Navigation – Plan du site

Éditorial

Fabrice Bardet, Stéphane Cadiou, Julie Pollard et Hélène Reigner

Texte intégral

1Dix ans (et quelques mois maintenant) que Métropoles a vu le jour ! Pensée comme la première revue électronique francophone d’études urbaines critiques, dans une perspective sur laquelle l’introduction et la première partie du numéro reviennent de manière rétrospective et réflexive, Métropoles était un vrai pari. D’abord parce que le paysage de l’édition scientifique n’avait pas encore basculé vers l’électronique. Ensuite parce que les cloisonnements scientifiques paraissaient suffisamment ancrés dans la sphère académique française pour fragiliser une entreprise de studies. Mais aussi parce que l’espace pour des revues internationales non anglophones s’annonçait restreint. De cela, les amis proches de Bernard Jouve et Christian Lefèvre, chevilles ouvrières de ce projet, les avaient mis en garde. Dix années plus tard, si le pari n’est jamais définitivement gagné, il convient de considérer le chemin parcouru par Métropoles tout autant que d’envisager quelques perspectives pour la prochaine décennie.

2Le pari Métropoles a supposé de trouver des équilibres, à maints égards délicats et stimulants, dont témoignent la livraison continue de vingt deux numéros depuis 2007 et la conception de ce Hors-série.

3Equilibres disciplinaires d’abord, d’une revue qui cherche à offrir aux travaux relevant des études urbaines un espace de publication et d’échange scientifiques. L’ouverture et le renouvellement du comité de rédaction de la revue, en 2014-2015, a été un important levier pour la rédaction en chef. Il a été l’occasion, notamment, de renouer davantage de liens avec les sociologues et anthropologues dont les publications tendaient à se faire rares au sein de la revue. Ces équilibres disciplinaires restent un défi crucial pour conforter l’assise de Métropoles en tant que revue d’études urbaines.

4Métropoles a également toujours cherché à être une revue accueillante avec la jeune recherche, tout en ayant conscience que la renommée d’une revue se fait aussi grâce aux papiers que des collègues plus expérimentés publient dans ses colonnes. Cet équilibre semble tenu, et ce alors même que Métropoles reçoit de plus en plus d’articles, et que, logiquement, le taux d’acceptation se réduit. C’est l’occasion de souligner l’importance d’un processus d’évaluation des articles qui soit critique et constructif, et de remercier les nombreux collègues sollicités pour la qualité de leurs évaluations.

5Poursuivre le développement de Métropoles en tant que revue internationale en langue française à l’heure où l’anglais s’est installé durablement comme la langue scientifique de référence est également un enjeu sans cesse réinterrogé au sein de la revue. L’internationalisation de Métropoles est réelle, par son comité de rédaction francophone, par l’accueil d’articles en langue anglaise parfois, par son inscription scientifique dans des débats internationaux surtout. Nul doute que l’indexation de Métropoles dans les grandes bases scientifiques internationales, ou que l’extension de nos réseaux entre collègues français, canadiens, suisses, belges seront des pistes fécondes pour faire vivre ce pari initial.

6Enfin, du point de vue de son modèle économique, Métropoles a organisé sa mue en lien avec celle qu’a connu l’édition scientifique électronique. Installée dès l’origine sur la plateforme française Open Edition Journals, Métropoles vient de basculer sous la responsabilité de ENS Éditions. Ce nouveau partenariat réaffirme une ambition de qualité et de visibilité dans le champ scientifique avec pour horizon la diffusion élargie des savoirs. Là encore, il est probable que cet équilibre devra évoluer dans la prochaine décennie. Des formes de rapprochement avec d’autres revues sont encore à inventer, dans le respect des modèles économiques et des lignes éditoriales de chacune.

7En perspective toujours, le développement d’une revue électronique, internationale, francophone, d’études urbaines… Merci à toutes celles et ceux, métropolitains de la première heure ou plus récemment engagés auprès de la revue, de donner de leur temps, de leur énergie et de leur enthousiasme pour faire vivre ce projet.

8Bon anniversaire à Métropoles et bonne lecture à toutes et tous !

9L’équipe de rédaction en chef

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bardet, Stéphane Cadiou, Julie Pollard et Hélène Reigner, « Éditorial », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5673

Haut de page

Auteurs

Fabrice Bardet

Directeur de recherche ENTPE – EVS

Articles du même auteur

Stéphane Cadiou

Maître de conférence en science politique, Université de Saint-Etienne - Laboratoire Triangle

Articles du même auteur

Julie Pollard

Maitre d'enseignement et de recherche, Université de Lausanne – IEPHI

Articles du même auteur

Hélène Reigner

Professeur en aménagement et urbanisme, Université Aix-Marseille - Laboratoire LIEU

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals