Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Varia« Mon quartier a changé un peu, m...

Varia

« Mon quartier a changé un peu, mais c’est moi qui ai aussi beaucoup changé ». Habiter la ville et y vieillir

« My district has changed a bit, but I’ve changed a lot, too ». Living and ageing in the city
Loïc Riom, Cornelia Hummel et Claudine Burton-Jeangros

Résumés

Le vieillissement en ville s’impose peu à peu comme l’un des défis majeurs des sociétés occidentales. Toutefois, les recherches en sciences sociales sur ce sujet sont encore rares et on ne sait que peu de choses sur le vieillir en ville. Pourtant, la rencontre des deux champs de recherche que sont la sociologie urbaine et la sociologie du vieillissement ouvre des perspectives séduisantes. Il s’agit notamment de saisir les enjeux de la conjugaison de l’épreuve du grand âge et de l’épreuve de la ville. En partant du concept de l’habiter, cet article s’interroge sur les modalités du vieillir en ville en décrivant comment les personnes âgées renouvellent, renégocient et réinventent leurs attachements à leur environnement de vie. Pour ce faire, il s’appuie sur une enquête qualitative menée dans deux zones de l’agglomération genevoise auprès de vingt individus âgés de 64 à 91 ans. L’article commence par décrire le vieillir en ville à travers trois mises à l’épreuve : la réadaptation des pratiques quotidiennes de l’espace urbain, le maintien des relations sociales et la renégociation des ancrages territoriaux. Puis il cherche à saisir les dynamiques transversales des réponses apportées à ces mises à l’épreuve par les personnes âgées. Ce travail d’analyse permet de revisiter le concept de déprise en mettant en avant les arts d’habiter constitués par la somme des attachements qui lient les personnes vieillissantes à leur environnement de vie.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier le comité de rédaction de Métropoles ainsi que les deux évaluateurs pour la pertinence de leurs commentaires. Notre gratitude va également à l’ensemble des participants de notre enquête pour le temps qu’ils nous ont consacré.

1Au regard des évolutions démographiques récentes, la question du vieillir en ville apparaît comme l’un des défis majeurs de nos sociétés vieillissantes et de plus en plus urbanisées (Dumont, 2006). Dans le canton de Genève, comme dans la majorité des pays occidentaux (Muenz, 2007), la classe d’âge des « 65 ans et plus » devrait être celle qui augmentera le plus d’ici 2040 pour représenter près d’un quart de la population (OCSTAT, 2016). Cette nouvelle réalité pose des questions cruciales aussi bien du point de vue de la planification urbaine que des politiques publiques. Cependant, et de manière assez surprenante, encore peu de recherches sociologiques ont été menées sur le vieillissement en ville.

  • 1 Un constat relativement similaire peut être fait pour l’enfance (voir Authier et Lehman-Frisch, 20 (...)

2De surcroît, cet objet souffre d’un manque de dialogue entre deux traditions de recherche différentes. D’une part, la sociologie du vieillissement a mis du temps à prendre en compte la dimension territoriale du vieillir (Mallon, 2014) et reste encore très éloignée des questionnements des études urbaines (Phillipson, 2004). D’autre part, depuis l’Ecole de Chicago, la sociologie urbaine a davantage été attirée par les changements sociaux ou par les différentes figures de l’étranger (Dear, 2002 ; Grafmeyer et Joseph, 2004 ; Van Damme, 2013) que par des phénomènes tels que le vieillissement qui correspondent moins aux représentations dominantes de l’urbain1. Pourtant, si ces deux champs de la sociologie peuvent apparaître éloignés du fait de leur histoire et leurs traditions de recherche, les combiner s’avère être un moyen d’enrichir le regard qu’ils portent sur leur objet de recherche respectif. C’est avec cette ambition que cet article se propose d’aborder la question du vieillir en ville.

  • 2 Le terme d’épreuve est ici compris comme les « défis historiques, socialement produits, inégalemen (...)

3La première section discute les éléments théoriques à l’aide desquels nous nous proposons de conjuguer l’épreuve2 du grand âge et l’épreuve de la ville. Puis, après être revenus sur notre dispositif méthodologique, nous consacrerons deux sections aux résultats de notre étude empirique. La première décrit le vieillir en ville à travers trois mises à l’épreuve qui nous sont apparues comme centrales : la réadaptation des pratiques quotidiennes de l’espace urbain, le maintien des relations sociales et la renégociation des ancrages territoriaux. La deuxième cherche, à partir du couple conceptuel (re)prise/déprise, à saisir les dynamiques transversales des réponses apportées à ces mises à l’épreuve par les personnes vieillissantes. Pour finir, la conclusion revient sur quelques enseignements qui peuvent être tirés de notre étude pour poursuivre l’étude du vieillir en ville.

1. Le vieillir en ville : la conjugaison de deux épreuves

  • 3 Lalive d’Epinay et Cavalli (2013) relèvent que les métamorphoses du vieillissement sont liées à la (...)
  • 4 C’est d’ailleurs pour cela que Caradec (2014) parle également de reconversion-déprise. Sur le conc (...)

4Le grand âge se caractérise par un processus de fragilisation trouvant son origine dans une constellation de conditions3 qui mettent à l’épreuve l’équilibre entre l’individu et son environnement (Lalive d’Epinay et Cavalli, 2013). L’enjeu majeur de cette épreuve réside dans une tension entre « éloignement du monde » et « maintien dans le monde » (Caradec, 2007 : 13) : face aux difficultés croissantes liées au vieillissement du corps, à la baisse de l’envie de poursuivre certaines activités, ou au sentiment plus diffus de ne plus faire partie du monde, l’individu vieillissant s’engage dans un processus de réaménagement de son existence. Ce processus, appelé déprise, recoupe l’ensemble des « reconversions à travers lesquelles les personnes qui vieillissent peuvent certes renoncer à des activités, mais aussi essayer de maintenir leurs engagements antérieurs, voire en réaliser de nouveaux4 » (Caradec, 2007, p. 15). Autrement dit, la déprise désigne le travail par lequel les individus confrontés à l’épreuve du grand âge renégocient, maintiennent et réinventent leur rapport au monde.

  • 5 Voir par exemple Nowik et Thalineau (2014).

5La question des territoires du vieillissement a été, jusqu’à présent, davantage abordée par la question du logement5que par celle de la ville ou du quartier (Marchal, 2017). À ces travaux, il faut ajouter des recherches, développées par des économistes ou des géographes, s’intéressant principalement aux pratiques résidentielles des personnes âgées et à leur mobilité. Néanmoins, celles-ci s’appuient souvent sur des enquêtes quantitatives qui ne laissent que peu de place à une approche compréhensive du vieillissement (Fobker et Grotz, 2006 ; Bonvalet et Ogg, 2007 ; Costa-Font, Elvira et Mascarilla-Miró, 2009 ; Froger, Ghékière et Houillon, 2010.)

6L’enjeu de l’épreuve de la ville réside, quant à lui, dans une tension entre « enracinement » et « mobilité » (Martuccelli, 2006, p. 123). Dès le début de la sociologie urbaine, l’hétérogénéité de sa population et des modes de vie urbains ont conduit à considérer la ville comme un lieu de confrontation à l’altérité (Simmel, 2004 ; Jacobs, 1961 ; Wirth, 2004). Cette confrontation impose le décentrement (Joseph, 1997) et nécessite un renouvellement constant de ses enracinements (Cattacin et Leontsini, 2014 ; Felder, Cattacin et al., 2016). Par ailleurs, la ville est un espace de mobilité intense tant quotidienne que résidentielle. Dans ce contexte, la maîtrise de sa mobilité devient essentielle pour préserver la continuité de son inscription territoriale (Martuccelli, 2006). Les études existantes soulignent que le vieillir en ville est marqué par un phénomène de domocentrement, c’est-à-dire une réduction du périmètre d’activité des personnes âgées et un recentrement de leur existence sur leur domicile (Fobker et Grotz, 2006 ; Berger et al., 2010 ; Lord et Després, 2011). Celui-ci est aussi bien motivé par des difficultés physiques que par le sentiment d’étrangeté que peut susciter la ville (Membrado, 1997 ; Riom et al., 2015 ; Marchal, 2017). Le domocentrement témoigne ainsi de la volonté à garder une capacité de contrôle sur son environnement en restreignant son amplitude (Buffel, Phillipson et Scharf, 2013 ; Galčanová et Sỳkorová, 2015).

7Nous placerons au centre de notre réflexion la question de l’habiter, entendu comme la manière d’être dans le monde, ou plus précisément dans le cas qui nous intéresse, d’être dans la ville (Pattaroni, Kaufmann et Rabinovich, 2009). Cette notion doit être comprise comme l’action de « faire espace » (Stock, 2007) et permet « de s'attacher aux différentes dimensions des contextes qui rendent possible l'action de l'individu, sans les éluder » (Stock, 2007, p. 10).

  • 6 « We can not know what keeps us attached without engaging in trials and putting our objects of att (...)

8Pour ce faire, nous partirons de la notion d’attachement telle qu’elle est définie par Antoine Hennion (Hennion, 2004, 2015, 2017 ; Latour, 2000). Il s’agira de décrire comment les individus vieillissant en ville renouvellent, renégocient et réinventent leurs attachements à leur environnement de vie. Nos attachements sont ce qui nous tient au monde : nous les éprouvons constamment, en les expérimentant et en les mettant à l’épreuve (Hennion, 2017). En effet, « nous ne pouvons savoir ce à quoi nous sommes attachés sans épreuves et sans tester les objets de nos attachements »6 (Hennion, 2017, p. 112). Par analogie aux attachements qui nous « font être » selon l’expression de Bruno Latour (2000), on pourrait donc chercher à identifier ceux qui nous font habiter afin de restituer ce qui attache l’individu à son environnement de vie. Pour cela, il est nécessaire d’identifier l’ensemble des prises qui donnent aux individus accès à la ville (Joseph, 1997) afin de saisir comment ceux-ci agencent leur mode d’habiter avec l’environnement dans lequel ils évoluent (Thomas et Pattaroni, 2012).

2. Méthodes

  • 7 2015-2016, Institut de recherches sociologiques, université de Genève (Hummel, Burton-Jeangros et (...)

9Cet article est issu d’une étude qualitative menée dans le cadre de l’Atelier de Master en sociologie Vieillissement et espaces urbains de l’Université de Genève7. Les données ont été collectées dans deux périmètres de l’agglomération genevoise, l’un situé au centre-ville et l’autre dans le périurbain (tableau 1). Ce choix a été fait dans le souci de garantir l’hétérogénéité des données et d’enrichir la recherche de contextes urbains variés. Le périmètre d’investigation au centre-ville se trouve dans un quartier traditionnellement populaire, typique des situations post-migratoires des villes européennes (photo 1). Il connaît de fortes dynamiques de transformation, notamment liées à la disparition des petits commerces et artisans au profit de grandes enseignes et de bars ou de boutiques « branchés ». Le périmètre d’investigation dans le périurbain se caractérise par une population majoritairement plus aisée et une morphologie urbaine beaucoup plus clairsemée, composée principalement de maisons individuelles et marquée par une forte privatisation de l’espace (photo 2). Depuis quelques mois, il connaît également d’importantes transformations liées à l’implantation d’une ligne de train urbain et d’un processus de densification.

Tableau 1 : Caractéristiques des périmètres étudiés à l’échelle de leurs secteurs statistiques

Périmètre centre-ville Périmètre périurbain
Superficie (km2)a 0.46 4.14
Population a 16'298 10'629
Densité (habitants au km2) a 35'082 2'567
Niveau de mixité de revenub fort moyen
Catégories de revenub inférieur moyen-supérieur
Indice de statut socialc 49.6 67.8
Indice d’allophoniec 58.7 50.4
Indice de vieillissementc 51.6 56.9

a. 2013.
b. 2009, pour la méthode voir OCSTAT (2013).

10c. 2000, statistiques de disparités spatiales OFS. L’indice de statut social regroupe le niveau de formation, la position dans la profession et le revenu net ; l’indice d’allophonie compare toutes les langues parlées par une personne avec celle en usage dans son lieu de résidence, plus il est grand, plus est importante la part de la population qui connait des difficultés avec la langue locale ; l’indice de vieillissement est un rapport entre la part des retraité et les jeunes de moins de 20 ans. Chaque indice a pour étalon la valeur de 50 (pour plus de détails méthodologiques : http://www.ge.ch/​statistique/​domaines/​21/​21_02/​methodologie.asp#2).

Photo 1 : Périmètre centre-ville

Photo 1 : Périmètre centre-ville

Photo prise par Mme Lacroix

Photo 2 : Périmètre périurbain

Photo 2 : Périmètre périurbain

Photo prise par Mme Kaufmann

  • 8 La majorité des personnes âgées conserve une participation sociale importante (Renaut, 2011).

11Vingt personnes âgées entre 64 et 91 ans ont participé à l’enquête (tableau 2). Nous avons veillé à varier les profils afin que chaque cas individuel enrichisse notre analyse. Néanmoins, cette approche ne nous permet pas d’appréhender l’effet de variables structurantes comme le genre, la position sociale ou encore certains éléments du parcours de vie. Les participants ont été recrutés via des contacts noués sur le terrain (commerçants, acteurs institutionnels) et dans la rue. Si cette approche comporte un biais puisqu’il s’agit d’individus sortant de chez eux et ne connaissant pas de ruptures profondes avec leur environnement de vie, elle a l’avantage d’aborder le vieillissement « ordinaire »8 et ainsi d’éviter de ne traiter que les aspects jugés les plus problématiques du vieillir en ville (Mallon, Hummel et Caradec, 2014).

Tableau 2 : Caractéristiques des 20 participants

Pseudonyme Age Dernière profession Vit avec Etat-civil Enfants Années dans le quartiera
Périmètre périurbain :
Mme Kaufmann 77 Aide familiale Sœur Divorcée 0 77
M. Pauchard 74 Ingénieur-chimiste Seul Divorcé 1 36
Mme Dupont 64 Infirmière Conjoint Mariée 2 20
M. Jacot 73 Haut-fonctionnaire Conjoint Marié 3 70
M. Fleury 71 Horticulteur Conjoint Marié 5 71
M. Bonnard 72 Horticulteur Conjoint Marié 1 72
Mme Durand 80 Enseignante Seule Veuve 0 49
Mme Scholten 79 Bibliothécaire Seule Veuve 0 3
Périmètre centre-ville 
Mme Dubois 82 Employée de bureau Seule Célibataire 0 70
Mme Chatin 67 Infirmière Seule Célibataire 0 45
Mme Dufour 68 Pasteure Seule Célibataire 0 2
Mme Gralond 91 Caissière Seule Veuve 2 1
Mme Romano 67 Aide-soignante Conjoint Mariée 2 61
Mme Lambert 80 Fonctionnaire Seul Divorcée 1 37
M. Schmidt 72 Employé immobilier Seul Divorcé 0 72
Mme Lacroix 75 Psychologue Seul Divorcée 3 17
Mme Dubey 77 Infirmière Seul Divorcée 1 38
M. Saudan 85 Scénographe Seul Marié 3 19
Mme Polla 88 Buraliste Seul Veuve 0 48
M. Boillat 64 Employé de banque Seul Célibataire 0 41

a. Le quartier au sens du périmètre défini subjectivement par le participant à l’étude.

  • 9 Pour plus de détails sur ce volet de l’étude, voir Riom et Hummel (2018) ; sur des dispositifs sim (...)

12Nous avons rencontré chaque participant à trois reprises : d’abord pour un interview « en marchant » (Jones, et al., 2008) ; puis pour un entretien semi-directif ; et enfin pour un entretien de photo-élucidation sur la base de photographies qu’il avait prises9. Ce dessin de recherche nous a permis de faire place à la subjectivité des enquêtés, en leur offrant la possibilité de produire eux-mêmes une partie des données. Parallèlement aux entretiens, chaque étudiant-enquêteur a tenu un carnet dans lequel il a noté ses observations de terrain. L’ensemble de ce matériel d’enquête a été transcrit puis codé au moyen du logiciel TAMS Analyser (Weinstein, 2016). Nous avons, ensuite, mené une analyse transversale qui nous a permis de réunir l’ensemble des données dans un cadre analytique cohérent.

3. Les mises à l’épreuve du vieillir en ville

13Comment l’épreuve du grand âge et celle de la ville se conjuguent-elles ? Cette première partie cherche à rendre compte des spécificités du vieillir en ville du point de vue des personnes enquêtées. Les entretiens ont fait émerger, principalement, trois mises à l’épreuve : la réadaptation des pratiques quotidiennes de l’espace urbain, le maintien des relations sociales et la renégociation des ancrages territoriaux.

3.1. « Ça m’est devenu difficile… » : réadaptation des pratiques quotidiennes de l’espace urbain

14Dans leur ensemble, les participants à notre étude rapportent qu’ils rencontrent au fil du temps de nouvelles difficultés dans leurs pratiques quotidiennes. Des opérations qui paraissaient anodines, comme monter dans un tram ou descendre d’un trottoir, deviennent délicates. Des aménagements urbains (trottoirs, escaliers ou passages piétons) auxquels on ne faisait pas attention se transforment en obstacles. Peu à peu, la morphologie urbaine devient moins accueillante, voire hostile. Cette mise à l’épreuve remet en question l’utilisation de certains modes de transport mais aussi certains déplacements. Mme Kaufmann, par exemple, a renoncé à utiliser son vélo :

Ben, je vais vous dire, j’ai renoncé à faire toutes mes courses en vélo… à cause de l’équilibre, et puis à cause des genoux. C’est dommage, parce qu’il [le vélo] est encore là, mais il est à moitié foutu maintenant. [Le vélo], c’est tellement pratique, et puis, on respire du bonheur. Mais je ne peux plus. Ce n’est pas bien. Ce n’est pas prudent. Je suis tombée plusieurs fois, ça commence à suffire. Et puis, c’est devenu tellement dangereux. Il y a tellement de circulation maintenant. (Mme Kaufmann, 77 ans habitante du périurbain)

15Les explications de Mme Kaufmann sur sa décision de renoncer au déplacement à vélo reflètent les expériences rapportées par plusieurs autres personnes interviewées. La réadaptation des pratiques quotidiennes de l’espace urbain est une expérience communément partagée. Comme dans le cas de Mme Kaufmann, ces ajustements mélangent volonté de se protéger à la suite d’expériences désagréables (chutes, peurs, stress), discours normatifs émanant de la personne elle-même ou de son entourage (« ce n’est plus de mon âge »), ainsi que sentiment d’un environnement devenu plus hostile (« c’est devenu dangereux »). Le processus de réadaptation des pratiques n’est donc pas uniquement inscrit dans la réalité physique des corps, mais également dans un ensemble de négociations entre soi et autrui (Clément, 2006).

16Paradoxalement, les aménagements qui se veulent adaptés aux besoins des individus ayant des difficultés motrices peuvent générer de nouveaux obstacles, comme l’explique Mme Dubois :

Ces abaissements de trottoir, ils sont bien jolis, mais il y a la place au milieu et sur les côtés, ils viennent en s’abaissant et c’est tout ce qu’il y a de plus dangereux pour quelqu’un qui n’y voit pas clair et pour les déambulateurs. C’est de la cochonnerie. […] Et pour les trams, maintenant ils veulent que les gens rentrent de plain-pied, mais vous avez vu la hauteur des trottoirs ? C’est ça qui est dangereux aussi, mais personne n’y pense ! (Mme Dubois, 82 ans, habitante du centre-ville)

  • 10 Ce tronçon fait partie des aménagements que Mme Dubois qualifie de « catastrophes ».

17Dans cet extrait d’entretien, Mme Dubois fait état des difficultés auxquelles elle fait face lorsqu’elle sort de chez elle ainsi que des dangers qu’elle perçoit. Son propos illustre comment la ville en tant qu’espace vécu se transforme sous l’effet du vieillissement. Cette transformation fait apparaître de nouveaux obstacles « invisibles » aux yeux des autres utilisateurs de l’espace urbain et de ceux qui le conçoivent (photo 310). La morphologie urbaine devient ainsi progressivement un défi de tous les jours qui redessine les pratiques de l’espace urbain.

Photo 3 : les trottoirs, nouveaux obstacles urbains

Photo 3 : les trottoirs, nouveaux obstacles urbains

Photo prise par Mme Dubois

3.2. Le maintien des relations sociales face à l’anonymat urbain et au mitage relationnel

18Le grand âge est marqué par un phénomène de mitage relationnel dû à la disparition des contemporains, notamment celle du conjoint (Lalive d’Epinay et Cavalli, 2013). Une partie des participants, en particulier ceux n’ayant jamais eu d’enfant, se trouvent ainsi plongés dans un sentiment de solitude. « Je n’ai plus personne », fait par exemple remarquer Mme Dubois. À la solitude provoquée par la perte des contemporains s’ajoute la dispersion des proches au sein du tissu urbain. Mme Kaufmann parle par exemple d’« expédition » pour décrire le trajet qu’elle doit faire pour rendre visite à l’une de ses amies habitant dans une autre partie de l’agglomération. Les entretiens font apparaître clairement que l’étalement urbain, mais également la mobilité résidentielle, accroissent ce phénomène d’éloignement des proches (Martuccelli, 2006). Les familles de plusieurs personnes interviewées vivent ainsi éclatées dans l’agglomération genevoise, voire à l’étranger pour celles ayant connu des épisodes de migration. Ce phénomène d’éloignement des proches renforce le sentiment d’anonymat de l’urbain qui se traduit par exemple dans la difficulté à créer des contacts avec ses voisins :

J'aime bien ce quartier. Je n'aimerais pas changer, parce qu’on a des habitudes, mais c'est un quartier qui a énormément évolué. Alors, au début, c’était comme un village, vous voyez, avec des petits commerces, et puis maintenant tout ça a disparu. C'est beaucoup plus anonyme, je pense que c'est un problème partout. Vous voyez, et puis les gens, c'est une population plus jeune. Il y a le souci qu’ils vont travailler, ils se déplacent, s’occupent des enfants, et cetera. (M. Schmidt, 72 ans, habitant du centre-ville)

19Comme il l’explique lui-même, il devient plus difficile pour M. Schmidt de nouer des contacts avec ses voisins, d’autant plus lorsqu’il existe un décalage au niveau des rythmes de vie et des préoccupations (Felder, 2016). Ce décalage vient nourrir un sentiment d’anonymat, causé par le départ des personnes de son âge côtoyées durant de nombreuses années, mais désormais décédées, entrées en maison de retraite ou ayant simplement déménagé :

Et puis, eh, ça bouge quand même pas mal. Par exemple, ceux avec lesquels j’avais le plus de contact, c’était des voisines qui étaient juste en face. C’était deux jumelles, célibataires, qui sont décédées maintenant. Donc, évidemment, elles ont légué leur villa à leur nièce. Et c’est loué maintenant, c’est des gens qui sont là. Et ça change assez souvent. (M. Pauchard, 74 ans, habitant du périurbain)

  • 11 Comme dans de nombreuses grandes villes européennes, la situation du marché immobilier genevois es (...)

20La difficulté de reconstruire des relations, telle qu’elle est décrite par M. Pauchard, contribue au sentiment d’anonymat de la ville. M. Saudan (85 ans, habitant du centre-ville) regrette, à ce titre, l’« anonymat qui s’installe ». On ne connaît progressivement plus les personnes habitant dans le même immeuble. La rotation des locataires, notamment à cause des nombreuses sous-locations11, contribue à ce sentiment de perte d’emprise sur son environnement immédiat. Plusieurs participants ont fait des constats allant dans ce sens. Ce phénomène vient se mélanger avec le sentiment de décalage et d’étrangeté au monde qui accompagne l’avancée en âge des individus et est accentué par un rétrécissement du périmètre de vie. En effet, les individus deviennent plus dépendants de leur voisinage immédiat. Cette reconfiguration des relations contribue à redéfinir leur rapport à l’urbain : d’une part, dans sa pratique, on renonce à certaines activités parce qu’on n’a plus personne avec qui les faire ; d’autre part, les attachements affectifs et familiers qui se construisent à travers les relations de voisinage sont remis en question (Membrado, 1997).

3.3. « Moi, je suis un enfant du quartier ! » : La renégociation des ancrages territoriaux

21La morphologie urbaine tend à constamment se transformer. Les nombreux travaux entrepris la redessinent. Les commerces changent. Les enseignes où l’on avait ses habitudes disparaissent pour laisser la place à de nouvelles, proposant parfois des services et des produits auxquels on n’est pas habitué. Ces transformations nourrissent le sentiment que le quartier n’est plus le même :

  • 12 Une enseigne de la grande distribution en Suisse.

Je me rappelle que sur cette rue il y avait un petit café… Bon, ça n’existait pas la Migros12. C’était une maison. Alors, il y avait un café. On y allait très souvent parce que c’était très bon et les gens qui tenaient ce café étaient très sympas. Alors ils ont aussi pavé une rue, mais il n’y a plus rien dans ces rues. […] Il n’y a rien d’intéressant. (Mme Dubois, 82 ans, habitante du centre-ville)

22Mme Dubois regrette la disparition de certains commerces comme celle de ce café où elle se rendait régulièrement. Avec la disparition des commerces, c’est également la disparition des relations qu’on entretenait avec les commerçants, les services qu’ils pouvaient rendre et plus largement la familiarité qui s’était construite au fil des années. Le remplacement des « petits » commerçants et artisans par des enseignes de la grande distribution et des bars « branchés », à l’œuvre de manière générale dans l’agglomération genevoise (Felder et al., 2016), est regretté par plusieurs des personnes interviewées. Les commerces et, plus généralement, les aménagements urbains contribuent à l’ancrage territorial des individus et à la représentation qu’ils se font de leur quartier (Schoepfer, Zweifel et Paisiou, 2011 ; Felder et Pignolo, 2017). Dès lors, les transformations que celui-ci subit provoquent une renégociation de ce lien.

23Ces changements peuvent s’avérer d’autant plus significatifs que les biographies s’inscrivent parfois fortement dans le territoire du quartier. Pour les individus qui y habitent depuis longtemps, il représente des souvenirs et un attachement émotionnel (Blokland, 2003). Mme Dubois qui habite dans la même rue depuis l’âge de 12 ans regrette que son quartier se soit « abîmé » au fil des ans. Comme pour d’autres, la transformation du quartier provoque une perte de familiarité. Il s’éloigne peu à peu de l’image construite au fil du temps par l’individu (Lavoie et al., 2011). Dans le périurbain, l’intégration progressive du quartier dans l’agglomération ainsi que sa densification croissante liée à la construction d’immeubles et l’arrivée d’une ligne de train urbain alimentent ce sentiment. Ainsi, M. Fleury, doit s’habituer au fait de ne plus être « en pleine campagne ».

24Pour certaines des personnes interviewées, ces changements viennent remettre en question l’inscription territoriale familiale. C’est notamment le cas dans le périurbain, où plusieurs personnes interviewées vivent dans leur maison familiale. Ces participants s’avèrent particulièrement attachés à leur chez soi, leur maison et leur jardin. Certains ont fait des efforts, notamment financiers, pour être en mesure d’y vivre. Le déclassement de certaines zones et les projets de réaménagement mettent parfois en cause ces héritages. Certains ont dû par exemple vendre une partie de leur terrain ou se séparer de la maison pour faire face à l’augmentation des prix du foncier. M. Fleury (71 ans, habitant du périurbain), par exemple, n’a pu vendre l’exploitation maraîchère familiale, car la parcelle sur laquelle elle se trouve a été déclassée en zone à bâtir, provoquant la perte de ce patrimoine tant matériel qu’identitaire.

25Ces mises à l’épreuve mettent à mal les attachements qui composent le lien entre les individus âgés et leur environnement de vie. Néanmoins, ceux-ci ne font pas que les subir. Au contraire, si ces épreuves participent au sentiment d’étrangeté, de décalage avec le monde, elles sont également le point de départ du travail de déprise.

4. Arts d’habiter : entre prises et lâcher prise

26La suite de cet article fait état des réponses apportées par les individus aux mises à l’épreuve du vieillir en ville. Pour ce faire, elle examine les modalités du processus de déprise sur l’urbain dans sa double dimension de (re)prises et de lâcher prise.

4.1. Tactiques et ruses pour garder prise…

  • 13 Entendues comme les « procédures qui valent par la pertinence qu’elles donnent au temps – aux circ (...)

27Face aux mises à l’épreuve du vieillir en ville, les individus mettent en œuvre un ensemble de ruses et tactiques13afin de préserver les attachements les plus importants à leurs yeux, et maintenir une continuité dans leur mode de vie (se déplacer, avoir accès aux services dont ils ont besoin ou encore maintenir le contact avec autrui). Par exemple, face à ses difficultés pour se déplacer et à la suite de son déménagement, Mme Gralond a trouvé un dentiste et acupuncteur exerçant près de chez elle. Cela lui épargne des déplacements. « J’ai même plus besoin d’aller loin » fait-elle remarquer. Pour y parvenir, elle a saisi toutes les opportunités qui s’offraient à elle : papillons publicitaires, recommandations de connaissances, etc.

  • 14 Cette boucherie a été citée par plusieurs personnes interviewées comme un lieu qu’elles fréquenten (...)

28Ces tactiques passent également par la fréquentation de certains lieux. Plusieurs personnes interviewées rapportent aller plus volontiers dans de petites épiceries ou éviter les caisses automatiques des grands magasins de manière à préserver un contact avec les vendeurs (photo 414). D’autres – notamment dans le périurbain – choisissent le lieu pour faire leurs courses non pas en fonction de sa proximité, mais de son accessibilité en voiture.

Photo 4 : une boucherie, espace créateur de liens ténus

Photo 4 : une boucherie, espace créateur de liens ténus

Photo prise par Mme Dufour

29Ces pratiques leur permettent d’entretenir un rapport au monde. Mme Dubois, par exemple, quitte son domicile dès qu’elle le peut pour éviter de se retrouver seule :

  • 15 La Tribune de Genève est le quotidien local.

Moi, dès que je peux me tailler d’ici [son domicile]. […] Tous les matins, je vais petit-déjeuner dehors. Ou alors je me fais un café ici. Je téléphone à ma copine, je lui porte sa Tribune15 et on papote jusqu'à 11 heures. Et puis après, je descends et très souvent je vais manger dehors parce que quand je me fais à manger ici, je trouve que ça coûte tout aussi cher. J’ai du boulot. J’ai la vaisselle. Et puis alors manger toute seule, je mange devant la télé et il n’y a rien de plus malsain que ça. Alors si je peux me tailler, je me taille. (Mme Dubois, 82 ans, habitante du centre-ville)

  • 16 Ici, nous faisons référence à ce que Mark Granovetter (1973, p. 1361) nomme « absent ties » dans s (...)

30Mme Dubois décrit son habitude de sortir de chez elle dès le début de la journée pour manger ou prendre un café. Elle évite ainsi de se retrouver trop seule chez elle, situation qu’elle juge « malsaine ». Cette tactique lui permet de maintenir un contact régulier avec autrui. De manière générale, la mobilisation des liens ténus – entendus comme des liens éphémères que l’on entretient avec les personnes avec qui l’on partage une certaine familiarité sans pour autant les connaître16 – est une tactique répandue parmi les personnes que nous avons interviewées (Pennec, 2006 ; Deml, 2017). Ces liens ténus sont mobilisés pour surmonter certaines difficultés. Par exemple, Mme Gralond raconte avec un certain enthousiasme qu’elle trouve toujours des personnes prêtes à l’aider lorsqu’elle fait ses courses :

Dans les magasins, c’est extraordinaire ! Je prends mon caddie parce que je ne peux rien porter de plus. Et quand j’arrive à la caisse et derrière moi, il y a toujours quelqu’un qui m’aide à mettre les choses sur le tapis. Il y a même des caissières qui sortent de la caisse pour m’aider à mettre les courses dans mon caddie. Je suis étonnée. Il y a toujours quelqu’un qui m’aide très gentiment. (Madame Gralond, 91 ans, habitante du centre-ville)

31Les liens ténus sont également le vecteur d’un sentiment de familiarité avec son environnement (Morin et Rochefort, 1998 ; Pennec, 2006 ; Blokland et Nast, 2014) – même lorsque ces liens semblent, au premier abord, surprenants. Plusieurs personnes interviewées entretiennent ainsi des relations de familiarité avec des SDF. Si elles s’appliquent à marquer une distance avec ces individus, ceux-ci font tout de même partie de leur quotidien et participent au maintien d’un sentiment de familiarité. Mme Lacroix appelle ainsi « ma Rom », une femme rom à laquelle elle a pris l’habitude d’offrir un café ou une pâtisserie. Ces figures connues et reconnues, dont l’utilisation de l’espace urbain se rapproche sur certains aspects de la leur, servent ainsi de points de repère dans la ville.

32Ces tactiques sont autant d’efforts de réappropriation d’un environnement qui se transforme. Elles permettent de faire face aux mises à l’épreuve du vieillir en ville et de maintenir ou renouveler un rapport harmonieux avec son environnement. De surcroît, elles suscitent une connaissance fine de son environnement et de ses propres possibilités. Par exemple, les nouveaux usages de l’espace urbain de Mme Gralond s’appuient sur une connaissance approfondie de la morphologie des chemins qu’elle emprunte régulièrement :

Oui, il faut faire attention un petit peu où on passe. Des fois, il faut contourner, aller un petit peu plus loin par exemple. Quand je sors, je sais très bien où il y a un passage plus bas. (Mme Gralond, 91 ans, habitante du centre-ville)

33Mme Gralond sait parfaitement par où elle doit passer et comment contourner les obstacles qui se trouvent sur son chemin. L’expérience accumulée au fil des nouvelles difficultés auxquelles elle s’est trouvée confrontée l’a amenée à développer certaines connaissances. Celles-ci motivent à leur tour des tactiques qui déboucheront sur de nouvelles connaissances. Cet exemple permet de souligner ce double mouvement de l’expérience urbaine : celle-ci se forme à travers les pratiques des individus qu’elle participe à façonner retour.

4.2. … ou lâcher prise

34Les mises à l’épreuve auxquelles les individus vieillissants sont confrontés débouchent également sur des réagencements des modes de vie. Plusieurs interviewés évitent par exemple de sortir tard le soir ou de passer par certains lieux jugés hostiles ou inadaptés. Dans ces réagencements, de multiples considérations viennent se mélanger. Mme Romano justifie le fait qu’elle évite le bord de la rivière en ces termes :

Au bord de la rivière, je n’aime pas. [Chercheur : Et pourquoi ?] Justement, parce que je n’aime plus y aller. C’est l’après-midi, ça va encore, mais le soir, ce n’est pas des endroits où je me promène toute seule parce que c’est arborisé, c’est sombre. (Mme Romano, 67 ans, habitante du centre-ville)

35Cet extrait d’entretien illustre comment, dans le discours des participants, crainte, désaffection et pratiques spatiales se mélangent les unes aux autres. Mme Romano renonce-t-elle à se rendre au bord de la rivière par peur, par manque d’envie ou parce qu’elle n’aime pas ce lieu ? Il devient ici encore plus clair que la ville, en tant qu’espace vécu, est toujours inscrite dans les pratiques. Dès lors, tous les changements qui accompagnent le vieillissement participent à une renégociation du vivre en ville et à la mise en forme de l’urbain.

36Ces choix s’appliquent également à certaines activités. Plusieurs interviewés ont fait part du fait qu’ils « n’avaient plus envie » ou « ne voyaient plus l’intérêt » en parlant de certaines activités qu’ils ont cessé de pratiquer. Par exemple, Mme Dubois a renoncé à se rendre au théâtre :

[En parlant d’aller à un spectacle] Mais je ne me vois pas du tout là-bas. J’en ai parlé avec la copine et je lui ai dit « ne raconte pas de conneries ! On est toutes les deux avec un déambulateur. Tu vas les mettre où? » « J’ai la voiture » qu’elle me dit. – « Oui, mais tu la gares où ta voiture ? » Et puis il faut y aller là-bas, c’est pointu le théâtre là-bas. C’est un peu spécial comme théâtre. […] Et puis bon, on ne va pas être seules. Ça va être plein à craquer. Alors non… Moi je suis assez sortie avant. J’ai beaucoup été au théâtre. (Mme Dubois, 82 ans, habitante du centre-ville)

37À nouveau, dans les propos de Mme Dubois, plusieurs aspects s’entremêlent : considérations pratiques – l’accès en déambulateur –, souci de se protéger de la foule et impression de ne plus être à sa place. S’il peut concerner des activités très spécifiques, comme les sorties au théâtre dans le cas de Mme Dubois, ce processus s’applique également à des pans entiers de l’existence. Mme Gralond, par exemple, explique qu’elle évite, depuis son déménagement et la perte de son mari, de se réengager dans des relations afin de se prévenir des disparitions à venir : « je n’ai pas eu envie de recommencer, parce que si je recommence, ça va être pareil. Alors, ça sert à rien ». Elle se contente donc des liens ténus, et de contacts brefs avec ses voisins en gardant une certaine distance. Ces choix contribuent à redéfinir le rapport entretenu avec l’environnement urbain au même titre que les ruses et tactiques évoquées plus haut. D’ailleurs, ils ne sont pas vécus comme des pertes. Mme Dubois fait remarquer qu’elle est « assez sortie avant ». Ainsi, ce qui pourrait être hâtivement qualifié comme un renoncement participe au maintien du lien harmonieux avec l’environnement de vie et à la définition d’une « autre » ville.

  • 17 Entendues comme agency en anglais, voir Latour (2015).
  • 18 Cette réflexivité ne s’exprime d’ailleurs pas uniquement dans le discours des acteurs, mais plus l (...)

38Cet ensemble de tactiques, de connaissances, de choix et de pratiques forme ce que l’on pourrait appeler des arts d’habiter, par analogie aux arts de faire chez De Certeau (2002), c’est-à-dire une manière d’habiter informée par des connaissances progressivement accumulées et assemblées. Par ce terme, il s’agit de reconnaître la créativité des individus et l’effet de leurs opérations sur l’environnement dans lequel ils évoluent. L’intérêt de cette notion est mettre au centre de l’analyse la relation que l’individu entretient avec son environnement en prenant en compte les différents aspects du vieillir en ville et d’ainsi distribuer les « puissances d’agir »17 : cet art dépend tout autant de l’individu lui-même que des prises que lui offre son environnement. Il est le fruit de la réflexivité dont font preuve les individus vieillissants18et par laquelle ils redéfinissent leurs marges de manœuvre. Souvent, d’ailleurs, lorsque la question de ce qu’on n’arrive plus à faire est abordée lors des entretiens, les réponses portent davantage sur les solutions ou les manières de répondre aux difficultés que sur les difficultés elles-mêmes. Enfin, l’expression « art d’habiter » évite de penser qu’il y aurait un bon et un mauvais vieillir en ville. Il fait ainsi parfaitement écho à la notion de déprise et à ses ambivalences.

Conclusion : lorsque la ville se redessine sous les pas des personnes âgées

39Dans cet article, nous avons cherché à décrire comment les épreuves conjuguées du grand âge et de la ville amènent les individus à renégocier leur rapport à l’espace. Dans un premier temps, nous avons décrit quelles étaient les mises à l’épreuve du vieillir en ville. Dans un deuxième temps, nous sommes revenus sur les modalités des aménagements et des renégociations continues qui accompagnent ces mises à l’épreuve. Cela nous a permis de mettre en avant à la fois la puissance d’agir des personnes rencontrées et l’ambivalence du processus de déprise.

  • 19 Ce résultat vaut bien sûr dans les limites du dispositif de notre enquête et notamment de son mode (...)

40Ce qui ressort très clairement de notre enquête est que les personnes âgées rencontrées sont globalement satisfaites de leur vie dans leur quartier19. Celui-ci reste – même si ses frontières peuvent être floues – une source d’attachement centrale (Authier, Bacqué et Guérin-Pace, 2007) et une prise essentielle sur l’environnement de vie (Marchal, 2017). Cette satisfaction trouve son explication dans l’art avec lequel les individus vieillissants façonnent et adaptent leur mode de vie à leur environnement. Dans un premier temps, nous avions été surpris de ne pas constater de différences entre nos deux périmètres d’investigation. En accord avec une partie de la littérature (Membrado, 1997), nous pensions par exemple que les participants se plaindraient de l’isolement dans la zone périurbaine. À l’inverse, nous avions aussi imaginé récolter des plaintes sur l’agitation du centre-ville. Cela n’a pas été le cas. Et pour cause, les personnes rencontrées ont développé un art d’habiter et ont agencé leur mode de vie en réponse aux mises à l’épreuve du vieillir en ville en saisissant les prises offertes par leur environnement de vie. Comme nous l’avons souligné, les modes de vie se façonnent au contact de l’expérience quotidienne de l’urbain, qui elle-même se construit à travers la multiplicité des manières de vivre l’urbain. C’est ce va-et-vient, cette médiation, qui attache les individus à leur lieu de vie.

41Cela a comme conséquence qu’il est impossible de dissocier les changements liés à l’urbain et ceux liés au vieillissement individuel. Comme le dit M. Saudan lorsque nous lui avons demandé si son quartier avait changé : « oui [mon quartier] a changé un petit peu, mais je pense que c’est moi qui ai beaucoup changé aussi. Vous voyez ? ». Autrement dit, et comme nous avons pu le montrer tout au long de cet article, il existe un dialogue continu entre un espace urbain et la manière de l’expérimenter. Dès lors que le vieillissement vient transformer les modes de vie des individus, leur environnement de vie s’en trouve changé. Le quartier est fait de la somme des pratiques, des relations et des histoires qui y sont associées. C’est l’ensemble de ces prises qui autorise l’habitabilité et le maintien d’un sentiment de familiarité avec son environnement de vie (De Certeau, 2002 ; Breviglieri, 2006).

  • 20 À ce titre, l’utilisation de cartes, des interviews « en marchant » et de la photographie s’est ré (...)

42Néanmoins, ces attachements apparaissent uniquement en abordant l’expérience du vieillissement en ville avec les individus, en développant des horizons d’intelligibilité partagés20 (Zask, 2004) et en se défaisant de tout point de vue « agéocentré » (Kimber Arye et al., 2018). Cette opération est nécessaire pour dépasser les conceptions gérontologistes et essentialisantes du vieillissement (Hummel, 2002) et revisiter la question de l’autonomie. Les arts d’habiter ne concernent pas tant les compétences nécessaires aux individus âgés pour être autonomes que la possibilité de produire leur autonomie (Hennion, et al., 2012), c’est-à-dire de maintenir le récit de leur existence. En cela, il nous faut reconnaître l’art des individus de (re)composer leur propre monde de vie (Hennion, 2017). Reconnaître l’hétérogénéité du vieillir en ville et insister sur la pluralité et la fragilité des expériences constituent un infléchissement nécessaire pour développer et affiner notre compréhension du vieillir en ville.

Haut de page

Bibliographie

Authier, J.-Y., Bacqué, M.-H. et Guérin-Pace, F. (DIR.) (2007), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte.

Authier, J.-Y. et Lehman-Frisch, S. (2012), « Variations sur un thème : les manières d’habiter des enfants dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco », Métropoles, 11. URL : https://journals.openedition.org/metropoles/4584.

Barthe, J.-F., Clément, S. et Drulhe, M. (1990), « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées », Revue internationale d’action communautaire, 23, p. 35-46.

Berger, M., Rougé, L., Thomann, S. et Thouzellier, C. (2010), « Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille) », Espace populations sociétés, 1, p. 53‑67.

Blokland, T. (2003), Urban bonds, Cambridge et Malden, Polity Press.

Blokland, T. et Nast, J. (2014), « From public familiarity to comfort zone: The relevance of absent ties for belonging in Berlin’s mixed neighbourhoods », International Journal of Urban and Regional Research, 38, 4, p. 1142-1111.

Bonvalet, C. et Ogg, J. (2007), « Ageing in inner cities: the residential dilemmas of the baby boomer generation », International Journal of Ageing and Later Life, 2, 2, p. 61-90.

Breviglieri, M. (2006), « Penser l’habiter, estimer l’habitabilité», Tracés, 23, p. 9‑14.

Buffel, T., Phillipson, C. et Scharf, T. (2013), « Experiences of neighbourhood exclusion and inclusion among older people living in deprived inner-city areas in Belgium and England », Ageing and Society, 33, 1, p. 89-109.

Caradec, V. (2007), « L’épreuve du grand âge», Retraite et société, 3, 52, p. 11‑37.

Caradec, V. (2012), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement : domaines et approches, Paris, Armand Colin.

Caradec, V. (2014), « Transition du vieillissement et épreuve du grand âge », in : Hummel, C., Mallon, I., et Caradec, V. (dir.), Vieillesse et vieillissement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 273‑288.

Cattacin, S. et Leontsini, M. (2014), « Mobilités territoriales, médiations associatives et mémoires urbaines », Question de communication, 25, p. 125-142.

Chaudet, B. et Péribois C. (2014), « Une enquête géo-photographique participative pour interroger les modes d’habiter des seniors tourangeaux : une proposition méthodologique », Norois, 232, p. 23‑34.

Clément, S. (2006), « Transports urbains et vieillissement », Informations sociales, 130, 2, p. 72‑79.

Costa-Font, J., Elvira, D. et Mascarilla-Miró, O. (2009), « Ageing in place? Exploring elderly people's housing preferences in Spain », Urban studies, 46, 2, p. 295-316.

Dear, M. (2002), « Los Angeles and the Chicago School : invitation to a debate », City & Community, 1, 1, p. 5-32.

De Certeau, M. (2015), L’invention du quotidien : arts de faire, Paris, Folio.

Deml, M. (2017), « Liens ténus, familiarité publique et capital social face au vieillissement », in : Hummel, C., Burton-Jeangros, C. et Riom, L. (dir.), Vieillissement et espaces urbains, Genève, Institut de recherches sociologiques, p. 57-76, https://www.unige.ch/sciences-societe/socio/fr/publications/dernierespublications/sociograph. (consulté le 7 décembre 2016).

Dumont, G.-F. (2006), « Tendances et perspectives de la gérontocroissance urbaine », Les Annales de la recherche urbaine, 100, p. 39‑42.

Felder, M. et Pignolo, L. (2017), « Shops as the brick-and-mortar of place identity », in : Ferro, L., Smagacz-Poziemska, M., Gómez, M. V., Kurtenbach, S., Pereira, P. et Villalón, J. J. (dir.), Moving cities: contested views on urban life, Berlin, Springer, p. 97-114.

Felder, M. (2016), « La diversité sur le palier. Catégorisations ordinaires d’un voisinage hétérogène à Genève », Lien social et politiques, 77, p. 220‑239.

Felder, M., Cattacin, S., Pignolo, L., Naegeli, P. et Monsutti, A. (2016), Connivences et antagonismes. Enquête sociologique dans six rues de Genève, Genève, Institut de recherches sociologiques.

Fobker, S. et Grotz, R. (2006), « Everyday mobility of elderly people in different urban settings: the example of the city of Bonn, Germany », Urban studies, 43, 1, p. 99-118.

Froger, V., Ghékière, J.-F., et Houillon, V., (2010), « Vieillissement, changement social et paupérisation : le parc de logements face au renouvellement de la population du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais (France) », Espace populations sociétés, 1, p. 95-108.

Galčanová, L. et Sỳkorová, D. (2015), « Socio-spatial aspects of ageing in an urban context: An example from three Czech Republic cities », Ageing and society, 35, 6, p. 1200-1220.

Grafmeyer, Y. et Joseph, I. (2004), « Présentation : la ville-laboratoire et le milieu urbain », in : Grafmeyer, Y. et Joseph, I., L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion, p. 5‑52.

Granovetter, M. (1973), « The strength of weak ties », American journal of sociology, 78, 6, p. 1360-1380.

Hennion, A. (2004), « Une sociologie des attachements », Sociétés, 3, p. 9-24.

Hennion, A. (2015), « Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James? », SociologieS, https://journals.openedition.org/sociologies/4953 (consulté le 16 août 2017).

Hennion, A. (2017), « Attachments, you say?… How a concept collectively emerges in one research group », Journal of Cultural Economy, 10, 1, p. 112-121.

Hennion, A., Vidal-Naquet, P., Guichet, F. et Hénaut, L. (2012), Une ethnographie de la relation d’aide : de la ruse à la fiction, ou comment concilier protection et autonomie, Paris, Centre de sociologie de l’innovation, École nationale supérieure des mines, rapport de recherche pour la MiRe (DREES).

Hummel, C. (2002), « Les paradigmes de recherche aux prises avec leurs effets secondaires », Gérontologie et société, 3, p. 41-52.

Hummel, C., Burton-Jeangros, C. et Riom, L. (dir.), (2017) Vieillissement et espaces urbains, Genève, Institut de recherches sociologiques, https://www.unige.ch/sciences-societe/socio/index.php/download_file/view/2510/999/ (consulté le 14 janvier 2019).

Jacobs, J. (1961), The death and life of great American cities, Cambridge Polity Press.

Jones, P., Bunce, G., Evans, J., Gibbs, H. et Hein, J. R. (2008), Exploring space and place with walking interviews, Journal of Research Practice, http://jrp.icaap.org/index.php/jrp/article/view/150/161. (consulté le 03.09.2015).

Joseph, I., (1997), « Prises, réserves, épreuves », Communications, 65, 1, p. 131-142.

Kimber Arye, L., Burton-Jeangros, C., Riom, L. et Hummel, C. (2018), « Le sentiment d’insécurité chez les personnes âgées : entre transformations de l’environnement et fragilité individuelle », Revue suisse de sociologie, 44, 1, p. 139-156.

Lalive d’Epinay, C. et Cavalli, S. (2013), Le quatrième âge, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Latour, B. (2000) « Factures/fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement », in : Micoud, A. et Peroni, M. (dir.), Ce qui nous relie, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 189‑208.

Latour, B. (2015), Face à Gaïa, Paris, La Découverte.

Lavoie, J.-P., Rose, D., Burns, V. et Covanti, V. (2011), « La gentrification de La Petite-Patrie. Quelle place et quel pouvoir pour les aînés ? », Diversité urbaine, 11, 1, p. 59-80.

Lord, S. et Després, C. (2011), « Vieillir en banlieue nord-américaine. Le rapport à la ville des personnes âgées », Gérontologie et société, 136, 1, p. 189-204.

Mallon, I. (2014), « Pour une analyse du vieillissement dans des contextes locaux », in : Hummel, C., Mallon, I., et Caradec, V. (dir.), Vieillesse et vieillissement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 175-187.

Mallon, I., Hummel, C. et Caradec, V. (2014), « Vieillesses et vieillissements : Un bilan provisoire », in : Hummel, C., Mallon, I., et Caradec, V. (dir.), Vieillesse et vieillissement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 385-392.

Marchal, H. (2017), « Vieillir dans un quartier urbain composé de pavillons », Gérontologie et société, 39, 152, p. 27-40.

Martuccelli, D. (2006), Forgé par l’épreuve : l’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin.

Martuccelli, D. (2015), « Les deux voies de la notion d’épreuve en sociologie », Sociologie, 6, 1, p. 43-60.

Membrado, M. (1997), « Vivre en ville et vieillir », Empan, 28, p. 74‑79.

Mondada, L., Akrich, M., Hennion, A. et Rabeharisoa, V. (2007), Des objets aux interactions, et retour, Paris, Centre de sociologie de l’innovation, École nationale supérieure des mines, Working paper.

Morin, R. et Rochefort, M. (1998), « Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l’action collective», Lien social et politique, 39, p. 103-114.

Muenz, R. (2007), Aging and demographic change in European societies: main trends and alternative policy options, Hambourg, Banque mondiale, Discussion paper.

Nowik, L. et Thalineau, A. (dir.) (2014), Vieillir chez soi. Les nouvelles formes du maintien à domicile, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

OCSTAT (2013), Mixité sociale et niveau de revenus dans le canton de Genève, Genève, Office cantonal de la statistique.

OCSTAT (2016), Projections démographiques pour le Canton de Genève : population résidente de 2016 à 2040, Genève, Office cantonal de la statistique.

Pattaroni, L., Kaufmann, V. et Rabinovich, A. (2009), « L’habitat en questions », Espaces Temps.net, http://www.espacestemps.net/articles/habitat-en-questions (consulté le 7 décembre 2016).

