Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33RecensionsCamille Gardesse, Stefan Le Coura...

Recensions

Camille Gardesse, Stefan Le Courant et Évangeline Masson Diez (dir.), L’exil à Paris 2015-2020. Expérience migratoire, action publique et engagement citoyen

Paris, Éditions L’œil d’or, coll. Critiques et cités, 2022
Morane Chavanon, Salomé Cousinié et Élise Roche
Référence(s) :

Camille Gardesse, Stefan Le Courant et Évangeline Masson Diez (dir.), L’exil à Paris 2015-2020. Expérience migratoire, action publique et engagement citoyen, Paris, Éditions L’œil d’or, coll. Critiques et cités, 2022.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif prend le parti de considérer l’accueil des exilé·es de 2015 à 2020 à Paris comme une situation singulière. Cette période se caractérise par un certain paradoxe, entre gouvernance des exilé·es par l’expulsion (p. 22) et création en 2016 d’un camp humanitaire à l’initiative de la ville de Paris, appelé aussi « Centre de premier accueil » (CPA) (p. 15). Le contexte très spécifique d’une ville-capitale présentée par la municipalité comme une « ville-refuge » (p. 13) révèle la volonté de cette dernière d’agir au-delà de ses compétences départementales en proposant également des solutions pour l’accueil des hommes majeurs. Cependant, les auteur·ices affichent leur volonté de relativiser l’« impression d’inédit » (p. 14) véhiculée par ces discours officiels. Celle-ci légitimerait en effet le recours, pendant cette période, à de fréquentes et importantes expulsions, ainsi que la « mise en place de mesures exceptionnelles » (p. 13).

2La multitude de contributions a été organisée en quatre grandes parties précédées d’une introduction, et suivies d’une postface rédigée par Michel Agier et d’un cahier couleur (cartographies et photos). Ce dernier permet de visualiser la répartition des campements et des stratégies d’invisibilisation par leur relégation en banlieue parisienne. Les quatre parties, intitulées « L’exil à la rue », « La ville et l’exil », « L’asile en ville » et « Les quartiers face à l’exil », permettent de suivre les différentes étapes de la rencontre et de la prise en charge des exilé·es par la municipalité. Telles des respirations entre les chapitres, plusieurs encadrés illustrent le propos général par des témoignages d’exilé·es et des récits de terrain. La richesse de cet ouvrage tient en partie aux enquêtes de terrain menées entre 2015 et 2020. Elles comprennent des observations et des entretiens avec des acteur·ices diversifié·es, y compris exilé·es, et ont été croisées dans divers chapitres co-écrits par plusieurs auteur·ices.

3L’ouvrage rend ainsi compte de la situation de l’exil sur le terrain parisien, voire francilien, sous une forme très accessible. Il atteste de la production croissante de recherches sur un sujet sensible, toujours actuel, dont les publics sont soumis à de fortes tensions et maltraitances. Pour faciliter sa lecture, cette recension transversale reprend les entrées thématiques déclinées dans le sous-titre de l’ouvrage : « l’expérience migratoire », « action publique » et « engagement citoyen ».

4En premier lieu, la question de l’expérience migratoire qui est traitée explicitement dans l’ouverture et trois chapitres, apparaît également en filigrane au long de l’ouvrage. Ces analyses approfondies de l’expérience des exilé·es à Paris apportent ainsi un éclairage supplémentaire sur les objets plus classiques des sciences sociales que sont l’action publique et l’engagement citoyen.

5Le chapitre portant sur les « espaces et pratiques de débrouilles quotidiennes des exilé·e·s » (p. 57) d’Annaelle Piva et Pablo Runet-Arnoux, ainsi que le portrait de Domenica (p. 69) réalisé par Emma Peltier, rendent compte de manière concrète et précise de la réalité spatiale de ces personnes en Île-de-France, dont les « possibilités d’organisation collective et d’accès à la ville sont de plus en plus entravées par les dispositifs d’urbanisme inhospitalier » (p. 58). On appréciera que l’accent soit mis sur les déplacements entre les différents espaces qui ne peuvent être réduits aux lieux de repos et administratifs, car il s’agit également de lieux dans lesquels se tissent des liens évoluant parfois en importants « réseaux de sociabilités » (p. 68). Il est en outre précisé que la mobilité est un aspect ambivalent propre à l’expérience migratoire : elle permet de « survivre » autant qu’elle « vulnérabilise » (p. 71). La dimension spatiale des réseaux de sociabilité est aussi très bien illustrée par l’encadré d’Alex Mahoudeau portant sur « la remobilisation d’un jeune réfugié syrien » (p. 168) dont l’appropriation de l’espace contribue à sa politisation.

6Pour autant, s’intéresser au lieu d’habitation par l’expérience des personnes concernées, comme c’est le cas dans le chapitre « Habiter l’urgence : de la sortie de la rue à la mise à l’abri » (p. 153) d’Eléonore Bully et Lola Courcoux, reste primordial pour éclairer l’action de l’État et de la municipalité de Paris. Cette question ne peut être traitée sans prendre en compte la nécessité de régularisation pour les exilé·es (p. 160). Dès lors, ces diverses contributions témoignent avec richesse des effets de la gestion temporaire et transitoire des évacuations des campements et des « mises à l’abri » par la ville de Paris. Elles révèlent ainsi ce traitement paradoxal de la question migratoire qui ferait de la « mise à l’abri une expérience tout autant source de précarité que la rue » (p. 167).

7Le chapitre d’Anaïk Pian portant sur l’interprétariat (p. 127) souligne avec justesse un autre aspect de l’expérience migratoire. De la même manière que pour le lieu d’habitation, il s’agit la plupart du temps de « bricolage » (p. 129). Les interprètes, ces « acteurs-clés de la demande d’asile » (p. 139), sont faiblement reconnus par les institutions, alors qu’ils seraient imbriqués à un enjeu majeur : « celui de la confiance, qui se joue entre les différentes parties en présence » (p. 140). En mettant en évidence l’importance de ces personnes tierces, ce chapitre passionnant nous invite alors à repenser l’expérience migratoire qui ne peut être réduite à des rapports bilatéraux entre exilé·es et pouvoirs publics.

8Enfin, l’ouverture proposée par Eléonore Bully, Camille Gardesse et Christine Lelévrier, « Quitter Paris et y revenir » (p. 229), parce qu’elle avance qu’une grande partie des exilé·es souhaiterait vivre à Paris, nous amène à remettre en perspective l’analyse de l’expérience migratoire proposée dans cet ouvrage. Ainsi, même si « 41 % des demandes d’asile en France ont été déposées en Île-de-France » (p. 229), induisant un tropisme francilien dans les parcours, on peut questionner l’idée d’un Paris opposé à une « province » désertique et « inconnue » (p. 242) pour les exilé·es – d’autant qu’il est majoritairement fait état de la situation des demandeur·euses d’asile, dans l’ensemble de l’ouvrage, alors que le terme « exil » permet justement d’inclure différentes réalités et expériences (débouté·es, dubliné·es, déminorisé·es ou mineurs non-accompagnés, etc.). Ainsi, l’actuel « tournant rural » (rural turn) d’un pan des études sur les migrations et les travaux récemment menés sur les autres territoires locaux d’arrivée des exilé·es, leurs ressources et contraintes et les effets produits sur leurs parcours (Pistre, 2021 ; Flamant, Healy et Fourot, 2020) auraient pu être mobilisés utilement pour vérifier ou contrebalancer les analyses présentes dans cet ouvrage qui s’intéresse à la spécificité parisienne en matière d’accueil des exilé·es. Qu’il s’agisse des ressources spécifiques de ce territoire (administrations, tissu militant, etc.), ou de ses contraintes structurelles (poids des contrôles policiers, difficulté à se soustraire à l’exposition imposée par les transports en commun, etc.), Paris fait figure de territoire particulier : on ne saurait qu’appeler de nos vœux que les prochains travaux ayant trait aux parcours et politiques publiques relatives aux exilé·es s’attachent à mettre au jour les particularités de ces types de territoires. On retiendra néanmoins l’importance de ce chapitre, qui permet d’appréhender le vécu de l’exil à Paris bien comme une étape dans un parcours, et non comme une finalité.

9En second lieu, L’exil à Paris nous offre un bel aperçu de la politique municipale parisienne, inscrite au sein du réseau « Villes accueillantes ». Le chapitre de Laura Bonn décrypte les tensions entre accueil et restrictions au sein de l’action publique locale, parfois en décalage des injonctions nationales. La création du Centre de premier accueil (CPA), appelé aussi la « Bulle », fait ensuite l’objet d’analyses approfondies par Zelda Guilbaud, Melora Koepke et Léo Manac’h. Suivant les effets des injonctions de la préfecture, on assiste ainsi à la normalisation progressive de ce dispositif du CPA. Cela permet d’illustrer les difficultés, même pour une ville aussi centrale que Paris, de mener une politique d’accueil autonome et « rebelle ».

10On peut regretter que cette attention portée au CPA et ses contradictions éclipsent certaines spécificités de l’action publique relative à l’accueil, et qui occupent une place toute particulière à Paris : présence d’institutions nodales dans les politiques d’accueil comme l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), la CNDA (Cour nationale du droit d’asile), ou même des ambassades et consulats. Ainsi, les parcours des exilé·es résidant sur le territoire français sont fréquemment marqués par un séjour parisien plus ou moins long, du fait de la localisation centrale de ces procédures. Ces pratiques, et effets locaux de politiques centralisatrices, qui sont l’un des éléments de différenciation des parcours d’exilé·es vis-à-vis des villes petites et moyennes ou des mondes ruraux, ne sont pas évoqués plus avant. De même, les pratiques des municipalités de la banlieue parisienne ne sont pas davantage évoquées. Ces territoires sont abordés comme lieu de résidence au détour de certains parcours d’exilé·es, ou encore, de manière très précise et utile, comme lieux où sont repoussés les campements selon Camille Gardesse, Annaelle Piva et Pablo Runet-Arnoux (avec un intéressant travail cartographique réalisé par Annaelle Piva). Ainsi, ces communes de banlieue apparaissent ici comme un « pourtour », mais non comme des actrices à part entière du « jeu migratoire ».

11Par ailleurs, si dans la poursuite d’autres travaux (Bontemps, Makaremi et Mazouz, 2018 ; Gerbier-Aublanc, 2019), L’exil à Paris fournit une approche très documentée des premiers effets territoriaux consécutifs à la crise de l’accueil de 2015, il semblerait utile d’approfondir les décloisonnements thématiques qui pourraient venir nourrir ces questions. Citons par exemple : les travaux sur le traitement du sans-abrisme (Gardella, 2014 ; Maurin et Pichon, 2016) ; la gestion des habitats précaires, qui se pose de longue date en région parisienne, et les mécanismes de marginalisation associés (Aguilera, 2012) ; ou encore les routines de l’action publique qui y président (gestion par le temporaire, réitération de projets expérimentaux, localisation urbaine marginale). Interroger également la place durable des publics exilés au sein des dispositifs en direction des publics vulnérables, comme les maraudes par exemple (Petit et Wang, 2018) ou bien l’institutionnalisation de l’action associative en direction des publics précaires, pourrait être utile pour venir éclairer les dynamiques observées ici.

12En dernier lieu, l’ouvrage traite des questions d’engagement citoyen. L’approche par les « trajectoires d’engagement », menée par Camille Gardesse et Évangeline Masson Diez (p. 177), s’avère précieuse pour donner à voir la variété des motifs de l’engagement en faveur des exilé·es, ainsi que les propriétés sociologiques des personnes engagées. La spécificité du contexte urbain parisien apparaît ici plus nettement encore puisque la proximité quotidienne avec les lieux de vie des exilé·es, en l’occurrence les campements, participe pleinement à l’entrée dans l’engagement.

13La « rareté du poly-engagement » (p. 183) constatée chez les soutiens est un second résultat empirique original. En effet, des enquêtes menées « hors des grandes villes » ont montré au contraire la fréquence des profils de soutiens aux engagements multiples, incarnant la densité des formes d’inscription dans l’espace politique et militant local typique des territoires ruraux ou des petites villes (Flamant, Healy et Fourot, 2020). Si certains concepts venus de la sociologie politique ou de la sociologie des mobilisations collectives sont utilement mobilisés, d’autres emprunts à ces courants auraient permis d’approfondir encore l’analyse. Par exemple, la notion de « carrière militante » théorisée par Olivier Fillieule (2001), qui vise justement à penser ensemble la dimension temporelle de l’engagement, les dispositions sociales des acteurs et actrices et les effets du contexte sur le militantisme pris comme processus aurait pu constituer un apport fructueux. Cette dernière aurait permis de déplier davantage les ressorts sociaux de cet engagement, qui ne se réduisent pas à la proximité spatiale avec des territoires de l’indignité que sont les campements habités par des exilé·es dans l’espace public parisien (Mathieu, 2010).

14Cette impression de singularisation des formes d’engagement nées en 2015 tient aussi à un manque d’historicisation. Par exemple, le lecteur peut être curieux de savoir si des filiations existent avec la « cause des sans-papiers » au milieu des années 1990 (Siméant, 1998). La particularité des mobilisations contemporaines pourrait alors s’analyser en proposant une socio-histoire du répertoire d’action mobilisé dans les luttes multiformes de soutien aux personnes exilées, en articulation avec l’évolution des politiques migratoires et des représentations de la figure de l’étranger. L’une des particularités contemporaines tiendrait dans la place prise par l’hébergement à domicile. De ce point de vue, les pages que consacrent Marjorie Gerbier-Aublanc, Evangeline Masson Diez et Chloé Ollitrault aux spécificités et aux tensions de l’hospitalité privée (p. 205) sont d’une grande richesse. Alors que les travaux sur l’accueil et l’hospitalité se multiplient, ce dernier élément est tout à fait original et ouvre de nouvelles perspectives d’analyse. Comme celui sur les « trajectoires d’engagement », il tend néanmoins à survaloriser le « choc moral » comme facteur déterminant de l’engagement, sans le relier suffisamment aux dispositions sociales des soutiens.

15En résumé, L’exil à Paris restitue de riches enquêtes, avec la mobilisation de cadres théoriques diversifiés qui viennent informer utilement la crise de l’accueil telle qu’elle s’est déroulée à Paris à partir de 2015. Le texte témoigne d’un effort pour être accessible, et ainsi être diffusé tant parmi des publics universitaires qu’associatifs ou militants, ce qu’on ne peut que saluer. L’approche monographique du cas parisien aurait pu appeler des éléments de mise en contexte de la spécificité de ce territoire. Si la région parisienne est présentée comme un lieu d’attraction pour les exilé·es, ce constat reste en effet à nuancer selon les parcours d’exil étudiés. Ceci étant, cet ouvrage apporte des éléments de connaissance essentiels et importants sur un sujet majeur : le traitement de la grande précarité et les mécanismes d’exclusion sociale qui concernent les populations en migration. Dans le cadre du « tournant local » des études migratoires, de futurs travaux pourront ainsi utilement s’appuyer sur ces analyses pour fournir par exemple des éléments d’historicisation sur le traitement de l’habitat précaire, ou encore sur l’hospitalité à domicile, une pratique ancienne et ici renouvelée.

Haut de page

Bibliographie

Aguilera, T. (2012), « Gouverner les illégalismes : Les politiques urbaines face aux squats à Paris », Gouvernement et action publique, 3, 3, p. 101-124.

Bontemps, V., Makaremi, C. et Mazouz, S. (2018), Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants, Lyon, Le Passager clandestin.

Fillieule, O. (2001), « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, 51, 1-2, p. 199-215.

Flamant, A., Healy, A. et Fourot, A.-C. (dir.) (2020), « Hors des grandes villes ! L’accueil des exilé·e·s dans les petits milieux d’immigration », Revue européenne des migrations internationales, 36, p. 2‑3.

Gardella, E. (2014), « Secourir les sans-abris en détresse : la norme d’inconditionnalité dans l’urgence sociale », in I. von Bueltzingsloewen, A. Brodiez-Dolino, C. Laval, B. Ravo et B. Eyraud (dir.), Vulnérabilités sanitaires et sociales : de l’histoire à la sociologie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 233‑257.

Gerbier-Aublanc, M. (2019), Les logiques de l’hospitalité individuelle à Paris, Rapport de recherche, Paris, ANR BABELS et Mairie de Paris.

Mathieu, L. (2010), « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière », Sociologie, 3, 1, p. 303-318.

Maurin, M. et Pichon, P. (2016), « L’organisation institutionnelle d’une économie de la pauvreté. L’expérience des individus sans domicile dans la France contemporaine », Les Études sociales, 164, 2, p. 209‑229.

Petit, V. et Wang, S. (dir.) (2018), « La santé mentale en migration internationale », Revue européenne des migrations internationales, 34, p. 2-3.

Pistre, P. (dir.), « Migrer et (s’)installer » (2021), Études rurales, 208, EHESS, <https://journals.openedition.org/etudesrurales/26532> (consulté le 4 septembre 2023).

Siméant, J. (1998), La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morane Chavanon, Salomé Cousinié et Élise Roche, « Camille Gardesse, Stefan Le Courant et Évangeline Masson Diez (dir.), L’exil à Paris 2015-2020. Expérience migratoire, action publique et engagement citoyen »Métropoles [En ligne], 33 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10288 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10288

Haut de page

Auteurs

Morane Chavanon

ENSEIS-Institut Convergences Migrations

Salomé Cousinié

Université Lyon 2 – UMR Triangle

Élise Roche

Université Lyon 2 – UMR Triangle

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search