Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21TravauxColloques et journées d’études 20...

Travaux

Colloques et journées d’études 2020-2021

Texte intégral

Workshop Languages & Migrations (Migra-Lang Project) :

Language and communication in linguistic and non-linguistic support systems of newly arrived migrants

Université de Lille/MESHS, 5 & 6 novembre 2020.

Responsables : Emmanuelle Canut et Juliette Delahaie

Programme et argumentaire en Annexe 1

Journée d’études « Les relations partie-tout non canoniques à l’interface de la philosophie du langage, de la sémantique et de la morpho-syntaxe »

Université de Lille, mai ou juin 2021.

Responsables : Lieven Danckaert, Vassil Mostrov et Fayssal Tayalati.

Argumentaire

Depuis Cruse (1986), la méronymie s’est affirmée comme la relation partie-tout « par excellence » en sémantique lexicale : elle a en effet l’avantage d’être intuitivement satisfaisante puisqu’elle confère le statut de « partie » à des entités matérielles qui entrent dans la composition d’autres entités matérielles plus vastes. Ainsi, des couples comme volant-voiture, toit-maison illustrent ladite relation en vertu du fait qu’ils satisfont au double test avancé par Cruse « X est une partie de Y » et « Y a X ». Pourtant, considérer la méronymie comme la seule (ou la « vraie ») relation partie-tout est démenti par l’existence d’un grand nombre de structures syntaxiques qui se basent clairement sur le lien d’inhérence entre deux entités, mais qu’on ne peut pas reconnaître comme méronymiques. Il en est ainsi par exemple des structures de la possession inaliénable, qui peuvent accueillir des N de « partie » ne vérifiant ni la condition d’aliénation, ni le principe de congruence ontologique (Kleiber 1999) : en effet, à côté des noms de parties du corps humain, tout un tas de N de « parties dépendantes » (Husserl 1913) peuvent y entrer, comme des N issus de nominalisations (N déadjectivaux ou déverbaux dénotant des propriétés ILP (Individual Level Predicate) : une fille à la beauté froide, avoir la promesse facile), des N exprimant des caractéristiques intellectuelles (Marie a l’esprit ailleurs), des N de facultés (Paul a la mémoire qui flanche), des N de « dimensions » (être grand de taille), etc. Le but de la journée d’étude est d’apporter un regard nouveau aux relations partie-tout, avec une attention particulière accordée aux cas « non prototypiques » ou « non canoniques », qui s’éloignent donc considérablement du cadre définitionnel de la méronymie. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous envisageons d’aborder, parmi d’autres, les questions suivantes :

  • essayer de dégager des critères pertinents qui permettent de circonscrire les relations partie-tout dans leur diversité, en en proposant un classement le plus rigoureux possible. Car, comme l’a remarqué fort justement Kleiber (2001 : 263), quand on fait référence à l’essence même de la relation partie-tout dans la littérature, c’est souvent « de façon rapide, allusive et imprécise » ;

  • en lien avec le point précédent, essayer de doter le terme de partie d’une définition (philosophique et linguistique) qui rende compte des différentes facettes qui peuvent être associées à ce concept : quelles entités doit-on y inclure ? où doit-on s’arrêter ? selon quels critères ? toutes ces questionnements concernent la typologie des « parties » ;

  • à l’interface de la sémantique et de la (morpho-)syntaxe, examiner plusieurs structures qui encodent des relations partie-tout (au sens large) dans plusieurs langues (volet contrastif) ; on se focalisera sur des structures peu étudiées (comme la tournure française de prédication inversée Paul est large des épaules et son équivalent en arabe standard, qui instancient toutes les deux le mécanisme sémantique du « mode d’attribution indirect » proposé pour les langues sémitiques, ou encore la structure anglaise illustrée par blue-eyed, narrow-minded) ou sur des structures traditionnellement non reconnues comme encodant la relation partie-tout (comme les constructions Tough) et le lien qu’elles entretiennent avec certaines structures paraphrasantes (comme celles en avoir et être, le génitif de qualité/de relation, etc.) ;

  • examiner la question de la « recatégorisation » de noms qui ne dénotent pas, dans leur sens de base, des « parties », mais qui peuvent acquérir cette interprétation (ou une interprétation voisine) dans des constructions « partitives » : c’est par exemple le cas de certains déverbaux comme utilisation dans un logiciel facile d’utilisation, de certains N dénotant des tranches d’âge (il avait l’adolescence studieuse), mais également de certains N catégorématiques qui peuvent se comporter comme des N inaliénables (vous avez l’escalier malheureux, ex. cité par Hanon 1989) ; en outre, on sait depuis les travaux de Kleiber que les N qui dénotent les participants dans un événement donné peuvent occuper la place du SN anaphorique dans l’anaphore associative (meurtre-assassin) : même s’il ne s’agirait pas dans ce cas à proprement parler de « recatégorisation », la question nous semble intéressante à creuser ;

  • essayer d’expliquer les divergences au niveau des N acceptés comme « parties » dans différentes structures, aussi bien dans une perspective unilingue que contrastive : pourquoi ne peut-on pas dire en français *Sylvie est bleue des yeux (et seulement Sylvie a les yeux bleus) alors que son équivalent en arabe standard est grammatical ? Pourquoi certaines actions peuvent-elles être conçues comme « dimensions » dans les constructions Tough (ce bijou est facile à dissimuler), cf. Van de Velde (2020) qui explique le fonctionnement des constructions Tough en termes de relation partie-tout) alors qu’elles ne le peuvent pas dans la construction « à prédication inversée » (*ce bijou est facile de dissimulation) ? La catégorie grammaticale peut-elle fournir des pistes d’explication (infinitif vs. déverbal) ? Mais alors comment rendre compte du fait que dans beaucoup de langues (arabe standard, hébreu, bulgare, roumain) les constructions Tough se construisent avec des déverbaux ? La journée d’étude sera l’occasion de faire converger (morpho-)syntaxe, sémantique et philosophie du langage autour d’un ensemble de questions nouvelles (ou anciennes mais examinées sous un regard nouveau), dont certaines sont à l’interface des quatre domaines. Elle donnera lieu à la publication d’un numéro thématique dans une revue internationale à comité de lecture.

Journée d’études « Réception de l’antiquité : monstres et héros »

Organisée à l’Université de Lille au printemps 2021, dans le cadre du Séminaire interdisciplinaire de l’école doctorale.

Responsables : Daria Francobandiera (Université de Lille/STL), Séverine Tarantino (Université de Lille/HALMA).

Argumentaire du séminaire interdisciplinaire

Dans ce séminaire, nous proposons pour les deux ans à venir une réflexion de fond et pluridisciplinaire sur l’héroïsme parce que l’héroïsme d’aujourd’hui est multiforme (selon les arts, les cultures) et que, cependant, même quand il est redéfini comme un héroïsme du quotidien ou des gens du commun, la référence aux héros antiques est souvent mobilisée.

Les créateurs se tournent volontiers vers les héros antiques – épopées, tragédies – pour réfléchir ou plutôt, éclairer notre monde et pousser à la réflexion sur celui-ci. Ainsi, au Festival d’Avignon 2019, Olivier Py avait indiqué comme fil rouge l’Odyssée et trois spectacles au moins ont directement répondu à cette attente en offrant des adaptations de l’Odyssée homérique et de l’Énéide de Virgile qui invitaient à la réflexion sur des sujets très actuels comme l’exil et la rencontre avec l’autre.

La place que les monstres mythologiques trouvent – ou non – dans les différentes formes de réécriture, d’adaptation ou d’appropriation dont de telles œuvres ont fait l’objet depuis l’Antiquité est intéressante, à divers titres : par ce que cela révèle du rapport de l’homme à la mythologie, eu égard à la gageure esthétique que peut constituer la représentation du monstre, etc.

Aujourd’hui encore, les héros antiques servent de références à des héros qui nous paraissent parfois monstrueux (qui ne sont pas des héros positifs, admirables : un exemple s’en trouve dans Zone de Matthias Énard, cette nouvelle Iliade). Ainsi le monstre continue de constituer un élément de définition de l’héroïsme que ce soit positivement ou négativement, de l’intérieur ou de l’extérieur.

Argumentaire de la Journée d’étude

Nous nous attacherons spécialement au rapport entre les héros et les monstres et au rôle joué par les monstres et le monstrueux dans la définition/constitution du héros, de l’Antiquité à aujourd’hui.

Dans l’héroïsme du quotidien, de tous les hommes (femmes incluses) et en particulier des moins favorisés qui se (re)développe avec force aujourd’hui, les monstres sont plutôt intérieurs, que ce soient des maux physiques ou moraux : cancer face auquel on se dresse pour devenir un heureux perdant ou un perdant avec un grand P dans J’ai pris mon père sur mes épaules, la réécriture de l’Énéide par Fabrice Melquiot (2019) ; actes terribles dont on est capable avant peut-être de se redresser pour en commettre de meilleurs selon Les nouveaux anciens de la poétesse anglaise Kate Tempest (2016).

À côté de telles œuvres, toutefois, d’autres maintiennent la confrontation héros-monstre : même si le héros n’a en soi rien d’antique, les monstres qu’il combat doivent souvent quelque chose à leurs « ancêtres » de l’Antiquité grecque et romaine. Un cas exemplaire est celui de Harry Potter auquel nous voudrions faire une place à l’occasion de cette journée. Nous y traiterons d’abord des définitions et spécialement, de la définition du monstre en histoire des sciences. Nous découvrirons ensuite un état du « binôme » héros-monstre dans l’opéra baroque, à travers l’exemple de l’hippogriffe. Nous proposerons ensuite un temps collaboratif où nous exposerons avant d’en discuter un certain nombre de textes formant des jalons dans la réception de la figure d’Ulysse en rapport avec une figure monstrueuse (nous choisirons très certainement la figure des Sirènes). Un autre exposé pourrait venir compléter le panorama dressé lors de cette première journée en présentant un autre aspect étonnant de la réception des figures des monstres antiques, sur les cartes de géographie.

Journée d’études « Lire. Journées d’Études en l’honneur de Pierre Judet de La Combe »

Deux jours, en juin 2021 (modifications possibles, suivant l’évolution de la situation sanitaire).

Responsables : Manon Brouillet (Université de Picardie), Anne de Cremoux (Université de Lille/STL), Daria Francobandiera (Université de Lille/STL), Leopoldo Iribarren (EHESS).

Argumentaire

En partenariat avec le centre Georg Simmel (EHESS), le laboratoire ANHIMA (Université d’Évry) et l’Université de Picardie, et avec nos collègues Manon Brouillet et Leopoldo Iribarren, nous souhaiterions organiser deux journées d’études en juin 2021 – sous réserve de modification en raison de la situation sanitaire – autour du travail de Pierre Judet de La Combe.

P. Judet de La Combe a mené la majeure partie de son parcours, sous la direction de Jean Bollack, et de sa carrière, à Lille, où il a dirigé le Centre de recherches philologiques puis a fondé et dirigé l’UMR Savoirs et Textes. Il a ainsi été l’un des principaux membres de l’École de Lille, dont il n’a cessé de prolonger le travail. Entre autres actions et en plus de ses recherches personnelles, il a contribué à y fonder deux réseaux qui aujourd’hui encore font l’identité de la partie « antiquisante » du laboratoire STL : le réseau CorHaLi et le doctorat Lille-Trente.

Lorsqu’il a été nommé à l’EHESS en 2002 – où il a poursuivi ses travaux jusqu’à sa retraite en 2014 – puis durant la totalité de son éméritat, les liens avec Lille ne se sont pas pour autant rompus, et P. Judet de La Combe reste un partenaire permanent dans nos activités de recherche, collectives comme individuelles (où nous restons en discussion avec lui). Citons dans les toutes dernières années ses participations au workshop sur la tragédie et les Présocratiques ; à la journée d’études sur Hésiode ; aux journées Paizein kai Gelan sur le comique et ses outils d’analyse, etc.

C’est afin de lui rendre hommage, mais aussi de réfléchir collectivement à ses apports pour nos thématiques de recherche et nos études plus largement, avec leurs enjeux propres, que nous souhaitons organiser ces journées au cours desquelles nous reviendrons sur les principales lignes de son travail :

  • -la philologie, avec la manière dont il a contribué à définir une méthode d’herméneutique critique, dans la lignée de Jean Bollack mais en prenant ses orientations propres ;

  • -les rapports entre philologie et philosophie – philosophie du langage notamment – là aussi, dans un premier temps du moins, avec Jean Bollack ;

  • -l’activité de traduction, évidemment liée aux autres thèmes, et qui est l’une des facettes d’un travail minutieux sur les textes, lié à une interrogation profonde sur la possibilité d’un transfert culturel ;

  • -la contribution à la mise en scène et le travail avec des partenaires du monde du théâtre ;

  • -l’investissement dans les institutions (ministère, EHESS, etc.), qui a donné l’occasion à P. Judet de La Combe de réfléchir concrètement sur les enjeux politiques de nos travaux et disciplines, et en particulier de la place que peuvent tenir les études sur les textes anciens, et leur traduction, dans notre société.

Les deux journées seront tournées vers ces cinq thèmes et seront organisées suivant deux modalités. D’une part, une douzaine de communications « classiques » (30 min d’exposé et 15 min de discussion) autour de ces cinq thématiques, et plus particulièrement des trois premières. D’autre part, deux tables-rondes : l’une autour des institutions et du rapport des études antiques avec ces dernières ; l’autre autour du théâtre et des spécificités du travail collaboratif sur les textes qui réunit philologues, traducteurs et professionnels du spectacle.

Pour faire ressortir à la fois la plurivocité des enjeux soulevés par les travaux de Pierre Judet de La Combe et le rayonnement de ses activités scientifiques, nous avons contacté des intervenants issus de différents horizons théoriques, disciplinaires et géographiques, ce qui permettra d’assurer aux Journées d’études une grande visibilité au niveau national et international.

Intervenants

Les intervenant.e.s mentionné.e.s ci-dessous ont déjà donné leur accord de principe pour participer aux Journées d’études que nous souhaitons organiser :

Communications : Manon Brouillet (Université de Picardie), Deborah Bucchi (EHESS/ANHIMA), Andrew Ford (Princeton University), Marc de Launay (CNRS), Claire Lechevalier (Université de Caen-Normandie), François Lissarrague (EHESS/ANHIMA), Gregory Nagy (Harvard University), Stefano Novelli (Università di Cagliari), Philippe Rousseau (Université de Lille/STL), Denis Thouard (Centre Georg Simmel-EHESS/CNRS ; Centre Marc Bloch, Berlin), Adrien Zirah (EHESS/ANHIMA).

Tables rondes : Institutions : Pascal Charvet (Inspecteur général de l’Éducation Nationale), Yves Chevrier (EHESS), Pierre-Antoine Fabre (EHESS), Michael Werner (EHESS), Heinz Wismann (EHESS) ; Théâtre : Myrto Gondicas (traductrice pour le théâtre), Alain Fourneau (metteur en scène et fondateur du Théâtre des Bernardines à Marseille), Guillaume Harry-Françoise (EHESS, écrivain et metteur en scène).

Journée d’étude du Projet SYZETEIN : « chercher ensemble »

Université de Lille, fin avril-début mai 2021.

Responsables : Marion Farge, Ulysse Gadiou, Clémence Sadaillan.

Argumentaire du Projet Syzetein

L’étude, la recherche et l’enseignement en philosophie à l’Université de Lille se trouvent actuellement dans une situation incommode du fait de l’éparpillement géographique des différentes instances de travail, à savoir le laboratoire STL, le département de philosophie et la bibliothèque Humanités. Cette dispersion entraîne un certain manque de cohésion entre étudiants, doctorants et enseignants chercheurs. Tandis que certains, notamment les étudiants, sont principalement rattachés au département de philosophie et ne se rendent que très rarement au laboratoire STL, d’autres, en particulier les doctorants n’ayant pas de charge de cours au sein du département, restent au laboratoire STL et ne se rendent presque jamais au département. Par ailleurs, bien qu’ils exercent déjà une activité de recherche en philosophie, les étudiants de Master n’ont souvent que de rares contacts avec les enseignants du département, en dehors des heures de cours.

Le projet « Syzetein : chercher ensemble » a pour visée l’accompagnement et la formation à la recherche et à l’enseignement. À ce titre, il cherche à soutenir la cohésion au sein de la recherche en philosophie à l’Université de Lille, et vise à instaurer des espaces de rencontre et de discussion. Ce projet s’organise ainsi en trois volets :

  • Faire se rencontrer les étudiants de Master et les doctorants, afin de susciter un climat de dialogue, de collaboration et de solidarité.

  • Réunir régulièrement étudiants, doctorants, enseignants et chercheurs au sein d’un même espace, autour de leur objet commun, la philosophie ; et sensibiliser les étudiants à la recherche qui se fait autour d’eux.

  • Mettre en avant la recherche en philosophie à l’Université de Lille dès le niveau Master ; et instaurer des outils efficaces pour aider les étudiants de master à répondre aux attentes plus ou moins explicites qu’on nourrit à leur égard.

Journée d’études « Παίζειν καὶ γελᾶν - Jeu et comicité dans les textes antiques : méthodes et outils d’analyse – III. Comique, rire, humour ? D’un genre à l’autre »

Université de Lille, 28 mai 2021.

Responsables : Louise Bouly de Lesdain, Anne de Cremoux, Valentin Decloquement.

Argumentaire

Cette journée s’inscrit dans un ensemble initié en mai 2018. Deux premières journées ont eu lieu sur le sujet. De telles rencontres permettent de former progressivement un réseau de chercheurs qui s’intéressent aux notions et textes liés au rire dans l’Antiquité, et qui cherchent à affiner les outils et méthodes permettant d’analyser leurs corpus.

De même qu’en mai 2019, les questions soulevées s’articuleront autour de deux volets, et les interventions prévues conduiront notamment à envisager le « gélastique » sous l’angle générique : pouvons-nous et devons-nous utiliser les mêmes notions et types d’analyse d’un genre à l’autre, que l’on soit dans le drame satyrique, la rhétorique grecque ou la satire romaine ?

Une partie des interventions seront consacrées à des mises en confrontation entre des mots et des théories modernes sur le comique et l’humour d’une part, et d’autre part les textes théoriques anciens, dans une perspective historique et épistémologique.

Un autre ensemble sera dédié à une analyse pratique de textes précis, d’un format court. Nous partirons d’interprétations de ces textes qui les décrivent comme drôles, comiques, etc., pour tenter de déconstruire ces interprétations et d’examiner leur fonctionnement et les définitions sous-jacentes qu’elles convoquent. Comment établissent-elles la relation entre procédé et effet ? Comment se construisent-elles en rapport avec le genre – par exemple qu’est-ce qu’un procédé comique, et faut-il nécessairement un procédé dit « comique » pour faire rire ? Faut-il rire à la lecture des textes pour y repérer de tels procédés, sachant que les codes et les référents anciens ne sont pas identiques aux nôtres ?

Intervenants

Rebecca Lämmle (Cambridge), Vasiliki Kleitsika (Lille), Peggy Lecaudé (Lille), Marie-Laurence Desclos (Paris), Robin Glinatsis (Lille).

Journée d’études « Clichés et stéréotypes : langue, littérature, art, société »

Université de Lille, printemps 2021 (date à préciser).

Responsables : Éléonore Le Jallé et Sarah Troche (STL)

Argumentaire

Cliché et stéréotype sont deux notions voisines et relativement récentes : empruntées au registre de l’imprimerie, elles désignent certaines manières de dire et de représenter particulièrement banales, facilement identifiables, simplificatrices et collectivement partagées. Mais elles n’ont pourtant pas tout à fait le même sens, ni la même histoire. Si le cliché a longtemps été cantonné à une approche littéraire normative stigmatisant les effets de répétition et de facilité stylistique, son articulation au stéréotype, inscrit dans le champ des sciences sociales, a ouvert la réflexion à de nouvelles questions : approche socio-critique des textes littéraires, constructions sociales des représentations, codes de lectures et mémoire collective.

Portant la réflexion au croisement de ces deux notions, le thème proposé reste volontairement ouvert. Le projet de cette journée d’études est d’abord d’organiser, à partir d’analyses de cas précises mettant en jeu les notions de stéréotype et de cliché, des échanges et discussions entre collègues inscrits dans les trois champs du laboratoire « Savoirs, Textes, Langage » de l’Université de Lille (« Formes et sens », « Savoirs, œuvres, discours », « Normes, pratiques et création »), au croisement de différentes disciplines (philosophie sociale et esthétique, langues et cultures antiques, linguistique). Chaque approche permettra de reposer, en situation, la question de la définition même des clichés et stéréotypes, de leur articulation et de leurs usages : quels types de représentations mettent-ils en œuvre ? Sont-ils substituables ? Quels en sont les modes de réception ?

Programme

Anne de Crémoux : « Les clichés et stéréotypes sont-ils comiques ? Réflexions de méthode autour de la comédie grecque antique ».

Ruth Webb : « Stéréotypes et création dans le roman antique ». 

Éléonore Le Jallé : « Déjouer les stéréotypes : Dickens sur le Financier et les transclasses ».

Sarah Troche : « Stéréotype et imaginaire visuel chez Roland Barthes ».

Maarten Lemmens & Mégane Lesuisse : « Stéréotypes et préjugés genrés dans la langue quotidienne » 

Océane Foubert : « Les néologismes genrés en anglais : confirmation ou détournement des stéréotypes ? »

Cécile Lavergne : « Quelle violence des stéréotypes et des clichés ? » 

Journée d’étude « Le rôle de l’imitation »

Lille, MESHS, 23 juin 2021.

Responsable Virginie Chrétien.

Argumentaire

Cette journée d’étude se propose de questionner le rôle attribué à l’imitation par certains penseurs passés ou contemporains - philosophes, psychologues, sociologues ou pédagogues de terrain.

Au travers de cette enquête psychologique, sociologique et historique il s’agira, d’une part, de s’interroger sur ce qu’implique le terme d’imitation. Est-ce une copie, une reproduction, une inspiration ? Cette capacité est-elle naturelle ou construite ? Ce qui supposerait un apprentissage culturel de la part du sujet apprenant. Cette question anthropologique est discutée dès le XVIIIe siècle (chez Buffon, Darwin et Condillac notamment) dans le cadre des débats que suscitent alors le problème de l’évolution des espèces et de la « Nature de l’Homme » au regard de celle de l’animal.

Cette journée d’étude, d’autre part, posera plus généralement le problème du regard de la société vis-à-vis de l’imitation : vue comme éminemment positive jusqu’au XVIIe siècle où l’imitation avait une valeur pédagogique notamment au niveau de l’esthétisme en Art, la perception de l’imitation s’est particulièrement dégradée, en particulier au sein des apprentissages scolaires, l’imitation étant devenue synonyme de copie, de reproduction passive, voire de plagiat. Pourtant l’imitation est considérée par de nombreux penseurs comme la base du langage oral (Paul Guillaume) et écrit (James Baldwin). Nous nous interrogerons donc sur les différents facteurs (philosophiques, épistémologiques, culturels, pédagogiques etc.) susceptibles d’expliquer une telle modification de statut ? Enfin, il s’agira de démêler le rôle de l’imitation dans les processus cognitifs. Les relations intersubjectives et imitatives semblent fondamentales à tout apprentissage. En quoi l’imitation interviendrait-elle dans toute acquisition, formelle ou informelle, de connaissances ? Ici les travaux des psychologues Baldwin, Piaget, Vygotski ou encore Bruner pourraient nous éclairer. Ainsi aurons-nous l’occasion d’interroger les questions suivantes : quel est le rôle de l’imitation au niveau social ?

Quelle influence l’imitation a-t-elle dans l’acquisition des langages écrits et oraux ?

Programme prévisionnel

9h00-10h30 : Virginie Chrétien : « Les six stades de l'imitation selon Piaget »

10h45-12h30 : Nassim El Kabli : « L’imitation chez Rousseau, un mode d’éducation pour le jeune Émile ? » (titre non définitif)

14h00-15h30 : Camille Roelens : « Imitation et authenticité : réflexions à partir de Charles Taylors »

15h45-17h30 : Maxime Decout (thème : l’imitation et l’évaluation en littérature).

Journée d’étude « Quel enseignement philosophique dans la formation des enseignant.e.s du primaire ? Les écoles normales (1881-1989)

L’INSPE Lille-Hauts de France, site de Douai, 17 mars 2021.

Responsables : Louise Ferté et Thibaud Trochu (Laboratoire STL), avec le soutien du service recherche de l’INSPE, de l’Université de Lille et de l’Université d’Artois.

39e symposium international du Tomonobu Imamichi Institute for Eco-ethica. Thème : "Ethics, Politics and the Idea of Nature"

MESHS/ Université de Lille/MESHS, 27 septembre-1er octobre 2021.

Organisation : Patrice Canivez et Sequoya Yiaueki.

Argumentaire

Argumentaire en Annexe 2.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques et journées d’études 2020-2021 », Methodos [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 25 janvier 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/methodos/8527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/methodos.8527

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search