Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33RecensionsS. Harris Ali, Creighton Connolly...

Recensions

S. Harris Ali, Creighton Connolly et Roger Keil, Pandemic Urbanism. Infectious Diseases on a Planet of Cities

Cambridge, Polity Press, 2023, 292 p.
Elisabeth Peyroux
Référence(s) :

S. Harris Ali, Creighton Connolly et Roger Keil, Pandemic Urbanism. Infectious Diseases on a Planet of Cities, Cambridge, Polity Press, 2023, 292 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, publié juste après les confinements liés à la pandémie de Covid, propose une mise en perspective historique et géographique de trois maladies infectieuses qui ont frappé différentes régions du monde : l’épidémie de SARS (Syndrome respiratoire aigu sévère) apparue en Asie en 2003, la maladie Ebola dont on a retrouvé les premières manifestations en Afrique sub-saharienne à partir du milieu des années 1970, et le Covid-19 qui a touché toutes les régions du monde à partir de la fin de l’année 2019. Rédigé par trois auteurs reconnus en sociologie (S. Harris Ali) et en géographie et études urbaines (C. Connoly, R. Keil), l’ouvrage croise des travaux en sociologie, géographie, économie politique, épidémiologie, aménagement et urbanisme.

2Cet ouvrage s’appuie sur différentes sources. Il mobilise les recherches des trois auteurs qui proviennent d’une collaboration ancienne sur le virus d’Ebola et de réflexions plus récentes sur les liens entre l’urbanisation et les maladies infectieuse, dont le Covid-19. Il rassemble également des travaux de seconde main sur les trois grandes maladies infectieuses. Les recherches plus anciennes (sur le SARS et Ebola) sont revisitées à l’aune des premières leçons que la communauté scientifique, mais également les décideurs, les aménageurs, les populations locales et la communauté internationale peuvent tirer de la pandémie de Covid-19.

3L’ouvrage porte sur l’analyse des liens entre les villes et les maladies infectieuses. Il s’intéresse plus particulièrement aux dynamiques de transmission des maladies et à la manière dont elles s’inscrivent dans, et sont conditionnées par, les différents processus et formes d’urbanisation qui caractérisent les régions d’émergence et de diffusion des maladies. Les auteurs situent ces analyses dans le contexte de l’« urbanisation étendue » (extended urbanization) (p. 5) qui est emblématique, selon eux, des formes contemporaines de l’urbanisation mondiale. L’« urbanisation étendue » est définie comme « des développements se produisant dans les périphéries des centres métropolitains et incluant une grande variété de géographies de "non-villes” qui sont maintenant évidentes dans les zones suburbaines (ou post-suburbaines) et les arrière-pays » (p. 5). L’ouvrage se concentre ainsi sur les périphéries des centres métropolitains, considérées comme les lieux emblématiques de cette expansion de l’urbanisation. Celles-ci recouvrent des lieux de travail, d’emploi, de résidence et des espaces traversés par les mobilités (à l’image des aéroports).

4Les auteurs appuient leurs analyses sur le constat que « l’urbanisation planétaire ou généralisée change la manière dont les maladies émergent, se diffusent et sont contenues » (p. 5). L’hypothèse est que les conditions de vie urbaines et péri-urbaines actuelles, liées à la mondialisation, aux changements environnementaux anthropiques et au niveau d’urbanisation sans précédent de la planète ont pu faciliter l’introduction de nouvelles maladies infectieuses (p. 10). Deux caractéristiques sont jugées emblématiques de l’urbanisation actuelle : une connectivité accrue (des gens, des lieux) et une polarisation sociale intensifiée (p. 7). Leur parti pris est de ne pas se focaliser sur les interactions sociales, mais sur les facteurs spatiaux qui conduisent à des schémas (patterns) de transmission des maladies, inégalitaires dans les modes d’exposition des populations et des espaces, dans leurs vulnérabilités et dans la capacité à répondre aux épidémies. Pour analyser les relations entre l’urbanisation étendue et les maladies infectieuses, ils proposent donc une approche centrée sur les mécanismes qui impactent la circulation des microbes (microbial traffic). Ils insistent dès lors sur les facteurs socio-démographiques, le développement des infrastructures et les modes de gouvernance (p. 13-14). Les pandémies deviennent ainsi, à travers l’étude très fine des modes de transmission des maladies aux différentes échelles, des clés de lecture non seulement des différentes formes d’urbanisation, mais également des opportunités qui s’offrent aux acteurs pour repenser la planification urbaine et l’aménagement, et plus largement l’organisation sociale de la vie urbaine dans une perspective plus inclusive et durable.

5L’approche proposée s’inscrit dans la lignée des travaux de Lefebvre (1970, 1974) sur les rapports entre espace et société, qui considérait l’urbain comme un processus de transformation socio-spatiale à différentes échelles, porteur d’inégalités entre les territoires urbains. Elle s’inscrit dans sa thèse sur « l’urbanisation complète » de la société, comprise comme un processus qui se déploie dans différents types d’espaces, y compris hors des villes, d’où la distinction reprise dans l’ouvrage entre la « ville » et « l’urbain ». Les auteurs font aussi référence à des théories plus récentes sur « l’urbanisation planétaire » (Brenner, 2014) et « l’urbanisation globale » (Keil, 2018) – d’ailleurs inspirées des travaux de Lefebvre sur « l’urbanisation complète » – sans que le positionnement de leur approche vis-à-vis de ces deux thèses ne soit clairement établi.

6Les auteurs ne s’inscrivent pas dans une approche universelle de l’urbanisation qui obéirait à des « mécanismes de développement de base communs » à toutes les régions du monde, telle qu’énoncée dans la thèse de Scott et Storper (2015) sur les agglomérations. Ils préfèrent situer les espaces étudiés dans des formes plurielles d’urbanisation (Robinson et Roy, 2016), issues de trajectoires politiques, économiques, sociales et culturelles différentes, dans lesquelles les sentiers de dépendance (capitalisme, colonialisme) jouent un rôle important dans l’exposition et la vulnérabilité des populations aux pandémies et aux crises qui en résultent.

7Enfin, leur analyse des liens entre urbanisation et maladies infectieuses s’inscrit dans le cadre d’une « écologie politique des paysages » (p. 20). Celle-ci se veut attentive aux rapports de force qui façonnent les conditions et les cadres de vie, à l’impact de l’urbanisation sur l’environnement – notamment la redéfinition des frontières entre l’homme et les animaux à l’origine des zoonoses – et à la reconfiguration des métabolismes socio-écologiques ; autant de facteurs, qui, selon les auteurs, influencent l’émergence et la diffusion des maladies infectieuses.

8Après un premier chapitre présentant le cadre d’analyse des liens entre les conditions de vie en ville et les maladies infectieuses, le chapitre 2 présente la thèse de « l’urbanisation étendue » et l’approche d’écologie politique retenues dans l’ouvrage. Ensuite, les relations entre les villes et les maladies infectieuses sont étudiées à travers trois exemples d’épidémies correspondant chacune à des schémas d’urbanisation dans différentes parties du monde. Le SARS est analysé à la lueur de la théorie des villes globales, au sein desquelles la « connectivité infrastructurelle » (p. 61) – qu’il s’agisse des aéroports, des lieux fréquentés par les élites mondialisées, ou des quartiers de migrants mobiles – a joué un rôle prépondérant dans la diffusion de l’épidémie (chapitre 3). Le virus Ebola est situé dans le contexte de l’urbanisation africaine où les conditions de vie précaires héritées de la période coloniale, notamment dans les quartiers informels périphériques, ont été déterminantes dans la vulnérabilité des populations (chapitre 4). Le Covid-19 est considéré comme emblématique de la propagation d’une épidémie dans le contexte de la phase (ultime ?) d’une « urbanisation généralisée » de la planète où s’exacerbent les inégalités aux échelles urbaines et mondiales (chapitre 5). Les auteurs y précisent la situation unique de l’expérience du Covid-19 en termes d’échelle, de gouvernance (locale, régionale et mondiale), de dynamiques socio-démographiques, et d’exposition des inégalités à l’échelle internationale. Le chapitre 6 porte sur les enjeux de gouvernance de la « planète des villes » replacés dans les débats sur la capacité d’action des villes à l’échelle globale (Acuto, 2013). Le chapitre 7 revisite les théories et principes de la planification urbaine à l’aune de l’expérience de la gestion de ces trois maladies en insistant plus particulièrement sur les conséquences des crises liées au Covid-19. Le chapitre 8 sur « la ville après la peste » conclut en proposant une synthèse des apports de l’ouvrage et les leçons que nous pouvons tirer de ces épidémies.

9Cet ouvrage a le mérite d’articuler trois perspectives. D’abord, une perspective historique sur les relations entre urbanisation et diffusion des maladies infectieuses. Ensuite, une perspective comparée qui apporte une contribution importante aux débats sur le renouveau des méthodes comparatives dans le champ des études urbaines (Le Galès et Robinson, 2023). Ils intègrent les Nords et les Suds dans un même cadre analytique, celui des « spatialités relationnelles » des villes (McFarlane et Robinson, 2012), sans adopter pour autant une vision universalisante de l’urbanisation. Cette approche permet d’une part de dépasser les clivages géographiques, d’autre part de revisiter les théories et pratiques de l’urbanisme et de la planification à l’aune d’une grande diversité d’expériences urbaines. Enfin, une perspective critique qui permet de rappeler le rôle que joue l’héritage (politique, économique et urbanistique) colonial et les formes passées et actuelles du capitalisme mondialisé dans la vulnérabilité des populations et des espaces. En croisant plusieurs prismes d’analyse, cet ouvrage amplifie la portée critique de nombreux travaux en sciences sociales sur la marginalisation, l’exclusion, la prédation des ressources naturelles, la dégradation environnementale et l’imposition de modèles urbanistiques et de planification non adaptés aux réalités des Suds, contribuant ainsi à renforcer le champ des études urbaines post-coloniales (Roy et Ong, 2011 ; Datta, 2018).

10Enfin, cet ouvrage parvient à rendre compte de la complexité de la gestion de la pandémie du Covid-19 en regroupant dans l’analyse des facteurs historiques et géographiques, le poids des politiques, des populismes et des mobilisations sociales, mais aussi le rôle qu’ont joué les mouvements de contestation de la science dans les débats publics. Avec prudence, il tire des leçons de ces expériences de gestion et propose des pistes de recherche pour l’avenir. De ce point de vue, la section sur la smart city après la pandémie attire à juste titre l’attention sur le poids qu’ont joué et continueront certainement à jouer les technologies numériques dans la gestion et le contrôle de nos vies.

11Ceci étant, plusieurs limites méritent d’être discutées. Tout d’abord, la profondeur historique proposée est intéressante et nécessaire, car les expériences et choix politiques passés ont des répercussions sur les situations de vulnérabilités et les inégalités mises à jour dans les manifestations actuelles des pandémies. Elle donne toutefois lieu à des développements assez généraux, notamment dans le chapitre 4 sur les villes coloniale et post-coloniale, qui n’apportent rien de nouveau par rapport à l’état des connaissances. Par ailleurs, de nombreuses répétitions, voire des redondances – à la fois dans et entre les chapitres – noient quelque peu les éléments novateurs apportés par ce travail. On aurait aimé que l’ouvrage mette davantage en exergue les points-clés des conclusions – provisoires bien sûr en raison du manque de recul. Cela vaut pour la remise en cause de certains principes et pratiques en matière de planification et d’aménagement et/ou de leçons tirées sur la gouvernance de la santé à l’échelle globale, tels que le rejet du technicisme rationalisateur ou la nécessité de prendre en compte les aspects informels de la vie quotidienne et de la vie sociale urbaine (p. 177).

12Ensuite, l’ouvrage fait une critique assez convenue des échecs, limites et inadéquations d’une planification centralisatrice et institutionnelle (p. 167). Les appels à des changements de paradigme dans la planification urbaine, à la fin de l’ouvrage, n’apparaitront donc pas novateurs aux chercheurs familiers des approches critiques sur le développement urbain dans les Suds. Ils ont toutefois le mérite de donner une place centrale aux leçons tirées des Suds pour penser l’urbanisme du futur.

13En conclusion, la nouveauté et l’originalité de cet ouvrage collectif reposent principalement sur les derniers chapitres consacrés au Covid-19 et aux leçons croisées que l’on peut tirer des trois maladies infectieuses. Cela dit, il propose une synthèse riche et bienvenue en raison de l’ensemble des perspectives couvertes (historique, géographique, critique). La clarté de sa structure et son accessibilité en font un ouvrage destiné tout autant à un public scientifique (étudiants, doctorants et chercheurs en sciences sociales) qu’à des professionnels et décideurs dans le champ de la planification et de l’aménagement, et plus largement dans celui des politiques publiques de santé à l’échelle urbaine et internationale. Mettre en relation l’émergence et la propagation de ces maladies avec la diversité des conditions de vie inscrites dans différents schémas d’urbanisation est un prisme pertinent pour mettre à jour le poids des héritages, ainsi que les limites et les contradictions des politiques contemporaines dans la lutte contre les épidémies. Cette approche éclaire sous un autre jour les profondes inégalités sociales et territoriales qui se maintiennent et s’amplifient dans le contexte d’une mondialisation accélérée. Cela permet une lecture transversale des causes, manifestations et effets des pandémies mettant l’accent sur le rôle des contextes, à la fois en tant que tels et en tant qu’éléments structurants des processus d’urbanisation contemporains.

Haut de page

Bibliographie

Barles, S. (2018), « Métabolisme urbain, transitions socio-écologiques et relations ville-campagne », Pour, 236, p. 49-54.

Brenner, N. (dir.) (2014), Implosions/explosions: Towards a study of planetary urbanization, Berlin, Jovis.

Datta, A. (2018), « Postcolonial urban futures: Imagining and governing India’s smart urban age », Environment and Planning D: Society and Space, 37, 3, p. 387-392.

Keil, R. (2018), Suburban planet: Making the world urban from the outside in, Cambridge, Polity.

Le Galès, P. et Robinson, J. (2023), The handbook of comparative global urban studies, Londres, Routledge.

Lefebvre, H. (1970), La révolution urbaine, Paris, Gallimard.

Lefebvre, H. (1974), La production de l’espace, Paris, Anthropos.

McFarlane, C. et Robinson, J. (2012), « Introduction-Experiments in comparative urbanism », Urban Geography, 33, 6, p. 765-773.

Robinson, J. et Roy, A. (2016), « Debates on Global Urbanisms and the Nature of Urban Theory », International Journal of Urban and Regional Research, 40, 1, p. 181-186.

Roy, A. et Ong, A. (2011), Worlding cities: Asian experiments and the art of being global, Londres, Wiley-Blackwell.

Scott, A.J. et Storper, M. (2015), « The nature of cities: The scope and limits of urban theory », International Journal of Urban Theory, 39, 1, p. 1-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Peyroux, « S. Harris Ali, Creighton Connolly et Roger Keil, Pandemic Urbanism. Infectious Diseases on a Planet of Cities »Métropoles [En ligne], 33 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.10338

Haut de page

Auteur

Elisabeth Peyroux

Chargée de recherche, CNRS, UMR Prodig

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search