Navigation – Plan du site

Introduction : 10 ans, mais encore ? De l’actualité des études urbaines et de Métropoles

10 years : What is on the agenda for urban studies and for Métropoles
Stéphane Cadiou et Julie Pollard

Résumés

Au-delà de son propos liminaire, cette introduction présente la structuration du numéro, autour de quatre grands axes. Le premier ensemble d’articles situe la trajectoire de Métropoles au regard de l’évolution de ses ambitions et de ses contenus, ainsi que du contexte éditorial. Le deuxième rassemble des enquêtes de terrain, qui interrogent collectivement les conditions d’une critique dans les études urbaines. La troisième partie du numéro s’attache aux enjeux de la métropolisation dans des villes du Sud, en explorant des terrains peu couverts jusque-là dans la revue. Enfin, plusieurs portraits clôturent ce numéro. Ils invitent à repenser les frontières disciplinaires et les interfaces avec le monde social et politique.

Haut de page

Texte intégral

1Quand la revue Métropoles paraît en 2007, l’intention de ses fondateurs, Bernard Jouve et Christian Lefèvre, est d’ouvrir un nouvel espace éditorial pour réfléchir sur le fait métropolitain. Ils donnent ainsi un écho à l’actualité des questions ayant trait aux métropoles et aux enjeux, tant pratiques que scientifiques, d’élaboration de politiques pour les espaces urbains. Avec Métropoles se concrétise l’ambition de mettre sur pied une revue francophone, en dialogue étroit avec des études urbaines à dominante anglophone. En praticiens résolus de la comparaison, B. Jouve et C. Lefèvre plaident pour une conception ouverte et internationale de la recherche scientifique. L’expérience Métropoles nait ainsi autour d’orientations qui tiennent encore lieu de carte d’identité de la revue : la pluridisciplinarité, l’ouverture vers l’international, l’esprit critique. Profitant de la montée en puissance des ressources électroniques, Métropoles repose, en outre, dès sa création, sur un modèle éditorial – la gratuité totale de l’accès aux articles grâce au portail revues.org – pensé en opposition aux grandes plateformes payantes. Dix ans plus tard, il est difficile de ne pas saluer les intuitions originelles de B. Jouve et C. Lefèvre. Les évolutions contextuelles n’ont fait que donner plus d’acuité à leurs objectifs et au projet de Métropoles.

Métropoles et son temps

2Les mutations récentes du fait urbain focalisent l’attention des décideurs comme celle des chercheurs, et l’ampleur des défis interpelle. La localisation urbaine d’une majorité de la population mondiale a constitué une étape décisive dans les années 2000. L’émergence et l’essor de très grandes métropoles, en particulier dans les pays du Sud représentent un autre tournant historique. Mégalopoles, régions urbaines, villes globales, gig@cities, corridors urbains, métropoles XXL, postmetropolis… Ces terminologies, plus ou moins concurrentes, rendent compte à la fois d’un changement d’échelle, d’une rapidité inédite de l’urbanisation et de nouvelles formes de mondialisation. Dans ces conditions, la question de la soutenabilité des modèles de développement urbain – qui se traduit notamment par des enjeux de vulnérabilité ou de sobriété – monte en puissance. En parallèle, la question des inégalités sociales et de la ségrégation spatiale s’exacerbe ; de même que se posent en des termes renouvelés celles autour de la santé publique, de la sécurité ou encore de la biodiversité.

3Ces défis contemporains questionnent, plus largement, les dimensions historiquement constitutives des villes : l’accueil de nouvelles populations, l’accès aux services et droits fondamentaux, les échanges économiques, le régime politique voire la démocratie… Ces problématiques préoccupent les acteurs et les instances politiques, qu’ils se situent à une échelle locale, nationale ou internationale. Le décalage entre territoires fonctionnels et institutionnels, la coordination entre différents niveaux de gouvernement, l’adaptation des structures de décision et plus largement la gouvernabilité même des espaces urbains, sont mis en question. Les acteurs politiques sont sommés d’inventer de nouvelles façons de faire, souvent en partenariat – et parfois à l’instigation – d’acteurs privés. Ils s’appuient de manière croissante sur des structures institutionnelles de gouvernance métropolitaine qui ont émergé en France et dans de nombreux pays européens. Ils doivent trouver de nouvelles ressources au risque d’une financiarisation accrue des espaces urbains.

4Se développent également des réseaux d’échanges, des clubs, des conférences, qui visent à porter les préoccupations urbaines dans un horizon internationalisé. Dans ces cercles, circulent des « bonnes pratiques », se définissent des normes, s’affichent des labels et des classements de villes, qui témoignent de rapports de compétition, et de partenariat, entre villes. Au cœur de ces dispositifs, la production, la gestion et la valorisation de connaissances sur les villes et leurs fonctionnements est devenue cruciale. Autant d’évolutions qui amènent à revoir les grilles de lecture usitées traditionnellement et qui ébauchent de nouveaux enjeux de recherche.

5Parallèlement aux mutations du fait urbain, les études urbaines se sont, elles aussi, transformées. Esquisser cette transformation représente une gageure. Tout d’abord, parce qu’elle diffère selon les contextes nationaux qui accordent un statut plus ou moins autonome – et plus ou moins institutionnalisé – à ce champ de réflexion. Ensuite, parce que l’influence de la commande publique dans la structuration des études urbaines et des questionnements à l’agenda joue également un rôle clef. C’est ce qu’illustre, en France, la confrontation de sociologues marxistes, d’urbanistes et d’économistes avec les autorités publiques dans les années 1960-1970 (Amiot, 1986). Enfin, parce qu’il faut à la fois démêler les évolutions d’une pluralité de disciplines aux prises avec l’urbain, et saisir les interfaces et dialogues (éventuels) entre ces disciplines. En fonction du prisme disciplinaire, les temporalités, les moments-charnières et les auteurs de référence des études urbaines varient. L’articulation entre études urbaines et urbanisme a fait l’objet de réflexions nourries, examinant particulièrement la proximité avec l’action politique et ses effets pour éclairer les enjeux d’aménagement des villes (Breux et al., 2015 ; Paquot, 2013 ; Scherrer, 2010). De même, le regard sociologique sur la ville a une histoire bien connue qui s’écrit sur le long terme, avec des figures tutélaires comme Paul-Henry Chombart de Lauwe et Henri Lefebvre, mais aussi Raymond Ledrut et Manuel Castells (Topalov, 2013), et qui se prolonge aujourd’hui à travers notamment les travaux sur la gentrification, la mixité sociale ou encore les usages populaires de l’espace.. Il en va de même de la géographie urbaine qui, depuis ses pionniers, a connu des tournants (culturel et social) et tend à incliner aujourd’hui, du moins pour certains des chercheurs, vers un registre plus « critique » dans l’examen des processus d’urbanisation (Robic, 2003 ; Hertzog, Serra, 2010).

6Compte tenu du parcours et des affinités de ses fondateurs, la revue Métropoles a aussi fait sienne la volonté de porter un regard sur la ville par le politique. Ce projet reposait sur une approche renouvelée du dialogue interdisciplinaire qui questionne les rapports ambivalents de la science politique à la ville. En effet, pendant longtemps, pour cette discipline, l’étude des villes est demeurée relativement indifférenciée. Elle s’inscrivait dans une science du pouvoir local, marquée par les héritages du droit et de la science administrative, où le clivage entre le « centre » et la « périphérie » écrasait les singularités territoriales. Dans les années 1990, émerge une nouvelle génération de chercheurs politistes, davantage sensibilisés aux apports d’autres champs (comme la sociologie politique ou la géographie économique) et d’autres méthodologies (comme la comparaison). La notion de gouvernance est alors placée au centre de leurs travaux et suscite de vives critiques (Le Galès, 1995 ; Jouve, Lefèvre, 1999). C’est aussi à cette période que des dialogues se nouent avec des travaux issus d’autres disciplines : avec ceux de géographes portant sur les rapports nouveaux entre capitalisme et territoires (citons Guy Di Méo, Pierre Veltz, Bernard Pecqueur) ou de sociologues approfondissant l’étude des ségrégations sociales (mentionnons Edmond Préteceille, Yves Grafmeyer et Catherine Bidou-Zachariasen), ou encore d’économistes (comme Georges Benko et Laurent Davezies). Cette dynamique s’est également nourrie de la discussion, par ces politistes déjà acquis aux bienfaits de l’internationalisation, de conceptualisations développées aux États-Unis et en Grande-Bretagne. En effet, à partir des années 1990, s’amorce une montée en puissance de l’économie politique et de la géographie critique, dans le sillage des travaux de David Harvey, Bob Jessop ou encore Neil Smith. De nouvelles conceptualisations conçues pour les villes américaines ‑ « machines de croissance » (Logan, Molotch, 1987), « régimes urbains » (Stone, 1989) ‑ sont mises à l’épreuve et discutées par des auteurs comme Alan Harding, Ian Gordon, Gerry Stoker ou Patrick Le Galès. Ce contexte intellectuel a constitué la trame de fond de Métropoles. Et c’est toute l’ambition de la revue d’avoir travaillé à l’articulation de ces scènes – aussi bien disciplinaires que nationales ‑ et de ces débats en renouvellement.

7Il ne fait guère de doute aujourd’hui que les études urbaines ont élargi leur surface. En témoignent la multiplication des supports éditoriaux s’intéressant au fait urbain (revues, collections), la globalisation des maisons d’édition, l’internationalisation des réseaux académiques. En atteste également le financement, public et privé, de programmes de recherche et d’instituts en tout genre, d’appels à projets et de dispositifs expérimentaux. Mais cette attention renouvelée n’équivaut pas à la stabilisation d’un champ transversal des études urbaines tant les sentiers de dépendance disciplinaires restent forts. L’ambivalence réside peut-être là dans cet écart entre des questions urbaines plus que jamais d’actualité et des études urbaines aux contours diffus et fuyants.

8Au fil de ses dix années d’existence, Métropoles a continué à stabiliser et à renforcer sa place dans le paysage éditorial, en conservant ses partis-pris éditoriaux, et en explorant une diversité de territoires urbains. Initialement structurée par les débats métropolitains, la revue a progressivement glissé vers une attention plus générale aux phénomènes urbains. Par-là, elle s’est ouverte à des questionnements plus larges et à des auteurs plus divers au prix, peut-être, d’un focus moins régulier sur les enjeux de gouvernement et de gouvernance. La revue s’est dans le même temps adaptée aux exigences professionnelles en formalisant davantage ses procédures, en renouvelant son comité de rédaction, en s’ouvrant à de nouveaux partenariats scientifiques et institutionnels. Toujours diffusée gratuitement, Métropoles est néanmoins travaillée par des défis pratiques, sans nul doute connus par d’autres revues : l’inscription sur des bases de référencement internationales, l’accès modulé à différents formats de lecture (Html vs Pdf), l’insertion dans les catalogues des bibliothèques, la sollicitation d’évaluateurs que les contraintes professionnelles croissantes rendent parfois difficiles à mobiliser, la diffusion sur les réseaux sociaux, la traduction d’articles de collègues étrangers notamment. Ces défis, la revue doit les affronter avec des moyens humains limités (l’absence d’un secrétaire de rédaction financé) compensés par une forte dose d’engagement. Mais l’actualité du fait urbain requiert plus que jamais que Métropoles soit d’attaque !

Présentation du numéro

9Dans ce contexte, le dixième anniversaire de Métropoles a été pensé comme l’opportunité d’explorer les ressorts des études urbaines en France. Ce numéro hors-série se place dans un registre à la fois réflexif et prospectif : quelles sont les dynamiques constitutives des études urbaines en France ? Quels sont les questionnements, les approches méthodologiques et les références théoriques qui animent aujourd’hui ce champ d’étude ? Quels en sont les angles morts ? Mais aussi, comment des ponts sont établis avec les urban studies et les débats qui agitent les grandes revues internationales du champ ? Notre intention n’est pas de fixer des frontières, pas plus que d’arrêter une définition d’un champ vaste, mais plus modestement d’en dégager des lignes de structuration.

10Dans une première partie, ce numéro s’ouvre sur trois contributions qui situent la trajectoire de Métropoles au regard de l’évolution de ses ambitions et de ses contenus, ainsi que du contexte éditorial. Sur des registres différents (relevant de la restitution d’une expérience, d’une volonté de mise en perspective ou encore d’une analyse des articles publiés dans la revue), ces contributions permettent d’éclairer le positionnement de Métropoles. Elles donnent à voir des contrastes scientifiques par rapport aux urban studies, mais aussi les contraintes qui pèsent aujourd’hui sur une revue francophone.

11Fidèles à la tradition empirique de Métropoles, nous avons ensuite souhaité rassembler au cœur de ce numéro sept textes investissant des terrains singuliers, voire inédits dans la revue. Par certains aspects, ces articles sont exploratoires et invitent au dialogue. Au-delà de leur portée empirique, ils interrogent collectivement les conditions d’une critique dans les études urbaines.

12La troisième partie s’attache aux enjeux de la métropolisation dans des villes du Sud. L’ambition est de nourrir la réflexion sur les métropoles en faisant des détours par des terrains peu couverts jusque-là dans la revue. Elle est aussi de déstabiliser les routines et les catégorisations usuelles pour penser le fait urbain en invitant, à la suite de Jennifer Robinson, à se déprendre de grilles pensées pour des contextes situés. Les textes accueillis ici sont à la fois divers par leurs origines disciplinaires (de la sociologie à la géographie) et par les terrains explorés (allant de l’Amérique latine à l’Afrique subsaharienne et la Chine, en passant par les conférences internationales organisées sous l’égide des Nations Unies).

13Enfin, plusieurs portraits clôturent ce hors-série pour approfondir l’exploration de lignes fuyantes du fait urbain. Par la diversité des regards et des expériences de l’urbain, ces chemins de traverse invitent à repenser les frontières disciplinaires et les interfaces avec le monde social et politique.

14En terminant cette introduction, nous souhaitons remercier l’ensemble des contributeurs de ce numéro qui se sont engagés à nos côtés, qui ont composé avec nos (amicales) pressions et qui pratiquent, à travers la pluralité de leurs objets, les études urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Amiot, M. (1986), Contre l’État, les sociologues, Paris, EHESS.

Breux, S., Collin, J. P., Cloutier, G., & Poitras, C. (2015), « Les études urbaines et l’urbanisme au Québec deux compagnons de route indissociables, indépendants et qui s’ignorent…. », RIURBA : Revue internationale d'urbanisme [en ligne], n° 1, URL : http://riurba.net/Revue/les-etudes-urbaines-et-lurbanisme-au-quebec-deux-compagnons-de-route-indissociables-independants-et-qui-signorent/.

Hertzog A., Serra A. (2010), « Penser la ville et l’urbain, les paradoxes de la géographie française », Echogéo [en ligne], n° 12, URL : https://journals.openedition.org/echogeo/11898.

Jouve B., Lefèvre C. (1999), « De la gouvernance urbaine au gouvernement des villes ? », Revue française de science politique, vol. 49, no 6, p. 835-854.

Le Galès P. (1995), « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, vol. 45, no 1, p. 57-95.

Logan, J. R., & Molotch, H. (1987), Urban Fortunes: The Political Economy of Place, University of California Press.

Paquot T. (2013), « Urbanisme, Urbanologie, études urbaines : l'improbable classification », Hermès, vol. 3, no 67, p. 95-100.

Robic M.-C. (2003), « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine en France (1890-1960) », Sociétés contemporaines, n° 49-50, p. 107-138.

Scherrer, F. (2010), « Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale ». Tracés. Revue de Sciences humaines, no 10, p. 187-195.

Stone, C. N. (1989). Regime politics: governing Atlanta, 1946-1988, University press of Kansas.

Topalov C. (2013), « Trente ans de sociologie urbaine. Un point de vue français »., Métropolitiques [en ligne], URL : https://www.metropolitiques.eu/Trente-ans-de-sociologie-urbaine.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Cadiou et Julie Pollard, « Introduction : 10 ans, mais encore ? De l’actualité des études urbaines et de Métropoles », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5681

Haut de page

Auteurs

Stéphane Cadiou

Maître de conférences en science politique, Université de Saint-Etienne – Laboratoire Triangle

Articles du même auteur

Julie Pollard

Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut d’études politiques, historiques et internationales

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals