Navigation – Plan du site
Recension croisée

Entre ombre et lumière : les deux facettes du pouvoir politique local

Sébastien Segas
Référence(s) :

Cadiou, S. (sous la direction de) (2016), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales, L.G.D.J., Paris.

Mattina, C. (2016), Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Texte intégral

1Les lecteurs de sciences sociales savent, depuis un article resté célèbre (Bachrach, Baratz, 1962), que le pouvoir politique a au moins deux facettes (faces). La publication, à quelques mois d’intervalle, de Clientélismes urbains (CU) et de l’ouvrage collectif Gouverner sous pression ? (GSP) constitue une invitation à réinterroger la pluralité des formes que peuvent prendre les interactions qui fondent les relations de pouvoir local en France en permettant, notamment, d’établir une distinction entre des pratiques d’échange politique relativement formalisées et publiques et des pratiques beaucoup plus informelles et occultes.

2En effet, cette opposition entre part lumineuse et part d’ombre du pouvoir local traverse, quoique de façon différente, ces deux ouvrages. Dans CU, C. Mattina entend dévoiler des pratiques « informelles et officieuses, et souvent cachées à l’observation du chercheur » (CU, p. 37) car largement stigmatisées dans l’espace public. A partir d’une enquête de terrain très fouillée, mêlant entretiens, observations ethnographiques et travail d’exploration archivistique, C. Mattina analyse très finement les relations d’échange qui se nouent à Marseille entre des élus locaux (le maire et son entourage) et des individus, des familles, voire des groupes sociaux (groupes socioprofessionnels, ethniques, religieux). Il s’agit de relations basées sur la distribution par le pouvoir local de biens matériels (des emplois dans la fonction publique territoriale, des logements sociaux, des travaux dans une rue, etc.) ou symboliques (une reconnaissance notabiliaire, des lieux de souvenir pour certaines communautés, etc.). En retour, les récipiendaires de ces biens s’inscrivent dans une relation de loyauté vis-à-vis du maire qui se traduit par un soutien politique. C. Mattina insiste sur la continuité de ces pratiques dans le temps : développées sous la mandature de G. Defferre (en particulier entre 1965 et 1986), elles sont largement reconduites, quoique de façon renouvelée, sous celle de J.-C. Gaudin (depuis 1995), après la parenthèse que constitue l’ère Vigouroux (1986-1995). Ces relations de clientèle sont exclusives au sens où elles privilégient certains groupes sociaux (les classes moyennes, les communautés arménienne et juive, celle des rapatriés des anciennes colonies) au détriment d’autres (la majeure partie des classes populaires, les communautés maghrébine ou comorienne). Convoquant les travaux de Gramsci, C. Mattina va jusqu’à parler de la constitution d’un bloc hégémonique alliant les classes moyennes et le pouvoir local.

  • 1 On pense ici à la contribution de P. Prenant. Cette dernière analyse l’action (qui prend la forme d (...)

3Les contributions de GSP, quoique relativement diverses dans leur approche et leur objet, interrogent toutes l’interpénétration entre groupes d’intérêts (GI) et pouvoirs publics locaux. Il s’agit de rompre avec un relatif désintérêt de la science politique française pour les GI au niveau local (dont G. Courty analyse les raisons dans sa contribution) en intégrant notamment les apports du néopluralisme anglo-saxon. Contrairement aux approches élitistes ou à la théorie des « coalitions de croissance » qui concentrent leur attention sur le rôle des GI économiques les plus puissants (cf. sur ce point la contribution de R. Payre), cet ouvrage applique la grille de lecture de la group interest theory à un panel très diversifié de collectifs : des associations représentant des PME, des entreprises morales au sens de Becker1, des mobilisations de riverains de type Nimby, etc. En outre, loin de considérer les GI comme des acteurs placés dans une relation d’extériorité au pouvoir local, les contributions réunies dans GSP tendent à les situer dans une relation d’interdépendance vis-à-vis des institutions locales : la structuration des GI et le choix de leur registre d’action sont directement influencés par le contexte institutionnel. De ce point de vue, la reconfiguration scalaire de l’action publique (qui laisse une place croissante au pouvoir local) et la multiplication des instances participatives dans lesquelles des représentants de GI sont invités à discuter autour de projets d’action publique constituent une structure d’opportunité politique (Tarrow, 1989) qui amène les GI non seulement à s’organiser au niveau local, mais aussi à investir des arènes officielles et formalisées dans lesquelles un certain type de registre d’accréditation et de légitimation des revendications (celui de l’expertise) est privilégié. Ceci ne signifie pas que les contributeurs de GSP nient l’existence de relations plus occultes et plus informelles (l’action « en coulisse » des GI fait même l’objet, comme on le verra, d’une attention certaine). La lecture globale de l’ouvrage accrédite plutôt l’idée d’une diversification du répertoire des GI qui oscillent, dans leur rapport avec le pouvoir local, entre registre de l’ombre et interactions en public.

4Bien entendu, ces deux ouvrages analysent des objets passablement différents à partir de deux cadrages analytiques distincts. Il serait sans doute possible de s’en tenir là et de dire que ces deux livres éclairent, dans les deux cas de manière très stimulante, deux aspects différents des relations de pouvoir localisées. Il me semble que ce serait passer à côté du dialogue possible entre ces deux textes, de la façon dont leurs analyses se complètent et/ou se concurrencent et permettent, sinon de dresser un portrait global du pouvoir local, du moins d’interroger l’articulation entre sa « face obscure » et sa « face lumineuse ». Investir cet espace intertextuel permet en effet de soulever a minima trois questions : ce qui se passe dans l’ombre du pouvoir local est-il réductible à ce que les sciences sociales ont désigné sous le terme de « clientélisme » ? Quel est le poids relatif de ce qui passe dans l’ombre et de qui se passe dans la lumière au sein des processus de production du gouvernement territorial et des politiques territoriales ? Dans quelle mesure le travail politique de mise en ordre des intérêts canalise-t-il l’expression des attentes individuelles ou collectives ?

1. La part d’ombre du pouvoir local : au-delà du clientélisme ?

5En étudiant le clientélisme, C. Mattina entend, on l’a vu, dévoiler des rapports politiques interpersonnels qui se construisent à l’abri des regards. Cependant, il est permis de se demander si la face cachée du pouvoir local se réduit aux simples relations de clientèle décrites dans CU : n’existe-t-il pas d’autres types d’échange politique officieux et occultes ?

6C. Mattina est le premier à admettre, même si son analyse s’attarde finalement assez peu sur ce type de pratiques, que les échanges politiques interpersonnels tissés dans l’ombre peuvent aller « au-delà de l’établissement de relations clientélaires » (CU, p. 140). S’inscrivant dans une longue tradition de travaux en sciences sociales consacrés au clientélisme, C. Mattina distingue nettement, d’une part, les relations de fidélité à long terme qui se tissent entre notables et clients et, d’autre part, les négociations ponctuelles entre des hommes politiques et des « courtiers en vote » qui peuvent proposer « des voix en échange de services, mais aussi les faire retirer et les déplacer ailleurs en cas de mésentente, de désaccord ou de rupture » (CU, p. 142). Le clientélisme, tel qu’il est défini dans CU, tient plus du don/contre-don décrit par Mauss (1924-1925) que de la négociation marchande. La relation entre patron et client repose sur un échange d’obligations morales et n’est donc pas strictement réductible à la chose donnée ou reçue (celle-ci apparaissant plutôt comme le support d’une relation sociale basée sur une triple obligation : celle de donner, de recevoir et de rendre). Ce type d’échange se déploie sur une longue période et construit des liens durables entre des élus, leurs « protégés » et leurs familles. A contrario, le simple courtage de vote n’engage pas les personnes dans un faisceau d’obligations réciproques. Il s’agit d’un marchandage électoral, toujours renégociable et basé sur une logique strictement utilitariste : le courtier se vend au plus offrant et n’est en rien l’obligé de celui qui lui rend service. C. Mattina montre cependant clairement que cette forme d’échange extérieur à la logique du clientélisme, mais tout aussi peu légitime dans l’espace public, existe également à Marseille. Il évoque à ce propos le cas d’un fonctionnaire, passé durant la campagne électorale de 1995 d’une liste d’arrondissement « tapiste » à une liste de droite, et qui, dans le documentaire « Marseille contre Marseille », se vante de pouvoir mobiliser 100 ou 150 voix pour n’importe quel leader politique.

7Certaines contributions de GSP peuvent peut-être nous aider à aller encore plus loin dans l’exploration de cette face obscure de l’échange politique « au-delà du clientélisme ». J. Pollard montre ainsi comment, dans deux communes de la région parisienne, les promoteurs essaient d’influencer les politiques locales de logement en mobilisant certes le registre de l’expertise, mais surtout en cultivant des relations informelles et personnalisées avec les élus locaux. Cette relation prend la forme d’un échange permettant aux promoteurs, dans un contexte de marché concurrentiel, de mieux appréhender les exigences informelles des élus tandis que ces derniers peuvent exercer un contrôle accru sur le type de programmes qui sera lancé et ainsi « avoir un regard sur les futurs acquéreurs des logements, en relation avec l’image que l’élu se fait de son électorat » (GSP, p. 83). D. Rauch montre également comment les clubs de yachting élitaires niçois de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle ont développé des relations de proximité avec le pouvoir municipal (invitation des élus locaux aux réceptions qu’ils organisent, présence de certains hommes politiques locaux dans ces clubs). Si elles relèvent sans doute globalement du « registre notabiliaire » (GSP, Introduction, p. 33), ces pratiques relativement discrètes et informelles d’échanges personnalisés nous semblent assez éloignées de celles qui attirent l’attention de C. Mattina à Marseille. En effet, si, dans ces deux cas, les démarches d’enquête ne nous permettent pas de relever ce qui, dans ces relations d’échange, relève du simple marchandage ou de la logique du don/contre-don, il apparaît en revanche assez évident que les parties prenantes et l’objet de l’échange sont différents par rapport à ce qui est décrit dans CU. Alors que C. Mattina insiste sur les relations tissées entre classe moyenne et pouvoir politique, ces deux contributions de GSP montrent comment les élus locaux construisent également des relations d’échange informelles avec des individus issus, dans le cas de Nice, de la haute bourgeoisie (voire de la noblesse) ou, chez J. Pollard, de la classe entrepreneuriale. Surtout, l’enjeu de l’échange n’est pas d’obtenir une forme de soutien politique de la part des acteurs sociaux avec qui le pouvoir local interagit. Si un bénéfice électoral est recherché, il l’est de façon indirecte : ainsi, les maires évoqués par J. Pollard ne demandent pas aux promoteurs une quelconque forme de soutien politique, mais un certain type de logements (même s’il se trouve que ces élus réclament ce type de logement pour des raisons électorales). Il est sans doute possible de qualifier ce type de relation de « clientéliste », mais ce serait sans doute courir le risque, dénoncé par C.Mattina, de diluer la notion en en faisant un usage trop extensif.

8En croisant la lecture de GSP et celle de CU, une autre question délicate liée à la définition du clientélisme émerge : à quel moment passe-t-on du clientélisme à une négociation discrète avec le représentant d’un GI ? Parler de clientélisme pour désigner l’attribution de biens divisibles (un logement, un travail, une médaille) à un individu ou une famille en échange d’une fidélité politique ne soulève pas de grande difficulté. En revanche, la chose est moins aisée quand un intermédiaire notabilisé (le représentant d’une communauté, le président d’un comité de quartier marseillais) agit comme relais à la fois pour faire remonter vers le pouvoir municipal marseillais des demandes de biens divisibles, mais aussi pour revendiquer la satisfaction d’attentes collectives (des mesures de sécurité autour d’une synagogue, l’aménagement de la circulation ou la piétonisation d’une rue dans un quartier). C. Mattina inscrit ce type de pratique sous l’étiquette « clientélisme », mais peut-on encore utiliser ce terme quand la représentation d’un collectif et la distribution de biens indivisibles sont également en jeu ? Ne faut-il pas dissocier deux registres d’action de ces intermédiaires, l’un relevant des logiques interpersonnelles du clientélisme, l’autre, de la construction d’une relation d’échange informelle entre le pouvoir local et un collectif (relation potentiellement analysable avec les outils de la sociologie des groupes d’intérêt) ?

9Enfin, la question des rapports entre clientélisme et discrétion peut être abordée sous un autre angle : le clientélisme est-il voué à l’ombre ou peut-il parfois émerger en pleine lumière sous d’autres formes que celles de discours de dénonciation ? C. Mattina, on l’a vu, insiste sur la dimension occulte et donc difficilement observable des relations clientélaires. Cette discrétion s’explique non seulement par le caractère illégal de certaines de ses pratiques (il y a donc parfois un risque juridique à les publiciser), mais aussi, plus généralement, parce que le clientélisme fait l’objet d’un discours critique qui vient stigmatiser ce type d’échange. Dans ce contexte de dénonciation morale des relations clientélistes, les stratégies de contrôle de l’information identifiées par E. Goffman qui visent à limiter la publicité d’une pratique sociale apparaissent donc comme une façon raisonnable de gérer le stigmate. Cependant, C. Mattina observe l’émergence, depuis la fin des années 2000, d’une nouvelle stratégie de gestion de la stigmatisation du clientélisme. Dans un contexte où une série d’affaires juridiques dévoilent au grand jour des pratiques jusque-là relativement discrètes, certains élus vont commencer à défendre et à revendiquer, dans leurs discours publics, l’étiquette « clientélisme » au nom d’une éthique de la proximité (« Si faire du clientélisme, c’est aider les plus démunis, alors oui, je fais du clientélisme » - CU, p. 357). C. Mattina analyse ce processus de façon fort convaincante comme une opération de « retournement du stigmate » (Goffman, 1975) dont l’objet est de justifier une pratique discréditée en dénonçant le discours dominant. Ce faisant, les élus ne se contentent pas de se défendre, ils font, au moins partiellement, entrer dans la lumière les pratiques clientélistes en les publicisant quitte à prendre certaines libertés avec la réalité : C. Mattina relève ainsi que les principaux bénéficiaires du clientélisme à Marseille ne sont pas majoritairement des « démunis », mais des personnes issues des classes moyennes.

2. Observer la part lumineuse du pouvoir local… au risque de l’éblouissement ?

  • 2 Ce registre n’est pas en lui-même nouveau, même si l’émergence de ce type d’arène favorise sa mobil (...)

10GSP et CU diffèrent par la place qu’ils accordent, dans leurs analyses, aux dispositifs formels et officiels à travers lesquels des groupes sociaux sont associés à la production de l’action publique. GSP tend à mettre en avant l’influence de ce type de dispositif sur la façon dont les GI investissent leur rôle et interagissent avec les pouvoirs publics locaux. Pour schématiser, avant leur émergence, l’action des GI était globalement marquée du sceau de la discrétion et se déployait plutôt dans des instances de négociation à la fois informelles et bilatérales dans l’objectif d’obtenir des passe-droits ou encore le maintien d’un statu quo. Il s’agissait alors de « confiner les arrangements pour prévenir les demandes concurrentes, voire des critiques de captation de l’action publique » (GSP, Introduction, p. 29) en limitant le nombre d’interlocuteurs par des « stratégies de monopolisation de la relation aux édiles » (Ibid.). Cependant, avec le tournant procédural de l’action publique (que l’on peut approximativement dater des années 1990), les GI sont de plus en plus invités à interagir avec les pouvoirs locaux dans des arènes formelles et publiques dans lesquelles la définition et/ou la mise en œuvre de l’action publique est collectivement discutée. Dans ces arènes pluralistes (au sens où plusieurs GI se trouvent associés en même temps, rompant avec les logiques bilatérales antérieures), le registre légitime est plutôt celui de l’expertise2, qu’elle soit « technique » ou « d’usage » : les GI sont là pour « délivrer des informations utiles à la construction de projets d’action » (GSP, Introduction, p. 30). Cette évolution de la forme de l’action publique locale qui se traduit à la fois par une explicitation et une transformation des relations entre pouvoir local et GI, que l’on désigne généralement sous le nom de « gouvernance », suscite des formes de professionnalisation dans les GI. Cependant, il convient de rappeler que l’apparition d’arènes publiques ouvertes aux GI n’est pas présentée dans GSP comme signifiant nécessairement la disparition du registre affinitaire et des relations confinées dans les coulisses : la procéduralisation de l’action publique locale est plutôt envisagée comme un facteur de diversification des rôles et des registres mobilisés par les GI. Il n’en reste pas moins que de nombreuses contributions de GSP sont attentives à la façon dont des GI sont intégrés à des arènes publiques autour de l’action publique (un conseil de développement chez B. Giraud, des arènes liées à la prévention des risques chez C. Ferrieux, un pôle de compétitivité chez D. Galimberti, etc.).

11Si plusieurs contributions de GSP mettent l’accent sur l’émergence d’arènes formelles associant acteurs publics et GI, C. Mattina, de manière délibérée, délaisse ce type d’objet. Pour continuer à filer la métaphore de l’ombre et de la lumière, on pourrait dire qu’il dénonce un risque d’éblouissement : l’attention privilégiée que les théories de la gouvernance portent à ces scènes de coconstruction de l’action publique locale (la partie la plus visible de l’activité contemporaine de gouvernement) se ferait au détriment de l’observation, largement délaissée, de formes d’échanges politiques prétendument archaïques. Pour le dire autrement, la lumière attirerait trop le regard des analystes qui en oublieraient d’explorer l’ombre. En effet, C. Mattina entend démontrer, contre les analyses qui insistent sur le poids croissant des processus de coordination d’acteurs autour de l’explicitation de projets d’action publique, qu’une partie des rapports de pouvoir urbains passe toujours par la construction et l’entretien de relations d’échange clientélistes. Au passage, il remet également en cause l’idée popularisée par C. Stone (1989), selon laquelle les coalitions de gouvernement (les acteurs et les groupes qui s’allient pour définir et conduire l’action publique) seraient à la fois distinctes et relativement indépendantes des coalitions électorales (les acteurs et groupes qui se coalisent derrière un candidat). Pour gouverner une ville comme Marseille, nous explique C. Mattina, il faut non seulement être en relation avec des GI influents capables d’apporter leur soutien et leur expertise à des programmes de développement, mais également être en mesure de s’inscrire dans des relations, le plus souvent discrètes, de distribution de biens contre du soutien politique.

12En nous proposant de déporter le regard vers l’ombre, C. Mattina nous permet de prendre conscience de la persistance et du renouvellement des pratiques clientélaires dans le contexte marseillais. Mais si la lumière et l’ombre coexistent, alors une nouvelle question, qui n’est finalement qu’effleurée par les deux ouvrages, émerge, celle de l’impact respectif des échanges confinés, informels, bilatéraux et des arènes pluralistes formalisées sur la conduite de l’action publique : quelle part du gouvernement des villes se déroule dans les coulisses des relations clientélaires et quelle part, dans les espaces de coconstruction des projets urbains ? L’impression que l’on peut tirer de la lecture de CU, c’est que le clientélisme affecte principalement l’action publique de proximité, via la distribution de biens divisibles (une place en crèche) ou indivisibles (des travaux dans une école, une place du souvenir pour une communauté). Certaines contributions de GSP semblent nous montrer que de grands projets structurants (comme les pôles de compétitivité), souvent menés à des échelles inter- ou supracommunales, semblent plutôt découler d’autres types d’échanges, plus formalisés et convoquant d’autres acteurs (les milieux patronaux en premier lieu). Mais peut-on s’arrêter à ce type de lecture, relativement simpliste ? Il me semble que s’ouvre ici, entre ces deux ouvrages, un espace pour des travaux futurs qui interrogeraient la façon dont les parts d’ombre et de lumière des relations de pouvoir s’articulent pour construire des configurations de gouvernement singulières.

3. La mise en lumière du travail de « mise en ordre des intérêts » : entre canalisation et contestation

  • 3 La diversité des intérêts à représenter constitue souvent une difficulté pour les GI dans leur volo (...)

13GSP et CU me semblent tous deux participer au dévoilement d’un travail sociopolitique de « mise en ordre des intérêts » (GSP, Conclusion, p. 269), au sens où les intérêts sociaux y sont considérés non pas comme des données, mais comme le produit de processus de construction sociopolitique. Ce travail se déploie bien entendu d’abord au sein des GI qui doivent agréger des attentes parfois hétérogènes3 et construire un collectif (fixer les frontières du groupe, développer une organisation, choisir des porte-paroles) : face à ces enjeux, les GI développent des incitations sélectives qui créent un intérêt individuel à l’adhésion au collectif tout en effectuant un travail de construction d’attentes collectives. Ainsi, M.-A. Grégory montre comment l’Assemblée des Départements de France constitue à la fois une organisation qui offre à ses membres des avantages appropriables individuellement (l’accès à des informations et de l’expertise, des formes de sociabilité) tout en définissant des intérêts départementaux communs susceptibles de dépasser les clivages partisans entre ses adhérents.

14Cependant, la mise en ordre des intérêts ne peut pas être appréhendée uniquement du point de vue des GI : ces derniers sont inscrits dans une relation d’interaction et d’interdépendance avec les pouvoirs locaux. Pour le dire autrement, si les GI participent à la structuration de l’action publique, ils sont tout autant structurés par les politiques territoriales et le travail des élus. B. Giraud analyse ainsi comment les pouvoirs publics ont poussé activement à la constitution de groupes d’entrepreneurs afin de les enrôler, notamment, dans le Conseil de développement d’un Pays rural. D. Galimberti, quant à elle, s’intéresse à la façon dont un pôle de compétitivité tend à s’imposer comme une arène dans laquelle les intérêts économiques locaux se configurent tout en influençant en retour l’action publique locale. Les élus et les acteurs publics peuvent donc participer à la construction des interlocuteurs avec lesquels ils vont interagir. La contribution de S. Barone va encore plus loin en analysant comment un GI a priori faible (car très divisé et doté de peu de ressources organisationnelles) peut peser sur la définition de l’action publique. La prise en compte des intérêts halieutiques dans une stratégie de développement local s’explique non pas par la capacité de ce groupe à se mobiliser ou à produire de l’expertise, mais par le fait que les activités de ce groupe professionnel sont au cœur de la construction d’une coalition discursive qui, en associant développement, environnement et identité locale, permet de fédérer une multitude de groupes sociaux autour de l’action publique. L’influence indirecte des professions halieutiques sur l’action publique réside alors « moins dans la manière dont elles agissent que dans la manière dont elles sont agies [par d’autres acteurs publics et privés] » (GSP, p. 260).

15Cette attention au travail politique de construction et de configuration des intérêts locaux n’est pas absente des travaux de C. Mattina. Ce dernier montre en particulier dans le chapitre 4 de son ouvrage comment les élus locaux et les politiques locales participent simultanément à « l’invention » et à l’organisation de communautés ethniques et/ou religieuses. En effet, la mise en place d’un échange politique avec ces groupes passe par la sélection, par le pouvoir politique local, de porte-paroles (des présidents d’association à caractère ethnique ou confessionnel, des responsables religieux) avec qui interagir et négocier. En choisissant des individus « censés représenter de manière unitaire des groupes ethniques ou ethno-religieux […] en dépit de la grande multiplicité de leurs acteurs » (CU, P. 289), le pouvoir politique local non seulement légitime et notabilise des acteurs avec lesquels il noue des relations bilatérales, mais il construit également les communautés qu’ils sont censés représenter en tant « [qu’]interlocutrices homogènes » (Ibid.). L’intégration des communautés arménienne ou juive ou encore de celle des rapatriés à un système d’échange politique ne traduit donc pas la simple reconnaissance d’un fait communautaire préexistant, mais résulte d’un travail politique « d’incitation à la constitution de logique communautaire d’agrégation » des intérêts (CU, p. 298). Dans un autre registre, le maintien de relations clientélaires interindividuelles implique aussi un travail politique de mise en forme des intérêts. Alors que l’émergence d’une machine clientélaire entre 1965 et 1986 s’explique, non pas par une quelconque spécificité culturelle marseillaise, mais par la disponibilité de certaines ressources distribuables (capacité des élus marseillais à peser sur la distribution d’un large parc de logements sociaux, développement de l’emploi public) couplée à une forte demande locale de ces biens (des classes populaires et moyennes nombreuses en attente d’ascension sociale et de logement confortable), le maintien de ces relations, dans un contexte où les ressources de valeur à distribuer, à partir des années 1980-1990, se raréfient au profit de ressources plus éphémères (emplois à durée déterminée, places en crèche, billets gratuits pour les matchs de l’OM), repose en grande partie sur la « capacité des « patrons » à entretenir les attentes du plus grand nombre de personnes tout en maintenant au plus bas le niveau de distribution de bénéfices concrets » en recourant notamment au « traitement symbolique [de certaines] sollicitations » (CU, p. 389).

16Là où en revanche les deux ouvrages diffèrent, c’est dans l’attention qu’ils accordent aux limites et aux remises en cause de ces entreprises politiques de mise en ordre des intérêts. Tandis que C. Mattina décrit essentiellement un processus de cadrage et de canalisation de l’expression de la demande de certains groupes sociaux à travers leur inscription dans un système d’échange politique, certaines contributions de GSP montrent que les stratégies de domestication, basées sur l’enrôlement de GI dans l’action publique, ne suffisent pas à éviter l’émergence de conflits portés par des mobilisations contestataires. Interrogeant les interactions entre pouvoir local et parents d’élèves autour des enjeux scolaires, L. Barrault-Stella montre que la sélection par le pouvoir local de certains groupements censés incarner les intérêts des familles n’exclut pas l’émergence de mobilisations portées par d’autres collectifs, moins contrôlés par les pouvoirs publics. Il oppose ainsi, d’une part, le registre d’action des associations de parents d’élèves affiliées aux grandes fédérations (FCPE, PEEP) enrôlées par le pouvoir local dans des relations d’échange qui permettent à la fois d’arriver à des arrangements discrets (notamment avec la logique de la carte scolaire) et d’éviter les conflits ouverts à, d’autre part, celui des mobilisations plus ponctuelles de parents engagés dans des stratégies de contestation et de confrontation (occupation d’école par exemple). Ceci n’exclut d’ailleurs pas que, dans certains cas, ces acteurs contestataires ne finissent par entrer dans des relations plus routinisées et plus « canalisées » avec les pouvoirs publics. Dans la contribution d’H. Nez, on voit comment un collectif citoyen de Belleville, mobilisé pour la sauvegarde du caractère public d’un immeuble dont la mairie d’arrondissement désire céder le bail à un promoteur privé, s’inscrit dans des relations complexes avec le pouvoir local. D’un côté, ce collectif crée un rapport de force avec les autorités locales en s’appuyant sur la constitution d’une contre-expertise collective (mêlant savoir d’usages, savoirs militants et compétences techniques) pour interpeller le pouvoir local (sous la forme d’appels téléphoniques, de courriers, de manifestations, etc.). D’un autre côté, ce collectif peut s’appuyer sur des insiders du pouvoir municipal (une élue verte du conseil d’arrondissement notamment) pour accéder à des informations et relayer sa cause, de sorte que la logique de la mobilisation ne saurait être réduite à l’action d’acteurs essayant d’influencer de l’extérieur le pouvoir local. Plus globalement, l’idée que les GI peuvent alterner ou articuler stratégies de négociation et stratégies de contestation « dans la rue » est largement défendue dans GSP. A la lumière de ces analyses, il est possible d’interroger un angle mort de l’enquête de C. Mattina en se demandant dans quelle mesure une partie de l’expression des attentes des groupes sociaux dirigés vers le pouvoir marseillais ne passe pas par le « canal » de l’échange clientélaire, mais par celui de mobilisations collectives contestataires.

*

17Au-delà de leurs divergences, CU et GSP ont le mérite commun de se démarquer d’une vision trop évolutionniste de l’échange politique selon laquelle les pratiques de l’ombre, archaïques et dépassées, auraient vocation à disparaître au profit du développement de pratiques publiques plus « lumineuses ». En effet, ces deux ouvrages tendent à démontrer que le développement d’arènes d’interaction autour de projets urbains ne signifie ni la disparition du clientélisme (CU) ni celle de relations à la fois moins formalisées et plus discrètes avec certains GI (GSP). L’ombre et la lumière apparaissent alors moins comme les deux pôles d’une évolution diachronique que comme des registres simultanément disponibles et entre lesquels des élus et des groupes sociaux peuvent opter afin de cadrer leurs interactions.

18Reste cependant la question de ceux qui ne sont ni dans l’ombre ni la lumière, autrement dit des groupes sociaux qui se situent à l’extérieur des frontières de l’échange politique avec le pouvoir local, quelle que soit la forme de celui-ci. De ce point de vue, ces deux ouvrages soulignent la position souvent marginale des classes populaires dans les échanges autour des ressources que peut distribuer le pouvoir territorial. D’un côté, C. Mattina montre comment les classes populaires et les communautés défavorisées (comoriennes et maghrébines notamment) sont en grande partie exclues d’un système d’échange clientélaire qui bénéficie en premier lieu aux classes moyennes. De l’autre, de nombreuses communications de GSP analysent l’action de groupes défendant les intérêts d’élites sociales et/ou économiques ou de classes moyennes. Ainsi, dans son travail sur les associations et les collectifs de parents d’élèves, L. Barrault-Stella pointe l’homogénéité sociale des groupes mobilisés (que la forme de leur action soit protestataire ou pas). Il relève que « les principaux représentants de ces groupes [étaient] particulièrement bien dotés culturellement et les familles populaires beaucoup moins nombreuses » (GSP, p. 218). Au-delà de leur contribution à l’analyse des formes de l’échange politique, ces deux ouvrages permettent donc également d’interroger à nouveaux frais l’hypothèse de l’émergence d’un ordre politique local « post-démocratique » (Crouch, 2004 ; Pinson, 2009) dans lequel les membres des catégories populaires ne pèseraient plus sur un agenda politique local largement déterminé par les classes moyennes et les élites socioéconomiques.

Haut de page

Bibliographie

Bachrach, P., Baratz M. S. (1962), “Two faces of power”, The American Political Science Review, vol. 56, Issue 4, pp. 947-952.

Crouch C. (2004), Post-democracy, Polity Press, Cambridge.

Goffman, E. (1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps (1963), Éditions de Minuit, Paris.

Mauss, M. (1924-1925), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’année sociologique, seconde série, t. I.

Pinson, G. (2009), Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de Sciences Po, Paris.

Stone, C. (1989), Regime Politics: Governing Atlanta, 1946-1988, University Press of Kansas, Lawrence.

Tarrow, S. (1989), Democracy and disorder: protest and politics in Italy 1965-1975, Clarendon Press, Oxford.

Haut de page

Notes

1 On pense ici à la contribution de P. Prenant. Cette dernière analyse l’action (qui prend la forme de pétitions et de recours juridiques) de la Ligue pour la défense de la moralité publique à Nice qui, au début du XXe siècle, a fait pression sur les pouvoirs publics afin qu’ils appliquent strictement la législation relative à la prostitution et la pornographie.

2 Ce registre n’est pas en lui-même nouveau, même si l’émergence de ce type d’arène favorise sa mobilisation : S. Gardon montre bien comment l’Automobile Club du Rhône a joué un rôle monopolistique d’interlocuteur des pouvoirs publics locaux sur les questions d’équipement et de sécurité routière jusqu’aux années 1960 en affichant son expertise dans ce domaine face à des services techniques locaux qui en étaient largement dépourvus.

3 La diversité des intérêts à représenter constitue souvent une difficulté pour les GI dans leur volonté de « faire » collectif : ainsi, la fédération départementale de la Confédération nationale du logement étudiée par S. Jolis dans GSP apparaît traversée par de multiples tensions (entre les intérêts des propriétaires et ceux des locataires, entre le discours confédéral de contestation des politiques gouvernementales et les mobilisations de quartier tournées vers la défense d’intérêts de proximité).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Segas, « Entre ombre et lumière : les deux facettes du pouvoir politique local », Métropoles [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5554

Haut de page

Auteur

Sébastien Segas

Université Rennes 2, Arènes, sebastien.segas@univ-rennes2.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals