Navigation – Plan du site
En ville : politiques urbaines et perspectives critiques

Intelligente autrement : de la « Smart city » à la « Fab city ». Émergence d’un modèle alternatif de ville « intelligente » et logiques de reconfiguration du collectif urbain

Smart in another way: from "Smart City" to "Fab City". The emergence of an alternative "smart" city model and the ways to reconfigure the urban collective
Yannick Rumpala

Résumés

La smart city serait-elle le seul modèle de ville « intelligente » ? Pas nécessairement, si l’on considère l’espace ouvert par le projet de la fab city, qui reprend l’esprit des fab labs pour l’élargir et presque constituer un modèle alternatif de fonctionnement urbain. La production y est remise à l’échelle de la ville, à proximité des habitants, avec la promesse de pouvoir assurer certains besoins basiques, notamment grâce à des ateliers de fabrication implantés dans les quartiers et mettant des machines relativement avancées à disposition des communautés. Les tenants de la fab city promeuvent une ville où les citoyens (re)deviennent fabricants et ressaisissent leurs propres besoins, en se réappropriant des technologies de manière collaborative et en contribuant à une maîtrise des divers flux (matériels, énergétiques, etc.) qui conditionnent les situations écologiques urbaines. Dans l’idée d’évaluer dans quelle mesure ce projet peut constituer une « politique urbaine alternative », cette contribution commence donc par étudier les conditions d’émergence et les logiques sur lesquelles il a été construit, de façon également à mieux repérer la vision ainsi portée et les dimensions sur lesquelles elle est déployée. La contribution spécifie ensuite les enjeux qui sont ainsi ressaisis et les implications stratégiques qui en découlent, ce qui permet de montrer comment cette approche tend à déplacer les schémas d’appréhension des villes et de leur fonctionnement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Face aux multiples enjeux qu’elles doivent affronter, les villes se sont vu proposer de profiter des dernières avancées technologiques, notamment celles associées aux outils numériques, pour devenir « intelligentes » et adopter ce qui pouvait ressembler à un nouveau modèle. Depuis le milieu des années 2000, cette problématique encore montante des « villes intelligentes » (« smart cities ») permet à des communautés d’acteurs de milieux variés (municipalités, prestataires privés, experts, etc.) de réintégrer infrastructures urbaines et « gouvernance » dans une optimisation et une efficience gestionnaires et technicisées (Söderström, Paasche, Klauser, 2014 ; Hollands, 2015 ; Picon, 2015), à l’image de ce qui a été expérimenté dans des exemples emblématiques comme Masdar (Abu Dhabi) ou Songdo (Corée du Sud). Cette problématique s’est avérée le plus souvent orientée vers une conception particulière : plutôt entrepreneuriale, privilégiant l’innovation, tendanciellement fascinée par les « nouvelles technologies » et les promesses associées. Cette conception, souvent descendante (« top-down ») et technocratique, a été soupçonnée de servir surtout les intérêts des firmes engagées dans la promotion des nouveaux dispositifs (Söderström, Paasche, Klauser, 2014). Elle a aussi été critiquée parce qu’elle ne permet guère la participation des populations (Hollands, 2015), voire tend à transformer les habitants en simples consommateurs de technologies (Viitanen, Kingston, 2014).

2Même si ce cadrage particulier a gagné en influence dans de nombreuses grandes agglomérations, d’autres conceptions et propositions ont pu se développer, laissant au moins des ouvertures pour envisager les « villes intelligentes » autrement que comme des villes enserrées dans des appareillages techniques et informatiques de plus en plus denses, convertibles en offres marchandes. Certains acteurs urbains ont pu s’orienter vers d’autres manières de concevoir les infrastructures (informationnelles, mais pas seulement) et les modes de participation des habitants à la vie urbaine, en conservant ou retrouvant en plus une ambition écologique.

3C’est le cas avec l’idée de fab city, modèle de ville conçue pour être capable de produire localement tout en restant connectée globalement (« locally productive, globally connected »). Les promoteurs de cette démarche proposent des formes d’autosuffisance à partir du modèle des fab labs (contraction de fabrication laboratories). Ces ateliers collaboratifs orientés vers les nouvelles technologies, mais créés pour être accessibles à des non-professionnels, bénéficient d’un attrait croissant depuis le développement de l’idée, dans les années 2000, au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et un succès ayant rapidement dépassé les intentions expérimentales initiales. Plutôt ouverts, ces lieux mettent à disposition des outils avancés, généralement disponibles plus facilement dans le monde industriel, afin que leurs utilisateurs puissent fabriquer leurs propres objets, comme par exemple avec des imprimantes 3D (Rumpala, 2014). Certaines villes reprennent ce genre d’inspiration pour répandre ces lieux (pouvant aussi apparaître comme des lieux de sociabilité) dans les territoires. Pionnier en la matière, soutenu par les autorités municipales, le projet du Fab Lab Barcelona a été élargi avec le souhait affiché d’installer des fab labs dans différents quartiers et de faire de la ville une fab city. Un réseau international de grandes villes (Fab City Global Initiative) a même été lancé en 2015 autour de ce principe pour contribuer à le développer. D’autres villes explorent des idées proches sans faire partie de ce réseau. Ces projets sont portés avec la promesse similaire de pouvoir assurer certains besoins basiques grâce à ces ateliers de fabrication répartis dans les territoires urbains et équipés de machines relativement avancées à disposition des habitants intéressés. Ce n’est plus seulement la ville qui est censée devenir « intelligente », mais surtout les citoyens dans leur ensemble, par la possibilité ainsi donnée de se réapproprier les technologies, de manière collaborative et avec l’assistance complémentaire si besoin.

4La manière dont ce type d’initiatives est présenté tend à les situer à l’écart d’un modèle dominant, plus ou moins explicitement critiqué, qui peut paraître déterritorialisé, difficilement soutenable écologiquement et vecteur de dépendances multiples. Elles ouvrent des espaces d’expérimentation et, au moins dans leurs intentions initiales, ne sont pas assimilables à un type supplémentaire de politiques de développement, où croissances économique et démographique constituent la motivation centrale. En quoi ces initiatives et les démarches qui les prolongent peuvent-elles constituer un modèle distinctif et comment alors le caractériser ? Quel agencement de propositions ce projet collectif porte-t-il ? Et, en définitive, si ces orientations propres tendent à composer une offre alternative en matière de politique urbaine, dans quelle mesure et sous quelle forme ?

  • 1 Sur ces deux derniers aspects, nous adaptons une combinaison théorique déjà tentée dans Spaargaren (...)

5S’agissant des « villes intelligentes » et de leur devenir, Antoine Picon (2015) avait déjà montré qu’on peut élargir la gamme des scénarios envisageables et, dans cet article, il s’agit de prolonger la tâche, plus que de proposer une analyse limitée au format de l’étude de cas strictement localisée. Les discours et stratégies des acteurs vont surtout nous intéresser pour le type de propositions qu’ils élaborent et les déplacements qu’ils introduisent par rapport à des conceptions plus installées. Avec ce projet de fab city (à forte tonalité technologique également, mais différemment), ce décalage analytique permet de dépasser les discussions souvent polarisées que les smart cities et leurs systèmes techniques ont suscitées, à la fois pour la défense et pour la critique des projets et réalisations. De ce point de vue, puisqu’il s’agit aussi de fournir un cadre de compréhension, l’approche en termes de « politiques urbaines alternatives », telle qu’amorcée dans les numéros 15 et 17 de Métropoles (pour les efforts de définition, voir notamment Béal, Rousseau, 2014 ; Rousseau, Béal, 2015), est heuristique en ce qu’elle est aussi une incitation à chercher la part de différence ou de nouveauté sur un terrain déjà bien encombré en modèles et concepts (Söderström, 2012). Si les promoteurs de la fab city ont pu développer un modèle présenté comme potentiellement distinct, en l’insérant dans un espace pourtant déjà fortement concurrentiel, cet article vise ainsi à en préciser les contours et à en explorer la portée. L’hypothèse de cette contribution est en effet que cette apparente alternative en construction est une manière de renégocier et de reconfigurer pratiquement les représentations, les flux et les réseaux1 à partir desquels s’organisent les activités dont dépend la vie courante dans les métropoles.

6En l’occurrence, les caractéristiques de ce modèle, des premières réflexions jusqu’aux efforts d’opérationnalisation, peuvent être reconstruites en étudiant les discours produits et les prolongements pratiques que les acteurs intéressés leur ont donnés. À l’instar des approches inspirées de Michel Foucault (cf. Sharp, Richardson, 2001 ; Jacobs, 2006), une appréhension large de la dimension discursive permet de ne pas la séparer du champ des réflexions et des pratiques développées par les acteurs. Ainsi, propositions et arguments restent à relier à des objectifs et stratégies politiques poursuivis dans des espaces et contextes souvent contraints. Notre travail de reconstruction gardera cette optique, permettant au surplus de maintenir un rapport critique aux propositions normatives et de considérer des dynamiques collectives (et donc les effets de positionnement dans des jeux de pouvoir). Il sera principalement calé sur les réflexions parties de Barcelone et suivies dans leur extension. L’analyse s’est appuyée sur un corpus documentaire de textes officiels, prises de position publiques, contributions expertes, interviews dans différents médias, activités de promotion (y compris sous forme de vidéos), etc., collectés de manière longitudinale et mis en série pour le repérage des arguments et propositions présents dans les discours (à nouveau sans déconnecter la dimension discursive des promesses qu’elle sert à véhiculer et de la part d’action à laquelle elle peut contribuer). Un séjour à Barcelone en août 2016 a également permis de réaliser des visites de lieux liés au projet (comme le Fab Lab Barcelona et le Restaurante Leka), complétées sur place par des échanges informels retranscrits immédiatement ensuite (ce qui permettait de conserver des traces discursives réutilisables en complément des photographies réalisées).

7Sur ces bases, nous étudierons d’abord les conditions d’émergence et les logiques sur lesquelles a été construit le projet de la fab city, ce qui aidera à mieux repérer la vision ainsi portée et les dimensions sur lesquelles elle est déployée (1). Nous spécifierons ensuite les enjeux qui sont ainsi recomposés et les implications stratégiques qui en découlent, ce qui permettra de montrer comment cette approche tend à déplacer les schémas d’appréhension des villes et de leur fonctionnement (2).

1. Origines et logiques de développement du modèle de la fab city : la constitution d’une offre alternative

8Construction discursive soutenant des prétentions à fournir un modèle différent, la fab city porte aussi une rationalité gouvernementale (Gordon, 1991), autrement dit un cadre d’appréhension relativement organisé, définissant ce qui doit être gouverné et comment, rendant ainsi les activités correspondantes pensables et praticables. Le contenu et les orientations de cet agencement peuvent être mieux cernés en analysant les processus et questionnements qui ont nourri les visions et propositions. Cette première étape doit permettre de comprendre la création d’un espace, d’abord localisé puis élargi, pour une autre gamme de possibilités, notamment dans la manière de reprendre des potentialités technologiques et de les convertir en options politiques pour l’ensemble d’une ville. Inscrit dans le sillage et l’esprit des fab labs, poussé par une coalition d’acteurs qui trouvent des intérêts communs, le projet et modèle de la fab city est construit progressivement en profitant de ces expérimentations et en les intégrant territorialement dans une perspective plus large où elles peuvent être connectées avec d’autres problématiques.

1.1. L’assemblage d’une conceptualisation alternative

9Les premières mises en forme de l’initiative sont liées au contexte barcelonais, déjà marqué depuis les années 1990 par un dynamisme en matière d’urbanisme, en fait dominé par des motivations économiques (compétitivité, innovation, insertion dans l’« économie de la connaissance », etc.). Les autorités de Barcelone avaient elles aussi commencé à saisir la thématique de la smart city, avec même une prétention à faire de la métropole un modèle européen en la matière (Bakıcı, Almirall, Wareham, 2013). L’intégration d’autres considérations, environnementales notamment, avait toutefois contribué à faire évoluer la perspective, jusqu’à la combiner avec celle d’une « ville autosuffisante » (March, Ribera-Fumaz, 2016).

10Pour la fab city, une communauté d’acteurs locaux a joué un rôle central dans le cadrage effectué et sa promotion, notamment par les réflexions croisées d’Antoni Vives, maire adjoint en charge de l’habitat urbain pour la ville de Barcelone après les élections municipales de 2007, Vicente Guallart, architecte en chef de la ville à partir de 2011 et qui a notamment porté cette idée de « ville autosuffisante », et Tomás Diez, directeur du fab lab de l’Institute for Advanced Architecture of Catalonia (Instituto de Arquitectura Avanzada de Catalunya / IAAC). Les deux premiers ont été à l’origine de la création de cet Institute for Advanced Architecture of Catalonia.

11Un premier fab lab avait été ouvert à Barcelone en 2006 au sein de l’IAAC, d’abord plutôt pour des usages internes. Pour son fondateur, Vicente Guallart, cet espace à la fois éducatif et collaboratif contenait cependant aussi un potentiel pour des usages étendus à un public plus large et susceptible de devenir plus actif par cet intermédiaire. L’IAAC collaborait en outre depuis 2001 avec le Center for Bits and Atoms (CBA), laboratoire du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dirigé par Neil Gershenfeld, lui-même à l’origine du concept de fab lab.

12Après avoir été un des initiateurs du Fab Lab Barcelona, c’est Tomás Diez qui en est devenu le directeur en 2010. Né au Venezuela, Tomás Diez est un urbaniste, mais intéressé par les technologies de fabrication numérique et leurs potentiels. Dans la continuité de ses travaux, il avait commencé à formaliser ce rôle des fab labs comme « plate-formes pour l’innovation citoyenne » (voir par exemple Diez, 2012). L’idée de fab city serait née d’une discussion à Boston entre Antoni Vives, Vicente Guallart and Neil Gershenfeld (Diez, 2013). Et c’est Vicente Guallart qui aurait résumé le modèle sous la forme d’un passage du Pito (product in trash out) au Dido (data in data out) pour inciter à repenser ainsi le fonctionnement urbain. En l’occurrence, il s’agissait de passer d’un mode de fonctionnement où les villes importent des biens et produisent principalement des déchets à un autre, intensifiant les flux d’information plus que les flux de matières, grâce au recyclage de ces ressources à l’échelle locale.

13Quelques mois après l’installation d’une nouvelle équipe municipale après les élections du 22 mai 2011, le projet-concept dans sa version relativement formalisée a été présenté à l’occasion du Seventh International Fab Lab Forum and Symposium on Digital Fabrication (Fab7) à Lima (Pérou) en août 2011, avec donc l’ambition de prendre les fab labs comme un levier pour réadapter les infrastructures urbaines, et ce au profit des citoyens. Le souhait était déjà affiché de pouvoir en installer dans les dix districts de Barcelone.

14Les initiateurs de la proposition la justifient en remettant en cause le sens dans lequel est allée l’histoire économique et urbaine, à savoir une disjonction entre consommation et production. Pour Tomás Diez, la conséquence est en effet que les villes sont devenues dépendantes de chaînes d’approvisionnement plus longues pour répondre à leurs besoins. À l’inverse, le modèle de la fab city vise à les transformer pour réorganiser les modes d’approvisionnement et d’utilisation des ressources (matériaux, mais aussi nourriture et énergie). L’objectif est ainsi de garder leurs capacités de production tout en continuant à profiter des échanges d’informations et de connaissances. Tomás Diez associe à son modèle l’image d’une production locale telle qu’elle était présente dans les villes à l’époque médiévale, mais dans une version modernisée, conjointement connectée aux réseaux globaux de connaissance et d’échanges immatériels (Diez, 2017). Autrement dit, dans cette conception, la production matérielle, contrôlée localement, reste dans la ville, et importations comme exportations subsistent principalement sous forme informationnelle (les échanges étant alors constitués de bits plus que d’atomes, comme le résume l’image également popularisée par Neil Gershenfeld).

15Le processus de développement du projet confirme l’importance du contexte local (Béal, Rousseau, 2014). Les autorités municipales de Barcelone se sont globalement montrées plutôt réceptives. Cette dynamique a été confortée par l’arrivée d’une coalition progressiste à la tête de la mairie, avec l’élection d’Ada Colau comme maire le 13 juin 2015. Les défenseurs de l’initiative lui ont même donné suffisamment de solidité pour pouvoir intéresser les acteurs d’autres métropoles, qui ont pu notamment rallier le projet par un engagement sur un texte d’orientation programmatique (Fab City Pledge), formalisant et rassemblant les objectifs de la démarche (City Council of Barcelona, 2011).

16Dans le système productif esquissé, la production est appréhendée dans une perspective favorisant la proximité territoriale, de façon à la ramener dans le voisinage des habitants et à l’adapter à leur consommation. Les machines présentes dans les fab labs (pas seulement pour l’impression 3D couramment mise en avant, mais aussi par exemple pour la découpe et le fraisage numériques) ont la réputation d’être plus accessibles, en elles-mêmes mais aussi parce que ces ateliers proposent un encadrement plus ou moins formel (de pairs ou de responsables des lieux) qui permet de se familiariser avec celles-ci.

17La mise en œuvre du projet supposait de pouvoir installer des ateliers similaires dans les différents quartiers de Barcelone. Leur esprit a été symboliquement transposé et marqué par leur dénomination en catalan : Ateneus de Fabricació (« athénées de fabrication »). Chaque Ateneu de Fabricació, par les équipements qu’il met à disposition, doit pouvoir répondre aux besoins du quartier et à ses caractéristiques sociales. L’un d’eux a été installé dans le quartier Les Corts, plutôt aisé, avec des universités à proximité ; un autre dans le quartier Nou Barris, moins favorisé. Trois programmes y sont aussi proposés en direction de groupes plus ciblés : un pour le monde éducatif (principalement les enseignants et leurs classes), un pour les familles et un troisième d’« innovation sociale » pour encourager une dynamique dans l’environnement que constitue le quartier.

18En plus des fab labs urbains, un autre site, plus à l’écart de Barcelone, dans le parc naturel de Collserola, sert également de lieu d’expérimentation pour des démarches d’autosuffisance. Ce Green Fab Lab, installé dans un ancien monastère (Can Valldaura), est soutenu par l’IAAC et permet de tester des formes innovantes de construction et de production alimentaire et énergétique en utilisant au maximum des ressources locales et en visant à réduire au minimum les effets environnementaux.

19Au total, les idées portées dans le projet poussent à déplacer la représentation des fonctions qui constituent une ville. Elles y réinsèrent la fonction productive, mais sous une forme devant la rendre réappropriable par la population. Le discours développé est logiquement dans le registre de la promesse, puisqu’il précède des réalisations encore à venir. Il s’est également étoffé avec une rhétorique hybride, qui d’un côté tire vers un registre alternatif mais retrouve d’un autre côté les discours sur l’importance de l’innovation et de la recherche des « écosystèmes » propres à la favoriser, ce qui peut amener à maintenir des relations avec des acteurs plus institutionnalisés (centres de recherche, grandes entreprises, etc.).

20Les conceptions articulées dans le projet ont des résonances également nombreuses avec la thématique diffuse de la « ville soutenable/durable » (Hamman, Anquetin, Monicolle, 2017) et les perspectives qui lui sont liées (sous des termes plus ou moins proches). S’est développé en effet un réseau d’idées qui circulent largement dans les milieux travaillant sur les questions urbaines (de Jong, Joss, Schraven, Zhan, Weijnen, 2015) et qui infusent également dans le modèle de la fab city. Non limité à des problématiques technologiques, le projet se trouve ainsi à la jonction de thématiques qui ont pris une place croissante sur les agendas urbains : résilience, usage raisonnable des ressources, limitation des nuisances écologiques (Bibri, Krogstie, 2017).

1.2. Déplacements dans l’appréhension des applications urbaines des NTIC

21En développant le projet, ses promoteurs ont pu le faire apparaître comme une alternative au modèle des smart cities, tout en gardant certains des attraits de ce dernier, liés notamment aux nouvelles technologies numériques. Celles-ci restent de fait envisagées comme un moteur de changement, mais de sorte que la population puisse davantage se les approprier. Une des idées à la base des fab labs est en effet de démocratiser la disponibilité de machines avancées (découpeuses laser, fraiseuses numériques, etc.) au-delà des professionnels. La schématisation de la fab city étend et généralise l’idée, par l’hypothèse que l’accès des citoyens à certaines technologies de fabrication, issues également du numérique, contribuera à une réduction de leur dépendance, dont pourra aussi profiter la collectivité. Tomás Diez part de la conviction que tout le monde peut être un « maker », autrement dit faire partie de ce mouvement relativement informel qui réadapte l’esprit bricoleur du do it yourself tout en profitant des avancées technologiques disponibles.

22Le projet baigne au total dans l’imaginaire largement diffusé d’une nouvelle « révolution industrielle ». La fabrication numérique y a été reprise comme un support pour de nouvelles promesses : attrayante pour les petites séries, elle offre un assemblage de technologies et de processus qui permettent, à partir d’informations numérisées (typiquement sous forme de fichier informatique), de produire des variétés de formes ou d’objets, par découpe, addition (comme avec les imprimantes 3D), etc. De manière notable, les développements de la fabrication numérique se sont faits aussi pour une part non négligeable en dehors du monde industriel, au point de paraître offrir de nouvelles capacités même au niveau individuel (promesse par exemple avancée par Neil Gershenfeld [2007]). La mise à disposition de ces machines est envisagée avec cette connotation d’« empowerment » par Vicente Guallart, autrement dit comme un moyen pour les citoyens d’accéder à une autre forme de participation au fonctionnement urbain. On verra que l’accès à ce type d’ateliers ne signifie pas la disparition des incompréhensions et réticences de la part des riverains.

23Le modèle s’inscrit simultanément dans l’imaginaire d’une société de la connaissance, comme si celle-ci était vouée à librement circuler pour être partagée. Plus que comme un complément, les technologies de communication développées avec le Web tendent à être vues comme un autre facteur déterminant, voire structurant, pour les possibilités d’échanges et de collaboration à distance et à large échelle (à l’image des encyclopédies collaboratives en ligne).

24Somme toute, avec cette idée de fab city, la stratégie élaborée prend la possibilité de dissémination de technologies, considérées comme appropriables, comme une ressource centrale dans la réorientation des trajectoires urbaines. Dans cette conception toutefois, ce ne sont pas seulement les technologies qui sont importantes, mais les usages qui en sont faits et ce qu’ils permettent de réaliser.

1.3. Une réappréhension de l’urbanité par son infrastructure productive

25Les réflexions engagées avec l’idée de fab city poussent conjointement à repenser ce qui fait le tissu de la ville et l’infrastructure qui le soutient. Elles visent à reterritorialiser certaines activités, spécialement celles susceptibles de restaurer le lien entre production et consommation à l’échelle locale. En plus de l’installation d’un fab lab dans chaque quartier, l’ambition est de surcroît d’établir un « écosystème » par lequel cet ensemble pourrait asseoir sa pérennité.

26Cette possibilité de relocalisation est recherchée plus largement pour une variété d’activités productives, incluant d’ailleurs également les productions alimentaires et énergétiques en plus de productions manufacturées. Certaines villes ont aussi marqué un intérêt pour les fab labs pour ce type de possibilité. Rennes Métropole a par exemple accordé son soutien à un « LabFab étendu », prolongement du LabFab (Laboratoire de fabrication numérique), projet situé au départ à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne mais devant pouvoir ainsi « infuser en réseau » en reliant d’autres structures du même type. L’initiative, portée également par l’association Bug (axée sur la promotion des usages du numérique et cofondatrice du LabFab) et la chambre de commerce et d’industrie de Rennes, ne fait pas référence à la fab city, mais ses porteurs visent similairement à pouvoir mettre localement en commun des moyens, grâce à un « réseau de lieux aux usages et services complémentaires sur le territoire de la métropole ».

  • 2 Sur les origines et développements de ce courant de réflexion, voir par exemple Murray, Skene, Hay (...)

27À Barcelone, lorsque des efforts de concrétisation ont été faits, ils ont été présentés comme une préfiguration de ce que pourrait être la fab city. Le quartier de Poblenou, dans le sud de la ville, est mis en avant comme laboratoire de la transformation. Cet ancien quartier industriel avait déjà servi de cadre, dans les années 2000, pour l’opération de rénovation urbaine 22@, à l’époque surtout orientée vers l’économie de l’innovation. Le nouveau projet vise davantage à expérimenter le modèle d’une « économie circulaire », rationalisant l’usage des ressources (déchets compris) en les intégrant dans une boucle2, ici essentiellement circonscrite à l’espace de la ville.

28Le Made Again Challenge, à l’été 2016, a été organisé à Poblenou comme une autre manière de tester le projet. Sous l’égide du Fab City Research Laboratory et de designers du fabricant de mobilier Ikea, durant une session de cinq jours, cette opération autour de la durée de vie des produits visait à donner à voir une autre forme de « prototype » de la fab city. Les participants invités (designers, makers) ont par exemple collecté des déchets et matériels cassés dans les rues de Barcelone pour proposer des manières créatives de les transformer.

29Dans ces expérimentations, c’est le quartier qui sert d’échelle de référence et qui est pris en guise de prototype. Sur la maille de 1 km × 1 km du quartier de Poblenou, le travail a d’abord consisté à recenser les activités pertinentes (commerces, notamment). Pour la suite, Tomás Diez et ses collègues envisagent de développer des cultures sur les toits et la production d’énergie par panneaux solaires. Ce « projet pilote » localisé baptisé Poblenou Maker District a également reçu le soutien de la mairie de Barcelone en février 2017, avec une subvention spécifique (300 000 euros).

1.4. élargissement du projet et stratégies d’institutionnalisation

30Avec ces réflexions et initiatives, Barcelone s’est donc trouvée engagée vers un autre modèle de « ville créative », différent en tout cas de celui de la smart city (en étant de fait davantage centré sur l’humain) et pouvant véhiculer une image d’« alternative » (dans le même sens, mais avec une amorce d’analyse différente, voir Besson, 2015). Si l’on considère les « politiques urbaines alternatives » sous le même angle que Vincent Béal et Max Rousseau (2014), le projet de la fab city révèle des similarités : « Premièrement, elles ne sont pas conçues selon une perspective top-down. Deuxièmement, elles ne font pas des mécanismes marchands leur principal vecteur d’organisation. Troisièmement, elles ne cherchent pas à reconstruire la ville pour les capitaux extérieurs, les groupes sociaux les plus favorisés ou la “classe visiteuse”. »

31Le projet a toutefois des particularités et des dimensions supplémentaires. Il n’émerge pas à proprement parler du « bas », mais vise à intéresser les diverses catégories de population et intégrer leurs contributions. Il tend à détacher les nouvelles technologies liées au numérique de leur dimension économique et marchande pour s’intéresser davantage aux capacités à donner grâce à elles aux habitants. Les réflexions liées au projet reprennent les qualités attribuées aux fab labs (créativité, incitations au partage, capacité productive, etc.) et ambitionnent de les transposer à l’échelle de la ville et de son territoire. Elles laissent même transparaître une aspiration à constituer un « modèle urbain », autrement dit ce type de production intellectuelle et pratique globalement cohérente, non sans contenu idéalisé et normatif, que la littérature de sciences sociales a déjà repéré : « un ensemble d’objets, de politiques, de doctrines urbanistiques, de “bonnes pratiques” ou de labels partageant une caractéristique commune : celle de servir de référence à l’imitation ou à la reproduction dans un contexte autre que celui de sa production initiale » (Peyroux, Sanjuan, 2016). L’idée de modèle se justifie d’autant plus qu’il a des soutiens s’efforçant aussi de le promouvoir dans un champ de compétition discursive et symbolique, déjà en effet occupé par d’autres modèles influents (Söderström, 2012).

32De fait, le projet n’est plus uniquement celui de Barcelone, puisque ses promoteurs ont réussi à intéresser des partenaires et correspondants dans d’autres grandes villes. Un réseau de ces villes a été constitué, notamment à partir de 2015, pour conforter la démarche. Une base de ralliement a été fournie par le Fab City Pledge (City Council of Barcelona, 2011), qui a proposé une forme de charte permettant d’afficher et de susciter des engagements. Dans les années récentes, chaque Fab Lab Conference and Symposium, événement annuel international, a été l’occasion d’intégrer de nouveaux partenaires dans le réseau, qui comptait 18 membres début 2018 : des villes (outre Barcelone : Boston, Somerville, Cambridge, Ekurhuleni, Shenzhen, Amsterdam, Toulouse, Paris, Sacramento, Santiago, Detroit, Brest, Curitiba), mais pas seulement. La perspective a même été étendue à l’échelle de la région et un label « Fab Région » a été attribué (le premier) à la région Occitanie (qui a en effet entrepris de soutenir les fab labs de son territoire). L’État du Kerala en Inde a également rallié la démarche et deux (petits) pays font partie du réseau : la Géorgie et le royaume du Bhoutan. Comme indicateur, la diversité des acteurs du réseau montre la possibilité pour eux de penser que le modèle est transposable pour différentes configurations territoriales.

33Organisé à Amsterdam du 20 au 22 avril 2016, un premier Fab City Summit a été l’occasion de proposer un Fab City Campus en guise de vitrine, avec l’idée (à nouveau) de donner à voir ce que pourrait être une ville autosuffisante et « durable ». Les pavillons installés à l’extrémité de Java-eiland ont servi en effet à présenter différents types de réalisations.

34L’agglomération parisienne a rallié l’initiative à partir d’intentions préexistantes. Dans le sillage de tentatives d’importation de l’esprit maker, des acteurs institutionnels locaux et proches de la communauté des fab labs avaient rapproché leurs intérêts pour créer l’association Fab City Grand Paris, dont la première assemblée générale a eu lieu le 10 novembre 2016. Les représentants de la ville de Paris souhaitaient en effet promouvoir ce mouvement véhiculant une image de créativité et d’innovation. L’idée de fab city a permis de raccrocher des réflexions qui étaient engagées, comme sur le soutien à la création de lieux de type fab labs, avec toutefois une tendance à envisager le mouvement maker dans une perspective plutôt entrepreneuriale. Les services de la ville de Paris avaient aussi entamé une réflexion sur l’économie circulaire, qui a débouché sur un « plan économie circulaire 2017-2020 », rendu public le 3 juillet 2017.

35Du point de vue des tentatives d’institutionnalisation, celles en faveur de la fab city ne sont pas tellement différentes de ces stratégies qui s’appuient sur la consolidation de corps de propositions et de réseaux d’acteurs cherchant à faire circuler leur modèle (Söderström, 2012 ; Peyroux, Sanjuan, 2016). L’extension du réseau lui donne une crédibilité qui facilite l’intéressement progressif d’autres villes, comme Brest, par exemple, qui a développé des réflexions à partir de fin 2016 et intégré le réseau en août 2017. La constitution de ce réseau explique aussi des signes d’infléchissement du projet, qui finit par reprendre des éléments de rhétorique devenu courants, typiquement pour ce qui relève de l’inspiration entrepreneuriale.

2. Tentatives de réorientation de l’agenda urbain et implications stratégiques

36Le projet de fab city se distingue par rapport à l’agenda des grandes villes, qui reste très majoritairement orienté par des logiques économiques de maximisation de la croissance. Toutes courent le risque d’une contradiction avec les enjeux de préservation du climat et des ressources naturelles, comme le rappelaient Peter North et Alexander Nurse (2014). Cherchant à formaliser des stratégies urbaines de substitution, ils affirmaient ne pas avoir trouvé d’exemples de villes engagées dans la transformation fondamentale de leur « métabolisme ». Plus récent, le modèle de la fab city pouvait difficilement être pris en considération. Or, cette prétention à intervenir dans la structuration et le fonctionnement urbains tend à viser des aspects différents de modèles potentiellement concurrents, comme celui de la smart city. Les démarches visent explicitement une reconfiguration des échanges et de la trame sociotechnique qui organisent la vie collective à l’échelle urbaine. Plus précisément, ce qui tend à distinguer les stratégies portées avec le projet de fab city, ce sont quatre composantes qu’elles ressaisissent et réagencent avec une relative originalité :
– celle des flux à réorganiser ;
– celle des ressources et capacités technologiques à rendre disponibles dans le tissu urbain ;
– celle des contributions des habitants pour qu’ils puissent produire ce qu’ils consommeront et faire vivre, comme citoyens, ce nouveau fonctionnement urbain ;
– celle liée au type de système productif promu (relocalisé, distribué, autosuffisant…).

2.1. Reconfigurations des flux et réseaux

2.1.1. Problématisation de la gestion des flux

37Les promoteurs de la fab city affichent comme orientation forte de réappréhender la ville par ses flux, entrants et sortants. Autrement dit, comme si toutes les activités pouvaient être ainsi décomposées et suivies par le biais de ce qui est mis en circulation. Le postulat est que ces flux peuvent être discriminés en fonction de leurs effets jugés positifs ou négatifs et qu’il est même possible de favoriser les premiers plutôt que les seconds. Les défenseurs du projet, en plaçant l’ensemble du fonctionnement urbain dans une « économie circulaire », espèrent sortir de processus linéaires où une production sans maîtrise locale (car souvent importée) termine en déchets potentiellement coûteux à gérer et sans utilité. Les réflexions liées au projet rejoignent ainsi celles en développement dans des réseaux académiques et experts sur la « soutenabilité »/« durabilité » du « métabolisme urbain » (Barles, 2010). Elles incorporent également les grandes idées d’autres réflexions, pas forcément éloignées, que le concept d’« économie circulaire » a générées au moins depuis les années 1990 (Murray, Skene, Haynes, 2017).

38Une fabrication relocalisée dans des ateliers communautaires est vue comme un avantage pour réduire certains mouvements de biens et de matériaux, notamment provenant de régions éloignées et aux retombées environnementales potentiellement néfastes. Cette attention aux flux engage dans des réflexions combinées sur les infrastructures et les pratiques qui s’y agencent. Par exemple, elles peuvent amener à repenser les points de recyclage pour les transformer en apports de matériaux pour les lieux de fabrication (fab labs ou autres). Dans cette perspective, la ville devient davantage envisagée comme un réservoir de ressources matérielles réutilisables, plutôt que condamnées à devenir des rebuts (ou alors moins rapidement). Les ateliers de quartier deviennent un relais pour réparer ou réutiliser les produits, ou sinon l’objectif est d’en faciliter le recyclage. L’idée reprise est en fait celle selon laquelle les déchets peuvent devenir des matières premières secondaires, ce qui oblige aussi à repenser le cycle de vie des objets et matériaux.

39Les flux informationnels paraissent en revanche traités de manière plus indiscriminée. Tous semblent bons à prendre du moment qu’ils apportent des connaissances. La fab city s’inscrit ainsi dans la vision d’un « libéralisme informationnel » (Loveluck, 2015), où l’information doit être libre pour pouvoir circuler. Parmi les grands objectifs posés pour 2054, le Fab City Pledge (City Council of Barcelona, 2011) contient celui de disposer d’un espace de dépôt mondial de modèles librement accessibles et utiles à l’échelle de la ville (« a global repository of open source designs for city solutions »). Là aussi, la valorisation recherchée est sociale et locale, plutôt que seulement économique et globale.

2.1.2. Retrouver une maîtrise locale par la reconfiguration des réseaux

40Dans la logique de la fab city, la maîtrise des conditions de fonctionnement d’une ville dépend du type de réseaux auxquels elle participe, autrement dit des chaînes de relations qui lient la variété des acteurs et peuvent finir par former des jeux de connexions malgré d’apparentes distances (typiquement, dans les exemples utilisés dans certains écrits de Tomás Diez, entre des usines chinoises et des consommateurs européens à l’autre bout de la chaîne). Plus ces réseaux sont longs, plus ils peuvent paraître difficiles à maîtriser, notamment quant à leurs effets et conséquences.

41Les acteurs défendant le projet marquent une préférence pour les circuits courts et de proximité. Leur hypothèse souvent implicite est que les chaînes d’approvisionnement sont plus faciles à orienter à une échelle locale : les rapprocher permet alors de sélectionner les ressources paraissant les plus utiles et les moins porteuses d’inconvénients locaux ou plus larges. La fabrication numérique est vue comme un appareillage particulièrement approprié pour reconfigurer ces réseaux : pas tellement en elle-même, mais comme appui pour aider à redévelopper des collaborations sur le territoire urbain.

42Les idées défendues partagent là des éléments communs avec le modèle de production résumé par un autre slogan : « design global, manufacture local » (Kostakis, Niaros, Dafermos, Bauwens, 2015). Les ateliers de type fab labs sont ainsi assimilés à des plates-formes de création ouvertes et distribuées (Diez, 2014). L’ambition est de pouvoir connecter différentes échelles (le foyer, le quartier, la ville, le monde) tout en gardant l’ancrage local pour la production. Dans le cas de la fab city, la promotion d’une fabrication locale n’est pas synonyme de société fermée. Au contraire, c’est la capacité à se connecter sur le monde qui est constituée en ressource pour réinjecter sur le territoire urbain les expériences et connaissances les plus profitables.

43La logique du projet a conjointement conduit ses promoteurs à chercher une forme de connaissance adaptée à la compréhension du fonctionnement urbain : « To become a fab city requires having a more precise knowledge of the way that cities work3. » Un outillage apparaissait donc utile pour pouvoir visualiser et apprécier les résultats des villes participantes, et, comme on le verra après, il a pris la forme d’un « tableau de bord » (« Fab City Dashboard »). L’instrument est aussi envisagé comme un intermédiaire pour faire comprendre aux citoyens de chaque ville les réseaux dans lesquels elle s’insère.

2.2. La dissémination urbaine de ressources technologiques

44L’accès aux ressources technologiques est construit comme un autre pivot pour le fonctionnement de la fab city : les habitants sont envisagés non comme des consommateurs passifs, mais comme des acteurs méritant de voir leurs capacités étendues pour pouvoir intervenir dans le processus de production locale et profiter de leurs expériences réciproques. L’implantation de fab labs dans les quartiers est supposée rendre disponibles de nouveaux espaces, offrant eux-mêmes une nouvelle gamme de ressources et contribuant à réaliser cet élargissement des capacités. Les représentations des fab labs en font en effet couramment des lieux d’apprentissage, par le faire et l’expérimentation en l’occurrence (Rumpala, 2014). C’est ce potentiel que les Ateneus de Fabricació ont pour mission de développer, si possible également grâce aux savoir-faire échangeables entre eux (pas seulement à l’échelle de la ville, d’ailleurs).

45Plutôt qu’une production standardisée arrivant d’usines lointaines, ces ateliers sont supposés satisfaire des besoins locaux en donnant des moyens de fabriquer, réparer, modifier, etc. Leur insertion dans leur territoire devient donc une condition pour qu’ils bénéficient à la communauté qui s’y trouve. Leur financement est également envisagé de manière ouverte : pas nécessairement public et sous des formes pouvant être mixtes ou aller jusqu’à l’autofinancement (grâce aux programmes éducatifs ou à la commercialisation de produits).

46L’accompagnement des habitants est devenu un sujet de réflexion complémentaire, mais là aussi plutôt orienté vers l’utilisation des NTIC. à l’initiative du Fab Lab Barcelona, un « Fab City Dashboard » (« a tool for monitoring city resilience ») est à l’étude depuis 2016 pour aider les acteurs urbains à visualiser les conditions de résilience de leur ville et les facteurs qui les affectent, notamment les relations et réseaux qui assurent les approvisionnements. Si résilience et autosuffisance sont les objectifs, ils supposent en effet des supports pour évaluer dans quelle mesure les choix effectués permettent de s’en rapprocher. Le contenu encore souvent flou de ces notions n’est pas sans soulever des difficultés pour ce genre de tâches, dont ce sont surtout les grandes lignes et principes qui ont été présentés sur Internet (avec un site dédié : http://dashboard.fab.city/​). Par rapport aux tableaux de bord déjà existants pour les villes (Kitchin, Lauriault, McArdle, 2015), celui envisagé pour la fab city se distingue au moins par son orientation vers les citoyens et pas seulement des publics spécialisés. Sous l’égide de Francesca Bria, embauchée comme chief digital and innovation officer après l’arrivée d’Ada Colau à la tête de la mairie, la ville de Barcelone a par ailleurs renforcé ses activités en faveur des données numériques et informationnelles, considérées comme des biens communs (« data commons ») sur lesquels les citoyens doivent pouvoir garder un contrôle.

2.3. Mobilisation et extension des capacités des habitants

47De même que la smart city tendait à être accompagnée de la construction d’une représentation de ses utilisateurs (sur les débats autour de cette question, voir Harrison, 2017), les réflexions relatives à la fab city tendent elles aussi à développer une conception des acteurs qui y seraient engagés. Ces réflexions ne reconceptualisent pas seulement le fonctionnement urbain, mais aussi le rôle que peuvent y jouer les citoyens.

48Grâce au projet, les habitants sont même supposés enrichir leur rapport à la ville. Au sein du Fab Lab Barcelona, le concept de « smart city » avait déjà servi d’amorce à des réflexions autour de l’idée de « smart citizens », ayant légitimement droit à des infrastructures « ouvertes », tant pour l’usage des données que pour l’accès à des lieux de fabrication. Les ateliers de quartier sur le modèle des fab labs viennent ainsi comme un prolongement pour attirer et mobiliser les riverains. Le schéma proposé place le fonctionnement de ces ateliers dans une logique participative et autogérée, donc a priori favorable à l’expression des besoins locaux. Dans la représentation donnée, si les citadins ont accès à ces capacités nouvelles, ils deviennent d’autant plus susceptibles d’être intéressés par la fabrication des biens qu’ils consomment. En plus de ces débouchés matériels, les propositions promeuvent ces ateliers avec le souhait qu’ils évoluent conjointement en espaces de coopération entre habitants, pour que la communauté ainsi formée facilite la production et le partage de connaissances, ce qui est vu comme un autre atout pour mieux répondre aux besoins locaux. Voisinant avec l’esprit des démarches contributives de pairs à pairs, l’ambition est de constituer une communauté de makers, dont les activités créatives puissent même diffuser au-delà des fab labs implantés dans les quartiers. Dans la description qu’en donne Tomás Diez (voir par exemple Diez, 2017), les citoyens sont ainsi des agents du changement et sous une forme où il ne s’agit plus seulement de participation politique, mais aussi de participation dans une pluralité d’autres dimensions : culturelle, économique, etc.

49Cette place laissée aux citoyens pouvait paraître tendanciellement limitée ou subalterne dans le modèle de la smart city (Vanolo, 2016). De fait, dans le cas de Barcelone, la stratégie qui avait été adoptée dans le quartier 22@, plus axée en effet sur la création et l’innovation, tendait à paraître moins intéressée par les citoyens moins insérés. Elle a de fait rencontré des oppositions structurées, à cause des changements induits dans le quartier (March, Ribera-Fumaz, 2016).

50Si, s’agissant de la fab city, l’intégration des habitants est affichée comme un enjeu important, les réalisations n’en ont pas été simplifiées pour autant. L’implantation du deuxième Ateneu dans le quartier Ciutat Meridiana, quartier périphérique socialement défavorisé, y a suscité des tensions et mécompréhensions chez les habitants, plus préoccupés par leurs conditions de vie (et plus favorables de fait à l’installation d’une banque alimentaire) que par l’arrivée d’un type d’équipement paraissant surtout plus accessible à un public mieux doté. Comme le rappelait Adrian Smith en signalant aussi cet épisode, l’appropriation de ce genre d’offre nouvelle par le voisinage peut être compliquée et, en tout cas, n’est jamais automatiquement acquise (Smith, Fressoli, Abrol, Around, Ely, 2017, p. 116-117).

2.4. Relocalisé, distribué, contributif et non industriel : un type différent de système productif ?

51Dans son noyau argumentatif, le projet de la fab city promeut une restauration de la fonction productive et industrielle de la ville, mais dans une version présentée comme plus écologiquement responsable et moins soumise à des dépendances externes. Il vise, comme on l’a vu, à profiter des avantages attribués à la fabrication numérique, en termes d’adaptabilité, notamment, mais aussi de plus en plus fréquemment de réduction des consommations de matière et d’énergie.

52Le contenu du projet agence des représentations d’un type de système productif original par rapport à ce que sont devenues les grandes villes. Il y remet des unités de fabrication, mais plus sous forme d’usines et, en tout cas, pas sous une forme concentrant de gros volumes de production. Les options privilégiées amènent clairement à encourager une production locale, distribuée sur le territoire urbain. Dans cette conception, les fab labs rendent à nouveau accessible une production à la demande en combinant dans chaque quartier équipements sophistiqués et réservoir local de compétences. Les acteurs locaux, dans des relations plus resserrées et plus horizontales, sont alors supposés réfléchir ensemble à leurs besoins et adapter leurs réponses. De ce fonctionnement, les promoteurs de cette transposition d’une économie circulaire et relocalisée attendent qu’il génère de la valeur sociale, plutôt que seulement des profits.

53Une autre originalité du modèle est son ancrage dans un imaginaire de l’autosuffisance, mais mâtiné de nouvelles technologies. C’est cette conception qu’a essayé de formaliser et promouvoir Vicente Guallart (2012 ; 2014). En fait, dans sa formulation chiffrée, l’objectif s’avère plus modeste : 50 % d’autosuffisance pour 2054 dans le cas de Barcelone, et c’est ce chiffre qui a été repris dans le Fab City Pledge (City Council of Barcelona, 2011) pour les villes souhaitant rejoindre la démarche. Autrement dit, chaque fab city doit produire au moins 50 % de ce qu’elle consomme.

54Ce principe d’autosuffisance avait déjà été repris et travaillé par un groupe de partenaires autour du Fab Lab Barcelona et du Fab Lab Network (réseau international de fab labs conçus sur le modèle de celui du MIT). Dans une logique de construction de prototype, ce groupe s’était lancé en 2010 dans la conception et la fabrication d’une petite maison en bois (Fab Lab House), capable d’être autosuffisante en énergie en utilisant les ressources de son environnement (le soleil notamment grâce à des panneaux solaires flexibles sur le toit). Les plans sont toujours téléchargeables en accès libre sur Internet.

55À l’échelle d’une fab city, la logique du projet invite les acteurs locaux à se demander si ce qui est consommé peut être aussi produit sur le territoire de la ville. Le quartier barcelonais de Poblenou sert de terrain expérimental où différentes pièces de ce système productif ont commencé à être assemblées. L’espace a été choisi pour donner à voir la fab city à une échelle plus réduite et par différentes réalisations, événements et activités. Installé dans ce quartier, le Restaurante Leka porte ces principes, notamment ceux de l’ancrage local et de l’open source, dans ce qui touche au domaine alimentaire. Le site Web du restaurant met librement à disposition les recettes de plats, mais aussi les modèles pour le mobilier et les vêtements du personnel. Les meubles et une partie de l’aménagement du restaurant ont d’ailleurs été conçus et fabriqués avec le Fab Lab Barcelona et en utilisant des outils de fabrication numérique.

56Dans ce modèle, une partie de la production de biens est ramenée dans des communautés dont les pratiques peuvent se rapprocher de la collaboration entre pairs. Élargies, les relations peuvent aller jusqu’à (l’aide à) la fabrication de pièces, machines, etc., pour d’autres fab labs par exemple. La production dans cette logique contributive n’est pas envisagée comme la résultante d’une organisation hiérarchique, mais davantage comme le produit des coordinations entre citoyens.

Conclusion

57Le développement d’un modèle urbain présenté par ses promoteurs comme original, voire alternatif, justifiait de s’y intéresser au-delà des promesses et paris véhiculés. L’analyse aide en effet à appréhender les représentations de la ville et les rationalités qui sous-tendent le projet ainsi porté. De même, les reconfigurations envisagées sous le label de la fab city ont des implications stratégiques qu’il était important de dégager pour saisir la portée des orientations proposées.

58La fab city est une forme de stratégie urbaine qui comporte une moindre dimension entrepreneuriale que d’autres stratégies devenues dominantes. Le projet se distingue de la smart city par la réintégration d’activités productives, mais mises à la portée des citoyens. Les ateliers de type fab labs dont l’implantation est encouragée dans les quartiers sont pris comme des points d’appui pour ramener et redistribuer la production dans l’aire urbaine. Le projet à la fois traduit et promeut un déplacement des représentations du fonctionnement urbain. Par emprunt et agrégation d’idées en circulation, la fab city vient parmi les multiples tentatives pour donner de la substance à l’aspiration à une transition (écologique, énergétique, participative et citoyenne, etc.). La question du développement économique y apparaît moins centrale par rapport à d’autres considérations comme celles des conditions de vie et de satisfaction des besoins. L’innovation n’y est pas réservée au secteur économique privé et aux structures entrepreneuriales. Les promoteurs du projet reprennent l’esprit maker, inventif et collaboratif, avec la prétention de pouvoir le diffuser à l’ensemble des groupes sociaux d’une ville.

59De manière tâtonnante, les discours et pratiques qui construisent le modèle lui confèrent une dimension alternative du fait des ouvertures qui sont tentées, même si une partie des propositions est imprégnée de schémas existants. De fait, le projet n’est pas sans parenté ou proximité avec d’autres initiatives, comme celle des « laboratoires citoyens » à Madrid (Besson, 2016). Les réflexions donnent en plus un rôle important à des composantes particulières du fonctionnement urbain. Les échanges matériels et informationnels sont intégrés dans un même cadre d’appréhension où ils peuvent être rendus complémentaires. De ce point de vue, le modèle proposé s’inscrit aussi dans un changement tendanciel de regard sur la ville, moins envisagée par le prisme des métaphores machiniques et plus par celui des modélisations relatives aux processus biologiques : comme si la ville était un système complexe ressemblant à un organisme vivant (Weinstock, 2013). C’est encore plus marqué dans le cas de la fab city, avec cet intérêt prononcé pour les flux que la ville absorbe et ceux qu’elle rejette. Cette conception logistique et productive de la vie urbaine laisse néanmoins de côté certaines dimensions et non des moindres : le logement par exemple.

60Derrière ce qui tend à être présenté comme une stratégie urbaine innovante, la question intéressante va être de savoir sous quelle(s) forme(s) un modèle de ce type est susceptible de s’institutionnaliser (au-delà des communautés plutôt technophiles notamment), et éventuellement avec quels compromis. Comme d’autres, il reste pris dans des logiques et tensions qui le dépassent : celles d’un capitalisme global, qui marque dorénavant tout modèle d’aménagement urbain (Lorrain, 2013), mais aussi d’un solutionnisme technologique, du fait d’une tendance à techniciser les problèmes (March, Ribera-Fumaz, 2016). Dans cette forme d’innovation sociale, il y a le pari de pouvoir rallier les habitants par cet intermédiaire de proximité que sont les ateliers de quartier, mais, comme on l’a vu, leur orientation technophile peut jouer à leur détriment et rebuter une part non négligeable de la population, peu attirée par ce genre de thématique, ou même carrément sceptique.

61Pour les villes cherchant à se repositionner dans la compétition économique globale, le projet peut en même temps glisser par l’absorption dans des logiques de marketing urbain, et la version parisienne de la fab city n’est pas sans laisser entrevoir cette inclination. Le caractère alternatif du projet peut être fragilisé par l’intégration d’acteurs, comme certaines grandes entreprises, ayant des intérêts plus directement économiques. Pour Ikea (avec qui travaille le Fab Lab Barcelona) par exemple, la concrétisation du modèle et de son système productif peut se transformer en occasion de déplacer des coûts de fabrication vers les acheteurs.

62La variété des aspects pratiques est telle que, sur un grand nombre de ces aspects, la réflexion, même en s’intégrant dans un réseau plus large, est encore à l’état d’esquisse. L’économie circulaire est une solution dont les limites ont déjà été pointées dans différentes littératures, d’abord parce qu’il n’est pas possible de recycler à l’infini. Si les nouvelles technologies associées au numérique continuent à séduire pour les avantages écologiques qui sont promis avec elles, ces avantages restent discutés. C’est surtout à l’épreuve des réalisations qu’il devient possible de juger une « politique urbaine alternative ». Dans le cas de la fab city, elles sont encore largement à attendre. Pour que les contours du modèle puissent se préciser, ses promoteurs devront dépasser grands principes et promesses. Tout modèle est porteur de difficultés et tensions qui seront inévitablement révélées lors des tentatives de mise en œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Bakıcı T., Almirall E., Wareham J. (2013), « A Smart City Initiative: The Case of Barcelona », Journal of the Knowledge Economy, vol. 4, no 2, p. 135-148.

Barles S. (2010), « Society, Energy and Materials: The Contribution of Urban Metabolism Studies to Sustainable Urban Development Issues », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 53, no 4, p. 439-455.

Béal V., Rousseau M. (2014), « Alterpolitiques ! », Métropoles [en ligne], no 15, URL : https://journals.openedition.org/metropoles/4948.

Besson R. (2015), « La Fab City de Barcelone ou la réinvention du droit à la ville », UrbaNews.fr [en ligne], 10 mars 2015, URL : https://www.urbanews.fr/2015/03/10/48041-la-fab-city-de-barcelone-ou-la-reinvention-du-droit-a-la-ville/.

Besson R. (2016), « Les laboratoires citoyens madrilènes : la fabrique des « communs urbains » », UrbaNews.fr [en ligne], 11 janvier 2016, https://www.urbanews.fr/2016/01/11/50396-laboratoires-citoyens-madrilenes-fabrique-communs-urbains/.

Bibri S. E., Krogstie J. (2017), « Smart Sustainable Cities of the Future: An Extensive Interdisciplinary Literature Review », Sustainable Cities and Society, vol. 31, p. 183-212.

City Council of Barcelona (2011), Fab City Pledge, Barcelona, City Council.

De Jong M., Joss S., Schraven D., Zhan C., Weijnen M. (2015), « Sustainable-Smart-Resilient-Low Carbon-Eco-Knowledge Cities: Making Sense of a Multitude of Concepts Promoting Sustainable Urbanization », Journal of Cleaner Production, vol. 109, p. 25-38.

Diez T. (2012), « Personal Fabrication: Fab Labs as Platforms for Citizen-Based Innovation, from Microcontrollers to Cities », Nexus Network Journal, vol. 14, no 3, p. 457-468.

Diez T. (2013), « The Fab City », Making Futures Journal, vol. 3, p. 16-22.

Diez T. (2014), « Distributed and Open Creation Platforms as Key Enablers for Smarter Cities », Journal of Peer Production [en ligne], no 5. URL: http://peerproduction.net/issues/issue-5-shared-machine-shops/editorial-section/distributed-and-open-creation-platforms-as-key-enablers-for-smarter-cities/.

Diez T. (2017), « Fab City . Looking back to the Future in 2012 », 30 avril 2017, https://blog.fab.city/fab-city-looking-back-to-the-future-in-2012-dfd743e3a21a.

Gershenfeld N. (2007), Fab: The Coming Revolution on Your Desktop: From Personal Computers to Personal Fabrication, New York, Basic Books.

Gordon C. (1991), « Governmental Rationality: An Introduction », in Burchell G., Gordon C., Miller P. (dir.) The Foucault Effect: Studies in Governmentality, Chicago, University of Chicago Press.

Guallart V. (2012), La ciudad autosuficiente. Habitar en la sociedad de la información, Barcelona, RBA Libros.

Guallart V. (2014), The Self-Sufficient City: Internet Has Changed Our Lives but It Hasn’t Changed Our Cities, yet, New York, Actar.

Hamman P., Anquetin V., Monicolle C. (2017), « Du “développement durable” à la “ville durable” : quels débats aujourd’hui ? Regards croisés à partir de la littérature francophone et anglophone », VertigO. La revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], vol. 17, no 1. URL: http://vertigo.revues.org/18466.

Harrison K. (2017), « Who Is the Assumed User in the Smart City? », in Angelakis V., Tragos E., Pöhls H. C., Kapovits A., Bassi A. (dir.), Designing, Developing, and Facilitating Smart Cities: Urban Design to IoT Solutions, Cham, Springer, p. 17-32.

Hollands R. G. (2015), « Critical interventions into the corporate smart city », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. 8, no 1, p. 61-77.

Jacobs K. (2006), « Discourse Analysis and Its Utility for Urban Policy Research », Urban Policy and Research, vol. 24, no 1, p. 39-52.

Kitchin R., Lauriault T. P., McArdle G. (2015), « Knowing and Governing Cities through Urban Indicators, City Benchmarking and Real-Time Dashboards », Regional Studies, Regional Science, vol. 2, no 1, p. 6-28.

Kostakis V., Niaros V., Dafermos G., Bauwens M. (2015), « Design Global, Manufacture Local: Exploring the Contours of an Emerging Productive Model », Futures, vol. 73, p. 126-135.

Lorrain D. (2013), « La ville et les marchés : ce qui change au début du 21e siècle », EspacesTemps.net [en ligne], 24 juin 2013. URL: http://www.espacestemps.net/articles/la-ville-et-les-marches-ce-qui-change-au-debut-du-21e-siecle/.

Loveluck B. (2015), Réseaux, libertés et contrôle. Une généalogie politique d’internet, Paris, Armand Colin.

March H., Ribera-Fumaz R. (2016), « Smart Contradictions: The Politics of Making Barcelona a Self-Sufficient City », European Urban and Regional Studies, vol. 23, no 4, p. 1-15.

Murray A., Skene K., Haynes K. (2017), « The Circular Economy: An Interdisciplinary Exploration of the Concept and Application in a Global Context », Journal of Business Ethics, vol. 140, no 3, pp 369-380.

North P., Nurse A. (2014), « Beyond Entrepreneurial Cities. Towards a Post-Capitalist Grassroots Urban Politics of Climate Change and Resource Constraint », Métropoles [en ligne], no 15. URL : https://journals.openedition.org/metropoles/5005.

Peyroux E. et Sanjuan T. (2016), « Stratégies de villes et “modèles” urbains : approche économique et géopolitique des relations entre villes », EchoGéo [en ligne], no 36. URL : https://journals.openedition.org/echogeo/14642.

Picon A. (2015), Smart Cities: A Spatialised Intelligence, Chichester, Wiley.

Rousseau M., Béal V. (2015), « Alterpolitiques ! 2 », Métropoles [en ligne], no 17, URL : https://journals.openedition.org/metropoles/5146.

Rumpala Y. (2014), « “Fab labs”, “makerspaces” : entre innovation et émancipation ? », Revue internationale de l’économie sociale (Recma), no 334, p. 85-97.

Sharp L., Richardson T. (2001), « Reflections on Foucauldian Discourse Analysis in Planning and Environmental Policy Research », Journal of Environmental Policy & Planning, vol. 3, no 3, p. 193-209.

Smith A., Fressoli M., Abrol D., Arond E., Ely A. (2017), Grassroots Innovation Movements, Oxon, Routledge.

Söderström O. (2012), « Des modèles urbains “mobiles” », Urbanisme, no 383, p. 43-45.

Söderström O., Paasche T., Klauser F. (2014), « Smart Cities as Corporate Storytelling », City, vol. 18, no 3, p. 307-320.

Spaargaren G., Mol A. P. J., Buttel F. H. (dir.). (2006), Governing Environmental Flows: Global Challenges to Social Theory, Cambridge, MIT Press.

Vanolo A. (2016), « Is There Anybody out There? The Place and Role of Citizens in Tomorrow’s Smart Cities », Futures, vol. 82, p. 26-36.

Viitanen J., Kingston R. (2014), « Smart Cities and Green Growth: Outsourcing Democratic and Environmental Resilience to the Global Technology Sector », Environment and Planning A, vol. 46, no 4, p. 803-819.

Weinstock M. (2013), « System City: Infrastructure and the Space of Flows », Architectural Design, vol. 83, n° 4, p. 14-23.

Haut de page

Notes

1 Sur ces deux derniers aspects, nous adaptons une combinaison théorique déjà tentée dans Spaargaren, Mol, Buttel, 2006.

2 Sur les origines et développements de ce courant de réflexion, voir par exemple Murray, Skene, Haynes, 2017.

3 « Welcome to Fab City », https://blog.fab.city/welcome-to-fab-city-5373e07c2371.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Rumpala, « Intelligente autrement : de la « Smart city » à la « Fab city ». Émergence d’un modèle alternatif de ville « intelligente » et logiques de reconfiguration du collectif urbain », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5949

Haut de page

Auteur

Yannick Rumpala

Maître de conférences en science politique, Université de Nice/faculté de droit et de science politique, équipe de recherche sur les mutations de l’Europe et de ses sociétés (Ermes)

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals