Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21TravauxSéminaires et groupes de travail ...

Travaux

Séminaires et groupes de travail 2020-2021

Texte intégral

Groupe de travail APPEL (Analyse des pratiques professionnelles sur les échanges langagiers)

Argumentaire

  • 1 Stéphanie Caët, Emmanuelle Canut, Lucie Macchi, Cédric Patin & Mai Tran (STL), Vassil Mostrov (Calh (...)
  • 2 Ingrid Gibaru, Marie-Laure Simon, Mai Tran & Lucie Macchi
  • 3 Karen Cappele (enseignante maître formatrice ESPE Lille), Olivier Delrue (enseignant et directeur d (...)
  • 4 42 enseignants de l’Education Nationale, 9 orthophonistes, 4 professionnels de la petite enfance, 4 (...)

Depuis trois ans, des enseignants-chercheurs1, des orthophonistes du département d’orthophonie de l’Université de Lille2 et des enseignants en maternelle3 se réunissent pour travailler sur les interactions verbales dans le contexte professionnel des participants au groupe APPEL. En mai 2019, une journée d’études, organisée avec le soutien du laboratoire, a réuni une soixantaine de participants4. En juin 2019, l’organisation d’un symposium au colloque PRELA (Professionnel·le·s et Recherche en Linguistique Appliquée : défis méthodologiques, enjeux sociétaux et perspectives d’intervention) à Lyon, a donné lieu à la proposition d’une publication : Emmanuelle Canut (Université de Lille) et Caroline Masson (Université de la Sorbonne Nouvelle) coordonnent actuellement un numéro de la revue TRANEL : Postures langagières professionnelles en milieux éducatif, social et clinique : Modalités d’apprentissage du langage et implications pour la formation, dans lequel les travaux de plusieurs des participants de APPEL seront présentés (parution prévue en février 2021).

Dans la continuité du travail déjà réalisé, nous avons organisé un séminaire en 2019-2020. En raison de la suspension des manifestations scientifiques depuis février 2020, les enseignants-chercheurs de STL souhaiteraient de nouveau organiser le séminaire de recherche en 2020-2021. Ce séminaire a pour objectif de rassembler des enseignants-chercheurs, des professionnels (enseignants, orthophonistes, professionnels de la petite enfance), des étudiants des différentes disciplines concernées. Les rencontres s’organisent en deux temps : un temps sous forme de conférences pour alimenter les échanges sur les pratiques en lien avec une réflexion théorique et un temps type « data session » où les membres du groupe APPEL travailleraient ensemble à l’analyse conjointe de données.

Programme

-19 novembre 2020 : Marianne Zogmal et Stéphanie Garcia de l'Université de Genève : « Apprendre à analyser des interactions langagières en contexte institutionnel »

-7 janvier 2021 : Intervention de Jean-Luc Tessier, délégué à la protection des données de l'Université de Lille.

-28 janvier 2021 : Intervention de Mireille Rodi de l'Université de Fribourg :« Des Séquences d’Acquisition/Apprentissage Métagraphiques au sein d’un jeu en ligne : l’Orthodyssée des Gram »

-25 mars 2021 : Intervention de Tracy Martinez de l'Université de Liège.

Séminaire de linguistique

Responsables : Bert Cappelle et Giuditta Caliendo.

Argumentaire

Le séminaire a certains besoins à satisfaire. Il devrait en premier lieu contribuer à la création d’un dynamisme intellectuel au sein du laboratoire, aider à rassembler les collègues autour d’une ou plusieurs thématiques, informer les jeunes chercheur·euse·s sur les nouvelles tendances méthodologiques et les avancées scientifiques et favoriser le dialogue entre différentes sous-disciplines et différentes approches théoriques et empiriques.

De plus, ou plus concrètement, le séminaire devrait aussi être l'occasion pour les membres du laboratoire de présenter leurs projets financés ou les jalons de leurs travaux en cours, de tester des présentations destinées à une conférence, d'entendre les conférencier·ière·s dont les études s’inspirent, de discuter des obstacles théoriques ou empiriques dans leurs propres recherches ou de se familiariser avec un nouvel outil. Le séminaire a également pour objectif de répondre au souhait des membres du laboratoire de se familiariser avec les travaux de recherche des autres et d’encourager ainsi davantage de collaboration et d’échange, y compris entre sous-disciplines.

Programme

16 octobre 2020 : Sequoya Yiaueki, “Conflictual inferences: The role of violence in semantic content”

20 novembre 2020 : « Phonologie et apprentissage »

Deux présentations suivies d'une table ronde :

1) Intervention 1 : Paolo Mairano (STL) & Fabian Santiago (Université de Paris 8) : "Do vocabulary tests tell us anything about L2 pronunciation? A corpus based-study on the interaction between L2 phonology and L2 vocabulary". Intervenant: Paolo Mairano

2) Intervention 2 : Leonardo Contreras Roa, Paolo Mairano, Marc Capliez, Caroline Bouzon : "Voice assimilation in the inflectional -s suffix in the L2 English of L1 French, L1 Spanish and L1 Italian learners". Intervenant: Leonardo Contreras Roa

3) Table ronde avec Kathleen O'Connor, Coralie Hervé, Cédric Patin, Adèle Jatteau (modérateurs : Bert Cappelle et Giuditta Caliendo)

4 décembre 2020, Roland Noske, conférence d'adieu : « Linguistic change and prosodic typology »

15 janvier 2021, Samantha Laporte, » Construction Grammar and Corpus Linguistics »

12 février 2021, Laurence Romain (Université de Birmingham), « Le projet Out of Our Minds » 

Le programme pour le reste du deuxième semestre reste à préciser.

Séminaire de lecture et traduction du Théétète de Platon (4e année)

Une séance par mois le jeudi après-midi d'octobre 2020 à juin 2021.

Co-organisé par Claire Louguet et Thomas Bénatouïl.

Argumentaire

Le séminaire poursuivra la lecture suivie du Théétète de Platon commencée en 2017-2018. Il est inscrit dans la thématique 2 du champ 2, puisque le Théétète met en jeu à propos de la question de la définition de la science la question des rapports entre phénomène, langage et (indirectement, via son absence surprenante) métaphysique.

Une petite dizaine de membres de STL (titulaires et doctorants) participe à ce séminaire depuis 3 ans.

Thomas Bénatouïl va faire paraître à l’automne 2020 un livre sur le Théétète dont plusieurs hypothèses ont été discutées lors du séminaire.

Le séminaire vise à traduire et analyser l’ensemble du dialogue en vue de produire une nouvelle traduction commentée (pour la collection « Les Dialogues de Platon » chez Vrin).

Séminaire « Poésie et philosophie : outils et presentation de travaux »

Université de Lille, trois séances entre février et mai 2021.

Responsable : Anne de Cremoux.

Argumentaire

Le séminaire de présentation de travaux se tient habituellement tous les deux ans et invite des chercheurs de STL ou extérieurs à présenter leurs recherches récentes, sur des sujets proches de ceux des membres du laboratoire, et à en discuter. Nous alternons des séances prises en charge par des chercheurs et étudiants intéressés par la thématique « Formes, pratiques et production poétiques et discursives de l'Antiquité », et d’autres consacrées à des présentations d’œuvres et pensées de philosophes modernes et linguistes portant sur l’Antiquité, ou représentant des outils pour l’aborder : ces séances sont l’occasion d’échanges avec les membres des autres axes du laboratoire, et d’autres laboratoires, et sont susceptibles d’élargir le public du séminaire aux étudiants philosophes et linguistes ; elles permettent notamment aux antiquisants de découvrir ou mieux comprendre certaines réflexions modernes fondamentales sur l’Antiquité et la réception des œuvres antiques chez des penseurs contemporains.

Pour cette année 2020-2021, étant donné le contexte sanitaire, nous avons choisi de reporter au printemps 2021, sous réserve que la situation le permette, deux séances de ce séminaire qui n’ont pas pu se tenir au printemps 2020, ainsi qu’une présentation initialement liée au séminaire portant sur La Couronne de Démosthène.

Programme prévisionnel

Travaux

-Magali Année (Lille-STL)

-Théo Millat-Carus (Toulouse) (La négociation auprès du public chez Démosthène)

Outils

Philippe Sabot (Lille-STL) (Foucault sur l’Antiquité).

Séminaire « Dialogues et dialogisme dans le corpus de Philistrate »

Université de Lille, une séance mensuelle de novembre 2020 à juin 2021.

Responsable : Ruth Webb.

Argumentaire

Le dialogue est un objet de recherches étudié et questionné à travers les différents champs du laboratoire STL. S’il peut être envisagé comme genre à part entière, aussi bien dans un cadre philosophique (par exemple, le Théétète) que dans une approche philologique / littéraire, il peut également être compris, au-delà des questions de généricité, comme un mode discursif qui fait partie intégrante d’une oeuvre (le dialogue théâtral, romanesque…). Enfin, le dialogue peut être défini comme la relation, dite de dialogisme, qu’un narrateur, voire un auteur, engage avec son lectorat qui participe ainsi de manière active à la construction du sens.

Dans la continuité du séminaire « Sophia, Sophistike et Philosophia dans le corpus de Philostrate » (soit trois séances de deux heures durant l’année académique 2019-2020 avant d’être interrompu par la crise sanitaire actuelle), l’objectif de ce nouveau séminaire est d’étudier les différents avatars et les différentes modalités du dialogue et du dialogisme dans les textes de Philostrate, sophiste grec actif dans la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C. Le caractère polymorphe de son corpus sera l’occasion d’échanger avec des spécialistes venus d’autres laboratoires et issus d’autres traditions universitaires. Il comprendra :

- Des textes qui appartiennent au genre du dialogue proprement dit et qui ne mettent pas en scène un narrateur externe : l’Heroikos, un échange entre un vigneron et un Phénicien anonymes à propos des héros de la Guerre de Troie ; le Néron, une discussion entre deux individus singularisés par leur nom (Mousonios et Ménécrate) juste avant la mort de Néron en 68 apr. J.-C.

- Des œuvres narratives dont les parties dialoguées participent de la caractérisation des personnages : notamment la Vie d’Apollonios de Tyane qui s’inscrit dans la tradition des dialogues socratiques pour rivaliser avec elle ; mais aussi, plus ponctuellement, les Vies des sophistes.

- Des textes dont le narrateur s’adresse à des destinataires silencieux : les Images, où un sophiste non nommé décrit des tableaux à un enfant ou à un groupe d’enfants ; les Lettres érotiques, où un, voire plusieurs narrateurs s’adressent à des jeunes gens et / ou à des femmes dans l’intention de les séduire ; mais aussi les parties narratives de la Vie d’Apollonios et des Vies des sophistes, adressées, sur le ton de la conversation (la lalia en grec), à des mécènes si ce n’est directement à leur public. Bien que ces différents textes et extraits prennent la forme de monologues auxquels personne ne répond dans l’espace intradiégétique, ils semblent inviter leur lectorat à s’imaginer quelle réaction ils pourraient susciter, au sein même de l’œuvre mais peut-être au-delà.

Chacun de ces textes fera l’objet de présentations et de discussions réparties sur plusieurs séances de deux heures où nous nous attacherons à examiner deux séries de problématiques étroitement liées :

- Peut-on observer des différences entre les dialogues en tant que genre, les parties dialoguées des œuvres narratives et les discours adressés par un narrateur à ses destinataires, qu’ils soient intra- ou extradiégétiques ? Les personnages, en incluant la figure du narrateur, ont-ils une manière de parler qui leur serait spécifique et qui se soumettrait à des variations selon une situation discursive donnée ?

- Dans quelle mesure et jusqu’à quel degré d’immersion le public est-il lui-même invité à vivre son expérience de lecture en tant que destinataire possible du texte ? Par exemple, quel rôle l’usage récurrent de la deuxième personne du singulier, dans les dialogues tout comme dans les narrations et les monologues, joue-t-il dans l’immersion fictionnelle ? En quoi l’esprit critique que le lectorat reste libre d’exercer sur le texte peut-il aussi l’amener à se distancier des destinataires intradiégétiques ?

Le sujet de ce séminaire est susceptible de donner lieu à un projet international.

Séminaire « Normes et affects »

Une séance, mensuelle, à l’Université de Lille.

Responsable : Éléonore Le Jallé.

Argumentaire

Le séminaire explore les diverses façons dont la vie des normes (sociales, institutionnelles, morales) s’articule avec celles des affects selon – au moins – quatre aspects :

- les normes ne sont respectées et promues qu'en fonction de ressorts affectifs (désirs ou peurs diverses) qui motivent les individus à les suivre ;

- elles ont en retour un impact sur la vie affective des individus, qu’il soit considéré comme pathologique (réification, souffrances sociales, aliénation, etc.) ou salutaire (structurant, socialisant, etc.) ;

- les affects constituent toujours une masse imprévisible de résistance comme d’adhésion, de telle sorte que les normes requièrent des techniques (politiques, rhétoriques, statistiques, prospectives, etc.) de contrôle des passions humaines ;

- les affects, étant donné la structure cognitive que certains auteurs leur accordent actuellement, peuvent être source de normes, en tout cas contribuer à leur constitution.

Programme prévisionnel

Report de 5 séances déprogrammées pendant le confinement :

Nassim El Kabli (ATER à l’INSPE de Douai, doctorant à STL) : « Soi-même par un autre : deux figures normatives de la construction du sujet ».

Mona Gérardin-Laverge (post-doctorante au Sophiapol à l'Université Paris Nanterre) : « "Transformons notre peur en rage, notre rage en force, notre force en lutte" : prise en compte et transformation des affects dans les luttes féministes ».

Nathalie Grandjean (Université de Namur) : « Matérialités et situations en philosophie féministe : croiser Françoise Collin et Donna Haraway ».

Lambert Dousson (École Nationale Supérieure d’Art de Dijon) : « Une critique de la violence : George A. Romero et la politique des zombies ».

Matthieu Haumesser (professeur de CPGE au lycée Alfred Kastler de Cergy-Pontoise) : « ‘La grande règle de toutes les règles’ : le plaisir du public et les lois de l'affect au théâtre ».

Séminaire international d'études post-graduées (PUC de São Paulo/UdL), « Eric Weil. Philosophie et réalité »

Organisé par Marcelo Perine en collaboration avec l'Institut Eric Weil (Patrice Canivez), du 15 au 19 mars 2021 (en ligne : ouvert aux étudiants et doctorants lillois en même temps qu'aux brésiliens).

Argumentaire et programme dans l’Annexe 1, jointe.

Séminaire « Histoire et philosophie de l’informatique et du calcul »

Trois séances d’une demi-journée à l’Université de Lille, trois séances à l’IHPST, Paris.

Responsables : Liesbeth De Mol (STL), Alberto Naibo (IHPST), Maël Pégny (Université de Lorraine)

Argumentaire

L’informatique est l’une des plus jeunes disciplines scientifiques. Néanmoins, c’est aujourd’hui une des disciplines les plus influentes. L’omniprésence des méthodes de calcul dans notre société est impressionnante : tout, des conflits armés jusqu’à nos vies personnelles, est affecté par des moyens informatiques. Mais l’identité de la discipline demeure par ailleurs floue. Depuis sa formation dans les années 50 et 60, l’informatique est caractérisée par des discussions sur les méthodes, les objets, les concepts et le caractère général de la discipline, qui perdurent jusqu’à aujourd’hui. L’informatique est-elle une branche des mathématiques, une science de la nature, ou un domaine de l’ingénierie ? Qu’est-ce qu’un calcul ? Est-ce que la nature calcule ? Est-ce que l’objet de l’informatique est l’information ou le calcul ? Est-ce qu’un programme est un objet technologique ou mathématique ? Comment les langages formels contribuent-ils à la linguistique ? Ces questions sont cruciales, en ce qu’elles déterminent les agendas de recherche. Par ailleurs, les pratiques de l’industrie informatique continuent à développer de nouvelles possibilités sans que ces questions fondamentales soient traitées d’une manière systématique. On est alors confronté à une situation paradoxale, où sont employés chaque jour des moyens auxquels manquent une épistémologie et une ontologie propres. L’approche de ce séminaire consiste en une analyse critique des thématiques centrales de l’informatique en organisant des séances autour des thèmes particuliers avec des orateurs qui peuvent donner des perspectives complémentaires. Cette analyse se veut fondamentalement interdisciplinaire sur au moins deux plans : le premier est lié à la pluralité disciplinaire de l’informatique, le second au pluralisme méthodologique de l’approche envisagée par les responsables du séminaire. Ce côté interdisciplinaire du séminaire s’inscrit clairement dans la nature interdisciplinaire du laboratoire STL Plus particulièrement, le séminaire s’inscrit dans la thématique 3 de l’axe Savoirs, œuvres, discours et sera aussi financé par le projet ANR PROGRAMme ainsi que le laboratoire IHPST (pour les séances parisiennes). Le séminaire a été organisé depuis 2014 avec des séances à Paris (UMR 8590 IHPST) et à Lille (UMR 8163 STL). Depuis ce temps-là, on a perçu le séminaire comme une opportunité à explorer la thématique et son potentiel en France. Par conséquence on a essayé des formats diverss. Depuis l’année dernière on a installé un format de mini-journée d’étude avec au moins trois orateurs. Trois séances sont organisées à Lille, trois à Paris. Les orateurs proviennent d’horizons disciplinaires variés – informatique, logique, histoire et philosophie – afin de répondre à la pluralité intrinsèque de l’objet d’étude par un véritable débat.

Programme

Séances à Lille

Programs and the philosophy of technology

Ray Turner (University of Essex) Peter Kroes (University of Twente) Nick Wiggershaus (Université de Lille) Henri Salha (IHPST, Paris)

Problems of preservation, legacy and reproducibility

Martin Carlé (Ionian University), Roberto di Cosmo (Inria, Université Paris Diderot/ENS), Preserving the world’s Software Heritage, Patricia Falcao (Tate, Conservation department/Goldsmiths, University of London), Balancing Act, Change and Preservation in Software-based Art, Elisabetta Mori (Université de Lille and Middlesex University), David Schmüdde (NextJournal), Enabling Digital Anthropology: On Methods and Practices of Digital Archaeology.

L’informatique et les sciences

Arianna Borrelli (TU Berlin) David Nofre (chercheur indépendant, Utrecht) Sébastien Plutniak (chercheur indépendant) Franck Varenne (Université de Rouen).

Séances à Paris

Sécurité

Edgar Daylight (Lille), Jean-Yves Marion (Paris), Philippe Guillot (Paris).

Informatisation de la bureaucratie

Bastien Guéry (Paris), John Agar (Londres), Gaël Duval (Paris).

La sixième séance à Paris n’est pas encore planifiée.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Stéphanie Caët, Emmanuelle Canut, Lucie Macchi, Cédric Patin & Mai Tran (STL), Vassil Mostrov (Calhiste), & Christine da Silva Genest (ATILF)

2 Ingrid Gibaru, Marie-Laure Simon, Mai Tran & Lucie Macchi

3 Karen Cappele (enseignante maître formatrice ESPE Lille), Olivier Delrue (enseignant et directeur d’école, Lille) & Geneviève Bocquet (enseignante spécialisée)

4 42 enseignants de l’Education Nationale, 9 orthophonistes, 4 professionnels de la petite enfance, 4 enseignants-chercheurs, 10 étudiants en Orthophonie, 1 étudiant de l’ESPE, 2 étudiants de Sciences du Langage et 2 « autre »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et groupes de travail 2020-2021 », Methodos [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 25 janvier 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/methodos/8540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/methodos.8540

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search