Navigation – Plan du site
La métropolisation à l'ordre du jour mondial

Villes chinoises, compressed urbanisation et mondialisations

Chinese cities, compressed urbanization and globalizations
Laurence Roulleau-Berger

Résumés

Nous traiterons dans cet article du processus de compressed urbanisation en Chine par la contraction des temporalités et des espaces urbains, une très grande rapidité de développement et un processus de démultiplication de villes de taille différenciée, la création de villes nouvelles dans des zones rurales, l’apparition de zones de transition urbaine entre des grandes villes et des campagnes, la cohabitation de dispositifs biopolitiques et de formes de démocratie participative, les mondialisations intermédiaires dans les villes chinoises. Nous distinguerons quatre régimes de compressed urbanisation qui informent les dynamiques sociales, économiques, politiques, culturelles des villes chinoises et définissent une expérience chinoise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parler de villes chinoises apparaît d’emblée assez complexe. Selon Li Mingye (2017), on compte en Chine des villes de premier, second, troisième, quatrième, cinquième et sixième rang, pour lesquelles il n’existe pas vraiment de définition officielle : les villes de premier rang sont Pékin, Shanghai, Canton, Shenzhen ; les villes de second rang comportent les capitales des provinces comme Tianjin, Nankin, Chengdu, Wuhan, Hangzhou, Chongqing ; les villes de troisième et quatrième rang sont les villes de préfecture des provinces, et les villes de cinquième et sixième rang sont plutôt des petites villes. Dans le processus d’hyperurbanisation en Chine, il devient très difficile de savoir à quel moment il n’est plus possible de parler de villes, et il devient nécessaire de convoquer le concept de mégalopoles. Il est alors utile de parler de compressed modernity, avec Chang Kyung-Sup (2017) : la « compressed modernité est une condition civilisationnelle dans laquelle les changements économiques, politiques, sociaux et/ou culturels se produisent de manière extrêmement condensée dans le temps et l’espace, et dans laquelle la coexistence dynamique des éléments historiques et sociaux mutuellement disparates conduit à la construction et la reconstruction d’un système social très complexe et fluide ». Nous considérerons ici que, dans les villes chinoises, des temporalités historiques, sociales, politiques, économiques se contractent, s’entrelacent et dialoguent en permanence avec les espaces urbains, sociaux, géographiques, culturels, économiques (Roulleau-Berger, 2017).

2La compressed modernité contient un phénomène majeur, en ce qui concerne le développement et la transformation des villes chinoises, que je nomme ici la compressed urbanisation. Il s’agit d’un processus d’urbanisation sui generis caractérisé par la contraction des temporalités et des espaces urbains, une très grande rapidité de développement et un processus de démultiplication de villes de taille différenciée, la création de villes nouvelles dans des zones rurales et l’apparition de zones de transition urbaine entre des grandes villes et des campagnes. En se déployant, ces dynamiques génèrent des phénomènes urbains originaux.

3Cet article pose l’hypothèse d’une pluralité de régimes de compressed urbanisation en Chine. Nous proposons de distinguer quatre régimes explorant et révélant différentes facettes de l’urbanisation en Chine :
– un régime de compressed urbanisation lié à des formes urbaines singulières : les villages urbains, les démolitions, les villes fantômes, la protection du patrimoine urbain ;
– un régime de compressed urbanisation lié au politique : nous aborderons la gouvernance urbaine à partir de la cohabitation de dispositifs biopolitiques et de formes de démocratie participative limitée. Nous traiterons aussi des mobilisations et de la pluralité d’actions collectives ;
– un régime de compressed urbanisation lié aux risques écologiques : nous prendrons l’exemple des villes en désastre, notamment après le tremblement de terre du Sichuan de 2008 ;
– un régime de compressed urbanisation lié aux mondialisations intermédiaires et aux nouveaux cosmopolitismes économiques.

4La coprésence de ces quatre régimes de compressed urbanisation informe les dynamiques sociales, économiques, politiques, culturelles des villes chinoises et définit une expérience chinoise.

1. Compressed modernity et hyperurbanisation en Chine

5119 villes dépassent aujourd’hui en Chine le million d’habitants. En s’appuyant sur les statistiques nationales chinoises de 2017 et en prenant les critères de définition du niveau d’urbanisation, à savoir le niveau des ressources commerciales, le degré de rayonnement économique et culturel des villes, le degré de diversification des modes de vie, les perspectives de développement urbain, on peut classer les villes chinoises dans l’ordre suivant :

 

Rang Ville Nombre d’habitants (en millions) Superficie (en km2)
1 Beijing/Pékin 21,7 16 410
2 Shanghai 24,1 6 340
3 Guangzhou 14,4 7 434
4 Shenzhen 12,5 1 997
5 Chengdu 16 14 312
6 Hangzhou 9,4 8 494
7 Wuhan 10,9 6 340
8 Chongqing 24,1 8 494

6Par ailleurs, le China Institute of City Competitiveness (Hongkong) a publié en 2017 des données sur les villes chinoises les plus développées en croisant les critères suivants : le niveau de croissance économique stable et rapide, l’influence de la position sociale, le développement des moyens de transport, la vitesse des rythmes au travail, le rôle du gouvernement. Les cinq villes en tête de ce classement sont les suivantes :
– Shenzhen (12,5 millions d’habitants) ;
– Tianjin (15,5 millions d’habitants) ;
– Chongqing (24,1 millions d’habitants) ;
– Hangzhou (9,4 millions d’habitants) ;
– Zhengzhou (9,5 millions d’habitants).

7Dans l’expérience chinoise, en contexte de compressed modernity – au sens de Chang Kyung -Sup (2017) – les processus d’industrialisation et d’urbanisation se sont fortement accélérés au cours de ces dernières années en provoquant des télescopages entre des séquences économiques et sociales... Chang Kyung-Sup analyse la Chine post-maoïste comme une société du risque complexe structurée autour de la simultanéité de risques sociaux, économiques, politiques et écologiques très divers. La société du risque complexe signifie que les syndromes de risque des sociétés développées, non développées et compressées se développent simultanément. La compressed urbanisation se traduit par plusieurs phénomènes, qui prennent des formes spécifiques dans la société chinoise : les villages urbains, les démolitions de quartiers, les villes fantômes, la protection du patrimoine urbain.

