Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32RecensionsPhil Hubbard, The Battle for the ...

Recensions

Phil Hubbard, The Battle for the High Street. Retail Gentrification, Class and Disgust

Londres, Palgrave MacMillan, 2017
Anne-Cécile Mermet
Référence(s) :

Phil Hubbard, The Battle for the High Street. Retail Gentrification, Class and Disgust, Londres, Palgrave MacMillan, 2017

Texte intégral

  • 1 Payday lenders, c’est-à-dire la distribution d’emprunts à court terme, généralement remboursables (...)
  • 2 Expression britannique désignant les principales rues commerçantes des centres-villes.

1The Battle for the High Street porte sur les politiques dites de « régénération commerciale » mises en place en Grande-Bretagne au début des années 2010. La récession consécutive à la crise financière de 2008 s’est en effet traduite par une hausse de la vacance commerciale dans les centres-villes britanniques ainsi que par le développement de magasins bon marché destinés à une clientèle au faible pouvoir d’achat (magasins discount, prêteurs sur salaire1, vente à emporter, etc.), conduisant à l’émergence d’un discours sur la crise des high streets2 britanniques. Ce discours a nourri la mise en place de politiques locales, mais aussi nationales (le High Street Innovation Fund), visant à « régénérer » ces rues commerçantes.

2Dans cet ouvrage, Phil Hubbard, professeur d’études urbaines à King’s College London qui a travaillé sur la place et la régulation des activités indésirables en ville, propose une analyse critique de ces politiques publiques. Il développe la thèse selon laquelle ces dernières masquent un agenda politique pro-gentrification qui vise à promouvoir la reconquête de ces rues commerçantes par les pratiques de consommation, mais aussi les valeurs morales, de la classe moyenne, et à en exclure les marqueurs sociaux et culturels des classes populaires. Comme le suggère son sous-titre, l’ouvrage s’inscrit donc tout d’abord dans le cadre des études sur la gentrification – notion qui n’est jamais vraiment définie dans l’ouvrage, mais qui est implicitement conçue comme l’éviction physique et symbolique des classes populaires des centres urbains. Il s’agit de montrer comment, à côté de sa dimension résidentielle plus classiquement abordée en études urbaines, la gentrification s’appuie aussi sur les mutations des espaces de consommation.

3L’ouvrage se positionne ainsi à l’interface entre les études sur la gentrification, la géographie du commerce et les consumption studies en proposant une forme d’économie morale de la high street britannique. La démonstration s’appuie en effet sur une déconstruction méticuleuse des valeurs attachées aux différentes formes commerciales de ces espaces. L’auteur oppose ainsi régulièrement les « mauvais » commerces (par exemple, les fast foods) aux « bons » (par exemple les épiceries vendant des produits bio et locaux). Il s’intéresse prioritairement aux commerces jugés indésirables et propose une analyse de la construction sociale et réglementaire de cette indésirabilité, en contraste avec celle de la désirabilité des « bons » commerces (aux yeux des autorités publiques, des riverains, des gentrifieurs et plus largement de la classe moyenne). La thèse sous-jacente est que ce sont les commerces qui correspondent aux pratiques de consommation de la classe populaire qui sont ciblés par cette construction de l’indésirabilité. Par conséquent, la lutte contre les fast-foods, sex shops et autres bureaux de paris correspondrait à une logique de marginalisation des classes populaires dans l’espace urbain.

4Sur le plan méthodologique, la démonstration de Phil Hubbard croise plusieurs sources : analyse critique de nombreux documents réglementaires à la fois au niveau national et local concernant l’installation des commerces jugés indésirables dans les villes, observations empiriques personnelles, résultats de projets de recherche précédemment conduits par l’auteur (notamment sur les sex shops). Si les exemples mobilisés dans l’argumentation sont principalement localisés dans le Kent (région du sud-est de Londres), l’auteur s’appuie également sur de nombreuses villes d’Angleterre et d’Écosse.

5L’ouvrage compte dix chapitres. Les trois premiers placent l’analyse dans le cadre des études sur la gentrification ainsi que dans le contexte de la crise des high streets britanniques. Le chapitre 1 inscrit la démonstration dans la perspective de la thèse de la « gentrification généralisée » héritée des derniers travaux de Neil Smith (2006). Il montre que, si la généralisation de ce processus à tous les espaces intégrés au capitalisme contemporain fait actuellement l’objet d’une attention croissante autour de la thèse de la « gentrification planétaire » (Lees, Shin et López-Morales, 2016), certains aspects de cette dynamique demeurent sous-étudiés et sous-théorisés, à l’image des activités commerciales. Le point de départ de la démonstration est exposé dans le chapitre 2 : la crise de 2008 et la période de récession qui l’a suivie auraient provoqué une crise des high streets britanniques, justifiant la mise en place de politiques de « régénération commerciale ». Le chapitre suivant recontextualise ce discours de crise sur un temps plus long, et montre qu’il prend en réalité racine dans l’exurbanisation des espaces de consommation avec la construction des malls et regional shopping centres en périphérie dans les années 1970. Le chapitre offre également un utile rappel des apports des consumption studies concernant les pratiques de consommation dans les constructions identitaires contemporaines, notamment dans les identités de classe.

6Le chapitre 4 expose un cas archétypique de mise en place d’une politique de régénération commerciale à travers l’exemple de Margate, ville moyenne balnéaire du Kent dont les rues commerçantes ont fortement souffert de la récession. À partir de 2012, la mise en place d’un projet de régénération commerciale a considérablement changé le paysage commercial de la ville avec le lancement de ce que Sharon Zukin appelle un processus de « boutiquing » typique de la gentrification commerciale (Zukin et al., 2009). Phil Hubbard interprète ces changements commerciaux comme la reconquête d’espaces commerciaux dévalorisés par les normes, les pratiques de consommation et les valeurs morales de la classe gentrifieuse.

7Les chapitres 5 à 8 s’intéressent chacun à un type de commerce jugé indésirable, respectivement : les pubs et les lieux de sociabilité nocturne (principalement ceux de consommation d’alcool), les sex shops et les clubs de lap dance, les bureaux de paris, et enfin les fast-foods. Ces chapitres sont organisés selon la même démarche. Ils mettent tout d’abord en regard chaque type de commerce avec son équivalent « gentrification-compatible » pour montrer comment le rejet des commerces populaires s’appuie non pas sur des arguments objectifs et factuels concernant le caractère socialement délétère de ce qui est échangé dans ces commerces, mais sur une économie morale fondée sur le dégoût vis-à-vis des espaces et pratiques de consommation spécifiques aux classes populaires. Le chapitre 5 oppose par exemple les pubs populaires de la chaîne britannique Wheterspoon, qui proposent une offre bon marché, aux micro-brasseries qui vendent des produits au moins autant alcoolisés, mais bien plus distinctifs, sans être diabolisés ni par les politiques publiques ni par les riverains. Dans un second temps, Phil Hubbard s’appuie sur une approche géo-légale pour montrer comment cette moralisation des espaces de consommation des classes populaires a été relayée dans la réglementation locale, voire nationale, pour conduire opérationnellement à l’éviction de ces types de commerce. Dans le chapitre 7, il détaille par exemple comment les politiques d’administration de licences ou les règlements locaux d’urbanisme ont été utilisés pour empêcher l’implantation de bureaux de paris dans certains quartiers.

8Les deux derniers chapitres repositionnent ces dynamiques dans des perspectives plus larges. Le chapitre 9 réinscrit les politiques de régénération commerciale des high streets dans le contexte du succès auprès des autorités publiques britanniques de la thèse de la ville créative (Florida, 2002). Il montre comment cette aseptisation des paysages commerciaux constitue une dimension des politiques de régénération urbaine par l’art et la culture, favorisant les valeurs esthétiques et les pratiques de consommation de la classe gentrifieuse, en s’appuyant sur des exemples londoniens bien connus (quartiers de Hoxton ou de Shoreditch), ainsi que sur le cas de Margate et de la Turner Contemporary Gallery. Le chapitre 10 conclut l’ouvrage en montrant que le cumul de toutes ces politiques révèle la mise en œuvre d’une logique d’exclusion des classes populaires dans les high streets.

9Cet ouvrage présente plusieurs intérêts. Tout d’abord, pour un lecteur francophone connaissant de loin les dynamiques commerciales des centres-villes britanniques, il offre une lecture transversale des changements récents qui ont reconfiguré les high streets, à travers une multitude d’exemples (Margate, Bournemouth, Southampton, Loughborough, Leeds, Edimbourg) et en utilisant des types de commerces parfois très ancrés culturellement dans le contexte britannique (les pubs ou les bureaux de pari). Le texte est par ailleurs vivant, facile à lire et étayé par de nombreuses observations de première main. L’ouvrage propose également une analyse des high streets comme des espaces résolument relationnels (Lefebvre, 2000) où se jouent la construction des identités de classe et surtout leur confrontation. La construction sociale de l’indésirabilité de certains types de commerce « bas de gamme » (par exemple dans le chapitre 5 sur la vente d’alcool) est souvent convaincante. Enfin, l’articulation entre la déconstruction des valeurs morales associées à différents types de commerce et les politiques de régulation de ces activités est particulièrement intéressante.

10Néanmoins, plusieurs points me semblent problématiques. Tout d’abord – et c’est un type d’argumentation dichotomique assez typique des études sur la gentrification – l’opposition entre le paysage commercial de la « failing high street » (la mauvaise rue commerçante, caractérisée par une succession de fast-foods, tatoueurs, bureaux de paris et autres clubs de lap dance) et celle de la « thriving high street » (la bonne rue commerçante, caractérisée par ses galeries d’art, ses boutiques vintage et ses cafés « hipsters ») est souvent trop simpliste et caricaturale. Certes, il s’agit des deux extrêmes en termes de niveau de gamme commerciale, mais que penser de tous les commerces qui se situent entre ces deux extrêmes et qui sont loin d’être absents des rues commerçantes des centres britanniques ? Dans quelle catégorie l’auteur placerait-il les enseignes mass market comme Zara ou H&M qui visent prioritairement les emplacements premium des principales rues commerçantes qui sont l’objet de l’ouvrage et qui ciblent tout autant la classe moyenne que la classe populaire ? La position de l’auteur quant aux commerces de chaîne est d’ailleurs particulièrement ambiguë. D’un côté, il explique que la promotion des commerces indépendants est caractéristique des logiques de gentrification commerciale et se fait généralement au détriment des classes populaires. Mais de l’autre, il affirme (par exemple dans le chapitre 7, p. 162) que ces grandes chaînes ont suffisamment de pouvoir pour faire plier les contestations locales et obtenir que la balance administrative penche en leur faveur. Dans le même ordre d’idées, l’ouvrage est sous-tendu par une conception binaire et souvent simpliste des classes sociales (les classes populaires vs les gentrifieurs). Ainsi, tout au long de l’ouvrage, l’auteur assimile gentrifieurs et classes moyennes, ce qui demande à être nuancé compte tenu de la diversité des choix résidentiels et des pratiques de consommation de la classe moyenne (Bacqué et al., 2015). L'appréhension des pratiques de consommation des classes populaires donne également l’impression d’une certaine uniformité (parfois caricaturale), qui demande à être démontrée.

11Deuxièmement, la dimension critique de l’ouvrage présente des ambiguïtés et des paradoxes. Les chaînes bon marché (comme McDonald’s ou Wetherspoon) ou les chaînes de supermarché discount constituent certes des espaces de consommation accessibles aux populations pauvres. Mais leur modèle économique et social constitue une autre facette critiquable du capitalisme contemporain. Ce modèle repose sur des conditions de travail difficiles pour les employés (qui font aussi partie de la classe populaire dont il est question dans l’ouvrage), et pose des questions éthiques sur la façon dont les produits qui y sont vendus ont été fabriqués (voir par exemple les travaux d’Andrew Brooks, 2015). Dès lors, il est dommage que l’ouvrage ne traite pas frontalement de la question de savoir comment articuler la critique de la perte d’espaces de consommation accessibles aux classes populaires dans les villes contemporaines, et de celle des conditions de travail et de production caractéristiques de ces espaces de consommation bon marché. Comment maintenir une offre commerciale accessible à tous, tout en s’affranchissant des conditions de travail et de production des biens qui sont caractéristiques des grandes chaînes de distribution ?

12Troisièmement, sur le plan méthodologique, certains points auraient mérité davantage d’attention. Les exemples qui illustrent le propos sont pris à des niveaux très variés de la hiérarchie urbaine. Or dans quelle mesure les dynamiques commerciales d’une ville de 60 000 habitants comme Margate peuvent-elles être mises dans la même catégorie d’analyse que celle d’une métropole de 800 000 habitants comme Leeds ? En France par exemple, la question des crises du commerce de centre-ville touche avant tout les villes moyennes et il paraîtrait peu pertinent de mettre sur le même plan les dynamiques commerciales de Châlons-en-Champagne avec celles de Toulouse. Le fait que certains arguments soient essentiellement soutenus par des anecdotes personnelles non appuyées sur un protocole méthodologique explicite fait par ailleurs perdre au propos une partie de sa force de conviction : comment l’auteur est-il, par exemple, capable de distinguer de visu un individu de la classe populaire d’un individu de la classe moyenne ?

13Enfin, certains points particulièrement importants pour comprendre comment ces dynamiques de gentrification commerciale opèrent sont absents de l’ouvrage. C’est notamment le cas de la question des loyers commerciaux et de l’immobilier commercial, qui est un déterminant important de ces changements commerciaux (Zukin et al., 2009). De la même façon, à l’heure où les études sur la gentrification accordent une place prépondérante à la question du déplacement des classes populaires (displacement), il aurait été intéressant d’analyser la façon dont s’articulent, dans les faits, gentrification commerciale et déplacement (direct et indirect) des classes populaires. Une analyse de la perception qu’ont les classes populaires de ces changements, ainsi que de l’impact de ces politiques de « régénération » commerciales sur leurs pratiques de consommation, voire leurs choix résidentiels, aurait utilement complété le propos.

14En conclusion, même s’il ne remplit pas vraiment son ambition initiale de construire une théorie de la dimension commerciale de la gentrification pour les raisons évoquées, cet ouvrage apporte une contribution originale à la littérature émergente sur la gentrification commerciale à partir de l’étude du cas britannique. Il complète utilement les travaux descriptifs et sémiotiques qui ont décrit dans les années 2000 le processus de boutiquing caractéristique de la gentrification des rues commerçantes (Bridge et Dowling, 2001 ; Zukin et al., 2009), ainsi que les travaux récents plus interprétatifs comme ceux de Sara Gonzales (2017) sur la gentrification des marchés britanniques.

Haut de page

Bibliographie

Bacqué, M., Bridge, G., Benson, M., Butler, T., Charmes, E., Fijalkow, Y., Jackson, E., Launay, L. et Vermeersch, S. (2015), The Middle Classes and the City: A Study of Paris and London, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan.

Brooks, A. (2015), Clothing Poverty: The Hidden World of Fast Fashion and Second-Hand Clothes, Londres, Zed Books.

Bridge, G. et Dowling, R. (2001), « Microgeographies of Retailing and Gentrification », Australian Geographer, 32, 1, p. 93‑107.

Florida, R. L. (2002), The rise of the creative class: and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, New York, Basic Books.

González, S. (2017), Contested Markets, Contested Cities: Gentrification and Urban Justice in Retail Spaces, Oxon and New York, Routledge.

Lees, L., Shin, H. B. et López-Morales, E. (2016) Planetary Gentrification, Cambridge and Malden, John Wiley.

Lefebvre, H. (2000) La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Smith, N. (2006), « Gentrification Generalized: From Local Anomaly to Urban “Regeneration” as Global Urban Strategy », in G. Downey (dir.), Frontiers of Capital: Ethnographic Reflections on the New Economy, Durham and London, Duke University Press Books, p. 191‑208.

Zukin, S., Trujillo, V., Frase, P., Jackson, D., Recuber, T. et Walker, A. (2009), « New Retail Capital and Neighborhood Change: Boutiques and Gentrification in New York City », City & Community, 8, 1, p. 47‑64.

Haut de page

Notes

1 Payday lenders, c’est-à-dire la distribution d’emprunts à court terme, généralement remboursables au prochain versement d’un salaire.

2 Expression britannique désignant les principales rues commerçantes des centres-villes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Cécile Mermet, « Phil Hubbard, The Battle for the High Street. Retail Gentrification, Class and Disgust »Métropoles [En ligne], 32 | 2023, mis en ligne le 30 mai 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10034

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Mermet

Maîtresse de conférences, Sorbonne Université, Laboratoire Médiations

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search