Navigation – Plan du site
En ville : politiques urbaines et perspectives critiques

Une durabilité sous conditions ? La production des écoquartiers français, révélatrice d’une doxa néohygiéniste du développement durable

Sustainability under conditions? A doxa of sustainable development underlying the production process of French ecodistricts
François Valegeas

Résumés

Cet article propose une analyse des présupposés de conception des écoquartiers français, notamment au travers du « projet social » de ces opérations, incarné par un appel au « vivre ensemble ». Sa mise en œuvre s’appuie sur une combinaison de dispositifs et de récits, dont cet article démontre la charge normative. L’ambition du « vivre ensemble » dans ces projets a évolué dans le temps, passant d’un objectif de réponse à des risques de spécialisation sociale de ces quartiers à la diffusion de modes d’habiter spécifiques. L’analyse de deux cas, à Rennes et Auxerre, met en évidence comment cette conception d’un « vivre ensemble » se traduit par des « normes d’habiter » écologiques. Ce travail empirique permet de souligner la diversité des pratiques et des effets que les récits sur le « vivre ensemble » produisent. Finalement, la conception des écoquartiers révèle une doxa néohygiéniste du développement durable, basée sur des normes sociales, des règles morales et un discours valorisant la responsabilité écologique individuelle. La production de cette ville durable participe ainsi aux rapports sociaux de domination.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les écoquartiers qui se diffusent en Europe depuis les années 1990 constituent une vitrine d’un développement durable appliqué à l’urbain. Au-delà de l’échelle de ces opérations, les projets sont considérés par les porteurs locaux ou nationaux comme des territoires d’expérimentations, des supports d’apprentissages pour les acteurs locaux et des leviers d’attractivité territoriale. L’ambition est de construire des quartiers exemplaires préfigurant une ville durable à venir, selon un référentiel de valeurs et de principes tels que la mixité, la densité, la convivialité ou encore la sobriété (Faburel, Roché, 2015).

2En ce sens, l’analyse critique des systèmes de valeurs et de représentations qui sous-tendent la conception de ces projets apporte à la compréhension des paradigmes émergents de la production urbaine. Dans cet article, nous chercherons à analyser les présupposés de conception de ces écoquartiers, notamment au travers du « projet social » de ces opérations.

  • 1 Slogan de l’Institut pour la ville durable (lancé en 2015).

3Différents travaux ont déjà montré les effets de spécialisation sociale dans de nombreux écoquartiers européens (entre autres Dooling, 2008 ; Rutherford, 2008 ; Checker, 2011 ; Baeten, 2012 ; Sandberg, 2014). Face à ces constats pointés dans les projets précurseurs, les promoteurs des écoquartiers français ont souhaité promouvoir une « ville durable à la française1 ». Cette approche française s’incarne par une double ambition : la mise en avant de la mixité sociale afin d’éviter ces effets ségrégatifs, mais aussi l’incitation à adopter de nouveaux modes d’habiter.

  • 2 Suite au Grenelle de l’environnement de 2007, le ministère en charge du développement durable a mi (...)

4Avec la démarche ministérielle ÉcoQuartier2, une véritable « ingénierie de gouvernement » (Deloye et al., 2013) se met en place afin d’accompagner les projets émergents, de les sélectionner et de diffuser les « bonnes pratiques » selon des référentiels technicistes. Cette ingénierie s’accompagne d’une production discursive importante, autant dans les appels à projets eux-mêmes (grilles évaluatives qui sont aussi des guides opérationnels) que dans les scènes de diffusion de ces valeurs et principes (Club ÉcoQuartier, formations, etc.).

  • 3 Cette ingénierie dédiée construit une catégorie « écoquartier » pour les projets et démarches s’en (...)
  • 4 Comprise comme un « ensemble de présupposés inséparablement cognitifs et évaluatifs dont l’accepta (...)

5Cette ingénierie3 s’appuie sur la diffusion de normes au travers de récits et de discours que nous analyserons. Ainsi, l’appel au « vivre ensemble » est révélateur d’une doxa4 du développement durable. Si ces récits sont produits dans un contexte particulier de concurrence dans le cadre d’appels à projets (qui s’apparente à une démarche de « gouvernement par les honneurs » [Epstein, 2013]), cette production discursive participe d’un système de représentations et de valeurs qui sous-tend la conception de ces projets en France.

6Nous montrerons la charge normative de cette ingénierie et, plus largement, nous mettrons en évidence les ressorts idéologiques des projets urbains durables. Nous nous inscrivons ainsi dans le prolongement de travaux visant à dévoiler les présupposés et implications des dispositifs de l’action publique, en proposant une analyse critique des instruments et outils de l’aménagement urbain, mais aussi de l’appareil discursif qui les accompagne (voir notamment Béal et al., 2011 ; Reigner et al., 2013 ; Matthey, 2014 ; Clément, Valegeas, 2017).

  • 5 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une thèse, qui portait sur les décalages entre la conc (...)

7Le corpus5 est constitué de trois démarches nationales d’appels à projets urbains durables ainsi que de documents d’une quinzaine de projets menés en France (documents opérationnels, entretiens auprès de porteurs de projets, urbanistes et aménageurs). Ces terrains sont représentatifs de la grande diversité des écoquartiers français, que cela soit en termes de situations urbaines (centrales ou plus périphériques), de nature des projets (renouvellement urbain de friches industrielles ou portuaires, opérations de rénovation urbaine, extension urbaine) ou d’ampleur des opérations (de quelques dizaines de nouveaux logements à plusieurs milliers). Une enquête approfondie a été menée dans deux de ces quartiers, à Rennes et à Auxerre, aux configurations bien différentes (une extension urbaine de 5 500 logements et une opération de rénovation urbaine touchant 430 logements).

8Nous montrerons tout d’abord que l’ambition du « vivre ensemble » dans ces projets a évolué dans le temps, passant d’une réponse à des risques de spécialisation sociale des écoquartiers à la diffusion de modes d’habiter spécifiques.

9Nous exposerons ensuite à partir de l’analyse de deux cas comment cette conception d’un « vivre ensemble » se traduit par des normes d’habiter écologiques. Cette analyse permettra de souligner la diversité des pratiques et des effets que les récits sur le « vivre ensemble » produisent.

10Nous conclurons en montrant de quelle manière la conception du « vivre ensemble » en écoquartier révèle une doxa du développement durable.

1. Mettre en récits un « nouvel art de vivre ensemble » : de la mixité sociale à l’encadrement des pratiques

11Dès le premier appel à projets ministériel ÉcoQuartier, la notion de « vivre ensemble » est mobilisée afin de formaliser les objectifs du « pilier » social du développement durable. Renvoyant dans un premier temps à une acception générale de la régulation de la vie collective, le « vivre ensemble » a ensuite été mobilisé de manière davantage située, afin de diffuser un mode d’habiter « durable ».

1.1. Le « vivre ensemble » comme régulation de la vie collective dans les écoquartiers

  • 6 Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, (...)

12Les premiers appels à projets affirmaient la recherche d’un « vivre ensemble » principalement par celle d’une diversité de populations, d’abord pour « réduire les phénomènes de ségrégation socio-spatiale6 » dans ces quartiers. Les appels à projets ÉcoQuartier se placent dans une logique d’anticipation, cherchant à prévenir des effets de sélectivité sociale liés à la mise en œuvre de ces projets, mettant en avant une amélioration de la qualité de vie par la présence d’aménités environnementales.

  • 7 Bo01 et BedZed sont deux écoquartiers pionniers en Europe, reconnus pour leurs performances techni (...)
  • 8 Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement - Martinique, 2010, Regards sur les (...)

13Il s’agit ainsi de ne pas répéter les erreurs des quartiers précurseurs en Europe, critiqués pour être devenus des « ghettos verts », comme l’explique le porteur de la démarche ministérielle ÉcoQuartier : « Nous ne voulons pas répéter les erreurs de Bo01 ou BedZed. L’objectif pour nous est de valoriser ce côté social des projets7. » Les promoteurs des écoquartiers pointent régulièrement « la négligence de l’aspect social8 » dans les projets pionniers.

  • 9 Lille Métropole Communauté urbaine, 2010, Charte des éco-quartiers, p. 8.

14Les acteurs nationaux comme locaux affirment l’ambition de réaliser des projets s’éloignant de ces contre-modèles. À titre d’exemple, la Charte des éco-quartiers de Lille Métropole met en avant la mixité comme réponse au risque de spécialisation sociale : « […] un éco-quartier, c’est réservé uniquement aux bobos ? Au contraire, l’un des objectifs fondamentaux de l’éco-quartier est de favoriser la mixité sociale9 ».

  • 10 MEEDDAT, 2008, op. cit., p. 5.

15Les projets urbains menés revendiquent une diversité sociale, pour éviter une sélectivité sociale de ces quartiers, mais aussi « recréer ou renforcer le lien entre les êtres humains, sociétés et territoires afin de favoriser le “mieux vivre” ensemble10 ». Sa mise en œuvre permettrait ainsi tout à la fois d’équilibrer le peuplement dans les territoires, de diversifier l’offre de logements, de créer du lien social ou encore d’intégrer les populations dans la ville, constituant « une potion magique qui doit résoudre tout à la fois la question des inégalités et la question du désordre social » (Lelévrier, 2005). La mixité sociale serait même la condition, parfois exclusive, de la « durabilité sociale » (Parra, Moulaert, 2011) de ces quartiers.

16Cette conception du « vivre ensemble » s’appuie principalement sur une diversité de l’habitat. À travers la programmation d’une diversité de logements selon leurs modes de financement et leurs typologies, il s’agit de gérer le peuplement de ces quartiers. Dans cette logique, le logement social devient un élément programmatique primordial : parmi les réponses à l’appel à projets ÉcoQuartier de 2010, la moitié des dossiers présentés programmaient plus de 30 % de logements sociaux, un quart en projetaient plus de 40 %.

17Mais au-delà du partage d’un mot d’ordre et d’instruments, les registres de justification peuvent différer selon le contexte et la temporalité. Nous pouvons distinguer trois types d’approches de cette mixité correspondant à des contextes urbains, sociaux et politiques différents (Valegeas, 2016).

  • 11 Lille Métropole Communauté urbaine, 2010, op. cit., p. 37.

18Dans certains cas, elle est garante d’une accessibilité (pour les classes moyennes et populaires) de quartiers présentés comme exceptionnels. Il s’agit ici d’anticiper une spécialisation sociale de quartiers qui seraient caractérisés par leur « haute qualité de vie11 » et des aménités urbaines et environnementales.

19De plus, la diversité de l’habitat (en termes de statuts, de caractéristiques, de formes urbaines) permettrait de proposer une alternative à la maison individuelle aux familles, en rendant plus acceptable un habitat dense.

20Enfin, la mixité est considérée comme un mode de gestion des parcours résidentiels dans des contextes de changement social et urbain (la mixité comme levier ou frein d’une « eco- gentrification » [Quastel, 2009 ; Dooling, 2008]). Cela se traduit par deux justifications de cette mixité : une diversification « par le haut » de certains quartiers (les aménités de ces opérations produisant des effets de sélection [Béal et al., 2011 ; Bunce, 2009]), ou à l’opposé une stabilisation des ménages issus de catégories populaires par la production de logements sociaux dans des quartiers soumis à une forte pression immobilière.

21Finalement, comme la mixité sociale, le « vivre ensemble » cherche à promouvoir une « harmonie sociale » (Kirszbaum, 2008), avec pour horizon « la paix sociale et le bon fonctionnement de la société urbaine » (Di Méo, 2011). Le « vivre ensemble » est ainsi employé pour réenchanter un autre mot d’ordre éprouvé, celui de la mixité sociale. Mais cette transformation du récit masque en réalité une permanence des objectifs programmatiques.

22Dans cette première perspective, le « vivre ensemble » renvoie à une acception générale, qui trouve sa place dans les discours construits sur le développement durable sans que ses perspectives de régulation sociale en soient profondément transformées.

1.2. La diffusion de normes d’habiter durables par la responsabilisation des habitants

  • 12 Le cas de la caserne de Bonne à Grenoble a ainsi été l’objet d’articles critiques sur les performa (...)

23Dans un second temps, cherchant à prévenir des contre-performances à l’usage (médiatisées autour des premiers retours d’expériences par exemple dans la ZAC de Bonne à Grenoble12), les appels à projets intègrent une préoccupation grandissante de l’anticipation des pratiques futures dans ces quartiers.

  • 13 MEEDDAT, 2008, Notice explicative du dossier de candidature au concours ÉcoQuartier 2009, p. 5.
  • 14 Écoquartier Clause-Bois Badeau, www.ecoquartierbretigny91.com
  • 15 Ville de Nancy, candidature ÉcoQuartier 2011, plateau de Haye, p. 1.

24Au fil des appels à projets et des retours d’expériences, les discours promeuvent « un nouvel art de vivre ensemble dont l’ÉcoQuartier est en passe de devenir le symbole13 ». Dans les projets menés localement, cet objectif d’un renouvellement de ce « vivre ensemble » est aussi très présent : ici, il s’agit de « créer un nouveau quartier, un nouvel art de bien vivre ensemble14 », là, de mettre en avant « une aventure urbaine et humaine développant un nouvel art de vivre ensemble15 »… Dans cette perspective, l’écoquartier sera le support de nouveaux comportements qui devront être partagés par les habitants :

  • 16 Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, 2012, Dossier de (...)

« Un ÉcoQuartier est d’abord un projet de vie. Au-delà d’un panier d’équipements, il s’agit pour l’équipe d’imaginer un espace propice à l’émergence de nouveaux comportements ; un ÉcoQuartier doit en effet être vecteur de principes et de valeurs reconnus et portés par les habitants.16 »

  • 17 Ibid., p. 12.

25Mais ce « vivre ensemble » renouvelé s’avère un mot d’ordre plus situé que les approches précédentes. Il s’agit ici de faire tendre les comportements, les relations sociales vers un modèle d’« habiter durable » dont les habitants doivent être des acteurs : « L’implication des habitants ou futurs habitants, véritable facteur de lien social, est aussi un moyen de sensibiliser la population locale aux enjeux du développement durable et donc de faciliter les changements de comportement individuels.17 »

  • 18 Lille Métropole Communauté urbaine, 2010, op. cit., p. 19.

26Les pratiques habitantes sont perçues comme une condition essentielle pour la performance des logements et du quartier. Leur transformation est donc présentée comme nécessaire : « favoriser chez les habitants l’émergence d’un mode de vie éco-citoyen, susceptible de réduire leur empreinte écologique, et venant optimiser les performances environnementales des équipements et bâtiments du quartier18 ». Dans cette perspective, la rationalité technique doit permettre d’atteindre les performances souhaitées. Les usagers sont considérés à la fois comme d’éventuels freins aux performances, mais aussi des conditions de la durabilité des quartiers.

  • 19 MEDDTL, 2012, op. cit., p. 15.

27L’approche technique et normative prévalant dans la conception de ces quartiers explique que les projets mettent en avant des réflexions autour de l’acceptabilité sociale des dispositifs et la diffusion d’une « rhétorique pédagogique » autour des modes d’habiter (Pautard, 2015). Cette transformation des comportements passe par la promotion de « modes de vie responsables19 » ; la responsabilisation revenant comme l’un des éléments fondamentaux de ce « nouvel art de vivre ensemble » (Gardesse, Valegeas, à paraître).

28Cet objectif pédagogique n’est pas nouveau : l’idée que « le rôle éducatif de l’architecte, c’est d’apprendre aux gens à habiter » (Lods cité par Chombart de Lauwe, 1960) n’est pas neuve. Les grands ensembles devaient aussi permettre de faire advenir un homme « nouveau », « moderne », en éduquant les habitants par les bienfaits des nouvelles techniques. Un constat similaire a été fait par plusieurs chercheurs dans leur analyse des injonctions écologiques dans le logement : les écoquartiers doivent contribuer à la production d’un « homme durable » (Renauld, 2014 ; Brisepierre et al., 2014).

29Le « vivre ensemble » est proposé dans les écoquartiers comme un idéal-type, qui devient prescriptif et évaluatif dans le cadre de ces appels à projets (Boissonade, Valegeas, à paraître). Il s’inscrit alors dans les rapports sociaux de domination urbaine, cherchant à diffuser voire imposer un modèle d’habiter dont la mise en récits révèle qu’il est socialement situé.

1.3. Le « nouvel art de vivre ensemble » mis en récits : la définition d’un « éco-habitant »

30Dans le cadre de l’appel à projets ÉcoQuartier en 2011, le ministère en charge du développement durable a souhaité proposer aux porteurs de projets un exercice relativement inédit de récit-fiction, dont la consigne était : « Racontez-nous comment vous imaginez une journée classique d’un habitant du quartier en 2020. »

  • 20 Le statut des auteurs n’est pas explicité dans la candidature aux appels à projets. Néanmoins, les (...)

31Ces récits d’anticipation sont porteurs de représentations, et explicitent ce qui est attendu par les porteurs de projets. À travers l’analyse de treize de ces textes, rédigés essentiellement par des chargés de projets ou des élus locaux20, nous avons mis en évidence un rôle de modèle accordé à certaines classes sociales, dans une « gouvernementalisation des conduites » (Boissonade, 2015). En arrière-plan de ces récits se dessine un « modèle idéal de pratiques », fondé sur les valeurs portées par un groupe social particulier, celui des jeunes couples de cadres avec enfants.

32Ces récits mettent en scène des « habitants durables » largement marqués socialement. Ces habitants se sont installés dans ces quartiers à la fois pour la question environnementale et le cadre de vie de qualité. Leurs pratiques écologiques sont largement incorporées, conscientisées. Les habitants, tels qu’ils sont projetés dans les récits, semblent avoir adopté sans mal certains « éco-gestes » : baisse de la température de chauffage, limitation de l’usage de la voiture, consommation locale et biologique, etc. À Mulhouse, l’habitant mis en scène « prend sa douche en faisant attention à l’eau qu’il consomme ».

33Les habitants semblent également maîtriser le tri des déchets dans leur logement, comme celui des déchets verts dans des composteurs collectifs implantés dans les résidences de logements. L’accent est mis ainsi sur la participation individuelle des habitants à un système collectif, en particulier par la mutualisation de dispositifs à l’échelle du voisinage :

« C’est la petite dernière qui jette les sacs poubelle dans le point d’apport volontaire. Même si elle ne sait pas encore lire, elle sait déjà où vont chaque sac pour suivre le tri sélectif : déjà une éco-habitante ! » (Rennes, la Courrouze)

34On constate donc l’idée de rupture dans les pratiques des habitants, entre un « ancien monde » et un « nouveau monde », qui trouverait sa concrétisation dans l’écoquartier. Certains textes opposent ce qui est présenté comme d’anciens modes de vie à des pratiques actuelles intégrant davantage les impératifs écologiques. Dans le récit de la Duchère (Lyon), les enfants ne connaissent pas certaines anciennes pratiques, présentées comme éculées :

« Nathalie regrette bien souvent son insouciance du début du siècle, qu’elle évoque avec son petit-fils, notamment son habitude de prendre des “bains”, qu’elle peine à lui expliquer, lui qui n’a jamais connu de baignoire… Les douches aux minuteurs intégrés étaient déjà de rigueur à sa naissance. »

35Les récits font apparaître des personnages conscients et actifs ayant un rôle important dans la transmission de « bonnes pratiques » à des ménages moins sensibles aux questions environnementales. Par exemple, dans le quartier Clause-Bois Badeau (Brétigny-sur-Orge), des réunions visent à transmettre les pratiques « vertueuses » :

« Les réunions ont été très nombreuses pour se familiariser à cette nouvelle vie dans un éco-quartier. »

36Certains éléments du projet (les jardins collectifs notamment) ou la vie associative locale sont présentés comme des lieux de socialisation importants, mais aussi des moyens de diffusion des « éco-gestes », de partage d’expériences, voire d’encadrement des pratiques.

37Par exemple, dans le récit de Guingamp, le narrateur observe les jardiniers arrosant leurs jardins avec les eaux de pluie récupérées. À Nantes, le jardinage est présenté comme étant à la fois écologique et bénéfique pour la santé des habitants :

« Les jardiniers y préservent leur santé […] en cultivant sans pesticides, suivant les recommandations de la charte nantaise des jardins collectifs. »

38Des habitants sont particulièrement investis dans ces dynamiques de jardins collectifs, afin de diffuser ces pratiques chez les autres usagers. Ainsi, à Lyon, la narratrice est « conseillère pour leur jardin de quartier et le jardin partagé au cœur de leur résidence ».

39Le « nouvel art de vivre ensemble » tel qu’il est mis en récits ici s’appuie sur certains profils socio-démographiques d’habitants : ceux qui sont mobilisés au sein d’associations, ayant choisi d’habiter dans ces quartiers, de s’impliquer dans un projet collectif et écologique. Les classes populaires sont très largement absentes de ces récits au profit d’une valorisation de personnages et de pratiques socialement marquées, alors que ces mêmes classes populaires sont au cœur des mots d’ordre de « mixité sociale » et de « vivre ensemble ». Cette quasi-absence semble finalement révéler un « inconscient » des porteurs de projets, pour lesquels la durabilité passe par un idéal-type de pratiques portées par les classes moyennes et supérieures.

40Lorsqu’elles y sont évoquées (souvent en creux), les classes populaires apparaissent peu investies dans les initiatives développées dans ces quartiers. Les « éco-habitants » ont à leur égard un rôle de transmission de comportements jugés plus durables. Ainsi, à de nombreuses reprises, les textes font apparaître des personnages très impliqués au sein de leur immeuble ou quartier, ayant des préoccupations personnelles ou professionnelles dans la diffusion des éco-gestes, et une multiplicité d’associations spécialisées dans cette transmission (l’un des textes met en scène une association de lutte contre les « loosers-pollueurs », méconnaissant les « éco-gestes » et dépendants de leur voiture). Ainsi, cet « éco-habitant » très marqué socialement a un rôle d’entraînement auprès de populations qu’il s’agit d’éduquer.

41Cette conception d’une mixité sociale qui serait vectrice d’intégration des classes populaires a déjà été mise en évidence dans d’autres contextes. En effet, l’un des postulats des politiques de mixité sociale est que les classes populaires profiteraient de la proximité spatiale avec les classes moyennes et supérieures (Kirszbaum, 2008). Ici, la mise en valeur d’un « éco-habitant » dans les récits analysés nous semble proche de la thèse des « effets de quartier » qui est souvent sous-jacente dans les politiques de mixité sociale, selon laquelle le contact avec des « modèles de référence » (Tunstall, 2003), c’est-à-dire très souvent des classes moyennes ou supérieures, serait profitable aux classes populaires, qui tendraient à les imiter. De la même manière, les initiatives environnementales tendent à légitimer les modes d’habiter de classes sociales supérieures, et conduisent à une invisibilisation des classes populaires, voire reproduisent des formes de domination sociale (Checker, 2011 ; Comby, 2015).

42Si ces récits d’anticipation sont spécifiques – ce qui est inhérent à l’exercice demandé par le ministère aux porteurs de projets –, ils permettent de mettre en évidence les caractéristiques de l’« homme durable », correspondant à un idéal-type de pratiques promues dans le cadre des projets d’écoquartiers. Cet idéal-type de pratiques, rendues ici caricaturales par l’exercice imposé, sous-tendent la phase de conception des opérations, puis les démarches pédagogiques et participatives menées dans ces écoquartiers.

43Plusieurs recherches ont pointé la diffusion d’injonctions écologiques dans les écoquartiers. Ces derniers seraient ainsi porteurs de normes comportementales, visant à modifier les pratiques des habitants par l’intermédiaire de mesures de sensibilisation, de responsabilisation ou d’accompagnement. Ces incitations, que nous désignons sous le terme de « normes d’habiter » (Valegeas, 2016), s’appuient sur une dimension morale lorsqu’il s’agit de responsabiliser les habitants dans le respect et la diffusion de ces règles d’usages et de vie collective. Nous rejoignons certains chercheurs qui y voient un « néohygiénisme » (Matthey, Walther, 2005), c’est-à-dire de « nouvelles mises en ordres, notamment socio-écologiques » (Tozzi, 2013), fondées sur une rhétorique excluante, visant à hiérarchiser les comportements selon des valeurs et des pratiques marquées socialement et à marginaliser les corps et pratiques qui dérangent.

2. Projeter le « vivre ensemble » : les exemples de Beauregard (Rennes) et des Brichères (Auxerre)

44Nos recherches ont montré que les normes d’habiter sont largement diffusées dans les projets locaux, se traduisant par des injonctions comportementales multiples. L’idée que la durabilité de ces quartiers passerait par des formes diverses, plus ou moins poussées, d’encadrement des pratiques des habitants s’avère très répandue par-delà les particularités locales. Les cas des Brichères à Auxerre et de Beauregard à Rennes sont révélateurs de la manière dont le récit sur le « vivre ensemble » s’incarne dans des normes d’habiter, dont la production et la diffusion locale peuvent varier.

2.1. Une diversité de normes d’habiter

45Tout d’abord, ces deux quartiers présentent de fortes dissemblances, tant dans leurs contextes que dans leurs programmations.

  • 21 147 logements démolis, 300 logements construits et 140 réhabilités, entre 2007 et 2015.
  • 22 Ville d’Auxerre, 2009, Candidature à l’appel à projets rénovation urbaine et urbanisme durables, p (...)

46Le projet de rénovation urbaine des Brichères à Auxerre21 est présenté comme une « opération exemplaire22 », visant à donner à voir les grands principes du projet urbain auxerrois mené à l’échelle de la ville. Les ambitions de ce projet sont donc multiples : à la fois transformer l’image de la ville, symboliser les évolutions des politiques urbaines prenant davantage en compte le développement durable, mais aussi rendre attractif un quartier dégradé et paupérisé. La candidature à plusieurs concours et appels à projets (dont l’appel à projets ministériel ÉcoQuartier) s’inscrit dans cet objectif de faire reconnaître localement et au-delà ce projet comme un projet exemplaire.

  • 23 Ibid., p. 8.

47Les principes de conception s’appuient sur les spécificités du quartier, situé à l’interface ville-campagne : préservation des zones humides, écoconstruction, utilisation de matériaux locaux dans l’aménagement… Les formes urbaines sont radicalement transformées, l’architecture de tours et de barres laissant place à un concept de « village23 » de logements individuels superposés organisés autour de placettes.

48Le quartier de Beauregard à Rennes a une histoire différente. Ce projet urbain, programmé dès les années 1970 puis conçu dans les années 1990, en parallèle de plusieurs politiques urbaines majeures pour la ville (politique de l’habitat, politiques environnementales et de déplacement), visait à répondre à trois problématiques principales : créer une offre de logements attractive pour éviter le départ des jeunes ménages vers le périurbain, proposer des parcours résidentiels aux habitants du grand ensemble voisin et préserver le patrimoine bocager afin de s’inscrire dans l’un des faisceaux verts de l’agglomération rennaise.

  • 24 25 % de logement social, 25 % de logements intermédiaires (PLS, accession sociale à la propriété).

49Le projet avait l’ambition de revisiter le modèle de la cité-jardin, en portant une attention spécifique au cadre de vie et en expérimentant les principes de l’architecture bioclimatique. L’architecture du quartier s’appuie sur une conception en îlots résidentiels, dont les bâtiments de quatre à sept étages donnent sur un espace collectif paysager. Outre son inscription dans les objectifs des politiques urbaines rennaises (notamment en termes de mixité sociale24), le projet urbain de Beauregard a été l’occasion de concevoir un habitat écologique (expérimentations d’opérations bioclimatiques, généralisation des Bâtiments Basse Consommation…), mais aussi de profiter d’opportunités en intégrant un programme d’habitat passif précurseur (livré en 2002) et une résidence intergénérationnelle (livrée en 2018).

50Au-delà des contextes biens distincts de ces opérations, certaines ambitions et discours les rapprochent. Dans ces deux projets, la mixité sociale est présentée comme une condition de la durabilité de ces quartiers. Aux Brichères, 100 nouveaux logements sont construits afin de diversifier « par le haut » la composition sociale. Les caractéristiques du quartier (écologie et qualité des espaces publics) reviennent comme un argument clé afin de transformer l’image du quartier et d’attirer des ménages aux situations sociales et familiales plus stables. Le quartier de Beauregard a été conçu comme un « quartier d’ascension sociale », selon les termes d’un chargé de projet, permettant à de jeunes ménages d’accéder à la propriété ou à des ménages du grand ensemble proche (Villejean) de s’installer dans un quartier plus valorisé. C’est ce qui explique la part importante de logements visant ces couches intermédiaires (logements sociaux de type Prêt Locatif Social, accession sociale ou aidée). La diversité de l’habitat (notamment en termes de statuts d’opérations) permettrait d’éviter une spécialisation des quartiers, et favoriserait une « harmonie sociale ».

51Un autre argument est mobilisé : celui de rendre accessibles ces quartiers, mais il concerne ici des ménages bien différents selon les cas analysés. À Auxerre, les porteurs de projets valorisent la perspective d’une diminution des charges par les dispositifs d’énergie, pour les ménages les plus précaires. L’opération vise aussi à changer l’image du quartier afin d’attirer des accédants à la propriété. À Beauregard, il s’agit de rendre accessible une offre nouvelle, correspondant à des valeurs d’une classe moyenne, afin de retenir en ville les jeunes ménages avec enfants. L’accent est mis sur le confort et certains avantages de conception des logements (espaces extérieurs).

52De plus, l’ambition de transformer les modes d’habiter ne se traduit pas de la même manière dans ces deux quartiers.

  • 25 Atelier Renaudie, 2006, p. 6.

53Dans le cas des Brichères, les principes de conception du quartier engagent les habitants dans une transformation de leurs pratiques quotidiennes. Comme l’explique l’urbaniste du projet, la conception du quartier doit aller de pair avec des comportements plus responsables : « Il n’existera de développement durable que si, outre les performances techniques, ce sont les citoyens qui agissent de manière spontanée pour respecter et développer l’environnement dans lequel nous vivons25. » Différentes incitations sont régulièrement faites aux habitants par l’intermédiaires de guides, courriers ou affichettes : il s’agit de restreindre l’usage de la voiture, réduire les températures de chauffage, privilégier les équipements économes en énergie, etc. À titre d’exemple, le « guide du locataire », diffusé par l’office auxerrois de l’habitat en complément d’affichettes apposées dans le quartier, présente « les bons réflexes et les petits gestes qui font de grandes économies » : « Pensez à trier ! La production annuelle de déchets ménagers a doublé en quarante ans. Le tri sélectif permet de réduire cette production et présente le double intérêt de permettre une valorisation matière et une prise de conscience des volumes rejetés. » Ces supports pédagogiques articulent régulièrement les arguments écologiques, économiques et moraux (avec un appel à la citoyenneté et à la responsabilité).

  • 26 Entretien de Loïc Josse dans Ville de Rennes, 2007, Pour un aménagement durable à Rennes, p. 55.

54À l’inverse, le projet de Beauregard vise davantage à soutenir les pratiques des habitants par des dispositifs écologiques, à la fois pour accroître les performances et le confort (dans une perspective de concurrence avec l’habitat individuel périurbain). Comme l’explique l’urbaniste du projet, l’objectif est de « faire le bonheur des gens en leur donnant beaucoup de végétal et une qualité de vie résidentielle26 ». Par cette approche hédoniste, l’urbaniste montre que la réalisation de ce quartier s’inscrit avant tout dans l’objectif de rendre « désirable » ce quartier, face au modèle jugé anti-écologique du périurbain. L’acceptabilité du quartier dépend alors des avantages en termes de qualité de vie, et à la minimisation des contraintes pour les habitants.

55Le projet s’appuie davantage sur une démarche d’anticipation des impacts environnementaux, des expérimentations techniques et des modes de gestion innovants afin d’améliorer le bilan environnemental du quartier que sur la sollicitation des habitants dans le respect de normes préétablies. La conception de l’habitat repose sur l’amélioration des matériaux et sur des modes de conception qui doivent permettre de devancer les normes énergétiques en vigueur.

56Cependant, l’enquête a montré que, au sein de l’association d’habitants Vivre à Beauregard, plusieurs habitants (par ailleurs engagés dans des causes environnementales, associatives ou professionnelles) ont créé une « commission développement durable ». Les travaux menés par celle-ci ont notamment abouti à la création de guides de « bonnes pratiques », à destination des habitants, et notamment des enfants. Les « aventures de Dédé à Beauregard » visent à diffuser des règles collectives autour du lien social (fig. 1), des « éco-gestes », et à sensibiliser à l’observation et à la préservation de la faune et de la flore locales. Cette démarche est soutenue par les acteurs locaux (ville, aménageur, bailleurs sociaux, écoles, etc.), qui y voient une manière de sensibiliser et de faire participer les habitants à la gestion de leur quartier. Cet exemple montre que, au sein d’une opération privilégiant une approche « passive » de l’écologie, des initiatives habitantes peuvent diffuser des normes d’habiter écologiques.

Fig. 1 : « Et le lien social, comment ça marche ? »

Fig. 1 : « Et le lien social, comment ça marche ? »

Source : « Les rêves en couleurs de Dédé à Beauregard », Vivre à Beauregard.

57L’analyse de ces deux cas montre que la mise en œuvre du « vivre ensemble » se traduit par des manières distinctes d’appréhender les pratiques des habitants.

58Comme nous l’avons vu, le projet de Beauregard vise avant tout à soutenir les pratiques existantes, et cherche surtout à faire valoir des avantages comparatifs du quartier face à des dynamiques de périurbanisation (insistant donc sur les aspects confort, calme, environnement du quartier). À l’inverse, le projet des Brichères est davantage axé sur la volonté de transformer les modes d’habiter pour atteindre des performances supérieures (dans cette vision techniciste, la pleine performance des dispositifs implique des usages spécifiques à adopter), et met en avant la responsabilisation des habitants comme condition essentielle de ces performances.

59Ces appréhensions diverses d’un mot d’ordre commun s’expliquent par une hiérarchisation plus ou moins consciente des comportements selon un modèle idéal-typique : les pratiques existantes sont ainsi soutenues ou transformées selon leur conformité à l’image de l’« éco-habitant ».

2.2. Responsabilisation et acceptation de la durabilité

60Les ambitions environnementales sont donc à la fois un argument de légitimation des projets, tant auprès des acteurs locaux que des habitants, mais impliquent aussi des contraintes plus ou moins importantes, qu’il convient de faire accepter. Pour reprendre Foucault (2001), il s’agit donc de favoriser une « incorporation des normes », en usant d’outils de gouvernement, c’est-à-dire ayant trait à une « conduite des conduites », qui ont pour objectif de modifier, guider ou influencer le comportement d’un groupe ou d’un individu.

61Cette forme d’ingénierie comportementale s’appuie sur différents leviers pour inciter les habitants à faire évoluer leurs pratiques. La récurrence de ces dispositifs de gouvernements, dévoilés par différents auteurs, permet de mettre en évidence un cadre plus global : celui d’une doxa du « vivre ensemble » en écoquartier.

62Les acteurs mobilisent tout à la fois les registres de l’acceptation des dispositifs du projet et la responsabilité individuelle des habitants face aux enjeux environnementaux. Ces deux registres prennent notamment place au sein des dispositifs participatifs.

63Les démarches participatives peuvent ainsi être des espaces de sensibilisation à certaines problématiques ou d’explicitation de formes de compensation face à des contraintes environnementales. Par exemple, à Beauregard, les porteurs de projets reviennent souvent lors des réunions publiques sur la nécessité de densifier les constructions et sur les contreparties apportées en termes d’espaces verts.

64De plus, la diffusion de guides de « bonnes pratiques » (conçus, expliqués ou diffusés au sein de ces dispositifs participatifs) définit un contrat moral entre habitants et gestionnaires. En effet, habiter ces quartiers y est présenté comme une opportunité et renvoie les individus à leur responsabilité dans le fonctionnement et la gestion de leur lieu de vie.

65Les dispositifs participatifs ont alors un rôle ambivalent, entre enjeux de participation des habitants à la conception du projet, enjeux gestionnaires (pérenniser les aménagements réalisés), modalité de contrôle des revendications (par la limitation dans le temps, dans l’espace, par des jeux d’acteurs et le choix des interlocuteurs légitimés par une expertise technique), ou encore diffusion d’« éco-gestes » et de « bonnes pratiques écologiques ».

66La conception même des quartiers intègre cet objectif de transformation des pratiques, en cherchant à limiter certaines pratiques ou à en favoriser d’autres.

67Les dispositifs techniques mis en œuvre dans les logements visent à encadrer les pratiques pour les rendre plus conformes aux exigences écologiques. Dans les projets, cela va de l’individualisation des compteurs à la mise en place de systèmes de contrôle dits intelligents avertissant des surconsommations, ou encore à la limitation de certains équipements (règlements qui imposent certains équipements économes en énergie par exemple).

68À l’extérieur des logements, cela prend notamment la forme d’une limitation des places de stationnement ou d’un rétrécissement des voies afin de rendre moins aisée la circulation automobile, ce qui renvoie là aux « dispositifs par omission » (Boissonade, 2011).

69Le cas des jardins collectifs est particulièrement révélateur de la manière dont un dispositif spatial devient dispositif de gouvernement. Ceux-ci apparaissent comme les petits dénominateurs communs des écoquartiers. Ils sont présentés à la fois comme des éléments de continuités écologiques dans les villes, comme des opérateurs du « vivre ensemble » et de la participation citoyenne, et comme des vecteurs de changement des pratiques des habitants.

70Ces jardins sont notamment considérés comme une manière de faire accepter certains principes des projets présentés comme des impératifs de la durabilité. À Rennes comme à Auxerre, ces jardins et plus largement les espaces verts sont mobilisés dans les réunions publiques comme une contrepartie à une densité jugée parfois trop importante par les habitants. Plus spécifiquement, ils interviennent à Auxerre comme une compensation à des relogements d’habitants issus du parc social dans des logements plus petits que ceux occupés précédemment.

71Par ailleurs, ces jardins sont présentés comme des espaces « vecteurs de mixité sociale et de “vivre ensemble” » (D’Andréa, Tozzi, 2014). Ils participeraient à l’animation du quartier et aux sociabilités quotidiennes, tout en favorisant la mutualisation d’espaces, de matériels, et le partage de pratiques et de savoirs, au-delà des différences sociales et générationnelles. Cet argument est largement valorisé à Rennes, notamment par la pratique du jardinage, qui permettrait de rassembler les habitants au-delà des différences d’âge (que cela soit dans les jardins familiaux ou dans les jardins partagés implantés au sien d’une résidence intergénérationnelle).

  • 27 Entretien avec le chef de projet en charge de l’aménagement, 4 avril 2013.
  • 28 Interview de l’adjoint au maire de Rennes chargé de l’énergie et de l’écologie urbaine, Ouest-Fran (...)

72Une autre justification à ces jardins réside dans l’idée qu’ils seraient des activateurs de comportements sociaux et écologiques, qui s’incarneraient dans la figure d’un éco-citoyen. En effet, l’attention portée à la qualité des espaces verts du quartier Beauregard et la réalisation de jardins familiaux sont présentées comme des moyens de favoriser une « conscience environnementale27 » chez les usagers : « Ils permettent aux citadins de (re)découvrir le cycle des saisons28. » Dans les quartiers analysés, plusieurs actions sont mises en œuvre afin de transformer les comportements, présentées comme une démarche d’éducation des habitants aux « éco-gestes » à adopter. L’objectif est bien de responsabiliser les habitants aux effets de leurs pratiques sur les performances globales du quartier, en mettant en place des dispositifs d’incitation et de suivi des comportements individuels. Localement, des guides sont diffusés, des formations sont organisées, bien souvent par des associations spécialisées dans la gestion des jardins collectifs et missionnées par les maîtrises d’ouvrage concernées (notamment à Rennes).

73Enfin, les maîtres d’ouvrage rencontrés affirment que la transformation des comportements serait d’autant plus efficace si elle est prise en charge par les habitants eux-mêmes. La gestion des jardins est ainsi souvent déléguée à une association d’habitants, soumise à une convention établie avec la collectivité. Cette modalité permet à ces dernières d’établir une forme de contrôle des revendications au sein des quartiers, en limitant la cogestion à des espaces limités et pour une temporalité déterminée, et en légitimant certains acteurs aux dépens d’autres (Gardesse, Valegeas, à paraître). C’est le cas par exemple à Rennes, où la gestion des jardins partagés a été confiée à une association spécialisée très liée à la ville ; ou encore à Auxerre, où la réorganisation des jardins ouvriers a été une manière de reprendre en charge leur gestion (en luttant notamment contre les divers trafics).

74Finalement, ces jardins collectifs apparaissent comme un outil privilégié au sein des écoquartiers, mobilisant de différentes manières des formes de responsabilisation individuelle et collective, typiques d’une gouvernementalité néolibérale (Hache, 2007 ; Ernwein, 2017).

Conclusion

75Pour conclure, l’appel à un « nouvel art de vivre ensemble » dans le cadre de projets d’écoquartiers relève d’une doxa, c’est-à-dire qu’il renvoie à un système signifiant préétabli et normatif.

76En effet, l’analyse de la production des écoquartiers montre la prépondérance d’une figure essentialisée de l’expertise savante. Au sein des projets, cela se traduit par une approche technique et normative du développement durable, au sein de laquelle les usages sont instrumentalisés afin de rendre les dispositifs spatiaux pleinement efficaces. Une ingénierie comportementale se met en place, visant l’encadrement des comportements et la promotion d’« éco-gestes », présentés comme relevant de l’évidence face à des impératifs écologiques.

77De plus, les discours autour de ces quartiers durables mettent en avant la responsabilisation individuelle des habitants dans une perspective « néohygiéniste » (Reigner, 2013 ; Matthey, Walther, 2005). Cette responsabilisation mobilise différentes modalités discursives :
– Une rhétorique pédagogique et des instruments de persuasion et de régulation afin d’encadrer les pratiques et de favoriser l’acceptation des dispositifs d’encadrement. Cela passe notamment par la diffusion de « normes d’habiter » (Valegeas, 2016) et la mise en récits de modes d’habiter idéal-typiques ;
– La convocation d’arguments moraux, articulant des causes supérieures et globales (« sauver la planète ») et des enjeux locaux (« vivre ensemble », les « éco-gestes », etc.).

78Cette responsabilisation individuelle tend à amenuiser la dimension sociale de l’expérience (Boissonade, 2011). Ces comportements, et les choix qui les encadrent, sont supposés rationnels : ils sont considérés à la fois comme à l’origine des problèmes et la clé privilégiée pour les résoudre.

79Par ailleurs, par la formulation de normes d’habiter fondées sur une expertise technique, les comportements sont qualifiés de bons ou de mauvais, hiérarchisés selon des règles de jugement plus ou moins explicites. Ces normes d’habiter, fondées sur des pratiques idéalisées, s’avèrent socialement sélectives (Valegeas, 2016), et engagent des dispositifs d’encadrement des comportements différenciés, entre soutien des pratiques existantes et transformation vers un modèle idéal-typique. Elles s’inscrivent alors dans les rapports sociaux de domination urbaine.

80Dans cette perspective, le projet social des écoquartiers consiste principalement à assurer la performance écologique des quartiers, la rhétorique du « vivre ensemble » participant de sa mise en récit afin de favoriser l’acceptabilité d’une transformation des modes d’habiter. La production de discours et de récits vient en quelque sorte héroïser l’action quotidienne des habitants : habiter devient un « art », chaque (éco-)geste participant au développement durable. Finalement, dans la production des écoquartiers, les concepteurs ne dessinent pas simplement des espaces mais aussi les modes d’habiter futurs, le rationalisme de la durabilité ayant détrôné celui du fonctionnalisme dans la définition d’un « homme nouveau » des métropoles contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

Baeten G. (2012), « Normalising Neoliberal Planning: The Case of Malmö, Sweden », in Baeten G., Tasan-Kok T. (dir.), Contradictions of Neoliberal Planning, London, Springer, p. 21-41.

Béal, V., Gauthier M., Pinson G. (dir.), (2011), Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Etienne.

Boissonade J. (2011), « Le développement durable face à ses épreuves. Les enjeux pragmatiques des écoquartiers », Espaces et sociétés, vol. 147, no 4, p. 57-75.

Boissonade J. (dir.), (2015), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Paris, Pétra.

Boissonade J., Valegeas F. (à paraître), « Ce que l’évaluation des écoquartiers nous apprend sur la “ville durable” : l’exemple du “vivre ensemble” », Pollution atmosphérique, no 236.

Bourdieu P. (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Brisepierre G., Grandclément C., Renauld V. (2014), « L’impensé des usages », Millénaire 3, no 7, p. 67-69.

Bunce S. (2009), « Developing Sustainability: Sustainability Policy and Gentrification on Toronto’s Waterfront », Local Environment, vol. 14, no 7, p. 651-667.

Checker M. (2011), « Wiped Out by the ‘Greenwave’: Environmental Gentrification and the Paradoxical Politics of Urban Sustainability », City & Society, vol. 23, no 2, p. 210-229.

Chombart de Lauwe P.-H. (1960), Famille et habitation, tome I, Paris, Éditions du CNRS.

Clément G., Valegeas F. (2017), « De quoi la “ville inclusive” est-elle le nom ? Exploration d’un concept émergent à partir de discours scientifiques et opérationnels », Métropoles [en ligne], no 20, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5469.

Comby J.-B. (2015), La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Raisons d’agir.

D’Andrea N., Tozzi P. (2014), « Écoquartiers français et jardins collectifs : actualité et perspectives », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [en ligne], vol. 14, n° 2, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15031.

Di Méo G. (2011), « Préface », in Giband D., Les villes de la diversité. Territoires du vivre ensemble, Paris, Economica - Anthropos, p. 7-10.

Deloye Y., Ihl O., Joignant A. (dir.), (2013), Gouverner par la science. Perspectives comparées, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Dooling S. (2008), « Ecological Gentrification: Re-Negotiating Justice in the City », Critical Planning, no 15, p. 40-57.

Epstein R. (2013), « Les trophées de la gouvernance urbaine », Pouvoirs locaux, no 37, p. 13-18.

Ernwein M. (2017), « Urban Agriculture and the Neoliberalization of What? », ACME. An International Journal for Critical Geographies, vol. 16, no 2, p. 249-275.

Faburel G., Roché C. (2015), « L’habiter écologique : retour réflexif sur les éco-quartiers et sur les valeurs portées pour l’action », in Boissonade J. (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Paris, Petra, p. 73-103.

Foucault M. (2001), « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, tome II, Paris, Gallimard.

Gardesse C., Valegeas F. (à paraître), « La participation pensée et mise en œuvre par les acteurs des maîtrises d’ouvrage urbaines dans les écoquartiers en France : vers une acceptation des projets et une responsabilisation des habitants ? », in Bresson S. (dir.), Les ambivalences de la participation citoyenne : acteurs, expertises, pouvoirs et légitimités, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Hache E. (2007), « La responsabilité, une technique de gouvernementalité néolibérale ? », Raisons politiques, vol. 28, no 4, p. 49-65.

Kirszbaum T. (2008), Mixité sociale dans l’habitat. Revue de la littérature dans une perspective comparative, Paris, La Documentation française.

Lelévrier C. (2005), « La mixité : de la controverse à une redéfinition des politiques locales » in Les cahiers de Profession Banlieue, « Mixité sociale, un concept opératoire ? », p. 11-26.

Matthey L., Walther O. (2005), « Un “Nouvel hygiénisme” ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’une new middle class », Articulo. Journal of Urban Research [en ligne], no 1, URL: http://journals.openedition.org/articulo/931.

Matthey L. (2014), Building Up Stories. Sur l’action urbanistique à l’heure de la société du spectacle intégré, Genève, A-Type.

Parra C., Moulaert F. (2011), « La nature de la durabilité sociale : vers une lecture socioculturelle du développement territorial durable », Développement durable et territoires [en ligne], vol. 2, no 2, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/8970.

Pautard, E. (2015), « La rhétorique pédagogique au service de l’acceptabilité sociale », in Boissonade J. (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Paris, Petra, p. 105-139.

Quastel N. (2009), « Political Ecologies of Gentrification », Urban Geography, vol. 30, n° 7, p. 694-725.

Reigner H., Brenac T., Hernandez F. (2013), Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Reigner H. (2013), Sous les pavés de la qualité urbaine. Gouvernement des territoires, gouvernement des conduites et formes renouvelées de la domination dans la ville néohygiéniste, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, vol. 2, Paris, Institut d’études politiques de Paris.

Renauld V. (2014), Fabrication et usage des écoquartiers. Essai critique sur la généralisation de l’aménagement durable en France, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Rutherford J. (2008), « Unbundling Stockholm: The Networks, Planning and Social Welfare Nexus beyond the Unitary City », Geoforum, no 39, p. 1871-1883.

Sandberg L. A. (2014), « Environmental Gentrification in a Post-Industrial Landscape: The Case of the Limhamn Quarry, Malmö, Sweden », Local Environment, no 10, p. 1068-1085.

Tozzi P. (2013), « Ville durable et marqueurs d’un “néo-hygiénisme” ? Analyse des discours de projets d’écoquartiers français », Norois, no 227, p. 97-113.

Tunstall R. (2003), « ‘Mixed Tenure’ Policy in the UK: Privatisation, Pluralism or Euphemism? », Housing, Theory and Society, vol. 20, no 3, p. 153-159.

Valegeas F. (2014), Concevoir et habiter un quartier dit durable. Injonctions écologiques et dynamiques collectives à Beauregard (Rennes) et Les Brichères (Auxerre), thèse en urbanisme et aménagement de l’espace, Champs-sur-Marne, université Paris Est.

Valegeas F. (2016), « Les quartiers durables français à l’épreuve de la mixité sociale : de la diversité de l’habitat aux normes d’habiter écologiques », Lien social et politiques, no 77, p. 62-84.

Haut de page

Notes

1 Slogan de l’Institut pour la ville durable (lancé en 2015).

2 Suite au Grenelle de l’environnement de 2007, le ministère en charge du développement durable a mis en place une démarche « ÉcoQuartier », destinée à impulser la réalisation de projets. Celle-ci combine un appel à projets (puis un label à partir de 2012) et des espaces d’échanges de « bonnes pratiques » entre porteurs de projets (notamment au travers d’un Club ÉcoQuartier).

3 Cette ingénierie dédiée construit une catégorie « écoquartier » pour les projets et démarches s’en réclamant, dont les déclinaisons et nuances locales traduisent des appropriations et des reconnaissances diverses.

4 Comprise comme un « ensemble de présupposés inséparablement cognitifs et évaluatifs dont l’acceptation est impliquée par l’appartenance même », selon Bourdieu (1997, p. 145).

5 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une thèse, qui portait sur les décalages entre la conception et l’habiter dans les écoquartiers (Valegeas, 2014) et qui s’est prolongée dans le cadre d’une recherche collective sur les a priori des démarches d’évaluation des ÉcoQuartiers labellisés (Boissonade, Valegeas, à paraître).

6 Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, 2008, ÉcoQuartier. Notice explicative du dossier de candidature au concours ÉcoQuartier 2009, p. 16

7 Bo01 et BedZed sont deux écoquartiers pionniers en Europe, reconnus pour leurs performances techniques mais critiqués pour la faiblesse de leurs résultats en termes de diversité de peuplement ou de participation des habitants.

8 Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement - Martinique, 2010, Regards sur les écoquartiers, Observatoire de l’habitat, no 13, p. 4.

9 Lille Métropole Communauté urbaine, 2010, Charte des éco-quartiers, p. 8.

10 MEEDDAT, 2008, op. cit., p. 5.

11 Lille Métropole Communauté urbaine, 2010, op. cit., p. 37.

12 Le cas de la caserne de Bonne à Grenoble a ainsi été l’objet d’articles critiques sur les performances réelles au regard des ambitions du projet, dans les revues spécialisées comme dans la presse généraliste.

13 MEEDDAT, 2008, Notice explicative du dossier de candidature au concours ÉcoQuartier 2009, p. 5.

14 Écoquartier Clause-Bois Badeau, www.ecoquartierbretigny91.com

15 Ville de Nancy, candidature ÉcoQuartier 2011, plateau de Haye, p. 1.

16 Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, 2012, Dossier de labellisation – ÉcoQuartier, p. 17.

17 Ibid., p. 12.

18 Lille Métropole Communauté urbaine, 2010, op. cit., p. 19.

19 MEDDTL, 2012, op. cit., p. 15.

20 Le statut des auteurs n’est pas explicité dans la candidature aux appels à projets. Néanmoins, les entretiens que nous avons menés nous montrent qu’ils sont été souvent rédigés par des chargés de projets, et validés par les élus des collectivités concernées.

21 147 logements démolis, 300 logements construits et 140 réhabilités, entre 2007 et 2015.

22 Ville d’Auxerre, 2009, Candidature à l’appel à projets rénovation urbaine et urbanisme durables, p. 3.

23 Ibid., p. 8.

24 25 % de logement social, 25 % de logements intermédiaires (PLS, accession sociale à la propriété).

25 Atelier Renaudie, 2006, p. 6.

26 Entretien de Loïc Josse dans Ville de Rennes, 2007, Pour un aménagement durable à Rennes, p. 55.

27 Entretien avec le chef de projet en charge de l’aménagement, 4 avril 2013.

28 Interview de l’adjoint au maire de Rennes chargé de l’énergie et de l’écologie urbaine, Ouest-France, 27 septembre 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « Et le lien social, comment ça marche ? »
Crédits Source : « Les rêves en couleurs de Dédé à Beauregard », Vivre à Beauregard.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/6017/img-1.png
Fichier image/png, 959k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Valegeas, « Une durabilité sous conditions ? La production des écoquartiers français, révélatrice d’une doxa néohygiéniste du développement durable », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 18 octobre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/6017

Haut de page

Auteur

François Valegeas

Maître de conférences en urbanisme et aménagement, université Paul-Valéry Montpellier-III, ART-Dev UMR 5281

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals