Navigation – Plan du site
Recensions

Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launay, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications

Paris, Amsterdam Editions, 2016
Mathieu Van Criekingen
Référence(s) :

Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launay, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications, Paris, Amsterdam Editions, 2016, 357 p.

Texte intégral

1Comment rendre compte, faire sens et caractériser sur le plan théorique la diversité des processus de gentrification, telle qu’elle peut ressortir de l’analyse de contextes urbains variés ? Telle est la question centrale à laquelle s’attelle l’ouvrage Gentrifications. Rédigé à douze mains et signé à six – c’est assez rare pour être souligné –, par trois géographes, deux sociologues et un politiste, trois hommes et trois femmes, l’ouvrage résulte d’une « mise en comparaison et en discussion » (p.76) de recherches empiriques menées sur neuf terrains européens (à Paris et en proche banlieue parisienne, Lyon, Grenoble, Lisbonne, Barcelone, Roubaix et Sheffield). Sur la base de ce riche matériel et de cette approche exigeante – il ne s’agit pas ici d’une succession de chapitres monographiques –, l’ouvrage documente habilement la diversité des processus à l’œuvre, de leurs protagonistes comme de leurs temporalités, et met en lumière l’importance des effets de contexte. Il peine, par contre, à pleinement convaincre sur le plan de la caractérisation théorique de cette diversité.

2« Gentrification is not the same everywhere » écrivait, en 2000, la géographe anglaise Loretta Lees (Lees, 2000, p. 397). Quinze ans plus tôt, déjà, un autre géographe attirait l’attention sur « the chaos and complexity of gentrification », tout en insistant sur les causes et significations profondes du processus (Beauregard, 1986). Ces argumentaires, parmi d’autres encore, témoignent d’une tension entre le commun et l’unique, ou entre le structurel et le contingent, tension essentielle et récurrente dans le corpus des analyses de la gentrification. Celle-ci est même récemment revenue au premier plan de la littérature, à la faveur d’une nouvelle génération de recherches menées hors Europe et Amérique du Nord (Ley & Teo, 2014 ; Lees, Shin & López-Morales, 2015 ; Lui, 2017), et de la tenue de plusieurs colloques (dont « Other Gentrifications : Urban Change Beyond the Core », City Debates 2015, American University of Beirut). Portant sur des contextes territoriaux très différents de celui dans lequel la notion a été initialement forgée – les quartiers actuels de Rio de Janeiro, de Séoul, d’Abu Dhabi, de Santiago, d’Istanbul ou de Hong Kong ont peu en commun avec l’Inner London du début des années 1960 –, ces travaux s’attachent à démêler les « complexités locales » de la gentrification (Lui, 2017). La publication de Gentrifications n’arrive donc pas seule. Dans le champ académique francophone, elle fait aussi écho à des appels récents à « nuancer » l’usage de la notion de gentrification, voire à se repencher sur sa définition.

3Gentrifications s’ouvre sur une (assez longue) introduction consacrée à expliciter le positionnement central de ses auteurs : « regarder la gentrification au pluriel » (p.26) – d’où le titre de l’ouvrage. Ce positionnement est construit en opposition à une « image unifiée et lissée » (p. 26) de la gentrification, limitée à « un seul schéma descriptif » (p. 25) et à « une conception linéaire, ordonnée et séquentielle » (p. 27) des transformations urbaines. Il s’agit de démonter la représentation « [d’]une mécanique simple et identique d’une ville à l’autre » (quatrième de couverture). Dans le viseur des auteurs se trouve la modélisation par étapes de la gentrification. Issue des travaux de chercheurs essentiellement nord-américains, déjà confrontés au cours des années 1970 à la diversité des processus, cette approche propose de la positionner en regard d’un modèle séquentiel idéal-typique – le stage model de la gentrification. Si, par exemple, les acteurs locaux de la gentrification sont surtout des populations à capital culturel élevé, mais sans le sou, on dira que le processus en est à une étape « pionnière », encore loin d’être « mature ». Cette approche n’est à présent quasiment plus utilisée dans la littérature scientifique. Aucun modèle formel unique de gentrification ne peut en effet servir de référence de Taipei à New York en passant par Johannesbourg, Helsinki ou Madrid. Pour autant, la représentation séquentielle de la gentrification n’a pas disparu, mais elle a désormais l’essentiel de ses utilisateurs dans le champ journalistique et reste à l’esprit de plus d’un acteur politique. Le fait que les auteurs y reviennent à plusieurs reprises, tout au long de l’ouvrage, et chaque fois pour la réfuter, traduit ainsi une volonté de s’adresser aussi à un public exposé aux discours politico-médiatiques et peu familiarisé avec la littérature académique. Espérons néanmoins que cette insistance n’ait pas comme effet pervers de réinstaller au centre du débat scientifique une conception sur ce plan déjà dépassée.

4Sur ces bases, l’ouvrage pose d’entrée de jeu la diversité des processus comme son objet central, ce qu’il va s’efforcer de comprendre et d’expliquer. Les auteurs explicitent clairement leur « pari » à ce propos : « [c’est] en cherchant à comprendre ces variations contextuelles dans les acteurs, les formes et les rythmes de la gentrification que l’on a le plus de chances de découvrir quels en sont, de manière plus générale, les moteurs et les freins, quelles sont les logiques économiques, sociales et politiques qui la sous-tendent et l’expliquent » (p. 50). Il ne s’agit donc pas d’étudier la diversité des processus de gentrification pour elle-même, à des fins purement descriptives, ni même dans la perspective de détailler la notion en une série de (sous-)catégories – les auteurs ne cherchent pas à établir une typologie de processus à des fins de catégorisation empirique, par exemple. Plutôt, c’est la question des effets de contexte qui est ici mise au centre de l’attention : qu’est-ce qui, dans chaque cadre territorial, peut infléchir ou moduler la gentrification, dans un sens ou dans un autre (accélération, freinage, retardement, déplacement, diffusion, etc.) ? Les auteurs parlent même à ce propos de « causalités contextuelles » (p. 49).

5Cette approche distingue l’ouvrage des travaux qui positionnent la gentrification à un niveau d’abstraction plus élevé, comme un « concept générique » (Clark, 2005, 2015). Dans ces derniers, d’inspiration (néo-)marxiste pour la plupart, la notion de gentrification est conçue comme un analyseur et un interpréteur de transformations territoriales, plutôt que comme un descripteur finement calibré sur le plan empirique et étroitement situé dans l’espace et le temps. La valeur du concept se mesure alors à sa capacité à saisir de concert, et à mettre en relation entre elles, des transformations à première vue diverses par plus d’un aspect (profils et trajectoires des nouveaux habitants, rythmes des rénovations ou des nouvelles constructions, rôles des pouvoirs publics…), mais qui, toutes, donnent à voir comment un territoire peut être reconfiguré, dans son peuplement, son bâti ou ses dimensions symboliques, par un même ensemble de forces sociales. Que la notion de gentrification ainsi posée soit « large » n’est alors pas une tare menant inévitablement à commettre des amalgames analytiques, mais, au contraire, une qualité intrinsèque qui la rend mobilisable dans des contextes territoriaux variés, voire inattendus, comme à des époques diverses. Pour autant, poser la gentrification comme un concept générique ne revient bien entendu pas à dire que celui-ci englobe « tout », ce qui mènerait à devoir soutenir l’idée absurde que la gentrification serait le seul et unique processus de reconfiguration des espaces urbains. On ne parle alors de gentrification (au singulier) que lorsqu’un territoire fait l’objet de nouvelles injections de capitaux dans ses paysages construits (parc résidentiel, commercial ou tertiaire, espaces publics…) et que ces (ré)investissements (publics ou privés) vont de pair avec une dynamique inégalitaire d’appropriation / dépossession des lieux, au bénéfice de certaines catégories d’habitants ou d’usagers et au détriment d’autres. Tout le reste relève alors de contingences nécessairement situées des « "actually existing" gentrifications » (au pluriel) (Lees et al., 2015, p. 443) : le réinvestissement passe-t-il par la réhabilitation d’immeubles anciens ou par des projets neufs ? Concerne-t-il des espaces centraux, péricentraux, périurbains ou même ruraux, des friches urbaines dépeuplées ou des quartiers populaires densément habités ? La dépossession passe-t-elle par des déménagements contraints, des marginalisations symboliques, des restrictions d’accès… ? etc.

6Les auteurs de Gentrifications prennent très explicitement leurs distances par rapport à cette approche : « utiliser [la notion de gentrification] comme un concept "générique" (…) nous semble (…) vider le terme de sa valeur et présenter les dangers de l’amalgame et la perte de puissance analytique » (p. 66 et 67). De manière quelque peu déroutante, pourtant, ils annoncent dans la foulée vouloir « faire de la gentrification une notion plus analytique que descriptive, permettant de rendre visibles des mécanismes sociaux, géographiques, politiques ou économiques propres à la période postindustrielle, et éclairant l’évolution de nos sociétés actuelles » (p. 67), soit une perspective que ne réfuteraient pas les tenants d’une approche générique. D’ailleurs, les auteurs poursuivent en proposant de circonscrire « l’ADN de la gentrification » (p. 68), qu’ils identifient comme « un rapport social d’appropriation de l’espace urbain, mettant aux prises des acteurs et des groupes inégalement dotés » (quatrième de couverture). Ils avancent aussi que « en somme, parler de gentrification, c’est poser la question de la recomposition de la domination sociale dans l’espace, la question des gagnants et des perdants de la "grande transition" économique de l’Occident depuis une quarantaine d’années et des inflexions politiques qui l’ont accompagnée » (p. 75). À nouveau, les tenants d’une approche générique y trouveront sans doute très peu à redire – si ce n’est que ce qui fait « l’ADN » d’une notion (quelle qu’elle soit) reste une question théorique en suspens. Dans l’introduction, les auteurs annoncent concevoir la gentrification comme une « théorie de moyenne portée » (p. 49), mais sans plus de précision sur ce qui fait la différence avec une conception générique de la gentrification, qu’ils rejettent. En définitive, le positionnement de l’ouvrage reste à mes yeux ambigu eu égard à la caractérisation théorique de la diversité des processus de gentrification.

7Par ailleurs, les auteurs insistent, à juste titre, sur la valeur de regards empiriques fins, les plus attentifs possible à la complexité du réel. Il est par contre problématique de soutenir que de tels regards fins soient « ce qui permet de dépasser les discours partisans », « porteurs de jugement » ou « [menant à une] diabolisation des stratégies résidentielles des nouveaux occupants ou des intentions des élus » (p.77). La question, ici, n’est pas celle du degré de finesse de l’observation de terrain, mais bien celle du choix de la grille d’analyse à partir de laquelle on tente de structurer, d’organiser et de donner du sens à ces observations. En la matière, les auteurs privilégient le prisme de la diversité des processus là où d’autres donnent la priorité au prisme de l’inscription spatiale des rapports de domination (de classe, de genre ou de « race ») (Backouche et al., 2011 ; Clerval et al., 2015).

8Le reste de l’ouvrage est organisé en trois parties. La première (« Structures ») revient successivement sur le rôle des acteurs locaux du capitalisme urbain (les acteurs immobiliers, en particulier), sur l’importance des cadres bâtis (leurs morphologies, leurs structures de propriété ou leurs valeurs symboliques reconnues, notamment) et, enfin, sur les « effets des contextes locaux … [et] des structures sociales, économiques et urbaines » (p.134) qui pèsent sur les profils et les parcours des « habitants gentrifieurs » (p.131). La deuxième partie (« Politiques ») revient spécifiquement sur le rôle des pouvoirs publics. Il s’agit de questionner « ce qui, du côté des politiques publiques, peut, ici ou là, favoriser, accélérer ou au contraire ralentir l’émergence et la diffusion de processus de gentrification » (p.168). À cet égard, les auteurs cherchent à prendre la mesure des multiples leviers d’action publique mobilisés, des tours et détours des jeux de gouvernance et encore des divers effets des politiques urbaines mises en œuvre dans les quartiers étudiés, ratages compris. Ils en concluent que « si stratégie politique de gentrification il y a, il serait préférable de la décliner au pluriel » (p.176). Cette conclusion vient appuyer une critique de l’idée de « politiques de gentrification » (p.161), idée que les auteurs assimilent à des « stratégies explicites de gentrification » (p. 189) bâties sur des intentions clairement exprimées et assumées par leurs partisans – ce qui, de fait, est extrêmement rare.

9Enfin, la troisième partie (« Habitants ») se penche sur la diversité des « pratiques et [des] discours de ceux qui font la ville au quotidien » (p.253). L’attention est ici portée sur les trajectoires sociales et résidentielles des habitants, leurs discours sur le quartier et la ville, leurs pratiques de consommation ou de sociabilité, etc. de manière à « mieux comprendre ce qui perdure, ce qui change, ce qui résiste, ce qui est source d’évitements et de tension » (p.253) dans les espaces aux prises avec des processus de gentrification. Les auteurs reviennent ici sur le constat que ces processus peuvent être fortement contrariés à l’échelle locale par des « continuités populaires » (p. 283), c’est-à-dire, par le maintien de pratiques régulières du territoire par ceux et celles qui l’habitent d’ordinaire, qu’ils ou elles y aient ou non leur domicile (faire des courses, fréquenter des associations ou des lieux de culte, occuper un espace public…). Enfin, cette partie examine certains « enjeux de cohabitation » (p. 305), à partir de l’un de leurs terrains d’enquête (la Goutte d’Or, à Paris), et ce par trois entrées : les rapports des habitants aux divers lieux du quartier, les relations entre voisins dans des immeubles où se côtoient des ménages populaires et des classes intermédiaires et les choix scolaires des parents dans un contexte de peuplement socialement hétérogène. Les auteurs mettent ici en relief des manières diverses et changeantes de « négocier la diversité au quotidien » (p. 325), diversité dont le label « mixité sociale », fétiche de tant de programmes d’action publique, ne rend aucunement compte.

10En conclusion, l’ouvrage revient sur la non-inéluctabilité des processus de gentrification : des configurations particulières d’acteurs, des retournements de conjoncture, des héritages urbanistiques, des dispositifs d’action publique, des pratiques habitantes, des éléments symboliques, des continuités populaires… peuvent de facto limiter, contrecarrer voire empêcher de tels processus. L’importance des luttes urbaines est également soulignée, même si ce point est fort peu approfondi au long du livre. Les auteurs dressent par contre un panorama de moyens à disposition des pouvoirs publics pour soutenir « des évolutions alternatives à la gentrification » (p. 350).

11En définitive, Gentrifications est un ouvrage riche par les multiples éclairages contextualisés qu’il apporte et croise. De plus, il se lit bien et suscite la réflexion. Néanmoins, la caractérisation théorique de la diversité des processus de gentrification proposée par les auteurs reste ambiguë. Cette réserve ne suggère pas qu’il faille opposer terme à terme une entrée par la diversité et les contingences des processus à une entrée par leurs récurrences ou leurs similitudes. Elle ne conteste pas non plus la valeur d’analyses nuancées et attentives aux éléments de contexte – qui pourrait plaider pour moins de finesse d’analyse ? Il s’agit fondamentalement de revenir sur un point déjà énoncé par Neil Smith il y a plus de 20 ans, à savoir que « the power of a more general stance is augmented by the suppleness that comes from a sensitivity to the details of local experience – and vice versa » (Smith 1996, p. 185-186). C’est sur cette proposition qu’est fondée l’idée de poser la gentrification comme un concept générique – idée qui n’a rien d’équivalent avec la conception « (d’)une mécanique simple et identique d’une ville à l’autre ».

Haut de page

Bibliographie

Backouche I., Ripoll F., Tissot S., Veschambre V. (dir.) (2011), La dimension spatiale des inégalités. Regards croisés des sciences sociales, Presses Universitaires de Rennes.

Beauregard R. (1986), « The chaos and complexity of gentrification », in Smith N., William P. (eds), Gentrification of the city, Allen and Unwin, Boston, MA p. 35-55

Clark E. (2005), « The order and simplicity of gentrification: a political challenge » in Atkinson R., Bridge G. (eds.), Gentrification in a global context: the new urban colonialism, Routledge, London, p. 261-269

Clark E. (2015), « Afterword: the adventure of generic gentrification », in Lees L., Shin H.B., López-Morales E. (eds.) (2015) Global gentrifications. Uneven development and displacement, Bristol, Policy Press, p.453-456.

Clerval A., Fleury A., Rebotier J., Weber S. (dir.) (2015), Espace et rapports de domination, Presses Universitaires de Rennes.

Lees L. (2000), « A reappraisal of gentrification: towards a ‘geography of gentrification’ », Progress in Human Geography, 24, 3, p. 389-408.

Lees L., Shin H.B., López-Morales E. (eds.) (2015), Global gentrifications. Uneven development and displacement, Policy Press.

Ley D., Teo S.Y. (2014), « Gentrification in Hong Kong? Epistemology vs. ontology », International Journal of Urban and Regional Research, 38, 4, 1286-1303.

Lui T.-L. (2017),« Beneath the appearance of gentrification: probing local complexities », International Journal of Urban and Regional Research, 41, 3, 478-486.

Smith N. (1996) The new urban frontier: gentrification and the revanchist city, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Van Criekingen, « Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launay, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications », Métropoles [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 25 mars 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5638

Haut de page

Auteur

Mathieu Van Criekingen

Géographe, chargé de cours en études urbaines, Université Libre de Bruxelles, Laboratoire Interdisciplinaire en Études Urbaines (LIEU), Bruxelles, Belgique,
mvancrie@ulb.ac.be

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals