Navigation – Plan du site
Une revue des études urbaines

Les études urbaines en pratique : un champ d’étude au prisme de Métropoles

Urban studies in practice. A field of study through the prism of Métropoles
Stéphane Cadiou et Julie Pollard

Résumés

Cet article se propose d’étudier l’évolution et les contours des études urbaines francophones. A partir d’un examen des 21 premiers numéros de Métropoles, il observe la fabrication de ce champ d’étude dans le contexte scientifique français et au regard des dynamiques scientifiques internationales. L’analyse porte tout particulièrement sur quatre dimensions : les équilibres disciplinaires, les objets étudiés, les terrains couverts et les méthodes utilisées. Elle montre l’importance prise par l’analyse de l’action publique qui attire de nombreux auteurs, notamment issus en géographie et aménagement. Si la revue s’est alignée, depuis sa création, sur de nombreux débats et concepts de la communauté anglophone, l’article révèle aussi une place réduite de la réflexion théorique et politique. Il suggère des perspectives de recherche pour enrichir et renouveler les recherches accumulées.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 2000, nul doute que le fait urbain et métropolitain est monté en puissance tant en France qu’au plan mondial. Il a acquis une forme d’évidence par son ampleur spatiale et démographique, agrégeant un nombre croissant de composantes (Sellers, 2002). Il est désormais associé à un « nouvel âge » délimitant non plus un horizon sociétal, mais bien une condition historique inédite (Brenner, Schmid, 2014). Il suscite de multiples questionnements, pour partie indépendants, qui mobilisent et que formulent les sciences sociales. L’urbain stimule, plus que jamais, un domaine de connaissances et de débats scientifiques. Cette dynamique tisse pragmatiquement un champ des études urbaines par une accumulation de savoirs sur le fait urbain auxquels la revue Métropoles donne un écho depuis dix ans.

2Le projet originel de la revue et de ses fondateurs était effectivement de « diffuser largement les travaux des chercheurs en sciences sociales qui interrogent la réalité du fait urbain, ses traductions et ses multiples déclinaisons » (Jouve, Lefèvre, 2007). Il ne s’agissait pas pour autant de s’aventurer dans une délimitation a priori des thématiques du fait urbain et métropolitain. Aujourd’hui non plus, nous ne prétendons pas rouvrir le débat épistémique – aussi insatiable qu’insoluble – sur les frontières et les dimensions constitutives des « études urbaines » (Paquot, 2000 ; Scherrer, 2010). Le champ scientifique des études urbaines est davantage installé dans nombre de pays étrangers, et tout particulièrement anglophones (Paddison, 2001 ; Bowen, Dunn, Kasdan, 2010). En France, le label « études urbaines » ne bénéficie pas des mêmes visibilité et assise. Ici, l’urbain a délimité un espace de débats et de réflexions travaillé par une double tension : tout d’abord, entre une diversité de disciplines instituées par des instances bureaucratico-professionnelles (comme les sections du Conseil national des universités) ; ensuite, entre la recherche scientifique et la commande publique (Amiot, 1986 ; Lassave, 1997). Il en a résulté une impossible « disciplinarisation » des études urbaines (Van Damme, 2005) qui pose alors la question de leurs caractéristiques.

3Le 10e anniversaire de Métropoles fournit l’opportunité de réfléchir sur la contribution de la revue à la fabrique du champ des études urbaines en France. Un retour en arrière sur dix ans de production scientifique permet non seulement de mesurer le chemin parcouru par le projet initial, mais aussi de scruter les logiques constitutives des études urbaines dans le monde francophone, et plus particulièrement français. Par là, l’occasion sera donnée de préciser le sens de la « critique urbaine » revendiquée par la revue – et significativement au centre du numéro édité en hommage à l’un de ses fondateurs trop vite disparu, Bernard Jouve (no 7) – et largement discutée dans les urban studies (Marcuse et al., 2014 ; Brenner, 2009). Nourri par cet esprit critique, notre propos entend mettre en évidence aussi bien les traits distinctifs que les zones d’ombre de la revue. Il montre que le succès de la revue tient sans doute au fait d’apparaître comme un espace éditorial suffisamment neutre et, du même coup, assez peu marqué théoriquement et politiquement. Partant donc d’un dépouillement réflexif de la revue Métropoles, l’ambition plus générale de cet article est de dégager les contours et les formes des études urbaines en pratique. À travers l’étude critique des travaux existants, cela nous amène à formuler des pistes programmatiques. Pour donner corps à cette réflexion, nous procédons à une étude détaillée des sommaires des vingt et un premiers numéros publiés, complétée par une lecture transversale des orientations scientifiques des différents articles. Nous nous appuyons, par ailleurs, sur notre expérience à la rédaction en chef de la revue depuis 2014.

1. Le champ des études urbaines en miroir : que nous dit Métropoles des contours d’un champ ?

  • 1 Seuls 44 auteurs sur un total de 205 depuis la création de Métropoles appartiennent à des institut (...)

4Jusque dans les années 1990, les supports éditoriaux français dédiés au fait urbain sont réduits. Dans ce contexte, la création de la revue Métropoles découle d’une volonté d’ouverture vers une diversité de perspectives et de travaux. Métropoles a significativement revendiqué le statut de « carrefour » (cf. rubrique de présentation du site « À propos »). Pour mesurer la réalité de cette intention, nous nous sommes penchés sur les sommaires des articles, sur leurs auteurs et leurs résumés – au risque, toutefois, d’être confrontés directement aux incertitudes entourant l’objectivation de l’urbain (cf. encadré « Méthodologie »). Des traits ne s’en sont pas moins dégagés pour révéler les tendances d’une revue tant sur les plans disciplinaire (1) et méthodologique (2) qu’au niveau des terrains couverts (3). Précisons au préalable que les études urbaines données à lire dans Métropoles sont principalement françaises1. Elles forment un agrégat de savoirs, difficilement délimitables, avec néanmoins des dominantes (disciplinaires, méthodologiques, géographiques, bibliographiques…). Elles privilégient bien quelques références récurrentes qui, pour autant, ne font pas école ou théorie.

1.1. La surface disciplinaire de la revue

5La pluralité des points de vue disciplinaires est constitutive de la recherche urbaine en France quand, dans le monde anglophone, les études urbaines sont davantage considérées comme une approche singulière reposant sur des conceptualisations et des controverses propres. De ce point de vue, la revue Métropoles n’échappe pas aux structurations disciplinaires de l’espace académique français ; mais elle reflète très inégalement cette pluralité.

Méthodologie. De la difficulté de classer et coder les articles
Qui écrit dans Métropoles ? Pour mieux cerner la production de Métropoles, rien de mieux a priori que de coder l’origine disciplinaire des auteurs et de les classer selon les disciplines reconnues dans l’espace académique français (à savoir les sections CNU). Les auteurs (n = 205)a de chaque article paru du no 1 au no 21 (n = 131) – soit dans un varia, soit dans un dossier thématique, soit dans la rubrique « Débats » – ont ainsi été codés. Mais, très vite, cette entreprise s’est heurtée à bien des difficultés, qui ont rendu son exploitation compliquée. Tout en nous en tenant aux seuls auteurs appartenant à des institutions académiques françaises (n = 161), nous avons éprouvé du mal à en classer un nombre non négligeable. Le principal obstacle a concerné ceux dont l’appartenance à la géographie et/ou à l’aménagement-urbanisme est difficile à trancher. Si ces deux sections disciplinaires sont parfois enclines à se différencier, concrètement les auteurs sont souvent rattachés à des organismes qui pratiquent les deux à la fois. Certains d’entre eux mentionnent même les deux disciplines dans leur signature. C’est dès lors par une collecte d’informations personnelles complémentaires que nous avons procédé au codage – contestable – de ces auteurs. Au regard de ces difficultés, nous avons à chaque fois agrégé les données parallèlement au codage distinct des deux disciplines. Dans d’autres cas, l’organisme de rattachement (comme l’École d’urbanisme de Paris) peut rassembler des individualités issues de disciplines différentes : nous avons dû contrôler ces effets de rattachement en prenant en compte (quand cela était possible) la discipline du dernier diplôme (doctorat, HDR). Ces difficultés, reflet des chevauchements disciplinaires et des circulations professionnelles, illustrent à elles seules les flottements qui entourent l’urbain et son étude. C’est donc en ayant à l’esprit ces limites que nous avons tenté d’objectiver le partage disciplinaire des auteurs.
a. Certains auteurs sont comptabilisés plusieurs fois s’ils ont écrit plusieurs articles.

6Trois disciplines sont bien représentées : la science politique (29 % des auteurs), la géographie (25 %) et l’aménagement-urbanisme (21 %). Si on agrège ces deux dernières, les sciences de l’espace ont donc acquis une place structurante (46 %) au sein de Métropoles. Parallèlement, la place privilégiée de la science politique doit être nuancée par le constat que près du quart des articles ancrés dans cette discipline ont été publiés à l’occasion du numéro d’hommage à B. Jouve (no 7). La sociologie arrive derrière ce tiercé disciplinaire (14 %), quand les autres disciplines n’y sont représentées que marginalement : l’histoire ne comptant par exemple que pour 3 % des auteurs et les autres disciplines étant trop faiblement présentes pour que leur place soit significative. On constate ainsi la quasi-absence du droit, alors même que les métropoles ont progressivement donné lieu à l’apparition de statuts administratifs singuliers en France et dans plusieurs pays européens. De même, on note la très faible présence des sciences de l’information et de la communication, dans un contexte où les politiques communicationnelles des collectivités urbaines se sont sophistiquées. Cette très inégale représentation disciplinaire dans la revue doit, en bonne partie, à l’identité de ses fondateurs et animateurs successifs. Elle se reflète également dans – et s’explique par – la composition du comité de rédaction, dominé par les politistes, les géographes et les aménageurs. Elle tient sans nul doute aussi à l’inscription de Métropoles sur la liste des revues reconnues par les commissions disciplinaires (correspondant aux sections 4 et 24 du CNU) du HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), liste qui oriente les choix de publication de scientifiques soumis à des évaluations professionnelles. Toutefois, la hiérarchie des revues que semble aujourd’hui valoriser le HCERES selon l’inscription (ou non) dans des bases de référencement international (Scopus, Web of Science…) – délaissant alors la logique des classements disciplinaires – pourrait, à l’avenir, peser sur les stratégies de publication, voire favoriser des décloisonnements.

7En nous plaçant dans une perspective longitudinale, nous observons que les équilibres disciplinaires connaissent des variations significatives. La série de numéros a été divisée en deux périodes couvrant quasiment le même nombre d’articles : 2007-2011 (81 articles), 2012-2017 (80). Entre les deux périodes, la place de la science politique a nettement décliné : fortement représentée dans le numéro 7 évoqué précédemment, elle ne représente plus que 24 % des articles parus dans la seconde période. A contrario, le poids des articles issus de la géographie et de l’aménagement n’a cessé de s’accroître, passant (en les cumulant) de 36 % entre 2007 et 2011 à 54 % entre 2012 et 2017. Si le nombre d’articles de sociologues s’est progressivement accru, l’autre grande évolution est la disparition au cours des dernières années des articles d’historiens et le net déclin d’articles ancrés dans d’autres disciplines (comme l’anthropologie ou l’ethnologie). Pour résumer ces évolutions temporelles, la revue Métropoles se caractérise tendanciellement par un rétrécissement de sa surface disciplinaire au profit de la géographie et de l’aménagement, qui, pour autant, n’épousent pas pleinement les contours de la géographie dite « critique », aujourd’hui dominante dans la littérature internationale des urban studies. L’un des défis à venir de la revue est sans nul doute de parvenir à reconstruire des ponts disciplinaires pour enrichir la critique urbaine et éviter l’enfermement.

8Pour affiner le propos, il est utile de décentrer le regard au niveau des rapports intradisciplinaires. En ce qui concerne la géographie présente dans Métropoles, il s’agit principalement de sa branche sociale s’intéressant aux rapports entre le spatial et le social. Plus précisément, les travaux de géographes publiés dans Métropoles manifestent une triple orientation : primo, la marginalité d’une perspective physique s’intéressant à l’organisation de l’espace (les cartes sont d’ailleurs rares) ; secundo, un intérêt pour les comportements d’acteurs sociaux dans la fabrique des espaces (notamment à travers les articles consacrés à la gentrification) ; tertio, un primat donné aux acteurs institutionnels, aux stratégies et aux politiques publiques. Cette troisième perspective se traduit par une focalisation privilégiée des chercheurs vers les agendas, les procédures et les productions urbaines pour spécifier ce qui se passe dans les espaces urbains. Quant à la science politique, toutes les sous-disciplines ne sont pas également représentées dans la revue. Si, sans surprise, la théorie politique et les relations internationales sont absentes, c’est principalement par le biais de l’analyse de politiques publiques que la science politique investit l’urbain dans Métropoles. En effet, les travaux se revendiquant explicitement d’une sociologie politique sont extrêmement rares (tout au plus trois ou quatre). À ce titre, l’étude des forces politico-partisanes, des comportements électoraux ou encore des carrières politiques est quasiment absente de Métropoles. Il serait, pourtant, bien hasardeux de considérer que ces objets et la politics ne se posent pas de manière singulière dans les espaces urbains (Greasley, Stoker, 2009). Dans le prolongement, les modes d’ancrage sociaux des responsables institutionnels sont souvent négligés. Tout ceci pourrait donner l’impression d’élus affranchis de milieux sociaux et de groupes d’intérêt alors même que ces derniers sont enclins à exploiter leur proximité des édiles urbains pour faire valoir leurs doléances (Berry, 2010 ; Cadiou, 2016). Sans doute faut-il voir dans ces oublis un effet indirect d’un dialogue difficile entre différents courants disciplinaires. S’observe une forme de déconnexion entre la science politique de l’urbain et la science politique générale, qui n’est pas sans résonner avec un diagnostic posé, il y a quelques années, sur la situation états-unienne, même si les raisons de cette distance sont diamétralement distinctes. Aux États-Unis, ce sont d’abord les urban politics qui se sont autonomisés en cultivant un décloisonnement théorique et politique (Sapotchine et al., 2007 ; Davies, Imbroscio, 2009). En France, nous serions enclins à suggérer que c’est davantage la science politique – notamment sa branche dominante qu’est aujourd’hui la sociologie politique – qui s’est relativement désintéressée de l’urbain en investissant des objets (comme le métier d’élu ou la sociologie des institutions) qui ne font pas de la dimension urbaine une entrée structurante. L’un des chantiers futurs sera assurément d’engager un dialogue plus solide entre la sociologie politique et les études urbaines.

9Après ce premier panorama disciplinaire, il ressort que l’étude de l’action publique a constitué le terrain de rassemblement de plusieurs savoirs académiques dans Métropoles. Elle semble offrir une accroche privilégiée pour pratiquer les études urbaines de la part d’une diversité de chercheurs. Mais cela s’est tendanciellement payé d’une faible conceptualisation de l’action publique. L’action publique apparaît souvent davantage ici comme une entrée empirique que comme une perspective analytique s’appuyant sur un outillage notionnel. Elle est alors souvent investie en faisant l’économie des acquis des policy studies.

1.2. L’urbain comme terrain ou comme objet ?

10Si l’urbain se prête à des investissements disciplinaires variés, c’est en partie parce qu’il constitue un « cadre commode » (Lepetit, 1996) pour mener des enquêtes de sciences sociales. Il représente un espace d’enquête dans lequel il est possible de mener toutes sortes d’investigations. Mais ce statut n’équivaut pas à celui d’objet et encore moins de sujet à part entière. Un certain nombre d’articles publiés concerne ainsi des terrains urbains où il importe plus d’éclairer une autre dimension (comme la participation, le rapport au temps…) que celle de l’urbain. Dans d’autres cas, l’entrée privilégiée est d’abord celle d’un secteur de politiques publiques dans lequel interviennent des pouvoirs urbains. Mais la dimension proprement urbaine de l’action publique est rarement questionnée. Allan Cochrane a soulevé cet enjeu en évoquant la difficulté à démêler la part urbaine des dépenses et politiques publiques tant celles-ci mêlent les effets de multiples décisions prises à différents niveaux (Cochrane, 2007). Dès lors, la question de savoir ce que sont les « politiques urbaines » mériterait d’être abordée de front.

11Mondialisé, l’urbain n’en a pas moins des contours approximatifs favorisant, selon certains, une « cacophonie » dans la théorie urbaine, comme en témoigne une constellation de dénominations (Scott, Storper, 2015, p. 4). Dans Métropoles, la délimitation des terrains est relativement peu controversée. Elle donne moins lieu à des disputes et surenchères notionnelles tout simplement parce qu’elle tend à reprendre des découpages institutionnels. L’urbain s’inscrit, dans bon nombre d’articles, dans des cadres administratifs (ceux des collectivités locales et de leurs groupements), ce qui n’est pas sans lien avec le primat des travaux concernant l’action publique. Dans Métropoles, à la question « Where is Urban Politics ? » (Rodgers, Barnett, Cochrane, 2014), les auteurs répondent prioritairement par une approche institutionnaliste. Conforme à une longue tradition (Magnusson, 2014), cette perspective dominante dans Métropoles privilégie des lieux de pouvoir bien identifiés, même s’ils doivent composer avec des « partenaires ». Aujourd’hui, des auteurs comme Julie-Anne Boudreau plaident pour une « nouvelle ontologie » se déprenant du biais institutionnaliste et décryptant la politique urbaine dans les relations quotidiennes et informelles (Boudreau, 2016). Mais pour l’heure, l’étude des capacités institutionnelles de gouvernement demeure à l’évidence une facette structurante des études urbaines françaises.

1.3. Les tropismes méthodologiques

  • 2 Dans le champ de la science politique, on pense par exemple aux travaux quantitatifs sur l’influen (...)

12D’une manière générale, la réflexivité méthodologique n’est pas un créneau particulièrement investi dans la revue. Les travaux reposent souvent sur des enquêtes empiriques approfondies. Ils témoignent d’une prévalence accordée au « terrain » et, a contrario, d’une distance (voire d’une méfiance) avec des constructions théoriques (trop) sophistiquées. Ce souci empirique dans les sciences sociales françaises constitue sans conteste un signe distinctif. Néanmoins, la présentation du matériau mobilisé est rarement l’occasion d’une discussion méthodologique spécifique. La manière de collecter des données est parfois exposée sans discuter pour autant des conditions et exigences d’une enquête urbaine. Significativement, depuis 2007, aucun dossier n’a par exemple été consacré à des questions épistémologiques et méthodologiques, alors même que les enjeux des échelles de la comparaison, de la montée en généralité à partir de cas d’étude, de la transférabilité des concepts ou encore de l’usage de catégories d’action publique se posent dans bien des réflexions. Par ailleurs, le penchant empirique dans Métropoles s’effectue principalement par le recours à des techniques qualitatives, et en premier lieu à l’entretien. Celui-ci s’est largement routinisé dans les différentes disciplines de sciences sociales au point de pouvoir apparaître comme une sorte de norme méthodologique pour qui étudie les politiques publiques (Bongrand, Laborier, 2005). Il s’impose comme le mode principal de recueil de données auprès des institutions. A contrario, les techniques quantitatives font figure de parent pauvre au sein de Métropoles. Seuls trois articles (dans les numéros 5, 14 et 18) revendiquent explicitement l’usage de telles techniques. Ce constat n’a toutefois rien de surprenant et d’original tant le quantitatif est sous-utilisé dans les sciences sociales en France, alors qu’il nourrit de manière centrale les enquêtes de sciences sociales dans le champ urbain aux États-Unis2. Entre ces deux orientations polarisées, d’autres techniques (archives, observations) sont parfois exploitées dans les articles publiés. Néanmoins, l’expérimentation méthodologique (par exemple, par des parcours commentés, une analyse sémiotique des discours ou encore une description photographique) (Grosjean, Thibaud, 2001) y demeure rare. La profondeur empirique des articles dans Métropoles n’implique pas un pluralisme des méthodes.

  • 3 À l’exception notable des numéros 12 (« Territoires, villes et métropoles en Italie ») et 18 (« Le (...)

13Enfin, l’ambition comparative a toujours représenté une composante forte de l’identité de Métropoles. Qu’elle concerne la comparaison de villes au sein d’un même espace national (le plus souvent, il s’agit alors de communes françaises) ou au niveau européen, elle constitue une caractéristique durable de la revue, chère à ses deux fondateurs (Jouve, Lefèvre, 1999 a). Plus précisément, la comparaison se pratique presque exclusivement entre un petit nombre de cas (deux ou trois tout au plus) afin de mettre en évidence des contrastes sur l’objet étudié. Dans les études urbaines françaises, les auteurs se méfient à l’évidence des exercices de macro-comparaison intégrant de longues séries (pour un contre-exemple, Hoffmann-Martinot, 2007). Toutefois, dans Métropoles, les textes centrés sur un seul espace restent majoritaires sans que le statut du cas soit toujours clarifié. Étendard de plus en plus brandi, la comparaison s’expérimente très diversement dans Métropoles. Il faudrait s’arrêter un peu plus longuement sur le fait que la comparaison dans les études urbaines françaises peut être limitée par la délicate transférabilité d’un certain nombre de catégories issues des urban studies états-uniennes (Pierre, 2005). Significativement, Métropoles n’a relayé que marginalement la vogue états-unienne des travaux sur les « régimes urbains »3.

1.4. Les lieux d’investigation

14Depuis sa création, Métropoles accorde une large place à la valorisation de travaux de terrain. Mais de quels lieux parle Métropoles ? Quelles villes, quelles régions urbaines constituent les terrains empiriques privilégiés des contributeurs de la revue ? Cette question n’est pas anodine tant le choix des sites étudiés peut obéir à des logiques (médiatiques, politiques, techniques) qui sont extrascientifiques. Dès lors, les chercheurs peuvent parfois être pris au piège de la fabrique de l’exemplarité et des superlatifs (Beauregard, 2003), au risque de négliger des espaces communs.

15Le premier constat qui s’impose, sans doute peu surprenant, tient à la place dominante des villes et métropoles européennes, et plus particulièrement françaises. Si l’on creuse l’observation, la part belle est accordée aux plus grandes métropoles européennes, qui sont couvertes dans plusieurs articles : Paris, Londres, Rome, Milan, Madrid, Berlin, Bruxelles, Lisbonne, etc. Plus encore, ce sont les espaces les plus inscrits dans la compétition globalisée qui semblent attirer prioritairement les chercheurs. Contrepoint de ce tableau : la faible présence dans les textes de la revue des métropoles dites du Sud. S’il faut noter un numéro de 2011 consacré à la gouvernance dans les métropoles indiennes (no 9), les villes africaines et d’Amérique du Sud sont quant à elles peu présentes dans les textes publiés. Elles ne sont pas investies pour mettre à l’épreuve les questions politiques et institutionnelles classiquement étudiées dans la revue. Si le tout dernier numéro de Métropoles (no 21, 2017), tout comme ce hors-série, ont pour ambition de remédier à cet angle mort, ces constats reflètent un biais persistant dans les études urbaines : la hiérarchisation des villes plutôt qu’une mise en rapport des « villes ordinaires » (Robinson, 2006 ; 2011). L’exploration de ces métropoles reste plus que jamais un chantier à l’ordre du jour.

16En affinant le regard sur les villes françaises, trois éléments retiennent l’attention. Tout d’abord, la place centrale de Paris et de la métropole parisienne : une vingtaine de textes s’attachent à des cas parisiens ou franciliens. Ce qui dépasse très largement l’attention portée aux autres grandes villes françaises, également travaillées dans les textes de la revue. D’autres villes reviennent toutefois régulièrement sur la toile de Métropoles (Marseille, Nantes, Strasbourg, Toulouse, etc.), villes qui concentrent des moyens humains et qui circulent souvent dans les réseaux professionnels de « bonnes pratiques ». Ensuite, écho aux origines de la revue et à son implantation historique, la métropole lyonnaise occupe une place à part dans Métropoles. À travers une variété de contributions, Métropoles offre une réelle épaisseur empirique à la connaissance de la métropole lyonnaise, et en particulier des villes de Lyon et Saint-Étienne. Une pluralité d’entrées et de secteurs sont explorés dans différents articles : les politiques locales de sécurité, la financiarisation de l’immobilier, les politiques de transport, les politiques d’attractivité locale, les politiques d’équipements sportifs, etc. Enfin, si on peut toujours déplorer des « villes dont on ne parle pas » (Espaces et sociétés, 2017), on constate que Métropoles s’est dès le départ intéressée à d’autres sites que les seules grandes agglomérations : les villes moyennes, les petites communes périurbaines ou rurales sont ainsi au centre d’un certain nombre de textes. Parmi les cas explorés, quelques exemples : le Pays voironnais, Chambourcy, Saint-Pierre-des-Corps, Niort, Montauroux, Clans, Chavannes-sur-Suran, un village du Narbonnais, etc. À travers ces cas, les études urbaines françaises tendent à inclure des villes aux poids très variables.

17Autre constat : le fait métropolitain s’analyse à différentes échelles. Si l’approche institutionnelle est bien représentée dans Métropoles, elle ne confine pas le regard aux seules municipalités. L’échelle métropolitaine s’impose de plus en plus, qu’il s’agisse de la métropole francilienne, de l’Italie du Nord comme ville-région, du Grand Manchester, du Grand Londres ou de la métropole de Silésie. La volonté de se défaire des frontières institutionnelles conduit aussi parfois à étudier le fait métropolitain à travers des échelles plus petites, qu’elles soient de l’ordre du vécu (quartiers centraux ou périphériques) ou de l’opérationnel (ZAC, ZUS). Même si la plupart des auteurs admettent situer leur réflexion dans un contexte globalisé, Métropoles offre l’opportunité de mêler diverses échelles pour saisir l’urbain contemporain.

2. La critique urbaine en chantier : que nous dit Métropoles des manières de penser la ville ?

18Dès le premier éditorial et le lancement de la revue en 2007, l’ambition est de positionner Métropoles comme un pendant des revues d’études urbaines anglophones. Il s’agit à la fois de favoriser le rayonnement des travaux sur le fait urbain développés au sein de la communauté scientifique francophone et de développer la diffusion de débats et travaux rédigés en anglais. En écho avec cette préoccupation, s’affiche et s’affirme – particulièrement dans les premiers numéros – une sensibilité aux « études urbaines critiques », qui sont, progressivement, devenues structurantes dans la littérature internationale. En effet, des revues comme IJURR, Antipode et City ont donné une forte résonance aux réflexions touchant aux études urbaines critiques (critical urban studies) et à la théorie urbaine critique (critical urban theory). Revendiquant une filiation avec ces différents travaux, la revue Métropoles offre donc un poste d’observation pour explorer la teneur de cette posture critique dans la communauté francophone.

2.1. Un référentiel théorique critique… en creux

19Le qualificatif « critique » donne lieu à de vives passes d’armes dans les urban studies pour en définir les contours et les contenus. Si nombre d’auteurs « critiques » convergent dans leur rejet d’une littérature de sciences sociales mainstream, ils divergent notamment sur les fondements de la critique, comme l’illustre la discussion entre les auteurs de deux ouvrages parus au début des années 2010, Neil Brenner, Peter Marcuse et Margit Mayer d’une part (2012) ; Jonathan Davies et David Imbroscio d’autre part (2010) (voir également : Brenner, 2009 ; Marcuse, Imbroscio et al., 2014) : s’agit-il d’urbaniser la théorie critique ou d’insuffler un esprit critique dans les études urbaines ? Ces débats font alors régulièrement appel à des figures tutélaires du marxisme (notamment celles d’Adorno, de Horkheimer, de Marx pour les tenants d’une théorie critique, ainsi que Gramsci, Harvey…). Mais ils puisent aussi dans un creuset plus large traduisant l’emprise de la political economy pour montrer les effets spatiaux du capitalisme contemporain et de l’analyse culturelle pour mettre en lumière les différentes conditions de l’urbanité et des formes de l’oppression.

20En France, les débats paraissent bien plus apaisés. Même, la « critique urbaine » semble s’être imposée dans les études urbaines d’abord comme un label de légitimité qui est, bien souvent, plus revendiqué que véritablement questionné. La critique urbaine – dans son acception francophone – se donne davantage à voir par petites touches que comme un cadre cohérent et contraignant a priori. Significativement, un ouvrage propose une présentation de cette perspective par une collection éparse de textes anglophones (Gintrac, Giroud, 2014). À la lecture de Métropoles, plusieurs « valeurs », « conceptualisations » et « médiateurs » délimitent les contours d’une sorte de référentiel critique suffisamment élastique et ouvert pour en rendre aisée l’utilisation.

21Parmi d’autres, les travaux d’Henri Lefebvre, et plus précisément son ouvrage canonique Le droit à la ville (1968), et ceux de David Harvey, dont son article séminal sur la « ville entrepreneuriale » (1989), apparaissent comme deux repères centraux. Ce dernier se présente même, à bien des égards, comme une figure totem révélant la diffusion internationale d’une orientation d’économie politique dans les études urbaines. Autour de ce noyau gravitent d’autres références aux approches d’économie politique urbaine, comme celles des machines de croissance ou des régimes urbains. De rares articles, tels celui de Gilles Pinson paru en 2010 (no 7) pour proposer un programme de recherche autour de ces concepts, les discutent en profondeur ; la plupart du temps, ces approches sont mobilisées de manière assez allusive, voire mécanique. Plus récemment, ce sont les références aux travaux sur le néolibéralisme – et tout particulièrement la mention d’auteurs comme Neil Brenner (2004), Jamie Peck et Adam Tickell (2002) – ou sur la postpolitique – autour de Colin Crouch (2004) ou Erik Swyngedouw (2009) – qui tiennent le haut du pavé pour s’afficher « critique » dans Métropoles. Il est frappant d’observer comment le néolibéralisme et l’entrepreneurialisme sont devenus des mots clés pour énoncer des phénomènes différents : des stratégies politiques, des recettes idéologiques, des politiques publiques. Ces notions tissent une toile de fond dans la revue qui sert de point de départ pour bon nombre de textes afin de qualifier le contexte. Il reste qu’elles sont rarement discutées, notamment quant à leurs partis pris normatifs. Par exemple, les influences de l’École de Francfort y sont rarement rappelées de manière explicite, pas plus que mises en débat avec les bases marxistes et gramsciennes. C’est là une différence avec la sociologie urbaine française des années 1970, qui s’était, pour sa part, singularisée par des débats très théoriques.

22L’importation de ces références anglophones doit beaucoup au travail de médiation de chercheurs qui entretiennent des affinités avec Métropoles. On pense en premier lieu aux fondateurs de la revue, B. Jouve et C. Lefèvre, qui ont œuvré comme de véritables « passeurs transatlantiques » (Bardet, Purenne, 2010) pour éclairer les dynamiques métropolitaines (Jouve, Lefèvre, 1999b). Il est d’ailleurs significatif que B. Jouve recense, dans le tout premier numéro de Métropoles, l’ouvrage New States Spaces de N. Brenner. On pense aussi à Patrick Le Galès, dont les travaux (notamment 1995, 2011) constituent dès les premiers numéros de Métropoles une référence incontournable dans nombre d’articles ; ou à Gilles Pinson, qui a justement été l’un des rédacteurs en chef de la revue. Ce sont là autant de chercheurs français qui ont orienté très tôt leurs carrières professionnelles vers les débats internationaux et proposent des ponts entre les espaces académiques nationaux.

23Routinière dans les objectifs, la perspective critique dans Métropoles apparaît donc quelque peu diffuse en cela qu’elle ne donne pas lieu à des discussions approfondies. Elle constitue davantage un point d’appui pour déployer des travaux empiriques et rendre compte d’études de cas auxquelles il s’agit de donner une portée plus large. Pour le dire vite, la priorité semble être d’abord de découvrir – ou faire découvrir – des objets et des terrains plutôt que de remettre sur le métier des concepts ou approches théoriques. D’ailleurs, comme rédacteurs en chef de la revue, nous en faisons l’expérience à travers la difficulté à faire vivre une rubrique « Débats » dans Métropoles. La parution très épisodique de cette rubrique donne à penser que les controverses sont rares – ou rarement soulevées – dans la communauté francophone. Ce cadre critique, à la fois diffus et ouvert, autorise par conséquent une pratique souple de la part d’auteurs aux origines disciplinaires et aux influences intellectuelles diverses. Il peut finir par diluer la portée même du mot « critique » par la multiplicité des sens qui lui sont donnés (Cox, 2005).

2.2. Les fronts de la critique

24La critique se pense rarement de front. Hormis le numéro spécial consacré à B. Jouve (no 7, 2010), qui choisit explicitement comme point d’entrée « la nouvelle critique urbaine » et fait largement écho aux travaux et débats théoriques précédemment évoqués dans la littérature anglo-saxonne, seuls quelques numéros spéciaux de Métropoles placent la critique au centre : citons les numéros 4 en 2008 (« Aménagement urbain et transition post-keynésienne »), 15 en 2014 (« Politiques urbaines alternatives »), 21 en 2017 (« Mise en ordre, mise aux normes et droit à la ville : perspectives croisées depuis les villes du Sud »). Ces numéros invitent à explorer différentes facettes de ce que peut être la critique urbaine, comme l’illustrent la discussion approfondie de la notion de « droit à la ville » (no 21) et l’exploration d’alternatives urbaines au néolibéralisme (no 15). Par là, les auteurs dessinent les ressorts de politiques et de stratégies dominantes, ainsi que les voies d’un dépassement possible.

25Mais, le plus souvent, la critique se pratique sur des terrains empiriques sectoriels. Quelques secteurs se taillent alors la part du lion dans Métropoles pour étayer une lecture critique des phénomènes urbains : il s’agit principalement des politiques d’aménagement et d’urbanisme, des politiques de mobilité, des politiques de développement économique et des politiques du logement et, dans une moindre mesure, des politiques culturelles. Là, les auteurs s’emploient à montrer des logiques de « contrôle », de « discipline », d’« exclusion » qui comportent de facto une critique du fonctionnement urbain. En revanche, on signalera que bien d’autres secteurs, sans doute tout autant propices à la mise en pratique d’une critique urbaine, sont très largement sous-investis dans Métropoles : l’action sociale, les risques urbains, les réseaux techniques, les politiques scolaires et de la petite enfance.

26En lien avec la prépondérance d’entrées thématiques ou sectorielles, l’affirmation d’une posture critique renvoie fréquemment à une critique du discours politique et/ou du contenu des politiques publiques menées. La dénonciation d’objectifs affichés par le politique, la prise de recul sur les agendas politiques, la déconstruction de discours ou de projets politiques, l’analyse distanciée des mesures politiques concrètes et de leurs effets constituent alors le cœur de la critique. Par là, celle-ci devient davantage une posture d’analyse qu’une véritable posture théorique. Beaucoup d’articles tendent ainsi à faire du contenu des politiques publiques la matière de la critique où se lisent des inégalités et des effets sélectifs. Ainsi, par exemple, à la croisée de discours scientifiques et opérationnels, la notion de « ville inclusive » participerait ainsi d’une « invisibilisation des rapports de domination dans la production urbaine » (Clément, Valegeas, 2017). Autre enjeu récurrent : les réflexions conduites sur les limites de la participation des citoyens à la fabrique des politiques urbaines. Plusieurs textes s’attachent ainsi à dénoncer l’instrumentalisation des dispositifs participatifs par les acteurs politiques locaux (Faure, Glassey, Leresche, 2010 ; Anquetin, Cuny, 2016 ; Miglioretti, 2016).

27Cette posture revient à mettre à l’épreuve des intentions politiques en s’intéressant tout particulièrement à des outputs. Nourrie par des enquêtes empiriques détaillées, elle ne mobilise pas nécessairement les outils de la sociologie de l’action publique. L’enjeu serait alors de prendre appui sur ces enquêtes pour ouvrir la voie au renouvellement de réflexions théoriques, afin d’éviter une déconnexion des études urbaines françaises de débats plus généraux.

2.3. Rapport à l’action et posture militante : la critique peut-elle être apolitique ?

28À quoi sert la critique urbaine ? Cette question conduit à interroger le rapport à l’action dans une double dimension : la question de l’autonomie scientifique d’une part et celle de la présence d’analyses normatives d’autre part.

29Le rapport à l’action est un enjeu consubstantiel à l’analyse urbaine, laquelle s’est largement construite dans une dépendance aux pouvoirs publics en France. Le financement institutionnel des recherches n’est assurément pas pour rien dans la vogue des objets étudiés, de même que dans les manières de conduire des travaux. Il pèse sur les rapports entre praticiens et chercheurs. Néanmoins, la réflexivité sur cette dimension apparaît peu présente dans Métropoles. La revue se positionne dès ses débuts comme une revue clairement académique, accordant peu de place aux écrits de praticiens, retours d’expérience, etc. Si le souhait de « favoriser le dialogue avec les acteurs professionnels de la ville, et de rester attentifs à l’évolution de leurs préoccupations et de leurs pratiques » est affiché (Bardet, Cadiou et al., 2015), il n’a qu’une incidence limitée sur les contenus. Les professionnels de la ville restent avant tout un objet d’étude, et, en miroir, les conditions institutionnelles et l’intégration de la production scientifique sont abordées de manière marginale.

30La question se pose ensuite de la présence d’analyses engagées et militantes. Alors que, dans les urban studies, d’aucuns n’hésitent pas à considérer que leurs travaux ont, entre autres, pour objectif d’armer les dominés et de porter une revendication de justice sociale (Brenner, 2009), les études urbaines françaises se montrent plus prudentes. Dans Métropoles, la critique ne débouche que rarement sur des prises de position normatives et politiques explicites, comme si était intériorisé un souci de ne pas mélanger les genres. Si cette velléité était présente dans les travaux de B. Jouve, elle fait plutôt figure d’exception par la suite. On peut ainsi mentionner la posture assumée par un collègue canadien, Pierre Hamel, qui, dans la perspective critique ouverte par Henri Lefebvre, soutient la nécessité de « faire échec à la position libérale qui accorde la préséance aux facteurs économiques et aux forces du marché » et affirme que « l’urgence demeure de mobiliser la communauté politique » (Hamel, 2010). Ou encore le choix d’un collègue belge, Mathieu Van Criekingen, de défendre la nécessité d’une posture de dénonciation critique du rôle des politiques de revitalisation urbaine, à Bruxelles, dans les phénomènes de gentrification : « Si elle se cantonne à relever les « effets pervers » des processus de gentrification, même pour les déplorer, la recherche rate le rôle décisif joué par l’action publique dans la coproduction des processus de gentrification » (Van Criekingen, 2013). Cette mission de dénonciation critique reste plus marginale sous la plume d’auteurs français. Ce qui montre sans doute le poids d’une certaine représentation de la neutralité professionnelle. Certains considèrent toutefois la portée politique de leurs travaux, de manière plus indirecte, par exemple en questionnant leur rôle d’expert (Casanova Enault, Garnier, Reigner, 2015).

31Au-delà de cette question de posture, la revue Métropoles se singularise par le peu d’attention prêtée aux mouvements sociaux et aux mobilisations contestataires (on note quelques exceptions toutefois, par exemple : Aguilera, 2014 ; Labrie, 2015). Manuel Castells s’était employé, à partir de la fin des années 1970, à articuler l’analyse de la question urbaine avec l’intérêt pour les mouvements urbains. L’idée était bien que la critique urbaine s’imbrique avec des revendications sociales et politiques. Cette intuition s’est aujourd’hui un peu perdue si l’on en juge par la couverture limitée, dans Métropoles, des mobilisations qui se déploient dans ou à propos des espaces urbains. Il y a là, pourtant, une entrée importante pour saisir d’autres mises à l’épreuve du fonctionnement urbain, comme en témoigne par exemple le renouveau des réflexions autour des mouvements Indignés et Occupy (Ancelovici, Dufour, Nez, 2016) ou encore les significations politiques de révoltes d’apparence inorganisée (Dikeç, Swyngedouw, 2017).

32Pour finir, la place du politique dans Métropoles et dans les études urbaines peut être soulevée. Si la problématique du gouvernement des villes est présente, elle se réduit souvent à la fabrique de politiques publiques. Elle se détourne non seulement des mobilisations collectives et des groupements socioprofessionnels, mais aussi des jeux politico-partisans et des séquences électorales. La production de politiques est rarement croisée avec l’ancrage social des édiles. C’est là une tendance que l’on retrouve également dans les urban studies, où l’étude des effets spatiaux du capitalisme tend souvent à supplanter l’analyse des acteurs et logiques politiques (politics). C’est aussi le résultat, du moins sur le terrain académique français, d’une partition du travail ayant conduit à tenir à distance l’analyse des politiques publiques, la sociologie politique et la sociologie urbaine des groupes sociaux.

Conclusion

33Cette contribution s’est résolument placée dans l’esprit critique qu’a revendiqué la revue Métropoles et qui a largement participé à faire son identité. Pointant les angles morts de Métropoles et des études urbaines, ce bilan est aussi l’occasion d’esquisser de nouvelles voies à explorer. Nous avons ainsi suggéré de renouer les liens entre le cœur de Métropoles, l’analyse des politiques urbaines, et d’autres traditions d’étude de la ville (comme la sociologie urbaine ou l’ethnologie urbaine) pour éviter la dissociation entre l’action institutionnelle et les structures sociales. Autre enjeu : l’exploration de nouveaux chantiers empiriques peu couverts jusque-là comme, parmi bien d’autres, les marginalités sociales et sanitaires, les risques, les systèmes électoraux, les espaces et vécus « ordinaires » de la métropole, etc. Enfin, ce panorama incite à se risquer à des analyses plus théoriques (sous la forme d’une théorie normative et pas seulement d’une sociologie interprétative), permettant de dialoguer avec les urban studies. L’enjeu est dès lors que les travaux s’arment davantage dans l’étude des politiques urbaines et échappent à un isolement spatialiste et aménagiste. Plus généralement, ces orientations soulèvent la question de la capacité des études urbaines à dialoguer avec les sciences sociales.

34Pour conclure cette contribution, nous serions enclins à suggérer de réfléchir sur les modalités de diffusion des travaux – que Métropoles, avec d’autres supports, accueille – auprès des étudiants. Comment articuler ces savoirs critiques avec des logiques d’enseignement affectées, délibérément ou non, par des mécanismes dénoncés dans l’étude du fonctionnement des villes ? En effet, en quelques années, en France, les formations (masters) et les dispositifs de pilotage pédagogique (de type appels à projets ou initiatives d’excellence) sur l’urbain se sont multipliés au moment où l’exigence de « professionnalisation » des études s’est imposée comme mot d’ordre. Cette recomposition du paysage éducatif s’inscrit dans des logiques managériales et néolibérales qui ne sont pas sans interroger sur le travail scientifique. La réflexion sur ces enjeux d’articulation est vitale pour assurer le devenir d’une critique urbaine que la revue Métropoles continuera à défendre et pratiquer.

Haut de page

Bibliographie

Aguilera T. (2014), « L’(in)action publique face aux squats discrets à Paris et à Madrid », Métropoles [en ligne], no 14, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4860.

Amiot M. (1986), Contre l’État, les sociologues, Paris, éditions de l’EHESS.

Anquetin V., Cuny C. (2016), « La “parole des habitants” sous contrôle ? Compétition politique et participation citoyenne à Besançon et à Strasbourg », Métropoles [en ligne], no 19, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5358.

Ancelovici M., Dufour P., Nez H. (dir.). (2016), Street Politics in the Age of Austerity: From the Indignados to Occupy. Amsterdam, Amsterdam University Press.

Bardet F., Cadiou S., Pollard J, Reigner H. (2015), « Éditorial », Métropoles [en ligne], no 16, URL: http://journals.openedition.org/metropoles/5077.

Bardet F., Purenne A. (2010), « Surveiller et classer : deux chantiers pour une recherche urbaine critique », Métropoles [en ligne], no 7, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4302.

Beauregard R. (2003), « City of Superlatives », City & Community, vol. 2, no 3, p. 205-216.

Berry J. (2010), « Urban Interest Groups », in Maisel S., Berry J. (dir.), The Oxford Handbook of American Political Parties and Interest Groups, Oxford, Oxford University Press.

Bongrand P., Laborier P. (2005), « L’entretien dans l’analyse des politiques publiques : un impensé méthodologique ? », Revue française de science politique, vol. 55, no 1, p. 73-111.

Boudreau J.-A. (2016), Global Urban Politics, Cambridge, Polity Press.

Bowen W. M., Dunn R. A., Kasdan D. O. (2010), « What is ‘Urban Studies’? Context, Internal Structure, and Content », Journal of Urban Affairs, vol. 32, no 2, p. 199-227.

Brenner N. (2004), New States Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press.

Brenner N. (2009), « What is Critical Urban Theory? », City, vol. 13, no 2-3, p. 198-207.

Brenner N., Marcuse P., Mayer M. (dir.). (2012), Cities for People, Not for Profit: Critical Urban Theory and the Right to the City, Abingdon, Routledge.

Brenner N., Schmid C. (2014), « The ‘Urban Age’ in Question », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, no 3, p. 731-755.

Cadiou S. (dir.). (2016), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d'intérêt aux affaires territoriales, LGDJ.

Casanova Enault L., Garnier J., Reigner H. (2015), « Savant et politique dans le renouvellement de l’action publique. Retour sur une expérience de production de connaissance scientifique au service d’un schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire », Métropoles [en ligne], no 17, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5201.

Clément G., Valegeas F. (2017), « De quoi la “ville inclusive” est-elle le nom ? Exploration d’un concept émergent à partir de discours scientifiques et opérationnels », Métropoles [en ligne], no 20, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5469.

Cochrane A. (2007), Understanding Urban Policy: A Critical Approach, Oxford, Blackwell.

Cox K. (2005), « From Marxist Geography to Critical Geography and Back Again », Department of Geography, The Ohio State University, conférence le 28 octobre.

Crouch P. (2004), Post-Democracy, Cambridge, Polity Press.

Davies J. S., Imbroscio D. L. (dir.). (2009), Theories of Urban Politics, Londres, Sage, 2009.

Davies J. S., Imbroscio D. L. (dir.). (2010), Critical Urban Studies: New Directions, Albany, State University of New York Press.

Dikeç M., Swyngedouw E. (2017), « Theorizing the Politicizing City », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 41, no 1, p. 1-18.

Espaces et sociétés (2017), « Ces villes dont on ne parle pas », no 168-169.

Faure A., Glassey O., Leresche J.-P. (2010), « Démocratie participative et démocratie différentielle », Métropoles [en ligne], no 7, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4173.

Gintrac C., Giroud M. (dir.). (2014), Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies ordinaires.

Greasley S., Stoker G. (2009), « Urban Political Leadership », in Davies J. S., Imbroscio D. L. (dir.), Theories of Urban Politics, Londres, Sage.

Grosjean M., Thibaud J.-P., (dir.). (2001), L’espace urbain en méthodes, Paris, Éditions Parenthèses.

Hamel P. (2010), « Les métropoles et la nouvelle critique urbaine », Métropoles [en ligne], no 7, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4317.

Harvey D. (1989), « From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, vol. 71, no 1, p. 3-17.

Hoffmann-Martinot V. (2007), Le gouvernement des villes. Une comparaison internationale, Paris, L’Harmattan.

Jouve B., Lefèvre C. (1999 a), Villes, métropoles. Les nouveaux territoires du politique, Économica.

Jouve B., Lefèvre C. (1999 b), « De la gouvernance urbaine au gouvernement des villes ? Permanence ou recomposition des cadres de l'action publique en Europe », Revue française de science politique, vol. 49, no 6, p. 835-854.

Jouve B., Lefèvre C. (2007), « Éditorial », Métropoles [en ligne], no 1, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/157.

Labrie M. (2015), « Mouvement étudiant du printemps 2012 au Québec : exploration du répertoire d’action mobilisé », Métropoles [en ligne], no 16, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5118.

Lassave P. (1997), Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Le Galès P. (1995). « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine ». Revue française de science politique, vol. 45, no 1, p. 57-95.

Le Galès P. (2011). Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance. Presses de Sciences Po.

Lefebvre H. (1968), Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

Lepetit B. (1996), « La ville : cadre, objet, sujet. Vingt ans de recherches françaises en histoire urbaine », Enquête [en ligne], no 4, URL : http://journals.openedition.org/enquete/663.

Magnusson W. (2014), « The Symbiosis of the Urban and the Political », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, no 5, p. 1561-1575.

Marcuse P., Imbroscio D., Parker S., Davies J. S., Magnusson W. (2014), « Critical Urban Theory versus Critical Urban Studies: A Review Debate », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, no 5, p. 1904-1917.

Miglioretti P. (2016), « La démocratie participative dans les politiques culturelles métropolitaines : quel changement dans la conduite des politiques publiques ? », Métropoles [en ligne], no 19, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5346.

Paddison R. (ed.). (2001), Handbook of Urban Studies, Londres, Sage.

Paquot T. (2000), « Études urbaines ou sciences de la ville et des territoires », in Paquot T., Lussault M., Body-Gendrot S. (dir.), La ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 5-17.

Peck J., Tickell A. (2002), « Neoliberalizing Space », Antipode, vol. 34, no 3, p. 380-404.

Pierre J. (2005), « Comparative Urban Governance: Uncovering Complex Causalities », Urban Affairs Review, vol. 40, no 4, p. 446-462.

Robinson J. (2006), Ordinary Cities: Between Modernity and Development, Londres, Routledge.

Robinson J. (2011), « Cities in a World of Cities: The Comparative Gesture », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 35, no 1, p. 1-23.

Rodgers S., Barnett C., Cochrane A. (2014), « Where is Urban Politics? », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, no 5, p. 1551-1560.

Sapotchine J., Jones B. D., Wolfe M. (2007), « Is Urban Politics a Black Hole? Analyzing the Boundary between Political Science and Urban Politics », Urban Affairs Review, vol. 43, no 1, p. 76-106.

Scherrer F. (2010), « Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence et de leur utilité sociale », Tracés, [en ligne], no 10, URL : http://journals.openedition.org/traces/4805.

Scott A. J., Storper M. (2015), « The Nature of Cities: The Scope and Limits of Urban Theory », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 39, no 1, p. 1-15.

Sellers J. M. (2002), Governing from Below. Urban Regions and the Global Economy, Cambridge, Cambridge University Press.

Swyngedouw E. (2009), « The Antinomies of the Postpolitical City: In Search of a Democratic Politics of Environmental Production », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 33, no 3, p. 601-620.

Van Criekingen M. (2013), « La gentrification mise en politiques », Métropoles [en ligne], no 13, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4753.

Van Damme S. (2005), « Les sciences humaines à l’épreuve de la ville : les enjeux d’une archéologie des savoirs urbains (XVIIe-XXe siècles) », Revue d’histoire des sciences humaines, no 12, p. 3-15.

Haut de page

Notes

1 Seuls 44 auteurs sur un total de 205 depuis la création de Métropoles appartiennent à des institutions académiques étrangères, qui se distinguent au demeurant des catégorisations en vigueur en France (avec, par exemple, des départements de « planning » ou simplement d’« études urbaines »).

2 Dans le champ de la science politique, on pense par exemple aux travaux quantitatifs sur l’influence des groupes d’intérêt dans les politiques urbaines, sur les comportements électoraux, sur les agendas, sur la démocratie locale ou encore sur les opinions des leaders politiques urbains.

3 À l’exception notable des numéros 12 (« Territoires, villes et métropoles en Italie ») et 18 (« Les ressources du pouvoir urbain ») qui discutent, entre autres, des travaux classiques de Clarence Stone sans pour autant céder à la tentation d’ajouter de nouveaux types de régimes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Cadiou et Julie Pollard, « Les études urbaines en pratique : un champ d’étude au prisme de Métropoles », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5729

Haut de page

Auteurs

Stéphane Cadiou

Maître de conférences en science politique, Université de Saint-Etienne – Laboratoire Triangle

Articles du même auteur

Julie Pollard

Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut d’études politiques, historiques et internationales

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals