Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierLa recomposition du commerce pari...

Dossier

La recomposition du commerce parisien depuis la crise sanitaire de la Covid-19 : de nouvelles infrastructures pour de nouveaux usages

The reconstruction of Parisian retail since the Covid-19 health crisis: new infrastructures for new uses
Bruno Bouvier et François Mohrt

Résumés

Avec plus de 60 000 établissements actifs, le commerce parisien se définit comme étant à la fois très varié, très dense (28 commerces pour 1 000 habitants en moyenne) et très dynamique avec un renouvellement continu des activités. La crise sanitaire liée à la Covid-19 est venue frapper de plein fouet celui-ci : de nouveaux types d’établissements sont apparus pour de nouveaux usages demandés par une clientèle confinée. Cette note de recherche vise à restituer les mutations de l’appareil commercial parisien en lien avec l’évolution – contrainte durant cette période inédite – des comportements d’achat. S’appuyant sur des données originales produites par l’Atelier parisien d’urbanisme, cette note de recherche permet d’observer les formes prises par le commerce de détail sous le double effet de la contrainte de mobilité et de la révolution des technologies de l’information et de la communication, et d’interroger le caractère durable des réaménagements tant au niveau des comportements d’achat, des innovations apparues durant la crise que des stratégies d’adaptation des commerçants traditionnels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette activité désigne la possibilité d’acheter des biens, des services ou des informations par l’ (...)
  • 2 Fédération du e-commerce et de la vente à distance. Cette fédération a pour mission de recueillir (...)

1Depuis sa création dans les années 1990, le e-commerce s’est beaucoup développé jusqu’à déstabiliser fortement le commerce de détail en boutique1. Ce circuit connaît une croissance exceptionnelle depuis le début des années 2000. Son chiffre d’affaires s’élevait à 57 milliards d’euros en 2014 selon les données de la Fevad2. Quelques mois avant la pandémie liée à la Covid-19, il représentait presque 10 % du commerce de détail français pour un chiffre d’affaires qui atteignait 103 milliards d’euros.

2La part de marché de l’activité varie selon le type de produits vendus. Tout ce qui peut être dématérialisé, comme nombre de services commerciaux (achat de billets, de vidéos à la demande, banque en ligne, etc.), est déjà fortement numérisé. Pour des biens matériels, certains types de commerces sont exposés à la forte concurrence de la vente en ligne, tels que les libraires, les disquaires, les photographes ou les enseignes de prêt-à-porter.

3D’après les recensements effectués depuis une vingtaine d’années par l’Atelier parisien d’urbanisme, en partenariat avec la Ville de Paris et la chambre de commerce et d’industrie de Paris, une baisse de 30 à 90 % du nombre de ces commerces a été constatée entre 2000 et 2020 dans la capitale. Cependant, dans d’autres secteurs tels que la décoration et l’équipement de la maison, l’empreinte du commerce en ligne reste limitée. C’était aussi le cas des achats alimentaires et des produits de grande consommation, même si une accélération de cette tendance s’est produite avec l’introduction d’applications digitales qui facilitent et optimisent les commandes, préparations et livraisons de denrées alimentaires.

4Dans ce contexte qui fait figure de révolution commerciale (Moati, 2021), la crise sanitaire de la Covid-19, marquée par des périodes de confinement de la population, par la limitation des déplacements et par la fermeture temporaire de nombreux commerces, a pu apparaître comme une opportunité favorable au renforcement de ces nouvelles formes d’approvisionnement.

5Cette note de recherche propose d’examiner cette hypothèse en restituant les mutations de l’appareil commercial parisien depuis la crise sanitaire. En mobilisant des données originales (voir encadré méthodologique), il s’agit d’étudier précisément les recompositions des équipements commerciaux en lien avec les évolutions des pratiques d’achat des ménages métropolitains durant cette période inédite. Il s’agit également d’observer les stratégies différenciées des commerçants pour mettre en place une offre de services numériques susceptibles de répondre à de nouvelles attentes.

6Dans une première partie, l’article présentera les principales caractéristiques du commerce parisien, sa densité, son maillage très serré, il reviendra sur les évolutions récentes et les tendances de fond des activités commerciales en soulignant le rôle des outils mis en place à l’échelle municipale pour favoriser leur maintien et leur diversité. Puis, dans un second temps, les mutations engendrées par la crise sanitaire de 2020 seront restituées. Son rôle d’accélérateur de tendances (développement de la livraison à domicile, de la consommation des produits locaux, etc.), les mesures de soutien mises en place à l’occasion de cette crise ainsi que les nouveaux acteurs apparus dans le paysage commercial parisien seront décrits en interrogeant le caractère durable de ces aménagements.

Encadré méthodologique

Pour présenter la recomposition du commerce parisien, l’analyse repose sur plusieurs types de données. Celles sur le commerce à Paris sont issues du recensement « BDCom » que réalise, tous les trois ans depuis l’an 2000, l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) avec ses partenaires que sont la Ville de Paris et la chambre de commerce et d’industrie de Paris. L’enquête de 2020 prolonge les sept vagues précédentes de 2000, 2003, 2005, 2007, 2011, 2014 et 2017 en utilisant la même méthodologie afin de rendre celles-ci comparables entre elles. Le recensement, réalisé avec l’aide d’une vingtaine d’enquêteurs, enregistre tous les locaux implantés en rez-de-chaussée des immeubles parisiens, ayant une vitrine et une entrée sur l’espace public. Les principales informations recensées concernent la nature du local (commerce, service commercial, atelier, bureau, etc.), l’activité exercée dans le local selon une nomenclature en 221 postes, l’enseigne du magasin lorsqu’elle existe, une estimation de la surface de vente selon trois tranches (moins de 300 m², entre 300 et 1  000 m², plus de 1  000 m²).

Les données de comparaison avec les centres-villes de sept métropoles régionales sur la densité commerciale reposent sur l’analyse du fichier BPE de 2019 (Base permanente des équipements) produit par l’Insee, fichier qui dénombre, entre autres, les équipements liés à l’activité commerciale.

Afin d’étudier plus précisément, la recomposition du commerce parisien, deux enquêtes ont été menées par l’Apur au mois de mai 2020. La première porte sur les pratiques d’achat des ménages métropolitains avant, pendant et après le confinement. La deuxième étudie les motivations des commerçants à s’inscrire sur le portail créé par la Ville de Paris pour référencer les éventuels services de livraison mis en place durant le confinement. La première enquête sur les pratiques d’achat des métropolitains a été menée par l’intermédiaire d’un questionnaire administré en ligne auprès de 690 personnes de plus de 18 ans, entre le 4 mai et le 5 juin 2020. La deuxième enquête a été conduite auprès du millier de commerçants connecté au site dédié de la Ville de Paris. Un questionnaire leur a été envoyé au cours du mois de mai 2020 et 66 d’entre eux ont répondu (12 boulangeries, 12 restaurants, 6 alimentations générales, 3 poissonneries, 2 pharmacies, 11 cavistes et 20 autres commerces). 39 commerçants avaient déjà mis en place un système de livraison avant le confinement, 27 l’ont fait à l’occasion de ce premier confinement.

1. Le commerce parisien face aux plateformes : entre stabilité et recomposition

1.1. Densité et proximité commerciales

  • 3 Insee, Base permanente des équipements (BPE) 2019. Cette base regroupe les équipements liés à l’ac (...)

7Grande capitale mondiale, Paris se caractérise par une densité et une diversité commerciales importantes. La comparaison de Paris avec les centres d’autres métropoles régionales3 montre cette très forte densité de l’offre commerciale qui s’explique notamment par le fait que les commerces parisiens s’adressent non seulement à la population qui réside dans la capitale (2,2 millions), mais aussi à celle qui vient y travailler quotidiennement (1 million d’actifs qui travaillent chaque jour à Paris sans y habiter), auxquelles s’ajoute une clientèle touristique nationale et internationale.

