Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Symposium autour de Loïc Wacquant...Attention, une « trialectique » p...

Symposium autour de Loïc Wacquant, Bourdieu in the City: Challenging Urban Theory

Attention, une « trialectique » peut en cacher une autre. Sur la dimension spatiale d’un monde social dans tous ses états

Fabrice Ripoll

Texte intégral

1Dans ce livre dense et passionnant, Loïc Wacquant ne fait pas que revenir sur ses principaux objets de recherche. Il propose un modèle théorique très général, emprunté à Pierre Bourdieu qui constitue sa référence structurante. Ce modèle, qualifié de « trialectique », met en relation les concepts d’espace social, symbolique et physique. Ce sont cet emprunt et ce modèle qui seront discutés ici.

2Comme le rappelle Wacquant, Bourdieu soulignait l’importance de ne jamais séparer les réflexions théoriques des recherches empiriques où elles émergent et sont retravaillées. Mais diverses publications de Bourdieu lui-même montrent que la théorie a, de fait, une autonomie relative qui contribue sans doute à permettre son transfert d’un objet empirique à un autre. Et contrairement à ce que laisse entendre le titre du livre, le modèle « trialectique » a bel et bien l’ambition d’appréhender la dimension spatiale des rapports sociaux et non les seules questions urbaines. Cette focalisation n’a certes rien de surprenant quand on sait que la recherche sociologique sur « l’espace » a été principalement prise en charge par la sociologie urbaine (et plus récemment rurale), et beaucoup moins, voire pas du tout, par les autres spécialités de la discipline. Mais il faut garder en tête que la dimension spatiale, comme la dimension temporelle, est en fait transversale aux spécialités et même aux disciplines et mérite d’être travaillée avec n'importe quel objet de sciences sociales. Il ne s'agit donc pas ici de discuter d'un modèle de « théorie urbaine », mais bien de « théorie sociale » ou sociologique d’ensemble. C’est pour avoir travaillé depuis plus d’une vingtaine d’années sur cette question, à partir d’autres objets empiriques, mais de la même référence théorique structurante, que je propose cette discussion.

3Un premier élément de discussion concerne la manière dont Bourdieu a pu élaborer les différents composants de cette « trialectique » et appréhender (explicitement ou non) la dimension spatiale dans ses travaux. Dans une note de bas de page du prologue (p. 6), lequel défend et annonce le contenu du livre, Wacquant propose une périodisation selon laquelle le jeune Bourdieu se serait attaqué à la correspondance entre espaces physique et symbolique, celui de la maturité se serait concentré sur la dialectique des structures sociales et mentales, quand le Bourdieu tardif aurait analysé les relations entre espaces social et physique. Je partage l’idée consistant à faire remontrer l’introduction de l’espace physique (et en particulier des effets de l’urbanisation, comme cela est présenté plus longuement par Wacquant dans le chapitre 1) aux premiers travaux sur l’Algérie et le Béarn (Ripoll, 2012) ‒ Bourdieu se plaçant sans doute ainsi dans la filiation de la « morphologie sociale » telle que pensée par Durkheim et reprise par Halbwachs. Les deux autres affirmations me semblent en revanche devoir être nuancées. D’un côté, l’espace physique (et plus largement la dimension spatiale) ne disparaît pas dans les travaux de la maturité : Bourdieu le prend en considération de loin en loin, certes sur un mode mineur, voire peu explicite, y compris dans son maître-ouvrage qu’est La Distinction (Ripoll, 2013). De l’autre, il est vrai que l’espace physique est effectivement mis sur le devant de la scène au début des années 1990, notamment avec le texte « Effets de lieu » publié dans La misère du monde (1993), au point d’y être placé sur le même plan théorique que le couple de concepts centraux de son modèle (habitus/espace social). Mais « le Bourdieu tardif » abandonne ensuite étonnamment la triade ainsi constituée pour revenir au modèle dual antérieur, comme on le constate par exemple dans Méditations pascaliennes en 1997 (Ripoll, 2020). Par ailleurs, si cette « trialectique » est qualifiée de bourdieusienne, Wacquant semble dire dans cette même note que Bourdieu ne l’a jamais explicitement posée comme telle, ce qui peut être discuté étant donné qu’« Effets de lieu » est pour l’essentiel une problématisation des relations entre espaces social, mental et physique ‒ aussi appelés structures sociales, mentales et spatiales. Cette triade était déjà en germe dans un texte de Bourdieu de 1991 que Wacquant a traduit et publié dans un dossier récent (2018) et sera reprise dans un texte de 1996 – même s’il faut reconnaître, comme Wacquant le souligne pour ce dernier, que ces textes sont très courts et appellent des mises à l’épreuve empiriques et des développements théoriques plus conséquents.

  • 1 Cette distinction n’est pas si courante chez Bourdieu, qui a plutôt tendance à subsumer l’institut (...)

4Cela étant dit, même si cette triade est de prime abord très séduisante, il me semble qu’elle pose problème en ceci que les trois éléments qu’elle met en relation ne sont pas sur le même plan. Confrontée à divers objets de recherche (les mouvements sociaux, le militantisme, les associations, les élections ‒ en même temps que les questions d’usage, d’appropriation et de marquage de l’espace physique), elle ne se révèle pas la plus convaincante ou pertinente pour théoriser la dimension spatiale du monde social. Une autre triade me semble meilleure candidate, bien qu’elle ne porte pas explicitement sur la dimension spatiale : celle qui est présentée, là aussi par Bourdieu, dans son article sur « Les trois états du capital culturel » (1979). Il y évoque bien entendu la signification la plus courante du concept de capital culturel, c’est-à-dire les ressources incorporées (notamment sous forme de savoirs et savoir-faire). Mais il lui ajoute deux autres « états » : le capital objectivé, au sens de matérialisé (par exemple des objets culturels stricto sensu) et le capital institutionnalisé (les titres et diplômes), autre forme d’objectivation qu’il faut mettre à part selon Bourdieu1. Il me semble que la piste mérite d’être suivie et généralisée à l’ensemble des réalités composant le monde social. Ce dernier pourrait ainsi être appréhendé dans tous ses états ; des états élémentaires et qui possèdent tous une dimension spatiale spécifique (Ripoll, 2023).

5Ainsi, les points de discussion qui suivent proposent d’abord une confrontation des deux triades et conduisent selon moi à considérer les trois « états » comme relevant d’un même niveau, alors que l’espace social se place plutôt à un autre, de second degré et plus transversal. Ensuite, loin d’être reprise telle quelle, la triade des états élémentaires doit se voir adjoindre une dimension spatiale systématique, non limitée à l’espace physique. Enfin, les pratiques ne devraient pas être oubliées du modèle, qui reste une théorie de la pratique.

  • 2 Les guillemets utilisés ici visent à manifester une certaine distance avec cette expression métaph (...)

6Premier point, on peut considérer que deux des éléments de la triade du texte « Effets de lieu » reprise par Wacquant se retrouvent dans la typologie des « états » : l’espace mental (ou symbolique chez Wacquant) correspondant à l’état incorporé, et l’espace physique à l’état objectivé-matérialisé. En revanche, l’espace social (ou les champs) et l’état institutionnalisé ne sont pas équivalents : le concept polysémique d’institution est bien plus large – même sans adopter l’acception durkheimienne qui en fait une sorte de synonyme de fait social. Or l’institutionnalisation, tout comme l’incorporation et la matérialisation, sont trois types de « cristallisation »2 des rapports sociaux qui sont depuis longtemps considérés par les sciences sociales comme des processus fondamentaux. Les institutions sont d’ailleurs omniprésentes et de façon tout à fait explicite tout au long du livre : institutionnalisation de la stigmatisation territoriale dans le chapitre 2 ; importance de l’État (notamment pénal) dans le chapitre 3 ; ville (city) elle-même vue comme une institution dans l’épilogue. Mais leur statut, et leur relation à la « trialectique », ne sont pas clairement définis. Comme dans la plupart des textes de Bourdieu, l’institutionnalisation est parfois couplée avec l’incorporation (l’histoire objectivée face à l’histoire faite corps), de même que l’on retrouve le couple matériel/symbolique dans nombre d’énoncés. Chacun de ces deux couples devrait selon moi être enrichi du troisième terme permettant de reconstituer la triade élémentaire.

7Dans cette optique, l’espace social ‒ que Wacquant considère à raison comme l’un des concepts les plus importants de Bourdieu, car au fondement de sa pensée relationnelle ‒, ne disparaît pas. Il n’est simplement pas un quatrième état du social que l’on pourrait clairement distinguer des trois autres. Au contraire, si l’on admet qu’un espace social ou un champ est, pour tout ou partie, défini par la distribution inégale de capitaux, et qu’au moins une partie d’entre eux existent potentiellement dans les trois états, alors on doit admettre qu’un espace social ou un champ peut lui aussi être adossé aux trois états du social. De ce point de vue, il ne se place pas au même niveau que les trois autres.

8Sur un autre plan de discussion, il me semble important de considérer que l’espace physique ne se réduit pas au cadre matériel extérieur (built environment écrit souvent Wacquant, comme c’est l’usage dans la littérature sociologique et géographique anglo-américaine). Plutôt qu’un contenant dans lequel les êtres humains circulent, l’espace physique inclut en effet les êtres humains en tant qu’ils sont des corps situés quelque part (et pas ailleurs) ; des corps tout aussi encombrants que des objets, positionnés à plus ou moins grande distance les uns des autres ainsi que des choses et des lieux. La notion d’état matérialisé du monde social, ou de social matérialisé, peut sans doute éviter cette réduction assez classique en sciences sociales.

9Il me semble encore plus décisif de considérer que la dimension spatiale des rapports sociaux ne se limite pas à l’espace physique, même si on en retient une définition élargie. Elle est bien une dimension de toute réalité sociale quelle qu’elle soit, donc du monde social dans ses trois états, institutionnalisé et incorporé autant que matérialisé. L’espace ainsi entendu est tout autant dans les institutions et dans les corps que dans les paysages ou les distances physiques. Il est partout, mais chaque fois différemment. Soulignons que rendre cette dimension spatiale explicite n’est pas nécessairement chose aisée sur un plan lexical dans le cas d’une orientation théorique qui use beaucoup, et sur un mode métaphorique ou analogique, du terme « espace » avec un autre sens, se rapprochant de celui de « structure », ainsi que du lexique spatial qui en découle (position, trajectoire, distance, etc.). Il semblerait ainsi bien étrange d’annoncer qu’un espace a une dimension spatiale.

10Enfin, mentionner systématiquement la pratique dans les formulations les plus générales et les représentations graphiques de ce modèle théorique (p. 52) me paraît important, car cela éviterait de laisser penser que les espaces-structures fonctionnent et entrent en relations tout seuls. Sans pratiques, pas de « cristallisations » des rapports sociaux qui en sont des produits autant que des enjeux, des armes et des conditions de possibilité. Sans pratique, pas plus d’espace que d’histoire.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P. (1979), « Les trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, 30, p. 3-6.

Bourdieu, P. (1993), « Effets de lieu », La misère du monde, in P. Bourdieu (dir.), Paris, Seuil, p. 159-167.

Ripoll, F. (2012), « Attention, un espace peut en cacher un autre. À propos de Nikolaus Fogle, The Spatial Logic of Social Struggle. A Bourdieusian Topology », Actes de la recherche en sciences sociales, 195, p. 112-121.

Ripoll, F. (2013), « Quelle dimension spatiale des structures sociales chez Bourdieu ? Localisations résidentielles et jeux d’échelle dans La Distinction », in P. Coulangeon et J. Duval (dir.), Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, p. 365-377.

Ripoll, F. (2020), « Espace physique / espace géographique », in G. Sapiro (dir.), Dictionnaire international Bourdieu, Paris, CNRS Éditions, p. 303-305.

Ripoll, F. (2023), « Overcoming the dualism between “society and space”, with and beyond Bourdieu », Progress in Human Geography, OnlineFirst, <https://doi.org/10.1177/03091325231222561> (consulté le 22 décembre 2023).

Wacquant, L. (2018), « Bourdieu Comes to Town: Pertinence, Principles, Applications », International Journal of Urban and Regional Research, 42, 1, p. 90-105.

Haut de page

Notes

1 Cette distinction n’est pas si courante chez Bourdieu, qui a plutôt tendance à subsumer l’institutionnel et le matériel sous une même catégorie du social objectivé quand il met cette dernière en face à face avec le subjectif dans ses formules les plus générales.

2 Les guillemets utilisés ici visent à manifester une certaine distance avec cette expression métaphorique : même si elle est souvent employée en sciences sociales, elle n’est pas sans risques, à commencer par celui de la fétichisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Ripoll, « Attention, une « trialectique » peut en cacher une autre. Sur la dimension spatiale d’un monde social dans tous ses états »Métropoles [En ligne], 34 | 2024, mis en ligne le 07 juin 2024, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10890 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11tz0

Haut de page

Auteur

Fabrice Ripoll

Professeur des universités à l'Université Paris Est Créteil, Lab'urba

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search