  • 1 Le système du hukou – certificat d’enregistrement du lieu de résidence – définit l’accès aux droit (...)

8Les villages urbains sont situés dans des zones de transition urbaine entre les villes et les zones rurales et sont apparus dans un processus d’urbanisation accéléré où arrivent de plus en plus de travailleurs migrants, notamment des jeunes. Ces villages urbains ont à voir avec les slums où vivent les citadins pauvres en travaillant dans le secteur informel des villes globales des Suds. Il faut tout de suite souligner la pluralité et la diversité des formes de villages urbains, qui diffèrent à Pékin, Shanghai, Canton. Wu Fulong (2016) a conduit une recherche dans 60 villages urbains au sein de ces trois villes chinoises en montrant que les pratiques de réglementation se mettaient en place différemment dans les villages urbains de Canton, où le gouvernement local apparaît plutôt flexible avec un marché locatif en expansion, à Shanghai, où le marché du logement dépend de l’extension des espaces de construction, et à Pékin, où les étudiants faiblement dotés économiques, notamment ceux qui arrivent de différentes provinces, affluent dans les villages urbains, où ils accèdent à des logements très peu chers. La majorité des résidents n’a pas le hukou urbain (système d’enregistrement du lieu de résidence)1. En effet, depuis 1985, les mouvements migratoires ont pris de plus en plus d’ampleur, le système du hukou s’est affaibli et a favorisé des mobilités larges et ouvertes. À Canton, par exemple, seulement 12,5 % des habitants ont le hukou de Canton. 30 % de la population en moyenne a le niveau scolaire équivalent au niveau IV en France, 20 % le niveau scolaire V et VI. Les villages urbains peuvent d’abord être définis comme des quartiers d’habitat informel organisés autour d’un marché du logement illégal (pas de bail officiel). Comment se pose la question de l’informalité ? Pour Wu Fulong (2013), l’informalité résulte de politiques économiques basées sur le développement et le management de réglementations informelles, et plus largement de l’imbrication de dimensions sociales, politiques et économiques en contexte de croissance urbaine et d’un marché foncier dual rural/urbain. La diversité des villages urbains rend compte des variations de l’informalité dans les différentes villes et des configurations différenciées des relations entre l’État, le Marché, les propriétés et les citadins. L’informalité se traduit par des pratiques de contrats de vente et de location informels qui définissent une construction de logements non réglementée. L’informalité signifie aussi une forte densité de population, des conditions de logement et d’hygiène mauvaises :

« Avant j’habitais dans le dortoir, mais après le mariage, comme mon mari m’a rejointe ici, on a préféré partir vivre tous les deux ici et louer une maison, c’est plus pratique […] le dortoir c’est bien quand tu es jeune, tu n’as pas de problèmes pour dormir la nuit même s’il y a du bruit […] il correspond plutôt aux célibataires ! Avant on habitait toutes au dortoir, 8-10 personnes par chambre, maintenant je vois que beaucoup de filles sortent à l’extérieur, louent des chambres pour être plus au calme chez nous […] mais la pression est très forte […] les loyers ici coûtent une fortune, et encore ici à Sanxiang c’est moins cher qu’ailleurs, mais quand tu vois qu’à Yajule (le centre-ville) un appart en moyenne coûte 1 000-1 500 yuans, toi tu en gagnes 3 000, tu te dis que tu n’as pas le choix, que tu ne peux pas […] la pression est forte pour nous […] et acheter ici est simplement impossible, il faut trop d’argent… Souvent on n’a pas la cuisine, donc la plupart des gens restent dîner à l’usine. Moi et mon mari on a une petite chambre avec un lit, des cartons avec les vêtements et des bassines pour se laver ; en face, il y a un fourneau électrique avec des casseroles, c’est tout petit, mais on n’a pas le choix […] les loyers coûtent trop cher en ville et puis ici c’est juste en face de l’usine, donc on ne perd pas de temps en transport et on n’a pas de frais de transport non plus. Ici je viens acheter l’eau chaude pour me laver car la chauffer en grosse quantité n’est pas pratique, et là, tu vois, on prend aussi les bouteilles de gaz, ce qui est pratique pour faire chauffer l’eau et pour cuisiner… En face, il y a également de petits restaurants et d’autres petits magasins où on achète de la nourriture, des cigarettes, des fruits. Ce sont principalement les ouvriers de notre usine qui viennent acheter des choses dont ils ont besoin tous les jours ; certains habitent ici (au village urbain), d’autres dans l’usine mais ils viennent également acheter des choses ici car à l’usine on n’a pas vraiment tout… C’est la vie dagong, qui ne va pas durer toute la vie et un jour on aura notre maison avec mon frère, on est en train de construire notre maison au laojia ! » (Ouvrière de 25 ans, née dans le Guizhou, mariée, deux enfants restés dans le village de ses parents.)

9Les villages urbains ont aussi été qualifiés d’ant tribes (Lian Si, 2009) comme celui de Tangjialing à Pékin, d’enclave de logement informel à Gaojiabang ou de village vertical comme celui de Liede à Canton. Des travailleurs migrants continuent à venir en masse dans ces villages où les loyers sont peu élevés. Les villages urbains, véritables enclaves urbaines, révèlent des processus nouveaux de relégation et de ségrégation urbaine dans la ville chinoise liés aux formes de chômage et de précarité émergentes, et des situations de disqualification structurelle, dont sont victimes les jeunes migrants.

10Parallèlement, dans ce processus d’hyperurbanisation se multiplient les démolitions d’habitations illégales et de ces villages urbains. Le gouvernement central comme les gouvernements locaux veulent mettre en place des formes de gestion politique contrôlées d’en haut, pallier le manque d’infrastructures et traiter l’assainissement de ces enclaves urbaines sans vraiment prendre en considération les pratiques, usages et besoins des habitants des villages urbains. En 2008, le ministère du Logement avait appelé les gouvernements locaux à mobiliser les habitants dans les rénovations urbaines, à améliorer les conditions de vie et l’environnement, à redéfinir les conditions d’utilisation des terres, à résoudre les problèmes de logement des travailleurs migrants. Ces politiques urbaines sont surtout apparues comme des politiques du mépris des « sans-voix » qui produisent des expulsions massives de travailleurs migrants des villes. Ces démolitions sont envisagées dans le cadre des politiques urbaines comme des reconfigurations spatiales qui modifient radicalement la structure écologique des villes, nient les relations des habitants à leurs communautés et leurs liens sociaux pour leur imposer violemment des déplacements. Après le temps de reconstruction de ces villages urbains, les migrants les moins nantis ne peuvent pas accéder aux nouveaux logements, dont les loyers sont très élevés, ni accéder aux logements sociaux locatifs, ils font donc l’objet d’expulsions des villes chinoises. Et, surtout, les démolitions des villages urbains signifient la destruction des relations de voisinage et des réseaux sociaux. Par ailleurs, en dehors des villages urbains, le fort développement de la promotion immobilière et de la pression foncière génère la destruction de logements jugés vétustes et l’expulsion de propriétaires. En 2011, le Nanfang Dushibao signalait le suicide d’une villageoise dans le Hunan, à Changsha, suite à un refus de l’indemnisation de son logement. Le droit de propriété ne dure que soixante-dix ans en Chine, les expropriations sont nombreuses et les suicides se multiplient.

11Dans le processus de compressed urbanisation, les villes sont aussi placées dans des relations de concurrence et de compétition économique très fortes qui produisent des formes urbaines particulièrement inattendues. Comme l’explique très bien Li Mingye (2017), la surconstruction est liée à une expansion urbaine alimentée par la gestion du foncier dans le cadre d’une gouvernance entrepreneuriale, comme c’est le cas de Changzhou. Depuis la fin des années 2000 apparaissent des villes fantômes, c’est-à-dire résultant de la surconstruction et de l’expansion urbaine des villes champignons et des villes de troisième et quatrième rang abandonnées et caractérisées par un fort taux de non-occupation des immeubles et logements. En 2014, 50 villes chinoises – dont 42 ayant rang de préfecture et 8 ayant rang de canton – ont été étiquetées villes fantômes par le China Urban Construction Statistical Yearbook (Li Mingye, 2017) ; mais il s’agit souvent de quartiers fantômes, plus que de villes fantômes. Les politiques d’entrepreneuriat urbain menées apparaissent centrales dans ce processus de compressed urbanisation. Elles s’appuient sur des politiques d’excès d’offre de logements, qui sont souvent brutalement mises en cause lorsque surviennent des difficultés d’industries manufacturières non prévisibles, qui entraînent à leur tour une baisse de demandes de logement.

12Parler de compressed urbanisation nous invite aussi à étudier des processus accélérés de rénovation urbaine dans des zones en déclin industriel. Par exemple, Judith Audin (2017) a analysé un projet d’aménagement urbain dans la capitale du charbon, Datong, ville de troisième rang située dans le nord du Shanxi. Datong a fait l’objet d’un projet d’aménagement urbain qui a été ralenti, puis s’est arrêté – notamment la reconstruction du centre-ville –, faisant émerger des temporalités « immobiles », avec l’apparition de ruines, situation assez inattendue en contexte de compressed urbanisation. Des populations précarisées dans ce contexte de déclin industriel, surtout des mineurs, en attente de relogement, se constituent en acteurs collectifs capables de développer des stratégies d’adaptation et de résistance. L’ethnographie de ce processus urbain inachevé montre comment des politiques urbaines produisent des espaces en sursis et des espaces en suspens dans un contexte d’urbanisation accélérée.

13De surcroît, le processus de compressed urbanisation va de pair avec des enchâssements, des désenchâssements et des réenchâssements des mémoires et des lieux en lien avec la modernisation. Par exemple, Chen Jin (2017) a montré comment, dans deux villes d’eau, Tongli et Zhenze, lieux de production de la soie et de pratiques religieuses, l’enchâssement des mémoires et des lieux s’était construit dans la vie quotidienne, économique et sociale. Le désenchâssement a ensuite eu lieu après 1980 au nom de la modernisation via la réurbanisation des espaces sociaux. À côté de la sériciculture, d’autres activités industrielles ont été implantées, notamment dans la zone de développement économique et technologique de Wujiang à Tongli ; les centres-villes ont été restructurés, le réenchâssement des mémoires et des lieux est passé par le développement économique du tourisme et la patrimonialisation de la culture locale. En contexte de compressed modernity, les mémoires des habitants des vieux quartiers se reconfigurent dans des continuités spatiales et temporelles entre les lieux d’hier et les lieux d’aujourd’hui.

2. Biopolitique, démocratie participative et action collective

14Nous posons ici la question de la compressed urbanisation dans sa dimension politique en montrant comment s’agencent les dispositifs biopolitiques, ce qui peut « faire démocratie participative » à un moment donné et les actions collectives. Depuis les années 2000, parler de gouvernance urbaine en Chine impose de penser le rôle des comités de quartier – qualifiés auparavant de comités de résidents – et leur évolution dans les villes chinoises. Les politiques urbaines ont été produites à partir de dispositifs biopolitiques, dispositifs d’action publique de proximité où les citadins sont fortement sollicités pour participer à la vie de la cité dans un cadre biopolitique. La politique de la communauté de quartier accorde une grande importance à la notion de « services », notamment auprès des ruoshi qunti, c’est-à-dire les populations qualifiées de vulnérables comme les sans-emploi, les chômeurs, les xiagang (licenciés du secteur public), les familles en grande difficulté, les handicapés (Audin, 2014). Les membres du comité de quartier sont désignés par le bureau de rue. Il ne faut pas les confondre avec de jeunes professionnels du travail social et des zhiyuanzhe (volontaires) qui s’associent et coopèrent pour tenter de produire au sein de dispositifs biopolitiques liés au PCC (Parti communiste chinois) des formes de démocratie participative limitée sous contrôle de l’État. Les comités de quartier sont des institutions gouvernementales centrales dans les politiques urbaines en Chine. Selon les temporalités politiques, la nature des interactions entre les employés des comités de quartier et les habitants, les gouvernements municipaux, les gouvernements d’arrondissement, les bureaux de rue…, les actions publiques de proximité produiront tantôt des contrôles et des ordres urbains, tantôt de l’intégration urbaine, tantôt de la mise à distance, voire de la ségrégation. Les comités de quartier traitent des plaintes, des conflits de voisinage, de la sécurité publique, de l’éducation civique, des services et équipements d’hygiène, de transport, propreté, loisirs, de gestion, de contrôle de l’état civil. Ils peuvent être mobilisés comme des médiateurs dans les situations de conflit, par exemple entre des migrants et des résidents installés depuis toujours dans les shequ. Dans des mégalopoles comme Shanghai, où le vieillissement de la population urbaine est un phénomène important, le rôle des volontaires sera centré sur un travail du care, d’aide médicalisée à la personne dans les shequ. Au cœur de ce nouveau modèle d’action publique est posée la question de la mixité sociale.

15C’est plus précisément le cas de l’ancien quartier de Dashilar, à Pékin, qui compte 56 000 habitants, un bureau de sous-district qui supervise 9 comités de quartier et 86 auto-organisations communautaires. Sa population s’est considérablement diversifiée depuis trente ans ; elle rassemble 50 % de Pékinois, dont une majorité de personnes âgées, et 50 % de non-Pékinois, dont des migrants paupérisés, des commerçants internationaux… En 2013, le gouvernement chinois a créé une association pour réaliser un projet très important de rénovation urbaine et de protection du patrimoine culturel, notamment des hutong. L’objectif est de « fabriquer » la société civile, en favorisant les relations entre migrants et Pékinois, et en mobilisant les savoirs urbains des habitants. Le gouvernement a ainsi développé une politique de protection du patrimoine urbain dans ce quartier en mettant en place un dispositif de « démocratie participative » afin de tenter de gérer les conflits sociaux et de réduire les distances sociales entre les Pékinois et les nongmingong (travailleurs migrants) et les jeunes des classes moyennes. Il existe de nombreux contacts entre l’association et les comités du quartier, acteurs principaux de ce que l’État nomme la « gouvernance communautaire », qui s’affiche comme un gouvernement du bas vers le haut. Les habitants ont d’abord été invités à pratiquer des activités culturelles et éducatives, puis des formations en gestion, finances, administration, services publics, etc., leur ont été proposées. Une partie de la population se place à distance de ces dispositifs de gouvernance communautaire et développe des relations de méfiance envers les travailleurs sociaux. Le processus d’hyperurbanisation dans les villes chinoises favorise aussi une individuation des pratiques urbaines et l’affaiblissement de la vie collective du quartier, interprétés par les pouvoirs publics comme symptômes de désintégration sociale en Chine. Des dispositifs de surveillance via Wechat sont mis en place afin de contrôler le processus de discussion collective et d’organisation des activités à Dashilar. Une équipe d’une quinzaine de travailleurs sociaux œuvre et vit dans le quartier pour imposer un dispositif biopolitique fondé sur la maîtrise des liens entre les associations et la mise en place d’arènes publiques où les habitants sont invités à se placer en tant qu’acteurs de la vie locale. Savoirs profanes et savoirs experts, avec l’appui d’universitaires, sont mis en dialogue dans le cadre de ces dispositifs de démocratie participative et de recherches-action. On peut ici parler de démocratie technique en contexte autoritaire (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001) pour désigner le processus de réintroduction des habitants dans ces politiques de rénovation urbaine et de protection du patrimoine local.

16Les dispositifs biopolitiques, les limites de la démocratie participative, les violences sur les marchés du travail urbain produisent aujourd’hui des demandes de reconnaissance du « droit à la ville » chez différents groupes sociaux. Les conflits sociaux et les luttes collectives dans les villes chinoises sont centrés sur les droits de propriété, objets de controverses dans les cas de démolition et d’expulsion des populations. Depuis les années 1990, outre la mobilisation des propriétaires à la suite de la réforme du logement, d’autres formes de protestation liées au logement sont apparues : protestations contre la destruction de quartiers entiers et l’éviction violente de leurs habitants ; création de comités de propriétaires en tant qu’acteurs intermédiaires dans les shequ (Merle, 2014). Shen Yuan (2008) a ainsi analysé comment un mouvement citoyen lié au droit de propriété était né à partir des revendications des classes moyennes urbaines en Chine pour les droits civils et politiques. L’émergence des mouvements de propriétaires a révélé des tensions et des conflits sociaux dans l’espace public qui ont conduit les citadins liés aux classes moyennes émergentes à se mobiliser de manière de plus en plus organisée. Le développement chez les citadins des compétences requises pour se mobiliser en vue de la résistance autour du droit de propriété reflète la manière dont se construisent de nouvelles formes d’accessibilité à l’espace public et de nouvelles demandes de reconnaissance publique. Les expulsions, en particulier celles des locataires d’appartements privés – c’est-à-dire locataires de longue durée et migrants –, ont déclenché de fortes mobilisations qui s’appuient sur la revendication d’un « droit à la ville », qui est le droit à l’indemnisation, à l’insertion sociale dans les réseaux de quartier et à une identité de quartier dotée d’une histoire et d’une mémoire (Gransow, 2014). Guo Yuhua (2017) a analysé les actions collectives d’habitants qui veulent conquérir et maintenir leurs droits de citoyens face à un État qui contraint leurs actions ; elle a montré comment, autour du système des droits de propriété, se construisaient des régimes d’action contradictoires, comme ceux des propriétaires et ceux des habitants, comment naissent des capacités d’action des citoyens et une société civile. Shi Yunqing (2017) a également introduit la question de l’émancipation sociale et politique des citadins soumis à un État autoritaire. Elle montre de quelle façon, à partir de l’analyse d’un collectif de personnes qui poursuivent un gouvernement local pour les violations de leurs droits de propriété et sociaux, des activistes parviennent à imposer, dans les relations avec l’État autoritaire, un rapport État-individu égalitaire. Est posée ici toute la question des conditions de production de ce qui peut faire société civile et du processus d’individuation en contexte autoritaire.

3. Villes en désastre et gouvernement humanitaire

17La question de la compressed urbanisation en Chine ne peut être dissociée de celle des risques écologiques et des désastres qui percutent les vies urbaines et produisent des gouvernements humanitaires pour « refaire société ». Le 12 mai 2008 se produit le tremblement de terre du Wenchuan, le plus important depuis 1949. Il touche les villes de Beichuan, Shifang, Mianzhu, Wenchuan et Pengzhou et fait 69 226 morts. Dans les 24 villes et districts touchés, 32,6 % des maisons ont été complètement détruites, 45,4 % n’étaient plus habitables et seulement 22,1 % n’étaient pas endommagées (Zhao Yandong et al., 2016). Cette catastrophe n’interpelle pas seulement par ses effets immédiats, tant matériels qu’humains, mais aussi par les logiques qu’elle révèle et impulse.

18À côté des interventions de l’armée, des secouristes, des pompiers, des policiers, des équipes médicales, les habitants développent des comportements d’auto-organisation collective et d’assistance mutuelle. Les liens d’affection et d’entraide sont activés entre les membres des familles, des coalitions se forment entre amis, voisins, collègues. Les mobilisations des gouvernements locaux, des habitants, des acteurs institutionnels, des militaires, des médecins, des ONG ont mis en place des « gouvernements humanitaires » et développé des géographies du care qui naissent de la fabrication de compétences d’action individuelles et collectives, des engagements des acteurs politiques et institutionnels, et des populations (Roulleau-Berger, 2016b). Progressivement, le calme se réinstalle et va se reconstruire un ordre local où des places se redéfinissent. Les systèmes de distribution des aides au relogement et des aides financières sont organisés à partir de normes de justice produisant des inégalités qui viennent maintenir ou renforcer les inégalités existantes d’avant les désastres.

19Plus généralement en Chine, il se forme des communautés de destin (Pollak, 1998) en situation de désastre, communautés urbaines qui produisent des façons d’être ensemble qui perdurent dans le processus de reconstruction des villes et des villages. Ces communautés de destin dans les différents contextes géographiques, urbains et politiques se forment à partir d’épreuves de vie et de normes partagées pour reconstruire un monde commun. Faire face au deuil, aller se recueillir sur les tombes participe fortement à définir ces communautés de destin. Mais les communautés de destin se forment aussi à partir des liens sociaux, des interactions avec les gouvernements locaux et des cultures locales (Roulleau-Berger, 2016b).

« L’État central a versé une indemnité de 20 000 yuans par foyer, issus du Fonds national de lutte contre la pauvreté. Une fois que nous avons reçu cet argent, notre gouvernement local a fait quelques modifications. Selon le nombre de personnes par foyer, ceux qui ont 1 à 3 personnes, le foyer reçoit environ 16 000 yuans, de 3 à 5 personnes 19 000 yuans au foyer. Quand la famille est supérieure à 6 personnes, elle reçoit 22 000 yuans. D’ailleurs, la province de Jiangsu est le partenaire qui a aidé à la reconstruction, elle nous a donné 7 000 yuans d’indemnités par foyer et l’indemnité spéciale du Parti communiste qui donne en moyenne 3 000 yuans par foyer. La Croix-Rouge internationale a donné en moyenne 10 000 yuans par foyer. Donc en tout un foyer de 1 à 3 membres a reçu 36 000 yuans, un foyer de 3 à 5 membres a reçu 39 000 yuans, un foyer supérieur à 6 membres a reçu 42 000 yuans. Les banques agricoles ont fait un prêt de 20 000 à 30 000 yuans par foyer » (Maire du village de PH, 2012)

20L’indignation et la révolte rythment la vie des villes sinistrées. Elles deviennent très bruyantes quand les exigences en termes de probité publique sont affirmées par les citoyens chinois. Ces situations post-désastres mettent au jour l’ambivalence des régimes d’indignation (Quéré, 2012). Dans certains cas, elles peuvent favoriser la demande de révision politique des problèmes sociaux liés aux catastrophes ; dans d’autres cas, elles peuvent alimenter les résistances et bloquer leur révision par les gouvernants. Une grande partie des habitants des petites villes et des villageois se sont ainsi organisés pour reconstruire leurs maisons en mobilisant leurs réseaux familiaux et locaux, et en achetant les matériaux directement chez les fournisseurs. La fabrication de ces compétences économiques, sociales et techniques exprime les arts de faire avec (Certeau, 1980) avec des situations de précarité de la part des acteurs « faibles » qui décident de reconquérir par eux-mêmes ce qui « fait propriété » pour eux. La reconstruction des maisons par les paysans eux-mêmes signifient échapper aux contraintes de justification et montrent comment des résistances infrapolitiques s’élaborent en Chine dans un rapport de mise à distance aux gouvernements locaux (Zhao Yandong et al., 2016).

4. Villes chinoises et mondialisations intermédiaires

21Enfin la compressed urbanisation et les mondialisations dialoguent entre elles dans les villes globales chinoises et avec d’autres villes globales d’Asie orientale et du Pacifique.

22Quand on pense « ville globale » en Chine, c’est Shanghai qui apparaît naturellement dans les représentations du sens commun. Néanmoins, en décentrant le regard pour prendre en compte d’autres villes globales, plus connectées avec des Orients qu’avec des Occidents, apparaissent dans la géographie urbaine des villes comme Canton ou Yiwu…

23À Canton sont arrivés des migrants internationaux comme les traders et commerçants africains qui vivent regroupés en communautés dans le quartier Xiaobei, ou Chocolate City, à Canton. Dans ce quartier des tractations économiques ont lieu quotidiennement entre Chinois et migrants de différents pays d’Afrique depuis une quinzaine d’années. À côté des traders et commerçants sont arrivés très récemment en Chine les premiers demandeurs d’asile, massivement originaires de Somalie. Ceux-ci se sont installés dans le quartier de Baiyun, au nord-ouest de Canton, dans des lieux-ghettos, où ils sont menacés d’être arrêtés par la police chinoise à tout moment. De plus en plus de demandeurs d’asile et de réfugiés somaliens, connus de l’UNHCR (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), se sont rendus de Dongguan à Canton pour solliciter l’aide de chefs d’entreprise somaliens, kényans, éthiopiens…

24En concurrence économique avec Canton apparaît sur la cartographie des villes globales chinoises Yiwu, ville globale de la province du Zhejiang. Elle constitue un des plus importants marchés de gros du monde, d’où partent « les nouvelles routes de la soie » qui fournissent en small commodities une grande part du marché mondial. Yiwu, ville multimillionnaire, accueille 4 300 000 m2 de marchés, et plus de 400 000 types de produits proposés par plus de 100 000 fournisseurs (Belguidoum, Pliez, 2015). Si Yiwu était une petite ville en 1970, progressivement des commerçants et entrepreneurs chinois ont développé des réseaux économiques internes en Chine avec d’autres marchés locaux. Puis la ville a attiré de plus en plus d’entrepreneurs et de commerçants de différents pays arabes, d’Inde, du Pakistan, de Syrie, de Turquie, d’Égypte, du Yémen, de différents pays d’Afrique et du Maghreb… Le quartier d’Exotic Street représente le centre d’une ville globale non occidentale où se succèdent des restaurants, des bars, des boîtes de nuit, des clubs de sport, des boutiques dont les enseignes sont écrites en chinois, en arabe, en anglais… Ainsi est produite une coprésence urbaine multiethnique et musulmane, d’abord masculine, organisée autour de la fabrique d’un cosmopolitisme économique musulman à la fois très global et très local. Yiwu donne à voir un multiculturalisme urbain inédit : dans l’Exotic Street, des Yéménites installent à la nuit tombante des barbecues et vendent des brochettes d’agneau pendant que des Jordaniens dînent à côté et que des Pakistanais et Indiens fument des pipes à chicha. Tous ces hommes d’Inde, du Pakistan, d’Égypte, d’Afrique, du Yémen, d’Algérie, de Turquie, ces femmes russes, ces femmes chinoises voilées venues du Xinjiang occupent un espace public à la fois local et global où se parlent le mandarin, l’arabe, l’hindi, et où les cultures arabe, indienne et chinoise se créolisent.

25Reliées à Yiwu, d’autres villes chinoises « mineures » intègrent des entrepreneurs transnationaux sur des marchés locaux connectés entre eux. Par exemple, cet entrepreneur soudanais qui fait de l’import-export de matériaux de construction (portes, fenêtres, carrelages, etc.) achète avec ses clients des fenêtres au Fujian Market de Yiwu, des marbres et des céramiques à Foshan, des meubles à Shunde et des portes à Yongan… Si cet entrepreneur n’achetait au début des matériaux que pour sa propre entreprise, il a rencontré en Chine des clients égyptiens, saoudiens qui lui ont ouvert les marchés de l’Arabie saoudite mais aussi de Dubaï et du Qatar. On voit ici comment des enchevêtrements de réseaux de villes « mineures » et globales chinoises, de villes internationales non occidentales s’organisent autour de la formation de marchés locaux qui deviennent globaux, qu’il s’agisse du marché des céramiques, du transport international, de textiles, de petits cabas, de chouchous… Ces villes chinoises révèlent des mondialisations par le bas et des mondialisations intermédiaires produites par une pluralité d’acheteurs transnationaux, des gros traders et des petits traders, et d’autres encore venus tenter leur chance. Yiwu produit des économies de l’hospitalité, notamment musulmane, pour des acheteurs venus du monde entier, des entrepreneurs-migrants et des tourist-traders (Belguidoum, Pliez, 2015).

Mohamed, Algérien, 42 ans, arrive en Chine en 2002, il importe au départ des vêtements et des accessoires chinois en Algérie. Il y a une grande communauté algérienne à Dubaï (musulmans), qui s’est progressivement déplacée en Chine en fonction des opportunités de business ici : « La Chine est l’usine du monde, cela coûte moins cher. […] J’avais commencé un business avec Dubaï depuis les années 1990, il y avait beaucoup d’Algériens à Dubaï, ils achetaient des produits qu’ils revendaient en Algérie, cela était assez pratique […] le commerce n’était pas seulement avec l’Algérie, mais avec d’autres pays, l’Europe, la France, la Turquie, la Syrie […] eux, ils étaient là ; un jour, en 2002, j’étais à Dubaï pour regarder de la marchandise et on m’a passé un coup de fil, on m’a dit de venir en Chine car ici il y avait des opportunités de business. Avant 2002, j’avais été à la foire de Canton, on allait à la foire, c’est un transitaire, un commerçant iranien qui nous accompagnait. » Il avait des contacts avec un Chinois à Dubaï. Mohamed fait des allers-retours constants entre Chine et Algérie, mais quand il vient ici, il ne reste pas longtemps, dix-quinze jours. Avant il travaillait également à Canton et à Hong Kong, où il y a également des Algériens transités par Dubaï : « La première fois, c’était en 2002, j’ai été à la foire à Canton. Ce n’était pas pour longtemps, j’allais également à Hong Kong, on a du business là-aussi […] mes séjours ne sont pas longs, une semaine, dix jours, quinze au maximum, et puis je rentre. Là, cet après-midi, j’ai mon vol pour l’Algérie comme j’ai fini ce que j’avais à faire ici. En France, j’avais des décisions à prendre car les Européens veulent de la bonne qualité. » Mohamed faisait déjà du commerce avec Dubaï et l’Europe auparavant. Son père était commerçant à Lyon. Avant il déplaçait la marchandise. Il a été pour la première fois à Dubaï en 1998, toujours pour des périodes très courtes : « J’ai voyagé partout, Turquie, Syrie, France, Maroc, Europe, France, Italie, la Sicile, Lyon. Je faisais de petits cabas, de petits commerces. On partait, on allait acheter des cabas, des chemises, des fantaisies locales, des accessoires qu’on revendait en Algérie. Cela était illégal à l’époque, l’importation était fermée en 1988-1989, donc on cachait ma marchandise dans les valises, en espérant qu’on nous ne chope pas. » « J’ai été même en Turquie, je connais bien Istanbul, j’ai été plusieurs fois. La marchandise ne coûtait pas cher et on pouvait facilement gagner de l’argent. Avec le temps, j’avais établi de nombreux contacts, je savais où aller, je savais où faire de bons achats […] »

26Les économies de l’hospitalité viennent se combiner à des économies de la confiance dans ces espaces marchands codifiés par des conventions et des normes partagées, notamment religieuses, autour d’un cosmopolitisme musulman. Ce cosmopolitisme musulman relie, d’une part, des villes chinoises entre elles comme Keqiao, Qingdao, Yongan, Shenzhen, Ningbo et, d’autre part, crée des connexions entre des villes internationales, arabes et indiennes, du Yémen et du Pakistan… Les parcours migratoires des entrepreneurs et commerçants transnationaux permettent de visibiliser les tracés de ces réseaux économiques non occidentaux où circulent des ressources économiques, sociales, religieuses et morales qui ne cessent d’être mobilisées, transformées, augmentées à chaque changement de lieu et de pays. Par exemple, ce jeune Kényan de 30 ans, après avoir fait des études de business au Kenya pendant trois ans, a travaillé un an à Dubaï avant de venir à Yiwu, où il est installé depuis huit ans. Sa société a des bureaux en Turquie, à Doha, à Dubaï, à Guangzhou, à Londres, villes dans lesquelles il circule pour faire du business.

27Le cosmopolitisme économique musulman favorise les relations d’échanges, les tractations interethniques entre des entrepreneurs musulmans chinois et internationaux. Des entreprises internationales embauchent des travailleurs chinois musulmans, comme ces femmes du Xinjiang embauchées dans un restaurant turc. Les solidarités musulmanes en Chine participent aussi à diversifier des dispositifs économiques intermédiaires à partir de confiances, de réputations et de loyautés sur les marchés du travail locaux.

Ce jeune Yéménite de 25 ans est issu d’une famille de commerçants. Arrivé en Chine en 2013, il commence à faire des allers-retours entre la Chine, le Yémen, la Jordanie, l’Égypte et d’autres pays arabes pour l’entreprise familiale, qui vend à peu près tout : « Je faisais du business à Sanaa, dans mon pays. J’avais été au lycée mais je n’ai pas fini l’université car je faisais du business avec ma famille, on importait beaucoup de produits depuis la Chine : les cuisines, les casseroles, le gaz, les meubles depuis Yiwu… Mais aussi depuis l’Inde et d’autres pays comme Dubaï, le Mexique. On a un grand supermarket worldwide, avec des produits qui viennent du monde entier, mais ils sont importés. » En 2015, il s’installe durablement en Chine. Initialement, il voulait juste acheter des produits pour l’entreprise, mais après il apprend le chinois à l’école pendant un an, et il ouvre son entreprise de logistique et de transport entre la Chine, le Yémen et les pays arabes : « Je suis venu la première fois ici en 2014 pour acheter des sacs, je bougeais entre le Yémen, Dubaï, la Chine, l’Égypte et des pays arabes. En Égypte, on a du coton, par exemple. Du coup, j’ai fait des allers-retours pendant deux ans. En 2015, je me suis installé, initialement je voulais juste faire du business pour moi. Mais après je me suis dit qu’il fallait que j’apprenne la langue. Du coup, j’ai été à l’école et j’ai suivi des cours de langue pendant un an. Ensuite, j’ai recommencé à faire du business pour moi-même et aussi pour un autre client. Après, à la fin de 2016, j’ai ouvert dans l’immeuble en face une compagnie logistique, qui s’occupe de transports, cela fait un an. En puis en novembre, j’ai ouvert une troisième entreprise, qui fait aussi du shipping, du transport. Du coup, je fais du business pour moi-même, mais je continue aussi à importer des produits pour le business familial. »

28Ainsi s’organise un cosmopolitisme économique musulman s’appuyant sur des solidarités ethniques. Les clients de ces petits, moyens et gros traders viennent du Koweït, du Yémen, d’Arabie saoudite, du Soudan, d’Algérie… Des traders étrangers emploient des Chinois dans ces villes internationales liées entre elles. À partir des villes chinoises se développent des marchés locaux et transnationaux à partir de la construction d’accords, d’ententes, d’échanges économiques basés sur des relations interethniques entre des commerçants chinois et d’autres commerçants largement issus des pays arabes ou africains. Ces formes urbaines ne peuvent en aucun cas être assimilées à des enclaves urbaines ou des niches ethniques mais à des dispositifs économiques partiellement dénationalisés organisés autour de transactions complexes et hiérarchisés par des confiances et des loyautés sur des marchés globaux. Les villes chinoises et internationales sont liées entre elles par des réseaux sociaux, économiques, religieux, politiques.

Conclusion

29Les villes chinoises sont aujourd’hui structurées par des régimes de compressed urbanisation liés à des formes urbaines, des dispositifs politiques et économiques, des risques écologiques et des « mondialisations par le haut », « par le bas » (Tarrius, 2000) et des mondialisations intermédiaires. Si les régimes de compressed urbanisation peuvent varier en intensité selon le rang des villes et les régions, ils rendent compte de circulations, d’échanges, de concurrences entre les villes et de leur rapport aux mondialisations dans un contexte de capitalisme d’État autoritaire (Bergère, 2013). Ces régimes produisent de nouvelles frontières sociales, morales, ethniques dans les villes chinoises, faisant naître des enclaves urbaines mais aussi des cosmopolitismes économiques, tel le cosmopolitisme musulman, qui favorisent de nouvelles jonctions, des contacts entre les villes chinoises et d’autres villes d’Orient et du Moyen-Orient. Parler des villes chinoises impose des déplacements de regard et la mobilisation de notions et de concepts qui n’existent pas dans la sociologie urbaine européenne. Si le sociologue accepte de se déplacer, il voit apparaître des formes, des situations, des configurations, des espaces urbains qui rendent compte d’une expérience chinoise, ou peut-être d’une exception chinoise. Poser la problématique de la compressed urbanisation en contexte de capitalisme autoritaire nous invite à un travail de décentrement du regard sur des formes urbaines qui se sont développées dans les sociétés occidentales sur des dizaines d’années. Cette exigence participe d’une perspective de post-western sociology déjà développée ailleurs (Roulleau-Berger, 2016a) pour appréhender les régimes de compressed urbanisation en Chine. Par là, nous faisons travailler non pas les différences mais les écarts de regards, de pratiques, de concepts entre des sociologies européenne et chinoise pour inventer des formats narratifs multisitués sur les villes chinoises. L’objectif est de rendre compte d’un cosmopolitisme méthodologique dans lequel le chercheur œuvre à l’effacement de frontières construites par différents types d’occidentalismes et d’orientalismes pour penser le concept de ville chinoise.

Haut de page

Bibliographie

Audin J. (2014), « Les recompositions de la solidarité de quartier en Chine. Enquête sur l’action publique de proximité vis-à-vis des populations vulnérables », Informations sociales, vol. 185, no 5, p. 101-110.

Audin J. (2017), « Temporalité industrielle et recomposition des espaces urbains à Datong (Shanxi) », Temporalités [en ligne], no 26, URL : https://journals.openedition.org/temporalites/3780.

Belguidoum S., Pliez O. (2015), « Pratiques transnationales dans un comptoir de “la Route de la soie” : Algériens et Égyptiens à Yiwu (Chine) », Les cahiers d’Emam [en ligne], no 26, URL : https://journals.openedition.org/emam/927.

Bergère M.-C. (2013), Chine : le nouveau capitalisme d’État, Paris, Fayard.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Certeau (de) M. (1980), L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Chang Kyung-Sup (2017), « China as a Complex Risk Society. Risk Components of Post-Socialist Compressed Modernity », Temporalités [en ligne], no 26, URL : https://journals.openedition.org/temporalites/3810.

Chen Jin (2017), Modernité compressée, mémoires et lieux dans deux villes d’eau, Tongli et Zhenze », Temporalités [en ligne], no 26, URL : https://journals.openedition.org/temporalites/3802.

Gransow B. (2014), « Se réapproprier le quartier. Redéveloppement urbain, activisme citoyen et conflits de reconnaissance à Canton », China Perspectives, no 2, p. 17-27.

Guo Yuhua (2017), « Individualization in China under Compressed and Contradictory Modernity », Temporalités, no 26.

Joseph I. (1998), La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Lian Si (2009), Mazu (Ants), Cuilin, Guanxi Normal University Press.

Li Mingye (2017), « L’évolution des villes fantômes chinoises. L’occasion d’un changement de paradigme ? Le cas de Changzhou », Perspectives chinoises, no 1, p. 71-83.

Li Peilin (dir.). (2012), Chinese Society: Change and Transformation, Londres-New York, Routledge.

Merle A. (2014), « Homeowners of Beijing. Unite! The Construction of a Collective Mobilisation », China Perspectives, no 2, p. 7-15.

Quéré L. (2012), « Le travail des émotions dans l’expérience publique. Marées vertes en Bretagne », in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons pratiques », no 22), p. 135-162.

Pollak, M. (1998), Les homosexuels et le sida. Sociologie d’une épidémie, Paris : Métailié.

Roulleau-Berger L. (2016a), Post-Western Revolution in Sociology. From China to Europe, Leiden-Boston Brill.

Roulleau-Berger L. (2016b), « Life Exposed, Inequalities and Moral Economies in Post-Disaster Societies China, Japan and Indonesia », in Li Peilin, Roulleau-Berger L. (dir.), Ecological Risks and Disasters: New Experiences in China and Europe, Londres-New York, Routledge, p. 135-154.

Roulleau-Berger L. (2017), « Temporalités, espaces et Individu compressé en Chine », Temporalités [en ligne], no 26, URL : https://journals.openedition.org/temporalites/3819.

Shi Yunqing (2017), « Individualization in China under Compressed and Contradictory Modernity », Temporalités [en ligne], no 26, URL: https://journals.openedition.org/temporalites/3853.

Shen Yuan (2008), « Vers les droits du citoyen : la défense des droits des propriétaires comme mouvement citoyen dans la Chine contemporaine », in Roulleau-Berger L., Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir.), La nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS, p. 299-326.

Tarrius, A. (2000), avec L. Missaoui, Les nouveaux cosmopolitismes.Mobilités, identités, territoires, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Wu Fulong (2013), « Informality and the Development and Demolition of Urban Villages in the Chinese Peri-Urban Area », Urban Studies, vol. 50, no 10, p. 1919-1934.

Wu Fulong (2016), « Housing in Chinese Urban Villages: The Dwellers, Conditions and Tenancy Informality », Housing Studies, vol. 31, no 7, p. 852-870.

Zhao Yandong, Shi Changhui (2016), « The Structure and Change of Social Trust during Post-Disaster Reconstruction: An Example of the Wenchuan Earthquake-Affected Population Indonesia », in Li Peilin, Roulleau-Berger L. (dir.), Ecological Risks and Disasters: New Experiences in China and Europe, Londres-New York, Routledge, p. 13-24.

Haut de page

Notes

1 Le système du hukou – certificat d’enregistrement du lieu de résidence – définit l’accès aux droits sociaux. Il faut distinguer le hukou urbain et le hukou rural, qui ne devient pas un hukou urbain quand les migrants arrivent dans les villes chinoises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, « Villes chinoises, compressed urbanisation et mondialisations », Métropoles [En ligne], Hors-série 2018 | 2018, mis en ligne le 17 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/6149

Haut de page

Auteur

Laurence Roulleau-Berger

Directrice de recherche au CNRS, ENS Lyon, Triangle

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals