Navigation – Plan du site

Consignes aux auteurs

1. Consignes générales

Envoyer la proposition d’article à : revue.metropoles@gmail.com

L'auteur recevra en retour une confirmation de la prise en charge de l'article par la revue et du début du processus d'évaluation. Le rapport d'évaluation rassemblant les expertises sera ainsi directement envoyé à l'auteur par le secrétaire de rédaction dans un délai de 3 mois suivant la réception de l'article.

Les manuscrits ne seront pas retournés à leurs auteurs. La revue accepte et publie des articles en français et en anglais. Elle accepte également des articles rédigés en allemand, espagnol et italien. Les versions finales des articles acceptés pour publication devront être traduites en français ou en anglais par leurs auteurs.

Chaque article sera soumis à l’évaluation de deux ou trois personnes (le cas échéant) compétentes dans le domaine, membres ou non du comité scientifique.

1.1. Éléments à fournir avec le texte

  • Le nom et le prénom de l’auteur, son institution générale de rattachement (université, institut, etc.), son rattachement particulier le cas échéant (équipe, labo) et pour les auteurs étrangers la localisation de leur institution (ex. UNIGE, Suisse)

  • courriel de contact

  • attestation des droits concernant les illustrations (le cas échéant)

  • fichier texte et images (le cas échéant)

  • autorisation de publication avec adresse postale de contact (sera demandée le cas échéant ultérieurement par le secrétariat de rédaction

  • la traduction en anglais du titre et du sous-titre éventuel

  • un résumé en français et en anglais de 8 à 15 lignes

  • 5 mots-clés en français et 5 en anglais

1.2. Présentation du texte de l’article

  • Les textes seront soumis en version électronique. Ils seront saisis en double interligne. Ils comprendront entre 8 000 et 10 000 mots, bibliographie incluse.

  • Les fichiers images sont à insérer au sein du texte et à fournir également à part ; voir ci-après 1.2.3. « Illustrations et schémas »

  • Numéroter les titres et sous-titres selon la numérotation internationale (1. ; 1.1. ; 1.2., etc.).

  • Pas d’appel de note dans le titre de l’article

  • Pas de références courtes et pas d’appels de note dans les résumés

  • Réduire au maximum les notes de bas de page.

  • Pas d’utilisation du gras et du souligné sauf exception scientifiquement incontournable (transcription linguistique, etc.)

Corps de texte

Les auteurs doivent rédiger leur texte uniquement en minuscules avec le minimum d’effets de mise en page.

  • Toute référence courte doit figurer en bibliographie finale (voir les consignes bibliographiques dans la partie 2.).

  • Toute citation longue doit faire l'objet d'une assurance de droits de reproduction, aucun appel de note ne doit être « orphelin ».

  • Les URL citées doivent être soigneusement vérifiées et une date de consultation indiquée.

  • Toute présentation d'un passage de texte « hors normes » (polices, mise en page particulière) devra être fournie en image de préférence ou sera susceptible d'être transformée en image par nos soins.

  • Introduire les citations par des guillemets français « ... » (le texte de la citation est composé en romain et non pas en italique) ; dans le cas d’une citation de deuxième niveau (« citation dans la citation »), utiliser les guillemets anglais (“...”). Pour les citations extraites, ne pas mettre de guillemets.

  • N’utiliser l’italique que pour les transcriptions (d’entretiens, etc.)

  • Marquer par des italiques les mots ou expressions que l’on souhaite mettre en valeur. Le soulignement comme le gras sont à proscrire.

  • Pour les règles typographiques se reporter à la partie 3.

Tableaux

  • titre de tableau court

  • pas d’appels de note dans les titres de tableaux

  • pas d’images dans les cellules des tableaux

  • pas de texte vertical

Illustrations et schémas

  • Les droits des illustrations et schémas doivent obtenus par l'auteur qui doit en fournir la preuve (courrier, courriel, acquittement des droits éventuels par l’auteur). Les indications concernant les sources et les droits doivent être fournies en légende de l’illustration ou du schéma.

  • Numérisation à fournir digitalisée à 300 dpi de résolution, dimensions : largeur minimum 1 200 pixels (le format souhaité est .jpg).

  • Titre d'illustration ou de schéma court exigé.

  • Pas d’appels de note dans les titres d’illustrations ou dans les illustrations, le cas échéant traiter ce besoin en compléments de légende.

2. Consignes bibliographiques

L’information indiquée dans la référence bibliographique doit être transcrite comme elle se présente dans la source. Les détails de forme tels que l’emploi des majuscules, la ponctuation ne sont pas nécessairement reproduits dans la transcription.

2.1. Citer une référence

La méthode utilisée est celle du premier élément (ou référence courte)

On indique dans le corps du texte, et entre parenthèses, une référence bibliographique abrégée, comportant, séparés par une virgule :

  • le nom du ou des auteur(s) ;

  • la date de l’édition consultée ;

  • éventuellement le(s) numéro(s) de page(s).

Cette référence réduite renvoie à la référence complète localisée en bibliographie à la fin de l’article.

(Authier, Bacqué et Guérin-Pace, 2007) pour [en bibliographie finale] : Authier, J.-Y., Bacqué, M.-H. et Guérin- Pace, F. (dir.) (2007), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte.

Si plus de trois auteurs on ne cite que le premier auteur puis la mention « et al.» en italiques.

Références disséminées dans le texte : lorsque la bibliographie présente deux ouvrages du même auteur édités la même année, on distingue ces ouvrages en utilisant les lettres a, b, c, etc., placées derrière l’année. Ainsi, la citation « 1970a » renvoie au premier ouvrage de l’auteur, paru en 1970 et la citation « 1970b » au second ouvrage édité cette même année, selon l’ordre de présentation dans la bibliographie finale.

2.2. Présenter la bibliographie

La bibliographie est présentée dans l’ordre alphabétique des auteurs (ou des titres d’anonymes). Elle est placée dans l’article après la signature de l’auteur et avant les annexes.

Les références bibliographiques finales sont toujours classées par ordre alphabétique d’auteur et toujours selon les schémas généraux ci-dessous indiqués, ponctuation comprise : cette ponctuation obéit principalement à l’exigence de séparation des éléments de la référence.

L’éditeur, l’année d’édition, a fortiori les pages indiquées sont naturellement celles et ceux du document effectivement utilisé par l’auteur. Il ne s’agit donc pas nécessairement d’une première édition. En ce cas, il convient d’indiquer la date de la première édition entre crochets.

Le schéma de présentation correspond à la méthode du « premier élément » : l’année d’édition est mentionnée entre parenthèses juste après les nom et prénom de l’auteur.

La ville d’édition est toujours mentionnée avant la maison d’édition.

Monographies

Badie, B. (1995), La fin des territoires, Paris, Fayard.

On emploie la virgule entre deux auteurs.

Bagnasco, A., Le Galès, P. (dir.) (1997), Villes en Europe, Paris, La Découverte.

Contributions à des ouvrages collectifs

Hamel, P. (1997), « Démocratie locale et gouvernementalité : portée et limites des innovations institutionnelles en matière de débat public », Ces réseaux qui nous gouvernent, M. Gariépy, et M. Marié, M. (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 403-423.

Pour « ouvrage dirigé par » ou « sous la direction de » : écrire « dir. »

Communication à un colloque, congrès ou séminaire

Martin, E. (1996), « Subsidiarité et dynamiques métropolitaines », Communication au Cinquième Congrès de l’Association française de science politique, Fondation nationale des sciences politiques, Aix-en-Provence, 23- 26 avril.

Rapport ou recherche

Martin, J. (2003), Renouvellement urbain et technologies de l’information et de la communication : une comparaison Lyon - Montréal, Université Lyon II, Laboratoire CERS, Rapport de recherche pour le compte du Centre de veille et de prospective scientifique, Vaulx-en-Velin.

Mémoire d’étudiant (master, doctorat)

Molin, J.-L. (1996), Lyon, la métropole déploie ses ailes à nouveau, thèse de doctorat, Sciences économiques, Lyon, Université Lyon 2.

Articles de périodiques

Andrew, C. (2000), « The Shame of (Ignoring) the Cities », Revue d’études canadiennes, 35, 4, p. 100-114.

Documents électroniques

Les références aux documents électroniques s’inspirent des schémas présentés ci-dessus selon qu’il s’agit d’une monographie ou d’un article de périodique. En lieu et place de « l’adresse bibliographique » (Lieu d’édition : maison édition, année), on indique la mention « En ligne : l’adresse électronique précise (et complète) entre chevrons et, entre parenthèses, la date de dernière consultation du document.

Martin, B. (2004), Gouvernance et décentralisation : les masques tombent enfin, EspacesTemps.net, <http://espacestemps.net/document522.html> (consulté le 17 janvier 2004)

Quand il s’agit d’un document imprimé accessible par voie électronique, un document PDF par exemple, on indique les références usuelles, en ajoutant son importance matérielle (nombre de pages) ainsi que les mentions évoquées ci-dessus.

3. Règles et usages typographiques

3.1. Règles typographiques

ENS Éditions recommande pour l’essentiel les usages typographiques proposés par le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 2002.

3.2. Majuscules

Éviter l’usage intempestif des majuscules. L’utilisation des majuscules doit être conforme à l’usage de la langue ou de l’écriture dans laquelle l’information est donnée. Il convient donc d’éviter de reproduire littéralement les typographies utilisées sur les pages de titre des documents, à l’exception des langues utilisant les majuscules (anglais et allemand). Ainsi, ne prennent pas de majuscule (en français) les noms de mois, de jours, comme les titres sociaux – professeur, ministre, président – ou les institutions dans leur désignation factuelle – conseil général, université, rectorat, académie.

On écrit : ministère de l’Éducation nationale. Précisons que l’Académie comme l’Institut désignent respectivement l’Académie française et l’Institut de France qui abrite celle-ci.

Pour les noms d’organismes, de laboratoires, de centres de recherches, etc., on ne met en capitale que la première lettre du sigle sous-entendu : Centre national de la recherche scientifique / Laboratoire d’anthropologie sociale / Centre de recherches en éducation de Nantes.

Les lettres accentuées doivent conserver un accent lorsqu’elles sont en capitales : À, Â, É, È, Ê, Î, Ô, Û... Nous optons pour Internet et Web, avec une capitale initiale.

Les sigles sont écrits sans les points : CNRS.

3.3. Nombres

Abréviations des nombres ordinaux

On abrège premier/première, deuxième/second(e), troisième, etc., de la manière suivante : 1er/1re, 2e/2nd/2de, 3e (et non 1ère, 2ème, 3ème).

Rappelons également que 1o, 2 o, 3 o ... sont les abréviations de primo, secundo, tertio. Pour écrire « numéro » en abrégé, utiliser la lettre minuscule « o » placée en exposant et non un zéro.

On proscrit aussi la répétition des signes ou des lettres pour indiquer la pluralité : § 5et 6 (et non §§ 5et 6) ; p. 8-17 (et non pp. 8-17).

Siècles, années et chiffres

On compose en chiffres romains et capitales les numéros des siècles, la lettre « e » en exposant : « XXsiècle » et non « 20e siècle ».

Le mot siècle prend une capitale initiale dans les expressions telles que : le Grand Siècle, le Siècle des Lumières, le Siècle des philosophes, etc.

Les décennies sont écrites en toutes lettres : les années quatre-vingt (et non les années 80).

Les nombres se composent en toutes lettres sauf dans le cas où l’on énonce des résultats de compte ou de statistiques.

Consignes spécifiques aux auteurs de recensions

La revue en ligne Métropoles publie deux numéros par an, qui accueillent chacun des recensions d’ouvrages académiques en lien avec son objet : le fait urbain et métropolitain, tel qu’il est abordé dans différentes disciplines (géographie, sociologie, science politique, économie politique, urbanisme et aménagement). Ces recensions peuvent être publiées en français ou en anglais. La revue publie trois types de recensions :

  • Recension d’un ouvrage

  • Recension croisée de plusieurs ouvrages (2 à 3)

  • Symposium autour d’un ouvrage

Les auteur.e.s sont vivement encouragées à engager une discussion critique des ouvrages recensés, au-delà du seul résumé, à partir de leurs propres recherches et des débats en cours. À cet effet, les recensions pourront suivre le plan type suivant :

  1. Présentation et mise en contexte de l’ouvrage et de l’auteur

  2. Objet et thèse de l’ouvrage

  3. Résumé des principaux arguments et/ou des chapitres

  4. Contribution(s) de l’ouvrage

  5. Discussion critique

  6. Conclusion succincte

À la suite de l’acceptation de la proposition de recension, les éditeurs de la rubrique (cf. contacts) procèdent à une relecture croisée, suggèrent d’éventuelles modifications, avant transmission au secrétariat de rédaction pour publication.

Contacts : Félix Adisson (felix.adisson@enpc.fr) et Antoine Guironnet (antoine.guironnet@enpc.fr)

Format : 8000 à 15 000 signes

Style : se référer aux normes éditoriales de la revue.

  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals