Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33RecensionsCamille François, De gré et de fo...

Recensions

Camille François, De gré et de force. Comment l’État expulse les pauvres

Paris, La Découverte, 2023
Mathieu Van Criekingen
Référence(s) :

Camille François, De gré et de force. Comment l’État expulse les pauvres, Paris, La Découverte, 2023.

Texte intégral

1Comme l’auteur le rappelle d’entrée de jeu, « les expulsions locatives jettent chaque année des milliers de familles à la rue. Avec, à la clé, l’entrée dans une pauvreté durable et dans les eaux troubles du mal-logement » (p. 11). Pourtant, les expulsions de logement demeurent une question peu abordée dans le débat public, si ce n’est sous les formes dépolitisantes du fait divers spectaculaire ou du marronnier médiatique revenant en début ou au terme d’une trêve hivernale. Elles constituent aussi un angle mort de la recherche urbaine, « le problème caché du logement » (the hidden housing problem) selon la formule de Chester Hartman et David Robinson (2003). Dans la littérature, les expulsions de logement sont souvent problématisées comme symptômes d’une série de processus structurants, dont la financiarisation du capitalisme urbain, la gentrification, la touristification ou les politiques d’austérité (par ex. Rolnik, 2019 ; Vives-Miró, González-Pérez et Rullan, 2015), ou comme conséquences de programmes planifiés de renouvellement urbain, d’éradication de bidonvilles ou de réaménagements liés à l’organisation de grands événements (par ex. Aguilera, 2018 ; Watt, 2018). Plus rares sont les travaux qui posent les expulsions de logement comme leur objet premier, se donnant à la fois pour tâche d’en comprendre les multiples ressorts et, sur cette base, d’éclairer ce que les expulsions disent du rôle de l’État dans la production de l’espace urbain (Cooper et Paton, 2017 ; Desmond, 2019 ; Baeten et al., 2021). C’est dans cette dernière perspective que s’inscrit l’ouvrage de Camille François.

  • 1 En France, les statistiques du ministère de l’Intérieur ne recensent les expulsions qu’en cas d’ex (...)

2L’auteur, maître de conférences en sociologie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, souligne d’emblée un paradoxe : en France, les expulsions de logement ne sont documentées que de manière très partielle par la statistique publique 1 alors même « [qu’]elles ne se résument pas à un huis clos entre des locataires et des propriétaires : elles relèvent toujours, in fine, d’une décision étatique qui possède ses propres logiques » (p. 12-13). Or, ces logiques, loin de se limiter à l’engagement de forces policières pour déloger manu militari des ménages en défaut vis-à-vis de leur bailleur (privé ou public), engage de nombreux acteurs institutionnels : « juges, agents de préfecture, policiers, mais aussi élus locaux, agents de recouvrement, ou encore travailleurs sociaux » (p. 13). L’ouvrage puise ici sa ligne directrice : mettre au jour les multiples rouages par lesquels « l’État expulse les pauvres » (sous-titre de l’ouvrage) par l’entremise de cette « longue chaîne d’institutions » (p. 13) dont chacun des six chapitres du livre éclaire un maillon. À ceci, l’auteur ajoute le parti-pris méthodologique de saisir la construction des processus d’expulsion au départ de l’observation du travail routinier des « petites mains » (p. 13) de l’action publique plutôt que de ses « têtes pensantes ». Il s’appuie pour cela sur une enquête sociologique menée en banlieue parisienne, mêlant entretiens, observations ethnographiques, analyse d’archives (dossiers judiciaires, de police et de réquisition ouverts pour affaires d’expulsion) et exploitation de la statistique officielle disponible.

3Les deux premiers chapitres sont consacrés au travail des agentes du service du recouvrement des dettes locatives d’un bailleur social. Depuis ce premier point d’observation, l’auteur éclaire d’abord comment les arbitrages budgétaires des familles pauvres amènent beaucoup d’entre elles à privilégier l’endettement sur le logement plutôt que sur d’autres postes de dépenses. L’enquête révèle ensuite les manières de faire le « sale boulot du logement social » (p. 45) – c’est-à-dire, comment faire payer des locataires désargentés sachant que ceux-ci ont par ailleurs d’autres créanciers en attente de remboursement.

4Le troisième chapitre nous emmène dans les tribunaux d’instance où sont jugées les affaires d’expulsions locatives. Là, l’auteur met en lumière des traitements judiciaires variables non seulement selon les profils des locataires – « traités différemment en fonction de leur niveau de richesse, ou plutôt de pauvreté » (p. 73) – mais aussi en fonction d’inégalités d’ordre infra-judiciaire : « effet juge », d’une part, qui fait « [qu’]un locataire n’a pas la même chance d’être expulsé ou d’obtenir des délais de paiement en fonction du juge auquel il a affaire » (p. 101) ; effet de conduite, d’autre part, qui fait que « [les] locataires ont intérêt, à la barre, à ne pas trop s’écarter de la figure du “bon pauvre” en demande d’assistance, qui travaille, vit en famille, et ne conteste pas ses dettes » (p. 97).

5Dans le quatrième chapitre, l’auteur s’attaque à une énigme : comment se fait-il qu’au cours des années 2010, le nombre d’expulsions exécutées par recours à la force publique ait augmenté plus vite que le nombre de procédures judiciaires initiées par des bailleurs ? L’enquête, menée ici dans un service administratif préfectoral, en donne la clef : cette augmentation découle essentiellement d’une mesure d’austérité budgétaire visant à réduire les indemnisations dues par l’État aux bailleurs en cas de retard dans l’exécution d’une d’expulsion. En dépit du très faible montant ainsi recouvré par les caisses publiques, cette mesure implique de nouvelles inégalités dès lors qu’elle motive des traitements plus sévères à l’encontre des « familles dont la procédure est susceptible de coûter plus cher à l’État » (p. 120). L’enquête permet encore, ici, de donner à voir les subtils rouages par lesquels les agent·es chargé·es de ce travail administratif parviennent à en atténuer la charge morale, comme la mise à distance sociale et raciale des locataires en défaut de paiement ou l’identification au sort des bailleurs alors même que ces agent·es sont dépourvu·es de capital immobilier.

6Enfin, les deux derniers chapitres observent le travail des derniers maillons de la chaîne des expulsions, celui des membres des commissions de concertation statuant sur les demandes de réquisition des forces de l’ordre édictées par la préfecture (chapitre 5) puis celui des policier·ères et des personnels des commissariats en charge de l’exécution des expulsions (chapitre 6). L’enquête révèle ici, d’une part, que les ménages frappés d’une décision d’expulsion ne sont pas égaux face aux traitements administratifs des pouvoirs publics locaux, ces derniers pouvant utiliser les expulsions « à des fins de politiques de peuplement, comme un moyen d’effectuer un tri social des populations » (p. 173). D’autre part, elle dévoile comment le travail policier permet de maintenir, sinon l’invisibilité, du moins le caractère discret des opérations d’expulsion et, ce faisant, le faible niveau de résistance opposé par les personnes délogées.

7Au fil de ces six chapitres, dont la succession reproduit le déroulé de la procédure d’expulsion en France, apparaît ainsi le « travail d’expulsion » (p. 14) de l’État, soit l’ensemble des dispositifs et des sens pratiques administratifs, judiciaires ou policiers qui concourent à faire accepter sa violence, tant par ceux et celles qui la subissent que par ceux et celles qui l’exercent pour le compte de l’État aux différentes étapes de la procédure. Cette fabrique de l’obéissance tire avantage du temps long des procédures, car « la longueur de cette chaîne institutionnelle dispense le plus souvent, en bout de course, les agents de l’État de recourir à la violence physique » (p. 205). Si la possibilité de la contrainte physique – la prise au corps, en langage policier – demeure « l’ultima ratio de l’action étatique », c’est avant tout « par un savant mélange de contrainte et de persuasion, […] de gré et de force, que les agents de l’État poussent chaque année des milliers de famille à abandonner leur logement » (p. 201).

8Remarquable par l’ampleur et la finesse de son travail empirique, l’ouvrage de Camille François l’est également par les réflexions théoriques qu’il suscite. Observer les expulsions au travers des lunettes d’une sociologie critique de l’action publique, principalement d’inspiration bourdieusienne, souligne le caractère ambivalent de celle-ci. L’action de l’État (considéré au sens large) apparaît en effet ici dans son hétérogénéité, « depuis sa “main droite”, celle des services préfectoraux et des forces de police, jusqu’à sa “main gauche”, tenue par les travailleurs sociaux, en passant par ses avant-postes locaux, en la personne des élus municipaux. Ces différentes parties possèdent leurs propres logiques d’action, qui ne coïncident jamais a priori. Mais l’hétérogénéité interne de l’État n’est pas contradictoire avec l’existence de dispositifs qui, ponctuellement, assurent l’imposition des logiques d’une institution à toutes les autres » (p. 173) – en l’occurrence, la logique du délogement des ménages confrontés à des loyers impayables au regard de leurs ressources.

9De plus, là où une lecture marxiste pourrait se limiter à conclure que l’expulsion est l’outil de droit qui garantit la jouissance lucrative des logements par leurs propriétaires-bailleurs (privés ou publics), l’auteur tient à souligner que, pour autant, l’action de l’État n’est pas le simple prolongement des intérêts de ces derniers. En effet, « la prise en charge de leurs intérêts suit des logiques internes à l’État, sur lesquelles les bailleurs ont peu de prise et qui influencent le déroulement des expulsions » (p. 206). En somme, la question des expulsions de logement dans les villes contemporaines n’est pas que la résultante de processus de marchandisation du logement et de précarisation des classes populaires (Desmond, 2019), c’est aussi une politique poursuivant notamment des objectifs de (dé)peuplement et d’austérité (voir aussi Cooper et Paton, 2017, Aguilera, Bouillon et Lamotte, 2018).

10Construit sur un solide matériau empirique et une démarche de sociologie critique évitant les formules jargonnantes, l’ouvrage de Camille François offre en définitive une lecture très stimulante. On pourrait néanmoins regretter que les spécificités du territoire de l’enquête (la banlieue parisienne) n’interviennent pas plus dans l’analyse. Or, la structuration locale du parc de logements – marquée par l’importance historique de bailleurs sociaux –, comme le contexte urbain – caractérisé par une forte pression sur le marché du logement –, sont autant de facteurs qui influent sur la portée des résultats. Mais, plus qu’un défaut, il y a là la perspective de recherches futures, mettant en relation expulsions, structures des marchés du logement et dynamiques territoriales dans différents contextes spatiaux.

Haut de page

Bibliographie

Acuto, M. (2013), Global Cities, Governance and Diplomacy. The Urban Link, Londres, Routledge.

Aguilera, T. (2018), « Reloger, mettre en attente et expulser les bidonvilles de Madrid : quand des politiques de résorption produisent de l’expulsion », L’Année sociologique, 68, 1, p. 101-134.

Aguilera, T., Bouillon, F., Lamotte, M. (2018), « Politiques de l’expulsion : acteurs, enjeux, effets », L’Année sociologique, 68, 1, p. 11-38.

Baeten, G., Listerborn, C., Persdotter, M. et Pull, E. (dir.) (2021), Housing Displacement: Conceptual and Methodological Issues, Londres, Routledge.

Cooper, V. et Paton, K. (2017), « The new urban frontier of everyday evictions: Contemporary state practices of revanchism », in Albet, A., Benach, N. (dir), Gentrification as a Global Strategy: Neil Smith and Beyond, Londres et New York, Routledge, p. 142-151.

Desmond, M. (2019), Avis d’expulsion. Enquête sur l’exploitation de la pauvreté urbaine, Montréal, Lux.

Godart, P., Swyngedouw, E., Van Criekingen, M. et van Heur, B. (2023), « Les expulsions de logement à Bruxelles : combien, qui et où ? », Brussels Studies, 176. <https://doi.org/10.4000/brussels.6434>.

Hartman, C. et Robinson, D. (2003), « Evictions: The hidden housing problem », Housing Policy Debate, 14, 4, p. 461-501.

Rolnik, R. (2019), Urban Warfare: Housing Under the Empire of Finance, Londres, Verso.

Vives-Miró, S., González-Pérez, J. M. et Rullan, O., (2015) « Home dispossession: the uneven geography of evictions in Palma (Majorca) », Die Erde, 146, 2-3, p. 113-126.

Watt, P. (2018), « “This pain of moving, moving, moving”: evictions, displacement and logics of expulsion in London », L’Année sociologique, 68, 1, 2018, p. 67-100.

Haut de page

Notes

1 En France, les statistiques du ministère de l’Intérieur ne recensent les expulsions qu’en cas d’exécution par le concours de la force publique, invisibilisant ainsi les dossiers classés sans suite du fait du départ anticipé des locataires. En Belgique, il n’existe simplement aucune statistique officielle des expulsions de logement, ni pour les expulsions judiciaires, ni pour les expulsions administratives (Godart et al., 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Van Criekingen, « Camille François, De gré et de force. Comment l’État expulse les pauvres »Métropoles [En ligne], 33 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10281

Haut de page

Auteur

Mathieu Van Criekingen

Professeur de géographie et d’études urbaines, Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search