Navigation – Plan du site
Recensions

Chenal Jérôme, La ville ouest-africaine. Modèles de planification de l’espace urbain

MétisPresses, 2013, 362 p.
Armelle Choplin
Référence(s) :

Chenal Jérôme, La ville ouest-africaine. Modèles de planification de l’espace urbain, MétisPresses, 2013, 362 p.

Texte intégral

1En invitant le lecteur à se perdre dans les périphéries sableuses de Nouakchott, à sillonner les rues animées de Dakar et à découvrir le site lagunaire d’Abidjan, Jérôme Chenal offre une intéressante réflexion sur la ville ouest-africaine. Issue de sa thèse présentée en 2009, la « Ville Ouest-Africaine » apporte une riche contribution au débat urbain actuel, en particulier sur les villes du Sud, en interrogeant les liens entre urbanisation, planification, pratiques sociales et transformations spatiales. En sa qualité d’architecte et d’urbaniste, Chenal interroge tout particulièrement les savoirs, tendances et outils en matière de planification mis en place dans le contexte urbain africain. A travers une approche comparative pertinente, il essaie de se défaire de quelques clichés trop bien connus : c’est en effet se méprendre que d’accoler à la ville africaine les images d’archaïsme, anarchisme, manque de planification, étalement urbain incontrôlé, autorités incompétentes… Chenal avance l’idée que la ville africaine ne doit justement pas être envisagée comme un manque mais selon une autre manière de voir, produire et vivre la ville. Il rejoint là les perspectives développées par les études urbaines critiques et postcoloniales, et en particulier le travail désormais bien (re)connu de Jennifer Robinson (2006). Sans pour autant jamais se réclamer ou même mentionner ce courant, Chenal tente de démontrer que les villes africaines sont les lieux d’une « altermodernité » et par conséquent, doivent être considérées en tant que telles et non au prisme des modèles urbains occidentaux.

  • 1 Il analyse le « Schéma directeur d’aménagement urbain de Nouakchott" publié en 2003, le « Plan Dire (...)

2Particulièrement plaisant à feuilleter grâce à ses nombreuses et riches illustrations, cet ouvrage se divise en cinq parties. La première (Trois villes en Afrique de l’Ouest) présente de façon synthétique mais précise les trois villes – Nouakchott, Dakar, Abidjan - : les trajectoires historiques et processus d’urbanisation sont décrits. Il est rappelé que ces trois villes partagent une même histoire urbaine coloniale dominée par les choix et politiques françaises. La deuxième partie (La planification urbaine) analyse les récentes politiques urbaines et décortique les documents d’urbanisme mis en place autour des années 20001. Ces documents permettent de saisir la vision des autorités en charge des questions urbaines, des experts en développement et autres bailleurs de fonds internationaux. Un tableau très utile permet de croiser le contenu et les résultats des trois schémas d’aménagements urbains (p. 139). Bien que très différents, ces plans d’urbanisme présentent des points communs, en particulier sur le décalage entre les recommandations émises et les réalités sociales. L’auteur rappelle avec justesse qu’à aucun moment ces schémas ne formulent clairement un projet de société urbaine, ni ne prennent en considération la complexité sociale locale. Éludant complètement certains aspects majeurs (en matière d’énergie, transport, environnement par exemple), ils ne prennent pas plus en compte les coûts financiers et humains de l’urbanisation. Chenal souligne l’absence de prise en compte des populations pauvres urbaines dans ces documents de planification.

3Les chapitres 3 (La presse) et 4 (Des images et des villes) qui suivent interrogent davantage la notion d’espace public comme élément critique des villes contemporaines. Chenal choisit d’abord d’analyser son rôle à travers la presse écrite. Pour cela, il dresse une liste de termes clefs directement en lien avec l’espace public : violence, infrastructure, transport et mobilité, environnement, occupation de l’espace, espace construit, rue, protestations, activités, vie quotidienne. En collectant ces références et en les géolocalisant grâce aux indications spatiales mentionnées dans les articles, Chenal établit une base de données qui lui permet de cartographier les représentations de l’espace public, tel que livrées dans la presse. D’un point de vue général, dans les trois villes, les questions de violence et d’insécurité ressortent, suivies de près par celles de mobilité et transport, climat et environnement, et du contrôle de la rue par les l’Etat (p. 197). Cette analyse de la presse rend également compte des problèmes auxquels sont confrontés quotidiennement les citadins : coupures d’électricité, pénurie d’eau, problèmes environnementaux (inondations notamment). Elle révèle la dichotomie qui existe entre le centre et les périphéries, et par conséquent les inégalités criantes de distribution des richesses et d’accès aux services. Chenal termine ce chapitre en affirmant que jusqu’à maintenant, ces villes n’ont « trouvé qu’une seule et unique manière de gérer les problèmes : on chasse, on déguerpit, on rénove au gré des déplacements, de la venue des chefs d’Etat étrangers, voire des bailleurs de fonds internationaux » (p. 224).

4La quatrième partie, et certainement la plus intéressante d’un point de vue méthodologique, propose d’utiliser la photographie comme instrument d’analyse de ces villes. S’inspirant de l’anthropologie visuelle, la démarche s’appuie sur les prises de vue de quelques espaces publics choisis, qui diffèrent selon les angles de vue, intervalles et moments de la journée. En comptant le nombre d’individus, en décrivant et analysant les éléments présents, l’objectif est de comprendre les liens entre espace urbain et pratiques sociales. Pour l’auteur, cette méthode met en lumière différents usages, liés aux questions de genre, aux contrastes entre centre et périphéries, à la présence d’enfants, de véhicules et d’animaux, aux activités dans la rue (personnes assises, rôle de l’ombre).

5La cinquième et dernière partie (Des villes différentes mais semblables) interroge plus largement la pertinence du modèle de la ville africaine. En prenant pour point de départ Nouakchott, Dakar et Abidjan, et en les comparant entre elles, l’auteur rappelle l’importance de la pensée et des pratiques européennes (et en particulier française) en matière d’urbanisme, à travers notamment l’expertise et la coopération décentralisée. Il souligne l’influence des grandes institutions internationales, et indirectement de la Banque Mondiale, qui « fait aujourd’hui la ville africaine » (p. 317). Selon lui, cette tendance inhibe toute autonomie et empêche l’émergence de nouveaux modèles urbains. Ce chapitre est également l’occasion de rappeler le rôle de l’Etat, interlocuteur et décideur de tout premier rang, en particulier lorsqu’il s’agit des capitales. Vitrines des choix et ambitions politiques, les capitales demeurent des instruments du pouvoir étatique (p. 303). L’auteur rappelle que contrairement aux apparences, ces villes font l’objet d’une planification mais les différents plans échouent à envisager et prévoir la ville de demain. L’une des raisons tient à la non prise en compte des stratégies d’installation des pauvres. Ces schémas d’aménagement et autres documents planifient une ville pour une classe moyenne, un « citadin moyen » dont on n’est pas bien sûr qu’il existe. En cela, l’ouvrage apporte des éclairages intéressants, bien que connus, sur les raisons des échecs de la planification en Afrique (simplification de la complexité sociale, absence de prise en compte des pauvres qui constituent la majorité urbaine, approche technocratique et imposée d’en haut).

6En résumé, grâce aux nombreuses illustrations, Chenal parvient avec succès à saisir les ambiances urbaines de Nouakchott, Abidjan et Dakar et offre des portraits vibrants de ces villes. Il met clairement l’accent sur le besoin d’éviter à tout prix les copier-coller entre les villes. Toutefois, au regard de la bibliographie qui gagnerait à être étoffée, le lecteur regrettera l’absence de références pour aller plus loin dans l’analyse de ces trois villes, notamment d’un point de vue davantage social (Piermay, Sarr, 2007 ; Choplin, 2009 ; Steck, 2008). Par ailleurs, on peut rester sceptique quant aux apports de l’ouvrage sur l’existence possible d’un modèle de la ville africaine proprement dite. La réflexion aurait gagné à être replacée dans un débat académique plus large, en s’appuyant notamment sur les travaux de l’African Center for Cities (ACC) en Afrique du Sud, et de ceux désormais nombreux de collègues qui ont déjà réfléchi à l’idée (impossible et simpliste) de définir un modèle de la ville africaine (Myers, 2011, Simone, 2004; Parnell, Pieterse, Watson 2009). Quelques parallèles avec d’autres villes africaines auraient d’ailleurs été les bienvenus pour pouvoir étayer la thèse selon laquelle les « villes africaines sont différentes mais semblables ». Au regard des réflexions développées, on aurait aimé que l’auteur explique davantage le choix de son titre « la ville ouest-africaine », quelque peu essentialiste, alors même qu’il critique les simplifications récurrentes établies pour les villes africaines. Par ailleurs, les analyses en profondeur des questions sociales et politiques font souvent défaut. Cela est d’autant plus dommageable que c’est l’une des critiques principales formulées à l’encontre des documents de planification. Les orientations urbaines apparaissent dépolitisées alors qu’elles relèvent de choix politiques, de conflits entre les pouvoirs locaux et nationaux, des relations de domination ethniques et communautaires.

7En dépit de ces raccourcis, cet ouvrage apporte une contribution intéressante à la littérature croissante sur les liens entre théories et pratiques urbaines dans les villes du Sud. En plaidant pour une réflexion sur les pratiques des urbanistes et des promoteurs, ce travail offre un éclairage tout à fait bienvenu pour découvrir trois villes ouest-africaines (et non « la ville ouest-africaine »).

Haut de page

Bibliographie

Choplin A. (2009), Nouakchott au carrefour de la Mauritanie et du Monde, Paris : Karthala-PRODIG, 372 p.

Myers, G. A. (2011). African Cities: Alternative Visions of Urban Theory and Practice, London/New York: Zed Books Ltd.

Piermay J.L., Sarr C., (ed.) (2007) La ville sénégalaise : une invention aux frontières du monde, Paris : Karthala

Parnell, S., Pieterse, E. & Watson, V. (2009) “Planning for Cities in the Global South: A Research Agenda for Sustainable Human Settlements”, Progress in Planning, 72(2): 233-241

Robinson, J. (2006). Ordinary Cities. Between Modernity and Development, London/New York: Routledge.

Simone, A. M. (2004) For the City Yet to Come: Urban Life in Four African Cities. Durham, N.C.; London: Duke University Press

Steck J.-F. (2008) « Yopougon, Yop city, Poy... périphérie et modèle urbain ivoirien », Autrepart, 3, 47, p. 227-244

Haut de page

Notes

1 Il analyse le « Schéma directeur d’aménagement urbain de Nouakchott" publié en 2003, le « Plan Directeur d’urbanisme de Dakar Horizon 2025 » édité en 2002, et le « Schéma Directeur du Grand Abidjan » produit et révisé entre 1996-2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Chenal Jérôme, La ville ouest-africaine. Modèles de planification de l’espace urbain », Métropoles [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5559

Haut de page

Auteur

Armelle Choplin

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Ecole d’Urbanisme de Paris, armelle.choplin@univ-paris-est.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals