Navigation – Plan du site

Le logement comme clé pour le droit à la ville des femmes

Housing as a key to women’s right to the city
Marie-Eve Desroches

Résumés

Des féministes à travers le monde se mobilisent pour leur droit à la ville. Ces dernières luttent contre les dynamiques capitalistes et patriarcales qui induisent d’importants freins à leur participation sociopolitique et à leur appropriation des ressources et des opportunités urbaines. Parmi les diverses luttes et écrits qui traitent du droit à la ville, le logement constitue un important point de convergence. En effet, son accès apparaît comme une condition préalable à l’exercice de ce droit collectif. Cependant, la plupart des auteurs et mouvements sociaux qui ont recours à cette notion considèrent le capitalisme comme principale structure impliquée dans l’urbanisation ; c’est pourquoi le droit à la ville est généralement envisagé comme une lutte de classes. Notre étude de cas sur des mobilisations urbaines féministes pour le droit au logement démontre que le capitalisme et le patriarcat sont deux systèmes consubstantiels qui empêchent les femmes de s’approprier les logements de leur quartier et de participer à sa revitalisation. Pour prendre en considération l’influence du système patriarcal, la notion de droit à la ville doit être élargie ou du moins adaptée en intégrant plusieurs approches de la justice pour permettre des revendications et pratiques de luttes féministes.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à souligner la générosité et la gentillesse de l’équipe et des militantes du CÉAF pour nous avoir permis cette collecte de données. Nous remercions Catherine Trudelle pour son encadrement ayant permis la réalisation de cette recherche. Enfin, nous voulons souligner l’apport des évaluateurs et évaluatrices de la revue Métropoles ainsi que celui de Jean-Vincent Bergeron-Gaudin, Sandra Breux, Dounia Salamé et Marie-Ève Tremblay-Cléroux pour avoir aidé à la révision et la relecture de cet article.

Introduction

1De nombreuses géographes féministes ont souligné que le système patriarcal s’inscrit dans l’espace de manière à reproduire un ordre social genré qui engendre des divisions et hiérarchies entre les résidentes et les résidents (voir, entre autres, Jarvis, Kantor, & Cloke, 2009; McDowell, 1999; Parker, 2011). Par leurs recherches, elles démontrent que les oppressions patriarcales s’inscrivent dans la morphologie et les dynamiques urbaines de manière à discriminer les femmes, notamment en limitant leur pleine appropriation de leur milieu de vie et leur participation à la vie publique. En raison de ces oppressions, les résidentes n’auraient donc pas le même droit à la ville. Depuis que les travaux de Lefebvre (1968) ont été traduits à la fin des années 1990, une vague d’intérêt militant et académique a déferlé sur ce sujet. Par opposition au droit à la propriété, le droit à la ville aspire à ce que tout individu habitant la ville puisse exercer son droit à la centralité urbaine, ce qui inclut un droit à la participation et à l’appropriation (Lefebvre, 1968). Plusieurs écrits et mouvements féministes mobilisent le droit à la ville afin d’analyser comment les violences basées sur le genre influencent l’appropriation des espaces publics (Beebeejaun, 2009; Cattan & Clerval, 2011; Haicault, 2007; Klodawsky et al., 2013) et pour comprendre comment la construction de la citoyenneté ainsi que la participation différenciée dans la gouvernance locale affectent les politiques urbaines (Buckingham, 2010; Fenster, 2005; Haicault, 2007; Wekerle, 2000b).

2Parmi les diverses luttes et écrits qui ont recours au droit à la ville, le logement constitue un important point de convergence puisque son accès constitue un prérequis pour assurer l’appartenance (Rolnik, 2014) et la participation à la ville (Darcy & Rogers, 2014; Shin, 2013; Weinstein & Ren, 2009). Dans un contexte de mondialisation néolibérale, les logements deviennent des marchandises utilisées autant par des individus que par des corporations pour accumuler des richesses et des gains financiers (Pattillo, 2013; Rolnik, 2014). Cette marchandisation met en péril le droit au logement, mais également les luttes pour le droit à la ville. Conséquemment, de nombreuses recherches qui mobilisent le droit à la ville s’intéressent à la transformation du logement social (Arena, 2013; Darcy & Rogers, 2014; Fenton, Lupton, Arrundale, & Tunstall, 2013; Samara, Sinha, & Brady, 2013) et du logement sur le marché privé (Kadi & Ronald, 2014; Rolnik, 2013; Weinstein & Ren, 2009). Ces écrits analysent également les luttes menées pour le droit au logement (Alkhalili, Dajani, & De Leo, 2014; Glass, Woldoff, & Morrison, 2014; Rolnik, 2013; Samara et al., 2013; Weinstein & Ren, 2009) ou contre le déplacement des résidents et résidentes (Alkhalili et al., 2014; Newman & Wyly, 2006; Shin, 2013). La vaste majorité de ces écrits voient les reconfigurations du capitalisme, qui s’opèrent notamment par l’urbanisation néolibérale, comme étant les principales entraves au droit à la ville (Aalbers & Gibb, 2014; Arena, 2013; Darcy & Rogers, 2014; Fenton et al., 2013; Glass et al., 2014; Kadi & Ronald, 2014; Newman & Wyly, 2006; Rolnik, 2013, 2014; Samara et al., 2013; Shin, 2013; Weinstein & Ren, 2009). La plupart considèrent le capitalisme comme le principal mécanisme impliqué dans la production de l’espace et perçoivent donc le droit à la ville comme s’inscrivant dans une lutte de classes. Cependant, les luttes contre la néolibéralisation de l’espace ne s’opposent pas uniquement à la marchandisation; elles visent également la contestation de l’urbanisation qui détruit l’environnement et exacerbe les oppressions basées, entre autres, sur la race, le genre et l’orientation sexuelle (Purcell, 2009). Les luttes pour le droit à la ville peuvent-elles considérer les oppressions patriarcales dans leurs revendications et mobilisations ? Dans le cadre de cet article, nous soutenons que les villes sont des produits et des instruments du capitalisme et du patriarcat. Afin de prendre en considération l’influence d’autres systèmes d’oppression et mener des luttes réellement inclusives pour le droit à la ville, cette notion doit être élargie ou du moins adaptée en intégrant plusieurs approches de la justice dans ses revendications et mobilisations.

3Le logement constitue une dimension cruciale de la vie urbaine des femmes : s’y matérialise une large partie de la sphère privée où prennent place différentes oppressions qui pèsent sur leur appropriation et leur participation à la ville. Cependant, il semble que peu d’écrits sur le droit à la ville des femmes s’y intéressent directement. Pour combler cette lacune et soulever les limites du droit à la ville contre l’urbanisation capitaliste, nous réalisons une étude de cas sur des mobilisations urbaines féministes pour le droit au logement. Pour y arriver, nous nous penchons sur les activités du Comité d’action locale (CAL) du Centre d’éducation et d’action des femmes (CÉAF) à Montréal. Sur le plan méthodologique, nous avons mené sept mois d’observation participante des réunions régulières du CAL, mais également des activités et mobilisations du CÉAF. Cette collecte nous a donné un accès privilégié au Comité. Ce contact direct nous a permis de saisir notamment la perception des militantes relativement à la transformation de leur quartier ainsi que leur rôle en tant qu’actrices du développement local. Vers la fin de la période d’observation, nous avons distribué un questionnaire à douze militantes du CAL afin d’approfondir certains éléments soulevés dans nos analyses préliminaires. Ce questionnaire comporte une trentaine de questions à choix de réponses ou à réponses courtes séparées en trois sections : (1) la description du quartier (aménagement, ressources, espaces politiques, etc.); (2) le CAL (fonctionnement, impressions, retombées, etc.); (3) les représentations du quartier (évolution du quartier, symboles, éléments distinctifs, etc.). Comme le questionnaire comportait des sections de commentaires, nous avons recueilli leurs témoignages et impressions sur la situation du logement et leur engagement dans les luttes pour le droit au logement. De plus, nous avons réalisé une analyse documentaire d’une vingtaine de documents publics et privés produits par le CAL et le CÉAF entre 2003 et 2014, dont des procès-verbaux, des bilans des activités, des rapports d’évaluation, des témoignages recueillis et des mémoires déposés. Ces documents nous donnent une perspective historique des enjeux locaux et des mobilisations menées.

4Comme nous l’avons démontré dans des écrits antérieurs, les mobilisations du CAL permettent aux militantes d’exercer et de revendiquer leur droit à la ville (Desroches, 2015; Desroches & Trudelle, 2015). Dans le cadre de cet article, nous démontrons comment leurs mobilisations sur la question du logement soulignent la nécessité d’élargir la notion de droit à la ville. Leurs analyses et pratiques féministes exposent l’importance de favoriser, au sein des luttes urbaines, la distribution et la participation, mais également la reconnaissance et le renforcement des capabilités. Concrètement, en soulevant des enjeux de logement généralement négligés, les militantes peuvent s’engager dans la sphère publique afin de revendiquer une meilleure distribution des logements, mais également une reconnaissance des oppressions basées sur le genre qui influencent le droit au logement des femmes. Pour favoriser une participation plurielle, le Comité déploie différents moyens pour que les militantes renforcent leurs capabilités à prendre part aux débats et décisions qui concernent leur milieu de vie selon leurs capacités, énergie et temps disponibles. De cette façon, les militantes peuvent participer à la transmission et la concrétisation de ces revendications.

5L’article débute par une présentation de certains éléments sur le droit à la ville de Lefebvre (1968) et les approches de la justice qu’il sous-tend. Ces réflexions nous amènent à mettre au jour les façons dont les oppressions patriarcales freinent l’exercice du droit à la ville. Avant de présenter les résultats de l’étude de cas, nous réalisons une mise en contexte concernant le quartier ainsi que le comité d’action locale.

1. Luttes et revendications pour le droit à la ville

1.1 Contre l’urbanisation capitaliste

6Lefebvre (1968) a construit son concept de droit à la ville de manière à articuler une opposition à l’industrialisation capitaliste, laquelle engendre une modification du rapport à la valeur de l’espace : les villes, auparavant des œuvres guidées par l’utilisation qu’en font la population (valeur d’usage), sont désormais produites comme des marchandises (valeur d’échange). Dans ce processus, les urbanistes imposent leur planification, soi-disant neutre et objective, qui, en réalité, avantage la bourgeoisie capitaliste puisqu’elle facilite la circulation et l’accumulation du capital, mais également la reproduction de la force de travail et des rapports de classe (Lefebvre, 1968). Le droit à la ville vise à ce que les résidents et résidentes reprennent le contrôle de leur milieu de vie afin que ce dernier redevienne le reflet de leurs besoins. Il s’agit donc d’une lutte collective et continue pour radicalement réorienter les finalités de l’urbanisation. Avec une telle lecture de la production de l’espace, le droit à la ville est pensé et circonscrit en termes de lutte des classes :

Seuls des groupes, classes ou fractions de classes sociales capables d’initiatives révolutionnaires peuvent prendre en charge et mener jusqu’à plein accomplissement les solutions aux problèmes urbains; de ces forces sociales et politiques la ville rénovée deviendra l’œuvre. (Lefebvre 1968, 103)

7Ces luttes visent à ce que tout individu habitant la ville exerce son droit à la centralité urbaine, ce qui inclut un droit à la participation et à l’appropriation de l’espace (Lefebvre, 1968). Le droit à l’appropriation vise à ce que tout individu puisse faire un usage libre, complet et sans contrainte de l’espace. Ce droit réfère à une approche distributive de la justice, soit une répartition des ressources économiques et matérielles (Mitchell, 2003). Le droit à la participation implique, pour sa part, que tous les habitantes et habitants aient un rôle reconnu dans les débats et prises de décision ayant trait à leur milieu de vie (Purcell, 2002). Il est donc question d’une approche de la justice par la participation.

8Certains écrits féministes ont souligné des limites au droit à la ville de Lefebvre (1968). Dagenais (1980) souligne qu’une conception classiste du droit à la ville place implicitement les femmes dans la classe sociale de leur mari, ce qui tend à ignorer les rapports d’exploitation issus des structures patriarcales. Selon Fenster (2005), les écrits sur le droit à la ville concentrent la discussion sur la sphère publique, sous-estimant par le fait même les oppressions issues de la sphère privée. Ses recherches démontrent qu’en plus des rapports capitalistes, l’influence du patriarcat dans les sphères publique et privée amène les femmes et les hommes à rencontrer des obstacles quotidiens à leur bien-être, leur appartenance et leur engagement qui sont des conditions préalables à l’exercice du droit à la ville. Il sera démontré, dans la section suivante, que les oppressions patriarcales infèrent sur l’appropriation et la participation des femmes à la ville.

1.2 Oppressions patriarcales contre le droit à la ville des femmes

9Dans sa définition la plus simple, le patriarcat est un système de structures sociales et de pratiques qui engendre des divisions selon le genre à différentes échelles (McDowell, 1999). À l’instar des féministes matérialistes, nous considérons que le capitalisme et le patriarcat constituent deux systèmes de rapports de pouvoir consubstantiels ayant leurs exigences et influences propres dans l’émergence et le maintien d’oppressions (Kergoat, 2009). En raison des positions sociales, déterminées notamment par la situation socioéconomique, l’ethnicité et les capacités, ces oppressions et privilèges ont des effets variables sur les groupes et individus (Anthias, 2008). Le système patriarcal s’appuie sur une division entre la sphère privée et la sphère publique qui favorise la reproduction d’oppressions et de privilèges entre les genres. Cette division est loin d’être impartiale puisqu’elle dévalorise les représentations de la sphère privée, associées à la féminité, aux sentiments et aux soins (Young, 1990). Ces sphères ne sont pas que symboliques puisque les rapports de genre se matérialisent dans l’espace. Il y a, par exemple, une ségrégation claire entre le domicile (sphère privée) et le reste de la ville (sphère publique) qui, par exemple, empêche un partage équitable du travail domestique.

  • 1 Dans son ouvrage Justice and the Politics of Difference, Young a développé une typologie des oppres (...)

10À travers la production de l’espace, le patriarcat soutient et reproduit des oppressions et privilèges portés par les habitantes et habitants (appartenant ou non à une même classe sociale). La conception du droit à la ville comme une confrontation de classes s’avère donc insuffisante puisqu’elle n’inclut pas ces hiérarchies internes des classes sociales. Comment peut-on mener des luttes pour le droit à la ville réellement ancrées dans la justice ? Dans quelle mesure la justice distributive et participative, sous-tendue dans le droit à la ville de Lefebvre, est-elle suffisante pour lutter contre les oppressions patriarcales véhiculées par les villes ? À partir de la typologie des cinq formes d’oppression1 de Young (1990), nous démontrons comment le droit à l’appropriation et à la participation est influencé par les dynamiques et structures patriarcales.

1.3 Droit à l’appropriation

11Les luttes pour le droit à la ville, afin de favoriser l’appropriation de ce dernier, exigent une meilleure distribution des ressources. Cependant, l’exploitation du travail domestique effectué principalement par les femmes amène ces dernières à avoir, par exemple, un accès différencié au marché du travail, une précarité et une dépendance économique face à l’État ou leur conjoint (Delphy, 2003; McDowell, 1999). De plus, la marginalisation historique des femmes par rapport au marché du travail les a confinées à des métiers liés au care — à la sollicitude, aux soins, à l’attention et au souci de l’autre — qui sont plus fréquemment des emplois à temps partiel, non syndiqués, précaires et faiblement rémunérés (Paperman, 2013). Ces inégalités matérielles empêchent l’appropriation de différentes ressources et services urbains tels que le logement, la mobilité, l’alimentation et les loisirs. Dans cet ordre d’idées, la redistribution est cruciale pour remédier aux inégalités basées sur le genre. Cependant, plusieurs auteurs ont souligné qu’il ne faut pas voir la redistribution comme une panacée. Schlosberg (2007) et Young (1990) soutiennent que les politiques redistributives ne peuvent être employées seules puisque leurs mécanismes sont généralement teintés par différents systèmes de domination. L’État, tout comme le marché, ne constitue pas un arbitre neutre permettant une juste répartition, car ses politiques ignorent ou nient certaines oppressions (Fraser, 1998; Young, 1990). En ce sens, il nous apparaît important d’adopter une approche de la justice par la reconnaissance pour agir sur l’ensemble des systèmes de domination et rendre les mécanismes de redistribution plus équitables.

  • 2 En fait, cette représentation de la sphère publique se révèle erronée puisque de nombreuses études (...)

12Une large part du rapport différencié à l’espace est issue des violences basées sur le genre et du sentiment d’insécurité vécu par les femmes dans la sphère publique (Coutras, 2003; Wekerle, 2000a). Pour renforcer leur sentiment de sécurité, les femmes adaptent leur présence dans l’espace en faisant usage de pratiques d’évitement ou d’autodéfense (Lieber, 2008), ce qui les confine, dans une certaine mesure, à la sphère privée, perçue comme étant plus sûre2. En sus, l’impartialité, souvent prônée dans les politiques d’aménagement, dissimule un impérialisme culturel patriarcal puisqu’elle sous-tend une construction soi-disant neutre de l’espace qui nie les besoins et réalités propres aux femmes, notamment en raison de leur rôle social lié au care, ou encore reproduit des formes et dynamiques urbaines discriminantes (Lieber, 2008; Parker, 2011; Wekerle, 2000b). Ces oppressions font émerger des revendications liées, par exemple, à la reconnaissance, au respect et à la prise en compte des différences. Au-delà des bienfaits cognitifs, cette reconnaissance permet l’ajustement des mécanismes distributifs, la mise en place de mesures pour mitiger les impacts des injustices vécues et ouvre la possibilité d’une participation paritaire (Fraser, 1998; Young, 1990). Avec la reconnaissance, les politiques peuvent, par exemple, être conçues de manière à répondre aux besoins et capacités financières des populations concernées. Pour arriver à de tels changements, des mouvements peuvent porter des revendications et avoir des pratiques de lutte reconnaissant les oppressions vécues par les populations.

1.4 Droit à la participation

13Pour Fraser (1998), la participation paritaire est un pivot de la justice, car elle nécessite préalablement une distribution équitable des ressources matérielles ainsi qu’une « reconnaissance identitaire et donc des hiérarchies de statuts culturellement définies » (Fraser, 1998, p. 24). Sans ces deux conditions, la participation restera marginale et peinera à atteindre les retombées attendues. La participation paritaire permet de poursuivre les luttes contre les exclusions institutionnalisées, la culture de non-reconnaissance et les modèles de distribution structurellement injustes (Young, 1990). Dans les situations où il y a des inégalités structurelles de richesse et de puissance, les espaces de participation auront tendance à renforcer ces asymétries puisque les populations privilégiées pourront marginaliser les voix des autres et ignorer leurs enjeux spécifiques (Young, 2002). La marginalisation des femmes par rapport au marché du travail les a historiquement exclues de la participation à la construction des villes puisque les métiers de bâtisseurs des villes, comme l’ingénierie, l’architecture, la construction et l’urbanisme, sont traditionnellement masculins (Adams et Tandred, 2002; Wekerle, 2000). De plus, la socialisation politique genrée dissuade ces dernières de s’engager dans les lieux de prise de décisions et espaces de mobilisation, ce qui les place dans une position d’absence de pouvoir. Cette mainmise masculine, qui s’applique aux espaces tant professionnels que gouvernementaux et citoyens, crée un déséquilibre dans la participation aux débats et aux prises de décisions. Cette situation tend à écarter les habitantes et leurs réalités des décisions concernant l’aménagement de leur milieu de vie, ce qui renforce l’appropriation différenciée de l’espace. Ainsi, l’approfondissement du droit à la participation pourrait advenir par des réflexions et des actions sur les obstacles structurels à la participation. C’est pourquoi nous proposons de mobiliser la justice par les capabilités qui reconnait que l’égalité dans les moyens ne signifie pas nécessairement l’égalité dans les résultats. Cette approche demande donc de se pencher sur la liberté et la possibilité dont disposent les individus pour vivre une vie digne qui sont « créées par une combinaison de capacités personnelles et d’un environnement politique, social et économique » (Nussbaum, 2012, p. 39). La justice par les capabilités se penche donc sur les capacités et possibilités de transformer des biens primaires, selon leur disponibilité, en un fonctionnement permettant de s’accomplir (Sen, 1992).

14La population n’est pas égale face aux dispositifs participatifs car, bien que les femmes n’en soient plus formellement exclues, de nombreux blocages culturels, politiques et socioéconomiques compliquent leur participation (Gaspard, 2007). La justice par les capabilités permet, entre autres, l’évaluation du niveau d’adaptation des dispositifs participatifs et des espaces de lutte par rapport aux besoins et capacités des populations. Afin de favoriser la participation de toutes et tous, les dispositifs et espaces doivent, par exemple, être distribués, selon les besoins exprimés, dans le temps et dans l’espace, être conçus pour que tous puissent y prendre part, mais également avoir une influence réelle (et non constituer une participation parcellaire, instrumentale ou symbolique). Tout comme la justice par la reconnaissance, le travail sur les capabilités peut être intégré aux revendications et aux pratiques de lutte pour le droit à la ville. De cette façon, les mouvements peuvent constituer des espaces de participation plus inclusifs, ce qui peut contribuer à la socialisation politique d’habitantes et d’habitants qui en sont généralement exclus.

15En somme, la justice distributive et participative, sous-tendue dans le droit à la ville de Lefebvre, nous semble insuffisante pour lutter contre les oppressions véhiculées par les villes patriarcales. C’est pourquoi nous proposons d’intégrer la reconnaissance et les capabilités. Comme nous le soulignerons par notre étude de cas, il est possible d’intégrer ces approches de la justice dans les revendications et pratiques de luttes pour le droit à la ville.

2. Mise en contexte

2.1 Présentation du quartier

16Sainte-Marie, le quartier dans lequel les militantes évoluent, se situe dans l’arrondissement Ville-Marie (figure 1), soit dans la portion centre sud de l’île de Montréal. Il s’agit d’un des premiers quartiers à s’être urbanisé au début du 20e siècle. L’économie industrielle était alors au centre de l’organisation du quartier ; ses réalités sociales, politiques et morphologiques ont donc été fortement influencées par les reconfigurations économiques subséquentes. Tout comme d’autres quartiers centraux nord-américains, Sainte-Marie a connu un important déclin à compter de la fin des années 1970, en raison de l’accélération de la délocalisation du capital immobilier, commercial et industriel à l’international ou vers les zones périphériques où les salaires, taxes, régulations et prix des terrains étaient plus faibles (Morin, 1987). Cette désindustrialisation a engendré d’importantes répercussions sur ses structures morphologiques et ses dynamiques sociales (Fontan, Hamel, Morin, & Shragge, 2006). Durant les décennies suivantes, des politiques et programmes ont été mis en place pour, entre autres, améliorer le cadre bâti, stimuler la tertiarisation de l’économie et le retour des familles, mais également améliorer l’image du quartier afin de créer un centre-ville moderne et prospère (Cloutier & Sacco, 2012). Corollairement à ces opérations, des comités citoyens ont pris forme et se sont mobilisés autour d’enjeux urbains dans différents quartiers populaires comme Sainte-Marie (Morin, 1987). En plus de se mobiliser contre certaines politiques qui assujettissent leur quartier aux restructurations capitalistes, ces comités citoyens ont mis sur pied des services alternatifs pour répondre aux besoins des populations tels que de l’aide alimentaire, des cliniques populaires, des services juridiques et des garderies. Comme le soulignent Cloutier et Sacco (2012), ces « groupes réclament leur droit à la ville et interrogent publiquement les façons de faire dites rationnelles » (p.61).

  • 3 La question de la défavorisation est établie à partir d’un indice qui regroupe des indicateurs soci (...)

17Au début des années 2000, d’importants enjeux persistent : une part importante de la population se trouve en situation de pauvreté, le taux de chômage demeure élevé, l’insécurité alimentaire et le décrochage scolaire se perpétuent. Différents dispositifs participatifs sont mis en place pour stimuler la participation, la formulation et la mise en œuvre d’initiatives pour revitaliser le quartier. Les associations, les institutions, les entreprises ainsi que la population locale sont conviées à prendre part à des comités d’action et des tables de concertation (Laurence, 2007). En s’appuyant sur ces initiatives, la Ville de Montréal implante en 2003 un projet-pilote de la stratégie de Revitalisation urbaine intégrée (RUI) visant quelques secteurs à forte concentration de défavorisation sociale et matérielle3. Sainte-Marie a été sélectionnée pour sa réactivité potentielle au programme puisque les acteurs locaux étaient déjà impliqués dans des initiatives de revitalisation (figure 1). Cette stratégie de RUI cherche à coordonner les acteurs locaux afin d’agir simultanément sur les aspects physiques, sociaux et organisationnels pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale (Divay & Slimani, 2013).

Figure 1 Positionnement du quartier Sainte-Marie sur l’île de Montréal

Figure 1 Positionnement du quartier Sainte-Marie sur l’île de Montréal

Source : Desroches (2015)

2.2 Présentation du CAL

  • 4 Au Québec, les centres de femmes sont issus d’initiatives locales et sont créés et gérés par et pou (...)

18Béchard (2008) souligne que la venue de la RUI a stimulé des réflexions chez des militantes du Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal au sujet de leur droit à la ville. Lorsque la Ville a sélectionné le quartier, l’idée mise en avant était de faire de Sainte-Marie un quartier où il fait bon vivre. Depuis quelque temps déjà, les résidents et résidentes ressentaient les effets pervers de la transformation de leur milieu de vie, notamment à propos du logement. Il y avait, par exemple, la construction de nouvelles unités hors de prix, la pénurie du locatif abordable ainsi que de nombreuses reprises de logements par les propriétaires. Face à ces changements, des résidentes se sont rassemblées dans leur centre de femmes4, soit le CÉAF, pour devenir actrices du développement local. Elles se sont demandé : « Un quartier où il fait bon vivre en tant que femme, qu’est-ce que cela veut dire ? » (Béchard, 2008, p. 112). Les militantes du CÉAF ont alors entamé l’élaboration de la Déclaration citoyenne des femmes de Sainte-Marie afin d’établir les différents principes et valeurs nécessaires pour faire de ce milieu en déclin un quartier où il ferait bon vivre en tant que femmes (CÉAF, 2006). Par cette déclaration, elles ont cherché à se positionner comme actrices du développement local pour influencer la transformation de leur quartier. Si cette déclaration ne représente pas les besoins et les aspirations de l’ensemble des résidentes, elle expose toutefois des idées généralement partagées par ces dernières.

  • 5 Les enjeux identifiés concernent le logement et l’aménagement, la mobilité, la sécurité, le dévelop (...)

19Pour pérenniser cet élan de mobilisation autour de la Déclaration, elles ont mis sur pied le Comité d’action locale qui permet une implication continue sur les enjeux identifiés5. À partir des principes et valeurs de cette déclaration, elles s’engagent dans la sphère publique locale afin d’accroître le bien-être des femmes de manière générale. Elles revendiquent, par exemple, une meilleure répartition des ressources et une reconnaissance des enjeux qui affectent les résidentes. Le CAL est non mixte et est habituellement constitué d’une dizaine de femmes qui s’y impliquent de façon régulière. Comme les réunions et activités prennent place durant les jours de semaine, la plupart d’entre elles n’occupent pas d’emploi à temps plein. Elles sont retraitées, occupent un emploi à temps partiel ou se trouvent dans des situations variées comme la recherche d’emploi, le congé de maternité, l’arrêt de travail ou les études. La plupart sont des locataires et appartiennent à la classe populaire. Les situations familiales sont diverses : certaines sont des mères (monoparentales ou biparentales) ou même des grands-mères alors que d’autres n’ont pas d’enfant.

3. Résultats

20L’analyse critique féministe du CAL montre comment des enjeux locaux de logement créent des obstacles à l’appropriation et à la participation à la ville. Il ne s’agit pas d’un portrait exhaustif des réalités vécues par les femmes dans le logement, mais bien d’enjeux soulevés par celles-ci. Les citations employées pour appuyer l’analyse proviennent des militantes ou encore de documents qu’elles ont rédigés.

3.1 Situation du logement

21À Montréal, la tertiarisation de l’économie et l’entrée des femmes sur le marché du travail ont contribué à la valorisation des quartiers centraux. La mixité des fonctions et la proximité géographique des divers services de ces quartiers représentent des milieux de vie plus adaptés aux ménages à double revenu. Cependant, le retour de ces ménages a d’importantes répercussions sur le logement, car l’augmentation de leur demande conduit à une hausse des prix. Lorsque nous avons questionné les militantes sur leur appréciation du quartier, l’évolution de la situation et de l’offre en logement constitue les dimensions dont elles sont les plus insatisfaites. Celles-ci remarquent que, depuis les dernières décennies, le réaménagement du quartier est déterminé, entre autres, par les propriétaires des logements et par les projets des promoteurs immobiliers. Les nouvelles constructions, les rénovations, les aménagements ainsi que les stratégies de communication associées ciblent de nouvelles populations permettant d’accroître la mixité sociale et donc de réduire la concentration de pauvreté. Comme nous le verrons, de telles orientations exacerbent les oppressions capitalistes, mais également patriarcales. Les militantes du CAL soutiennent que ces transformations n’ont pas le même effet sur l’ensemble de la population et que les femmes et les familles en subissent davantage les conséquences. Afin d’exposer l’évolution de la situation du logement dans le quartier, nous appuyons nos observations sur de grandes enquêtes statistiques (Statistique Canada, 1996, 2001, 2006, 2011a, 2011b)

3.1.1 Transformation du stock de logements

22Le quartier est reconnu pour avoir une grande proportion de familles monoparentales, de ménages locataires et de ménages en situation de pauvreté. En 2011, 25 % des familles du quartier étaient monoparentales (18 % pour Montréal) et parmi celles-ci 82 % ont une femmes à leur tête. Ensuite, 81 % des logements privés occupés étaient loués (45 % pour Montréal) et 43,8 % des ménages étaient sous le seuil du faible revenu (32,6 % pour Montréal). En 2011, 83 % des logements étaient des appartements situés dans des immeubles de moins de 5 étages, souvent possédés et administrés par de petits propriétaires qui occupaient une des unités. Le quartier comporte un cadre bâti souvent dégradé : en 2011, plus de la moitié des logements avaient été construits avant 1960 (28 % pour Montréal) et 12 % nécessitaient des rénovations majeures (7 % pour Montréal). Au fil des dernières décennies, plusieurs de ces bâtiments ont été démolis, alors que d’autres ont subi des rénovations (Morin, 1987). À la suite de ces rénovations, certains propriétaires haussent fortement les loyers ou encore convertissent leur immeuble en copropriété divise (également appelés « condominiums »). Comme la population locale appartient aux classes populaires, elle est généralement incapable de payer ces nouveaux loyers ou encore de contracter une hypothèque pour y demeurer. Plusieurs militantes du CAL s’opposent à ces conversions qui réduisent la disponibilité des logements locatifs :

On ne veut plus de transformation des logements locatifs en condominiums. On veut que ces logements soient restaurés pour qu’ils puissent répondre aux besoins de la population du quartier. (Militante du CAL)

23En plus de ces rénovations qui imposent des déménagements, les militantes soulignent que des propriétaires ont recours à différentes stratégies (légales ou illégales) pour expulser les locataires de la classe populaire. Ceux-ci effectuent une reprise pour y loger un membre de leur famille, imposent des hausses abusives de loyer, cessent de faire l’entretien et les réparations demandées ou encore usent de harcèlement psychologique.

24Depuis les dernières décennies, plusieurs nouvelles unités résidentielles ont été construites par des promoteurs immobiliers privés sur des terrains vacants ou pour succéder aux bâtiments démolis. La majorité de ces nouvelles unités sont des condominiums, ce qui a fait bondir le nombre de logements possédés de 68,5 % entre 1996 et 2011, alors que le nombre de logements locatifs a seulement augmenté de 3,74 % pendant la même période (figure 2). Ces nouvelles unités sont généralement petites : le nombre moyen de pièces par logement a diminué entre 1996 et 2011 en passant de 4,42 à 3,96. Corollairement, le nombre de ménages de 6 personnes et plus a chuté de 24 % dans le quartier et la taille moyenne des ménages a également diminué en passant de 1,84 à 1,73 personne par ménage entre 1996 et 2011.

Figure 2 Évolution des logements privés du quartier Sainte-Marie selon le mode d’occupation entre 1996 et 2011

Figure 2 Évolution des logements privés du quartier Sainte-Marie selon le mode d’occupation entre 1996 et 2011

3.1.2 Effets des transformations chez les résidentes

25Il y a également une hausse des coûts d’habitation mensuels moyens. Entre 2001 et 2011, ceux-ci ont augmenté de 49 % pour les ménages propriétaires et de 31 % pour les ménages locataires en 10 ans (figure 3). Les acteurs du milieu notent un manque de logements pour répondre aux besoins locaux :

Bien qu’il existe des HLM et des logements communautaires sur le territoire, ceux-ci ne suffisent pas à combler tous les besoins des familles à revenu modeste du quartier. (Gendron & Thibault, 2004, p. 8)

26Comme le soulignent plusieurs militantes, « le prix des logements n’est pas accessible, particulièrement pour les femmes seules et les familles monoparentales » (Questionnaire 6). Le problème de l’abordabilité est réel puisqu’en 2011, 19 % des ménages propriétaires et 40,5 % des ménages locataires consacraient plus de 30 % de leur revenu aux coûts liés au logement. Les militantes ont recueilli des témoignages de plusieurs femmes qui vivent durement ces hausses de loyer par l’entremise d’un sondage anonyme administré dans leur entourage tel que leurs amies, autres militantes ou voisines (CÉAF, 2014) :

Quand j’étais dans un autre appartement, mon loyer était super cher, je coupais dans mon alimentation et aussi dans l’eau chaude, je me lavais à l’eau froide […]

Je n’arrive plus à boucler mon budget, j’alloue la presque totalité de mon revenu au logement. Il ne me reste presque plus d’argent pour manger. Je vis constamment dans la peur que mon frigo pète, que je tombe malade. Je suis stressée, je suis angoissée. […]

Je suis une mère monoparentale et j’ai deux enfants, je travaille au salaire minimum, je vis des conditions d’habitation vraiment horribles. La chambre de mes enfants est tellement remplie de moisissures que mes enfants ont développé des problèmes respiratoires chroniques. Mon médecin m’a conseillé de déménager, mais je n’ai pas l’argent pour payer les coûts liés au déménagement. Par exemple, les coûts de rebranchement, location de camion, etc. (CÉAF, 2014, pp. 1-2)

Figure 3 Évolution des coûts d’habitation mensuels moyens selon le mode d’occupation des ménages entre 2001 et 2011

Figure 3 Évolution des coûts d’habitation mensuels moyens selon le mode d’occupation des ménages entre 2001 et 2011

27Bien qu’il y ait un plus grand nombre d’unités résidentielles, les résidentes ont des difficultés à déménager à l’intérieur du quartier. Les militantes remarquent que, parmi les logements disponibles, peu sont abordables et adaptés aux familles :

Aujourd’hui, c’est impensable pour une famille ou encore une personne seule, âgée ou à revenu modeste d’avoir un loyer abordable et de grandeur adéquate dans le quartier (Questionnaire 12).

Il y a trop de condos dans le quartier. Le prix des loyers est trop élevé, il n’y a pas de logements pour les familles (Questionnaire 5).

Les loyers sont trop chers, ce qui chasse les familles à l’extérieur du quartier. Les logements ne sont plus abordables. Il n’y a pas de logements pour les grandes familles (Questionnaire 3)

28Cette situation semble accentuer la discrimination à la location. Pour une militante, « [q]uand il y a une pénurie de logements locatifs, c’est les propriétaires qui ont le gros bout du bâton pour choisir qui ils veulent » (militante du CAL). Ainsi, les femmes seules, cheffes de familles monoparentales, immigrantes, jeunes, âgées et handicapées peinent à trouver un logement adapté à leurs besoins dans le quartier :

Quand je suis arrivée pour la visite d’un appartement avec mes enfants, le proprio m’a regardée d’un air haineux : « tu en as d’autres ? Ici les locataires n’aiment pas entendre chialer les enfants ». C’était pourtant pour un 5½, pas besoin de vous dire que je n’ai pas eu le logement. (CÉAF, 2014, p. 1)

29Face à cette discrimination et à la transformation de l’offre de logements, les femmes sont plus susceptibles de devoir quitter ce quartier populaire particulièrement bien adapté à leurs besoins :

Les pauvres sont tout simplement déportés à l’extérieur du quartier, ça permet de faire de la place aux plus riches. (Militante du CAL)

30En se penchant sur les réalités que vivent les femmes, le CAL a montré que la pénurie de logements abordables et adaptés exacerbe certaines violences basées sur le genre. De façon générale, le logement devrait être un lieu de confiance, d’intimité et de sûreté. Cependant, du jour au lendemain, ce même lieu peut changer de signification et devenir une importante source d’insécurité et d’angoisse. Le voyeurisme, l’exhibitionnisme, les commentaires déplacés, les avances sexuelles, les menaces, les attouchements, les agressions et les viols commis par les propriétaires, concierges, cochambreurs ou voisins peuvent amener les femmes à croire qu’elles ne sont plus en sécurité dans leur propre logement, ce qui a d’importantes implications sur leur qualité de vie. Afin de mieux comprendre cet enjeu, les militantes ont récolté des témoignages autour d’elles :

J’ai peur, car mon proprio me menace de me mettre à la porte si je n’accepte pas de lui rendre des petits services… […]

Mon proprio me harcelait. Au début, c’était plus soft. Devant mes refus, le ton a monté. Un jour, je suis entrée tard. Il avait gardé les lumières éteintes. Il était chez moi et il m’a violée. J’ai peur, j’ai honte. J’en ai parlé à mon chum. Il m’a laissé. Il m’a dit que je devais avoir couru après. […]

Il est entré chez-moi, c’était un dimanche matin. Il a violé tout ce que j’avais de plus intime : ma vie, mon corps et mes murs de sécurité. Je n’arrive plus à retrouver la paix intérieure et me sentir en sécurité. Ce jour-là, une grande partie de moi est morte. J’ai constamment peur. (CÉAF, 2014, pp. 1-2)

31Bien que toutes les femmes soient susceptibles de vivre ces violences, certaines risquent davantage d’y être exposées. Les militantes soulignent que la pauvreté, la discrimination à la location, le manque de logements abordables et adaptés emmurent ces dernières dans un cercle de violence qui gravite autour de leur milieu de vie. Ces facteurs les amènent à croire, par exemple, qu’elles ne pourront pas trouver un logement plus sûr ou encore ne pourront pas assumer les coûts liés au déménagement. Devant ces contraintes et la peur, certaines acceptent les faveurs sexuelles ou encore demeurent dans un logement où elles craignent pour leur sécurité. D’autres déménagent dans des logements hors de prix :

Mon loyer, ça représente 60 % de mon revenu. J’ai de la difficulté à manger et à tout payer. C’est le prix que je dois payer pour me sentir en sécurité. (Militante du CAL)

32L’exposition des enjeux de logement souligne que le capitalisme et le patriarcat ont leur influence propre sur le logement, et donc sur le droit à la ville. La classe possédante, formée de petits propriétaires et de promoteurs immobiliers, a joué un rôle central dans la transformation de Sainte-Marie : ses actions pour attirer de nouvelles populations ont pour effet direct ou indirect de chasser les classes populaires du quartier. De ce fait, les classes populaires peinent à participer aux débats et décisions qui concernent la reconfiguration du quartier, mais rencontrent également divers obstacles à l’appropriation des logements et, par conséquent, de la ville. Les militantes du CAL ont l’impression d’avoir peu de pouvoir sur les reconfigurations :

On est piégées dans un parc de logement qui s’est privatisé, il faut reprendre le pouvoir sur le logement ! (Militante du CAL)

33Pour reprendre ce pouvoir, des luttes pour le droit à la ville doivent être articulées. Cependant, pour que ces luttes soient réellement inclusives, elles doivent prendre en considération l’influence du patriarcat dans les revendications et les mobilisations. Bien que ces changements semblent engendrer des tensions entre les classes sociales, les oppressions patriarcales se voient également exacerbées. Ces enjeux d’abordabilité, de disponibilité de logements, de discrimination et de violences menacent sérieusement l’appropriation des logements par les résidentes. Notre collecte de données nous a révélé que l’ensemble des militantes avait désormais un logement stable, abordable, adapté et sûr. Plusieurs d’entre elles ont vécu, par le passé, des difficultés avec leur logement. Il semble donc que l’appropriation d’un logement favorise leur participation sociopolitique, puisque cela leur procure la force nécessaire pour se mobiliser. En ce sens, le logement apparaît comme une condition préalable, mais aussi un objet de lutte pour leur droit à la ville. Ainsi, les revendications et pratiques de lutte du CAL relèvent de différentes approches de la justice, si bien qu’elles créent un mouvement inclusif pour le droit à la ville.

3.2 Luttes

3.2.1 Le CAL comme espace pour développer les capacités à participer

34Les militantes du CAL ne se positionnent pas uniquement pour un renforcement de la participation citoyenne, elles demandent qu’il y ait prise en considération des réalités particulières des femmes et « [q]ue l’on favorise la présence des femmes aux différents lieux décisionnels qui concernent le développement social et économique du quartier » (CÉAF, 2006, p. 2). En tant que Comité, elles interviennent dans les débats et discussions qui prennent place, par exemple, dans les réunions, assemblées et consultations publiques de leur quartier. Elles portent également certains dossiers afin que ceux-ci soient publiquement reconnus. Le CAL, en tant que structure de mobilisation qui s’appuie sur une vision commune, permet aux militantes d’acquérir du pouvoir afin de s’engager dans la sphère publique locale :

La déclaration citoyenne est un outil extraordinaire, car elle nous permet d’intervenir facilement sur plusieurs dossiers dans le quartier lors d’assemblées régulières ou spéciales ayant trait au développement local. (CÉAF, 2005, p. 4)

35Pour plusieurs militantes, le CAL constitue la première expérience d’engagement dans la gouvernance locale. Pour éviter les inégalités de participation et de pouvoir internes, différentes mesures et précautions sont prises. Des aides matérielles sont offertes pour favoriser la participation (repas, billets d’autobus, service de garde, etc.). De plus, le CÉAF déploie des efforts sur mesure pour développer les capacités des militantes en leur offrant des formations, de l’accompagnement et diverses activités pour qu’elles connaissent mieux les enjeux et leurs droits, prennent la parole en public et comprennent le fonctionnement des espaces politiques. Pour plusieurs d’entre elles, cet engagement dans un espace de luttes non mixtes constitue souvent un pas vers une participation sociopolitique plus large. Certaines deviennent, par exemple, des porte-paroles ou encore des représentantes du CAL dans des réunions ou assemblées extérieures alors que d’autres s’engagent de façon autonome dans d’autres luttes. Certaines témoignent même de l’influence du CAL sur leurs capacités :

Mon implication est plus grande grâce à la connaissance des droits et des lieux d’implication pour les citoyennes et citoyens. (Questionnaire 7)

36Enfin, l’implication des résidentes au sein du CAL les amène à développer un regard nouveau à l’égard de leur milieu de vie. Celui-ci apparaît comme transformable, ce qui les motive à s’engager dans la sphère publique locale pour collectivement revendiquer des améliorations en regard de leurs besoins et réalités. Elles sentent qu’elles peuvent avoir une influence sur la revitalisation de façon à ce que les femmes ne soient pas, de nouveau, écartées de la reconfiguration. Les militantes décident du plan d’action annuel du comité et des éléments de leurs déclarations qu’elles désirent traiter en priorité afin d’articuler des actions et mobilisations en ce sens. Durant l’année 2013-2014, le logement a été un des champs d’action ciblés.

3.2.2 Des revendications pour le droit au logement des femmes

37À travers leur Déclaration citoyenne, le CAL s’est positionné en faveur de la mixité sociale. Contrairement à d’autres, ces militantes précisent que la mixité n’est pas uniquement une question socioéconomique (basée sur la classe sociale), mais qu’elle concerne également les cultures, les âges et les modes de vie. Pour arriver à une telle mixité, elles revendiquent différentes mesures distributives en matière de logement, par exemple :

Que la population à faible revenu n’ait pas à débourser plus de 25 % de ses revenus pour le loyer;

Que l’on permette à tous et à toutes d’avoir accès à un logement qui offre prix abordable, qualité et sécurité dans un environnement sain (CÉAF, 2006, p. 1).

38Pour concrétiser ces revendications, les militantes prennent part à des assemblées et des réunions dans le quartier, mais également à des mobilisations et des manifestations avec des associations partenaires qui s’organisent en mixité (avec des hommes) telles que des comités pour le logement et des regroupements pour le droit au logement. Avec ces alliés, elles revendiquent, par exemple, des réinvestissements dans le logement social ou la construction de logements abordables et pour les familles. Comme ces luttes prennent place en mixité, la reconnaissance des réalités vécues par les femmes est laborieuse : « La parole des femmes n’est pas entendue pour le droit au logement » (Questionnaire 6). Comme les enjeux concernant les femmes sont peu abordés - et lorsqu’ils le sont, les questions traitées sont alors cantonnées à la pauvreté et à la discrimination qui empêchent l’accès au logement - la reconnaissance de la pluralité des réalités vécues par les femmes dans le domaine du logement s’avère ainsi difficile à l’intérieur des espaces de participation et de lutte mixtes. Le CAL a donc cru important de visibiliser et d’approfondir les problèmes de logements vécus par les femmes pour, à terme, sensibiliser les acteurs concernés, qui sont souvent des hommes. Cette sensibilisation a pour objectif d’intégrer les difficultés vécues par les femmes aux revendications et pratiques de luttes des autres groupes et associations.

39Pour comprendre et reconnaître la diversité et la complexité des réalités vécues par les femmes dans le logement, le CAL a travaillé à partir de témoignages. Les militantes ont premièrement répondu à un sondage anonyme concernant des situations difficiles qu’elles ont vécues et ont, par la suite, recueilli des témoignages au sein de leur entourage (auprès d’amies ou de voisines, par exemple) (CÉAF, 2014). Comme ces témoignages abordaient des dimensions généralement négligées et taboues du droit au logement, elles ont décidé de tenir une assemblée publique sur le sujet, qui visait à fournir à ces femmes un espace pour qu’elles puissent briser le silence et dénoncer des situations qu’elles ont vécues. Pour cette occasion, le CAL a constitué un panel de femmes qui, par leurs conditions socioéconomiques, leur statut juridique ou d’immigration, leur rupture conjugale ou leur situation de handicap, ont été exposées à des conditions défavorables de logement. ces femmes ont fait part, entre autres, de situations de négligence ou de manque d’entretien, de discriminations, de menace, de harcèlement, de violences sexuelles ou d’épisodes d’itinérance qu’elles ont vécus. Ces témoignages ne visaient pas à les réduire en victimes. Au contraire, il s’agissait d’une occasion pour qu’elles reprennent du pouvoir sur leur situation, notamment en rendant publique leur expérience d’oppressions et de résistances. Comme le témoignent certaines militantes, la reconnaissance et l’espace de parole accordé leur ont été bénéfiques :

C’est la première fois que l’on écoute mon histoire.

Je viens de réaliser que je commence à vivre et ça, c’est parce que j’ai brisé le silence.

C’est jamais facile de témoigner devant un public quand on a un statut précaire, mais aujourd’hui je m’en sens capable. (Militante du CAL)

40En plus de cet empowerment, l’assemblée publique a permis de mettre en relief et de reconnaitre une pluralité de réalités auxquelles les femmes sont confrontées dans leur logement. Ces expériences ne sont pas uniquement forgées par leur pauvreté ou encore par les oppressions basées sur le genre; elles sont engendrées par d’autres formes d’oppressions dont le capacitisme, le racisme, le colonialisme, ou l’hétéronormativité. Par cette reconnaissance des réalités multiples, il est possible de rompre avec l’idée que les femmes constituent un groupe homogène confronté à des conditions difficiles de logement en raison des oppressions patriarcales. En saisissant et en reconnaissant cette pluralité, il devient possible pour les militantes d’envisager la suite de leurs luttes pour le droit à la ville. Pour elles, leur mandat est désormais de porter ces voix et ces réalités généralement marginalisées par des mouvements pour le droit au logement.

3.2.3 Des modes de participation adaptés pour faire avancer les revendications

41Le CAL offre généralement aux militantes différentes formes de participation. Lors de l’assemblée publique, les panélistes ont présenté leur témoignage sous différentes formes afin de pouvoir briser le silence et faire connaître leurs réalités. Certaines ont lu un texte qu’elles avaient préparé avec ou sans l’aide d’une travailleuse alors que d’autres l’ont fait sous forme d’une entrevue avec une animatrice. L’ensemble des militantes du CAL se sont engagées dans des tâches pour préparer l’assemblée publique (conception de matériel d’information, planification du déroulement, suivi des inscriptions, préparation de l’animation de la journée, etc.). Les militantes ont donc pu s’impliquer à la hauteur de leurs capacités, énergie et temps disponible.

42En plus des témoignages, la journée visait à stimuler les échanges et à dégager des pistes d’action. Ces réflexions visaient, d’une part, à orienter les prochaines actions du comité et, d’autre part, à influencer les revendications et pratiques de lutte des associations pour le droit au logement. Ainsi, des ateliers en sous-groupes ont été tenus pour discuter des ressources existantes, mais également des outils et des luttes à développer pour répondre à ces enjeux, qui prennent une place croissante, notamment dans les quartiers centraux. De ces discussions, les violences et le harcèlement sexuel commis dans le contexte du logement sont ressortis comme un enjeu à traiter en priorité puisque « ces violences sexuelles vécues dans le privé sont encore taboues » (militante du CAL) et qu’un important travail de sensibilisation et d’éducation doit être réalisé pour prévenir et agir sur ces situations. Les militantes ont donc signalé leur intérêt à ce qu’un comité permanent soit mis sur pied pour continuer à prendre des décisions et actions en ce sens.

43Nous avons remarqué que l’engagement au sein du CAL permet d’acquérir un ensemble de connaissances sur les sources d’insécurité, les lacunes des interventions, mais surtout sur la dimension systémique des oppressions basées sur le genre. En saisissant ces dimensions structurelles, les militantes sont davantage motivées dans leur engagement, comprennent que les violences commises dans le contexte du logement ne sont pas limitées à leur quartier et se rendent compte qu’il s’agit d’un enjeu généralement occulté. Selon le CAL, la dimension privée et taboue de ces violences engendre un mutisme et une inaction. En documentant et en sensibilisant le public sur ces violences et les droits des locataires, les militantes cherchent à rendre public cet enjeu, et donc à modifier leur rapport de force :

[i]l faut que la honte change de camps, que ce soit les propriétaires agresseurs qui aient peur. (Militante du CAL)

44Depuis septembre 2014, un comité permanent, « Femmes et logement », continue cette lutte pour le droit au logement. Bien que ce comité continue de mener des initiatives locales, il s’est allié à des groupes qui interviennent à l’échelle de la ville et de la province pour mener des projets d’éducation populaire ainsi que des mobilisations pour sensibiliser le public et revendiquer des changements réglementaires et législatifs pour mieux prévenir et combattre le harcèlement et les violences sexuelles dans les logements.

Conclusion

45Selon les militantes du CAL, l’évolution de la situation du logement dans Sainte-Marie exacerbe les tensions entre les classes sociales, mais également les inégalités entre les habitantes et habitants du quartier. Cette évolution s’oppose à ce que les femmes de classe populaire s’approprient le quartier et participent à la reconfiguration de leur milieu de vie. Comme le logement constitue une condition préalable à l’appartenance et la participation, les luttes pour le droit à la ville ne peuvent être envisagées uniquement comme des luttes de classes qui prennent place dans la sphère publique. En nous appuyant sur les revendications et pratiques de lutte du CAL, nous avons souligné qu’il est possible d’élargir l’étude des luttes pour le droit à la ville en considérant les oppressions patriarcales dans l’analyse du logement et en intégrant différentes approches de la justice dans leurs revendications et pratiques de lutte. Par son mode d’action attentif aux réalités plurielles, le CAL est parvenu à reconnaitre différentes réalités vécues par les femmes dans le logement et à les intégrer dans ses revendications pour le droit au logement. Ainsi, leurs revendications ne se restreignent pas à la distribution de logements; elles visent la reconnaissance des enjeux de discriminations ou encore des actes de violence et de harcèlement sexuel vécus dans le contexte locatif. Cependant, les militantes ne peuvent porter ces revendications seules, c’est pourquoi elles prennent part aux luttes pour le droit au logement ou à la revitalisation de leur quartier et tentent de les intégrer dans ces milieux mixtes. Pour éviter la reproduction d’inégalités de pouvoir et de participation au sein du CAL, les militantes portent leur attention et travaillent sur les capabilités des militantes, notamment en amont de leur participation dans la sphère publique. Ainsi, notre étude de cas souligne que, dans un contexte d’urbanisation néolibérale, des luttes pour le droit à la ville peuvent être articulées pour mettre fin à différentes oppressions véhiculées par les dynamiques et morphologies urbaines.

46Dans le cadre de cet article, nous nous sommes concentrée sur les façons dont le patriarcat et le capitalisme au lieu de s’additionner, interagissent de façon à créer des obstacles structurels au droit au logement et donc au droit à la ville des résidentes. Comme l’ont souligné plusieurs des militantes du CAL, les femmes n’ont pas le même rapport aux villes. En vertu d’autres systèmes de rapport de pouvoir, comme le colonialisme, le racisme, le capacitisme et l’hétérosexisme, certaines vivent des privilèges ou encore des oppressions qui influencent leur quotidien. Ainsi, il serait judicieux de vérifier si l’élargissement du droit à la ville par l’intégration de la reconnaissance et des capabilités permet la prise en considération de ces autres systèmes de rapports de pouvoir qui s’inscrivent également dans les villes. En d’autres termes, ces mobilisations féministes pour le droit à la ville permettent-elles d’introduire une analyse intersectionnelle des réalités vécues par les résidentes de façon à articuler des luttes réellement orientées vers la justice sociale ?

Haut de page

Bibliographie

Aalbers, M. B., et Gibb, K. (2014), « Housing and the Right to the City: Introduction to the Special Issue », International Journal of Housing Policy, 14, 3, pp. 207-213.

Alkhalili, N., Dajani, M., et De Leo, D. (2014), « Shifting realities: dislocating Palestinian Jerusalemites from the capital to the edge », International Journal of Housing Policy, 14, 3, pp. 257-267.

Anthias, F. (2008), « Thinking through the lens of translocational positionality: an intersectionality frame for understanding identity and belonging », Translocations: Migration and Social Change, 8, 1, pp. 5-20.

Arena, J. (2013), Foundations, nonprofits, and the fate of public housing: A critique of the Right to the City Alliance’s, Rapport de We Call These Projects Home, Cities, 35, pp. 379-383.

Béchard, C. (2008), Pratiques et stratégies d'appropriation spatiale des groupes de femmes montréalais, maîtrise en géographie, Université du Québec à Montréal, Montréal.

Beebeejaun, Y. (2009), « Making safer places: Gender and the right to the city », Security Journal, 22, pp. 219-229.

Buckingham, S. (2010), « Examining the Right to the City from a Gender Perspective », Cities for All, 57.

Cattan, N., et Clerval, A. (2011), « Un droit à la ville? Réseaux virtuels et centralités éphémères des lesbiennes à Paris », Justice Spatiale Spatial Justice, page consultée le 01.01.2016, http://www.jssj.org/article/un-droit-a-la-ville-reseaux-virtuels-et-centralites-ephemeres-des-lesbiennes-a-paris/

CÉAF. (2005), Fondation Béati Rapport d’utilisation des fonds Montréal, Centre d’éducation et d’action des femmes.

CÉAF. (2006), La déclaration citoyenne des femmes de Ste-Marie, Centre d’éducation et d’action des femmes, page consultée le 01.01.2016, http://www.ceaf-montreal.qc.ca/files/declaration-citoyenne-ceaf.pdf

CÉAF. (2014), Citations femmes et logement. Montréal, Centre d’éducation et d’action des femmes.

Cloutier, G., et Sacco, M. (2012), « Les mouvements sociaux urbains dans les politiques socio-urbaines : le cas du quartier Sainte-Marie à Montréal », L'Information géographique, 76, 1, pp. 58-73.

Coutras, J. (2003), Les peurs urbaines et l'autre sexe, Paris: L'Harmattan.

Dagenais, H. (1980). « Les femmes dans la ville et dans la sociologie urbaine. Les multiples facettes d'une même oppression », Anthropologie et Sociétés, 4, 1, pp. 21-26.

Darcy, M., et Rogers, D. (2014), « Inhabitance, place-making and the right to the city: public housing redevelopment in Sydney », International Journal of Housing Policy, 14, 3, pp. 236-256.

Delphy, C. (2003), « Par où attaquer le "partage inégal" du "travail ménager" ? » Nouvelles Questions Féministes, 22,3, pp. 47-71.

Desroches, M.-È. (2015), Transformation des quartiers centraux, mobilisations et évolution du droit à la ville des femmes: étude de cas du quartier Sainte-Marie à Montréal, maitrise en études urbaines, Université du Québec à Montréal, Montréal.

Desroches, M.-È., et Trudelle, C. (2015), « Transformation des quartiers centraux, mobilisation et évolution du droit à la ville pour les femmes : le cas du quartier Sainte-Marie à Montréal », Recherches sociographiques, 56, 2, pp. 481-503.

Divay, G., et Slimani, Y. (2013), « La revitalisation urbaine intégrée à Montréal : L’intersectorialité dans l’action collective locale », La Revue de l’innovation : La Revue de l’innovation dans le secteur public, 18, 2, pp. 1-19.

Fenster, T. (2005), « The Right to the Gendered City: Different Formations of Belonging in Everyday Life », Journal of Gender Studies, 14, 3, pp. 217-231.

Fenton, A., Lupton, R., Arrundale, R., et Tunstall, R. (2013), « Public housing, commodification, and rights to the city: The US and England compared », Cities, 35, pp. 373-378.

Fontan, J.-M., Hamel, P., Morin, R., et Shragge, E. (2006), « Le développement local dans un contexte métropolitain: La démocratie en quête d’un nouveau modèle ? », Politique et Sociétés, 25, 1, pp.99-127.

Fraser, N. (1998). « Penser la justice sociale : entre redistribution et revendications identitaires », Politique et Sociétés, 17 3, pp. 9-36.

Gaspard, F. (2007), « Féminisation de la politique? un regard international », Travail, genre et sociétés, 2, 18, pp. 135-138.

Gendron, M., et Thibault, S. (2004), Sainte-Marie, mon quartier! Plan de revitalisation urbaine intégrée du quartier Sainte-Marie, Montréal.

Glass, M. R., Woldoff, R., et Morrison, L. (2014) « Does the middle class have rights to

the city? Contingent rights and the struggle to inhabit Stuyvesant Town, New York, International Journal of Housing Policy, 14,3, pp. 214-235.

Haicault, M. (2007), « Les femmes, le droit à l'espace et à la politique urbaine. Une approche par image de trois villes: Rennes, Marseille, Liège », dans M.-B. Tahon et C. Widmer (dir.), Les femmes entre la ville et la cité, Montréal, Éditions du remue-ménage, pp. 17-27.

Jarvis, H., Kantor, P., et Cloke, J. (2009), Cities and gender, London, Routledge.

Kadi, J., et Ronald, R. (2014), « Market-based housing reforms and the ‘right to the city’: the variegated experiences of New York, Amsterdam and Tokyo », International Journal of Housing Policy, 14, 3, pp. 268-292.

Kergoat, D. (2009), « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, pp.111-125.

Klodawsky, F., Whitzman, C., Legacy, C., Andrew, C., Shaw, M., et Viswanath, K. (2013), « Conclusion: women's safety and the right to the city », dans C. Whitzman, C. Legacy, C. Andrew, F. Klodawsky, M. Shaw et K. Viswanath (dir.), Building Inclusive Cities: Women’s Safety and the Right to the City, London and New York, Routledge, pp. 201-207.

Laurence, P. (2007), Pour des approches intégrées de développement urbain durable. Maîtrise en études urbaines, Université du Québec à Montréal, Montréal.

Lefebvre, H. (1968), Le droit à la ville (3e ed.). Paris, Economica. Anthropos.

Lieber, M. (2002), « Femmes, violences et espace public: une réflexion sur les politiques de sécurité ». Lien social et Politiques, 47, pp.29-42.

Lieber, M. (2008), Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris: Presses de Sciences Po.

McDowell, L. (1999), Gender, Identity, and Place: Understanding Feminist Geographies Mineapolis, University of Minnesota Press.

Mitchell, D. (2003), The Right to the City: Social Justice and the Right for Public Space. New York, Guilford Press.

Morin, R. (1987), Réanimation urbaine et pouvoir local les stratégies des municipalités de Montréal, Sherbrooke et Grenoble en quartiers anciens, Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec.

Newman, K., et Wyly, E. K. (2006), « The right to stay put, revisited: gentrification and resistance to displacement in New York City », Urban Studies, 43, 1, pp. 23-57.

Nussbaum, M. (2012), Capabilités: Comment créer les conditions d’un monde plus juste?, Editions Flammarion.

Paperman, P. (2013), Care et sentiment, Paris, Presses universitaire de France.

Parker, B. (2011), « Material Matters: Gender and the City », Geography Compass, 5/6, pp. 433-447.

Pattillo, M. (2013), « Housing: Commodity versus Right », Annual Review of Sociology, 39, pp. 509-531.

Purcell, M. (2002), « Excavating Lefebvre: The right to the city and its urban politics of the inhabitant », GeoJournal, 58, pp. 99-108.

Purcell, M. (2009), « Le droit à la ville et les mouvements urbains contemporains », Rue Descartes, 1, 63, pp. 40-50.

Rolnik, R. (2013), « Late neoliberalism: the financialization of homeownership and housing rights », International Journal of Urban and Regional Research, 37, 3, pp. 1058-1066.

Rolnik, R. (2014), « Place, inhabitance and citizenship: the right to housing and the right to the city in the contemporary urban world », International Journal of Housing Policy, 14, 3, pp. 293-300.

Samara, T. R., Sinha, A., et Brady, M. (2013), « Putting the “public” back in affordable housing: Place and politics in the era of poverty deconcentration », Cities, 35, pp. 319-326.

Schlosberg, D. (2007), Defining Environmental Justice: Theories, Movements, and Nature, New York, Oxford University Press.

Sen, A. (1992), Inequality reexamined, Harvard University Press.

Shin, H. B. (2013), « The right to the city and critical reflections on China's property rights activism », Antipode, 45, 5, pp. 1167-1189.

Statistique Canada. (1996). Recensement de la population 1996.

Statistique Canada. (2001), Recensement de la population 2001.

Statistique Canada. (2006), Recensement de la population 2006.

Statistique Canada. (2011a). Enquête Nationale auprès des Ménages 2011.

Statistique Canada. (2011b). Recensement de la population 2011.

Weinstein, L., et Ren, X. (2009), « The changing right to the city: Urban renewal and housing rights in globalizing Shanghai and Mumbai », City & Community, 8, 4, pp. 407-432.

Wekerle, G. (2000a). « De la coveillance à la ville sûre », Les annales de la recherche urbaine, 83-84, pp. 164-169.

Wekerle, G. (2000b). « Women's Rights to the City: Gendered Spaces of a Pluralistic Citizenship », dans E. F. Isin (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London: Routledge, pp. 203-217

Young, I. M. (1990). Justice and the Politics of Difference, Princeton: Princeton University Press.

Young, I. M. (2002), Inclusion and democracy, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage Justice and the Politics of Difference, Young a développé une typologie des oppressions vécues dans la sphère publique et privée qui affecte les groupes jugés comme étant différents (par exemple, en raison de leur genre ou orientation sexuelle, de leurs origines ou capacités). Ces oppressions sont l’exploitation, la marginalisation, l’absence de pouvoir, l’impérialisme culturel et la violence.

2 En fait, cette représentation de la sphère publique se révèle erronée puisque de nombreuses études démontrent que la majorité des violences basées sur le genre sont perpétrées dans la sphère privée et par des personnes proches (Lieber, 2002).

3 La question de la défavorisation est établie à partir d’un indice qui regroupe des indicateurs socioéconomiques ayant des « relations connues avec un grand nombre de problèmes de santé, leurs affinités avec les formes matérielle et sociale de la défavorisation » (Pampalon and Raymond 2003, 193), soit la scolarisation, le taux d’emploi, le revenu moyen, le statut conjugal, la monoparentalité et les personnes seules.

4 Au Québec, les centres de femmes sont issus d’initiatives locales et sont créés et gérés par et pour les femmes du milieu. Ces centres sont généralement guidés par une approche féministe et offrent des services, des activités éducatives et des espaces pour stimuler l’action collective.

5 Les enjeux identifiés concernent le logement et l’aménagement, la mobilité, la sécurité, le développement social et économique, la vie communautaire et la qualité de vie, les ressources naturelles et historiques ainsi que la culture.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Positionnement du quartier Sainte-Marie sur l’île de Montréal
Crédits Source : Desroches (2015)
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/5577/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 2 Évolution des logements privés du quartier Sainte-Marie selon le mode d’occupation entre 1996 et 2011
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/5577/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 3 Évolution des coûts d’habitation mensuels moyens selon le mode d’occupation des ménages entre 2001 et 2011
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/5577/img-3.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Eve Desroches, « Le logement comme clé pour le droit à la ville des femmes », Métropoles [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 25 avril 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5577

Haut de page

Auteur

Marie-Eve Desroches

Candidate au doctorat en études urbaines
Institut National de la Recherche Scientifique — Centre Urbanisation Culture Société, Montréal
Boursière de la Fondation Pierre Elliott Trudeau
Marie-Eve.Desroches@UCS.INRS.ca

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals