Navigation – Plan du site
En ville : politiques urbaines et perspectives critiques

Le stade ultime du néolibéralisme ? De l’économie politique des stades à la sociologie de la critique des équipements de spectacle sportif

The highest stage of neoliberalism? Stadia, from a political economy approach to a “sociology of criticism of sports show equipment” perspective
Sébastien Ségas

Résumés

Pour de nombreux travaux, inspirés par l’économie politique urbaine, le mouvement de construction de stades et d’arénas en Amérique de Nord constitue l’une des manifestations concrètes du néolibéralisme urbain. Si ces recherches permettent de mettre en lumière des mécanismes de domination et d’aliénation, elles laissent généralement peu de place aux controverses liées à ces projets, si ce n’est pour souligner leur absence d’effet. Cependant, l’analyse de cas français nous amènera à montrer comment les disputes qui accompagnent ces projets de stades ou d’arénas, ou, de façon plus subtile et indirecte, l’anticipation de ces controverses, affectent ces projets et contribuent à donner naissance à des formes urbaines hybrides qui donnent à voir un néolibéralisme aménagé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par aréna, il faut entendre ici une enceinte couverte de grande capacité (environ 20 000 places en (...)
  • 2 Nous n’entrerons pas ici dans les débats autour de la définition du néolibéralisme (Le Galès, 2016 (...)

1Dans la sociologie du sport nord-américaine, et plus largement dans le champ interdisciplinaire des sport studies, s’est développé, depuis une trentaine d’années, un important courant critique (Schimmel, 2015) qui voit dans le mouvement incessant de construction d’équipements de spectacle sportif (stades, arénas1) l’une des manifestations les plus claires de la façon dont interagissent capitalisme, sport et espace. Cette analyse critique des stades s’appuie principalement sur le substrat théorique du néomarxisme local, mobilisant les concepts construits par H. Molotch (1976) et/ou D. Harvey (1989). Dans certains travaux (Bélanger, 2000 ; Friedman, Andrews, 2011), cette première approche est cependant combinée à des hypothèses inspirées par le marxisme situationniste de G. Debord. Si ces recherches puisent donc parfois dans des sources partiellement différentes, elles convergent dans la mesure où elles analysent le développement de ces formes urbaines singulières comme un des symboles du passage de la ville managériale ou keynésiano-fordiste, dans laquelle le surplus généré par le capitalisme faisait l’objet de processus de redistribution entre classes sociales, à la ville entrepreneuriale (Harvey, 1989) ou néolibérale, où ce surplus est approprié par les élites politico-économiques et réinvesti dans des projets immobiliers spéculatifs et socialement sélectifs, tels les stades et les arénas. Dans ce cadre informé par l’économie politique urbaine (urban political economy), le néolibéralisme apparaît moins comme une nouvelle technique de gouvernement (Foucault, 2004) que comme un projet « revanchiste » dont l’objectif est de réinstaurer, en prenant le contre-pied des politiques redistributives, les capacités d’accumulation et le pouvoir des élites économiques2.

  • 3 Cet article s’appuie sur une enquête de terrain menée à Rennes (analyse de la littérature grise, s (...)

2L’objectif de cet article est de discuter la pertinence de ce cadre analytique si on l’applique à la construction d’équipements de spectacle sportif français. Il ne s’agira donc pas ici de mener une comparaison systématique entre les dynamiques menant à la construction d’équipements de spectacle sportif en Amérique du Nord et en France, mais, plus humblement, d’interroger les possibilités d’importation de cette approche en la confrontant à des cas d’étude hexagonaux3. L’étude de ces cas nous amènera, après avoir présenté de manière plus précise l’analyse néomarxiste des équipements de spectacle sportif (1), à plaider pour une perspective qui, tout en intégrant la logique de compétition interurbaine que met en avant l’économie politique urbaine, mobilise également les outils de la sociologie pragmatique française (Boltanski, Thévenot, 1991 ; Boltanski, 2009) afin de prendre en compte les effets des disputes publiques locales sur ces projets de mise en ordre néolibéral de l’espace urbain (2).

  • 4 Par controverse, nous entendons ici de manière assez large une situation « où un différend entre d (...)

3Nous en viendrons à prendre une certaine distance avec les recherches néomarxistes américaines qui mettent l’accent sur les mécanismes de domination et d’aliénation qui permettent à des élites politiques et économiques, rassemblées derrière un projet d’équipement sportif, d’imposer une définition de la situation qui leur est favorable. Ces travaux ne laissent généralement que peu de place aux controverses et aux contestations liées à ces projets, si ce n’est pour souligner leur absence d’effet. A contrario, nous soulignerons, à partir de cas hexagonaux, comment la possibilité de basculement dans un « régime de controverse4 » (Chateauraynaud, Torny, 1999) affecte ces projets et contraint les conduites de leurs partisans : promouvoir un stade ou une aréna implique alors, non pas simplement de mener à bien des stratégies d’invisibilisation et d’habillage idéologique afin de limiter au maximum l’espace et l’impact de la critique, mais également d’avancer des arguments et d’agencer les projets de façon à répondre aux controverses émergentes ou susceptibles d’émerger dans l’espace public. Si la construction de ces équipements répond effectivement à des impératifs économiques de compétitivité et d’attractivité urbaines, ils apparaissent en partie perméables au contexte socio-politique dans lequel ils se déploient : les disputes qui accompagnent ces projets de stade ou d’aréna, ou, de façon plus subtile et indirecte, l’anticipation de ces controverses, affectent ces projets et contribuent à donner naissance à des formes urbaines hybrides qui donnent à voir un néolibéralisme aménagé.

4S’attacher aux controverses autour des équipements de spectacle sportif et à la façon dont leurs promoteurs les justifient en public (par des discours mais aussi par des actes : production de preuves, agencement de la situation) ne signifie pas pour autant que la sociologie pragmatique permette à elle seule d’éclairer l’ensemble des logiques à l’œuvre dans ces processus d’action publique. Nous défendons plutôt une conception « feuilletée » (Lemieux, 2007) des politiques publiques au sens où celles-ci se déploient dans des arènes multiples aux degrés de publicité différents, certaines confinées et d’autres plus ouvertes au public. Notre projet s’attache à montrer la nécessité d’articuler une approche des coulisses de l’action publique avec une démarche sociologique sensible à ce que le passage sur la scène (les propos et les actes produits devant un public) induit comme contraintes pour les politiques publiques.

1. Derrière le voile du sport : les stades sous l’œil de l’urbanisme critique nord-américain

5L’analyse néomarxiste souligne que la construction de stades ou d’arénas en Amérique du Nord s’inscrit dans des stratégies de développement économique portées par des coalitions d’intérêts localisés qui entendent répondre à un contexte de compétition interurbaine (1.1). Les travaux inscrits dans ce courant pointent également les risques de surinvestissement générés par cette « course au stade » ainsi que, de façon plus récente, les effets de sélection socio-spatiale produits par ces opérations urbaines (1.2). Enfin, ces recherches mettent l’accent sur les mécanismes de domination qui, en masquant la face sombre de ces équipements, favorisent l’acceptation de ces projets et limitent leur contestation dans l’espace public (1.3).

1.1. Stades, compétition interurbaine et coalitions de croissance

6Dans la continuité de remarques formulées par D. Harvey dès la fin des années 1980 (Harvey, 1989), le courant néomarxiste dans le champ des sports studies analyse l’émergence régulière de nouveaux stades ou arénas comme l’un des effets les plus spectaculaires et l’un des symptômes les plus évidents de la concurrence exacerbée entre villes américaines pour attirer des investissements, des emplois et des ressources. Cette compétition interurbaine, qui tend à prendre la forme d’un jeu à somme nulle (Harvey, 1989), incite les forces socio-politiques et économiques locales à s’unir dans des coalitions de croissance (Molotch, 1976) qui portent des politiques d’attractivité dans l’objectif de progresser ou, au moins, de ne pas déchoir dans la hiérarchie urbaine nord-américaine. Dans ce contexte, la construction de stades et d’arénas devient le support de stratégies de développement urbain visant, non pas simplement à créer un environnement directement favorable à la production de biens et de services (en baissant les taxes locales pour attirer les entrepreneurs, par exemple), mais à faire de la ville un espace de consommation agréable, sûr et spectaculaire de façon à attirer des touristes ou des retraités, ainsi que des populations qui vont générer des activités de production (entrepreneurs, cadres supérieurs, classes créatives, etc.).

  • 5 Respectivement la National Basketball Association, la National Football League, la Major League Ba (...)
  • 6 Les cas d’extension (autrement dit, de création d’une nouvelle franchise ex nihilo) sont rares, le (...)
  • 7 Les propriétaires de franchise peuvent jouer de la menace de l’« exit » (Hirschman, 1995) pour met (...)
  • 8 Les travaux de K. Schimmel ne sont pas faciles à positionner du point de vue théorique. Alors que (...)

7Ces analyses se sont en particulier focalisées sur une pratique très nord-américaine : la construction, soutenue par des coalitions réunissant élites politiques et économiques locales, d’alternative stadia ou d’alternative arenas, c’est-à-dire d’équipements destinés à attirer une équipe professionnelle sur le territoire métropolitain (Friedman, Andrews, 2011 ; Pelissero, 1991 ; Schimmel, 2001 ; 2006). Pour comprendre cette pratique, il faut prendre en compte la structuration singulière du sport professionnel américain. Les ligues (fermées) des quatre sports majeurs (NBA, NFL, MLB, NHL5) comptent un nombre relativement limité de franchises6. Cependant, ces dernières, contrairement aux clubs professionnels européens beaucoup plus ancrés territorialement, sont très mobiles : une équipe peut ainsi assez facilement passer d’une ville à une autre. Pour se contenter de deux exemples récents, la franchise NBA de Vancouver est partie à Memphis en 2000 tandis que celle de Seattle a déménagé à Oklahoma City en 2008. Les grandes villes américaines sont donc en concurrence pour attirer ou garder ces franchises7 et, avec elles, les retombées qu’elles génèrent, qu’elles soient symboliques (apparaître sur la carte des « major league cities ») ou matérielles. Dans ce jeu concurrentiel, l’investissement de coalitions réunissant acteurs publics et privés dans la mise sur agenda, la conduite et le financement de projets d’alternative stadia s’explique par la volonté de ces acteurs de disposer d’un avantage compétitif dans la quête d’une franchise, l’arrivée d’une franchise étant elle-même pensée comme un facteur d’attractivité. Ainsi, K. Schimmel8 (2001 ; 2006) a pu montrer que la construction d’un stade de football américain à Indianapolis dans les années 1980 traduisait la volonté, initialement portée par les propriétaires d’une grande entreprise pharmaceutique locale, puis reprise par le pouvoir politique urbain, de doter la ville d’une franchise NFL susceptible de favoriser l’installation dans l’Indiana de personnels qualifiés et de cadres supérieurs, friands aux États-Unis de ce type d’aménités urbaines. La création d’un équipement sportif constitue alors une réponse aux difficultés de recrutement des entreprises locales en même temps qu’elle vient à l’appui d’un modèle de développement urbain de plus en plus centré sur le tourisme, les services et l’accueil de sièges sociaux, rompant avec la tradition longtemps industrielle de la ville.

1.2. La face sombre des stades : surinvestissement et sélectivité sociale

8Il est possible d’identifier, dans la tradition néomarxiste nord-américaine, deux types de critique des stratégies de croissance articulées à la construction d’équipements de spectacle sportif : la première met en lumière le caractère incertain et risqué de ce type de stratégie, la seconde, leur caractère socialement sélectif.

9La première critique est très clairement exprimée dès la fin des années 1980 par D. Harvey quand il utilise les alternative stadia pour illustrer le caractère spéculatif (speculative) des stratégies entrepreneuriales des villes néolibérales : « Many cities in the United States (Buffalo, for example) have invested in vast stadium facilities in the hope of landing a Major League Baseball team and Baltimore is similarly planning a new stadium to try and recapture a football team that went to a superior stadium in Indianapolis some years ago [...]. Speculative projects of this sort are part and parcel of a more general macro-economic problem. Put simply, [...] sport stadia [...] are high risk projects that can easily fall on bad times and thus exacerbate [...] the problems of overaccumulation and overinvestment to which capitalism as a whole is so easily prone » (Harvey, 1989, p. 13). En effet, la prise de risque, constitutive du caractère entrepreneurial de ces stratégies urbaines, peut conduire à du surinvestissement, soit parce que le projet échoue (aucune franchise ne rejoignant la ville), soit parce que la compétition pour attirer des franchises conduit à créer des stades de plus en plus grands et/ou de plus en plus chers et donc de plus en plus difficiles à remplir et à amortir. Ceci ne signifie pas pour autant que le risque lié à la construction de ces équipements soit équitablement partagé entre secteurs privé et public (Harvey, 1989) : bien souvent, c’est plutôt le secteur public qui assume l’essentiel des risques tandis que le secteur privé s’arroge la plus grande part des bénéfices potentiels.

10Cependant, la critique des stades vise également à dévoiler le caractère socialement sélectif de ces stratégies de développement axées sur la construction d’équipements de spectacle sportif. Dans un travail pionner, G. Lipsitz (1984) a souligné que les coalitions de croissance pro-stades, en les présentant comme générant des bénéfices largement distribués, minimisent le fait que ces équipements servent certains groupes d’intérêts locaux dominants au détriment d’une large partie de la population. Il relève que ces investissements (contrairement, par exemple, à ceux dans les écoles publiques ou le logement social) ont de facto peu d’effets redistributifs. Plus près de nous, deMause et Cagan (2008) ont montré comment l’argent public dépensé dans ces équipements offrait des opportunités de bénéfices accrus aux propriétaires de franchise, alors que les résidents et les fans de sport se retrouvaient forcés à payer à la fois des impôts locaux plus lourds et des places beaucoup plus chères.

11Sous un angle différent, d’autres recherches, s’appuyant notamment sur les travaux d’H. Lefebvre, ont montré que cette sélectivité sociale s’exprimait aussi dans les formes urbaines prises par ces équipements sportifs. En effet, les enceintes nord-américaines constituent des aménagements urbains destinés en priorité aux classes supérieures et moyennes, les catégories populaires et/ou les groupes sociaux stigmatisés (les Afro-Américains notamment) se voyant en grande partie exclus des usages de ces équipements. Pour M. Friedman et D. Andrews (2011), l’agencement de ces stades et arénas révèle une « idéologie en action » (Lefebvre, 1991), celle du développement capitaliste orienté vers la consommation, le stadium tendant à se transformer en tradium (Bale, 1993). Ces enceintes sont en effet conçues pour optimiser leur exploitation commerciale. Leur architecture permet d’offrir aux spectateurs de nombreuses opportunités de consommation : tout est fait pour que le spectateur puisse facilement consommer depuis son siège avec des fast-foods et des commerces intégrés aux stades ; s’y ajoutent souvent à proximité des espaces de loisirs (hôtels, centres commerciaux, restaurants, bars…). En outre, ces enceintes sont également conçues pour servir de support à la promotion de biens et de services de consommation : la diffusion de publicité, qui participe à la rentabilisation de l’équipement, est favorisée par les écrans géants, les panneaux numériques en bord de terrain et les applications numériques installées sur les smartphones. Le nom du stade lui-même devient un support publicitaire à travers les partenariats de naming qui permettent à des entreprises, en l’échange d’une contrepartie financière, d’accoler leur identité à la dénomination du stade. Cette orientation consumériste n’est pas sans entraîner des processus de sélection sociale. Non seulement ces enceintes et leurs environnements sont conçus pour attirer un public au pouvoir d’achat relativement fort, mais ces aménagements apparaissent aussi comme des dispositifs localisés de gouvernement des conduites qui assurent la promotion et la diffusion de comportements de consommation tout en décourageant toute appropriation déviante des stades et de leur environnement (Bélanger, 2000 ; Friedman, Andrews, 2011). Ainsi, les aménagements du nouveau stade de base-ball de Washington ont radicalement transformé le quartier dans lequel il a été construit, autrefois approprié par la communauté LGBT et maintenant devenu un espace de consommation familiale standardisé (Friedman, Andrews, 2011).

1.3. Les masques du stade néolibéral : l’invisibilisation de la sélectivité sociale des enceintes

12La littérature critique nord-américaine consacrée aux stades et aux arénas met également l’accent sur les mécanismes de domination qui, en voilant la face sombre de ces équipements, favorise l’acceptation de ces projets et limite leur contestation dans l’espace public. De fait, ces mises en ordre néolibérales de l’espace urbain ne rencontrent généralement pas (ou peu) de résistance. Ces travaux donnent plusieurs types d’explication à cette relative absence d’opposition à ces projets.

  • 9 Dans la même perspective mais dans un cadre géographique différent (la Nouvelle-Zélande), M. Sam e (...)

13Un premier type d’explication met en avant la faiblesse politique des groupes sociaux à qui le projet nuit. Les classes populaires et les minorités ethniques, souvent moins bien collectivement organisées que les classes moyennes et supérieures, ne disposent généralement pas des ressources culturelles et économiques qui permettent de favoriser à la fois l’émergence et le succès d’une mobilisation collective. En outre, la concentration des bénéfices directs liés à l’équipement favoriserait la mobilisation des coalitions pro-stades ou pro-arénas, tandis que la diffusion des coûts économiques à l’échelle territoriale tend à rendre peu visible et donc peu facilement contestable l’investissement public dans ce type d’équipement (deMause, Cagan, 2008 ; Friedman, Andrews, 2011 ; Sage, 1993). Cette invisibilisation s’explique également par les stratégies argumentatives des coalitions d’intérêts portant ces projets. G. Lipsitz (1984) a pu ainsi montrer comment les promoteurs de stades mettent en avant dans leur argumentation les investissements privés dans ces équipements tout en laissant largement dans l’ombre les subventions publiques, directes et indirectes, qui permettent d’assurer la viabilité de ces investissements9.

14De plus, un large pan de cette littérature insiste sur le fait que ces coalitions s’appuient sur des mécanismes de légitimation puissants qui génèrent un consensus large autour de ces équipements, réduisant ainsi l’espace de la critique. En effet, le succès de ces stratégies traduit la capacité des coalitions à mobiliser et diffuser auprès du reste du corps social des représentations suscitant l’adhésion des masses à ces projets de stades ou d’arénas, alors même que ces derniers ne satisfont pas les intérêts matériels d’une grande partie de la population. En faisant du nouvel équipement le symbole du renouveau politique et économique de la ville, les promoteurs des stades/arénas s’adossent à la fois au sentiment d’appartenance locale et au désir largement partagé de voir l’espace auquel on est émotionnellement attaché croître et s’affirmer dans la hiérarchie urbaine (Molotch, 1976 ; Friedman, Andrews, 2011). En outre, ces coalitions, en faisant du sport professionnel un moteur de croissance, investissent une forme culturelle dominante qui fait l’objet d’un large consensus (Schimmel, 2001) : les habitants d’une ville américaine peuvent s’opposer sur beaucoup de sujets mais ils se retrouvent généralement tous, au-delà de leurs appartenances ethniques ou de classe, pour soutenir l’équipe ou les équipes professionnelles locales (Henry, Paramio-Salcines, 1999 ; Friedman, Andrews, 2011). Toujours dans cette perspective, le travail d’A. Bélanger (2000) offre une illustration assez frappante de la capacité des coalitions stades/arénas à mobiliser des formes culturelles pour les mettre au service de la promotion de leurs projets et ainsi construire du consentement autour d’un nouvel équipement. Cette recherche montre comment, à Montréal en 1996, l’abandon du Forum, qui accueillait des concerts et les matchs de l’équipe de hockey sur glace des Canadiens, au profit de l’ultramoderne Molson Centre, du nom du brasseur propriétaire de la franchise, a fait l’objet d’une opération symbolique visant à organiser le transfert de la mémoire des lieux de l’ancienne enceinte à la nouvelle. En effet, l’ancienne enceinte était associée, non seulement par les supporters mais par une large partie des habitants de la ville, à des moments historiques (des victoires des Canadiens en NHL, des concerts marquants) au point d’être considérée comme un « haut lieu » patrimonial de la ville. Afin de juguler les protestations liées à l’inscription du Forum dans un imaginaire populaire très fort, l’entreprise Molson a financé une large campagne de communication, qui, loin de dénoncer l’attachement nostalgique à l’ancienne enceinte, l’a mobilisé pour le mettre au service de la nouvelle aréna. Intégrée à ce vaste dispositif de communication, une parade a ainsi été organisée autour du déplacement d’objets de l’ancien stade (les bannières de champion mais aussi la surfaceuse !) vers le nouveau. Le message envoyé était alors clair : les « fantômes » de l’ancienne enceinte (Bélanger, 2000) sont désormais dans la nouvelle et l’attachement des supporters peut suivre le même chemin. Cette parade participait d’une véritable politique des émotions, ayant pour vocation de favoriser l’acceptation de ce nouvel équipement par les supporters en reconnaissant à la fois la valeur du patrimoine auxquels ils sont attachés tout en le transférant vers la nouvelle enceinte.

15Mobilisant les analyses de G. Debord, certains travaux (Bélanger, 2000 ; Friedman, Andrews, 2011 ; Schimmel, 2015) soulignent in fine le caractère spectaculaire de ces opérations urbaines dans la mesure où elles creusent l’écart, propre au capitalisme contemporain, entre les représentations (le spectacle) et la réalité socio-économique des pratiques. Dans ce cadre analytique, les images spectaculaires associées aux stades et arénas fonctionnent comme une idéologie, au sens marxiste du terme, qui vient déformer la perception de la réalité et empêche par là même de voir « the rot beneath the glitter » (Harvey, 1989, p. 14). Est alors masquée l’iniquité de ces opérations urbaines qui servent avant tout les intérêts économiques des milieux d’affaires (propriétaires de franchise ou de club et promoteurs en tête, mais aussi, plus indirectement, les entreprises qui bénéficient de l’attractivité générée par ces équipements) et les intérêts politiques des élus locaux sans améliorer les conditions de vie matérielles de l’essentiel de la population (Bélanger, 2000 ; Henry, Paramio-Salcines, 1999 ; Friedman, Andrews, 2011). De ce point de vue, les stades néolibéraux constituent, pour parler comme Gramsci, des projets « hégémoniques » témoignant de la capacité d’un bloc social (les élus locaux, les propriétaires de franchise, les milieux d’affaires locaux) à imposer des stratégies pro-croissance, non par l’exercice de la contrainte, mais via un pouvoir d’attraction. Dès lors, la contestation n’existe pas ou peu car les « victimes » de ces équipements sont en grande majorité consentantes : elles adhèrent aux représentations hégémoniques qui justifient le stade. Pour le dire autrement, les coalitions pro-stades offrent « des jeux sans le pain » : « the circus succeeds even if the bread is lacking » (Harvey, 1989, p. 14).

2. Le néolibéralisme à l’épreuve des controverses localisées : les équipements de spectacle sportif français entre objectifs entrepreneuriaux et gestion politique de la dispute

  • 10 Le PSG constitue le cas le plus connu (mais loin d’être unique) de club régi par des investisseurs (...)
  • 11 On peut ici penser à l’éphémère plan Aréna lancé par le ministère des Sports en 2012. Dans le cadr (...)
  • 12 Le cas de la MMArena, stade de football de 25 000 places construit dans le cadre d’un partenariat (...)

16En première lecture, il peut apparaître tentant d’importer en France le cadre analytique nord-américain exposé précédemment. En effet, la multiplication de projets d’équipements de spectacle sportif depuis la fin des années 2000 dans l’Hexagone traduit la montée en puissance de stratégies visant, dans un contexte interurbain compétitif, à améliorer l’image et développer l’attractivité métropolitaine, notamment en accueillant de grands événements médiatiques (compétitions internationales comme l’Euro 2016, concerts de stars mondialisées). En outre, la construction de ces nouvelles enceintes s’appuie généralement sur la constitution de coalitions réunissant milieu politique, propriétaires de club, promoteurs et acteurs du BTP (Gardon, 2016 ; Honta, 2010 ; Sawicki, 2012 ; 2016). Encore faut-il relever que, à la différence des États-Unis, ces coalitions entre acteurs publics et intérêts privés n’ont pas un caractère uniquement ou prioritairement « local ». Les propriétaires de club ne sont pas toujours des hommes d’affaires implantés localement10 (ce qui est le schéma dominant dans les ligues nord-américaines) et les opérateurs de BTP qui interviennent comme constructeurs voire concessionnaires des équipements sont généralement de grandes entreprises d’ampleur nationale et internationale (Bouygues, Eiffage, Vinci…). Contrairement aux États-Unis, l’État peut également jouer un rôle incitateur, voire parfois contribuer au financement des projets11. Par ailleurs, la multiplication des loges pour les VIP et les milieux d’affaires dans ces nouvelles constructions, l’augmentation des tarifs d’entrée ainsi que le développement de dispositifs de contrôle voire d’exclusion des supporters les plus « chauds » laissent penser que le modèle consumériste nord-américain d’enceinte sportive « haut de gamme, aux prix élevés, à l’ambiance feutrée et au public homogène » (Hourcade, 2016) se diffuse en France, entraînant un processus de gentrification des publics. Les risques entrepreneuriaux associés aux constructions/rénovations de stades ne constituent pas non plus une spécificité nord-américaine, même s’ils revêtent une autre forme en France. La prise de risque ne consiste pas à miser sur l’arrivée d’une équipe sur le territoire mais à parier sur les résultats sportifs futurs, qui ne sont pas sans incidence sur le remplissage de l’équipement, ainsi que sur la bonne gestion dans le temps du club local. En effet, contrairement aux franchises des grandes ligue nord-américaines, les équipes professionnelles évoluent dans des ligues ouvertes et connaissent régulièrement des soucis financiers : un club peut donc descendre d’une division à une autre et se retrouver avec un stade surdimensionné et/ou faire faillite12.

  • 13 Certains travaux nord-américains (non néomarxistes) semblent aller dans ce sens (cf. la conclusion (...)

17Cependant, si l’analyse néomarxiste, au prix de certains aménagements, peut éclairer la situation française, elle ne permet pas, en France comme, sans doute, aux États-Unis13, de prendre pleinement en compte l’impact, direct ou indirect, des controverses sur ces projets et leur conduite. De fait, les contraintes globales exercées par le capitalisme sportif et la compétition interurbaine apparaissent médiatisées par la politique locale (au sens de politics), autrement dit, les conflits, les controverses situés ainsi que le travail politique visant à les réguler, voire à les anticiper. Notre propre recherche empirique, croisée avec l’exploitation de travaux existants, montre que ce travail politique ne se réduit pas à des opérations symboliques cherchant à masquer les jeux socio-économiques de ces projets. Il passe également par la construction de compromis situés qui affectent concrètement les projets et les formes urbaines qu’ils génèrent. Si, dans certaines configurations comme celle de Lille, la trajectoire de la controverse et de sa régulation peut contribuer à renforcer le caractère entrepreneurial du projet, dans d’autres contextes (comme ceux des agglomérations rennaise et lyonnaise), cette trajectoire peut aboutir à des aménagements qui atténuent la dimension néolibérale de ces équipements. La diffusion indubitable du modèle du stade entrepreneurial n’exclut donc pas des formes d’appropriation et d’hybridation localisées.

2.1. La résilience du projet de stade lillois face à la controverse : confinement argumentatif de la contestation et mécanismes d’invisibilisation de l’investissement public

  • 14 La chambre régionale des comptes des Hauts-de-France a d’ailleurs en 2017 critiqué la sous-utilisa (...)

18Le travail de F. Sawicki (2012 ; 2016), qui a étudié sur la longue durée l’évolution du projet visant à doter le club de football de Lille d’une enceinte plus moderne et plus grande, permet de montrer à la fois le poids de la politique locale sur la destinée de ce projet et les effets paradoxaux de la dynamique de la controverse dans ce contexte singulier. En effet, la contestation d’un projet à l’origine relativement modeste de réaménagement d’un stade existant en centre-ville a favorisé in fine la réalisation en périphérie d’agglomération d’un équipement beaucoup plus ambitieux (et donc à la fois beaucoup plus distinctif dans le cadre de la compétition interurbaine et beaucoup plus risqué14) et beaucoup plus coûteux pour les finances publiques : le stade Pierre-Mauroy (50 000 places), inauguré en 2012, qui a la particularité, très rare, de pouvoir se transformer, grâce à son toit et sa pelouse amovibles, en une aréna couverte de 30 000 places à même d’accueillir des concerts et des rencontres de sport en salle.

19Le choix initial, affirmé à la fin des années 1990, de rénover et agrandir le stade existant situé en centre-ville sur des fonds intégralement publics était déjà le produit d’un travail politique d’articulation d’intérêts spatialisés. Si cette localisation a été privilégiée, c’est en grande partie parce que les élus qui soutenaient le projet (P. Mauroy en tête) craignaient que le choix d’une implantation en périphérie d’un nouveau stade nécessite le recours à des investisseurs privés qui auraient revendiqué, au nom de la recherche de la rentabilité, la création d’équipements commerciaux autour du stade (Sawicki, 2012 ; 2016). Or ce type d’aménagement serait entré en concurrence avec l’activité marchande des centres-villes de Lille, Roubaix et Tourcoing. La défense des intérêts commerciaux de leur commune par les élus communautaires explique alors à la fois la localisation initiale du projet et une certaine prise de distance initiale avec le modèle du stade entrepreneurial (celui du tradium inscrit dans un environnement commercial).

  • 15 Le site se trouve à côté d’une citadelle construite par Vauban et classée aux monuments historique (...)

20Ce choix a cependant été vivement contesté par un mouvement social de riverains qui a initié une controverse publique (laquelle s’est déployée notamment dans l’espace médiatique et juridique) autour du projet de rénovation/agrandissement. Cependant, F. Sawicki souligne comment des rapports de force viennent ici limiter la capacité de ces contestataires à argumenter librement dans l’espace public. En effet, ce mouvement a mis en avant dans le cadrage (Snow, 2001) de sa cause la défense d’un cadre de vie et du patrimoine local15, remettant en question la localisation de l’équipement tout en laissant largement de côté la question de l’opportunité d’un stade agrandi et celle des contributions publiques au financement des travaux. Si la question de la relocalisation du projet est privilégiée par les acteurs mobilisés eux-mêmes, c’est à la fois, sans doute, parce qu’elle reflète les raisons premières de leur engagement (défendre leur cadre de vie de proximité), mais aussi parce que la mise en cause de l’opportunité ou du financement public de l’équipement pourrait susciter une contre-mobilisation, en particulier de la part des supporters du club de football local. Pour le dire autrement, remettre en cause non seulement la localisation mais aussi la pertinence d’un tel projet « en toute généralité », c’est courir le risque d’apparaître hostile au développement du sport professionnel et d’affaiblir le mouvement plutôt que de lui trouver des alliés. Tout se passe alors comme si le vocabulaire des motifs (Mills, 1940) disponible pour construire la cause et la justifier était limité par le soutien populaire à ce type d’équipement. Les « anti-stades » se retrouvent donc enfermés dans ce que N. Eliasoph (2010) a appelé un processus d’« évitement du politique », la défense du cadre de vie de proximité (close home) étant pensée comme seule susceptible de renforcer les chances de succès de la cause, empêchant toute montée en généralité (Boltanski, Thévenot, 1991) dans le registre des principes généraux.

21La mise en cause de la localisation de ce projet, notamment par la voie de recours juridiques, n’a cependant pas été sans effet sur sa nature. À la suite de l’annulation en 2006 en première instance du permis de construire en centre-ville, les leaders politiques locaux (P. Mauroy et M. Aubry) ont été amenés à changer leur fusil d’épaule et construire un nouveau compromis avec les propriétaires du club de football autour de la construction d’un stade, beaucoup plus grand et coûteux, en périphérie de l’agglomération. Cette délocalisation du projet s’accompagne du transfert de la propriété de l’équipement à l’échelle intercommunale et du recours à un partenariat public-privé (PPP) pour le financer. F. Sawicki (2012) souligne que la mise en place d’un PPP répond non seulement à des enjeux budgétaires, mais contribue également à voiler, par la même occasion, l’ampleur de l’investissement financier des pouvoirs publics locaux. Dans la mesure où elle est prise en charge dans une arène politique intercommunale « confinée » (Desage, Guéranger, 2011) et que la participation des acteurs privés est mise en avant dans le cadre d’un PPP, cette opération d’aménagement offre beaucoup moins de « prise » aux controverses qui mettraient en cause l’usage qui est fait de l’argent public. Cet engagement financier masqué dans l’enceinte relocalisée, facilité par le confinement de la controverse à la question de la localisation de l’équipement, n’est pas sans rappeler les stratégies d’invisibilisation identifiées par G. Lipsitz aux États-Unis. F. Sawicki montre également comment le choix final du site du stade Pierre-Mauroy s’inscrit dans une stratégie de régulation spatialisée : il permettait non seulement de prévenir les risques de mobilisation et de recours (il s’agit d’une zone d’habitat peu dense sans monument classé aux alentours), mais aussi de répondre aux craintes des élus qui craignaient de voir émerger une nouvelle zone commerciale potentiellement concurrente de leurs propres espaces (le site retenu ayant en effet l’avantage de jouxter une grande zone commerciale déjà existante).

22Au final, le projet de stade a bénéficié d’un contexte socio-politique puis de pratiques institutionnelles qui ont limité le spectre de l’agenda public (Bachrach, Baratz, 1962) à la question de la localisation de l’équipement sans que soit remis en cause l’engagement des acteurs publics dans une stratégie de soutien au sport professionnel. Au contraire, cet engagement, sans qu’aucune partie prenante de la controverse l’ait anticipé, s’est déployé de façon beaucoup plus spectaculaire que prévu, débouchant sur la construction d’un équipement qui peut faire figure d’avantage concurrentiel dans la compétition entre les villes pour attirer des événements et améliorer leur image. Cependant, la médiation de la politique locale n’induit pas toujours un renforcement du caractère entrepreneurial des projets menés, comme vont le montrer les études des cas rennais et lyonnais.

2.2. L’aréna contrariée : recherche de compromis entre sport d’élite et sport amateur et régulation d’une controverse de localisation dans l’agglomération rennaise

  • 16 Source : « Les effets de Bretagne à grande vitesse dans l’agglomération rennaise. Étude no 2 : les (...)

23Le projet d’une aréna multifonctionnelle (sport, spectacle, congrès) est apparu sur l’agenda métropolitain rennais en 2012, à l’issue d’une démarche de benchmarking interurbain, menée par l’agence d’urbanisme locale. Cette étude a identifié l’absence de ce type d’équipement comme un désavantage compétitif de la métropole rennaise en matière d’attractivité et d’image. Dans cette perspective, les arénas font partie des grands équipements dont la « justification dépasse largement la réponse à un besoin local et s’inscrivent dans une volonté de reconnaissance extérieure et de modernité » car ils « se positionnent à l’interface du projet urbain, du développement économique et du rayonnement métropolitain. [...] En matière économique, ils servent de support aux industries du tourisme et du divertissement et contribuent surtout à insérer les agglomérations dans les réseaux internationaux. [Ils] sont des vecteurs de notoriété, aidée par la griffe de grands architectes, en servant de réceptacle à de grands événements nationaux ou internationaux, fer de lance d’une reconnaissance extérieure, à l’instar de l’Euro 2016 en matière de football16 ». Dans l’espace relativement confiné des échanges intercommunaux entre urbanistes, agents administratifs et élus métropolitains, le projet d’aréna est donc formulé en mobilisant le vocabulaire de la compétition interurbaine et de la recherche d’attractivité.

  • 17 Source : document de campagne « Osons Rennes », septembre 2013, p. 60-61.

24Le projet a cependant quitté cet espace confiné à l’occasion de la campagne municipale de 2014, qui a contribué à sa large publicisation. Cette dernière n’a pas cependant été sans effets sur le cadrage argumentatif de ce projet d’aréna et, in fine, sur sa forme finale. Dans la commune-centre de l’agglomération, le sujet a été mobilisé par les deux principales listes en compétition : la liste LR-UDI, menée par B. Chavanat, et la liste PS-PCF, menée par la future maire N. Appéré. Tout en affichant leur soutien à la construction de cet équipement, les leaders de ces deux listes développent un argumentaire hybride qui associe, de façon différenciée pour les deux candidats, la grammaire entrepreneuriale (le soutien au sport d’élite comme facteur d’image, d’attractivité et de développement local) à une grammaire de justification plus keynésiano-fordiste ou redistributive (en mettant en avant leur préoccupation pour le développement de la pratique amateur). Ainsi, B. Chavanat, qui propose de construire une aréna de 10 000 places pour répondre à un déficit d’attractivité rennais, n’en laisse pas moins une place au « sport pour tous » dans son argumentaire. La potentielle aréna est ainsi, tout d’abord, présentée comme une « locomotive » pour le sport pour tous : « Cessons d’opposer sport de haut niveau et sport pour tous ! L’un ne va pas sans l’autre. On entend dire que la frilosité municipale pour soutenir le sport de haut niveau se justifierait par le choix du sport pour tous et non pour l’élite. En cultivant cette opposition, la municipalité fait un contresens lourd de conséquences. Car à Montpellier comme ailleurs, l’expérience montre au contraire que l’investissement pour le haut niveau, bien conduit, peut être, pour le développement du sport, un formidable levier. Un levier à double détente. La première détente, c’est le rôle fédérateur des champions et l’enthousiasme qu’une équipe qui gagne peut susciter pour la ville entière [...]. La deuxième détente, c’est le rôle éducatif des clubs [...]. Si l’on veut promouvoir un modèle sportif rennais, où l’excellence profite à la formation des plus jeunes, opposer le haut niveau au sport pour tous est une voie sans issue17. » Cependant, B. Chavanat ne s’est pas contenté d’invoquer une sorte de théorie du ruissellement entre sport d’élite et sport pour tous et, à l’instar de certains maires américains, le caractère fédérateur du sport professionnel, il s’est également engagé durant la campagne pour la construction d’une nouvelle piscine destinée, elle, à la pratique amateur de la nage et aux loisirs ludiques. Le projet d’aréna est donc d’emblée inscrit dans un compromis associant une enceinte pour le sport d’élite et une piscine dédiée au sport pour tous.

  • 18 Source : programme de la liste « Rennes, créative et solidaire ».

25Du côté de la candidate PS et future maire, N. Appéré, qui reprend à son compte la tradition rennaise de politique très favorable au sport amateur, il s’agit de montrer que le soutien déclaré à une aréna ne traduit pas une évolution élitiste des politiques sportives. De façon très significative, dans son programme, « l’accompagnement du sport professionnel et l’accueil de manifestations sportives18 » n’occupent qu’une place très réduite dans la section consacrée aux politiques sportives. En revanche, ce programme, sous le slogan « le sport pour tous au nom de l’égalité devant l’éducation », fait la part belle à l’accompagnement des pratiques amateurs et « hors cadre » (en dehors des associations et des clubs sportifs). N. Appéré s’est d’ailleurs publiquement prononcée, comme son principal challenger, pour la construction d’une nouvelle piscine à Rennes. L’aide aux équipes professionnelles est alors présentée comme un objectif certes légitime mais secondaire par rapport au développement du sport pour tous, qui constitue le « cœur » de la politique sportive de la ville. Pour N. Appéré comme pour B. Chavanat, tout se passe donc comme si, pour atténuer les possibles critiques visant le soutien public au sport spectacle, il fallait mettre en avant, pour paraphraser P. Bourdieu, la main gauche du pouvoir urbain, autrement dit ici la promotion du sport pour tous, voire le financement et la mise en œuvre d’équipements (la piscine) et de dispositifs d’action publique favorables au développement des pratiques amateurs, justifiées au nom de la cohésion sociale ou d’objectifs de santé publique. Les opposants aux équipements de spectacle sportif ne sont donc pas nécessairement les seuls à être soumis à des contraintes qui orientent le type de motifs qu’ils peuvent utiliser dans l’espace public. Pour les promoteurs politiques de ce type de projet, il apparaît impossible de défendre un investissement public dans le sport professionnel sans manifester les efforts faits pour favoriser la pratique amateur (Honta, 2010).

  • 19 Source : Ouest-France, 27 février 2014.


26Il faut cependant dépasser les frontières de la ville-centre pour voir émerger une controverse portée par un candidat dans une commune de la périphérie de l’agglomération et les dirigeants d’un club professionnel de handball. Alors même que B. Chavanat proposait une série de sites possibles pour l’aréna, intégralement situés à l’intérieur des frontières municipales rennaises, à Cesson-Sévigné (ville mitoyenne de Rennes d’environ 17 000 habitants), un autre candidat de droite, futur vainqueur, a fait de l’implantation de la future aréna communautaire dans sa ville un de ses axes de campagne : « Nous nous mobiliserons pour obtenir que la future aréna soit construite à Cesson [...]. L’enceinte pourra accueillir non seulement des événements sportifs, mais aussi des spectacles, des concerts19... » Il faut dire que cette ville héberge, dans une salle clairement sous-dimensionnée (1 500 places), une équipe de handball de première division, candidate déclarée à la fonction de club résident de la future enceinte, et que la localisation à Cesson de la future aréna permettrait de maintenir le lien territorial entre la ville et l’équipe, alors même que cette dernière, désormais soutenue par la métropole, a été rebaptisée Cesson Rennes Métropole Handball (RCMHB). La localisation du stade est ici constituée en enjeu, non par des riverains qui s’y opposent comme à Lille, mais par des élus qui entrent en compétition pour attirer l’équipement sur leur territoire. Cette compétition ne se déploie pas uniquement dans le cadre confiné des débats intercommunaux mais déborde dans l’espace public durant la campagne.

  • 20 Source : Ouest-France, 16 octobre 2015. 

  • 21 Source : https://www.facebook.com/Une-salle-pour-le-Cesson-Rennes-M %C3 %A9tropole-HB- 79397523072 (...)
  • 22 Source : Ouest-France, 23 janvier 2016.

27Initiée pendant la campagne de 2014, cette controverse autour de la localisation de l’aréna a rebondi à partir de fin 2015. En effet, le nouveau président PS de l’intercommunalité a annoncé, en octobre 2015, le cofinancement d’une étude relative à la réalisation d’une Aréna par la métropole, la région Bretagne et l’État (à hauteur de 200 000 euros chacun), prenant soin de préciser que la réalisation d’un tel équipement « ne sera pas pour ce mandat20 ». Devant le traitement politique d’un dossier qu’ils jugent « trop lent à aboutir », les dirigeants du RCMHB ont entrepris, en janvier 2016, une campagne de mobilisation des supporters visant à publiciser, sur les réseaux sociaux et dans les médias, l’urgence d’obtenir « un équipement à la hauteur de la notoriété de notre sport et du formidable spectacle sportif offert21 ». Rebondissant sur cette campagne de communication, le maire de Cesson a réaffirmé publiquement sa volonté que le club continue de développer son activité sur le territoire de sa commune tout en appelant au soutien financier de l’intercommunalité et de la région : « Nous souhaitons que le club puisse continuer à jouer ses matchs chez nous, mais il nous faut l’aide d’autres collectivités22. » Dans la foulée, le 8 février 2016, la ville de Cesson-Sévigné a annoncé l’ouverture de discussions, associant le RCMHB et Rennes Métropole, autour d’une salle aux tribunes amovibles d’un coût modeste (7 à 8 millions d’euros) envisagée pour le début de la saison 2018-2019. Cette négociation a débouché sur un compromis : une enceinte à vocation prioritairement sportive de taille relativement réduite (5 000 places), qui n’aura aucun des atours de l’équipement attractif et vecteur d’image, sera bien construite à Cesson-Sévigné, tandis que le projet métropolitain sera réorienté vers l’accueil d’événements d’affaires et de concerts. Le renoncement au projet initial d’une aréna multifonction à l’américaine, articulant sport, spectacle et accueil de congrès, traduit, dans cette configuration, la difficulté politique à articuler des intérêts autour d’un projet auquel pourtant aucune des parties prenantes de la controverse ne s’oppose sur le principe (la dispute portant sur l’inscription spatiale et temporelle de l’équipement).

2.3. Le parc OL : controverses et articulations entre objectifs entrepreneuriaux, développement durable et attentes des supporters

28À première vue, la construction, dans la périphérie de l’agglomération lyonnaise, du Parc Olympique Lyonnais (Parc OL), stade de 59 000 places inauguré en 2016 qui arbore, dans le cadre d’un contrat de naming, le nom d’un grand groupe d’assurance et qui est inséré dans un « OL Land » incluant des hôtels, un parc d’affaires, un musée, une clinique sportive et des espaces commerciaux, semble une illustration assez frappante de la diffusion du modèle du tradium en France. Cependant, à y regarder de plus près, cet aménagement urbain porte les traces d’un travail politique visant à réguler et anticiper des controverses.

  • 23 On peut dans ce cas relever que la relative discrétion de l’investissement public, contrairement à (...)

29La coalition soutenant ce projet réunissait le maire de Lyon, le président du club de football de l’Olympique Lyonnais et des représentants du monde économique (CCI, CGPME). Elle a dû faire face, à la fin des années 2000, à des critiques portées dans l’espace public à la fois par des riverains, des défenseurs de l’environnement et du patrimoine mais aussi (et contrairement au cas lillois) des supporters attachés au stade existant de Gerland, qui se sont tous réunis dans un collectif d’associations baptisé les Gones pour Gerland. Alors même que le financement de l’enceinte elle-même et du parc qui l’entoure est intégralement privé, cette coalition anti-stade a notamment stigmatisé « le financement public de l’aménagement des accès et de espaces publics autour d’un équipement dont la réalisation est destinée prioritairement à permettre à un groupe privé de dégager de nouveaux revenus23 » (Gardon, 2016). Surtout, la controverse a porté sur la localisation du Parc OL, remis en cause, non pas au nom de la défense d’un cadre de vie à l’échelle d’un quartier (le close home), mais de l’impact de l’équipement en matière de développement durable à l’échelle métropolitaine. Le choix d’un site à vocation jusque-là essentiellement agricole, très éloigné du centre et en discontinuité avec le reste de l’unité urbaine, est dénoncé en tant qu’il contribue pour ses opposants à l’étalement urbain de l’agglomération, contredisant les engagements de la communauté urbaine du Grand Lyon en faveur du développement durable depuis le début des années 2000. L’explicitation de ces critiques, si elle n’a eu aucun effet sur la localisation finale de l’équipement, a eu en revanche un impact sur la façon dont les membres de la coalition pro-stade ont justifié le projet. En 2008, l’OL a ainsi signé un accord avec l’Ademe dont l’objectif était de réduire le bilan carbone du futur équipement et doter ainsi le projet d’une couleur écologique. Lors de la campagne municipale de 2014, G. Collomb, principal soutien politique du projet, n’a pas hésité à mettre en avant les « bénéfices écologiques » du futur stade, « car il permettrait de créer un “corridor vert” reliant deux zones naturelles à l’est de l’agglomération » (Gardon, 2016). Il ne faudrait pas en déduire que l’intégration du motif du développement durable dans l’argumentaire pro-stade n’a qu’un aspect purement discursif : la mobilisation de l’Ademe peut s’apparenter à l’organisation d’une « épreuve » (Boltanski, Thévenot, 1991) visant à attester publiquement la façon dont le projet se plie à une contrainte de justification. Cette épreuve affecte aussi bien sa présentation que sa construction et son agencement. Il n’en reste pas moins que ce compromis entre justification entrepreneuriale (pro-croissance) et environnementale (anti-croissance) est par nature instable (ibid.) et ne clôt bien entendu pas nécessairement la controverse : il peut être dénoncé par les opposants comme du green washing, un habillage cosmétique à base de discours et de concessions superficielles visant à masquer les conséquences environnementales globalement désastreuses du projet.

  • 24 Source : entretien avec J.-M. Aulas sur le site sport24.fr, 20 février 2016.

30Cependant, les concessions les plus notables dans le cadre de cet équipement ne concernent pas l’environnement mais la prise en compte des attentes des supporters, chez qui l’adhésion à la création d’un nouveau stade n’est pas unanime. Tout d’abord, les aménagements du Parc OL mettent en scène l’histoire du club qui, non seulement fait l’objet de la création d’un musée, mais est également mise en valeur à travers l’architecture et les voies d’accès au stade (Hourcade, 2016). Cette prise en compte de la culture supportériste et son inscription dans la forme urbaine du parc s’apparentent aux opérations identifiées par A. Bélanger à Montréal de transfert symbolique de la mémoire des lieux de l’ancienne enceinte vers la nouvelle. Mais, loin de se réduire à de purs gestes symboliques (Edelman, 1991), le travail politique aboutit ici à rechercher un compromis avec les supporters en matière de politique tarifaire et d’agencement intérieur de l’enceinte. En effet, l’augmentation des tarifs d’entrée et la gentrification des publics qu’elle génère a suscité, notamment en Angleterre, l’émergence de formes d’opposition et de résistance (Palvarini, Tosi, 2016) : les supporters de Liverpool ont ainsi dramatisé en 2016 leur opposition à une augmentation du prix des places en désertant les gradins à la 77e minute d’une rencontre (le prix de base d’une entrée ayant été porté à 77 livres). L’anticipation de ce type de controverse peut conduire les dirigeants de certains clubs à adopter des stratégies différentes. J.-M. Aulas, président de l’OL, fait partie des promoteurs de ces stratégies alternatives : « Les manifestations des supporters anglais sont logiques. [...] À Lyon, notre politique est de maintenir les prix les plus bas et avoir des offres à valeur ajoutée plus importante, en particulier dans le domaine de l’entreprise, pour que le panier moyen augmente mais jamais au détriment des fans.24»

  • 25 Ce modèle, basé sur la mixité des publics, est souvent associé aux stades allemands.

31La volonté de laisser une place réelle (quoique non exclusive) dans la nouvelle enceinte aux supporters et aux fans, et pas seulement aux clients d’un spectacle sportif, s’inscrit dans un cadre d’interaction plus général où Jean-Michel Aulas entend entretenir des relations de négociation avec les organisations supportéristes. Utilisant une métaphore parlante, il compare ces dernières à « des syndicats avec lesquels il convient d’entretenir un dialogue social constructif » (Hourcade, 2016). Si ce dialogue sert sans doute au moins pour partie une stratégie de contrôle et de domestication visant à limiter les pratiques contestataires d’acteurs qui peuvent facilement publiciser leur mécontentement, il implique aussi certaines formes de contreparties. L’organisation intérieure du stade reflète ainsi la recherche d’un compromis entre le souci de rentabilité (à laquelle J.-M. Aulas est loin de renoncer) et les objectifs des clubs des supporters et des fans de l’équipe issus de milieux populaires (accès au stade à un prix modéré, possibilité d’animer les gradins) : le Parc Olympique Lyonnais déroge ainsi partiellement au modèle anglo-saxon du stade socialement excluant en articulant, d’un côté, des espaces familiaux et des loges pour les entreprises et les classes supérieures, et, de l’autre, des gradins aux places relativement abordables où les groupes de supporters peuvent s’exprimer25. La poursuite d’objectifs entrepreneuriaux (rentabilité, gentrification du public) doit ici composer avec la recherche d’une certaine acceptabilité sociale visant à anticiper la contestation de ceux qui pourraient s’opposer à ces changements (les clubs de supporters et, plus largement, la communauté des fans), atténuant de fait la sélectivité sociale de l’équipement.

Conclusion

32Les exemples français développés dans ce texte montrent que la néolibéralisation du spectacle sportif est loin de s’imposer de manière uniforme d’une ville à l’autre. S’ils ne contribuent pas à remettre en cause l’idée selon laquelle la compétition interurbaine tend à imposer sur l’agenda urbain la question de la rénovation et de la construction de stades ou d’arénas « modernes » et « rentables », ils donnent à voir une néolibéralisation atténuée qui aménage symboliquement mais aussi matériellement les conditions de son acceptation localisée. Les promoteurs de ce type de projet doivent composer avec des contextes socio-politiques singuliers et des forces contestataires, ce qui les conduit à « bricoler » (Jobert, 1994) avec les standards néolibéraux.

33Il ne semble d’ailleurs pas que ce type de bricolage, visant à améliorer l’acceptabilité politique des stades, soit totalement absent du monde anglo-saxon. J. Pelissero, B. Henschen et E. Sidlow (1991) ont pu montrer que la construction d’un stade à Chicago, mobilisant des fonds publics mais répondant aux intérêts du secteur privé, s’était appuyée sur un compromis intégrant des mesures sociales (financement de projet à l’échelle du quartier, mise en œuvre d’une politique de discrimination positive favorable aux minorités noires). Plus récemment, L. Misener et S. Mason (2009) se sont intéressés à la façon dont la thématique du développement communautaire était intégrée à la construction d’équipements destinés à l’accueil de grandes manifestations sportives, notamment à Melbourne (quotas de place à des tarifs raisonnables, attention portée aux emplois créés pour les membres de la communauté) et Manchester (mise en place d’un dispositif de participation afin de penser les usages non événementiels des équipements). Cependant, dans ces deux cas, si le développement communautaire est pris en charge de façon symbolique (à Manchester, il s’agit d’apaiser les intérêts des communautés plutôt que d’y répondre) ou plus concrète (Melbourne), le primat des intérêts économiques n’est pas pour autant réellement remis en cause, ces opérations ne constituant qu’un aménagement à la marge de stratégies événementielles de type néoliberal qui ne permettent pas d’agir sur les inégalités sociales.

34Les exemples de négociation étudiés dans ce texte et ceux développés par des auteurs anglo-saxons ne conduisent donc pas à affirmer qu’il existerait une alternative radicale au stade néolibéral mais, plus modestement, que le néolibéralisme de ces projets est loin de s’exprimer pleinement et sans entrave. Les équipements analysés ici n’incarnent ni une alternative au modèle néolibéral ni le « stade ultime du libéralisme » : ils témoignent en revanche de l’existence de processus complexes d’hybridation du modèle néolibéral.

Haut de page

Bibliographie

Bachrach P., Baratz M. S. (1962) « Two Faces of Power », American Political Science Review, vol. 56, no 4, p. 947-952.

Bale J. (1993), Sport, Space and the City, Caldwell, The Blackburn Press.

Bélanger A. (2000), « Sport Venues and the Spectacularization of Urban Spaces in North America: The Case of the Molson Centre in Montreal », International Review for the Sociology of Sport, vol. 35, no 3, p. 378-397.

Boltanski L. (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Chateauraynaud F., Torny D. (1999), Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

DeMause N., Cagan. J. (2008), Field of Schemes: How the Great Stadium Swindle Turns Public Money into Private Profit, Lincoln, University of Nebraska.

Desage F., Guéranger D. (2011), La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.


Edelman M. (1991), Pièces et règles du jeu politique, Paris, Seuil.

Eliasoph N. (2010), L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Paris, Économica.

Friedman M., Andrews D. (2011), « The Built Sport Spectacle and the Opacity of Democracy », International Review for the Sociology of Sport, vol. 46, no 2, p. 181-204.

Foucault M. (2004), Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard/Seuil.

Gardon S. (2016), « D’“OL Land” au Parc OL : le grand stade de Lyon contre la ville ? », Métropolitiques [en ligne], URL : http://www.metropolitiques.eu/D-OL-Land-au-Parc-OL-le-grand.html.

Harvey D. (1989) « From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, vol. 71, no 1, p. 3-17.

Henry I. P., Paramio-Salcines J. L. (1999), « Sport and the Analysis of Symbolic Regimes », Urban Affairs Review, vol. 34, no 5, p. 641-666.

Hirschman A. O. (1995), Défection et prise de parole, Paris, Fayard.

Honta M. (2010), Gouverner le sport. Action publique et territoires, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Hourcade N. (2016), « “Ici c’était Paris” ? Comment concilier sécurité, liberté et ambiance au Parc des Princes », Métropolitiques [en ligne], URL : http://www.metropolitiques.eu/Ici-c-etait-Paris-Comment.html.

Jobert B. (dir.). (1994), Le tournant néo-libéral en Europe. Idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris, L’Harmattan.

Lipsitz G. (1984), « Sports Stadia and Urban Development: A Tale of Three Cities », Journal of Sport and Social Issues, vol. 8, no 2, p. 1-18.

Lefebvre H. (1991), The Production of Space, Oxford, Blackwell.

Le Galès P. (1995), « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, vol. 45, no 1, 1995, p. 57-95.

Le Galès P. (2016), « Neoliberalism and Urban Change. Stretching a Good Idea Too Far », Territory, Politics, Governance, vol. 4, no 2, p. 154-172.

Lemieux C. (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, vol. 25, no , p. 191-212.

Mills C. W. (1940), « Situated Actions and Vocabularies of Motive », American Sociological Review, vol. 5, no 6, p. 904-913.

Misener L., Mason S. (2009), « Fostering Community Development through Sporting Events Strategies: An Examination of Urban Regime Perceptions », Journal of Sport Management, vol. 23, no 6, p. 770-794.

Molotch H. (1976), « The City as a Growth Machine: Toward a Political Economy of Place », American Journal of Sociology, vol. 82, no 2, p. 309-332.

Pinson, G., Morel Journel C. (2017), « Introduction: Debating the Neoliberal City Thesis », in Pinson G., Morel Journel C. (dir.), Debating the Neoliberal City, London, Routledge, p. 1-38.

Palvarini P., Tosi S. (2016), « “Tous au stade” ? Nouvelles enceintes et dispositifs de sélection sociale », Métropolitiques [en ligne], URL : http://www.metropolitiques.eu/Tous-au-stade-Nouvelles-enceintes.html.

Pelissero J., Henschen B., Sidlow E. (1991), « Urban Regimes, Sports Stadiums, and the Politics of Economic Development Agendas in Chicago », Policy Studies Review, vol. 10, no 2-3, p. 117-129.

Sage G. H. (1993), « Stealing Home: Political, Economic, and Media Power and a Publicly-Funded Baseball Stadium in Denver », Journal of Sport and Social Issues, vol. 17, no 2, p. 110-124.


Sam M., Scherer J. (2010), « Fitting a Square Stadium into a Round Hole: A Case of Deliberation and Procrastination Politics », Sport in Society, vol. 13, no 10, p. 1458-1468.

Sawicki F. (2012), « La résistible politisation du football. Le cas de l’affaire du grand stade de Lille- Métropole », Sciences sociales et sport, vol. 5, no 1, p. 193-241.

Sawicki F. (2016), « Toujours plus grand, toujours plus cher ! Les collectivités territoriales et “leurs” stades de football », Métropolitiques [en ligne], URL : http://www.metropolitiques.eu/Toujours-plus-grand-toujours-plus.html.

Schimmel K. S. (2001), « Sport Matters: Urban Regime Theory and Urban Regeneration in the Late-Capitalist Era », in Gratton C., Henry I. P. (dir.), Sport in the City: The Role of Sport in Economic and Social Regeneration, Londres, Routledge, p. 259-277.

Schimmel K. S. (2006), « Deep Play: Sports Mega-Events and Urban Social Conditions in the USA », The Sociological Review, vol. 54, no 2 (suppl.), p. 160-174.

Schimmel K. S. (2015), « Assessing the Sociology of Sport: On Sport and the City », International Review for the Sociology of Sport, vol. 35, no 3, p. 378-397.

Snow D. (2001), « Analyse de cadres et mouvements sociaux », in Cefaï D. et Trom D. (dir.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 27-50.

Haut de page

Notes

1 Par aréna, il faut entendre ici une enceinte couverte de grande capacité (environ 20 000 places en Amérique du Nord) pouvant accueillir à la fois des matchs de sport en salle, des concerts et éventuellement des événements d’affaires.


2 Nous n’entrerons pas ici dans les débats autour de la définition du néolibéralisme (Le Galès, 2016 ; Pinson, Morel Journel, 2017). Nous nous contentons de situer un usage, parmi d’autres, de cette notion sans interroger sa pertinence.

3 Cet article s’appuie sur une enquête de terrain menée à Rennes (analyse de la littérature grise, suivi des débats dans la presse, entretiens) et sur l’exploitation, en seconde main, de travaux de recherche portant sur des équipements à Lille et Lyon (complétée par un suivi à distance des débats tels qu’ils se sont déployés dans la presse et sur Internet).

4 Par controverse, nous entendons ici de manière assez large une situation « où un différend entre deux parties est mis en scène devant un public, tiers placé dès lors en position de juge » (Lemieux, 2007, p. 195).

5 Respectivement la National Basketball Association, la National Football League, la Major League Baseball et la National Hockey League.

6 Les cas d’extension (autrement dit, de création d’une nouvelle franchise ex nihilo) sont rares, les ligues américaines appliquant une politique malthusienne. Mais même dans ce cas, les villes candidates doivent faire preuve de leur capacité à construire une enceinte en mesure d’accueillir une franchise.

7 Les propriétaires de franchise peuvent jouer de la menace de l’« exit » (Hirschman, 1995) pour mettre la pression sur une municipalité : il s’agit alors, comme l’ont fait récemment les propriétaires des Kings (NBA) avec succès, de menacer de vendre la franchise à des investisseurs extérieurs si une nouvelle aréna n’était pas construite.

8 Les travaux de K. Schimmel ne sont pas faciles à positionner du point de vue théorique. Alors que cette chercheuse revendique son enthousiasme pour la théorie des régimes urbains, les analyses et conclusions qu’elle développe apparaissent très marquées par le cadre analytique néomarxiste (dont elle mobilise les références).

9 Dans la même perspective mais dans un cadre géographique différent (la Nouvelle-Zélande), M. Sam et J. Scherer (2010) ont pu montrer comment la mise en place d’un comité d’experts à Dunedin s’inscrivait dans une stratégie de procrastination destinée à éviter l’émergence immédiate dans le débat public de la question de la contribution publique au financement d’un stade (thème soigneusement évité par le comité) qui aurait contrarié l’avancement du projet.

10 Le PSG constitue le cas le plus connu (mais loin d’être unique) de club régi par des investisseurs non locaux (en l’occurrence qataris).

11 On peut ici penser à l’éphémère plan Aréna lancé par le ministère des Sports en 2012. Dans le cadre de ce plan, le CogequisOGEQUIS (Comité des grands équipements sportifs), aujourd’hui disparu, était chargé de labéliser les projets en tant qu’arénas et de distribuer une enveloppe de 50 millions d’euros.

12 Le cas de la MMArena, stade de football de 25 000 places construit dans le cadre d’un partenariat public-privé et inauguré en 2011 au Mans, illustre ce type de situation. La faillite du club de football local en 2013 et sa relégation en 6e division a laissé l’équipement sans club résident, obligeant la municipalité mancelle, selon les termes de l’accord signé avec le constructeur et concessionnaire Vinci non seulement à continuer à payer sa part du financement du stade, mais à compenser, en grande partie, le manque à gagner provoqué par la faillite du club auprès de cette entreprise privée. Conformément au constat global de D. Harvey sur la ville entrepreneuriale, c’est bien ici le secteur public qui assume la plus grande partie des risques entrepreneuriaux et les coûts du surinvestissement.

13 Certains travaux nord-américains (non néomarxistes) semblent aller dans ce sens (cf. la conclusion de cet article).

14 La chambre régionale des comptes des Hauts-de-France a d’ailleurs en 2017 critiqué la sous-utilisation du stade Pierre-Mauroy, notamment dans le domaine événementiel non sportif.

15 Le site se trouve à côté d’une citadelle construite par Vauban et classée aux monuments historiques.

16 Source : « Les effets de Bretagne à grande vitesse dans l’agglomération rennaise. Étude no 2 : les grands équipements métropolitains », rapport de l’Audiar, 2012.

17 Source : document de campagne « Osons Rennes », septembre 2013, p. 60-61.

18 Source : programme de la liste « Rennes, créative et solidaire ».

19 Source : Ouest-France, 27 février 2014.


20 Source : Ouest-France, 16 octobre 2015. 


21 Source : https://www.facebook.com/Une-salle-pour-le-Cesson-Rennes-M %C3 %A9tropole-HB- 793975230725134/ ?fref =ts

22 Source : Ouest-France, 23 janvier 2016.

23 On peut dans ce cas relever que la relative discrétion de l’investissement public, contrairement à ce que postulent F. Sawicki (2016) et A. Bélanger (2000), ne semble pas empêcher l’émergence d’une controverse autour du financement public d’un équipement de spectacle sportif.


24 Source : entretien avec J.-M. Aulas sur le site sport24.fr, 20 février 2016.

25 Ce modèle, basé sur la mixité des publics, est souvent associé aux stades allemands.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Ségas, « Le stade ultime du néolibéralisme ? De l’économie politique des stades à la sociologie de la critique des équipements de spectacle sportif », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5993

Haut de page

Auteur

Sébastien Ségas

Maître de conférences en science politique, Univ Rennes, Arènes (UMR 6051)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals