4, 166b24-25 : « les < cas > qui produisent l'illusion (φαντασία) < d'être réfuté > à partir de la forme de l'expression », etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Crubellier, « Compte rendu de Véronique Brière et Juliette Lemaire (éds.), Qu'est-ce qu'une catégorie ? Interprétations d'Aristote, Louvain-la-Neuve, Peeters (Aristote, Traductions et Études), 2019 », Methodos [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 25 janvier 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/methodos/8397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/methodos.8397

Haut de page

Auteur

Michel Crubellier

Univ. Lille, CNRS, UMR 8163 - STL - Savoirs Textes Langage, F-59000 Lille, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search