Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursEspaces du religieux et transform...

Espaces du religieux et transformations urbaines

Víctor Albert-Blanco

Le paradigme de la sécularisation avait, dans le passé, associé le déclin du religieux à la vie urbaine (Le Bras, 1955), désignant la ville comme l’épicentre d’une modernisation qui devrait impliquer l’inéluctable disparition de la pratique religieuse. Pour autant, plusieurs événements ou processus récents (la révolution iranienne de 1979, les actions du pape Jean-Paul II, la montée des mouvements chrétiens conservateurs liés au Parti républicain aux États-Unis ou l’expansion du pentecôtisme chrétien en Amérique latine, l’essor des partis islamistes dans les pays arabes ou musulmans, la popularité du Dallai Lama en Occident, etc.) semblent contredire l’idée d’une irréfutable sécularisation se diffusant partout en suivant le modèle des sociétés européennes. Ces évènements ou processus donnent plutôt à lire une « déprivatisation » du religieux qui se conjuguerait avec une pluralisation des appartenances confessionnelles, d’une part, et la coexistence, voire la négociation et le conflit, entre acteurs religieux et séculiers, d’autre part (Casanova, 2004 ; Davie, 2013). Dans ce sillage, certains auteurs et autrices ont signalé que les villes contemporaines seraient des espaces privilégiés pour l’expression publique des religions (Endelstein et al., 2010 ; Becci et al., 2013), proposant même le concept de « villes postséculières » pour analyser ce retour du religieux dans l’urbain (Beaumont et Baker, 2011).

Dans cette perspective, Chantal Saint-Blancat (2019) postule que l’espace urbain ne doit pas être lu comme un cadre passif, mais dans un rapport dialectique avec les faits religieux. D’un côté, les villes, par l’action des pouvoirs publics et d’autres acteurs sociaux, déterminent et conditionnent la place des groupes religieux. De l’autre, ces derniers s’inscrivent et redéfinissent la ville par la création de lieux architecturaux et la commémoration de rites dans l’espace public. Dans le contexte contemporain, cela implique de penser la place et la forme des nouvelles expressions apparues avec la pluralisation religieuse, résultat des migrations transnationales et de la mondialisation (Dargent, 2019), et d’analyser, plus particulièrement, leurs modalités d’inscription spatiale et urbaine (Wihtol de Wanden, 2004). De plus, cette diversité est également liée à l’émergence de nouvelles expressions lues comme « spirituelles », inscrites dans ce qui a été associé à la mouvance du « new Age » propre aux sociétés post-industrielles et à une phase tardive de la modernité (Davie, 2013). Néanmoins, le pluralisme religieux n’est pas une affaire uniquement contemporaine. Il caractérise différentes périodes historiques (la coexistence de chrétiens, juifs et musulmans dans la péninsule ibérique jusqu’au XVIe siècle ou la présence de communautés juives dans plusieurs villes européennes jusqu’à la seconde guerre mondiale, par exemple), s’inscrivant de diverses manières dans l’espace urbain et donnant à lire des formes variées de coexistence et de conflit, voire de relégation et d’enfermement spatial des minorités religieuses (Wacquant, 2005), ce qui demeure parfois visible à travers des traces matérielles et symboliques.

Les sciences humaines et sociales, au travers de leurs différentes disciplines, ont analysé l’inscription spatiale de cette pluralité religieuse et, plus particulièrement, comment les groupes religieux contribuent à produire des « espaces religieux » et à tracer la frontière, parfois poreuse, avec les espaces considérés comme « séculiers » ou « sécularisés » (Hervieu-Léger, 2002 ; Knott, 2005 ; Kong and Woods, 2006). Elles ont en revanche peu abordé le lien avec les transformations urbaines, entendues comme les changements opérés sur l’espace promus par des acteurs politiques et d’autres agents sociaux. En tant qu’objet inséré dans le social (Favier et al., 2023), le religieux est soumis aux effets de ces transformations, y compris les changements contemporains liés à la mondialisation, la désindustrialisation, la montée du tourisme international ou le paradigme des « villes créatives » tournées vers la culture, les arts et les nouvelles technologies.

Ce dossier thématique entend ainsi interroger ce lien entre espaces du religieux et transformations urbaines par l’exploration des effets réciproques des transformations urbaines sur les expressions religieuses. Ce regard a l’intérêt de contribuer à éclairer ainsi la place, la forme et le rôle des religions dans les villes contemporaines. Cette entrée permet en outre d’aborder une série d’enjeux politiques. En effet, en raison des processus de « déprivatisation » et de « diversification » évoqués en amont, le religieux est souvent placé au cœur de controverses publiques, voire des conflits, et ce dans des contextes géographiques, culturels et politiques différents. Mettre en lien les transformations urbaines et le religieux revient donc à replacer ces conflits dans leur spatialité et à interroger la manière dont cette relation participe à la fabrique de la ville contemporaine.

Nous accordons ici à la notion de transformations urbaines une portée large visant à prendre en compte les différentes formes de changement des villes et des territoires, intégrant à la fois celles qui sont explicitement portées par les politiques publiques comme celles qui seraient liées à des recompositions sociales et économiques plus larges. Qu’il s’agisse de la rénovation de quartiers anciens, la construction de nouveaux quartiers, la gentrification, l’évolution du peuplement, le déclin ou la revalorisation de certains quartiers, la conception et mise en place des « villes nouvelles » dans différents pays, l’exode rural ou, au contraire, le « retour » à la campagne... toutes ces transformations façonnent le religieux et ses formes d’expression spatiale, mais peuvent, à leur tour, se voir aussi conditionnées par ces dernières. Cette conception large est également appliquée à la notion de religion, incluant des formes d’attachement et, surtout, d’expression très diverses allant des pratiques les plus « classiques » et institutionnalisées se déroulant dans des lieux de culte à celles prenant place dans l’espace public (comme, par exemple, des prêches, des festivités ou d’autres rituels). Loin des approches substantivistes et parfois figées du religieux, nous l’entendons ici comme une catégorie qui revêt parfois des définitions contestées, voire changeantes, d’une période ou d’un contexte à l’autre (Beckford, 2003). En d’autres termes, le mot religion n’est pas circonscrit ici uniquement aux religions officiellement reconnues et instituées mais vise à pouvoir inclure dans l’analyse d’autres formes de croyances qui peuvent être lues socialement comme « spirituelles », « sectaires », « culturelles », voire comme des pratiques de « bien-être ». Il s’agit donc de rester attentifs aux définitions que les acteurs sociaux eux-mêmes accordent à ces pratiques en milieu urbain. En effet, la mobilisation distincte de ces étiquettes et catégorisations est parfois à l’origine du traitement différencié que peuvent recevoir les expressions religieuses dans l’espace urbain (Griera et Burchardt, 2020) et fonde aussi l’intérêt d’interroger la logique majoritaire-minoritaire en fonction de chaque contexte national et local (Brun et Galonnier, 2016).

Dans cette perspective, nous invitons des propositions d’articles portant sur des cas français ou européens, mais aussi sur d’autres aires géographiques tant du Nord que du Sud global. Les articles pourront s’inscrire dans différentes disciplines des sciences humaines et sociales s’intéressant à l’articulation de l’urbain et du religieux, comme la sociologie, la géographie, l’histoire, l’anthropologie ou la science politique. Ils pourront également mobiliser plusieurs approches méthodologiques et se fonder sur des approches empiriques monographiques ou comparées. Plusieurs entrées peuvent être envisagées :

Groupes religieux

Comment les groupes religieux s’adaptent-ils aux transformations urbaines ? Quelles stratégies adoptent-ils dans des quartiers qui connaissent des changements matériels, symboliques ou sociaux ? Participent-ils et contribuent-ils à ces transformations ? Il s’agira d’identifier ici la manière dont les communautés religieuses se rendent visibles (ou pas) dans ces contextes urbains et de rester attentifs aux formes architecturales et esthétiques qu’elles donnent à leurs lieux de culte, ou aux manières d’occuper (ou pas) l’espace public au travers notamment d’évènements et de festivités (Saint-Blancat et Cancellieri, 2014).

Cette entrée par les groupes religieux pourra également interroger la manière dont ceux-ci se distribuent dans la ville et si les transformations urbaines facilitent ou compliquent leur concentration dans certains quartiers. On pourra explorer les dynamiques qui favorisent l’implantation de lieux de culte dans certains secteurs, comme dans le Raval de Barcelone, quartier qui connait d’importantes transformations urbaines depuis les années 1980 et qui abrite à lui seul 7 des 31 mosquées de la ville (Albert-Blanco, 2019), ou de comprendre ce qui explique que d’autres communautés s’y exposent en l’absence de lieux de culte spécifiques, comme les églises évangéliques et leurs nombreuses affiches dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris (Coulmont, 2014). On pourra aussi analyser ces dynamiques à la croisée des transformations urbaines et d’autres processus sociaux, comme les migrations ou les recompositions des classes sociales. En effet, les expressions religieuses peuvent être un élément clé de la construction des « territorialités migrantes » des métropoles, se développant parfois en parallèle dans des villes du Nord et du Sud (Baby-Colin et Sassone, 2010).

Dans cette perspective, loin de se limiter aux « minorités religieuses » ou aux groupes subalternes, cette entrée pourra interroger également ce qu’il en est des religions majoritaires et observer, par exemple, comment les migrations et les mobilités internationales des classes dominantes contribuent à la recomposition du paysage religieux de certaines villes ou territoires (Balas et Tricou, 2019). Ainsi, on pourra explorer la (discrète) présence d’églises francophones, germanophones ou anglophones dans certaines villes du sud de l’Europe, mais aussi la multiplication dans certaines villes d’espaces dédiés aux pratiques spirituelles ou de « méditation », souvent empreints d’un « exotisme religieux » cher à certaines fractions des classes moyennes et supérieurs occidentales (Altglas, 2014).

Dans ce sillage, cet axe pourra également interroger comment les groupes religieux se sont positionnés dans une gouvernance urbaine de plus en plus néolibérale dans certains contextes nationaux et, plus particulièrement, dans la gestion de services et programmes sociaux délaissés par l’État à la faveur d’acteurs privés affichant parfois des affiliations religieuses (Hackworth, 2013). Cet investissement dans des initiatives sociales ou caritatives est aussi important pour analyser l’implantation de certains groupes religieux en milieu urbain, comme l’expansion des églises évangéliques dans les quartiers populaires de plusieurs villes d’Amérique latine ou les « adaptations » des temples bouddhistes dans le contexte urbain chinois marqué à la fois par la métropolisation et par la libéralisation de l’économie (Huang, 2022). Enfin, cette entrée invite à ne pas considérer les groupes religieux uniquement comme des « agents passifs » qui feraient face aux transformations urbaines, mais à analyser aussi leur capacité d’action dans certains contextes et à l’intersection de plusieurs rapports sociaux comme la classe, la race ou le genre.

Gouvernance et politiques publiques

Comment les administrations font-elles face à la pluralisation religieuse de la période contemporaine ? Par cette entrée, il s’agira d’interroger les régulations spécifiques mises en place par certaines administrations locales, ou d’autres échelles de gouvernance, à l’encontre des expressions religieuses. En effet, la régulation du religieux est l’un des domaines où s’exprime le plus clairement la force coercitive et symbolique de l’État, mais elle reste loin d’être un domaine réservé aux gouvernements centraux et fait désormais l’objet d’une implication grandissante des autorités locales (Martínez-Ariño, 2019). Dès lors, comment ces différentes instances inscrivent-elles la gouvernance de cette diversité dans les stratégies de transformation de certains quartiers ou d’une ville dans son ensemble ?

Cette entrée pourra ainsi explorer, par exemple, la manière dont les politiques de rénovation urbaine interagissent avec la gouvernance du religieux. Par ailleurs, certains groupes religieux font l’objet d’une plus grande vigilance de la part des autorités. Cela reste indissociable de processus sociaux d’altérité, comme les formes « d’islamophobie » à l’encontre des musulmans en Europe (Hajjat et Mohammed, 2013), mais c’est souvent dans l’espace urbain où se concrétisent les formes et les stratégies de contrôle des groupes religieux (Fadil, 2014 ; Albert-Blanco, 2022). Est-ce que ces stratégies de régulation s’appliquent de la même manière à l’égard des différents groupes religieux et spirituels ? En quoi ces différences peuvent-elles être liées à des processus plus larges de « racialisation » (Palomares et Roux, 2021) ou de « légitimation communautaire » (Mattina, 2016) et à leur traduction dans l’espace urbain ? En outre, la planification urbaine permet aux autorités locales de réserver (ou pas) du foncier à des usages religieux, ayant ainsi la possibilité de faciliter ou, au contraire, d’entraver l’installation de lieux de culte. Comment cette planification répond-t-elle à (et s’inscrit-elle dans) des stratégies plus larges concernant l’aménagement de certains secteurs, ou à la volonté de requalifier symboliquement et économiquement certains quartiers (Malogne-Fer, 2020) ?

Si dans certains contextes fortement sécularisés, le religieux peut être perçu comme un « frein » au développement urbain, dans d’autres, il peut être associé à une stratégie de gestion urbaine néolibérale, comme cela a été le cas dans la Turquie d’Erdogan où les politiques de gentrification d’Istanbul se sont couplées à une volonté de « re-islamiser » l’espace urbain (Karaman, 2013). Prônant aussi une islamisation « modérée » au service de la monarchie, les autorités marocaines promeuvent en même temps la transformation des centres-villes pour attirer des investissements touristiques et des activités économiques tertiaires. À Casablanca, cette stratégie a provoqué des mutations, voir l’invisibilisation, de certaines pratiques religieuses « populaires » (Portelli, 2023). Dans d’autres pays, le religieux peut devenir également un facteur de gentrification comme en Israël, où l’arrivée de couches aisées dans certains quartiers semble corrélée au déplacement et à l’effritement de la minorité arabe et au développement de nouveaux espaces juifs (Luz, 2022).

Groupes « non-religieux »

Les groupes religieux sont souvent en concurrence avec d’autres groupes pour accéder et faire usage de l’espace urbain. Comment ces logiques se traduisent-elles dans un contexte de transformation urbaine ? Renforcent-elles des inégalités et des relations d’altérité ? Il s’agira plus particulièrement dans ce troisième axe de voir comment les groupes non-religieux interagissent avec les religieux et participent de la conception de l’espace urbain et de ses usages légitimes et acceptés. En effet, les stratégies de gouvernance évoquées dans le point précédent se voient souvent renforcées, parfois contestées, par l’action de certains groupes comme les associations de riverains, les syndicats de commerçants ou les mouvements sociaux urbains. Comment ces groupes influencent-ils la forme des transformations urbaines et, plus concrètent, la place que peuvent y occuper les expressions religieuses ?

Dans les quartiers en gentrification, les associations et d’autres collectifs d’habitants et commerçants prônent parfois une « diversité » aux contours flous et malléables (Tissot, 2011 ; Corbillé 2013 ; Clerval, 2013). Celle-ci fait souvent place à la pluralité religieuse, à condition qu’elle s’exprime sous des formes « acceptables », plus culturelles que pieuses (Clot-Garrell et al., 2022), et qu’elles ne menacent pas la place « historique » ou « culturelle » des religions majoritaires (Eade, 2011). Quelles sont alors les stratégies mises en place par les associations de riverains pour conditionner ou limiter la pratique religieuse dans ces secteurs ? Dans d’autres quartiers, ces groupes peuvent participer également à l’encadrement du religieux, revendiquant la patrimonialisation de certaines expressions religieuses matérielles et immatérielles ou contestant l’installation de lieux de culte (Cesari, 2005). En Afrique du Sud, par exemple, le quartier de Bo-Kaap dans la ville de Le Cap connaît l’installation de couchés aisées dans un secteur qui, pendant la période de l’apartheid, était réservé aux musulmans. Les nouveaux résidents arrivés au cours de cette gentrification se sont récemment mobilisés pour limiter les appels à l’oration des mosquées locales (Kern, 2022 : 203). Quelles sont les différentes déclinaisons de ces stratégies et mobilisations ? Dans quel sens ces forme d’encadrement du religieux sont-elles cohérentes avec les transformations urbaines en cours ?

Informations pratiques

Les chercheur·es sont invité·es à soumettre leur texte pour 21 juin 2024 par courriel au coordinateur du numéro thématique, Víctor Albert-Blanco (victor.albert[at]uab.cat), ainsi qu’à Max Rousseau, co-rédacteur en chef de Métropoles (max.rousseau[at]cirad.fr).

Les textes comprendront entre 8 000 et 10 000 mots, notes et références bibliographies incluses.

Chaque article doit être accompagné d’un résumé et de mots-clés et se conformer aux normes de présentation de la revue – voir https://journals.openedition.org/metropoles/4619.

Chaque texte sera anonymisé et soumis à au moins deux évaluateurs ou évaluatrices.

Seuls les articles complets seront pris en compte. Néanmoins, les auteurs et autrices qui s’interrogent sur la recevabilité de leur proposition peuvent contacter pour avis le coordinateur du dossier.

La publication du numéro thématique de Métropoles est programmée pour 2025.

Bibliographie

Albert-Blanco, Víctor (2019) Valoriser le quartier par la diversité religieuse. Regards croisés entre la Goutte d’Or (Paris) et le Raval (Barcelone), Cahiers de géographie du Québec, vol. 63, nº 178, p. 21-35.

Albert-Blanco, Víctor (2022) Encadrer le religieux : une politique de gentrification ? Le cas de l’Institut de cultures d’islam de Paris, Métropoles, nº 31.

Altglas, Véronique (2014) Exotisme religieux et bricolage, Archives de sciences sociales des religions, nº 167, p. 315-332.

Baby-Collin, Virgine & Sassone, Susana (2010) Mondialisation de la Virgen de Urkupiña : Religiosité, fêtes populaires et territoires urbains des migrants boliviens, de Buenos Aires à Madrid. Autrepart, nº 56, p nº. 111-132.

Balas, Marie & Tricou, Josselin (2019) « Nous, maintenant, on veut poursuivre cette occupation de la rue » : les catholiques attestataires entre contre-culture, mission et défense patrimoniale, Social Compass, vol. 66 (1), p. 26-74.

Beaumont, Justin & Baker, Christopher (ed.) (2011) Postsecular cities: Religious Space, Theory and Practice. London and New York: Continuum.

Becci, Irene ; Burchardt, Marian & Casanova, José (2013) Topographies of faith. Religion in Urban Spaces. Brill.

Beckford, James (2003) Religion and Social Theory. Cambridge University Press.

Brun, Solène & Galonnier, Juliette (2016) Devenir(s) minoritaire(s). La conversion des Blanc‑he‑s à l’islam en France et aux États-Unis comme expérience de la minoration, Tracés. Revue de Sciences humaines, nº30.

Casanova, José (1994) Public Religions in the Modern World. The Chicago University Press.

Cesari, Jocelyne (2005) Mosque Conflicts in European Cities: Introduction, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 31(6), p. 1015-1024.

Clerval, Anne (2013) Paris sans le peuple : la gentrification de la capitale. Paris, La Découverte.

Clot-Garrell, Anna; Albert Blanco, Víctor; Martínez-Cuadros, Rosa & Esteso Carolina. Religious tastes. (2022) Religious Tastes in a Gentrified Neighbourhood: Food, Diversification and UrbanTransformation in Barcelona, Journal of Religion in Europe, 15(1-4), p. 291-318.

Corbillé, Sophie (2013) Paris bourgeoise, Paris bohème : la ruée vers l’Est. Paris, Presses universitaires de France.

Coulmont, Baptiste (2014) Églises africaines à l’affiche à Paris : Approche quantitative d’une imagerie religieuse, Afrique contemporaine, nº 252, p. 138-139.

Dargent, Claude (2019) Recul du catholicisme, croissance des non-affiliés et des minorités religieuses, dans : Pierre Bréchon (Ed.), La France des valeurs : Quarante ans d'évolutions). Fontaine: Presses universitaires de Grenoble, p. 221-227.

Davie, Grace (2013) The Sociology of Religion. A Critical Agenda. Sage.

Endelstein, Lucine ; Fath, Sébastien & Mathieu, Severine (2010) Dieu change en ville. Paris, L’Harmattan.

Eade, John (2011) From Race to Religion: Multiculturalism and Contested Urban Space, dans Beaumont, Justin & Baker, Christopher (ed.) (2011) Postsecular cities: Religious Space, Theory and Practice. London and New York: Continuum, p. 154-167.

Fadil, Nadia (2014) Brussels as a landscape of fear: containing otherness, dans Peter, F. & Ortega, R. (Ed.) Islamist movements in Europe. Hurst Publications; London, p. 315 - 329

Favier, Anthony; Fer, Yannick; Galonnier, Juliette & Perrin-Heredia, Ana (Eds.) (2023) Religions et classes sociales. Lyon: ENS Éditions.

Griera, Mar & Burchardt, Marian (2020) Urban regimes and the interaction order of religious minority rituals, Ethnic and Racial Studies, vol. 44(10), p. 1712-1733

Hackworth, Jason (2010) Faith, Welfare, and the City: The Mobilization of Religious Organizations for Neoliberal Ends, Urban Geography, 31:6, 750-773,

Hajjat, Abdellali & Mohammed, Marwan (2013) Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le problème musulman. Paris, La Découverte.

Hervieu-Léger, Danièle (2002) Space and Religion: New Approaches to Religious Spatiality in Modernity, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 26(1), p. 99-105.

Huang, Weishan (2023) Secularity and Urban Gentrification: An Spatial Analysis of Downtown Buddhist Temples in Shanghai. Space and Culture, vol. 26(2), p. 229-241.

Karaman, Ozan (2013) Urban neoliberalism with Islamic characteristics, Urban Studies, 50(16), p. 3412–3427.

Kern, Leslie (2022) La Gentrificación es inevitable y otras mentiras. Barcelone, Bellaterra Edicions.

Knott, Kim (2005) The Location of Religion. A Spatial Analysis. Routledge.

Kong, Lily & Woods, Orlando (2016) Religion and Space: competition, Conflict and Violence in the Contemporary World. London, Bloomsbury.

Le Bras, Gabriel (1955) Études de sociologie religieuse. Paris, Presses Universitaires de France.

Luz, Nimrod (2022) Religious Gentrification as Heterarchies of Urban Planning: Reflections on the Religious Neighborhood in Acre. Numen, vol. 69 (2-3), p. 212-235

Malogne-Fer, Gwendoline (2020) Quand laïcité rime avec catholicité : l’édification des lieux de culte à Boulogne-Billancourt, Sociologie et sociétés, nº 52(1), p. 263-288.

Martínez-Ariño, Julia (2019) Governing religious diversity in cities: critical perspectives, Religion, State and Society, vol. 47:4-5, p. 364-373

Mattina, Cesare (2016) Gouverner la ville avec des milieux « communautaires ». Construction et légitimation des « communautés » gagnantes dans l’espace public marseillais, Métropoles, nº 19.

Palomares, Élise & Roux, Guillaume (2021) Quand les politiques urbaines font exister la race. Terrains & travaux, nº 39, p. 5-29.

Portelli, Stefano (2023) Spirits of displacement Gnawa rituals and gentrification in Casablanca, Focaal—Journal of Global and Historical Anthropology, (online), p. 1-15.

Saint-Blancat, Chantal (2019) L’inscription religieuse dans l’espace urbain : état de l’art, Social Compass, nº 66, p. 3-23.

Saint-Blancat Chantal & Cancellieri A (2014) From invisibility to visibility? The appropriation of public space through a religious ritual: The Filipino procession of Santacruzan in Padua, Italy. Social and Cultural Geography 15(6), p. 645–663.

Tissot, Sylvie (2011) De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir.

Wacquant, Loïc (2005). Les deux visages du ghetto: Construire un concept sociologique, Actes de la recherche en sciences sociales, nº 160, p. 4-21.

Wihtol de Wenden, Catherine (2004) Ville, religion et immigration, Les Annales de la recherche urbaine, nº 96, p. 114-116.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search