Navigation – Plan du site
Dossier

Mise en ordre néolibérale de l’espace et fabrication de « bons commerçants » au Cap et Quito : le commerce « de moins en moins dans la rue »

Out of place, out of the street? Reordering urban space and the reshaping of “good” traders in neoliberalizing Cape Town and Quito
Marianne Morange et Aurélie Quentin

Résumés

Dans les centres-villes de Quito (Equateur) et du Cap (Afrique du Sud), on observe des dynamiques convergentes de régularisation du commerce de rue. Ces dernières sont liées à l’affirmation d’agendas entrepreneuriaux, fondés notamment sur des programmes de régénération urbaine. Ces processus sont interprétés par la littérature critique néomarxiste comme l’un des effets de la néolibéralisation des politiques urbaines et ils sont analysés en termes de rapports de forces et de conflits ou de domination. S’inspirant des approches foucaldiennes du pouvoir et d’une lecture foucaldienne de la néolibéralisation comme gouvernementalité, ce texte propose de décaler la perspective sur les processus de pouvoir à l’œuvre dans ces opérations en s’intéressant non pas à la violence qui est faite aux commerçants au moment du conflit, mais à la mise en ordre des pratiques et des représentations dans le moment post-déplacement. A travers la promotion des dispositifs techniques du « marché » et du « mall », leurs pratiques, leurs valeurs entrepreneuriales et la représentation qu’ils se font d’eux-mêmes s’ajustent, se transforment et se recalent dans le sens d’une conformation au projet entrepreneurial municipal, ainsi qu’à la place qui leur est assignée dans ce projet. L’article analyse la manière dont cet alignement opère, par le biais d’une discipline spatiale, d’un encadrement social et d’une bureaucratisation des pratiques. Puis il discute du sens et des effets ambivalents de ce processus qui produit à la fois de la conformation et de la transgression, une forme de responsabilisation individuelle et certaines attentes vis-à-vis de l’Etat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous laissons de côté la question de la régulation de l’ambulantage, figure presque opposée à celle (...)

1Dans de nombreuses villes du Sud, le commerce de rue fait l’objet de mesures de régularisation renforcées, destinées à le rendre moins visible ou plus « ordonné » dans les centres-villes et, plus largement, dans les espaces « vitrines » de la mondialisation (Bénit et Gervais-Lambony, 2003). En encasernant le commerce informel dans des marchés couverts ou en redéfinissant les conditions de son maintien dans l’espace public, sous la forme de marchés en plein air, les gouvernements locaux affirment que le commerce informel a certes une place en ville, mais que cette dernière est de moins en moins dans la rue1. A Quito (Equateur), c’est la figure du centre commercial populaire (le « mall ») dont la gestion est déléguée aux commerçants qui a été retenue, en lien avec une stratégie de modernisation qui correspond à une recherche de compétitivité internationale. A Cape Town (Afrique du Sud), une ville bien ancrée dans la globalisation économique, le commerce de rue est confiné dans des marchés municipaux de plein air (street markets) dans le cadre d’une stratégie métropolitaine d’accumulation immobilière qui a transfiguré le Central Business District (CBD) en une décennie (McDonald, 2008 ; Dubresson, 2008).

2La littérature d’inspiration néomarxiste interprète les processus d’expulsion des vendeurs de rue, des mendiants, des sans-abri ou des enfants des rues de ces espaces vitrines comme une conséquence de la néolibéralisation des politiques urbaines. Elle insiste sur les effets d’exclusion produits par les stratégies entrepreneuriales de régénération urbaine et de construction de la compétitivité métropolitaine, ainsi que sur leur violence (Harvey 2008, 2012). Les relectures contemporaines des textes de Lefèbvre (1968) sur le droit à la ville (Brenner et al, 2009) constituent un pan important de cette littérature, qui privilégie une certaine conception du pouvoir comme capacité de gouvernement. Cette approche éclaire bien les effets de coercition, de répression et de nettoyage brutal des espaces centraux commodifiés car elle s’intéresse à ceux qui ont dû partir, aux expulsés, ainsi qu’aux effets économiquement négatifs de la régularisation pour ceux qui sont restés.

  • 2 Nous employons ici cette expression pour désigner le processus de construction d’une figure sociale (...)

3Or, dans les contextes de démocratisation récente qui caractérisent Le Cap et Quito, ces politiques entrepreneuriales ont certes un caractère violent et coercitif mais elles reposent aussi sur la reconnaissance, certes très sélective et limitée, de droits pour les commerçants. A travers ce marchandage politique, qui passe en général par des procédures participatives, sont remises en travail des figures de la respectabilité sociale qui contribuent à construire une certaine image de ce que doit être un « bon commerçant »2, c’est-à-dire un commerçant dont les pratiques sont jugées acceptables et bienvenues dans un centre-ville moderne régénéré. Une approche foucaldienne du pouvoir permet de rendre compte de ce qui se joue dans ces processus de reconnaissance sélective, en envisageant la néolibéralisation comme un processus de transformation des rationalités de gouvernement et de gouvernement des conduites citadines, c’est-à-dire de gouvernementalité, plus que de réforme institutionnelle ou d’intention politique (Foucault, 2004).

4S’appuyant sur cette approche, ce texte propose de mettre en regard les cas de Quito et du Cap afin de questionner empiriquement cette transformation dans ces contextes de démocratisation. Notre objectif n’est pas d’expliquer les raisons de l’adhésion volontaire ou forcée des commerçants à ce processus de régularisation, mais de décrire ses effets sur la manière dont ces derniers envisagent leur place en ville. La discussion ne porte donc pas sur les processus de régularisation, des mécanismes qui sont bien documentés, mais sur leurs effets sur les subjectivités et sur la manière dont se reconstruit au quotidien, jour après jour, une dizaine d’années après la régularisation, un certain ordre social et spatial que les commerçants contribuent à mettre en œuvre. Le but de cet article n’est donc pas d’interroger l’objectif de ces programmes de régularisation (sécurisation de la tenure, soutien à l’entrepreneuriat populaire, autant de processus qui renvoient à la sphère matérielle de la transformation économique et sociale), ni de les évaluer, mais de mettre en lumière certains de leurs effets à un autre niveau : en termes de subjectivation, de construction de sujets de gouvernement.

  • 3 Pour des raisons de place, la richesse du matériau empirique collecté pendant ces enquêtes à caract (...)

5Pour ce faire, nous avons mobilisé un dispositif méthodologique d’observation non participante et d’entretiens semi-directifs ou libres avec les commerçants (20 au Cap, 15 à Quito), dans deux marchés du centre-ville : le Greenmarket Square au Cap et le centre commercial populaire (CCP) Granada à Quito. Ces marchés ont été choisis car ils sont emblématiques des efforts de régénération urbaine, de patrimonialisation et de remise en ordre que nous observons dans ces villes depuis 15 ans. Dans le premier cas, la régularisation a eu lieu in situ, et les commerçants travaillent sur une place publique. Dans le second, les commerçants ont dû quitter la rue pour rejoindre des marchés fermés aménagés à proximité immédiate, dont le CCP Granada. Dans ce dernier cas, le déplacement a été négocié collectivement et aucun commerçant n’a été exclu du processus. Au Cap, les commerçants du Greenmarket Square ont pu rester sur place, mais 20% d’entre eux (les plus précaires) ont dû partir car le nombre de stands a été réduit. Ceux qui sont restés ont gagné une forme de sécurité, en devenant des commerçants patentés dans un marché régularisé. Les deux processus documentés ici ne sont donc pas identiques, mais nous ne cherchons pas à démontrer une convergence de trajectoire entre eux. Nous souhaitons les mettre en regard pour questionner la manière dont des commerçants de rue font l’expérience d’une forme d’assignation à la conformité sociale et spatiale, à la suite d’une régularisation. Il s’agit de tester l’hypothèse selon laquelle ce processus participe des progrès de la néolibéralisation en contexte de démocratisation. Les entretiens ont été menés sur les marchés, sans échantillonnage à caractère statistique, en fonctionnant selon le principe de saturation de l’information et en variant les points de vue : migrants internationaux et ressortissants nationaux, femmes et hommes, personnes jeunes et âgées3.

6La première partie de cet article discute des liens entre néolibéralisation et mise en ordre du commerce de rue. Au-delà d’une présentation des éléments de contexte nécessaires à la mise en regard des deux études de cas, nous présentons les spécificités des trajectoires entrepreneuriales de ces deux villes et des modes de gouvernement différenciés du commerce de rue qui en résultent. Puis nous exposons les résultats de nos enquêtes de terrain. Elles montrent une forme d’alignement de l’ethos entrepreneurial individuel et collectif des commerçants sur le projet urbain du gouvernement local. Cet alignement opère par le biais d’une discipline spatiale, d’un encadrement social et d’un processus de bureaucratisation. Ces trois points sont abordés successivement dans la deuxième partie de l’article. Dans la troisième partie, nous discutons de l’ambivalence et des limites de ce processus d’alignement, qui prend parfois des directions inattendues.

1. Régularisation du commerce de rue et néolibéralisation : stratégie d’exclusion spatiale ou processus de gouvernementalité ?

Le commerce de rue à l’heure de la néolibéralisation

7Les assauts des gouvernements locaux contre le commerce de rue ne sont pas nouveaux. Dans les villes du Sud global en particulier, ils remontent à la période coloniale et à l’invention d’une ville moderne. Ils ont néanmoins tendance à se multiplier actuellement dans les espaces centraux où l’on assiste à un renforcement, une synchronisation et une convergence de ces politiques. Cela conduit certains auteurs à parler d’une « mise en ordre néolibérale de l’espace public » (Steck et al., 2013) car ces politiques semblent désormais de plus en plus liées à la recherche de compétitivité globale et à la diffusion accélérée dans ces villes des principes et instruments de l’urbanisme entrepreneurial (Harvey, 1989).

8En d’autres termes, au-delà des effets de continuité dans les pratiques de gouvernement, la remise en ordre du commerce de rue dans ces territoires urbains reflèterait désormais peut-être moins un souci néohygiéniste moderniste qu’un désir de contrôler l’espace en tant que ressource économique et que bien marchandisable. Dans ce cadre, la représentation de l’informel par les gouvernements locaux reste négative et les outils techniques évoluent peu, mais la répression se renforce et devient plus systématique et globale. Une certaine littérature d’inspiration néomarxiste propose ainsi de relier néolibéralisation et commerce de rue (Graaff et Ha, 2015). Elle aborde la question du gouvernement du commerce de rue à travers les thèmes du conflit, de la violence, du déguerpissement, du nettoyage de l’espace public ou de la résistance politique (voir par exemple Cross, 1998 ; Crossa, 2009 pour des exemples latino-américains où les mobilisations politiques sont parfois fortes). Elle n’envisage souvent le rôle des pratiques citadines dans le processus de néolibéralisation qu’à travers le binôme analytique contestation politique / victimisation.

Spécificité des contextes de démocratisation et intérêt d’une lecture foucaldienne

9Dans les villes qui nous concernent, les gouvernements locaux ne se contentent pas de juguler l’informalité. Ils répriment certes l’informalité en tant que forme de libéralisme économique qu’ils jugent incompatible avec l’ordre urbain néolibéral, mais ils régulent et encadrent aussi les activités qu’ils jugent acceptables. Ils leur aménagent ainsi une place dans le projet urbain entrepreneurial en créant des CCP et des street markets. En outre, dans ces villes, la démocratisation favorise la construction de processus participatifs et la recherche du consensus politique, ce qui désamorce l’expression d’une résistance ou d’une contestation politique forte. Le contrôle du commerce de rue dans les centres-villes régénérés ne repose donc plus essentiellement sur la répression et la chasse aux vendeurs par les polices municipales, mais davantage sur une assignation à occuper une place sociale et spatiale.

10Certes, ces politiques fragilisent les petits entrepreneurs : elles rompent les liens qu’ils avaient établis souvent de longue date avec leurs clientèles ; elles leur interdisent l’accès aux carrefours et flux stratégiques de l’espace urbain (Monnet et al., 2007) ; elles leur imposent un ajustement difficile de leurs pratiques commerciales qu’ils contestent parfois. Il ne s’agit pas ici de nier la réalité de ces processus, mais de comprendre comment la régularisation influence la manière dont les commerçants touchés par la régularisation envisagent et réinventent leur place en ville dans ce contexte de néolibéralisation. En intégrant un marché, le commerçant endosse le rôle qui lui est assigné dans la société et dans l’économie urbaine en échange d’une forme d’inclusion dans le projet entrepreneurial du gouvernement local. Il accède à la sécurité de la tenure qui le protège contre la menace d’arbitraire et de violence étatique. En même temps, à travers la structure spatiale et sociale du marché ou du CCP, c’est son statut social qui se modifie en fonction de sa propension à œuvrer à cette inclusion. Les nouvelles règles du jeu de l’informalité commerciale émanant des gouvernements locaux sont ainsi appropriées et mises en œuvre par les commerçants.

11Le rapport des commerçants à la régularisation dont ils font l’objet est ambivalent : ils la subissent, la dénoncent mais l’opérationnalisent dans les faits. Leur conformation sociale et spatiale est faite d’un mélange de passivité, de résistance, d’obéissance et d’agencéité. Cela invite à s’intéresser aux effets de subjectivation, à la modification du rapport entre Etat local et citadin produits par la néolibéralisation des politiques urbaines, et non plus seulement à l’exclusion, mais aussi aux effets de l’inclusion sélective. Nous inspirant des apports des approches foucaldiennes sur la néolibéralisation et le pouvoir (Morange, 2016), nous proposons d’observer ces tensions. Il s’agit moins de qualifier une rupture néolibérale en matière de pratiques de gouvernement, ce que seule l’étude de leur généalogie dans le temps long permettrait de faire, que d’aborder empiriquement cette gouvernementalité néolibérale dans des contextes de démocratisation récente.

Le Cap et Quito : deux trajectoires entrepreneuriales contrastées de régénération urbaine

12La tension entre répression, menace et tentative d’enrôlement est ancienne en matière de commerce de rue. Le degré de coercition, ainsi que les équilibres entre incitation, contrainte et construction d’une capacité de conformation chez les commerçants varient de manière considérable selon les villes. Ils sont en partie dépendants de la spécificité de trajectoires néolibérales locales que l’on peut lire en termes de « actually existing neoliberalism » (Brenner et Theodore, 2002), comme autant de formes d’accommodement à des demandes de justice sociale et des impératifs de développement local différenciés.

13En Equateur, le processus de modernisation municipale commence dans les années 1990 avec la deuxième vague de l’ajustement structurel qui passe par la décentralisation dans le cadre de la réforme de l’Etat. Il se traduit notamment par une politique de mise en valeur du centre historique de la capitale (premier ensemble urbain classé par l’UNESCO en 1978) qui vise à maintenir son caractère populaire en termes de peuplement et d’activités. La transformation du centre est donc un élément important de la politique historiquement progressiste de la municipalité. Au Cap, la transformation du CBD s’accélère à la fin des années 1990, avec la création d’un gouvernement métropolitain postapartheid dont la mission est d’engager la redistribution économique, la lutte contre les inégalités et la pauvreté urbaine. Cette politique s’appuie sur des instruments de planification urbaine stratégique bien connus : une zone franche urbaine et des City Improvement Districts. Il en résulte une régénération urbaine agressive (Pirie, 2007 ; Dewar, 2004) qui a été décrite comme un processus relevant de « l’urbanisation du néolibéralisme » (Miraftab, 2007 ; Dubresson, 2008 ; Didier et al., 2009).

  • 4 Les acteurs institutionnels chargés du projet sont unanimes sur le caractère exemplaire de cette ex (...)

14Dans les deux cas, l’accent est mis sur la sécurité et la propreté, la patrimonialisation, ainsi que sur la revitalisation de l’espace public, notamment en vue d’attirer le tourisme et les investissements, ce qui implique de régulariser le commerce de rue. Dans les deux cas, la réponse publique au « problème » du commerce de rue est territorialisée : la tolérance varie selon l’endroit où l’on se trouve en ville. Les CBD et centres anciens sont considérés comme des territoires d’exception, à protéger tout particulièrement dans le cadre de leur mise en vitrine. Le fantasme de contrôle des pratiques commerciales dans l’espace public central est appuyé sur la taille réduite des centres-villes qui comptent environ 50 000 habitants chacun. Au Cap, le gouvernement local réaffirme sa souveraineté sur le contrôle de l’espace public à travers un virage réglementaire : vote d’une politique métropolitaine (2004), d’un arrêté municipal (2009) sur le commerce de rue, puis multiplication des plans de zonage réglementant cette activité. A Quito, le cadre réglementaire mis en place par la municipalité au début des années 2000 vise à vider les rues et à empêcher les commerçants d’y revenir. Cet objectif a été atteint après un processus long et difficile, mais jugé « réussi », voire exemplaire, par ses instigateurs4.

Deux trajectoires de « mise en marché » du commerce informel

15Dans les deux cas, la régularisation repose sur la figure technique du marché, outil de planification spatiale utilisé depuis la période coloniale pour endiguer les progrès du commerce de rue dans nombre de villes et cela, sur les deux continents. Au Cap, le gouvernement local a ainsi restreint le commerce dit « informel » à des marchés municipaux de plein air, refusant d’investir dans des infrastructures pérennes : il privilégie la figure gestionnaire du street market pour encadrer le commerce de rue. A Quito, la gestion du commerce de rue est historiquement dominée par la figure du marché couvert souvent construit et géré par la municipalité. Depuis 2012, cette gestion est rationalisée à travers le « systema integrado de comercialización », orchestré par une agence municipale et articulé autour de trois dispositifs : les marchés alimentaires de détail et de gros (municipaux), les centres commerciaux populaires (aménagés par la mairie pour dégager le centre historique, mais appartenant aux commerçants) et l’encadrement réglementaire des vendeurs ambulants. Dans les deux villes, les marchés constituent donc des points d’appui importants de la stratégie de mise en tourisme et de patrimonialisation des espaces centraux coloniaux.

16Cependant, les processus de régularisation renvoient à des figures nuancées de la notion d’entrepreneuriat populaire : plus sociale à Quito, où la stratégie de modernisation du centre-ville s’affiche comme progressiste à travers l’offre d’une infrastructure urbaine à caractère autant social qu’économique ; plus caritative et développementale au Cap (Didier et al., 2013) où l’entrepreneuriat urbain et l’agenda néolibéral local sont plus agressifs et où la régularisation in situ apparaît comme une forme d’accommodement de l’informalité, désormais reconnue comme structurelle et comme une solution au chômage massif.

Présentation des études de cas : le Greenmarket Square et le CCP Granada

17Créé à la fin des années 1990, dans une période d’ouverture migratoire, le marché du Greenmarket Square est une icône touristique. Il figure dans les guides, sur les sites Internet du Cape Town Partnership (l’agence de régénération du centre-ville), ainsi que sur les panneaux publicitaires à l’aéroport. C’est un marché de petite taille (200 étals) et non permanent (les structures métalliques sont montées et démontées matin et soir par les commerçants), mais qui pose problème au gouvernement local car il est installé sur l’une des plus anciennes places publiques de la ville, entourée d’immeubles classés. Il existe donc une tension entre désir de formaliser ce marché et refus de le pérenniser. Entre 2007 et 2009, alors que la Ville reprenait en main tout le commerce de rue dans le centre, il a été restructuré et légèrement réduit (20 stands en moins) : la place avait été choisie pour accueillir un FIFA fan park durant la coupe du monde et les commerçants furent menacés de déplacement. Un processus de consultation publique leur a permis de demeurer sur place, au prix d’une formalisation accrue de leur activité (Morange, 2015) : instauration d’un système de permis individuels et annulation du bail accordé en 1993 par la Ville à Badih Chabaan, un sulfureux conseiller municipal, pour gérer ce marché ; division parfois par trois du montant des droits à commercer ; suppression de 20% des étals, réduction de la taille des stands, mise au carré… Les emplacements sont convoités sur ce marché, très renommé et bien situé. Le turn over est donc faible : les 20 commerçants interrogés y avaient passé en moyenne 10 ans et certains y travaillaient depuis les années 1990 ; tous sauf un avaient connu « l’ère Chabaan ». Le Greenmarket Square constitue, de l’aveu même du responsable de la Branche municipale pour le développement économique, un laboratoire de la création de modèles de mise en ordre pacifiée du commerce informel au centre-ville du Cap.

  • 5 Les medias et la ville parlent de « Centros Comerciales del Ahorro » (CCA) pour mettre l’accent sur (...)
  • 6 L’urgence étant de les sortir de la rue, les commerçants ont tous été déplacés dans les CCA en bloc (...)

18A Quito, le CCP Granada est l’un des 8 CCP5 créés en 2003 pour accueillir les quelques 6 000 commerçants qui s’étaient installés de manière permanente dans les rues les plus centrales du centre historique depuis les années 1960. Cette relocalisation visant à libérer les rues « envahies » par les commerçants est l’aboutissement d’un processus de négociation long et tumultueux (Moreira, 2000), engagé en 1994 sous l’impulsion d’un projet financé par la Banque Interaméricaine de Développement (BID) de « réhabilitation intégrale » de l’aire historique. L’« encombrement » des rues pose d’importants problèmes de circulation, d’hygiène, de dégradation du bâti ancien classé et de sécurité qui sont régulièrement dénoncés par la municipalité, les médias et les riverains. La transformation opérée par le déplacement est impressionnante et la méthode non coercitive adoptée par la municipalité, bien documentée (Middelton, 2003 ; Ferragut, 2009 ; Cueva Ortiz, 2010). Elle a été érigée en modèle pour d’autres métropoles de la région et joue le rôle de contre-modèle par rapport à des expériences violentes comme celle de Lima (Stamm, 2011). Le centre commercial Granada, aménagé dans un ancien théâtre en plein cœur du centre historique, à proximité immédiate des anciens lieux de vente, abrite 430 vendeurs qui appartenaient tous à une même association nommée « El Salvador » quand ils étaient dans la rue. Presque tous (415) ont finalisé leur processus de régularisation6 et sont devenus légalement propriétaires de leur local, pour un prix d’achat modique. Le CCP Granada est considéré comme le « bon élève » et cette opération de déplacement, comme la plus réussie et la plus conforme aux aspirations de l’autorité métropolitaine, car, dans les autres CCP, le processus est moins abouti et plus conflictuel.

19Ces petits commerçants ne se situent ni du côté de l’accumulation économique, ni du côté de l’informel de survie. Ils appartiennent à une petite classe moyenne qui recouvre néanmoins des profils et des niveaux de vie assez hétérogènes. En témoigne leurs lieux de résidence : au Cap, les banlieues résidentielles autrefois blanches des périphéries proches du centre et non pas les townships ou les camps de squatters périphériques ; à Quito, les quartiers consolidés réguliers, assez proches du centre, ou le centre même. En témoignent également l’ancienneté et la stabilité de leur activité économique fondée sur une capacité à faire fructifier un petit capital, ou encore les éléments d’information que nous avons pu réunir sur les ambitions sociales qu’ils nourrissent pour leurs enfants (souvent engagés dans des études supérieures).

2. Mettre en ordre l’espace pour mieux encadrer les commerçants

Une nouvelle place dans la ville : « la boutique dans la rue » au Cap et le passage « de la rue à la boutique » à Quito

20Le fait de louer un emplacement au Cap ou de posséder un local à Quito influence la place des commerçants en ville, en termes d’assignation spatiale et sociale.

21Pour qui a connu et fréquenté le Greenmarket Square il y a une dizaine d’années, la transformation est manifeste. Le marché animé, dense, compact, constitué d’étals jointifs, dont les limites bien connues des commerçants étaient invisibles aux chalands, et où les interjections, interpellations et circulations étaient nombreuses, a été remplacé par un pedestrian mall : un ensemble de 200 étals de 4m², dont la taille a été normée au nom d’un principe d’équité qui sert la volonté planificatrice de mise au carré. Ils ont été répartis selon un plan en damier, aux allées assez larges, dont la fonction est de donner une sensation d’ordre et de réaffirmer une certaine conception de l’espace public : ouvert, monumentalisé et dont les usages sont contrôlés (voir photographie 1).

Photo 1

Photo 1

Le marché du Greenmarket Square, novembre 2014 : un marché aéré et ordonné où les allées et les abords des stands sont dégagés.

©Morange - 2014

22L’enjeu est de mettre en ordre physiquement l’espace, mais aussi de déconstruire l’image du « marché africain » élaborée sous Chabaan (un produit de marketing dont l’exotisme contrôlé était adapté à la clientèle touristique internationale), et de promouvoir une autre idée du marché en plein air, tel qu’on le trouve décliné dans les villes du Nord notamment. Ce sont deux figures archétypales qui s’affrontent : le marché « africain », associé à des images de chaos, de désordre, de bruit, mais aussi à une certaine ambiance ; le « pedestrian mall », qui renvoie à la propreté d’étals bien tenus, dans des espaces publics aménagés et contrôlés par la puissance publique. Ce combat reflète l’ambition municipale de faire « monter en gamme » (Rousseau, 2011) le marché en valorisant un artisanat local de luxe que l’on peut déjà se procurer dans les boutiques du Waterfront et qui semble plus conforme aux appétences consuméristes de la classe créative. C’est toute la question de l’effacement de l’africanité du Cap qui se joue (Wa Kabwe-Segatti, 2009), dans un contexte de forte xénophobie au sein de l’appareil d’Etat et de la société.

23Les commerçants accompagnent ce processus en s’appropriant individuellement leur stand, que chacun monte et démonte matin et soir. Cet espace commercial est fixe, tiré au cordeau, matérialisé au sol par des lignes peintes en jaune. Le jeu de distinction et de concurrence se reflète dans le soin apporté à l’organisation de cet espace, approprié comme une boutique. Tous les commerçants ont des stratégies de mise en valeur de ce petit carré de deux mètres sur deux mètres, variables selon la nature des produits vendus (bijoux, tissus africains et masques ne se prêtent pas aux mêmes mises en scène commerciales). Chacun le contrôle selon une logique très territorialisée : on nettoie ses abords immédiats, on en interdit l’accès aux vagabonds, mendiants… On utilise des mannequins, des présentoirs ; on divise l’espace entre boutique et arrière-boutique, on aménage une « entrée ». Beaucoup invitent les clients à « entrer » dans la boutique (voir photographie 2) et certains utilisent même le terme « shop ». Tout cela traduit la formalisation en cours de leurs pratiques et la représentation qu’ils ont de leur travail.

Photo 2

Photo 2

Le marché du Greenmarket Square, janvier 2016 : un stand de chaussures qui ressemble à une boutique, avec un tapis au sol, un siège pour essayer les chaussures, du matériel pour mesurer la pointure des clients, des présentoirs soignés.

©Morange 2016

24A Quito, la transformation du centre historique est radicale. Jusqu’en mai 2003, on ne pouvait remonter la rue Chile (artère principale qui longe le palais présidentiel), ni sillonner les rues adjacentes sans affronter une foule compacte et entendre les interpellations des commerçants qui avaient installé des stands tout au long des façades, sans le moindre espace vacant. En quelques jours, les commerçants ont été déplacés, les stands démontés et les façades restaurées pour affirmer le caractère irréversible du processus. Dans le CCP Granada, les commerçants se sont vu attribuer des locaux de 3 à 4 m² répartis sur 4 étages et deux ailes, reliés au milieu par des passerelles (photo 3) formant un espace ouvert offrant beaucoup plus de visibilité aux boutiques centrales qu’à celles des ailes. Quel que soit leur emplacement, la quasi-totalité des boutiques sont en vis-à-vis, ce qui n’était pas le cas dans la rue où la disposition était beaucoup plus linéaire et les éventuels effets de vis-à-vis, occultés par la foule omniprésente. La structure du bâtiment, présentant très peu d’ouvertures sur l’extérieur, avec des ailes en cul-de-sac et des allées très étroites, donne un sentiment d’enfermement voire d’ « emprisonnement » ou d’ « encasernement » pour reprendre les termes régulièrement employés par les commerçants. Bien que ce bâtiment soit situé en immédiate bordure des rues et de la place qu’ils ont dû quitter, la sensation de coupure et d’isolement par rapport à la rue est indéniable et partagée par tous ses occupants.

Photo 3

Photo 3

Le centre commercial populaire de Granada, février 2016 : les passerelles centrales qui relient les différents étages du « mall ». Chaque étage est spécialisé dans un type de produit et identifié par une couleur spécifique.

©Quentin 2015

  • 7 « La qualité à un prix abordable » : un slogan qui reflète la volonté de dignification des commerça (...)

25Cette rupture dans l’organisation spatiale du commerce a eu un impact fort sur la manière dont les commerçants s’approprient leur espace de vente, mais cela a aussi modifié profondément la perception qu’ils ont de leur rôle dans l’économie urbaine. En effet, ceux-ci développent un discours sur l’avantage comparatif des CCP qui serait fondé sur la qualité des produits que l’on y trouve pour un prix accessible, se positionnant clairement en concurrence avec les « grands » centres commerciaux du reste de la ville. Ce nouveau positionnement est lié au fait de vendre leurs produits dans une structure permanente organisée en boutiques (beaucoup ont par exemple installé des petites cabines d’essayage ou des miroirs pour leurs clients). Il est directement issu du discours promotionnel développé par la municipalité et relayé par les médias au moment de la création des CCP (« bueno, bonito, barato7 ») dans le cadre du projet de « modernisation » du centre et d’alignement de l’offre commerciale et touristique sur des normes internationales.

26Dans les deux cas, le fait de devenir propriétaire d’un local ou de payer chaque mois un droit à commercer dans l’espace public favorise, certes, la sécurité de la tenure. Mais ces commerçants étaient déjà fort stables auparavant. C’est donc surtout le sens qu’ils donnent à leur travail qui évolue dans ce cadre.

Le marché comme espace d’encadrement social : délégation gestionnaire sous contrôle au Cap et appel à l’autonomie gestionnaire populaire à Quito

27Dans les deux villes, les gouvernements locaux ont délégué la gestion des marchés à des structures représentatives qui contribuent à la réalisation de cette mise en ordre par un encadrement social fort.

  • 8 Sur la composition de ce comité et les modalités d’élection de ses membres, voir Morange, 2015b.

28Les commerçants du Greenmarket Square ont été enrôlés par la Ville dans un processus de consultation publique qui les a poussés à élire des représentants. Il ne s’agit pas d’une association mais d’un comité élu composé de 6 membres qui assurent l’interface entre les commerçants et la Ville8. Ces derniers informent les commerçants des décisions municipales, les invitent à des réunions d’information organisées par la Ville, transfèrent à la Ville les demandes d’autorisation d’absence, de délais de paiement, d’installation sur le marché d’un nouveau venu. Le comité n’a pas pour vocation de transmettre des doléances individuelles ou collectives. C’est un intermédiaire gestionnaire auquel la Ville « sous-traite » également la surveillance quotidienne du marché : il faut bien se tenir, ne pas faire de bruit, ne pas encombrer les allées, ne pas entraver la fluidité des déplacements, avoir un stand « au carré » … Ce rôle confère à ses membres une certaine notoriété et une certaine autorité. Les commerçants identifient clairement les membres du comité. Leurs visages, sinon leurs noms, sont connus. Ils cultivent leur petite respectabilité en faisant des démonstrations de force, en mettant en scène leur influence et leur zèle : ils insistent pour téléphoner devant moi à leur interlocuteur municipal, refoulent un commerçant qui vient leur demander d’intercéder pour eux auprès de la Ville, déclarent qu’ils ont proposé à la Ville d’élargir les allées …

29La tension sur la « désafricanisation » du marché se reflète dans les divisions internes au comité (et au marché) : les « locaux » (deux Sud-Africains) s’opposent aux 4 « étrangers », migrants africains, naturalisés ou pas, venus du Sénégal, du Congo et du Kenya. Les premiers patrouillent sur le marché et réprimandent les vendeurs. Les seconds tolèrent une occupation plus libre et plus visible de l’espace public (travail dans la rue ou dans les allées, travail en famille, avec des assistants non enregistrés…), voire organisent des sessions de djembés et se plaignent de vivre « dans un cimetière ». Alors que certains migrants auraient souhaité voir reconnaître leurs compétences entrepreneuriales (ils considèrent que ce sont eux qui ont revitalisé le marché dans les années 1990) en ayant plus d’autonomie gestionnaire, c’est une délégation limitée qui a prévalu. La Ville a préféré limiter les prérogatives du comité au nom des enjeux stratégiques que représente la gestion de cette place centrale pour l’économie métropolitaine.

30A Quito, en revanche, la notion d’autonomie gestionnaire est mise en avant : les CCP doivent à terme devenir des espaces totalement privés et autogérés par les commerçants. L’ « associativité » y est fortement encouragée par la municipalité pour organiser la gestion quotidienne, l’entretien et la promotion de ces espaces, à l’image d’un syndic de copropriété. La promotion d’associations gestionnaires, présentées par la mairie comme un segment de l’économie sociale dont les CCP sont censés être emblématiques, correspond avant tout au souhait de se dégager des charges financières que cela représente pour l’agence métropolitaine dont le budget est limité. Les commerçants ont longtemps résisté à la création de ces structures pour ne pas avoir à en supporter les coûts (eau, électricité, propreté, sécurité, publicité, etc.). Ce n’est pas le cas à Granada où les représentants de l’ancienne association « El Salvador » se sont naturellement transformés en administrateurs du centre commercial en 2006, avec l’obtention de la propriété « horizontale » (collective) du bâtiment, et où les commerçants trouvent normal de payer 10 dollars chaque mois pour les charges communes.

31Si l’équipe dirigeante n’a pas changé, la nature de l’encadrement social qu’elle exerce s’est profondément modifiée. Sa fonction était auparavant centrée sur le lobbying, la revendication des meilleures conditions possibles pour les commerçants, l’âpre négociation de contreparties avantageuses pour sortir de la rue. Aujourd’hui, les représentants sont essentiellement chargés du bon fonctionnement du centre commercial, notamment à travers l’accompagnement des copropriétaires pour qu’ils appliquent correctement les normes et directives municipales. La privatisation de cet espace n’entraîne pas pour autant un allègement de la mainmise de la municipalité sur son fonctionnement. Au contraire, elle implique pour les commerçants un assujettissement constant à de nouvelles normes (taxes, hygiène, sécurité) que les administrateurs sont chargés d’expliquer et de faire appliquer, l’objectif étant in fine de se conformer au modèle du mall. La sécurisation foncière se traduit très clairement par un affaiblissement de la capacité de négociation politique des commerçants car, en quittant la rue, ceux-ci ont perdu le puissant levier que l’occupation de l’espace public leur conférait.

Bureaucratisation et contrôle social : changement de normes et processus d’apprentissage des règles

32Dans les deux cas, des règles de fonctionnement similaires ont été édictées qui renforcent les possibilités de contrôle collectif des pratiques individuelles et qui bureaucratisent l’activité commerciale, en l’inscrivant dans des routines qui produisent de nouvelles normes. La mise en ordre spatiale et la régularisation des commerçants s’accompagnent d’une multiplication des « formalités » que ceux-ci doivent accomplir et « qui opèrent comme des technologies de pouvoir et constituent ce faisant l’une des facettes du néolibéralisme » (Hibou, 2013 : 8).

  • 9 Ce qui en soi montre que l’autonomie gestionnaire souhaitée pour ces établissements reste très cont (...)

33L’obtention du statut de copropriétaire dans le Granada ou d’un permis sur le Greenmarket Square est assortie de nombreuses obligations. A Quito, les commerçants doivent signer devant notaire un règlement de copropriété fixé par résolution de l’agence métropolitaine chargée du commerce qui est commun à tous les centres commerciaux populaires du district9. Au Cap, on leur remet un code de bonne conduite quand ils obtiennent leur permis. Les règles sont assez proches : elles portent sur les horaires d’ouverture, très stricts, afin d’imposer une discipline collective. Dans les deux cas, le commerçant s’engage à vendre un certain type de produits et, pour en changer, il doit demander l’accord de l’administrateur du CCP à Quito ou celui de la Ville au Cap. Des règles de bienséance sont imposées (ne pas boire, ne pas faire de bruit, ne pas se battre… respecter « la morale et l’urbanité » à Quito). Le respect des espaces communs à Quito et l’obligation de ne pas « dépasser » (overtrading) au Cap sont essentiels. Certaines normes esthétiques sont imposées (pas de pancartes, etc.).

34Dans ce système, les normes de la pratique commerciale se bureaucratisent. Au Cap, le système instauré par B. Chaaban était fondé sur la négociation : ses agents ratissaient le marché quotidiennement afin de faire payer chaque commerçant, usant de l’intimidation, mais accordant aussi délais de paiement, facilités de crédit, etc., et consignant manuellement les transactions. La taille des étals n’était pas normée, les montants étaient variés et fluctuants, il y avait des cumuls de stands ; il existait une grande fluidité dans l’organisation du travail, chacun vendait ce qu’il voulait… Aujourd’hui, il est impératif de déclarer une absence de quelques jours, interdit de se faire remplacer au pied levé. On peut perdre son stand si l’on « n’ouvre pas » sa boutique tous les jours… Ce n’est pas le cas à Quito où les pratiques commerciales sont plus libres. Mais, là aussi, les normes ont bougé : les commerçants étaient affiliés à une association qui œuvrait à la négociation des conditions de travail auprès de la municipalité, dans le cadre de pratiques clientélistes. Aujourd’hui, dans les deux cas, les redevances et les sanctions sont normées (taxe, amende, expulsion, saisie des biens …), les procédures et les arrangements sont plus anonymes. On est passé d’un système normatif flexible à une bureaucratisation des pratiques. La figure du marché concourt à neutraliser les pratiques spontanées ou imprévues, contribue à la construction d’un ordre régulier, prévisible, monotone et assez étouffant ou ennuyeux, mais qui promet une forme de tranquillité d’esprit.

35Quand les règles du jeu changent, il faut les réapprendre et les modalités de cet apprentissage reflètent le sens de l’ordre social nouvellement instauré : dans les deux cas, il n’y a pas de rappel à l’ordre quotidien de la part de la municipalité et des associations. Le contrôle relève de la production de nouvelles normes et manières de faire, plus qu’il ne s’appuie sur des procédures complexes de production de règles énoncées et énonçables. Le règlement n’a de valeur qu’incantatoire. D’ailleurs, durant les entretiens, la question des règles a été difficile à aborder car elle relève de processus naturalisés sur lesquels les commerçants ressentent rarement le besoin de s’exprimer. Les règles de fonctionnement du marché sont connues, acceptées et mises en œuvre sans conflit majeur, cet apprentissage passant par des mécanismes de conformation sociale peu visibles et souples.

36La promiscuité et l’ennui garantissent que le marché est un lieu où l’on est vu et où l’on voit ses voisins : si les commerçants sont discrets et attentifs à ne pas observer ostensiblement les autres stands, ils mentionnent souvent ce qu’ont fait leurs voisins. Ils observent qui commence à quelle heure pour se plaindre de l’absence de rythme collectif, qui est rude à la tâche, qui est paresseux. Ils désignent les autres pour illustrer leurs propos sur l’encombrement des allées. Le mimétisme est fort : on apprend en regardant les autres jusqu’où l’on peut aller et où l’on doit s’arrêter, notamment en ce qui concerne les règles non écrites. Par exemple, au Cap concernant la hauteur des stands, la couleur des canopées, la forme des étals, les commerçants s’autorisent à reproduire certaines pratiques si elles émanent de membres du comité… Le contrôle social est doux : c’est un voisin qui va protester si je « dépasse » ; un haussement d’épaule, une moue désapprobatrice… Comme à Quito, où les espaces communs sont grignotés par les marchandises exposées, chacun sait jusqu’où il peut aller et ces débordements répétés quotidiennement lors de l’ouverture des boutiques sont routinisés.

37Dans les deux cas, la structure du marché, en tant que dispositif spatial panoptique, encourage par ailleurs la recherche de conformité sociale : le marché apprend aux « pauvres » comment bien se tenir, comment vivre en ville. La bienséance est renvoyée à une forme de civilité, à la nécessité de donner une bonne image de soi, policée : au Cap, Judy, gênée, s’excuse auprès de moi d’avoir chassé brutalement un mendiant qui s’approchait de son stand, ou quand elle devient trop « négative », une attitude dépréciée par rapport au cliché de l’énergie entrepreneuriale positive. A Quito, Béatrice explique qu’ici on ne peut pas crier ni interpeller les clients comme dans la rue, il faut « bien se tenir », « rester assis et attendre le client ».

38L’image du domino, utilisée par Jean au Cap et inspirée par celle de la « fenêtre cassée », décrit très justement ce processus de mise en conformité d’un territoire par un système de contrôle microlocal : tout se passe à l’échelle du bloc de stands, entre voisins immédiats. On connaît bien ses voisins proches, mais assez mal ceux qui sont « de l’autre côté » du marché (à quelques dizaines de mètres). Ce processus est très efficace pour produire de l’homogénéité à l’échelle de tout le marché, sans que les règles ne soient très formellement énoncées.

39A Quito, où le projet social et politique est plus marqué, cet apprentissage quotidien est renforcé par des sessions de formations obligatoires conditionnant la régularisation. Organisées en partenariat avec l’Université centrale et la chambre de commerce, une quarantaine d’heures sont consacrées à expliquer aux commerçants les règles de base de l’attention au client, de la gestion comptable d’un commerce, mais aussi plus généralement le développement humain, le leadership, l’organisation collective et la gestion des conflits. L’objectif est de les préparer à être de bons commerçants, mais également de bons copropriétaires, et de s’assurer qu’ils se considèrent comme partie intégrante de la « force productive » du pays.

3. Tensions autour de la figure du « bon commerçant »

40Une certaine adhésion à l’image du « bon commerçant » se construit à travers ces processus d’encadrement spatial, social et bureaucratique qui nourrissent un sens de la respectabilité et de la responsabilité individuelle. Les ambiguïtés de ce processus de mise en conformité sociale et spatiale rendent néanmoins son interprétation difficile.

Transgressifs dans la conformité ?

41Un certain sens de la respectabilité se construit à travers la figure du marché. Travailler sur un marché, c’est avoir un ancrage spatial et social : être stable et fixe dans l’espace, y avoir « sa place », c’est-à-dire avoir construit un territoire que l’on défend et que l’on s’approprie individuellement au mieux de ses intérêts commerciaux ; connaître ses voisins et les respecter, se situer dans les hiérarchies du groupe et les conforter ; se conformer à un certain nombre de règles de fonctionnement. En somme, c’est atteindre une forme de reconnaissance, de respectabilité et de dignité sociale.

42En outre, cette identité se construit en rupture avec la figure sociale du vendeur ambulant. C’est très net à Quito, où les commerçants critiquent la persistance d’autorisations accordées aux vendeurs ambulants dans le centre historique, leur prolifération en l’absence de contrôle municipal alors que la régularisation devait vider les rues. Ils considèrent qu’il s’agit d’une concurrence déloyale : les vendeurs ambulants ont des charges plus faibles, ce qui leur permet de vendre les mêmes produits qu’eux, mais à un prix inférieur. Au Cap, les commerçants parlent constamment du ‘marché’, une idée forte pour eux, qui revient systématiquement dans les entretiens. A travers elle, ils se distinguent des hawkers, les vendeurs ambulants (interdits dans le CBD), plus qu’ils n’expriment le sens d’une appartenance collective.

43Dans les deux villes, la question du marchandage reflète cette recherche de respectabilité : au Cap, les commerçants se plaignent unanimement d’être obligés de marchander du fait, selon eux, des tours-opérateurs qui alertent leurs clients contre les risques d’abus ou sur les possibilités de « bonnes affaires ». Ils revendiquent le droit d’être traités comme des commerçants « ordinaires » qui fixent leur marge selon le jeu de l’offre et de la demande et sont réticents à jouer le jeu de la « folklorisation » qu’exprimerait le marchandage. Le rapport au marchandage demeure donc aussi ambivalent que l’image du marché, en transition entre deux identités : du « marché africain » au « marché artisanal sud-africain », deux figures incompatibles de la consommation et de la marchandisation de l’espace touristique. Cette tension est également présente, comme on l’a vu, dans l’encadrement social du marché. On observe la même chose à Quito où les commerçants sont de plus en plus réticents au marchandage. Celui-ci se pratique dans la rue et dans les marchés artisanaux pour touristes, mais pas dans les boutiques « modernes » et les « grands » centres commerciaux où les prix doivent être affichés. Bien que rien ne les y oblige pour l’instant, certains commencent à afficher des prix et, globalement, ils marchandent de moins en moins. C’est un moyen également de faire respecter la qualité de leurs produits, notion autour de laquelle s’opère manifestement pour eux la transition de la rue au mall.

44Ce jeu entre maintien d’une souplesse relevant de l’informalité et recherche d’une respectabilité liée à la formalisation est visible, par ailleurs, dans le jeu sur la transgression des règles : au Cap, sont exclus le ‘désordre’ économique (cesser de payer son permis ; vendre autre chose sans autorisation, c’est-à-dire briser les règles de la concurrence fixées par la Ville) ; le ‘désordre’ public (se battre, faire du bruit, parler fort…) ; le désordre ‘spatial’ (s’installer ailleurs que sur son emplacement). Cependant, les arrangements sur les assistants, les partages ou les cumuls de stands, sur le « débordement » spatial relèvent de « bonnes pratiques » entrepreneuriales et sont admis de tous. Les discours sur les amendes sont de ce point de vue révélateurs : chacun en connaît le risque, mais pas le montant, et personne ne déclare en avoir payé. Ainsi, c’est moins le respect de la règle qui compte que ce que la règle produit en matière de comportement : en pratique, les sanctions sont peu fréquentes et sont surtout destinées à rappeler à chacun « ce qu’il risque » s’il ne reste pas à sa place…

45Ce jeu existe aussi à Quito, où la privatisation et l’enfermement des espaces de vente se traduisent, dans un premier temps, par une plus grande liberté liée à la fois à la sécurité de la tenure et à l’invisibilisation. Cela explique le non-respect de nombreuses règles, notamment en ce qui concerne les horaires d’ouverture : la très grande majorité des locaux n’ouvre qu’une à deux heures en moyenne après l’ouverture officielle du CCP. Cependant le discours des commerçants à ce sujet est contradictoire. D’un côté, ils ont tendance à affirmer que, comme dans la rue, ils sont là de l’ouverture à la fermeture et sont ponctuels. Mais, à d’autres moments, ils affirment qu’ils font ce qu’ils veulent, que s’il n’y a pas de clients, ils ferment plus tôt. La tolérance sur le respect de certaines règles semble toutefois progressivement se réduire. A la faveur d’un changement très récent de l’équipe de direction du CCP, on observe des recensements discrets des locaux ouverts ou fermés, des horaires pratiqués, et le débordement sur les espaces communs de certaines boutiques est dénoncé par une commerçante lors d’une assemblée générale à laquelle j’assiste. Le non-respect des directives municipales et le non-paiement des taxes dues sont par contre exclus.

Responsables de soi-même ?…

46Un deuxième registre de tensions se manifeste autour de la construction de l’ethos entrepreneurial des commerçants. D’une part, leur responsabilité individuelle est accrue, d’autre part, la régularisation bride leur liberté d’entreprise, ce qui suscite des attentes vis-à-vis de l’Etat.

47Ainsi, au Cap, le système de permis promeut le sens de la responsabilité individuelle, mais il bloque aussi les possibilités d’accumulation économique et d’ascension sociale. Tous les emplacements sont de la même taille et la Ville n’attribue qu’un stand par famille (les cumuls, la revente et la sous-location… sont interdits et l’interdiction est faiblement contournée : notre enquête révèle moins d’une dizaine de « cumulards » sur le marché) ; les transmissions patrimoniales sont impossibles (on ne transmet ou on ne vend que sa marchandise ; il n’y a pas de bail à céder) ; le permis interdit d’avoir plus d’un assistant et ce dernier doit faire l’objet d’un enregistrement nominatif. Si le permis constitue pour les commerçants une forme de reconnaissance de leur existence de la part de l’Etat (« if you don’t pay, it means that we are not existing” déclare Samson), les possibilités d’ascension sociale, objectif pourtant très fortement exprimé par les commerçants, sont limitées et les hiérarchies sociales entre « owners », assistants et tâcherons, de plus en plus étanches. Chacun joue à la marge des difficultés de contrôle, et la tolérance est grande sur le travail en famille, mais le contexte n’est pas favorable à l’élaboration de stratégies entrepreneuriales offensives. En contrôlant le type de marchandises vendues, la Ville souhaite réduire progressivement la part de l’artisanat d’importation et promouvoir le développement d’un marché « sud-africain ». Elle a mis en place des ateliers éducatifs qui promeuvent la notion de « mixing of goods sold », mise en scène à travers des cas exemplaires. Cette injonction est fortement intériorisée par les commerçants qui adhèrent à ce discours public sur la « bonne » concurrence régulée et encadrée et vont jusqu’à remettre en cause la légitimité de leur spécialisation dans telle ou telle branche (les masques, les tissus, les statuettes…) ainsi que la construction d’une expertise en la matière. Ils sont donc très ambigus quant au sens de leur nouveau cadre de travail : tous condamnent les cumulards ou les copieurs (la concurrence déloyale), naturalisant l’injonction publique à la créativité, mais ils condamnent aussi le fait que la Ville bride leur liberté entrepreneuriale.

48On observe le même type d’ambiguïté à Quito, où paradoxalement le passage de la rue au « mall » et l’achat à crédit d’un local (certes à faible coût car subventionné par l’Etat) n’a pas eu, en lui-même, un impact fort. En effet, les commerçants avaient déjà la sensation d’être « propriétaires » de leurs stands qui se transmettaient au sein des familles ; ils avaient des charges fixes puisqu’ils louaient des locaux de stockage à proximité, rémunéraient des porteurs et payaient des redevances aux responsables associatifs pour assurer la sécurité et la propreté des lieux. L’installation dans le centre commercial est surtout vécue comme une « mise à l’abri » des conditions climatiques, un élément de confort, de sécurité et de tranquillité. Cependant, ce gain est contrebalancé par un sentiment de perte commerciale, accentué depuis 2015 par la crise économique qui frappe le pays : « ça ne change rien d’être propriétaire si on ne vend pas » dit Juan. La régularisation ne semble pas avoir libéré « l’esprit d’entreprise » des commerçants comme l’aurait volontiers prédit De Soto. En effet, l’initiative entrepreneuriale semble cependant moins bridée par les règles que par la manière dont se perçoivent les commerçants. Par exemple, la plupart vendent la même classe de marchandises depuis qu’ils sont en activité et ne songent pas à en changer : c’est leur domaine d’expertise et ils y sont très attachés. Rares sont les stratégies de diversification, de changement de fournisseur ou de regroupement pour payer la marchandise moins cher. Les seules options envisagées face à la baisse des ventes sont d’ordre spatial : retourner dans la rue, aller vendre dans les « pueblos » (les communes périurbaines du district métropolitain), multiplier les lieux de vente (par exemple en achetant un local dans un autre secteur), etc.

49Le mall reste « populaire » : l’accent mis sur l’importance du rapport qualité/prix, rappelle aux commerçants leur positionnement dans l’économie urbaine, ce qui les invite à une forme de modestie entrepreneuriale. Les effets de cette injonction ambivalente aux allures de double bind (entrepreneurs mais populaires) transparaissent aussi bien dans les pratiques quotidiennes que dans les discours, où, en même temps que la fierté d’être indépendants, on entend une forme de passivité : « on nous a mis là… », « Grâce à Dieu nous sommes à l’abri …», « quand la municipalité nous a donné ces locaux… ». Au quotidien, l’immobilisme prévaut et beaucoup se plaignent : « attendre le client ici toute la journée sans rien faire, c’est très stressant ».

… Ou en attente vis-à-vis de l’Etat ?

50Cette tension entre liberté et contrôle se traduit par des attentes fortes vis-à-vis de l’Etat : les commerçants espèrent, en échange de leur permis, une forme de service public en matière de sécurité, d’équipements sanitaires, de nettoyage. Tous estiment que la Ville du Cap doit assurer la promotion du marché puisqu’il lui « appartient », idée qui a été continuellement répétée pour imposer la reprise en main, en 2007, à travers la formule du « taking over ». Les promesses politiques des années 2000 liées à la régularisation ont nourri cette idée. Or si la place a été rénovée pour la Coupe du monde de la FIFA en 2010, les investissements publics se sont taris et la Ville refuse de construire une infrastructure pérenne et, surtout, de la gérer. Ce sentiment est renforcé par le fait que le permis a tout d’une facture sans importance. Ce petit reçu mensuel, sans allure, symbolise fort mal le désir d’ancrage des commerçants qui le désacralisent totalement. Le refus de la Ville de leur accorder des permis au moins trimestriels reflète pour eux l’absence de projet municipal à long terme pour le marché, une implication publique qu’ils appellent de leurs vœux.

51L’attente vis-à-vis de la municipalité est également forte à Quito, où les commerçants ont le sentiment d’avoir fait en libérant la rue un effort considérable, qui n’est pas assez récompensé. Au moment du déplacement et pendant plusieurs années, pour compenser la perte d’attractivité subie par l’encasernement et l’invisibilisation de leur activité, la municipalité assurait la promotion des CCP. Aujourd’hui, les commerçants se plaignent de l’arrêt de cette publicité, dans un contexte de ralentissement fort de l’économie et de baisse de leur volume de ventes, et beaucoup considèrent que c’est à la municipalité de faire leur promotion. Très récemment, lors d’un conflit lié à l’élection d’une nouvelle équipe dirigeante, ils se sont naturellement tournés vers la municipalité pour arbitrer le différend et résoudre le problème.

La référence à des âges d’or : la fin de la « liberté » de l’informel ?

52A Quito, les commerçants sont très nostalgiques de la période où ils vendaient dans la rue, même si beaucoup disent qu’ils ne se verraient plus y retourner. La première raison qu’ils avancent et sur laquelle ils sont unanimes, c’est que les ventes étaient bien meilleures, car il y avait beaucoup plus de monde ; ce rapport à la foule explique également le sentiment d’enfermement et d’isolement qu’ils ressentent aujourd’hui dans le Granada. Ils associent aussi cette période à une idée de plus grand dynamisme tandis que leur situation actuelle est empreinte d’un immobilisme fort qui semble leur peser. Enfin, beaucoup estiment qu’il y avait une meilleure ambiance, plus de solidarité, d’entraide, au regard d’une atmosphère considérée comme plus individualiste et renfermée dans le Granada, même s’ils affirment qu’aujourd’hui « il n’y a pas d’amitié, mais il y a de la camaraderie ». Malgré cette nostalgie de la rue, la première réaction des commerçants quand on évoque cette période est systématiquement, et parfois avec exactement les mêmes mots, de décrire la sécurité physique et matérielle que représente pour eux l’installation dans le centre commercial.

53Au Cap, l’ère Chabaan apparaît aussi comme une période d’éden entrepreneurial (“freedom as entrepreneurs”), où les possibilités de promotion sociale étaient plus fortes : beaucoup de commerçants ont commencé comme « casual traders » (précaires, à temps partiel, occupant les stands provisoirement vacants), avant de devenir « permanent traders », deux catégories aujourd’hui remplacées par la distinction entre owner et assistant avec une mobilité très réduite entre les deux. Les reventes étaient possibles, les arrangements fréquents… Le montant des patentes était élevé, mais « Badih » attirait des clients grâce à un partenariat avec les tour-opérateurs. Un tiers des commerçants, selon la presse locale, l’a d’ailleurs soutenu dans son bras de fer contre la Ville en 2007. Surtout, tous ont déclaré que B. Chabaan les laissait travailler librement et que le business était meilleur. Cependant, plus que le paradigme de la liberté, c’est celui de l’ordre et du désordre qui s’impose et surgit spontanément dans presque tous les discours pour évoquer le marché actuel : un ordre conçu en termes de règles (« now there are rules »), de conduites (« behaviour », « now people behave », « people have changed »), de tranquillité d’esprit, d’ordre spatial (on parle d’un marché « plus ordonné »…). C’est en ces termes que la Ville a mené la bataille contre B. Chabaan et ce discours structure désormais le rapport des commerçants à la réalité du marché.

54Dans les deux cas, le passage d’une forme de libéralisme à un ordre entrepreneurial néolibéral se caractérise par une mise en tension et une ambivalence du rapport à l’ordre, d’une part, et à la liberté, d’autre part.

Conclusion

55Dans les centres-villes de Quito et du Cap, des processus de régularisation du commerce de rue ont enclenché un alignement assez similaire des pratiques des commerçants sur le projet entrepreneurial des gouvernements locaux. Dans les deux cas, qu’il s’agisse d’un déplacement vers un marché fermé ou d’une régularisation in situ dans l’espace public, ils ont permis d’affirmer que le commerce populaire à Quito et le commerce dit « informel » au Cap ont une place en ville, mais que cette dernière est de moins en moins dans la rue. On entend par là que les capacités de résistance des pauvres ou leur capacité à mobiliser l’espace public pour commercer librement ont été fragilisées par des projets politiques à caractère néolibéral qui visent à récupérer le contrôle sur ce dernier.

56A travers ces processus s’est affirmée la figure du marché, déclinée sous des formes différentes dans les deux cas, le « mall » à Quito et le « pedestrian mall » au Cap. Cette technologie de gouvernement a favorisé la mise en ordre spatiale et sociale néolibérale. Elle fonctionne à la fois comme un dispositif spatial et comme un dispositif d’encadrement social : les associations ou comités gestionnaires qui les pilotent, de manière plus ou moins autonome, favorisent l’individualisation des pratiques, l’affaiblissement d’un sentiment d’appartenance à un collectif politique et marchand, la recherche de respectabilité et de conformation au modèle de la boutique ou du centre commercial formel. Ils œuvrent à la pacification des relations et à la conformité des pratiques plus qu’à relayer des complaintes ou des demandes politiques. Enfin, l’inscription des pratiques quotidiennes dans une routine bureaucratique transforme les modalités du rapport à l’Etat et des rencontres avec ce dernier, sur le mode d’une reconnaissance limitée, mais réelle.

57Cet alignement demeure cependant imparfait et il est difficile à interpréter, notamment parce qu’il n’a qu’une dizaine d’années, ce qui est peu pour observer de telles dynamiques. Il est impossible de prévoir dans quel sens évolueront les reconfigurations que l’on observe ici : assistera-t-on à des retours dans la rue à Quito, à une montée de la contestation politique au Cap, à un retour en force de l’informalité comme expression politique d’une contre-rationalité … ? Quoi qu’il en soit, comme toujours dans les mécanismes néolibéraux, ce processus est fait de contradictions : il se construit en rapport à l’Etat, dans une tension entre autonomisation et contrôle, entre individualisation et enrôlement collectif, entre inclusion et exclusion sociale. Il en résulte une grande incertitude quant au sens social et politique de ces projets (le terme de « projet » est peut-être d’ailleurs trop fort). Doit-on y voir une forme d’inaboutissement de la néolibéralisation, qui ne serait pas encore totalement advenue ? Ou des contradictions liées à un processus de diffusion progressif et itératif qui progresse par à-coups selon des temporalités longues ? Peut-on interpréter ces tensions comme autant de lignes de fracturation possibles de la rationalité néolibérale le long desquelles construire des contre-conduites ? Doit-on y voir des effets « secondaires » inattendus de la cure néolibérale … ?

58Ces tensions et ces incertitudes apparaissent en tous cas très nettement quand on remet les pratiques et les représentations citadines au cœur de l’analyse de la néolibéralisation. En effet, même si s’intéresser aux transgressions ou aux mouvements sociaux (Leitner et al., 2007 ; Künkel et Mayer, 2012), comme le fait une grande partie de la littérature sur le droit à la ville (Harvey, 2012), peut être enthousiasmant, il nous semble que l’approche foucaldienne que nous avons tenté de développer ici permet de placer la critique à un autre niveau. Elle vise à révéler la dynamique des positions qui soutiennent l’ordre néolibéral et ses jeux de domination, en affirmant que cet ordre se fonde sur une mise en travail des subjectivités. Cela nous oblige à prendre en compte la construction, la consolidation et la reproduction d’aspirations à la conformité sociale et spatiale chez les citadins ordinaires au moins autant que leurs modes de contestation et de résistance, pour nourrir une conscience critique et réflexive rendant possible la production de contre-rationalités.

Haut de page

Bibliographie

Bénit, C., Gervais-lambony P. (2003), « La mondialisation comme instrument politique local dans les métropoles sud-africaines (Johannesburg et Ekhuruleni) : les ‘pauvres’ face aux ‘vitrines’ », Annales de Géographie, 112, 634, p. 628-645.

BID (2004) Programa de Réhabilitacion del Centro Historico de Quito – Segunda Etapa. Propuesta de prestamo. 36 p., Washington D.C.

Boudreau, J.-A. (2009), « Taking the bus daily and demonstrating on Sunday: reflections on the formation of political subjectivity in an urban world », CITY, 13, 2-3, pp. 336-346.

Brenner, N., Marcuse, P., Mayer, M. (2009), “Cities for people not for profit”, CITY, 13, 2-3, pp. 176-184.

Brenner, N., Peck, J., Theodore, N. (2010), “Variegated neoliberalization: geographies, modalities, pathways”, Global Networks, 10, 2, pp. 1470-2266.

Brenner, N. et Theodore N. (2002), “Cities and the Geographies of “Actually Existing Neoliberalism”, Antipode, 34, 3, pp. 349–379.

Bromley, R.M et Mackie P.K. (2009), “Displacement and the new spaces for informal trade in Latin American city centre, Urban Studies, 46, 7, pp. 1485-1506.

Cross, John C. (1998), Informal Politics: Street Vendors and the State in Mexico City, Stanford University Press, Stanford CA.

Crossa, V. (2009), “Resisting the entrepreneurial city: street vendors’ struggle in Mexico City’s historic center”, International Journal of Urban and Regional Research, 33, 1, pp. 43-63.

Cueva Ortiz, S. M. (2010), Espacio público y patrimonio: análisis de las políticas de recuperación en el centro histórico de Quito. Mémoire de Master, Departamento de asuntos publicos, Flacso-Sede Ecuador, Quito.

Dewar, N. (2004), “Stemming the tide; revitalizing the central business district of Cape Town”, South African Geographical Journal, 86, 2, pp. 91-103.

Didier, S., Morange, M. et Peyroux, E. (2013), “The adaptative nature of neoliberalism at the local scale: fifteen years of City Improvement Districts in Cape Town and Johannesburg”, Antipode, 45, 1, pp. 121–139.

Didier, S., Peyroux, E., et Morange, M. (2009), « La diffusion du modèle du City Improvement District à Johannesburg et au Cap : régénération urbaine, et programme néolibéral en Afrique du Sud », in Bénit-Gbaffou, C., Fabiyi, S., et Peyroux, E. (sous la direction de), Sécurisation des quartiers et gouvernance locale. Enjeux et défis pour les villes africaines, Paris, IFAS-Karthala.

Dubresson, A. (2008), « Urbanisme entrepreneurial, pouvoir et aménagement. Les CID au Cap », in Dubresson, A., Jaglin, S. (sous la direction de), Le Cap après l’apartheid, Gouvernance métropolitaine et changement urbain, Karthala, Paris.

Fernandes, E. (2007), “Constructing the ‘Right To the City’ in Brazil”, Social & Legal Studies, 16, pp. 201–219.

Ferragut, S. (2009), From the stall to the store: the formalization of street vendors in Quito, Ecuador. ISS, La Hague, 78 p.

Foucault, M. (2004) Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979) Seuil, Paris.

Graaf, K. et Ha, N. (2015) Street Vending in the Neoliberal City. A Global Perspective on the Practices and Policies of a marginalized Economy, Berghahn Publishers.

Harvey, D. (1989), “From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism”, Geografiska Annaler Series B, Human Geography, 71, 1, pp. 3–17.

Harvey, D. (2008), « The right to the city », New Left Review, 53, pp. 23-40

Harvey, D. (2012), Rebel Cities: from the right to the city to the urban revolution, Verso, Londres.

Hibou, B. (2013), La bureaucratisation néolibérale, La Découverte, Paris, 272 p.

Jessop, B. (2002), “Liberalism, neoliberalism and urban governance: a state-theoretical perspective”, Antipode, 34, 3, pp. 452-472.

Künkel, J. et Mayer, M. (2012) (sous la direction de), Neoliberal Urbanism and its Contestations. Crossing Theoretical Boundaries, Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Kuymulu, M. B. (2013), “The vortex of rights: ‘right to the city’ at a crossroads”, International Journal of Urban and Regional Research, 37, 3, pp. 923–940.

Lautier, B., De Miras, C., Morice, A. (1991) (sous la direction de), L’État et l’informel, L’Harmattan, Paris.

Lefebvre, H. (2009 [1968]), Le Droit à la ville, Economica–Anthropos (3ème edition), Paris: Éditions du Seuil.

Leitner, H., Peck, J. et Sheppard, E. (2007) (sous la direction de), Contesting Neoliberalism. Urban Frontiers, The Guilford Press, New York/London.

Lopez de Souza, M. (2010), “Which right to which city? In defence of political-strategic clarity”, Interface, 2, 1, pp. 315–333.

Marcuse, P. (2009), “From critical urban theory to the right to the city”, CITY Analysis of urban trends, culture, theory, policy, action, 13, 2-3, pp. 185-197.

McDonald, D.A. (2008), World city syndrome: neoliberalism and inequality in Cape Town, New York, Routledge.

Middleton, A. (2003), « Informal traders and planners in the regeneration of historic city centres: the case of Quito, Ecuador », Progress in Planning, 59, 2, pp. 71-123.

Miraftab, F. (2007), “Governing Post-apartheid Spatiality: Implementing City Improvement Districts in Cape Town”, Antipode, 39, 4, pp. 602–626.

Monnet, J., Giglia A., Capron G. (2007), « Ambulantage et services à la mobilité : les carrefours commerciaux à Mexico », Cybergeo : European Journal of Geography.

Morange, M. (2016), Pouvoir et mise en ordre de l’espace urbain, mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris Nanterre.

Morange, M. (2015) « Participation, neoliberal control and the voice of street traders in Cape Town. A neo-Foucauldian perspective on “invited spaces” », in Bénit-Gbaffou C. (sous la direction de), Popular politics in South African cities Unpacking community participation, Le Cap, HSRC Press.

Moreira, M. (2000) ¿Es posible una nueva forma de consumo para el comercio popular del centro historico ? La experiencia del Plan de Reubicación del Comercio Callejero del Centro Histórico de Quito. Mémoire de Master, Departamento de asuntos publicios, FLACSO, Quito.

Nicholls, W. (2012), “Rights through the City: The Role of the City for Immigrant Rights Movements”, in Smith et McQuarrie (sous la direction de), Remaking urban citizenship, Transactions Publishers, pp. 79-94.

Peck, J. (2001), “Neoliberalizing states: thin policies/hard outcomes”, Progress in Human Geography, 25, 3, pp. 445–455.

Peck J., Tickell A. (2002), « Neoliberalizing space », Antipode, 34, 3, pp. 380-404.

Pirie, G. (2007), “Reanimating a Comatose Goddess’: Reconfiguring Central Cape Town”, Urban Forum, 18, 3, pp. 125-151

Rousseau, M. (2011), « Redéveloppement urbain et (in)justice sociale : les stratégies néolibérales de « montée en gamme » dans les villes en déclin », Justice spatiale |Spatial Justice, n°6.

Samara, T.R., Shenjing H., Guo C. (sous la direction de) (2013), Locating Right to the City in the Global South, Routledge.

Skinner, C. (2006), “Falling though the Policy Gaps? Evidence from the Informal Economy in Durban South Africa”, Urban Forum, 17, 2, pp. 125–148.

Stamm, C. (2011), L’action publique locale dans les métropoles. Le cas de la gestion du commerce de rue à Mexico et Lima, thèse de Doctorat, Université Paris-Est.

Steck, J-F., Didier S., Morange M., et Rubin M. (2013), Informality, Public Space and Urban Governance: An Approach through Street Trading. Evidences from Abidjan, Cape Town, Johannesburg, Lomé and Nairobi”, in Bekker S. et Fourchard L., Governing Cities in Africa: Politics and Policies, HSRC Press, Le Cap.

Wa Kabwe-Segatti, A. (2009), “ ‘We offer the whole of Africa here!’: African curio traders and the marketing of a global African image in post-apartheid South African cities”, Cahiers d’Etudes Africaines, 193-194, 1-2, pp. 285-308.

Haut de page

Notes

1 Nous laissons de côté la question de la régulation de l’ambulantage, figure presque opposée à celle sur laquelle nous travaillons ici, celle du marché.

2 Nous employons ici cette expression pour désigner le processus de construction d’une figure sociale de la respectabilité à travers la régularisation. La notion de « bon commerçant » renvoie à des normes non écrites, suffisamment naturalisées pour paraître évidentes au plus grand nombre.

3 Pour des raisons de place, la richesse du matériau empirique collecté pendant ces enquêtes à caractère ethnographique ne peut être restituée ici. Nous renvoyons le lecteur à Morange (2016) pour le cas du Cap, les travaux sur Quito étant encore en cours de valorisation.

4 Les acteurs institutionnels chargés du projet sont unanimes sur le caractère exemplaire de cette expérience. Dans le document de 2004 justifiant la deuxième phase de financement de la réhabilitation du centre historique de Quito, la Banque Interaméricaine de Développement (BID) affirme que le programme est une « référence obligée de ce type d’intervention au niveau international » (BID, 2004, p. 2).

5 Les medias et la ville parlent de « Centros Comerciales del Ahorro » (CCA) pour mettre l’accent sur leur vocation populaire (ahorro signifiant « épargne »).

6 L’urgence étant de les sortir de la rue, les commerçants ont tous été déplacés dans les CCA en bloc et en « une nuit ». Des locaux leur ont été attribués, mais le processus d’obtention de la propriété légale est très long et toujours en cours pour une partie d’entre eux.

7 « La qualité à un prix abordable » : un slogan qui reflète la volonté de dignification des commerçants par une montée en gamme de leur activité.

8 Sur la composition de ce comité et les modalités d’élection de ses membres, voir Morange, 2015b.

9 Ce qui en soi montre que l’autonomie gestionnaire souhaitée pour ces établissements reste très contrôlée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Le marché du Greenmarket Square, novembre 2014 : un marché aéré et ordonné où les allées et les abords des stands sont dégagés.
Crédits ©Morange - 2014
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/5522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photo 2
Légende Le marché du Greenmarket Square, janvier 2016 : un stand de chaussures qui ressemble à une boutique, avec un tapis au sol, un siège pour essayer les chaussures, du matériel pour mesurer la pointure des clients, des présentoirs soignés.
Crédits ©Morange 2016
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/5522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Photo 3
Légende Le centre commercial populaire de Granada, février 2016 : les passerelles centrales qui relient les différents étages du « mall ». Chaque étage est spécialisé dans un type de produit et identifié par une couleur spécifique.
Crédits ©Quentin 2015
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/5522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Morange et Aurélie Quentin, « Mise en ordre néolibérale de l’espace et fabrication de « bons commerçants » au Cap et Quito : le commerce « de moins en moins dans la rue » », Métropoles [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5522

Haut de page

Auteurs

Marianne Morange

Maître de Conférences HDR, Univ. Paris Diderot, UMR CESSMA, Institut Universitaire de France, marianne.morange@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Aurélie Quentin

Maître de Conférences, Univ. Paris Nanterre, UMR LAVUE-Mosaïques, aquentin@parisnanterre.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals