Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Symposium autour de Loïc Wacquant...Bourdieu de ville et Bourdieu des...

Symposium autour de Loïc Wacquant, Bourdieu in the City: Challenging Urban Theory

Bourdieu de ville et Bourdieu des champs

Loïc Wacquant

Texte intégral

1Je remercie Félix Adisson et Antoine Guironnet d’avoir organisé ce symposium sur Bourdieu in the City et de l’accueillir dans Métropoles, lieu de diffusion et de débat précieux sur l’actualité de la recherche urbaine et, au-delà, de partage des investigations pluridisciplinaires sur les espaces habités et travaillés dans leur plus grande diversité. Je suis reconnaissant à mes quatre critiques de leurs lectures sagaces et généreuses de mon livre, au point que je me trouve bien embarrassé de leur chercher noise. Pourtant la polémique réglée et le désaccord clarifié ne sont-ils pas le sel de la vie intellectuelle, et le moteur du progrès scientifique ? Je vais essayer toutefois, au risque de parfois forcer le trait, de me servir de ces lectures comme appui pour clarifier et amplifier les thèses-clefs de l’ouvrage.

2Anaïs Collet m’incite à formuler in nuce l’alternative sur laquelle ma relecture urbanisée et urbanisante de Bourdieu débouche, et sur laquelle je m’efforce de rester agnostique dans le livre de sorte à donner au lectorat toute latitude de décider par lui-même sur quelle voie s’engager. D’un côté, la théorie bourdieusienne nous donne les moyens conceptuels de nous débarrasser de l’« urbain » ravalé au rang de catégorie ordinaire qui réifie et simplifie les divisions de l’espace physique, brut, travaillé et approprié. La « trialectique » de l’espace symbolique, l’espace social et l’espace physique nous permet en effet de monter en abstraction et d’unifier les divers espaces que la pensée commune sépare : urbain, périurbain, rural, friches, etc. En découle une sociologie topologique qui déroule ses arguments indifféremment à la ville et aux champs. Exit la sociologie urbaine comme domaine clos et spécialisé d’investigation ; idem pour la sociologie rurale. Les meilleurs éclaireurs du monde de la ville – qui continue d’exister comme entité concrète – se révèlent alors êtres des sociologues qui pourchassent une autre proie, par exemple la logique des luttes sociales traversant et se disputant les frontières spatiales jusqu’à conduire à une révolution populaire à El Alto déroulée sur deux décennies par Franck Poupeau (2021) dans son magnifique livre Altiplano.

  • 1 Pour un panorama états-uno états-unien qui saisit cette diversité contemporaine, voir Storper et S (...)
  • 2 Un argument de l’ouvrage qui me tient à cœur à cet endroit est que cette contestation est double : (...)
  • 3 Anaïs Collet (2015) le montre bien dans son étude sur les « gentrifieurs » de Lyon et Montreuil.

3D’un autre côté, urbaniser Bourdieu permet tout autant, et sans contradiction, d’effectuer l’opération inverse : non pas dissiper l’« urbain » mais le fonder. On sait que la notion fluctue et que sa valence change de Robert Park à Neil Brenner, en passant par Louis Wirth, Manuel Castells et Ananya Roy1. La dyade habitus/champ révèle les deux spécificités de la ville comme milieu : au niveau de la structure, c’est le milieu dans lequel les capitaux s’accumulent, se différencient et se contestent mutuellement2 ; au niveau de l’agent, c’est le multivers dans lequel les habitus divers, incohérents et non-congruents se rencontrent et s’entrechoquent3. À mes yeux, les deux lectures sont défendables et on doit même pouvoir les faire fonctionner ensemble, mais à des niveaux de conceptualisation emboîtés, la trialectique englobant le multivers urbain et lui donnant une spécification historique.

4Tout comme Anaïs Collet, Eleonora Elguezabal regrette que je n’aie « pas discuté de manière approfondie » des recherches, incontestablement riches et nombreuses, et notamment françaises, qui se sont inspirées de Bourdieu pour travailler la ville. J’assume ce regret, car je voulais fermement éviter le panorama scolaire et l’effet de palmarès qu’il n’aurait pas manqué d’exercer. Et parce que les meilleurs travaux déployant la panoplie conceptuelle de l’auteur de La Distinction ne sont pas forcément produits par des sociologues de la ville, ce qui aurait ouvert un champ impossible à labourer, à moins d’écrire un tome de 500 pages qui aurait noyé mon propos. C’est par exemple le cas de travaux de sociologie politique sur le remodelage religieux de l’espace public et privé d’Istanbul (Tuğal, 2021).

5Elguezabal me donne par ailleurs l’occasion de préciser un point qui me semble analytiquement conséquent : le concept d’espace social est logiquement la catégorie-matrice dont émerge celui de champ – contrairement à ce que suggère leur généalogie puisque le premier n’apparaît sous la plume de Bourdieu qu’après le second, donc dans l’ordre inverse (Wacquant et Akçaoğlu, 2017). Dit autrement, tout champ est un espace social, mais tout espace social n’est pas un champ. C’est quand un « microcosme », défini par la différentiation et l’accumulation d’une espèce particulière de capital, s’autonomise du « macrocosme » qu’un champ se constitue pour acquérir des propriétés spécifiques (barrière à l’entrée, effet de prisme, organisation en pôles autonome et hétéronome, doxa propre, etc., voir Bourdieu, 2021). Ce qui veut dire que la vaste majorité des pratiques ne se déploient pas dans des champs, mais dans des espaces sociaux plus ou moins structurés, mouvants et enchâssés, et ce y compris dans l’univers urbain où se déploie une multiplicité de champs. Aussi, dans son commentaire, Elguezabal a tout à fait raison de souligner que, selon moi, « la théorie des champs serait une théorie urbaine ». Il n’empêche que la majeure partie des interactions urbaines se déroule « hors champ » ou bien dans des interstices et des intersections de champs dotés de propriétés à leur tour spécifiques. Rien ne le démontre mieux que le fonctionnement au quotidien des « quartiers fermés » de Buenos Aires, justement étudiés par Elguezabal (2015), mondes aux frontières poreuses qui ne sont pas si clos qu’ils le prétendent, qui sont des entrelacs de rapports sociaux multiscalaires dans un espace social et physique qui n’est pas un champ.

6En découvrant le titre du texte de Fabrice Ripoll, « Attention, une trialectique peut en cacher une autre », je m’attendais à être confronté à la « triade » d’Henri Lefebvre (2000) composée, comme chacun sait, de l’espace « perçu », « conçu » et « vécu ». C’est une question qui m’est souvent posée par les chercheurs anglophones qui, plus que les Français, vouent un véritable culte à Lefebvre. Je rangerai sa triade sous la seule catégorie d’espace symbolique, soit la structure de perception qui sous-tend la phénoménologie de l’espace.

  • 4 Ma traduction à partir de l’anglais : « social space is the space of everyday life, where social r (...)
  • 5 Le texte essentiel sur ce point est la leçon de Francfort de 1983 intitulée « Espace social et gen (...)

7Plus largement, les similarités de vocabulaire entre Bourdieu et Lefebvre peuvent prêter à confusion, car elles cachent de profondes différences d’approche. Ainsi, l’auteur de La Production de l’espace (2000) parle d’« espace social », mais c’est une manière générique de souligner que l’espace physique est un produit social, et non pas une entité existant par et pour elle-même. C’est un entrelacs visible de relations produites par les pratiques passées et présentes : « L’espace social est l’espace de la vie quotidienne, où les rapports sociaux ont réalisés, les identités construites et le pouvoir exercé »4. Pour Bourdieu, par contraste, la notion d’espace social désigne une structure objective et invisible de positions redevable de ce qu’il appelle, à la suite de Leibniz, une analysis situs que permet, par exemple, la technique statistique de l’Analyse des Correspondances Multiples (Bourdieu, 2015)5.

8Autre différence : dans la perspective (néo-)bourdieusienne, l’espace urbain n’est pas seulement produit et producteur du social ; il est aussi et surtout produit, enjeu et moyen de luttes dans et pour l’espace. Ces luttes et les stratégies (de conservation ou de subversion) qui les animent sont elles-mêmes structurées par les positions occupées par les divers protagonistes. Structures et luttes sont ainsi mutuellement constitutives. C’est ce qui donne à la sociologie de Bourdieu sa dynamique et qui fait qu’on peut la caractériser comme une agonistique historiciste (du grec agōn désignant un concours, une lutte ou une compétition disputée lors de festivals). Puisque l’espace est toujours le site de combats, parfois à mort (sociale), ce qui fait de lui sous cet angle un digne wébérien.

  • 6 L’habitus n’est rien d’autre que l’inscription au tréfonds de l’organisme des divisions établies p (...)

9Je découvre avec délectation que ce n’est pas la « triade » lefebvrienne que Ripoll invoque, mais la tripartition du capital élaborée par Bourdieu (1983) dans son article sur « Les trois états du capital culturel ». Je n’avais pas fait ce lien, et il est stimulant. Je pense même que, si l’on veut jouer le jeu des équivalences théoriques, on peut établir une correspondance entre l’état incorporé et l’espace symbolique6, l’état institutionnalisé et l’espace social, et l’état objectivé et l’espace physique. Mais il reste une différence épistémologique qui sépare les deux formulations, différente de celle que pointe Ripoll : la notion d’état du capital culturel est une distinction concrète qui renvoie aux différentes manifestations de l’action historique (corps, chose, institution, voir Bourdieu [1980]), alors que la « trialectique » telle que je la reconstitue fait référence à trois espaces abstraits, manipulés par le sociologue pour mieux construire le réel.

  • 7 C’est la preuve que l’on peut avoir raison sur un point précis tout en ayant tout faux sur l’essen (...)

10Je suis d’accord avec Côme Salvaire quand il relève le manque d’attention de Bourdieu aux transformations matérielles et morphologique du Paris que Flaubert dessine dans L’Éducation sentimentale. C’est exactement l’argument de l’ouvrage, selon lequel les champs sont des produits urbains : sans croissance et différentiation de la ville, elles-mêmes étroitement liées de manière dynamique à l’industrialisation et à la formation de l’État, municipal et central, pas de complexification fonctionnelle de la structure sociale et donc pas genèse de microcosmes dotés d’une autonomie relative, capables d’imposer leur nomos spécifique. Ce n’est pas par hasard si tous les champs qui ont préoccupé et même passionné Bourdieu (2021), par ordre chronologique grossier de première publication, champ intellectuel, religieux, scientifique, artistique, philosophique, politique, académique, juridique, scolaire, bureaucratique et journalistique, doivent tous leur naissance et leur développement à l’urbanisation. Le champ du pouvoir, champ des champs ou, mieux méta-champ, naît de la co-présence physique du bourgeois et de l’artiste, et entre eux des juristes, journalistes, politiciens, hauts fonctionnaires, savants, etc., dans ce milieu dense et hétérogène – sur ce point au moins, Wirth (1938) avait raison – qu’est la ville moderne7.

11La ville est le lieu de l’éclosion de milieux englobants situés à des échelles d’ordre supérieur. Dans Misère de l’ethnographie de la misère (Wacquant, 2023), sous la bannière de la « construction dense » rationaliste opposée à la « description dense » empiriste de Clifford Geertz, j’essaie de promouvoir dans le travail de terrain l’impératif d’encastrement multiscalaire : toute « scène » locale est nécessairement ancrée dans une série d’espaces sociaux de plus en plus vastes (qui peuvent être ou non des champs) imbriqués à la manière de poupées russes. Chacun de ces espaces structurés par la distribution des ressources efficientes est associé à un espace symbolique (une « culture » qui lui est propre) et à un espace physique (des emplacements au sens actif du terme). C’est dire qu’on peut faire travailler empiriquement la trialectique à des échelles diverses, et non pas seulement au niveau le plus abstrait du système social à la Talcott Parsons.

  • 8 Il est révélateur que le gros tome indispensable de Peter Clark (2013), The Handbook of Cities in (...)

12J’en viens pour finir à la question de l’État, qui mériterait à elle seule tout un article, voire un livre – je crois que c’est ce qui manque le plus aux études urbaines transdisciplinaires, un grand livre sur l’État urbain8. Salvaire se trompe quand il pose que, selon la théorie bourdieusienne, « les forces d’autonomisation produites par la différentiation urbaine finiraient toujours nécessairement encastrées dans l’“espace social unifié” de l’État » (c’est moi qui souligne). C’est vrai que cette théorie est frappée au coin de l’évolutionnisme quand elle dépeint le processus de centralisation et d’accumulation du capital par l’État. Mais il faut être ici plus bourdieusien que Bourdieu : le concept de champ bureaucratique travaillé à plusieurs endroits de son œuvre tardive (Bourdieu, 1993, 1997, 2012) permet de saisir empiriquement aussi bien les États centralisés et intégrés, comme celui de la France, que les États fragmentés et désarticulés, comme l’État (qui n’est pas un) des États-Unis. Le degré d’unification et de cohésion bureaucratiques est une des grandes variables qu’il faut spécifier par l’analyse historique. Il en est de même de l’unification du marché des biens symboliques : elle est affaire de degré.

13Reste que tout État fonctionnel « habite » les populations qu’il régit. Si l’on retrouve chez Bourdieu l’opposition entre solidarité mécanique (le village béarnais) et solidarité organique (le Paris de Flaubert), l’auteur de La Distinction ne reprend pas à son compte l’idée durkheimienne de la transition de la conscience collective à la division du travail social comme principe d’intégration. C’est même l’inverse : plus que jamais, dans les sociétés avancées, c’est l’inculcation de schèmes communs de perception et d’appréciation par l’État national (à travers son système d’enseignement) qui effectue la coordination des pensées, des désirs et des comportements. Mais n’est-ce pas justement ce qui est en train de se défaire sous nos yeux à l’ère des espaces fragmentés, urbains et autres, que produit le capitalisme néolibéral planétarisé ?

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P. (1980), « Le mort saisit le vif », Actes de la recherche en sciences sociales, 32, p. 3-14.

Bourdieu, P. (1984) « Espace social et genèse des “classes” », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, p. 3-14.

Bourdieu, P. (1987), « Espace social et pouvoir symbolique », Choses dites, Paris, Minuit.

Bourdieu, P. (1993), « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, 96, p. 49-62.

Bourdieu, P. (1997), « De la maison du roi à la raison d’État », Actes de la recherche en sciences sociales, 118, p. 55-68.

Bourdieu, P. (2011), « Champ du pouvoir et division du travail de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, 190, p. 126-139.

Bourdieu, P. (2012), Sur l’État. Cours au collège de France (1989-1992), Paris, Seuil/Raisons d’agir.

Bourdieu, P. (2015), Sociologie générale. Vol. 1. Cours au Collège de France, 1982-1985, Paris, Seuil/Raisons d’agir.

Bourdieu, P. (2021), Microcosmes. Théorie des champs, Paris, Raisons d’agir.

Clark, Peter (dir.) (2013), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford, Oxford University Press.

Collet, A. (2015), Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte.

Elguezabal, E. (2015), Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lefebvre, H. (2000), La Production de l’espace, Paris, Anthropos, [4e éd.].

Storper, M. et Scott, A. J. (2016), « Current debates in urban theory: A critical assessment ». Urban Studies, 53, 6, p. 1114-1136.

Poupeau, F. (2021), Altiplano. Fragments d’une révolution (Bolivie 1999-2019), Paris, Raisons d’agir.

Tuğal, C. (2021), « Urban symbolic violence re‐made: religion, politics and spatial struggles in Istanbul », International Journal of Urban and Regional Research, 45, 1, p. 154-163.

Wacquant, L. (2023), Misère de l’ethnographie de la misère, Paris, Raisons d’agir.

Wacquant, L. et Akçaoğlu, A. (2017), « Practice and symbolic power in Bourdieu: The view from Berkeley », Journal of Classical Sociology, 17, 1, p. 55-69.

Wirth, L. (1938), « Urbanism as a Way of Life », American Journal of Sociology, 44, 1, p. 1-24.

Haut de page

Notes

1 Pour un panorama états-uno états-unien qui saisit cette diversité contemporaine, voir Storper et Scott (2016).

2 Un argument de l’ouvrage qui me tient à cœur à cet endroit est que cette contestation est double : elle oppose d’une part les tenants des différentes espèces de capital entre eux, lutte que Bourdieu (2011) capture avec son concept de champ du pouvoir, qui retient toute son attention ; et, de l’autre, entre ceux qui possèdent du capital et ceux qui en sont dépourvus (dont une expression pratique est ce qu’on appelle communément les « mouvements sociaux »), lutte que Bourdieu néglige.

3 Anaïs Collet (2015) le montre bien dans son étude sur les « gentrifieurs » de Lyon et Montreuil.

4 Ma traduction à partir de l’anglais : « social space is the space of everyday life, where social relations are enacted, identities are constructed, and power is exercised ».

5 Le texte essentiel sur ce point est la leçon de Francfort de 1983 intitulée « Espace social et genèse des “classes” » (Bourdieu, 1984) suivi de près de la leçon de San Diego de 1986 (plus abordable pour les novices) intitulée « Espace social et pouvoir symbolique » (reprise dans Choses dites, Bourdieu, 1987).

6 L’habitus n’est rien d’autre que l’inscription au tréfonds de l’organisme des divisions établies par le pouvoir symbolique.

7 C’est la preuve que l’on peut avoir raison sur un point précis tout en ayant tout faux sur l’essentiel : l’École de Chicago se fourvoie d’emblée dans un naturalisme biotique qui est la négation même de l’historicisme qui sous-tend nécessairement la pensée sociologique.

8 Il est révélateur que le gros tome indispensable de Peter Clark (2013), The Handbook of Cities in World History, ne contienne pas de chapitre sur l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Wacquant, « Bourdieu de ville et Bourdieu des champs »Métropoles [En ligne], 34 | 2024, mis en ligne le 07 juin 2024, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/10910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11tz2

Haut de page

Auteur

Loïc Wacquant

Université de Californie, Berkeley, Centre européen de sociologie de science politique, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search