Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierLa crise du Covid, un révélateur ...

Dossier

La crise du Covid, un révélateur de la différenciation genrée des pratiques marchandes

The Covid crisis revealing the gendered differentiation of market practices
Nicolas Lebrun et Corinne Luxembourg

Résumés

La fréquentation des lieux de commerce répond à des logiques genrées. Les modalités d’approvisionnement et de consommation des hommes et des femmes diffèrent par leur temporalité, la nature de la demande, les lieux fréquentés et le pouvoir d’achat. Basé sur les résultats de plusieurs enquêtes de terrain menées durant la crise sanitaire, cet article propose d’exposer en quoi l’analyse des pratiques de consommation pendant les différentes phases de confinement-déconfinement permet de préciser cette lecture de l’usage genré des lieux marchands. Nous supposons en effet que cette crise, par les réaménagements économiques, familiaux, professionnels qu’elle a provoqués, a renforcé la dimension genrée du rapport des individus aux lieux de consommation. L’article vise ainsi à documenter les évolutions conjoncturelles tout en affirmant que la crise a agi comme un révélateur de la différenciation genrée des pratiques marchandes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La crise sanitaire, matérialisée par les différentes périodes de confinement (printemps 2020 puis automne-hiver 2020-2021), de fermeture des commerces et la limitation du nombre de personnes pouvant se trouver dans un même local, a eu des conséquences importantes pour le commerce de détail. Certains commerces, considérés par le gouvernement comme « non essentiels », ont dû fermer et, au fil du temps, ont parfois pu mettre en place des dispositifs de commandes et retraits afin de conserver une activité. Si ces faits ont été largement relayés dans la presse, la question du genre reste un réel angle mort de l’analyse sinon pour constater que la part des femmes parmi les salarié·es du secteur du commerce est grandement majoritaire et qu’elles ont fait partie de cette « première ligne » peu à peu intégrée au personnel soignant visé par les applaudissements de reconnaissance quotidiens.

2L’ensemble des publications durant et suivant ces périodes de confinement ont certes souligné l’aggravation des inégalités en termes de revenus entre les hommes et les femmes durant la crise (Lambert et Cayouette-Remblière, 2021 ; Amsellem-Mainguy et Lardeux, 2022), la croissance des violences intrafamiliales (Tillous, 2022) ou encore les effets de la crise sur l’emploi (CESE, 2021). Toutefois, le bouleversement du quotidien des femmes comme catégorie sociale n’a été que peu examiné. Les usages des espaces publics par les femmes et plus précisément ceux relatifs à l’approvisionnement marchand n’ont pas fait l’objet d’investigation.

3Cette absence d’analyse est à situer dans le contexte francophone plus spécifique des études urbaines d’une part, et de la géographie du commerce d’autre part. Depuis le début des années 2000, les travaux des géographes à propos des traductions spatiales des rapports sociaux de genre dans les espaces urbains se sont multipliés. Non pas qu’ils n’existaient pas préalablement, mais ils faisaient plutôt l’objet de cette « amnésie cyclique » (Biarrotte, 2021) participant au mythe de la production d’espaces publics intersectionnellement neutres (Crenshaw, 1989 ; Fenster, 2005). Toutefois, demeurent des angles morts, notamment concernant la géographie du commerce, branche encore récente de la géographie. Si quelques travaux ont pu s’intéresser aux rapports à l’espace de commerces orientés vers les communautés non hétérosexuelles et parmi elles, plus spécifiquement les communautés gays (Blidon, 2007, 2008), rares sont les approches concernant spécifiquement les femmes et les pratiques commerciales. Pour d’autres travaux, l’approche commerciale est envisagée dans une étude plus globale de la métropolisation au prisme d’une analyse intersectionnelle (Louargant, 2002 ; Paré et Therasme, 2010).

4Ce point aveugle semble paradoxal alors même que les recherches croisant le genre et l’espace public concernent majoritairement les pratiques des femmes. Ces travaux mettent en lumière les incidences spatiales des rôles stéréotypés attribués aux femmes. Ceci est renforcé par un marketing puissant orienté vers la démarche d’achat des femmes, que cela soit pour la mode, l’entretien de l’espace domestique ou encore le ravitaillement alimentaire (Benoit-Moreau et Delacroix, 2020).

5L’objectif de cet article est double. Il s’agit d’une part d’esquisser une proposition de mise en relation entre genre et commerce par l’angle des consommateurs et des consommatrices, et d’autre part, de voir comment, dans un contexte de crise, se mettent en place des mécanismes de renforcement de stéréotype de genre dans les pratiques de consommation. Le cadre géographique qui est le nôtre se situe en France métropolitaine, réduit par le fait même du confinement à des observations de proximité de nos lieux de résidence (agglomération d’Arras et le 19e arrondissement de Paris).

  • 1 Le commerce « banal » à l’inverse du commerce « anomal » renvoie au commerce répondant à des besoi (...)
  • 2 Nous ne nous intéresserons pas ici aux commerces en ligne, ceux-ci impliquant une moindre fréquent (...)

6Les commerces qui nous intéressent ici, dans ce croisement thématique des notions de genre et de consommation prises sous l’angle des modalités d’approvisionnement des ménages, concernent donc principalement le « commerce banal1 », répondant à des besoins courants et essentiels. C’est le cas principalement de l’alimentation et des produits d’hygiène corporelle et ménagère – seuls biens qui ont continué d’être vendus durant toute la période –, des commerces tels que les librairies ou les fleuristes ayant tous connu une ou plusieurs périodes de fermeture obligatoire. Ainsi, les commerces courants et dits essentiels couvrent un panel marchand bien plus restreint que le commerce banal, au sens de l’opposition classique entre le commerce banal et le commerce anomal2.

  • 3 Dans le cas de la périphérie de Toulouse, les relevés ont été menés par Zoé Giordana, alors étudia (...)

7Cet article s’appuie sur différentes observations menées avant, pendant et après les différentes périodes de confinement ayant eu lieu au printemps 2020 puis de l’automne à la fin de l’hiver 2021. Il ne résulte pas en lui-même d’une seule étude spécifique mais de la mise en perspective de données préalables dans ce contexte particulier. Il est pour cela alimenté par les travaux du programme de recherche-action mené à Gennevilliers entre 2014 et 2020 par le collectif Les Urbain·e·s, mais également par des observations quotidiennes relevant de nos propres pratiques durant les différentes phases de confinement, dans un quartier du 19e arrondissement de Paris, dans une commune de Seine-et-Marne ainsi que dans plusieurs villes situées à la périphérie d’Arras et de Toulouse3. Ces données varient également en fonction des distances qu’il a été possible de parcourir et des critères d’autorisation à se trouver hors du domicile devant être renseignés sur les attestations de déplacement. La réflexion menée ici se veut également intersectionnelle, au sens où elle croise a minima les rapports sociaux de genre, de classe sociale, d’âge et d’espaces de vie.

8Dans un premier temps, il nous semble nécessaire de rappeler les effets spatiaux des inégalités de genre tant d’un point de vue de la répartition socio-sexuée des tâches reproductives que des conséquences en termes d’inégalités de revenus. Ces éléments de cadrage nous permettent ensuite de lire plusieurs phases de répartition des pratiques commerciales lors des différentes phases de confinement. La troisième partie de cet article nous conduit enfin à identifier plus finement les facteurs à l’œuvre dans la modification des pratiques marchandes.

Encadré méthodologique

Les analyses présentées dans cet article reposent sur un ensemble de données collectées de deux façons.

1. Données du collectif Les Urbain.e.s recueillies à Gennevilliers entre 2014 et 2020.

Entre 2014 et 2017, plusieurs phases de récolte de cartes mentales circulatoires (Lynch, 1960 ; Depeau, 2006) sont mises en œuvre afin d’identifier les lieux publics de la ville, selon l’appréciation portée par les habitant·es. Lors de différents événements municipaux et dans l’espace public, il est demandé aux personnes de dessiner sur une feuille blanche leurs trajets quotidiens en ville, représentant en vert ce qui est apprécié, en rouge ce qui ne l’est pas, en noir ce qui n’est pas soumis à jugement positif ou négatif. Les personnes sont ensuite invitées à commenter leur dessin oralement par écrit. Elles inscrivent au dos de la feuille leur genre, leur âge, la date d’arrivée à Gennevilliers, leur quartier d’habitation.

Le traitement statistique et graphique de ces cartes mentales permet entre autres de comptabiliser le nombre d’occurrences des lieux selon leur fonction, leur quartier et de confronter les résultats aux discours tenus lors des entretiens. Les résultats (Luxembourg et Messaoudi, 2016 ; Luxembourg 2018) sont comparables à d’autres travaux de recherche. Ils serviront alors de base de comparaison pour les tendances de fréquentation des commerces.

2. Données de confinement de mars à mai 2020.

Nous avons développé, dès le début de la crise sanitaire, un protocole d’observation de la fréquentation des lieux marchands qui permet de réaliser des comparaisons avec la période antérieure. Deux types de sites ont été observés.

D’une part, ont été pris pour objets des sites marqués par une forte présence d’individus appartenant aux classes populaires. Ces lieux ont déjà fait l’objet d’observations approfondies notamment dans le cadre des recherches du collectif Les Urbaines. Il s’agissait d’une nécessité afin de disposer de points de comparaison diachronique fiables, alors même qu’il était techniquement obligatoire d’avoir un dispositif allégé et fluctuant, au gré des évolutions réglementaires des libertés de circulation.

D’autre part, ont été considérés des sites accessibles au regard des contraintes de mobilité en contexte sanitaire, permettant de vérifier que les tendances observées ne sont pas dues au seul profil spécifique des premiers sites retenus. En effet, les sites observés avant la crise sanitaire témoignaient d’une surreprésentation des classes populaires.

L’observation des pratiques de consommation a permis de proposer des phasages des périodes de confinement.

1. Espace et inégalités de genre : éléments de cadrage

9Afin de mettre en lumière les spatialités des inégalités de genre en période de la crise sanitaire, il convient de revenir sur le cadre contextuel qui aura été bouleversé par les différentes mesures impliquant les fonctions commerciales.

1.1. Les effets spatiaux des stéréotypes de genre

10Les travaux de recherche portant sur les emplois du temps et les chaînages de déplacement illustrent ce que l’on peut considérer comme une concrétisation en acte des stéréotypes de genre et en particulier ceux touchant à la division socio-sexuée du travail (Kergoat, 1998 ; Federici, 2021). En effet, ces rôles attribués qui participent à essentialiser les personnes en leur conférant des qualités et capacités naturelles selon leur identité de genre perdurent et contribuent à structurer la répartition des tâches quotidiennes. Ceci opère de sorte que l’occupation de l’espace public rencontre la division entre travail professionnel (rémunéré) et travail domestique (non rémunéré) et qu’elle dépend de leur répartition genrée (Gollac et Volkoff, 2002), laissant ainsi le travail domestique principalement aux femmes. Toutefois, rappelons que, pour les femmes, « le travail (professionnel et domestique, rémunéré et non rémunéré, productif et reproductif, marchand et non marchand) […] forme un tout, à l’inverse des hommes pour qui la dissociation travail/hors travail est opérationnelle » (Galerand et Kergoat, 2008), ce qui implique concrètement leur forte présence dans l’espace public mais très rarement pour elles-mêmes et de façon statique.

11Sans conteste, l’occupation de l’espace public demeure genrée. Les travaux menés dans différentes villes comme Vienne, Berlin, Barcelone, Bordeaux, Rennes, Aubervilliers, Gennevilliers, Paris, ou encore Villiers-le-Bel (Blanchard et Hancock, 2017 ; Alessandrin et Dagorn, 2018 ; Vinet, 2013 ; Genre et Ville, 2018 ; Faure, Hernandez-Gonzales et Luxembourg, 2017 ; Luxembourg, Labruyère et Faure; 2020) montrent une différence socio-sexuée de la présence dans l’espace public. Nous pouvons ainsi rappeler quelques résultats : les pratiques statiques de l’espace public pour soi-même (temps récréatif entre amis, temps sportifs) sont majoritairement le fait de personnes masculines quand les déambulations en charge des courses, d’une tierce personne, plus généralement des activités dites de care occupent majoritairement des personnes féminines. Notons dans ce cas que l’occupation conditionnée de l’espace public du fait des tâches de care relève autant d’un travail non rémunéré (soin porté à ses proches envisagés dans une conception plus ou moins large) que d’un travail rémunéré pouvant se substituer au premier (soins et aide à la personne, baby-sitting, etc.).

12Dans la commune de Gennevilliers, un travail d’analyse mené à partir d’une centaine de cartes mentales circulatoires dessinées par des habitantes et des habitants montre une représentation majoritairement féminine des commerces parmi les pratiques quotidiennes (Luxembourg et Messaoudi, 2016 ; Lebrun et Luxembourg, 2019). S’il ne s’agit pas d’en tirer la conclusion que les hommes ne se chargeraient jamais des courses, ce résultat indique que ces tâches liées à la consommation des ménages structurent plus fortement les chaînages de déplacement des femmes, impliquant également la mise en œuvre d’une organisation adaptée et une part de la charge mentale plus conséquente.

Fig. 1 : typologie des lieux représentés sur des cartes mentale à Gennevilliers

Fig. 1 : typologie des lieux représentés sur des cartes mentale à Gennevilliers

Sources : Les Urbain.e.s données constituées en 2014 et 2015 ; Luxembourg, 2018.

13En détaillant plus finement les références des commerces dans les cartes mentales, il apparaît que les 3 % d’hommes qui mentionnent les commerces ne s’intéressent qu’à la visite du marché dont le fonctionnement dominical l’associe à un temps de repos et/ou de loisir mais pas forcément comme temps de ravitaillement. La dimension sociabilité l’emporte alors sur la dimension utilitariste. Les 43 % de femmes qui font apparaître les commerces sur leur carte mentale parlent d’abord des centres commerciaux, puis du marché, les uns et l’autre sont associés au travail reproductif d’alimentation du foyer. Le centre commercial non alimentaire situé en périphérie de la ville n’est cité que de façon très minoritaire.

14Concernant cette répartition par types de commerces, il est également nécessaire de la croiser avec leur situation dans la ville et leur accessibilité par les transports en commun. Les centres commerciaux situés à proximité de la mairie et le marché sont les deux lieux prioritairement cités. L’un et l’autre sont accessibles en bus, tramway et sont inclus dans le tissu urbain de logement. Le second centre commercial est excentré, même s’il est également accessible en bus et tramway il est considéré comme extérieur à la ville et nécessite un temps de déplacement plus important même s’il peut être spécifiquement fréquenté en raison de promotions et rabais considérés comme intéressants.

15Ce constat est à mettre en regard avec la forte dépendance des femmes vis-à-vis des réseaux de transport en commun et/ou de personnes disposant d’un véhicule. En effet, même si le taux de motorisation des femmes tend à évoluer, il reste pour certaines tranches de la population féminine inférieur à celui des hommes. Ainsi, plus le commerce est éloigné des logements, plus il induit un allongement des temps de transport en commun et donc du temps alloué au ravitaillement domestique.

1.2. Inégalités de temps dédiés aux tâches domestiques

16L’enquête de Delphine Pernot et Anne Aguiléra (2017) souligne le différentiel homme/femme qui existe dans la séparation des « courses-plaisir » et des « courses-corvée », ces dernières étant majoritairement effectuées par les femmes.

17Elle s’appuie notamment sur l’enquête emploi du temps de l’INSEE de 2015 (Brousse, 2015a, 2015b) – non actualisée à ce jour – qui confirme que le temps quotidien dédié aux courses et à l’espace domestique est plus important pour les femmes que pour les hommes.

Tableau 1 : extrait du tableau Activités détaillées selon le genre (temps quotidien)

Femmes Hommes
1974 1986 1998 2010 Évolution 1974 1986 1998 2010 Évolution
Courses 0 h 39 0 h 40 0 h 41 0 h 35 - 8 % 0 h 24 0 h 28 0 h 33 0 h 28 + 13 %
Soins et éducation des enfants 0 h 38 0 h 35 0 h 31 0 h 35 - 8 % 0 h 09 0 h 13 0 h 11 0 h 16 + 78 %
Total des activités domestiques 5 h 32 5 h 07 4 h 33 4 h 07 - 26 % 2 h 03 2 h35 2 h 36 2 h 36 + 27 %

Le total des activités domestiques inclue d’autres activités. Nous avons restreint le tableau aux données en lien avec les activités de consommation.

Source : Brousse, 2015a.

18Notons également que le temps passé aux activités domestiques reste toujours supérieur pour les femmes, quelle que soit la situation vis-à-vis du marché du travail.

Tableau 2 : extrait du tableau Activités quotidiennes selon le genre et la situation vis-à-vis du marché du travail (temps quotidien)

Tableau 2 : extrait du tableau Activités quotidiennes selon le genre et la situation vis-à-vis du marché du travail (temps quotidien)

Le total des activités domestiques inclue d’autres activités. Nous avons restreint le tableau aux données en lien avec les activités de consommation.

Source : Brousse, 2015b.

19C’est notamment pour les « courses-corvée » sur des créneaux dédiés que Pernot et Aguiléra remarquent cette surreprésentation féminine : « Le week-end, et surtout le samedi, est le moment privilégié pour faire les courses, et en particulier pour les achats alimentaires. Le plus souvent, cette activité revient aux femmes même si l’écart avec les hommes tend à se resserrer et que les femmes en couple sont parfois accompagnées dans les achats par leur conjoint ». De fait elles soulignent que c’est notamment pour se dessaisir partiellement de la lourdeur de cette tâche des « courses-corvée » que les client·es, principalement les femmes, ont plébiscité les drives alimentaires et ceci en raison du gain de temps qu’ils procureraient.

  • 4 La motilité renvoie à la capacité, notamment au regard des contraintes socio-économiques, à être m (...)

20À cette première approche ajoutons la nécessité d’envisager les femmes non pas comme un groupe indifférencié ni comme un tout, mais comme une catégorie socialement hétérogène. Ainsi, de même que les pratiques spatiales sont révélatrices de stéréotypes de genre, elles le sont également d’inégalités liées à l’appartenance sociale, à l’âge, à la mobilité et à la motilité4, ainsi qu’aux configurations familiales. La représentation inégale de la fréquentation des commerces prend également en compte le fait que les foyers monoparentaux sont sous la responsabilité d’une femme dans plus de 82 % des cas (seules 67 % d’entre elles sont en situation d’emploi) et que les foyers de personnes âgées vivant seules sont majoritairement des foyers féminins (Algava, Bloch et Robert-Bobée, 2020).

  • 5 À noter que la chasse aux produits à date limite de consommation proche, n’est pas une pratique sp (...)

21Dans ces deux cas, le caractère fractionné des carrières professionnelles et l’écart de revenus (salaires et pensions de retraite) en défaveur des femmes font de ces foyers des ménages modestes pour qui le rapport à la consommation se trouve complexifié. En effet, la nécessité de plafonner les dépenses, notamment alimentaires, entraîne des pratiques de consommation tournées vers la recherche du prix le plus bas. Cela peut passer par certains artifices liés à la nature des produits consommés : descente en gamme, achats à date de péremption proche5, voire baisse de la consommation. Cela peut s’incarner également par une re-spatialisation de la consommation : choix d’enseignes supposément moins chères (commerce maxi-discount, hypermarché), stratégies multi-enseignes consistant à compenser par une mobilité accrue les différences de prix entre produits d’un magasin à l’autre.

22Pour les femmes de milieux populaires, ces stratégies de recherche du prix le plus bas se manifestent donc par des chaînages de déplacements complexifiés entre différents points de vente selon les politiques tarifaires des établissements pour tel ou tel produit. Mais cette souplesse dans les pratiques de mobilité, générée par cette quête de prix bas, est parfois difficilement compatible avec la motilité, notamment pour les personnes âgées. Dans ce cas, l’accès en transports en commun, ou la surface de vente du magasin, sont des éléments déterminants ; un arbitrage devant se faire entre gestion des mobilités et besoins de consommation. Cela explique par exemple que les femmes peu motiles privilégient le plus souvent les magasins dits populaires de centre-ville plutôt que les hypermarchés, trop vastes et souvent moins bien desservis en transport en commun (Hani, 2009, 2016). Ce phénomène explique enfin pourquoi les supermarchés de quartier, à l’offre souvent plus coûteuse, arrivent à conserver une clientèle de proximité.

23Par ailleurs, la part des mobilités individuelles motorisées dans les pratiques de consommation des classes populaires est usuellement moins forte que dans les classes sociales plus aisées. Les pratiques des femmes de classes populaires montrent une cumulation des caractéristiques de classes et de genre : revenus plus faibles, accès à la motorisation et plus généralement motilité plus basse, emplois du temps morcelé par emplois précaires nécessitant un chronométrage des tâches. Dans son film-documentaire intitulé « Mon week-end au centre commercial », Narura Kaplan de Macedo (2015) montre ainsi le rapport d’appropriation et de proximité entretenu par les habitants de la cité HLM de Beaubreuil à Limoges avec le Cora et sa galerie toute proche (Lebrun, 2023). L’hypermarché en question, ouvert en 1972 sous l’enseigne Radar (Bourdin, 2017), avait davantage vocation à s’appuyer sur les métriques automobiles, et notamment sur les flux apportés par la voie express inaugurée l’année suivante, voie devenue une portion de l’autoroute A20 dans les années 1980.

24Aujourd’hui, Delphine Pernot et Anne Aguiléra (2017) constatent que le drive alimentaire est un moyen d’allègement des tâches de « courses-corvée » pour les femmes. Mais ce constat est à pondérer en fonction du revenu : les femmes issues des classes populaires sont moins motorisées. D’ailleurs, Delphine Pernot (2021), insiste davantage sur l’appropriation des drives par une catégorie de femmes bien identifiée, en l’occurrence « les femmes actives ». Le critère « présence d’une femme active » dans le modèle d’analyse déployé est présent alors que le critère de genre pris dans une approche plus générale n’est pas identifié comme discriminant ; le critère revenu du ménage étant perçu en revanche comme un autre facteur discriminant.

  • 6 Il est important de souligner que le taux de motorisation des ménages est plus faible, et de fait (...)

25Les ménages les moins aisés ont ainsi moins recours au drive, y compris lorsque les femmes occupent des emplois rémunérés. Delphine Pernot identifie différents facteurs : « tous les produits de l’enseigne disponibles en magasin ne sont pas référencés sur le site internet du drive, en particulier les produits d’entrée de gamme. De plus, les enseignes de hard discount proposent rarement des drives. Enfin, les revenus plus élevés vont aussi de pair avec l’équipement informatique du ménage et notamment la possession de terminaux mobiles, tels que smartphones et tablettes » (Pernot, 2021, p. 123). Plus généralement, les femmes des classes populaires ont la nécessité de construire des stratégies multi-enseignes pour accéder aux prix les plus bas6. La configuration est alors celle où l’élargissement des modes de vente contribue à complexifier les stratégies mises en place par ces femmes, rendant ces nouvelles possibilités peu attractives pour elles.

26Ces éléments étant posés, il paraît alors intéressant de saisir en quoi la crise sanitaire et le bouleversement des pratiques d’approvisionnement a particulièrement impacté les femmes dans les milieux citadins étudiés. Les femmes ont une pratique spatiale liée aux courses couvrant une surface large, dépassant la limite du kilomètre autorisé durant le premier confinement. Elles y consacrent par ailleurs un temps plus important que l’heure qui fut allouée aux sorties du domicile.

2. Redistribution des pratiques spatiales et de la division socio-sexuée du ravitaillement

2.1. Bouleversements des emplois du temps

  • 7 Ce paramètre renvoie à la possibilité ou non d’avoir accès au télétravail ou au chômage partiel du (...)
  • 8 Ainsi que le note Dominique Méda : « Parmi les résultats essentiels ont notamment été vérifiés le (...)

27Le premier confinement annoncé au mois de mars 2020 s’accompagne, d’une part, de la fermeture des crèches, des établissements scolaires et du déploiement du télétravail pour les professions pouvant s’y convertir ou la mise en place du chômage partiel, et, d’autre part, par des restrictions importantes de déplacement modifiant considérablement les espaces vécus (Luxembourg et Moullé, 2022). Ces dispositions ont eu des effets différenciés sur les emplois du temps des membres adultes des foyers, en raison de la disparité des situations professionnelles7, elles-mêmes révélatrices d’une division socio-sexuée du travail, mais aussi en raison des arbitrages internes aux ménages8.

28L’autre élément marquant les conséquences sur les pratiques spatiales, est celui du confinement lui-même pour les femmes. Selon l’enquête COCONEL, « 48 % des femmes en télétravail [ont] été confinées avec un ou plusieurs enfants, contre seulement 37 % des hommes. » (Lambert et al., 2020). Cette charge accroît les restrictions de déplacement dans l’espace public pour les femmes, celles-ci devant à la fois rester au domicile pour les enfants et les protéger d’un point de vue sanitaire. De fait, même en dehors des horaires d’enseignement à domicile, les enfants ont quasiment disparu de l’espace public et plus encore des commerces durant le confinement du printemps 2020.

29Ce premier confinement a donc profondément bouleversé les équilibres intrafamiliaux, et les emplois du temps dans leur évolution vers une réduction des écarts de temps consacrés aux tâches domestiques entre hommes et femmes. La succession des différentes phases, les incertitudes économiques des ménages ont créé une période longue d’arrêt du recours aux emplois de substitution poussant certaines catégories sociales – les étudiantes en particulier – à se tourner vers des dispositifs alimentaires non marchands.

2.2. Sortir, un critère de hiérarchisation des activités marchandes ?

30Les résultats de l’enquête annuelle du CREDOC intitulée « Conditions de vie et aspirations des Français » (Hoibian et al, 2021) montrent un nouveau creusement des inégalités entre hommes et femmes dans la répartition des tâches domestiques : « Parmi les couples bi-actifs occupant un emploi, 53 % des mères indiquent avoir passé 4 heures et plus par jour à s’occuper des enfants contre 29 % des pères. […] Et même au sein des foyers où les deux parents travaillent, la mère a eu plus souvent en charge la garde des enfants : 48 % des mères déclarent s’être occupées de leur(s) enfant(s) pendant la journée le temps du confinement, contre 25 % des pères ».

31Concernant les pratiques de consommation à l’extérieur du foyer, nos observations ont permis de mettre en évidence une surreprésentation exceptionnelle de personnes masculines dans les commerces durant la crise sanitaire. On peut en proposer une lecture en comparaison avec les pratiques de fréquentation de commerces d’alimentation de zones touristiques durant les congés payés. Celles-ci permettant de voir des couples sans enfants ou une surreprésentation masculine dans les commerces, et la prise en charge des enfants et de l’entretien du domicile de vacances par les femmes. Cette lecture permet également, en se rappelant des conséquences spatiales des stéréotypes de genre, une adaptation de la division genrée du travail en général et des tâches domestiques en particulier.

Fig. 2 : « Quel impact la période de confinement a-t-elle sur vos sorties et vos déplacements ? » en pourcentages

Fig. 2 : « Quel impact la période de confinement a-t-elle sur vos sorties et vos déplacements ? » en pourcentages

Source : CREDOC, enquête Conditions de vie et Aspirations, septembre 2020.

32Cette première remarque rejoint les travaux du CREDOC (figure 2), montrant une part plus importante de femmes que d’hommes réduisant les sorties du domicile pendant la période dite de crise sanitaire. Ceci accentuant le fait que déjà plus de femmes que d’hommes ne sortaient pas ou peu avant le confinement. Cette accentuation est à mettre en regard avec les activités possibles à l’extérieur à cette période, dévolues majoritairement aux tâches reproductives, celles-ci incombant majoritairement aux femmes en dehors des périodes de crise.

33Ainsi, l’unique motif de sortie étant d’aller faire les courses, ce sont les hommes qui s’en sont chargés, parfois endossant le rôle du protecteur, assumant la nécessaire prise de risque de se confronter à l’éventuelle contamination. Cette observation trouve un écho dans les propos de l’une des personnes enquêtées dans le cadre de l’enquête VICO (Tillous, 2022) : « C’est à moi que revient d’organiser les tâches ménagères et lui fait les courses (sortie !!) ».

34Nos relevés des personnes dans les files d’attente devant les supermarchés montrent en effet une présence masculine plus importante qu’en temps normal. Les premiers jours du confinement en milieu de matinée, les hommes sont majoritaires dans les files d’attente dans la commune de Seine-et-Marne ou dans la commune périphérique de Toulouse, ils sont environ la moitié des personnes dans le 19e arrondissement parisien. Les files d’attente devant les boulangeries en début de matinée sont, elles, quasi exclusivement masculines. La première période du confinement du printemps 2020 correspond également au temps nécessaire aux entreprises, aux établissements scolaires comme aux actifs de mettre en place des outils de télétravail efficients et donc la possibilité pour les personnes en télétravail d’aménager la répartition horaire de leur travail dans la journée. Cette période reste cependant assez courte.

35La seconde phase, toujours pendant le premier confinement, a vu le développement du télétravail pour une part importante de la population active masculine et la poursuite des activités reproductives par la majorité des femmes. L’approvisionnement par la fréquentation des commerces en fait à nouveau partie pour certaines d’entre elles. Le télétravail devient également un moyen de « sortie » c’est-à-dire de reprise d’un semblant de sociabilité avec les collègues de travail, parfois même au-delà, grâce aux dispositifs de visio-réunion. On peut alors noter une adaptation de la dimension spatiale de la division socio-sexuée du travail, où l’accès à l’extérieur n’est plus le seul moyen de « sortir » du domicile.

36Ce second moment se caractérise par un rééquilibrage de la présence des femmes dans les files d’attente des commerces. Elles redeviennent majoritaires pour les supermarchés en milieu de matinée, et à égalité pour les boulangeries de début de matinée. La nécessité d’être « celui qui prend les risques » s’efface peu à peu devant une sorte d’acclimatation et de meilleure connaissance du virus et la nécessité de travailler. La performance de la protection du foyer laisse peu à peu place à celle de justifier le salaire souvent le plus conséquent du ménage et donc de « devoir sortir en visio ». Alors que « sortir » pour faire les courses se trouve peu à peu relégué devant le sérieux du travail rémunéré, sans que les proportions retrouvent tout à fait celles d’avant confinement.

37On assiste donc à un rétablissement des hiérarchies d’activités selon la performance des stéréotypes de genre.

38Le fait que les hommes aient été plus nombreux que les femmes à disposer d’une pièce dédiée à leur occupation professionnelle renforce également cette « sortie » individuée de la visio, en dehors de l’unité familiale quand les femmes ont eu à prendre en charge la dispense de soins en même temps qu’elles assuraient leur charge. À l’inverse, la suspension des relations sociales a également interdit le recours au soutien familial, intergénérationnel ou à une aide familiale rémunérée pour prendre en charge partiellement les fonctions domestiques. Les femmes ont donc moins vécu que les hommes le rapport au télétravail comme une forme de sociabilité, mais comme un élément supplémentaire avec lequel composer tout au long de la journée. Dans la seconde phase du premier confinement, les femmes ont donc réinvesti les lieux de consommation, ceci de façon d’autant plus contrainte qu’il s’agissait de respecter les horaires de fermeture avancés du fait des couvre-feux.

39Ces différents éléments permettent d’étayer la thèse d’une réassignation aux fonctions domestiques et maternelles des femmes à l’intérieur de la sphère privée (Hoibian et al., 2021). Ainsi Anne Lambert et Joanie Cayouette-Remblière peuvent affirmer : « Les crèches et écoles fermées, ce sont elles qui ont pris en charge les différentes activités de la vie quotidienne, se retrouvant souvent débordées, ce qui explique pourquoi elles déclarent – davantage que les pères – que différentes périodes de la journée furent difficiles à vivre en ce printemps 2020. La période de confinement a ainsi renforcé l’emprise de la domination masculine dans les mondes privés, à la fois parce que les femmes et les hommes en couple ont été amenés à cohabiter au cours de durées plus longues, de manière quasi discontinue, sans intermédiaire ni contrôle extérieur, mais aussi parce que la part du travail domestique et parental s’est radicalement accrue » (Lambert et Cayouette-Remblière, 2021).

40L’éloignement social et le confinement à l’intérieur de logements parfois trop exigus ont déclenché une attention particulière envers les violences intrafamiliales. À la fin du mois de mars 2020, la secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes fait état d’une hausse de 30 % des signalements. C’est également lors de la seconde partie du premier confinement que les supermarchés et les supérettes intègrent le numéro vert 3919 à disposition des victimes de violences, aux messages spécifiques à la crise sanitaire.

41Notons toutefois que ces observations liées à la mise en place du télétravail ne valent que pour les professions pour lesquelles ce télétravail était possible. Les autres professions ont eu recours au chômage partiel. Pour les personnes qui n’étaient plus actives, cette période s’est illustrée par un arrêt des activités sociales, associatives ou non, qui ont parfois organisé des temps de visio-rencontre. Dans le cas des personnes âgées – majoritairement des femmes seules, du fait d’une espérance de vie plus longue – la fréquentation des commerces est très ambivalente. Cela restait le seul lien social persistant. Cependant, il est apparu très rapidement qu’étant les personnes les plus vulnérables, elles ont donc autant que possible limité les déplacements dans les commerces, renforçant ainsi leur isolement.

42Les autres périodes de confinement héritent de ces premiers bouleversements mais de manière différenciée. D’une part les établissements scolaires (hors universités et certaines grandes écoles) sont restés ouverts par la suite, libérant de nouveau de l’attention et du temps et réglant les disparités d’accès à un équipement informatique connecté à internet. Un certain nombre de commerces sont cependant de nouveau fermés, et ceux qui restent ouverts sont soumis à des horaires de couvre-feu. D’autre part, les pratiques de télétravail se sont généralisées. S’il devient moins contraignant pour les familles actives, le deuxième confinement continue de fragiliser les personnes occupant certains emplois de services à la personne. Ces actifs, rémunérés à l’heure, comme le sont les baby-sitters, ont connu près de dix-huit mois sans revenu.

3. Motilité en période de crise sanitaire et pratiques de fréquentation marchande genrée : vers une typologie des facteurs

43Cette analyse phasée des différents temps de la crise sanitaire permet de mettre au jour les déterminants de la distribution genrée de la fréquentation marchande en lien avec la disponibilité des personnes et l’évolution de leurs capacités économiques. Ces éléments explicatifs sont concomitants et non hiérarchisés.

3.1. Les facteurs endogènes à la pratique marchande

44Le premier facteur qui semble jouer est la largeur de l’offre des commerces physiques, par modulation des commerces essentiels au regard des commerces dits « non essentiels ». À partir du moment où l’offre est large, notamment parce que le commerce anomal est accessible, on observe une surreprésentation des femmes dans le commerce banal et une fréquentation du commerce anomal plus équilibrée. C’est la situation de déséquilibre classique déjà observée avant la crise sanitaire. Mais à partir du moment où il y a une restriction de la largeur de l’offre selon le caractère essentiel ou non de l’offre, on a une forme de déport de la fréquentation masculine de l’anomal vers le banal, au dépend de la fréquentation féminine. Les femmes, voient leur activité se concentrer sur d’autres tâches domestiques, notamment celles qui ne génèrent aucune mobilité hors du domicile. La « mobility of care », pour reprendre l’expression d’Ines Sanchez de Madariaga (2013), se trouve en effet restreinte à la seule consommation, voire à la sortie avec les enfants. La hausse momentanée de ce déport masculin sur le commerce banal est nécessairement conjoncturelle puisque seule la largeur de l’offre a ici été modifiée ; les autres tâches ménagères ne bénéficiant pas d’un même rééquilibrage.

  • 9 Il s’agit alors soit d’un besoin de faire jouer la concurrence pour minimiser le coût du panier, o (...)

45Le second facteur est la largeur de l’offre d’une façon plus générale. C’est celle qui est permise par le périmètre dans lequel la circulation est possible, et donc l’accessibilité à l’offre existante. Jean-Christophe Gay nomme « Covidie » ces surfaces de 3,14 km² qu’il a été possible de parcourir durant le premier confinement : « Covidie, contrée éphémère [...] d’une superficie de 3,14 km² et parfaitement circulaire » (Gay, 2020). Covidie est d’ailleurs limitée dans le temps : à la tentation de la ville qui ne s’endort plus, avec des commerces ouverts 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, se sont opposés des couvre-feux rendant la ville déserte dès six heures du soir et ceci même pour les salarié·es travaillant dans les métiers du care qui se retrouvaient alors dans l’espace public urbain avec les habitant·es des marges informelles de la ville. Néanmoins, si l’extension des périmètres génère un élargissement de l’offre, rendant accessibles des formats marchands différents, son impact sur la fréquentation genrée est moins marqué que le degré d’anomalité de l’offre. De fait, elle ne va pas changer les pratiques genrées de consommation, mais parfois permettre de consommer autre chose. Mais elle va permettre en revanche de récréer les conditions d’un « butinage » marchand, contraint par les prix ou spontané9, et donc d’une complexification des chaînages, rendant moins automatique l’assimilation des commerces essentiels aux seuls commerces de la sphère de proximité. Le commerce de proximité, parfois délaissé en période normale au profit des grandes surfaces de périphérie, qui avait acquis momentanément un statut de commerce incontournable, rentre ainsi dans le rang, victime d’une recontextualisation dans le jeu des concurrences.

46Lors des autres périodes de confinement, la fréquentation des commerces permettait de dépasser les territoires de circulation autorisés par les attestations de déplacement. La mise en place de systèmes dits de « click & collect » par les commerces non autorisés à l’ouverture a permis d’avoir accès à des tickets-justificatifs autorisant à sortir des zones autorisées pour récupérer les achats. Cela a été le cas des libraires et de certaines boutiques de mode. Enfin, sans que cela soit forcément généralisé, le sac de courses « témoin » a pu rendre possible les visites entre proches, dérogeant aux injonctions et rompant des solitudes éprouvantes. Ainsi la complexification des chaînages de consommation s’est accompagnée de reconnexions sociales et d’un ré-élargissement de l’espace vécu.

47Le troisième facteur est la place du commerce dans les motifs possibles de mobilité. La fréquentation de commerces banals étant un moindre mal face à l’immobilité, l’existence d’alternatives autres à l’immobilisme contribue à faire baisser son intérêt pour les personnes pour lesquelles cette activité n’apparaît pas comme nécessaire au regard de leurs habitudes d’avant-crise. Ce qui semble être le cas pour les hommes. Ceci explique probablement la place plus faible des hommes dans les mobilités marchandes lors du second confinement.

48La re-féminisation de la fréquentation marchande de commerces à dominante banale apparaît donc inversement proportionnelle à la motilité globale de la population et au degré d’anomalité de l’offre.

Fig. 3 : typologie de la fréquentation genrée des espaces selon les phases du confinement

Fig. 3 : typologie de la fréquentation genrée des espaces selon les phases du confinement

Source : Lebrun, Luxembourg, 2023.

3.2. Les facteurs socio-économiques indirects

49Outre les facteurs précités, d’autres facteurs jouent, non pas directement sur l’accessibilité, la motilité et la fréquentation des commerces, mais sur la possibilité même de se mettre en situation d’achat, indépendamment de la largeur de l’offre et des localisations.

50Ainsi, le quatrième élément est le rapport socio-genré différencié au pouvoir d’achat. Traditionnellement l’offre marchande est conçue au regard de clichés sur la disponibilité des femmes à faire du shopping, remontant aux années 1960, à un moment où le travail salarié des femmes n’était pas la norme (Lebrun et Luxembourg, 2019) et où le « chef de famille » leur accordait cette possibilité. Ceci explique notamment la surreprésentation du commerce vestimentaire féminin dans nos centres-villes (Bondue, 2004). Aujourd’hui, les différences en termes de taux d’activité homme/femme se sont considérablement lissées. Néanmoins, la crise sanitaire a fait ressortir certains de ces aspects les plus saillants parmi lesquels l’instabilité plus grande de l’emploi féminin et leur surreprésentation dans des emplois « essentiels » mal rémunérés.

51Le cinquième facteur est lié aux temporalités de la vie active, à la mise en œuvre ainsi qu’au déroulé de celle-ci. Il joue a priori à contre-courant du facteur précédent. L’emploi féminin, notamment populaire, étant plus précaire, il est aussi marqué par des horaires plus atypiques et flexibles, et un retour à l’emploi plus aléatoire en contexte de crise économique. De fait, des créneaux de consommation dans les emplois du temps féminins se dégagent. Ce phénomène explique que pendant la crise sanitaire, hors temps de confinement, on observe une nette inversion du rapport genré au commerce banal par rapport aux périodes de confinement. Les femmes y sont représentées dans des proportions encore plus fortes qu’avant la crise, leur plus faible retour à l’emploi générant des possibilités de mobilité moins contraintes que pour les hommes et ce en dépit d’une perte de pouvoir d’achat.

52Ces deux derniers critères apparaissent socialement plus ciblés sur les classes populaires que les trois précédents. D’une façon générale, le taux d’activité et les répercussions sur le pouvoir d’achat des femmes pendant la crise sanitaire n’ont que peu d’incidence sur leur rapport à la fréquentation des commerces essentiels. Comme dans les années 1960, c’est essentiellement le différentiel homme-femme en termes de temporalité qui sert de métronome. Pour autant, une analyse générationnelle montre là aussi que ces rapports sont loin d’être homogènes. Si les inégalités de genre se sont creusées, les inégalités intergénérationnelles l’ont été tout autant.

53L’enquête conduite par Yaëlle Amsellem-Mainguy et Laurent Lardeux (2022) montre que les conséquences économiques de la crise sanitaire se révèlent lourdes pour les jeunes en général, du fait d’une précarisation plus marquée qu’auparavant. Une grande partie des jeunes sont engagé·es sur des contrats courts et mal payés (intérim, contrats aidés, CDD, services civiques, etc.). Entré·es récemment sur le marché du travail, elles et eux figurent parmi les plus touché·es par les difficultés économiques. Les jeunes sont moins souvent cadres et donc plus nombreux·ses à être exposé·es aux mises au chômage partiel chez celles et ceux pour lesquels le poste n’est pas concerné par le télétravail. Les deux auteur·rices indiquent également : « Depuis les périodes de confinement des différences sont apparues entre jeunes hommes et jeunes femmes, révélatrices d’une distribution différenciée selon le sexe dans les différents secteurs d’activité. Le taux d’emploi des hommes de moins de 30 ans a ainsi été réduit de 1,1 point entre fin 2019 et fin 2020, alors qu’il est dans le même temps resté stable chez les femmes du même âge, du fait qu’elles sont plus représentées dans les secteurs moins exposés à la crise (dans les métiers comme l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale). Selon une étude de la Dares publiée en septembre 2021, 35 % des femmes de moins de 30 ans en emploi exercent de telles activités, contre 14 % des hommes de cette tranche d’âge » (Amsellem-Mainguy et Lardeux, 2022).

3.3. L’approvisionnement solidaire hors du marché : le maintien des inégalités de genre

54À côté des circuits commerciaux classiques, des propositions d’approvisionnement alimentaire ont progressivement réorganisé des dispositifs déjà existants. Sur ce point, il est nécessaire de préciser que le phénomène n’a pas été homogène sur l’ensemble du territoire national.

  • 10 Association pour le maintien d'une agriculture paysanne.

55Nous nous attacherons ici plus spécifiquement à l’exemple de Gennevilliers. Cette commune a encouragé la mise en place de formes de commerce issues de l’économie sociale et solidaire. On trouve ainsi trois lieux d’accueil d’AMAP10 dans la commune, fonctionnant indépendamment et se faisant plus ponctuellement le relais d’une distribution de viande et de poisson issus de petits producteurs. On trouve également une boutique associative autogérée « La Gennevilloise », distribuant des produits secs. L’attention portée à la qualité de l’offre alimentaire par la municipalité encourage ces types de dispositifs. Dans le même temps, la municipalité accompagne les associations caritatives locales sous la forme de lieux de distribution (Secours populaire, Restaurants du Cœur, Banque alimentaire, etc.) ou d’épiceries solidaires (Maison de la Solidarité). Parallèlement à ces dispositifs d’aide à la sécurité alimentaire, le développement de jardins partagés et familiaux participe d’une réflexion sur l’agriculture urbaine, considérée comme vectrice de justice sociale.

56Antérieurs à la crise, ces dispositifs de soutien à l’approvisionnement alimentaire permettent à des familles comme à des personnes seules de se ravitailler plusieurs fois par semaine. Les usagers sollicitent régulièrement ou ponctuellement cette aide selon leur situation. Le premier confinement a eu pour conséquence de devoir fermer les locaux associatifs. Toutefois, les élu·es ont pris le relais de la distribution alimentaire, en organisant tout d’abord un portage à domicile pour les personnes inscrites auprès de ces associations, en coordination avec le Secours populaire. À partir du début du mois de décembre 2020, la municipalité a organisé une distribution deux fois par mois de paniers solidaires composés d’épicerie sèche et de produits frais. Mille colis ont d’abord été délivrés puis près de 2 000 au fur et à mesure que les habitant·es rencontraient de nouvelles difficultés budgétaires. Cette distribution a été maintenue à partir de la fin du 3e confinement au rythme d’une fois par mois et perdure encore aujourd’hui. Les femmes y sont majoritaires selon nos observations.

57La fréquentation de ces temps de distribution de paniers solidaires, si elle est donc examinée au prisme du genre, montre une répartition habituelle des lieux de ravitaillement commerciaux comme de ceux de l’aide alimentaire. Il est intéressant de voir ici que la force des stéréotypes de genre dans le rapport des femmes à l’alimentation du foyer est telle que, quelle que soit la forme de distribution, marchande comme non marchande, elle mobilise très majoritairement les femmes. Ces dernières tiennent un rôle prépondérant dans la consommation dite « banale », associée au ravitaillement alimentaire. Même si elles n’en ont pas l’exclusivité, la répartition genrée des tâches ménagères, ou leur plus grande fragilité économique si elles sont isolées, en font des actrices incontournables de ces modes de consommation.

Conclusion

58La crise sanitaire de la Covid-19 n’a pas en soi modifié les éléments de différenciation genrée dans la société. Elle a davantage contribué à asseoir leur lisibilité par l’exacerbation des contrastes et des oppositions sociales qu’elle a générés en recréant une hiérarchie dans les activités en fonction de ce qui rendait possible ou non une sortie du domicile.

59L’analyse des pratiques de consommation sur la période n’échappe pas à ce constat : les prémisses de toutes les évolutions observées en termes d’analyse de pratiques genrées étaient déjà observables avant la crise sanitaire.

60Néanmoins, les différentes phases de la crise sanitaire, et notamment les périodes de confinement et de restrictions des possibilités de mobilité et/ou d’ouverture de commerces, ont mis au jour des variantes des comportements différenciés entre les hommes et les femmes, auparavant réservées à des périodes exceptionnelles telles que courses durant les congés payés ou des périodes de crise intrafamiliales (maladie, déplacement de l’un des parents, etc.). Selon le degré de contraintes imposées aux unes et aux autres, les équilibres genrés dans les pratiques de consommation réagissaient fortement, comme si les rapports homme/femme dans la société était une variable d’ajustement en temps de crise, permettant d’assurer une forme d’adaptation de nos sociétés.

61Mais il faut ajouter que la résilience dans les comportements de mobilité pour les achats des femmes était elle-même toujours la résultante d’éléments de contraintes préalables sur lesquelles elles n’avaient pas forcément prise. L’évolutivité des comportements masculins, eux-mêmes davantage consécutifs à des choix plus qu’à la contrainte, et la fragilité des conditions socio-économiques des femmes face aux conditions d’emploi, ont été les facteurs les plus déterminants de la différenciation genrée des pratiques d’achat.

62La crise sanitaire a exacerbé les inégalités socio-économiques comme les inégalités de genre en accentuant les stéréotypes. Les pratiques marchandes en ont été un révélateur particulier en en montrant des changements liés à la progression du télétravail par exemple. Ces observations ont permis d’informer une diversité de ces évolutions et de les mettre en regard des situations économiques et professionnelles des membres des foyers. Il reste à savoir si les pratiques marchandes genrées observées pendant les temps de confinement vont se trouver durablement affectées par ces évolutions. Puisse néanmoins cette réflexion participer à une meilleure lecture des pratiques genrées ; laquelle contribue à faire émerger des tentatives de rééquilibrage. L’accentuation momentanée des artefacts genrés aurait au moins servi à les identifier dans le but de mieux les contenir à l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Albouy, V. et Legleye, S. (2020), « Conditions de vie pendant le confinement : des écarts selon le niveau de vie et la catégorie socioprofessionnelle », INSEE Focus, 197, 19 juin.

Algava, E., Bloch, K. et Robert-Bobée, I. (2020), « Les familles en 2020 : 25 % de familles monoparentales, 21 % de familles nombreuses », INSEE Focus, 249, 13 septembre.

Alessandrin A. et Dagorn, J. (2017), « Femmes et espaces publics », Hommes et libertés, 177, p. 43-49.

Amsellem-Mainguy, Y. et Lardeux, L. (dir.) (2022), Jeunesses : d’une crise à l’autre, Paris, Presses de Sciences Po.

Anquez, M.-C. (2004), « Elles font les courses au pas de course », Temps des courses, course des temps, actes du Colloque international organisé à Lille et à Roubaix les 21 et 22 novembre 2003, USTL, Lille, France, p. 109-130.

Benoit-Moreau, F. et Delacroix, E. (dir.) (2020), Genre et marketing. L’influence des stratégies marketing sur les stéréotypes de genre, Caen, Éditions Management & société.

Biarrotte, L. (2021), Déconstruire le genre des pensées, normes et pratiques de l’urbanisme, thèse de doctorat, Aménagement et urbanisme, université Paris Est-Créteil.

Blanchard, S. et Hancock, C. (2017), « Enjeux de genre et politiques urbaines : les enseignements d’une recherche à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) », Géocarrefour, 91, 1, <http://journals.openedition.org/geocarrefour/10054> (consulté le 13 février 2023).

Blidon, M., (2007) « Les commerces gays entre logique économique et logique communautaire », Le choix de l’homosexualité, Perreau B. (dir.), Paris, Epel, p. 151-166.

Blidon, M., (2008) « Commerces et homosexualité », Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, in R.-P. Desse (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 174-182.

Bondue, J.-P. (2004), Temps des courses, course des temps, Lille, Éd. USTL.

Bourdin, J.-C. (2017), « Il y a 45 ans, l’hypermarché Radar ouvrait à Limoges-Beaubreuil », Le populaire du Centre, 14 novembre.

Brousse, C. (2015a), « La vie quotidienne en France depuis 1974. Les enseignements de l’enquête Emploi du temps », Économie et statistique, INSEE, 478-479-480, p. 79-117.

Brousse, C. (2015b), « Travail professionnel, tâches domestiques, temps « libre » : quelques déterminants sociaux de la vie quotidienne », in Économie et statistique, INSEE, 478-479-480, p. 119-154.

CESE (2021), Crise sanitaire et inégalités de genre, Paris, Éd. du Journal officiel.

Charlap, C. et Grossetti, M. (2020), « Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? », in N. Mariot, P. Mercklé & A. Perdoncin (dir.). Personne ne bouge : une enquête sur le confinement du printemps, Grenoble, UGA Éd., p. 125-131.

Crenshaw, K., (1989), «Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrin, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, 1, 8, p. 139-167.

Depeau, S. (2006) « De la représentation spatiale à la cognition spatiale et environnementale : la notion de « représentation » en psychologie sociale et environnementale », ESO Travaux et documents, 25, p. 7-17.

Faure, E. Hernandez-Gonzalez, E. et Luxembourg, C. (2017), La ville : quel genre ? L’espace public à l’épreuve du genre, Montreuil-sous-Bois, Le Temps des cerises.

Federici, S. (2021), « Du “salaire au travail ménager” à la politique des communs », Travail, genre et sociétés, 46, p. 179-184.

Fenster, T. (2005), « The Right to the Gendered City: Different Formations of Belonging in Everyday Life », Journal of Gender Studies, 14, 3, p. 218-231.

Galerand, E. et Kergoat, D. (2008), « Le potentiel subversif du rapport des femmes au travail », Nouvelles questions féministes, 27, 2, p. 67-82.

Garcia Ramon, M. D., Ortiz Guitart, A. et Prats Ferret, M. (2014), Espacios públicos, género y diversidad. Geografías para unas ciudades inclusivas, Editions Icaria, 151.

Gasnier, A. et Lebrun, N., (2008), « Anomal/banal », in R.-P Desse (dir.), Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p 26-27.

Gay, J.-C. (2020), « Mes 3,14 kilomètres carrés en Covidie : j’en connais un rayon. » L’Information géographique, 3, 3, p. 28-32.

Genre et Ville, (2018), Garantir l’égalité dans les espaces publics, <http://genre-et-ville.org/wp-content/uploads/2019/06/Egalite-espaces-publics-septembre2018.pdf> (consulté le 13 février 2023).

Girard, E. (2020), « Quelles évolutions de nos modes de consommation au temps du Coronavirus ? », Cybergeo : European Journal of Geography, Le grand confinement : avant, pendant, et après ?, <http://journals.openedition.org/cybergeo/34841> (consulté le 13 février 2023).

Gollac, M. et Volkoff, S. (2002), « La mise au travail des stéréotypes de genre. Les conditions de travail des ouvrières », Travail, genre et sociétés, 8, 2, p. 25-53.

Hani, M. (2009), « Chaînage des déplacements et pratiques d’achats des familles : le cas de l’agglomération du Havre », Géocarrefour, 1-2, p. 113‑121.

Hani, M. (2016), « L’accessibilité au commerce… quand le réseau de transport fait défaut ? Le cas de l’agglomération du Havre », Espace populations sociétés, <https://doi.org/10.4000/eps.6324> (consulté le 20 février 2023).

Hoibian, S., Berhuet, S., Coutte, P., Coulange, M. et Brice, L. (2021) « La crise sanitaire provoque un retour à des rôles genrés traditionnels », Consommation et modes de vie, CREDOC, 316, mai.

Kaufmann V. et Widmer E. D. (2005) « L’acquisition de la motilité au sein des familles. État de la question et hypothèses de recherche », Espaces et sociétés, 1-2, 120-121, p. 199-217.

Kergoat, D. (1998), « La division du travail entre les sexes », in J. Kergoat, J. Boutet, H. Jacot et D. Linhart (dir.), Le monde du travail, Paris, La Découverte, p. 319-329.

Lambert, A., Cayouette-Remblière, J., Guéraut, E., Bonvalet, C., Girard, V., Le Roux, G. et Langlois, L. (2020) « Logement, travail, voisinage et conditions de vie : ce que le confinement a changé pour les Français », Note de synthèse pour l’INED.

Lambert, A. et Cayouette-Remblière, J., (dir.), (2021), L’explosion des inégalités : classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Lambert, A., Girard, V., Guéraut, E., Le Roux, G. et Bonvalet, C., (2021), « L’enfermement domestique des mères. Conditions de logement et espace à soi en confinement », Revue des politiques sociales et familiales, 141, p. 11-30.

Lebrun, N. (2023), Réinterroger la centralité marchande. Pôles, territoires, discontinuités et réseaux au service de la centralité, mémoire d’HDR, géographie, université Paris 8.

Lebrun, N. et Luxembourg, C. (2019), « Le commerce : un révélateur des inégalités de genre », Collage, revue de la fédération suisse des urbanistes, 2, p. 13-15.

Lebrun, N. et Luxembourg, C. (2020) « Vers une nouvelle typologie marchande en contexte de covid-19 », Ouest-France, 20 avril.

Lieber, M. (2008), Genre, violences et espaces publics : la vulnérabilité des femmes en question. Paris, Presses de Sciences Po.

Louargant, S. (2002), « De la géographie féministe à la "Gender Geography" : une lecture francophone d’un concept anglophone », Espace, populations, sociétés, 3, « Questions de genre », p. 397-410.

Louargant, S. et Barroche, A. (dir.) (2019), Mobilités : toutes et tous égaux ?, Grenoble, UGA Éditions.

Löw, M. (2006), « The Social Construction of Space and Gender », European Journal of Women Studies, 13, 2, p. 119-133.

Luxembourg, C. (2018), « Espaces publics et déplacements à Gennevilliers. Une expérience d’intervention urbaine participative », in M. Navarre et G. Ubbiali (dir.), Le genre dans l’espace public : quelle place pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, p. 23-62.

Luxembourg, C. et Messaoudi, D. (2016), « Projet de recherche-action à Gennevilliers : la ville côté femmes », Recherches féministes, 29, 1, p. 129-146.

Luxembourg, C., Labruyère, D. et Faure, E. (éd.) (2020), Les sens de la ville : pour un urbanisme de la vie quotidienne, Montreuil, Le Temps des cerises.

Luxembourg, C. et Moullé, F. (2022) « L’individu, l’espace et la crise sanitaire », Visionscarto, <https://visionscarto.net/l-individu-l-espace-et-la-crise> (consulté le 13 février 2023).

Lynch, K. (1960), The Image of the City, Cambridge, MIT Press.

Mariette, A. et Pitti, L. (2021), « Crise sanitaire en territoires urbains populaires : relégations, discriminations, contestations », Mouvements, 105, p. 68-77.

Meda, D. (2021), « Préface », in A. Lambert et J. Cayouette-Remblière (dir.), L’explosion des inégalités : classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, L’Aube, p. 7-17.

Paré, S. et Therasme, K. (2010), « Entrepreneurs in the new economy: Immigration and sex effects in the Montreal metropolitan area », Journal of International Entrepreneurship, 8, 2, p. 218-232.

Pernot, D. et Aguiléra, A. (2017). « Les courses à l’heure d’internet. Lieux, temporalités et mobilités pour achats et clients des drives », Netcom, 31, 3-4, p. 463-488.

Pernot, D. (2021), Faire ses courses à l’heure du drive : vers un renouvellement des espaces-temps de l’approvisionnement des ménages ?, thèse de doctorat, géographie, université Paris-Est.

Sanchez de Madariaga, I. (2013), « The mobility of care. Introducing new concepts in urban transportation », in I. Sanchez de Madariaga et M. Roberts (dir.) Fair Shared Cities. The Impact of Gender Planning in Europe, Aldershot/New York, Ashgate, p. 33-48.

Tillous, M. (2022), Espace, genre et violences conjugales : ce que révèle la crise de la Covid 19, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes.

Vinet, E. (2013), « Étude-action sur les discriminations multifactorielles envers les femmes dans trois quartiers lyonnais », Rapport de recherche du groupe Egaliter, GREPS, Université Lyon II.

Haut de page

Notes

1 Le commerce « banal » à l’inverse du commerce « anomal » renvoie au commerce répondant à des besoins courants et fréquents. On pourra se référer à l’entrée « anomal/banal » écrite par Arnaud Gasnier et Nicolas Lebrun dans le Dictionnaire du Commerce et de l’Aménagement (Gasnier et Lebrun, 2008).

2 Nous ne nous intéresserons pas ici aux commerces en ligne, ceux-ci impliquant une moindre fréquentation des espaces publics des personnes consommatrices et la mise en place d’une logistique de livraison qui semble transformer durablement les comportements dans les espaces urbains denses. Ces chaînes d’approvisionnement pourraient, par ailleurs, être examinées avec un grand intérêt au prisme d’une mise en relation des différents critères de domination (Galerand et Kergoat, 2008).

3 Dans le cas de la périphérie de Toulouse, les relevés ont été menés par Zoé Giordana, alors étudiante en master urbanisme lors de son stage de fin de cycle pour Les Urbain.e.s.

4 La motilité renvoie à la capacité, notamment au regard des contraintes socio-économiques, à être mobile. Vincent Kaufmann et Eric D. Widmer la définissent comme un « capital de mobilité » dans la lignée du « capital social » de P. Bourdieu ou du « capital spatial » de J. Lévy (Kaufmann et Widmer, 2005).

5 À noter que la chasse aux produits à date limite de consommation proche, n’est pas une pratique spécifique aux milieux défavorisés. Elle peut renvoyer à des pratiques de consommation éco-responsables pour des classes plus aisées, notamment à l’aide d’applications mobiles dédiées, principalement dans les grandes villes où la densité de l’offre est importante.

6 Il est important de souligner que le taux de motorisation des ménages est plus faible, et de fait la possibilité de déport sur des nouveaux modes d’achats motorisés moins facile. La dernière Enquête nationale « Transports et déplacements » de l’INSEE, qui date de 2007-2008 (on peut supposer que la tendance n’a que peu évolué depuis), souligne ainsi que le taux de motorisation des ménages n’est que de 0,7 dans le premier décile de revenus, contre 1 pour les 3déciles de revenus et 1,2 à 1,5 pour les 5déciles et au-delà. Or, les foyers monoparentaux sous la responsabilité d’une femme sont surreprésentés dans les premiers déciles de revenus.

7 Ce paramètre renvoie à la possibilité ou non d’avoir accès au télétravail ou au chômage partiel durant le confinement ainsi qu’aux inégalités en matière de revenus qui ont induit des arbitrages financiers.

8 Ainsi que le note Dominique Méda : « Parmi les résultats essentiels ont notamment été vérifiés le rôle majeur de l’exiguïté des logements dans la surexposition au virus et l’aggravation des inégalités entre hommes et femmes. Ainsi a-t-il été constaté que le logement de certaines professions "essentielles" connaissait un taux élevé de surpeuplement : personnels de nettoyage (21 %), aides à domicile (18 %), ouvriers salariés du bâtiment (20 %) selon l’enquête EpiCov, ou encore que les hommes cadres étaient 47 % à disposer d’une pièce dédiée pour le télétravail contre un quart des femmes selon l’enquête COCONEL « Logement et Conditions de vie ». Quant à la charge domestique et familiale supplémentaire, notamment scolaire, due au Covid-19, elle a été principalement assurée par les femmes » (Méda, 2021). D’autre part, le déploiement du télétravail, les couvre-feux et les fermetures des établissements d’accueil des enfants ont porté un coup d’arrêt à certains services à domicile, notamment le babysitting, fonction de substitution prise en charge par les adultes éducateurs. Ces emplois d’appoint concernent là aussi majoritairement des jeunes femmes, souvent étudiantes, qui les assurent afin de pouvoir financer leurs études ou un mode de vie particulièrement coûteux dans les villes denses.

9 Il s’agit alors soit d’un besoin de faire jouer la concurrence pour minimiser le coût du panier, ou simplement d’éprouver à nouveau la possibilité de ne pas se cantonner au lieu de consommation le plus proche.

10 Association pour le maintien d'une agriculture paysanne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : typologie des lieux représentés sur des cartes mentale à Gennevilliers
Crédits Sources : Les Urbain.e.s données constituées en 2014 et 2015 ; Luxembourg, 2018.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau 2 : extrait du tableau Activités quotidiennes selon le genre et la situation vis-à-vis du marché du travail (temps quotidien)
Légende Le total des activités domestiques inclue d’autres activités. Nous avons restreint le tableau aux données en lien avec les activités de consommation.
Crédits Source : Brousse, 2015b.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 2 : « Quel impact la période de confinement a-t-elle sur vos sorties et vos déplacements ? » en pourcentages
Crédits Source : CREDOC, enquête Conditions de vie et Aspirations, septembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 3 : typologie de la fréquentation genrée des espaces selon les phases du confinement
Crédits Source : Lebrun, Luxembourg, 2023.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lebrun et Corinne Luxembourg, « La crise du Covid, un révélateur de la différenciation genrée des pratiques marchandes »Métropoles [En ligne], 33 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10236 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10236

Haut de page

Auteurs

Nicolas Lebrun

Maître de conférences HDR Université d’Artois UR 2468 Discontinuités, associé à l’UR 4287 Habiter Le Monde - UPJV

Corinne Luxembourg

Professeure Université Sorbonne Paris Nord - UR 7338 PLEIADE

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search