Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierLa ville marchande en temps de pa...

Dossier

La ville marchande en temps de pandémie : ce que la crise du Covid-19 a fait aux mondes marchands urbains

The commercial city (« ville marchande ») in the time of pandemic. How has the Covid-19 pandemic shaped the retail and urban worlds?
Emmanuelle Lallement et Vincent Chabault

Résumés

La crise du Covid-19 a forgé un paysage urbain et marchand inédit, des stratégies et des adaptations diverses, à la fois du côté des commerçants et des clients, et a pu reconfigurer ou réaffirmer le lien profond entre la ville et le commerce. Ce numéro thématique, initié quelques mois seulement après l’annonce par le gouvernement français de nouvelles mesures de restriction, propose d’examiner la déstabilisation et les réaménagements provoqués par la crise sanitaire dans le secteur du commerce de détail et d’étudier les conséquences provisoires ou durables de celle-ci sur l’espace urbain. Qu’est-ce qu’une ville marchande quand elle ne peut plus l’être, quand la plupart de ses commerces sont fermés ou font l’objet de contraintes et de nouvelles réglementations ? Et comment l’analyser ?
Réunissant sociologues, anthropologues, géographes, urbanistes, le dossier expose des analyses menées en Chine, en Afrique du Sud, aux États-Unis et en France sur une diversité d’espaces et de situations d’échange marchand, qui d’ordinaire ne sont pas pensés ensemble (boutiques, restaurants, marchés de gros et de détail, commerce en ligne). Ces dernières se voient ici rassemblées dans une interrogation commune – ce que la pandémie du Covid-19 a fait à la ville et aux commerces – tout en pensant plus globalement les réalités urbaines et leur avenir.

Haut de page

Texte intégral

1Point de départ de la crise sanitaire mondiale, le marché de gros et de détail de Wuhan en Chine fut fermé par les autorités chinoises le 1er janvier 2020 après la découverte d’une épidémie de pneumonie touchant une trentaine de commerçants et de clients de ce lieu emblématique de la commercialisation d’animaux sauvages, situé au centre d’une métropole de 11 millions d’habitants.

2Deux mois et demi après et à des milliers de kilomètres de ce premier foyer de l’épidémie, d’autres espaces marchands ont à leur tour fait l’objet de mesures inédites. En France, les fermetures administratives ont concerné les marchés de plein-vent, les commerces non alimentaires, les galeries marchandes. Des restrictions ont entraîné l’essor d’aménagements spécifiques (jauge, file d’attente, prise de rendez-vous) et d’infrastructures adaptées (terrasses, étals extérieurs, plexiglas, signalétiques). Des espaces de la ville marchande ont ainsi été modifiés au gré des fermetures et ouvertures décrétées.

3Ces mesures, qui ont pu rappeler à quel point les réglementations fabriquent les activités commerciales et rythment la vie urbaine, ont été reconduites en France lors du deuxième confinement du mois de novembre 2020 durant lequel un débat interminable s’est tenu à propos du critère d’essentialité, discutable et discuté, qui a été retenu pour définir la liste des commerces autorisés à accueillir la clientèle (les bureaux de tabac, les cavistes mais pas les librairies ni les coiffeurs, pour exemples).

4En perturbant la fluidité des échanges, les routines d’achat et les activités citadines, cette crise a non seulement rendu visibles les activités de commerce de détail – avec celui de la santé, ce secteur a fait l’objet d’un nombre incalculable d’articles de presse et de reportages télévisés et radiophoniques – mais elle a également mis au jour les enjeux politiques qui lui sont associés. Elle a notamment réactivé des débats anciens (celui des « gros » contre les « petits », déjà observé lors de l’essor des grands magasins durant le Second Empire) comme plus récents (la concurrence exercée d’Amazon) tout en en faisant apparaître de nouveaux (rupture de la chaîne d’approvisionnement, recours au critère d’essentialité). Enfin, elle a montré en creux mais avec vivacité en quoi l’échange marchand est un échange social (de La Pradelle, 1996). Entre distance physique imposée et proximité sociale désirée ou crainte, elle a prouvé à quel point chaque scène marchande n’est jamais seulement une incarnation du marché mais bien une relation sociale.

5Loin d’être, d’un côté, ces univers traditionnels, voire poussiéreux, ni de l’autre ces icônes d’une modernité conduite par la virtualité des transactions, les situations d’échange marchand ont en quelque sorte fait époque (Benjamin, 2023) au moment même où celle-ci est précisément marquée par l’incertitude et l’impermanence.

6La pandémie a été, d’un point de vue global, un temps de questionnement fort sur ce qu’est la ville (Ali, Connolly et Keil, 2022 ; Simon et al., 2021). Entre poison et remède, l’urbain s’est retrouvé au cœur des interrogations : la pandémie a révélé les effets des processus d’urbanisation tout en mettant en évidence les ressources qu’elle offrait en termes d’accès aux soins, aux services, et à des formes de solidarité.

7Ce numéro thématique, initié quelques mois seulement après l’annonce par le gouvernement français de nouvelles mesures de restriction parmi lesquelles la fermeture des établissements scolaires (avril 2021), propose d’examiner cette déstabilisation et les réaménagements provoqués par la crise dans le secteur du commerce de détail et d’étudier les conséquences provisoires ou durables de celle-ci sur l’espace urbain. La crise du Covid-19, qui fut un moment où les processus d’urbanisation ont été mis en débat, constitue-t-elle pour les villes un simple révélateur ou, bien plus encore, un syndrome des liens qu’elles entretiennent avec leurs commerces et des attaches entre commerçants, institutions et consommateurs ? Ce faisant, a-t-elle institué le commerce comme élément essentiel de compréhension du phénomène urbain ?

8En choisissant comme porte d’entrée les activités marchandes dans la ville, il s’agit de saisir les lieux, leur scénographie mais également toute la gamme des relations sociales qu’elles instaurent, les enjeux politiques, sociaux, communicationnels qui les sous-tendent et le jeu identitaire – individuel et collectif – qu’elles suscitent (Lallement, 2013). De quelle façon « la ville marchande » traverse-t-elle la crise sanitaire, et plus précisément, les confinements associés à la pandémie, ici et ailleurs ? Comment la recherche en sciences humaines et sociales peut-elle contribuer non seulement à documenter cette époque, mais aussi à produire une analyse, marquée depuis longtemps par son interdisciplinarité, sur cet élément déterminant du phénomène urbain que constituent le commerce et plus largement les situations d’échange marchand ?

9L’appel à articles, organisé autour de trois thèmes (changement commercial et espace urbain, intermédiation marchande, modalités d’approvisionnement), invitait les autrices et les auteurs à se pencher, par leurs investigations menées durant la crise, sur les réaménagements, matériels et symboliques, des échanges marchands opérés en ville.

10La démarche empirique permet ainsi de rompre avec le sens commun, d’éviter plus précisément le double piège intellectuel dans lequel tombent fréquemment des contributions rédigées « à chaud » : celui, d’une part, d’envisager la pandémie comme un moment marquant une période, comme souvent a-t-il été entendu dans le langage courant, à savoir « un monde d’avant » et « un monde d’après » ; celui, d’autre part, de considérer la crise sanitaire sous le seul angle de la « résilience » voire de l’innovation face aux contraintes, en invisibilisant, par exemple, les inégalités face à l’adaptation auxquelles étaient exposées les catégories de la population tant dans l’univers domestique que professionnel.

11Pour éviter ce double écueil, ce n’est résolument pas une approche surplombante et impressionniste que nous avons sollicité, mais bien une approche « au ras du sol », à hauteur des vitrines, au niveau des étals et des scénographies marchandes retravaillées, au plus près des échanges et des transactions, ceci afin de rendre compte non seulement de la dimension matérielle de cette ville marchande à l’ère de la pandémie mais aussi du système culturel à l’œuvre qui se dessine quand il s’agit de « ville marchande ».

12Alors même qu’elles étaient au centre des interdits et des contrôles, les activités commerciales ont démontré leur place décisive dans les dynamiques urbaines. Cette crise, qui a révélé les relations étroites entre ville et commerce, s’entend-elle alors comme un indice paradoxal ? Les espaces d’échange aussi bien que les professionnel.les et consommateur-rices ont fait preuve de stratégies diverses, entre contraintes et inventivité, qui s’entendent dans la continuité des « arts de faire » du quotidien (de Certeau, 1980). Mais cette période a aussi eu pour effet de montrer combien le commerce est une affaire de régulations diverses, tout autant que de « paniques morales » diversement vécues d’un bout à l’autre de la planète.

13Ce dossier thématique se compose de six contributions : quatre articles scientifiques de collègues anthropologues, sociologues, géographes, un entretien avec deux chercheuses américaines sur la ville de New York et une note de recherche à visée documentaire rédigée par deux urbanistes de l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR), restituant des données originales éclairant les recompositions du commerce de détail parisien. Ce dossier entend témoigner de la dynamique apparue durant la pandémie, preuve de la vitalité scientifique des chercheurs en sciences humaines et sociales à pouvoir penser les crises qui traversent le monde contemporain et leurs effets. Il en va ainsi de tous les articles qui mettent en évidence les difficultés d’une recherche et d’une écriture souvent à distance géographiquement des terrains habituels mais néanmoins au cœur des événements.

1. Enquêter en situation de confinement

  • 1 Les enquêtes quantitatives semblent avoir largement dominé les méthodes d’investigation utilisées (...)

14L’un des défis de ce projet éditorial était de solliciter des contributions reposant sur des enquêtes conduites dans des conditions inédites, qu’elles soient d’ouvertures des terrains ou qu’elles soient de temporalités contrariées. Elles rendaient quasiment impossibles, et ceci sur de longues périodes, l’accès à des terrains éloignés du domicile et tout contact direct avec des enquêté.es mais aussi avec des collègues. Ces contraintes sont liées aux réglementations prises dans une grande partie des pays en matière de déplacement, mais aussi sans doute à l’objet lui-même, le commerce, à la fois peu étudié par les sciences humaines et sociales et révélé tout à coup comme central dans une quotidienneté éprouvée par la crise pandémique. La disparition brutale d’objets de recherche (le cas du tourisme : Apchain et al., 2021), la réorganisation de collectes de données déjà avancées (Clouet, Madon et Oudot, 2020), la concentration scientifique sur des modes d’investigation à distance (Mariot, Mercklé et Perdoncin, 2021), mais aussi l’apparition soudaine de nouvelles thématiques scientifiques et de nouveaux terrains « de proximité », ont marqué et orienté le quotidien professionnel des scientifiques1. S’il ne s’agit pas de révolutionner les modes d’investigation dans toutes les recherches menées durant les confinements et durant les périodes qui ont suivi où les mobilités étaient réglementées, il reste que ces moments de la recherche en SHS en sont profondément marqués d’un point de vue méthodologique voire épistémologique.

15Un second type de contrainte relève de la durée des enquêtes. D’une part, les étapes relatives à la construction de l’objet, la collecte de données et les analyses du matériau ont dû être conduites dans un temps relativement court ; l’appel fut diffusé dès le mois de septembre 2021. D’autre part, nombre d’enquêteurs et d’enquêtrices ont pu être plongés dans une forme de perplexité face à cet évènement dont on connaît – certes approximativement – la période où celui-ci a démarré mais où chacun ignore la date de fin. La crise sanitaire est en effet bien distincte des périodes de confinement, variables d’un territoire à l’autre.

16Les contributeurs et les contributrices du dossier ne partaient toutefois pas de zéro. Chacun et chacune sont d’ores et déjà des chercheur.es qui contribuent à saisir les liens entre ville et commerce. Sharon Zukin et Ivana Mellers avaient entrepris, avant la pandémie, une enquête consacrée aux fondateurs de petites entreprises du secteur alimentaire et de la restauration à New York. L’objectif était d’étudier la croissance de ce secteur porté par des populations immigrées, les usages professionnels des technologies numériques pour assurer un débouché commercial à leurs produits ainsi que les mesures mises en place par les pouvoirs publics pour accompagner ces petites entreprises indépendantes, fragiles et souvent familiales. Les deux autrices ont ainsi eu l’idée de réengager la relation d’enquête créée avant la crise pour prolonger leur investigation.

17Examinant la distribution genrée de la fréquentation des lieux marchands en Île-de-France, Corinne Luxembourg et Nicolas Lebrun ont également réexploité des données empiriques, produites entre 2014 et 2017 et issues du traitement statistique et graphique de cartes mentales circulatoires, pour les confronter à un matériau collecté pendant les confinements, basé sur des observations directes d’espaces marchands situés dans différentes communes.

18De son côté, la note de recherche proposée par l’Atelier parisien d’urbanisme repose en grande partie sur les données issues du recensement des commerces parisiens que cet organisme d’étude de la Ville de Paris mène depuis 2000 à intervalle régulier (BDcom). La dernière version a été finalisée à l’automne 2020, pendant la pandémie, par la vingtaine d’enquêteurs mobilisée dans les rues de la capitale. Des enquêtes complémentaires ont été administrées en ligne auprès de consommateurs et de commerçants.

19En Chine, Frédéric Keck et Nan Nan ont dû, en raison des restrictions imposées par la politique zéro-covid au cours de l’année 2022, prolonger l’enquête ethnographique, entamée en 2021, sur les marchés aux volailles vivantes de Chengdu, par une revue de littérature consacrée à la régulation des marchés aux animaux en Chine au cours des quarante dernières années. Ce tournant leur a permis d’élargir leur angle de vue tout en réinscrivant le matériau ethnographique localisé dans une profondeur historique mais aussi dans une perspective urbaine en interrogeant la question de la métropolisation et des rapports villes-campagne.

20La vigueur empirique qui traverse les contributions se nourrit ainsi d’une ré-interrogation de données produites antérieurement mais aussi de la production d’un matériau original nécessitant de nouvelles options méthodologiques adaptées aux contraintes de mobilité scientifique. C’est par exemple le cas pour l’article d’Anaïs Daniau et d’Alexandre Mallard dont les analyses reposent sur des entretiens menés par téléphone ou en visio-conférence ; un mode d’investigation diffusé largement depuis, à tel point qu’il semble s’être banalisé.

21Sophie Chevalier, dont les recherches ethnologiques menées en France et en Afrique du Sud se consacrent à la consommation et aux univers domestiques, s’est concentrée sur un type de commerce, celui de l’alcool, et un type de commerçant, un caviste. Elle a ainsi cherché à documenter de nouveau la question de la prohibition de l’alcool en Afrique du Sud, dont l’histoire est à la fois ancienne, politique et sensible, en enquêtant sur les fermetures des débits de boisson à Durban lors des confinements et sur les émeutes qui les ont suivies.

22Ce matériau empirique collecté lors d’une période inédite pour les chercheur.es a permis de se pencher sur un nombre significatif d’espaces marchands et d’avoir pu y saisir les contraintes auxquelles étaient exposés les commerçants mais aussi l’inventivité toute relative dont ils ont du et su faire preuve.

2. Des espaces d’échange divers : entre contraintes et inventivité

23Qu’est-ce qu’une ville marchande quand elle ne peut plus l’être, quand la plupart de ses commerces sont fermés ou font l’objet de restrictions et de nouvelles réglementations ? Le dossier met en évidence une diversité d’espaces et de situations d’échange marchand, qui d’ordinaire ne sont pas pensés ensemble (boutiques, restaurants, marchés de gros et de détail, commerce en ligne). Ces dernières se voient ici rassemblées dans une interrogation commune mais chaque fois singulière de ce que la pandémie du Covid-19 a fait à la ville et aux commerces tout en poursuivant leurs efforts de penser plus globalement les réalités urbaines.

  • 2 Pour d’autres contextes nationaux que ceux de la France, la Chine, les Etats-Unis ou l’Afrique du (...)

24Dans une première partie du dossier, nous invitons le lecteur à traverser trois pays dans trois continents, afin de proposer un décentrement, voire un éloignement qui précisément ont fait défaut dans les années 2020-2022 marquées par une injonction à l’immobilisme spatial/géographique. L’Afrique du Sud avec Durban, les États-Unis avec New York, la Chine avec Chengdu, autant de métropoles qui ne se définissent pas en tant que telles de la même manière, qui ne présentent pas les mêmes structures commerciales, qui n’envisagent pas les pratiques commerciales et de consommation de la même façon. Elles permettent cependant de voyager dans les affres de la pandémie au quotidien. L’ambition ici n’était pas de se contraindre à une perspective internationale pour répondre aux exigences contemporaines de la recherche scientifique mais de contribuer à une pensée comparative d’un même phénomène dans des contextes culturels, nationaux et politiques différents2. Ainsi c’est bien un continuum de questionnements qui se joue, plutôt qu’une simple mosaïque, et qui pose alors l’échange marchand comme activité sociale significative des manières de faire ville, ici et ailleurs. Les singularités nationales, culturelles et sociales que révèle chacun des articles du dossier dans leur approche respective de « la ville marchande en temps de pandémie » témoignent des enjeux de la mondialisation marchande tout comme des particularismes locaux.

25De même, la variété des espaces observés ressort du dossier tant celui-ci expose des résultats de recherche qui font varier les échelles du commerce en milieu urbain. Des territoires populaires en Île-de-France (Lebrun et Luxembourg), jusqu’au cœur des métropoles (Paris et New York) voire des liens singuliers entre le rural et l’urbain (Chengdu), tous se donnent à voir et à comprendre sous le prisme du commerce « en temps de Covid ». Cette approche multi scalaire correspond à celle des commerces eux-mêmes, grands ou petits, de détail ou de gros, de proximité ou à aire d’attraction plus large, mais encore à leur inscription physique dans les territoires étudiés, ainsi qu’aux rapports de proximité que les consommateurs peuvent y développer. Ceci permet de dégager de fait une organisation spatiale urbaine, une dynamique sociale et l’ensemble des interactions entre acteur.rices institutionnel.les et non institutionnel.les.

26Aussi, faut-il y voir la variété des « formes marchandes » à l’œuvre, ici en dialogue invisible entre les articles. Du plus petit commerce de proximité aux marchés alimentaires de gros couvrant des aires métropolitaines (Keck et Nan), commerçants et restaurateurs ambulants (Zukin et Mellers), boutiques indépendantes (Chevalier ; Daniau et Mallard), espaces de distribution de paniers solidaires (Lebrun et Luxembourg), implantation de concepts nouveaux comme les dark stores et drives piétons à Paris (Bouvier et Mohrt), voire de la pratique du click and collect, c’est une palette de situations marchandes dont chaque pièce fait écho à l’autre dans une pensée plus globale sur le monde marchand contemporain.

27Les perturbations minimes comme les mutations majeures du monde marchand apparaissent ainsi collationnées. Les différentes formes que prend le « travail relationnel » mis en œuvre pour intégrer aux rapports marchands ce nouvel accessoire apparu qu’a été le masque dans un contexte français (Daniau et Mallard) résonne avec d’autres adaptations comme par exemple celles que les entreprises de livraison comme Amazon aux États-Unis et à New York en particulier ont dû opérer en augmentant leurs effectifs et en les concentrant sur l’approvisionnement alimentaire, de même qu’est apparue en même temps, et dans cette même ville de New York, une floraison de restaurants de plein air qui a modifié le rapport à la ville.

28Enfin, les figures de commerçant.es comme celle de consommateur.rices se font jour au travers de ces recherches présentées. Plus particulièrement les commerçant.es, ces acteur.rices particulier.es de la ville et des échanges, souvent « metteurs en scène de talent » (de La Pradelle, 1996) de leur commerce, de leur étal et de l’espace social ainsi formé, composent des « formes sociologiques », pour reprendre l’expression de Simmel à propos de la figure de l’étranger (1903). La figure de commerçant.e, proche et inconnue, présente mais quelquefois nomade, est une manière de penser la relation entre un individu et ses rôles sociaux ainsi que la catégorie d’action que sa position dans le jeu social engendre. Si l’ethos du commerçant indépendant est central dans l’exercice du portrait du caviste de Durban réalisé par Sophie Chevalier, jouant d’un régime et d’une stratégie de visibilité et d’invisibilité pour exister malgré le contexte de prohibition de l’alcool, c’est la figure masculine du consommateur qui apparaît dans l’analyse de la spatialisation des inégalités de genre en période de crise sanitaire dans l’article de Corinne Luxembourg et Nicolas Lebrun. Les vendeurs ambulants de nourriture à New York, habituellement installés sur les quais de métro, sont sortis des sous-sols de la ville pour s’installer dans les quartiers résidentiels et non plus les quartiers centraux d’affaires désormais désertés. Une dernière figure apparaît enfin : celle de la commerçante à la fois prudente et marquant ostensiblement son souci de protéger ses client.e.s, sans pour autant entrer dans l’obligation réciproque, rejouant ainsi « dans l’espace de la boutique l’un des grands débats politiques sur l’équilibre entre protection et liberté auquel l’actualité liée à la Covid-19 nous a habitués » (Daniau et Mallard).

29Les conditions de félicité, pour reprendre une expression goffmanienne, n’étaient vraiment pas réunies dans le temple de l’enchantement (Winkin, 2008) que représente souvent le monde marchand. Néanmoins l’ingénierie à l’œuvre a toujours été manifeste. La lecture des travaux présentés laisse en effet transparaître l’inventivité et les capacités d’adaptation du commerce et des commerçants face aux contraintes. Celles-ci remettent ainsi en cause l’image d’archaïsme et d’immobilisme dont les professionnels du secteur ont été longtemps affublés (Plessis, 1997, p. 12).

30Elles apparaissent toutefois limitées et mettent en évidence les contradictions entre la demande des consommateurs et les marges de manœuvre des commerçants. L’article consacré aux marchés d’animaux vivants en Chine, qui ouvre ce dossier, en donne une parfaite illustration. Selon les territoires et les marchés, certains vendeurs ne peuvent plus aujourd’hui commercialiser ce type de produits en raison de nouvelles normes sanitaires alors même qu’une demande de fraîcheur et de proximité marchande s’est renforcée.

31Face à la prohibition de l’alcool décrétée par les pouvoirs publics puis face aux émeutes et aux pillages qui se développent, le caviste sud-africain étudié par Sophie Chevalier a quant à lui su maintenir son activité en l’invisibilisant, en supprimant tout signe et écrit marchands, ce qui lui confère paradoxalement une meilleure intégration dans l’appareil commercial du quartier et un soutien de la population locale.

32Chez les petits restaurateurs new-yorkais comme chez les commerçants indépendants parisiens, l’inventivité a consisté à mettre en place des services numériques de commande en ligne avant un retrait des produits en boutique ou une livraison à domicile. Sur le millier de commerçants parisiens à s’être inscrits sur la plateforme municipale, 60 % proposaient déjà un tel service avant la crise. Les confinements leur ont toutefois procuré une augmentation significative de la part de l’activité consacrée aux ventes en ligne ; celle-ci a représenté jusqu’à 44 % leur chiffre d’affaires contre 15 % avant la crise (Bouvier et Mohrt).

33Cette inventivité sous assujetissements, imposée par les confinements, a conduit à une transfiguration physique et sociale de la ville. À Paris comme ailleurs, la fermeture des commerces a formé un nouveau paysage urbain, celui des vitrines et des façades calfeutrées. Fermetures, clôtures, rideaux, palissades, grilles : un dispositif de repli s’est opéré, créant comme un écran de la ville sur elle-même. Cette obstruction des lieux n’a pas pour autant été totale : ici une plante verte laissée devant un hôtel barricadé, là le mobilier de terrasse d’une brasserie empilé et exposé derrière la vitrine, là encore les carapaces de métal qui recouvraient les stands de la Gare du Nord désertée.

34À ces diverses enveloppes déposées sur les commerces fermés a succédé une re-visibilisation du commerce par l’autorisation des terrasses, cafés restaurants et plus largement des ventes en « contre-déballage » sur l’espace public, qui un libraire sur sa table improvisée devant son commerce, qui un fleuriste et son système de commandes de bouquets. L’inventité esthétique a eu pour effet de sur-visibiliser certains commerces, à l’image des terrasses de café éphémères autorisés, mettant en scène des atmosphères balnéaires, végétales, estivales, au milieu de rues commerçantes encore désertes.

35L’investissement des terrasses a aussi constitué un moyen de maintenir une activité économique en même temps qu’elle a procuré une opportunité de sortie conviviale aux clients. À New York, ces nouveaux espaces sociaux et marchands ont été le signe d’une « européanisation des rues », selon Zukin et Mellers. Si leur place s’est aujourd’hui renforcée dans le décor urbain occidental en raison de l’engouement pour la restauration conviviale de plein air, leur occupation reste toutefois marquée par une certaine homogénéité sociale, ce qui rend encore plus notables et perceptibles les inégalités sociales liées au commerce et à sa fréquentation (Tissot, 2011, p. 42).

36Ces aménagements ont fait l’objet d’un investissement de la part des professionnels tout en étant soutenus et encadrés par les pouvoirs publics soucieux de maintenir tout autant une activité économique essentielle qu’une vie locale sociale qui ne pouvait rester « en souffrance ». Entre main invisible, normes régulatives et inventivité sociale, la crise du Covid-19 a forgé un marché singulier et un paysage marchand inhabituel.

3. Nouvelles régulations marchandes et changement urbain

37La question de la régulation des conditions de l’activité marchande traverse l’ensemble des contributions réunies dans ce dossier.

38La crise sanitaire a d’abord rappelé l’influence des réglementations dans la fabrique des échanges économiques. À Durban, les confinements et la prohibition de l’alcool ont agi directement sur le marché et ont modifié la consommation de vins. Celle-ci explosa à chaque rumeur de reconfinement et monta en gamme ; le consentement à payer plus cher des vins de médiocre qualité s’adaptant.

  • 3 Les banques alimentaires, mises en place notamment par les universités et les associations, pour f (...)

39Plus largement, les fermetures et les interdits de consommation ont un impact direct sur les prix, sur le statut des marchandises ainsi que sur la société dite de consommation et les usages sociaux et politiques qui en sont faits. Au-delà du cas de l’alcool, c’est une nouvelle logique de consommation qui s’est manifestée passant d’un achat hédoniste, vanté par la société consumériste et ses intermédiaires, à une nécessité de ravitaillement vitale pour une partie conséquente de la population3.

40Au-delà de ces effets des confinements sur les échanges économiques, les enquêtes regroupées dans ce dossier donnent également l’opportunité d’observer l’application des réglementations ainsi que la prise en charge d’un travail supplémentaire effectué par les commerçants.

41En Chine, les autorités locales assurent la régulation de la sécurité sanitaire en raison de la densité de la population et des scandales sanitaires à répétition. Celle-ci varie toutefois selon les territoires. Dans le centre des métropoles, l’abattage de volailles vivantes sur les marchés est interdit mais cette réglementation ne s’applique ni en périphérie, ni en zone rurale, pour répondre à la demande de clients néo-ruraux qui recherchent la fraîcheur des produits vivants et celle des ruraux qui n’ont pas confiance dans le respect de la chaîne du froid par les supermarchés. Le contrôle varie également selon les marchés (de gros, de détail) mais aussi selon les liens de confiance entretenus entre les marchands et les administrateurs des marchés.

42Dans l’univers de la boutique française, la crise a bousculé et redéfini le travail relationnel des commerçants qui s’articule habituellement autour de la production de la confiance et d’un jeu de rôles sociaux convenus. En dépit de la levée de l’obligation du port du masque, les professionnels, interrogés par Anaïs Daniau et Alexandre Mallard, ont continué à adopter dans les mois qui ont suivi trois attitudes à l’égard de leur clientèle : confier aux clients le soin de décider seuls pour ne pas perturber la vie commerciale habituelle, imposer le masque en douceur en en offrant éventuellement un exemplaire, maintenir une discipline sanitaire en exigeant le port du masque. Cette dernière posture s’est parfois heurtée à une résistance qui les a conduits à renoncer à leur rôle sanitaire pour privilégier les enjeux économiques associés à la vente.

43Le travail n’a pas été le seul à avoir été modifié. Du côté de l’emploi, la domiciliation de l’approvisionnement entretenue par les restrictions de sortie et la fermeture de 76 % de commerces parisiens considérés comme « non essentiels », ont contribué à faire progresser dans la ville les formes atypiques de mise au travail par les applications numériques (Abdelnour et Méda, 2019). Le cas des dark stores et des dark kitchens est notamment abordé (Bouvier et Mohrt). Leur activité repose en grande partie sur celle de livreurs indépendants, éloignés de toute protection sociale et cantonnés à des revenus dérisoires à Paris comme à New York où le gouvernement et la municipalité tentent de fixer en vain un salaire horaire minimum.

  • 4 En 2021, la part des ventes en ligne dans le commerce de détail atteint 14 % en France, 15 % aux E (...)

44Si la numérisation des achats semble aujourd’hui atteindre un plafond à la faveur de la réouverture des lieux marchands4 et du contrôle obtenu par les élus de l’implantation de petits entrepôts urbains dédiés à la livraison, il n’en reste pas moins que la crise sanitaire a favorisé l’émergence et l’installation durable d’infrastructures marchandes, portées par des start-up internationales associées à un sous-prolétariat racisé (Bernard, 2023).

  • 5 Google, Amazon, Facebook et leurs multiples prestataires.

45En somme, les réglementations ont favorisé, non pas la domination unilatérale des plateformes marchandes dans les métropoles, mais la consolidation de l’empreinte urbaine des entreprises de la « tech » et de ses effets sur l’appareil commercial local. Dans la continuité de son ouvrage, paru quelques jours seulement avant le lockdown (2020), Sharon Zukin estime ainsi que la concentration des bureaux de ces entreprises dans certains quartiers de New York5 s’accompagne toujours de l’ouverture d’un grand nombre de restaurants et d’espaces de services en tout genre, répondant aux goûts et aux besoins des travailleurs diplômés de l’industrie de la « tech ». Aujourd’hui, le maintien du télé-travail partiel n’a pas affaibli l’essor d’un commerce « de classe » situé près des lieux de travail de ces multinationales.

Conclusion. La place du commerce dans l’espace urbain face aux crises

46Au terme de ces analyses consacrées à la ville marchande en temps de crise du Covid-19, les points essentiels que ce dossier thématique entend souligner naviguent entre changement et permanence.

47La crise a rappelé que le petit commerce est un lieu d’innovations et de ressources sociales (Fleury et al., 2020), et que c’est à travers lui que peuvent se lire nombre de mutations des villes, ainsi que les inégalités socio-spatiales qui les caractérisent. Elle a aussi contribué à faire évoluer les représentations des acteurs marchands dans le sens d’une revalorisation des lieux, des arts de faire des commerçants, des métiers (Ocejo, 2018), de leur fonction relationnelle (Chabault, 2020), de leur place décisive dans l’urbanité des villes. L’approche par les commerces a enfin permis d’interroger les enjeux politiques du secteur, notamment face aux plateformes et en particulier « tout-contre » Amazon, ainsi que le rôle de l’activité dans la transition écologique et alimentaire (Rollinde, 2022).

48À ce stade de la réflexion et si les questions restent vives et ouvertes, il est tout de même possible d’avancer que le Covid n’a pas véritablement engendré de révolution commerciale à proprement parler, désignant l’articulation entre des changements opérés dans l’appareil marchand, des dynamiques productives et des évolutions de la demande (Daumas, 2020, p. 331).

49Davantage qu’une révolution, c’est plutôt à une nouvelle donne que les professionnels du secteur et les pouvoirs publics se trouvent confrontés. L’adaptation permanente de la ville marchande semble désormais être à l’horizon du monde urbain. Sous la contrainte climatique et la multiplication des crises – pensons par exemple aux attentats de 2015 et 2016 à Paris qui ont fait chuter la fréquentation touristique et de ce fait ont provoqué fermetures provisoires ou définitives de certaines boutiques spécialisées et restaurants – ce sont les réaménagements constants du commerce et une incertitude des professionnels qui s’expriment et qui deviennent en quelque sorte la norme. Reste à garantir le caractère enchanteur voire euphorisant de la consommation tout en assumant sa dimension profondément dysphorique.

  • 6 « L’idée de mettre le contemporain au cœur de l’anthropologie prend alors tout son sens, puisque (...)

50Accidents climatiques, crise sanitaire et logistique, terrorisme et guerre, modifient et modifieront encore la ville marchande et ses professionnel.les autant qu’ils participent à la fabrication même de l’espace urbain. Ces bouleversements à répétition dessinent sans doute les contours d’une culture urbaine marchande qui viendra réaffirmer les liens serrés et anciens entre villes et commerces ainsi que le statut de citadin. Et ils donneront ainsi l’occasion aux chercheur.e.s en sciences sociales, soucieux de comprendre ce qui se joue dans le façonnement de la ville par le commerce, un long et passionnant travail d’observation et d’analyse, des pas de deux, des tensions et soubresauts de ce couple ville et commerce dont il ne s’agit plus d’identifier la progéniture mais d’en comprendre plutôt « l’à-présent »6.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour, S. et Méda, D. (dir.) (2019), Les nouveaux travailleurs des applis, Paris, PUF.

Abélès, M. (2008), « Anthropologie, anticipation, utopie », Cahiers d’anthropologie sociale, 4, p. 13-25.

Ali, S. H., Connolly, C. et Keil, R. (2022), Pandemic Urbanism: Infectious Diseases on a Planet of Cities, New-York, Polity.

Apchain, T., Boirot, A., Malbos, C. et Wanner, P. (2021), « Enquêter en période pandémique ? », Mondes du tourisme, 20, <https://doi.org/10.4000/tourisme.4165> (consulté le 3 avril 2023).

Benjamin, W. (2023), Sur le concept d’histoire, éd. par G. Raulet, Paris, Klincksieck.

Bernard, S. (2023), UberUsés. Le capitalisme racial de plateforme, Paris, PUF.

Chabault, V. (2020), Éloge du magasin. Contre l’amazonisation, Paris, Gallimard.

Certeau, M. de (1980), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Clouet, H., Madon, J. et Oudot, J. (2020), « Enquêter en temps de crise. Quelles transformations pour le travail de terrain ? », Centre de sociologie des organisations, <https://www.sciencespo.fr/cso/fr/content/enqueter-en-temps-de-crise-quelles-transformations-pour-le-travail-de-terrain.html> (consulté le 4 avril 2023).

Daumas, J.-C. (2020), « Conclusion », in J.-C. Daumas (dir.), Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 331-338.

Enoch, M., Monsuur, F., Palaiologou, G.,Quddus, M.A., Ellis-Chadwick, F., Morton, C. et Rayner, R. (2022), « When COVID-19 came to town: Measuring the impact of the coronavirus pandemic on footfall on six high streets in England », Environment and Planning B: Urban Analytics and City Science, 49, 3, p. 773-1159.

Fleury, A., Delage, M., Endelstein, L., Dubucs, H. et Weber, S. (dir.) (2020), Le Petit commerce dans la ville-monde, Paris, Éditions l’Œil d’or.

Frago, L. (2021), « Impact of COVID-19 Pandemic on Retail Structure in Barcelona : From Tourism-Phobia to the Desertification of City Center », Sustainability, 13, 15, <https://doi.org/10.3390/su13158215> (consulté le 12 juillet 2023).

La Pradelle, M. de (1996), Les vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Paris, Fayard.

Lallement, E. (2013), « La ville marchande : une approche ethnologique », EspacesTemps.net, <https://www.espacestemps.net/articles/la-ville-marchande/> (consulté le 12 juillet 2023).

Lashgari, Y. et Shahab, S. (2022), « The Impact of the Covid-19 Pandemic on Retail in City Centres », Sustainability, 14, 18, <https://doi.org/10.3390/su141811463> (consulté le 12 juillet 2023).

Mariot, N., Mercklé, P. et Perdoncin, A. (dir.) (2021), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions.

Mestres, F. (2022), « Toujours plus d’étudiants en difficulté financière se rendent dans les distributions d’aide alimentaire », Le Monde, 24 juin.

Ocejo, R. E. (2018), Masters of Craft. Old jobs in the new urban economy, Princeton, Princeton University Press.

Plessis, A. (1997), « L’opinion des Français sur le monde de la boutique », in J. Marseille (dir.), La Révolution commerciale en France. Du Bon Marché à l’hypermarché, Paris, Le Monde Éditions, 1997, p. 12-18.

Rollinde, N. (2022), « Être primeur classique, ça ne m’intéressait pas du tout ». Transformation du système alimentaire et redéfinition du rôle d’intermédiaire chez les commerçants indépendants alternatifs », EchoGéo, 60, <https://doi.org/10.4000/echogeo.23399> (consulté le 21 juin 2023).

Simmel, G. (1903, Les grandes villes et la vie de l’esprit, Paris, Payot.

Simon, D., Arano, A., Cammisa, M., Perry, B., Pettersson, S., Riise, J., Valencia, S., Oloko, M., Sharma, T., Vora, Y. et Smit, W. (2021), « Cities coping with Covid-19? Comparative perspectives ». City, 25, 1-2, p. 129-170.

Tissot, S. (2011), De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Winkin, Y. (2008), « Faire son marché au centre commercial ou ailleurs. Une approche autoethnographique », in Collectif, Le Centre commercial, un espace de ville, Lyon, Publications du Musée Gadagne, 2008, p. 87-94.

Zukin, S. (2020), The innovation complex. Cities, Tech and the New Economy, New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Les enquêtes quantitatives semblent avoir largement dominé les méthodes d’investigation utilisées durant cette période. La quasi-impossibilité de mettre en place des dispositifs empiriques de type qualitatif alors même que les financements fléchés se multipliaient en constitue la raison explicative.

2 Pour d’autres contextes nationaux que ceux de la France, la Chine, les Etats-Unis ou l’Afrique du Sud, voir : Enoch et al., 2022 ; Lashgari et Shahab, 2022 ; Frago, 2021.

3 Les banques alimentaires, mises en place notamment par les universités et les associations, pour faire face à une précarité étudiante amplifiée par l’arrêt des emplois étudiants puis par l’inflation alimentaire, s’inscrivent durablement dans cette logique. Pour le seul cas de l’Île -de-France, l’association Linkee distribue plus de 115 000 colis chaque semaine (Mestres, 2022).

4 En 2021, la part des ventes en ligne dans le commerce de détail atteint 14 % en France, 15 % aux Etats-Unis, 28 % au Royaume-Uni (Fédération du e-commerce et de la vente à distance, 2022 ; Statista, 2021. Ce taux a légèrement diminué en France l’année suivante (13,8 %).

5 Google, Amazon, Facebook et leurs multiples prestataires.

6 « L’idée de mettre le contemporain au cœur de l’anthropologie prend alors tout son sens, puisque le décryptage de l’à-présent offre une perspective sans égale en nous projetant au cœur des sociétés, en envisageant au sein même de l’actuel la question du virtuel, et ceci sous deux angles distincts : celui des possibles qui n’ont pas trouvé́ leur réalisation dans l’histoire, celui des potentialités qui s’ouvrent dans le futur. [...] L’à-présent comme présent réflexif est enté sur l’avenir perçu comme menace » (Abélès, 2008, p. 21-24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Lallement et Vincent Chabault, « La ville marchande en temps de pandémie : ce que la crise du Covid-19 a fait aux mondes marchands urbains »Métropoles [En ligne], 33 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10101 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10101

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Lallement

Professeure d’anthropologie Université Paris 8 – LAVUE

Vincent Chabault

Professeur de sociologie Université Gustave Eiffel – LISIS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search