Fig. 1 : équipement commercial de Paris en 2020

Fig. 1 : équipement commercial de Paris en 2020

Note de lecture : Paris dispose en 2022 de 62 500 commerces, services commerciaux, bars et restaurants.

8Cette forte densité commerciale s’observe notamment dans le secteur de la restauration où l’on dénombre 10,2 restaurants pour 1 000 habitants à Paris contre 9,3 à Bordeaux, 8 à Lille et même deux fois moins à Nantes avec 5,1 (certains arrondissements parisiens ont même des densités 3 à 5 fois plus élevées que la moyenne parisienne, le 1er arrondissement par exemple avec 52,6 restaurants pour 1 000 habitants, soit plus de cinq fois la densité de Bordeaux). Le deuxième secteur d’activité où la densité parisienne ressort fortement est celui des commerces non alimentaires avec un total de 9,9 commerces pour 1 000 habitants contre 6,8 à Bordeaux, 6,5 à Nice, ce qui est moins le cas pour le secteur des services commerciaux qui est celui où l’écart est le plus ténu avec la seconde ville, puisque l’on dénombre 7,4 services pour 1 000 habitants à Paris contre 7,1 à Nice et 5,7 à Bordeaux. Enfin, en ce qui concerne la densité de commerces alimentaires, elle est de 3,2 commerces pour 1 000 habitants à Paris en 2019 contre 3 à Nice ou encore 2,9 à Marseille.

9D’après des recherches conduites en 2014, consacrées à la densité comparée du nombre de commerces à Paris et à Londres, il apparaît que celle-ci est plus forte à Paris, quelles que soient les échelles prises en compte en km² ou pour 1 000 habitants. En excluant les services commerciaux, on comptait ainsi 19 commerces pour 1 000 habitants à Paris pour 12 commerces pour 1  000 habitants dans les 7 boroughs centraux et 7 commerces pour 1  000 habitants dans « l’Inner London », un peu moins dense en population cependant.

10Cette densité commerciale conduit à observer une forte accessibilité des équipements commerciaux. La quasi-totalité de la population parisienne a accès à trois commerces du quotidien (boulangerie, pharmacie, librairie/presse) par l’intermédiaire d’un trajet à pied maximal de 5 minutes.

Fig. 2 : accessibilité en 5 minutes aux trois principaux commerces de proximité

Fig. 2 : accessibilité en 5 minutes aux trois principaux commerces de proximité

Note de lecture : Dans les zones en bleu, les habitants ont accès, en 5 minutes à pied, à la fois à une boulangerie, une pharmacie et une librairie ou un marchand de journaux, soit les trois principaux commerces du quotidien retenus dans cette note ; dans les zones en rose foncé, les habitants ont accès, en 5 minutes qu’à deux types de commerces sur trois ; dans les zones en rose pâle, les habitants ont accès, en 5 minutes qu’à un type de commerce sur trois ; enfin dans les zones grises, les habitants se situent à plus de 5 minutes de l’un ou l’autre de ces types de commerces. Les zones blanches correspondent aux bois, forêts, très grands équipements et ne sont pas habitées.

Sources : Base permanente des équipements Insee 2017, BDCom 2017, BDTopo IGN 2019, Données carroyées Insee 2015.

1.2. Les recompositions contemporaines du commerce parisien avant la crise sanitaire

11Effectué en octobre 2020, le dernier recensement des locaux commerciaux situés en pied d’immeuble permet de disposer d’un état des lieux juste après le premier confinement au cours duquel seuls les commerces dits « essentiels » avaient pu ouvrir (Bouvier et Mohrt, 2021). Cet état des lieux a pu être mis en perspective avec les résultats des enquêtes précédentes qui décrivent le commerce parisien depuis vingt ans pour essayer de distinguer ce qui relève du conjoncturel et les tendances de fond.

Fig. 3 : évolution du commerce parisien de 2017 à 2020

Fig. 3 : évolution du commerce parisien de 2017 à 2020

12Les évolutions du commerce depuis 2017 montrent la poursuite de tendances qui sont à l’œuvre depuis plusieurs années en rez-de-chaussée des rues parisiennes. La très forte baisse du nombre de magasins d’équipement de la personne (habillement, chaussures, bijouterie) s’explique par la progression du commerce en ligne sur ces marchés de consommation pour les produits neufs comme pour l’offre d’occasion (Vinted). Le développement des achats en ligne et la dématérialisation de certaines pratiques ont également fait quasiment disparaître les vidéoclubs, les sex-shops et, plus récemment, un grand nombre d’agences bancaires, d’agences de travail intérimaire, d’agences de voyages ou de librairies.

13Sur cette même période, les commerces alimentaires ont quant à eux bien résisté. Pour ce type de magasins, une progression notable, entamée en 2011, concerne ceux spécialisés dans les produits bio. La prise de conscience des enjeux environnementaux et les aspirations d’une partie des consommateurs parisiens à mieux manger et à mieux consommer expliquent l’augmentation forte des magasins alimentaires bio, des produits locaux vendus en circuits courts, en vrac, mais aussi la forte poussée des supérettes bio (Apur, 2022). Participant de la même tendance à prendre soin de soi, la percée des salles de sport en rez-de-chaussée des rues parisiennes se poursuit tout comme la hausse des parapharmacies, des parfumeries, des salons de massage et des ongleries. Les résultats du recensement montrent aussi une forte progression du nombre de cafés et de restaurants prolongeant ainsi une tendance entamée il y a plus de dix ans.

14L’analyse des évolutions commerciales à Paris n’annonce donc pas la disparition du commerce de proximité qui, d’une part, a déjà commencé à se renouveler et, d’autre part, est de plus en plus soutenu par les pouvoirs publics dans son rôle d’animation des centres-villes.

15Le commerce de magasin tire aussi parti des stratégies des enseignes. Une grande partie des opérateurs qui ne vendent que sur internet (les pure players) cherchent à diversifier leurs canaux de vente et ouvrent des boutiques physiques pour augmenter leur notoriété, réduire leurs coûts logistiques et amoindrir leur dépendance aux moteurs de recherche. Les exemples de Spartoo (vente de chaussures), présent à Paris, Dijon et Grenoble ; Miliboo (vente de mobilier) implanté à Paris et Lyon ou encore de Polette (opticien) présent à Paris, Lille, Toulouse, Amsterdam et Bruxelles montrent ainsi la volonté de ces détaillants, initialement présents uniquement en ligne, de ne pas se priver du contact direct avec la clientèle.

16De leur côté, les grandes enseignes « physiques » développent plusieurs canaux de vente pour répondre à la concurrence des plateformes. Ainsi, leur site internet marchand propose de plus en plus d’options d’achat en ligne : livraison à domicile, livraison en point relais, retrait ou livraison en magasin. Moins onéreuse que les deux premiers types de livraison ou le plus souvent gratuite, la livraison en magasin traduit la mise en place des stratégies « omnicanales » des chaînes comme mode actuel de développement.

17Face à cette diversification des canaux de vente, le rôle du magasin évolue. Pour rester attractives face aux sites de vente en ligne, les boutiques doivent offrir ce que le e-commerce ne peut pas offrir. Les espaces de vente renforcent ainsi l’usage des ressorts visuels, sonores, sensoriels pour attirer les consommateurs. « L’expérience client », selon l’expression convenue des professionnels du marketing, est mise en avant, devant la quantité et l’offre de produits disponibles. Ainsi, l’objectif de la boutique n’est plus de vendre directement des produits, mais plutôt de renforcer une image de marque, qui va pousser le client à acheter, en boutique ou en ligne, ou bien à communiquer sur la marque sur les réseaux sociaux. La mise en place d’une continuité commerciale entre l’environnement physique et les supports digitaux s’appuie notamment sur une meilleure connaissance des clients et de leurs comportements d’achat par le biais des données collectées en ligne. Plusieurs magasins parisiens ont déjà commencé à intégrer ces stratégies, comme le magasin Nike du Forum des Halles (1er arrondissement) qui propose des services sur mesure ou encore le magasin Leroy-Merlin de la place de la Madeleine où seulement 30 000 références, sélectionnées selon les habitudes d’achat des clients, sont présentes sur les 100 000 disponibles, ces dernières étant accessibles après une commande effectuée directement en magasin.

1.3. Des outils de pilotage pour soutenir le commerce

18L’espace contemporain du commerce de détail français se caractérise par la multiplication d’outils de pilotage au service de l’activité. Depuis une cinquantaine d’années, les pouvoirs publics mènent des politiques volontaristes pour protéger le commerce, tant au niveau national avec la loi Royer du 27 décembre 1973, la loi Raffarin votée le 5 juillet 1996, ou encore la loi « ELAN » (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) du 23 novembre 2018 qui instaure les ORT (Opérations de revitalisation de territoire), qu’au niveau communal avec des adaptations aux différents contextes locaux selon le degré de déprise commerciale mesurée par le taux de vacance des lieux.

19Dans le contexte parisien de mutations importantes et de pression foncière, la protection du commerce paraît essentielle pour garantir le maintien de l’activité face à des loyers au montant élevé. Ce soutien s’appuie en particulier sur une protection stricte des commerces et des artisans dans le Plan local d’urbanisme (PLU) de Paris depuis 2006. Par ailleurs, à partir de 2004, des dispositifs de revitalisation du commerce simplifient et facilitent l’installation des commerces dans la ville dense.

20Les linéaires de protection du commerce et de l’artisanat ont par exemple été institués par le PLU de 2006 sur les rues les plus commerçantes de Paris. On y compte, en moyenne, 10 commerces pour 100 mètres de voie, alors qu’à Paris cette proportion est d’environ 4 commerces pour 100 mètres de voie. Le but de ces protections est de conserver la vitalité et la diversité commerciale de Paris. On constate, entre 2006 et aujourd’hui, sur ces voies protégées, une diminution du nombre de commerces et d’artisans, mais cette baisse est la plupart du temps moins forte en proportion qu’à Paris, ce qui démontre l’utilité de ces protections dans le temps. L’action prévoit trois types de protection :

  • la protection simple du commerce et de l’artisanat s’applique sur 276 kilomètres de voies sur les 1 960 kilomètres que compte Paris, mais où se concentre un peu plus de la moitié des commerces parisiens (31 300 commerces sur 61 500 à Paris en 2020). Sur ces axes la transformation de surfaces de commerce ou d’artisanat en rez-de-chaussée sur rue vers une destination autre que le commerce ou l’artisanat est interdite. Depuis 2006, la tendance à la baisse ou à la hausse du nombre de commerces et d’artisans sur les linéaires de la protection simple suit celle de Paris dans son ensemble, mais de façon moins marquée ;
  • la protection particulière de l’artisanat s’applique sur 25 kilomètres de voies où il y a une forte proportion de commerces artisanaux. Elle concerne environ 4 200 commerces, services commerciaux, bars et restaurants en 2020 sur quelque 70 rues « marchés ». En bordure de ces rues, une activité artisanale ne peut être remplacée que par une autre activité artisanale, tandis qu’une activité commerciale peut laisser la place soit à une activité commerciale, soit à une activité artisanale ;
  • la protection renforcée du commerce et de l’artisanat s’applique sur 29 kilomètres de voies qui représentent quelque 25 grands axes parisiens et impose qu’en cas de reconstruction ou de réhabilitation lourde d’un immeuble en bordure des voiries repérées, les locaux en rez-de-chaussée sur rue doivent être destinés au commerce ou à l’artisanat. Depuis 2006, Les évolutions sont toujours plus positives que pour l’ensemble de Paris et démontrent l’intérêt de cette protection pour conserver ou implanter de nouveaux commerces ou artisans.

Fig. 4 : linéaires de protections commerciales du PLU parisien de 2006

Fig. 4 : linéaires de protections commerciales du PLU parisien de 2006

21Malgré une densité importante de commerces et ces mesures, le territoire parisien présente des quartiers moins bien pourvus en commerces de proximité, d’autres où la vacance des locaux est plus forte qu’ailleurs et, enfin, d’autres quartiers où la présence d’une activité dominante rend difficile l’installation d’autres types de commerces et empêche une certaine diversité commerciale. Pour remédier à ces difficultés, la Ville de Paris mène des opérations de revitalisation commerciales dans certains quartiers en s’appuyant sur l’action de la Société d’économie mixte de la ville de Paris (Semaest). En 2022, douze périmètres sont concernés par un plan d’action visant à redynamiser le commerce au travers un Contrat de revitalisation artisanal et commercial (CRAC) appelé Paris’Commerces. Les douze périmètres totalisent 6 655 commerces, soit 10,8 % de l’ensemble des commerces parisiens.

22Enfin, l’action en faveur de la recommercialisation de certains locaux prend appui sur les trois bailleurs sociaux de la Ville de Paris (Paris Habitat, RIVP et Elogie-SIEMP). Ces acteurs ont créé au mois de juillet 2017 le GIE Paris Commerces pour faciliter la commercialisation des 7 000 locaux situés au rez-de-chaussée des immeubles du parc social. Pour attribuer les locaux, le GIE privilégie la diversité des secteurs marchands représentés et veille à la bonne intégration de la boutique dans son quartier, en fonction des besoins des habitants et des activités déjà existantes. Depuis la création du GIE, 600 locaux en rez-de-chaussée des opérations de logement social ont pu ainsi être reloués.

2. L’impact de la crise sanitaire sur le commerce parisien

23Les contraintes de mobilité induites par la crise sanitaire ont provoqué dans le secteur du commerce une accélération de tendances préexistantes telles que la numérisation des pratiques d’achat et de l’activité des détaillants, mais également l’essor de nouveaux acteurs imposant des formes d’approvisionnement développées jusqu’ici de manière marginale. Les réglementations ont aussi donné naissance à de nouvelles mesures de soutien en faveur des professionnels composées d’aides nationales et municipales.

2.1. Confinements et fermetures pour 76 % des commerces parisiens

24La crise de la Covid-19 et les confinements ont modifié certaines habitudes de consommation. Alors que la plupart des Parisiens avaient l’habitude d’aller facilement faire leurs courses du quotidien dans les commerces de proximité, sur les marchés découverts ou bien de se rendre dans des quartiers centraux pour des emplettes plus exceptionnelles, les tâches d’approvisionnement sont apparues plus complexes. La restriction de circulation au-delà d’un kilomètre autour de chez soi, la peur du virus, l’obligation de remplir une attestation pour sortir ont contraint les habitants à rester chez eux et à diminuer considérablement les sorties marchandes.

25Pendant deux ans, la crise sanitaire liée à la Covid-19 a déstabilisé l’appareil commercial parisien. Certains commerces sont restés fermés pendant de longues périodes, d’autres ont souffert de l’absence de la clientèle touristique nationale et internationale, d’autres encore ont vu leur chiffre d’affaires baisser car les clients ont quelque peu délaissé les boutiques par peur du virus et préféré faire leurs achats sur internet, d’autres enfin ont vu leur fréquentation diminuer du fait de la mise en place du télétravail dans bon nombre d’entreprises.

26À partir de mars 2020, les confinements successifs, ordonnés par le Gouvernement, ont entraîné la fermeture des commerces dits « non essentiels » pendant plusieurs mois et la mise en place de fortes restrictions pour les autres commerces pendant les périodes d’ouverture (heures d’ouverture restreintes, jauge maximum, couvre-feux, etc.). Seul un quart des commerces de première nécessité ont pu rester ouverts. Quant aux cafés et restaurants, ils ont connu une période de fermetures cumulées longue d’une année.

  • 4 Les hôtels et auberges de jeunesse, au nombre de 1 900, ont pu rester ouverts pendant les confinem (...)

27Lors du premier confinement fixé du 14 mars au 11 mai 2020, seuls 14 700 commerces parisiens sur 60 800 étaient autorisés à ouvrir, soit 24 % des commerces4, principalement les commerces alimentaires, pharmacies, tabacs, services de laverie et de réparation. Les 32 000 autres commerces jugés « non essentiels » et services commerciaux n’ont pu rouvrir qu’à partir du 11 mai. Puis les 15 200 bars et restaurants ont pu rouvrir partiellement le 2 juin pour ceux qui avaient la possibilité d’installer une terrasse de plein air devant leur établissement (6 100 environ). Les 8 000 autres cafés et restaurants qui n’avaient pas cette possibilité ont dû patienter jusqu’au 15 juin pour être autorisés à rouvrir leur salle.

28Après l’été 2020, et la reprise de l’épidémie durant l’automne, le Gouvernement annonce la fermeture des salles de sport le 26 septembre, puis celle des bars à partir de 22 heures. Le 23 octobre, un couvre-feu, à partir de 21 heures, est instauré. Dans tous les établissements recevant du public, un protocole sanitaire strict est appliqué : jauge de 4 m² par personne dans les lieux à fréquentation « debout », occupation d’un siège sur deux dans les lieux à fréquentation « assise ». Un deuxième confinement intervient le 29 octobre et s’étend jusqu’au 15 décembre. Globalement, les décisions concernant les commerces sont identiques à celles prises en mars. Les commerces de première nécessité peuvent rester ouverts, tandis que les commerces considérés comme « non essentiels » et les cafés-restaurants doivent fermer leurs portes. Le 28 novembre, un allègement est toutefois mis en place. Les commerces considérés comme « non essentiels » peuvent rouvrir en mettant en place un protocole sanitaire renforcé (limite d’un client pour 8 m²). Les bars et restaurants, quant à eux, ne peuvent rouvrir. À partir du 15 décembre, un couvre-feu fixé à 20 heures remplace le confinement.

29Le 16 janvier 2021, le couvre-feu est ramené à 18 heures sans réouverture des bars et des restaurants. Enfin, un troisième et dernier confinement est institué entre le 20 mars et le 3 mai 2021. Outre les commerces de première nécessité, les 643 librairies, les 100 disquaires, les 486 fleuristes, les 2 654 coiffeurs, les 329 cordonniers et les 160 magasins d’instruments de musique parisiens ont pu rester ouverts. Les autres commerces doivent rester fermés, en particulier les 15 200 bars et restaurants. Ils le seront jusqu’à la mi-mai 2021, soit pendant une dernière période longue de 7 mois et demi.

2.2. La crise sanitaire comme un accélérateur de tendances préexistantes : domiciliation des courses, livraison, services numériques des commerçants

30Les restrictions de circulation pour faire des achats ont obligé les ménages métropolitains et parisiens à adapter leurs pratiques d’approvisionnement. Deux enquêtes effectuées par l’Apur durant le mois de mai 2020 ont permis de constater les évolutions des pratiques des ménages métropolitains avant, pendant et après le premier confinement d’une part, et, d’autre part, de comprendre comment les petits commerçants indépendants parisiens avaient pu et su proposer des services de livraison à domicile pendant le confinement.

31Si presque tous les répondants avaient commandé, au moins une fois, durant les quelques années avant le premier confinement, un article ou une prestation sur internet, la fréquence d’utilisation d’internet pour faire des courses dépendait principalement du type d’achat réalisé, mais restait faible dans la plupart des cas. Elle restait encore exceptionnelle, avant le confinement, pour les achats alimentaires puisque près des deux-tiers des personnes interrogées n’y avaient jamais eu recours. En revanche, pour les produits culturels dématérialisés, comme le visionnage en « streaming » de films, via une plateforme, cette pratique était devenue au moins hebdomadaire pour presque la moitié des personnes interrogées.

32Globalement et pour tous types d’achats sur internet confondus, on comptait environ 10 % de personnes qui commandaient au moins un produit par semaine, environ 25 % qui n’y avaient recours qu’une fois par mois et environ 30 % une fois par an. 35 % n’achetaient sur internet que de façon très exceptionnelle, c’est-à-dire moins d’une fois par an.

33La part du chiffre d’affaires du commerce en ligne des produits alimentaires et de grande consommation était estimée, début 2020 au niveau national, à environ 7,6 % du total des courses alimentaires. Avant le confinement, les Franciliens privilégiaient ainsi massivement l’achat dans les magasins physiques, en premier lieu les supérettes, les supermarchés et les hypermarchés (84 %), les petits commerces indépendants et spécialisés comme les boulangeries, boucheries, primeurs (68 %) et les marchés découverts (49 %). Les deux principales formes d’achat en ligne de produits alimentaires (livraison à domicile effectuée par la grande distribution et drive auto ou piéton) n’étaient utilisées que par moins de 10 % des personnes interrogées.

34Durant le premier confinement, 32 % des métropolitains déclarent avoir réalisé leurs achats alimentaires sur internet, contre 22 % auparavant, soit une hausse de dix points pendant cette période.

35La grande distribution s’est rapidement organisée pour augmenter de façon très significative son offre de services de livraison à domicile. Par ailleurs, elle a appliqué à la ville dense un concept qui avait déjà fait ses preuves au niveau national : le drive. Pour développer les courses en ligne de produits de grande consommation, les grands distributeurs lancent ce concept à partir des années 2000. Il s’agit de permettre aux clients d’être servis en produits, initialement commandés en ligne, tout en restant dans leur voiture ou à proximité pour leur éviter de faire les courses dans le magasin. Ce concept connaît un grand succès en France puisque 5  000 drives y ont été installés en l’espace d’une quinzaine d’années. En revanche, la zone urbaine dense de Paris et de sa proche banlieue n’avait été que peu concernée en raison du faible recours à l’automobile pour effectuer ses achats (Cerema, 2019). Ainsi, dans Paris intra-muros seuls trois établissements proposaient ce type de service avant 2018. Depuis, les distributeurs ont eu l’idée de proposer le concept de « drive piétons ». Les clients ne viennent plus en voiture, mais à pied pour retirer un ou plusieurs paquets, préparés pour eux à la suite d’un achat en ligne.

36Les grands groupes de la distribution alimentaire que sont Carrefour et Casino, déjà très présents à Paris avec une forte implantation historique de supérettes et de supermarchés, se sont assez vite engagés dans ce nouveau système en proposant chacun plus d’une centaine de « drive piétons », dont la très grande majorité se trouve dans une supérette existante. Le client commande sur internet et vient récupérer, à pied, auprès d’une caisse dédiée à ce type de retrait, les achats réalisés en ligne. À Paris, le groupe Carrefour est celui qui propose le plus grand nombre de « drive piétons » avec plus de 80 points de retrait disponibles contre une cinquantaine pour Casino ; les autres enseignes de la grande distribution sont nettement moins présentes avec moins d’une dizaine de « drive piétons » pour E. Leclerc, et un seul point de vente pour Auchan en 2020 (Bouvier, Mohrt et Sudol, 2020).

Fig. 5 : implantation des drive piétons à Paris et proche banlieue en 2021

Fig. 5 : implantation des drive piétons à Paris et proche banlieue en 2021

Note de lecture : les « Drive piétons » solos (points rouges) sont de plus en plus nombreux à s’installer à Paris. Les points bleus sont les « Drive piétons » franciliens situés en dehors de Paris pour lesquels la distinction n’a pas été effectuée entre drive solo et drive accolé à un magasin.

  • 5 Caussil J.-N., « Le drive piéton à la conquête des centres urbains », LSA, 13 mars 2019.

37Depuis le premier confinement, ces deux dernières enseignes ont toutefois accéléré leur implantation. Ainsi, E. Leclerc a créé avec une dizaine de nouveaux points de retrait et Auchan en propose aujourd’hui près d’une quarantaine. Ces deux enseignes ont ainsi profité de ce nouveau modèle pour apparaître dans le paysage commercial parisien. Leurs implantations se sont essentiellement réalisées par la création de « drive piétons » solos, c’est-à-dire non liés à un magasin de type supérette ou supermarché contrairement à ceux de Carrefour et Casino, intégrés à un magasin existant. Ces « drive piétons » solos exercent une nouvelle forme de concurrence sur l’appareil commercial local en proposant un nombre de références aussi vaste que ce que pourrait proposer un hypermarché, mais à des prix plus bas (de l’ordre de moins 17 % en moyenne5) que ceux pratiqués par les supérettes, les supermarchés et les commerces de bouche parisiens.

38Du côté des petits commerçants alimentaires, l’essor accéléré du commerce en ligne durant les confinements a également stimulé la mise en place des services marchands numériques. À Paris et dans les communes de la Métropole du Grand Paris, de nombreux petits commerçants indépendants se sont convertis au e-commerce. Avant le début de la crise sanitaire, la grande majorité des clients des petits commerces alimentaires se déplaçaient en boutique pour faire leurs courses. Quelques-uns téléphonaient pour passer commande, puis venaient ensuite la retirer. Depuis quelques années, une minorité de commerçants avaient également entrepris de se référencer sur internet dans l’espoir d’augmenter leur clientèle et leur visibilité. La crise sanitaire et les confinements les ont contraints de s’investir pleinement dans cette numérisation dans le but de conserver leurs clients confinés.

39Lors du premier confinement, la Ville de Paris a mis en place un portail pour recenser ces commerces. Au début du mois de mai 2020, plus de 1 000 commerçants parisiens s’étaient inscrits pour proposer un service de livraison à domicile à leur clientèle ainsi qu’aux potentiels nouveaux clients ne pouvant se déplacer en magasin. En parallèle, de nombreuses communes de la Métropole du Grand Paris ont proposé des services similaires aux commerçants.

  • 6 Questionnaire Apur (mai 2020) auprès de 66 commerçants parisiens inscrits sur le site Paris.fr don (...)

40Les réponses apportées au questionnaire soumis à une partie de ces commerçants durant cette période6 montrent que les services de livraison leur ont permis de limiter la diminution de leur activité et, pour plus de 40 % d’entre eux, d’élargir leur clientèle.

41Parmi les répondants au questionnaire, on distingue deux cas de figure.

42Environ 60 % des commerçants avaient déjà mis en place un système de livraison avant le confinement. Du fait de leur expérience antérieure, ils ont pu le mettre en valeur et consolider la livraison à domicile pendant cette période. 68 % d’entre eux ont vu leur activité de livraison croître, ce qui a entraîné une augmentation importante de leur chiffre d’affaires. La part de leur chiffre d’affaires réalisée par la livraison est ainsi passée de 15 à 44 % durant le confinement.

43Les 40 % des commerçants restants ont mis en place la livraison à domicile à l’occasion des premiers jours du confinement. Ils ont eu tendance à voir la livraison comme une contrainte, rendue obligatoire, pour maintenir leur activité, pendant le confinement. Cependant, 70 % d’entre eux pensaient continuer à proposer ce service à l’avenir. Le e-commerce a donc permis d’atténuer la perte de chiffre d’affaires. 20 % déclarent avoir sensiblement augmenté leur chiffre d’affaires pendant le confinement, avec une augmentation moyenne de 63 %. Il s’agit surtout des commerces alimentaires (alimentations générales, boulangeries, fromageries). À l’inverse 59 % d’entre eux ont subi une diminution de leur chiffre d’affaires, de - 60 % en moyenne : ce sont pour la plupart des commerces de détail de produits n’étant pas considérés comme de première nécessité.

  • 7 Une place de marché ou « Market Place » est un site marchand sur lequel les enseignes permettent à (...)

44Dans la majorité des cas, les commandes des clients sont effectuées directement sur le site internet du commerçant ou bien auprès d’une « place de marché »7 à laquelle le commerçant s’est affilié. Ainsi, 346 commerçants sur le millier recensé sur le site Paris.fr en mai 2021 étaient aussi adhérents du site epicery.com. Les commerçants ayant mis en place un service de livraison durant le confinement ont été davantage sollicités par ce canal et il est possible que leur inscription sur une place de marché ait contribué à les faire connaître à de nouveaux clients.

45L’opinion des petits commerçants sur le confinement et le recours plus important au commerce en ligne est hétérogène. La majorité considère que la livraison a été une solution efficace pendant le confinement, compte tenu des impératifs réglementaires et sanitaires. Certains ont éprouvé des difficultés à mettre en place ce service. Ces difficultés sont parfois d’ordre logistique et/ou financier (coût de la livraison ou de redevance des plateformes de vente). Pour la plupart des commerçants, la livraison, malgré l’aide qu’elle apporte aux clients éloignés ou qui n’ont pas le temps ou la possibilité de se déplacer, ne remplace cependant pas le contact humain lié à la vente en boutique.

  • 8 Schaub C. et Massiot A., « Alimentation : le boom des réseaux des circuits courts », Libération, 2 (...)

46Parallèlement à la progression de la consommation en ligne et la mise en place de nouvelles infrastructures ainsi qu’au tournant numérique pris par les commerçants indépendants, les circuits courts ont aussi connu une forte visibilité durant les confinements. La fermeture des marchés alimentaires et les tensions d’approvisionnement apparues dans les supermarchés au début de la crise ont favorisé le recours aux réseaux de vente directe et/ou avec un nombre restreint d’intermédiaires. Le réseau de La Ruche qui dit oui a ainsi enregistré entre mars et avril 2020 une progression de 70 % de son chiffre d’affaires8. Des services de livraison à domicile ont par ailleurs été lancés, comme celui du réseau Cultures-locales regroupant 68 producteurs situés dans un rayon de 120 kilomètres autour de Paris.

  • 9 Selon le journal spécialisé Que choisir ?, les fruits ont vu leurs prix augmenter de 9 % en moyenn (...)
  • 10 Ville de Paris, données de la DAE, mai 2020.

47La Ville de Paris a elle aussi contribué à cette alternative en mettant en place un dispositif de vente de paniers de fruits et légumes disponibles sur précommande, en partenariat avec des associations et des délégataires de marchés, pour venir en aide aux familles modestes fragilisées par l’augmentation du prix des denrées alimentaires9. Le 26 avril, 790 paniers ont ainsi été distribués dans les 11e (200 paniers), 14e (250) et 15e arrondissements (340)10.

  • 11 Voir Gairaud (2020).
  • 12 Les volumes produits par l’agriculture urbaine représentent l’équivalent d’un repas par an et par (...)

48Outre ces initiatives, une cinquantaine de sites parisiens d’agriculture urbaine ont continué de fonctionner pendant la crise11. Si les volumes alimentaires produits par l’agriculture urbaine restent dérisoires12, l’ensemble des sites de productions offrent différentes pistes pour promouvoir la consommation locale et les circuits courts.

49D’autres entreprises proposant la livraison à domicile de produits frais et de grande consommation ont renforcé leur présence dans la capitale. Certaines sont anciennes comme Mon-marché.fr, créée en 2007 et rachetée par le distributeur spécialisé Grand Frais en 2018. Elle livre à Paris et Boulogne-Billancourt avec des salariés équipés de vélos électriques à partir de deux espaces de stockage, le premier de 770 m² situé au 1er sous-sol du parking Harlay Pont Neuf de l’Île de la Cité et le deuxième, ouvert en mai 2021, dans un parking de la Porte de Saint-Cloud sur une surface de 1 500 m². 3 000 produits environ sont proposés, fruits, légumes, fromages, viandes, poissons que les clients peuvent commander jusqu’à 1 h avant leur livraison entre 9 h et 21 h. Créée en 2015, une deuxième entreprise française, La Belle Vie, propose une large gamme de produits livrés en 1 h à Paris et 3 h en grande couronne et avec un délai de 24 h pour le reste de la France. Les produits sont issus de producteurs et d’artisans et l’entreprise a signé un partenariat avec Système U pour bénéficier de sa centrale d’achat. Ce type d’acteurs contribuent à la fois à la multiplication des détaillants présents au côté des distributeurs traditionnels et à la domiciliation de l’approvisionnement facilitée par l’appropriation des applications numériques de la part des consommateurs.

2.3. Soutenir le commerce face à la crise sanitaire : aides et terrasses éphémères

  • 13 Parmi les dispositifs, il faut signaler le fonds « Résilience », d’un montant de 133 millions d’eu (...)

50Seul un quart des commerces sont restés ouverts pendant les confinements en essayant de poursuivre leur activité. Pour ceux contraints à la fermeture, les pouvoirs publics, la Ville de Paris, la région Île-de-France et l’État ont mis en place, dès le premier confinement, un volume d’aides et d’exonérations significatif pour aider les commerces à traverser cette période très difficile13.

51Dès le début de la crise, la Ville de Paris déploie un plan de soutien exceptionnel en faveur des commerçants. Celui-ci prévoit l’exonération de loyers commerciaux jusqu’à huit mois pour les commerces occupant un local appartenant à la Ville, aux bailleurs sociaux et à la Semaest, l’exonération de droits de voirie, du droit de terrasses, du droit de place pour les marchés alimentaires et de la redevance pour les déchets non ménagers. Ces exonérations ont concerné plus de 25 000 commerces au total et ont représenté environ 50 millions d’euros. Également, des mesures de soutien pour les libraires, les disquaires, les cinémas et d’autres commerces culturels sont votées au mois d’octobre 2020. Enfin, la Ville de Paris autorise les bars et les restaurants à installer, sans redevance jusqu’en 2022, des terrasses éphémères sur les trottoirs et sur les places de stationnement situées devant leur établissement. En octobre 2020, 9 800 demandes ont été enregistrées.

52L’image de Paris est indissociable de ses boulevards bordés de terrasses. Ces dernières font partie intégrante du paysage urbain et ajoutent beaucoup à l’agrément de la capitale. Les terrasses participent à l’attractivité et à la convivialité des cafés et des restaurants en proposant un autre service à la clientèle, celui de pouvoir consommer en profitant du spectacle de la rue. Elles accroissent aussi la surface de vente.

  • 14 Les « terrasses fermées » sont couvertes, closes et largement vitrées. Elles doivent être démontab (...)

53Depuis février 2007 et la loi interdisant de fumer dans tous les lieux fermés et couverts accueillant du public (établissements de santé, transports en commun, etc.), le nombre de terrasses ouvertes a sensiblement augmenté. Avant la crise sanitaire, lors du recensement de mars 2017, on en dénombrait plus de 8 000. Près de 900 établissements (11 %) possédaient une ou plusieurs terrasses fermées14, 5 750 (71 %) avaient une ou plusieurs terrasses ouvertes et environ 1 450 (18 %) possédaient à la fois les deux types de terrasses.

54La crise sanitaire survenue en 2020 et les mesures de distanciation physique qui l’ont accompagnée ont souligné l’importance des terrasses et ont entraîné leur développement. Dès le mois de juin 2020, la Ville de Paris a autorisé des terrasses éphémères extérieures pour favoriser le fait de se retrouver à l’extérieur en sécurité, au moment du premier déconfinement. Pour en bénéficier, les cafetiers et restaurateurs ont dû effectuer une déclaration d’installation en ligne sur le site internet de la Ville. En septembre 2020, plus de 8 300 cafés, bars et restaurants, sur les 15 200 recensés en octobre 2020, avaient télédéclaré une installation (agrandissement ou création) de terrasse éphémère sur l’espace public.

55Après les deuxième et troisième confinements, les terrasses « éphémères » ont pu être réinstallées jusqu’au 31 octobre 2021. Depuis lors, ces terrasses ont changé de statut pour devenir estivales et payantes. Elles peuvent, dorénavant, être installées chaque année du 1er avril au 30 octobre, jusqu’à 22 heures. De ce fait, les exploitants doivent effectuer une demande d’autorisation auprès de la Ville. Le tarif relatif à l’occupation de l’espace public est fixé en fonction du prix au mètre carré et de l’attractivité de la rue.

2.4. De nouveaux acteurs pour la vente de produits frais et de grande consommation

56Tandis que les commerces de bouche ont bien résisté à la crise sanitaire, notamment en mettant sur pied, comme nous l’avons détaillé, des services de livraison, la grande distribution a accéléré le développement des drive piétons et des services de livraison à domicile, soit à la suite d’un passage en magasin, soit après une commande passée sur internet. À côté de ces livraisons « traditionnelles », présentées sur un créneau horaire déterminé en amont, deux autres types d’acteurs ont émergé à la faveur des confinements en investissant le créneau de la livraison alimentaire rapide.

57La livraison à domicile de plats préparés est un phénomène dont l’ampleur s’est accélérée avec la crise sanitaire. Alors que la livraison de plats alimentaires existait depuis de nombreuses années, à l’origine sur des créneaux très précis, comme la livraison de pizzas (Speed Rabbit Pizza, Domino’s Pizza, etc.) ou encore de sushis, elle a pris une forme beaucoup plus variée depuis plusieurs années. Prenant exemple sur le secteur de la pizzéria et de la cuisine asiatique, la livraison de plats cuisinés depuis des restaurants s’est développée à partir des années 2013-2014 avec l’arrivée de plateformes digitales comme Deliveroo, Uber Eats, Frichti… Ces services se sont considérablement renforcés avec l’essor récent des dark kitchens. Il s’agit de cuisines souvent installées dans d’anciens commerces en rez-de-chaussée, non accessibles au public, qui proposent la préparation de plats commandés sur internet et destinés à la livraison à domicile. Ces dark kitchens peuvent rassembler une ou plusieurs enseignes différentes au sein d’un même local. Selon les cas, certaines peuvent détenir un restaurant physique et proposer les plats similaires dans une dark kitchen, ce qui leur permet d’avoir une zone de livraison plus étendue que celle proposée depuis leurs restaurants. D’autres enseignes, au contraire, n’ont aucune existence autre que celle offerte sur le web. On recense dans certains arrondissements et en banlieue proche des dark kitchens qui accueillent différentes enseignes proposant des cuisines variées : burgers, plats grecs, italiens, mexicains, healthy, etc.

58La seconde activité qui s’est fortement développée est celle du « quick commerce ». Le nombre d’opérateurs qui proposent une livraison alimentaire express de produits de grande consommation a fortement augmenté à partir de 2021. Le plus ancien (Gopuff) a été créé en 2013 aux États-Unis, suivi par les Français Frichti et Kol en 2015. D’autres sont apparus à la faveur de la crise sanitaire et des contraintes de mobilité imposées aux consommateurs.

59Au début de l’année 2022, plus de 80 dark stores – ainsi sont nommés les entrepôts stockant les produits d’où partent les livreurs – appartenant à ces opérateurs ont été recensés sur le territoire parisien et la petite couronne, répartis dans les quartiers les plus densément peuplés. À Paris, ils sont inégalement répartis sur le territoire. La rive droite est mieux couverte et certains arrondissements plus que d’autres, comme le 8e avec quatre établissements, le 9e avec trois établissements et surtout le 11e avec six implantations ou le 19e (cinq). En proche banlieue, les dark stores sont implantés au nord-ouest dans les communes limitrophes de Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Clichy et Ivry-sur-Seine, mais aussi dans des communes un peu plus éloignées comme Courbevoie, Asnières et Colombes, toutes situées dans les Hauts-de-Seine à l’exception d’Ivry-sur-Seine, localisée dans le Val-de-Marne.

Fig. 6 : dark stores implantés dans et autour de Paris

Fig. 6 : dark stores implantés dans et autour de Paris

60L’implantation de ces dark stores dans les centres urbains denses soulève des questions quant aux nuisances provoquées par l’activité pour les riverains et quant à leur conformité à l’égard des règles en matière d’urbanisme commercial (code de l’urbanisme et volet « commerce » du plan local d’urbanisme). Face à l’hostilité des maires des grandes villes, exposés aux plaintes de leurs administrés, le gouvernement a organisé une réunion sur le sujet le 6 septembre 202215 au cours de laquelle les ministres chargés de la Ville et du Commerce ont annoncé que les dark stores seraient qualifiés d’« entrepôts », autorisant ainsi les villes à réguler leur implantation par le biais de leur PLU. Un arrêté paru le 24 mars 2023 au Journal officiel clôt le débat : les dark stores sont assimilés à des entrepôts et non à des commerces, lesquels sont destinés à la présentation de biens et de marchandises. Ils se distinguent également des « drives piéton solo » qui sont dédiés exclusivement au retrait de commandes passées en ligne et non à leur préparation ni au stockage de marchandises16. Les municipalités peuvent ainsi réglementer l’implantation de ces entrepôts pour limiter les nuisances provoquées sur les riverains et la vie urbaine17.

Conclusion. Le commerce parisien redéfini par les crises

61Paris en tant que ville de commerce s’est retrouvée déstabilisée durant la pandémie. Comme dans la plupart des grandes villes mondiales, Paris et sa métropole ont alterné, pendant plus de deux ans, plusieurs périodes de fermeture et d’ouverture des commerces au gré de la résurgence du virus. D’abord réservées aux commerces de toute première nécessité, alimentation et santé, tabacs et réparation, les ouvertures autorisées se sont progressivement élargies, de façon pragmatique, à d’autres activités comme celle des libraires, des coiffeurs, des fleuristes… Seuls les bars, cafés et restaurants sont restés durablement fermés. Afin que les entreprises, souvent de très petite taille, ne soient pas conduites vers la faillite et puissent reprendre leur activité au sortir de la pandémie, des aides ont été mises en place par les pouvoirs publics.

62Si les données aujourd’hui permettent difficilement d’acter la modification durable du commerce et des pratiques d’achat, il semble évident que, durant cette période, les Parisiens se sont adaptés et se sont davantage servis d’applications numériques pour commander leurs courses et leurs repas avant une livraison à domicile, une solution logistique rendue plus efficace grâce au télétravail comme nouvelle norme professionnelle chez les cadres et les professions intermédiaires. De leur côté, les commerces ont mis en place de nouvelles solutions pour l’organisation des livraisons, ce qui a permis à de nombreux petits commerces indépendants de se maintenir, tandis que de nouveaux acteurs, tels que les drive piétons, dark kitchens et dark stores, ont bénéficié de cette situation commerciale inédite pour implanter durablement leur offre de services.

63Le paysage commercial parisien évolue progressivement vers une multiplication des canaux de vente. Le commerce en ligne semble représenter pour le moment moins un concurrent qu’un complément, voire un allié du commerce de rue, même si la révolution numérique touchant la consommation a d’ores et déjà lourdement affecté certains types de commerces sans remettre toutefois en cause la densité et la variété globale de l’appareil marchand parisien. Au-delà de la pandémie, les crises de différentes natures – logistique, climatique, géopolitique, énergétique – et les contraintes provoquées en matière de mobilité et de pouvoir d’achat contribuent à leur tour à modifier le paysage commercial, prouvant ainsi que la révolution numérique seule ne permet pas d’expliquer les dynamiques en cours au sein de la ville marchande.

Haut de page

Bibliographie

Auzon S. d’ (2002), « Urbanisme : les dark stores perdent le match face aux collectivités locales », Le Moniteur.fr, <https://www.lemoniteur.fr/article/urbanisme-les-dark-stores-perdent-le-match-face-aux-collectivites-locales.2220652> (consulté le 24 mars 2023).

Bouvier, B. et Mohrt, F. (avril 2021), L’évolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2020 et évolution 2017-2020, étude APUR, <https://www.apur.org/fr/nos-travaux/8-avril-2021-evolution-commerces-paris-entre-2017-2020> (consulté le 23 mars 2023).

Bouvier, B., Mohrt, F. et Sudol, C. (juin 2020), Commerce et E-commerce à l’heure du déconfinement dans la Métropole du Grand Paris, Note no 178, étude APUR, <https://www.apur.org/fr/nos-travaux/commerce-e-commerce-heure-deconfinement-metropole-grand-paris> (consulté le 23 mars 2023).

Bouvier, B., Mohrt, F. et Sudol, C. (2020), Le E-commerce dans la Métropole du Grand Paris – Impacts de la vente en ligne sur le commerce de rue et nouvelle organisation de la logistique, étude APUR, <https ://www.apur.org/fr/nos-travaux/e-commerce-metropole-grand-paris> (consulté le 23 mars 2023).

Bouvier B., Mohrt F. et Tanvé G. (2022), Drive piétons, dark kitchens, dark stores – Les nouvelles formes de la distribution alimentaire à Paris, étude APUR, <https://www.apur.org/fr/nos-travaux/drive-pietons-dark-kitchens-dark-stores-nouvelles-formes-distribution-alimentaire-paris> (consulté le 23 mars 2023).

Cadre de Ville (2022), Drive piéton, dark kitchen, dark store, quelle insertion urbaine pour ces nouveaux rez-de-chaussée ?, <https://www.cadredeville.com/announces/2022/03/02/drive-pieton-dark-kitchen-dark-store-quelle-insertion-urbaine-pour-ces-nouveaux-rez-de-chaussee> (consulté le 23 mars 2023).

Casalegno, E. (2020), « Produits de première nécessité. Des prix toujours en hausse, surtout pour les fruits et légumes », 30 avril, <https://www.quechoisir.org/actualite-produits-de-premiere-necessite-des-prix-toujours-en-hausse-surtout-pour-les-fruits-et-legumes-n78975/> (consulté le 23 mars 2023).

CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) (2019), « Mobilité et commerces. Quels enseignements des enquêtes déplacements ? », fiche no 37, https://www.cerema.fr/fr/actualites/mobilite-commerces-quels-enseignements-enquetes-deplacements (consulté le 23 mars 2023).

FEVAD (2020), Chiffres clés e-commerce.

Gairaud, M-A. (2020), « Malgré la crise sanitaire, l’agriculture urbaine s’enracine dans Paris », Le Parisien, 3 juillet, <https://www.leparisien.fr/paris-75/malgre-la-crise-sanitaire-l-agriculture-urbaine-s-enracine-a-paris-03-07-2020-8346504.php> (consulté le 23 mars 2023).

Laithier, T. et Vauléon, Y.-F. (2022), L’offre en alimentation durable à Paris toujours plus dense – État des lieux des points de vente et des paniers, étude APUR, <https://www.apur.org/fr/nos-travaux/offre-alimentation-durable-paris-toujours-plus-dense-lieux-points-vente-paniers> (consulté le 23 mars 2023).

Moati, P. (2021), La plateformisation de la consommation. Peut-on encore contrer l’ascension d’Amazon ?, Paris, Gallimard.

Mohrt F., Jankel S. (décembre 2020), Les commerces du quotidien dans le Grand Paris, Note APUR no 188, <https://www.apur.org/fr/nos-travaux/commerces-quotidien-grand-paris> (consulté le 23 mars 2023).

Haut de page

Notes

1 Cette activité désigne la possibilité d’acheter des biens, des services ou des informations par l’intermédiaire d'internet ; le produit acheté est ensuite livré au consommateur ou mis à disposition dans un lieu déterminé.

2 Fédération du e-commerce et de la vente à distance. Cette fédération a pour mission de recueillir et diffuser l’information permettant l’amélioration de la connaissance du commerce en ligne.

3 Insee, Base permanente des équipements (BPE) 2019. Cette base regroupe les équipements liés à l’activité commerciale. Ceux-ci ont été utilisés afin de calculer les comparaisons de densités entre Paris et sept autres grandes villes de Province. Les communes retenues sont Lyon, Marseille, Nancy, Lille, Nice, Bordeaux et Nantes (pour Marseille, seuls les 11 arrondissements les plus densément peuplés ont été analysés) qui ont une densité de population supérieure à 4 500 habitants au km².

4 Les hôtels et auberges de jeunesse, au nombre de 1 900, ont pu rester ouverts pendant les confinements, mais une majorité reste volontairement fermée, faute de clients. Source : Apur, BDCom, 2020.

5 Caussil J.-N., « Le drive piéton à la conquête des centres urbains », LSA, 13 mars 2019.

6 Questionnaire Apur (mai 2020) auprès de 66 commerçants parisiens inscrits sur le site Paris.fr dont 12 boulangeries, 12 restaurants, 6 alimentations générales, 3 poissonneries, 2 pharmacies, 11 cavistes et 20 autres commerces.

7 Une place de marché ou « Market Place » est un site marchand sur lequel les enseignes permettent à de petits commerçants indépendants ou à des particuliers de vendre leurs articles moyennant une commission sur les ventes. Les plus connues sont soit des pure-players (Cdiscount, eBay, Amazon, le Bon Coin, etc.), soit des sites de commerçants traditionnels (Fnac, Darty, etc.).

8 Schaub C. et Massiot A., « Alimentation : le boom des réseaux des circuits courts », Libération, 2 avril 2020.

9 Selon le journal spécialisé Que choisir ?, les fruits ont vu leurs prix augmenter de 9 % en moyenne, et les légumes de 12 % entre le 2 mars et le 18 avril 2020 (Casalegno, 2020).

10 Ville de Paris, données de la DAE, mai 2020.

11 Voir Gairaud (2020).

12 Les volumes produits par l’agriculture urbaine représentent l’équivalent d’un repas par an et par parisien (Laithier et Vauléon, 2022).

13 Parmi les dispositifs, il faut signaler le fonds « Résilience », d’un montant de 133 millions d’euros, mis en place par la région Ile-de-France, la Métropole du Grand Paris et la Banque des territoires (aides exceptionnelles sous forme d’avances remboursables à taux zéro) ; le prêt « Rebonds » de la région Ile-de-France (entre 10 000 et 30 000 euros pour les entreprises franciliennes) ; les Prêts garantis par l’État (souscrits par 48 000 commerces et hôtels-restaurants franciliens au mois de décembre 2021 pour un montant de 14,5 milliards d’euros selon les données du ministère de l’Économie et des Finances) ; le fonds de solidarité destiné aux commerçants (151 000 entreprises aidées à Paris) ; le chômage partiel dont les salariés des commerces fermés pouvaient bénéficier.

14 Les « terrasses fermées » sont couvertes, closes et largement vitrées. Elles doivent être démontables en quelques heures. Les « terrasses ouvertes » sur l’espace public peuvent être délimitées par des écrans latéraux ou des jardinières et souvent protégées des intempéries par un store rétractable. Il existe également des « contre-terrasses », implantées le plus souvent face à la devanture de l’établissement auquel elles sont liées. Un établissement peut avoir simultanément plusieurs types de terrasses. En longueur, les terrasses peuvent s’étendre dans les limites de la devanture du commerce ; en largeur, les terrasses sont limitées, en règle générale, au tiers de la largeur du trottoir.

15 Voir d’Auzon (2002).

16 Journal officiel, 24 mars 2023, <https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/jo/2023/03/24/0071> (consulté le 24 mars 2023).

17 Cet arrêté est concordant avec une décision du Conseil d’État rendue la veille. Après une première décision judiciaire du tribunal administratif stoppant les poursuites engagées par la municipalité parisienne contre deux sociétés de quick commerce, le Conseil d’État a considéré le 23 mars 2023 que les dark stores étaient bel et bien des entrepôts et non des commerces au sens du Code de l’urbanisme et du Plan local d’urbanisme parisien. En vertu de cette décision, la mairie peut donc leur infliger des amendes pour occupation illégale des locaux et leur réclamer la restitution de ces espaces. Le PLU parisien n’autorise pas que des activités d’entreposage prennent place dans des immeubles résidentiels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : équipement commercial de Paris en 2020
Légende Note de lecture : Paris dispose en 2022 de 62 500 commerces, services commerciaux, bars et restaurants.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 : accessibilité en 5 minutes aux trois principaux commerces de proximité
Légende Note de lecture : Dans les zones en bleu, les habitants ont accès, en 5 minutes à pied, à la fois à une boulangerie, une pharmacie et une librairie ou un marchand de journaux, soit les trois principaux commerces du quotidien retenus dans cette note ; dans les zones en rose foncé, les habitants ont accès, en 5 minutes qu’à deux types de commerces sur trois ; dans les zones en rose pâle, les habitants ont accès, en 5 minutes qu’à un type de commerce sur trois ; enfin dans les zones grises, les habitants se situent à plus de 5 minutes de l’un ou l’autre de ces types de commerces. Les zones blanches correspondent aux bois, forêts, très grands équipements et ne sont pas habitées.
Crédits Sources : Base permanente des équipements Insee 2017, BDCom 2017, BDTopo IGN 2019, Données carroyées Insee 2015.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 : évolution du commerce parisien de 2017 à 2020
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 4 : linéaires de protections commerciales du PLU parisien de 2006
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 5 : implantation des drive piétons à Paris et proche banlieue en 2021
Légende Note de lecture : les « Drive piétons » solos (points rouges) sont de plus en plus nombreux à s’installer à Paris. Les points bleus sont les « Drive piétons » franciliens situés en dehors de Paris pour lesquels la distinction n’a pas été effectuée entre drive solo et drive accolé à un magasin.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 6 : dark stores implantés dans et autour de Paris
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/10261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Bouvier et François Mohrt, « La recomposition du commerce parisien depuis la crise sanitaire de la Covid-19 : de nouvelles infrastructures pour de nouveaux usages »Métropoles [En ligne], 33 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10261 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10261

Haut de page

Auteurs

Bruno Bouvier

Urbaniste à l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR)

François Mohrt

Urbaniste à l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search