Pennec, S. (2006), « Les pratiques de la ville entre anonymat et proximité : garder une relation urbaine au monde », Annales de la recherche urbaine, 100, p. 51‑58.

Phillipson, C. (2004), « Urbanisation and ageing: towards a new environmental gerontology », Ageing & society, 24, 6, p. 963-972.

Renaut, S. (2011), « Parcours de vie et vieillissement ordinaire : données de cadrage », Gérontologie et société, 138, 3, p. 13-34.

Riom, L., Hummel, C., Kimber Ayre, L. et Burton-Jeangros, C. (2015), « Plus on est vieux, plus on se protège : le sentiment de sécurité chez les personnes âgées », Retraite et société, 71, 2, p. 57‑74.

Riom, L., Hummel, C. et Burton-Jeangros, C. (2017), « Ville et vieillissement en ville : nécessité d’une hybridation théorique », in : Hummel, C., Burton-Jeangros, C. et Riom, L. (dir.), Vieillissement et espaces urbains, Genève, Institut de recherches sociologiques, p. 10-23, https://www.unige.ch/sciences-societe/socio/fr/publications/dernierespublications/sociograph-30-sociological-research-studies/ ( consulté le 7 décembre 2017).

Riom, L., Meyer, M. et Hummel, C. (2017), « Une « éthique visuelle » pour les usages de l’image dans l’enquête en sciences sociales », in : Burton-Jeangros, C. (dir.), L’éthique (en) pratique : La recherche en sciences sociales, Genève, Institut de recherches sociologiques, p. 51-70, http://www.unige.ch/sciences-societe/socio/fr/publications/dernierespublications/sociograph-34-sociological-research-studies/ (consulté le 26 décembre 2017).

Riom, L. et Hummel, C. (2018), « Le quotidien dans l’objectif », in : Sebag, J., Durand, J.-P., Palmas, L. et Dole, C. (dir.), Point de vue dans la vie quotidienne, Paris, Diacritiques Éditions, p. 121-141.

Schoepfer, I. (2014), « Capturing neighbourhood images through photography », Visual ethnography, 3, 1, p. 7‑34.

Schoepfer, I., Zweifel, C. et Paisiou, S. (2011), « “I would never live in this neighbourhood, I don’t want an apartment with creaking floors”: images of built space in residential choices », Ultima thule. Journal of architectural imagination, http://www.ultimathule.com.au/index.php/ultima/article/view/22. (consulté le 7 décembre 2016).

Simmel, G. (2004), « Métropoles et mentalité », in : Grafmeyer, Y. et Joseph, I., L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion, p. 61‑78.

Stock, M. (2007), « Théorie de l’habiter. Questionnements », in Paquot, T., Lussault, M. et Younès, C. (dir.), Habiter, le propre de l’humain, Paris, La Découverte, p. 103-125.

Thomas, M.-P. et Pattaroni L. (2012), « Choix résidentiels et différenciation des modes de vie des familles de classes moyennes en Suisse », Espaces et sociétés, 148‑149, 1, p. 111-127.

Van Damme, S. (2013), Une histoire des savoirs urbains est-elle possible?, Metropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Une-histoire-des-savoirs-urbains.html (consulté le 19 février 2016).

Weinstein, M. (2016), TAMS Analyzer, Tacoma, Mayday Softworks.

Wirth, L. (2004), « Le phénomène urbain comme mode de vie », in : Grafmeyer, Y. et Joseph, I., L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion, p. 255-281.

Zask, J. (2004), « L’enquête sociale comme inter-objectivation », in : Karsenti, B. et Quéré L. (dir.), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 141-163.

Haut de page

Notes

1 Un constat relativement similaire peut être fait pour l’enfance (voir Authier et Lehman-Frisch, 2012).

2 Le terme d’épreuve est ici compris comme les « défis historiques, socialement produits, inégalement distribués que les individus sont contraints d’affronter » (Martuccelli, 2006, p. 12). Ces défis se combinent de manière singulière au cours de la vie de chaque individu et participent à le « forger ». En cela, notre utilisation du concept d’épreuve s’inscrit plutôt dans l’idée de l’épreuve-défi que de l’épreuve-sanction (voir Martuccelli, 2015).

3 Lalive d’Epinay et Cavalli (2013) relèvent que les métamorphoses du vieillissement sont liées à la superposition d’une pluralité de phénomènes : perte de certaines ressources, vulnérabilité accrue, moindre résilience, disparition des proches, etc.

4 C’est d’ailleurs pour cela que Caradec (2014) parle également de reconversion-déprise. Sur le concept de déprise, voir également Barthe, Clément et Drulhe (1990) et Caradec (2012).

5 Voir par exemple Nowik et Thalineau (2014).

6 « We can not know what keeps us attached without engaging in trials and putting our objects of attachment to the test. » (Notre traduction).

7 2015-2016, Institut de recherches sociologiques, université de Genève (Hummel, Burton-Jeangros et Riom, 2017). Nous remercions les étudiants de l’atelier, Michaël Deml, Heber Gomez Malave, Alizée Lenggenhager, Ndéye Ndao et Martina von Arx, pour leur large contribution à cette recherche, leur participation active et leur enthousiasme.

8 La majorité des personnes âgées conserve une participation sociale importante (Renaut, 2011).

9 Pour plus de détails sur ce volet de l’étude, voir Riom et Hummel (2018) ; sur des dispositifs similaires, voir Chaudet et Péribois (2014) ou Schoepfer (2014).

10 Ce tronçon fait partie des aménagements que Mme Dubois qualifie de « catastrophes ».

11 Comme dans de nombreuses grandes villes européennes, la situation du marché immobilier genevois est marquée à la fois par un très faible taux de vacance et un envol des prix. Cela a pour conséquence d’encourager les phénomènes de sous-locations.

12 Une enseigne de la grande distribution en Suisse.

13 Entendues comme les « procédures qui valent par la pertinence qu’elles donnent au temps – aux circonstances que l’instant précis d’une intervention transforme en situation favorable » (De Certeau, 2015, p. 63). Elles se distinguent donc des stratégies qui sont, elles, instituées et forment leurs propres espaces d’exercice.

14 Cette boucherie a été citée par plusieurs personnes interviewées comme un lieu qu’elles fréquentent de manière régulière. « Il y a un lien humain » indique Mme Dufour. Sa fermeture intervenue au moment de la fin de notre étude de terrain a, d’ailleurs, été déplorée par plusieurs personnes venues assister à une présentation de nos résultats.

15 La Tribune de Genève est le quotidien local.

16 Ici, nous faisons référence à ce que Mark Granovetter (1973, p. 1361) nomme « absent ties » dans son article célèbre The Strength of Weak Ties. La formule « absent ties » nous paraissant quelque peu contre-intuitive (comment des liens effectifs et actifs pourraient-ils être absents ?), nous préférons la traduire par « liens ténus » plutôt que par « liens absents ».

17 Entendues comme agency en anglais, voir Latour (2015).

18 Cette réflexivité ne s’exprime d’ailleurs pas uniquement dans le discours des acteurs, mais plus largement dans l’attention et l’application qu'ils portent à leurs faits et gestes. C’est pour cela qu’il est important d’observer les personnes âgées dans leurs pratiques quotidiennes de la ville. Sur la question de la réflexivité en sociologie, voir également Mondada et al. (2007).

19 Ce résultat vaut bien sûr dans les limites du dispositif de notre enquête et notamment de son mode de recrutement, voir la partie « Méthodes ».

20 À ce titre, l’utilisation de cartes, des interviews « en marchant » et de la photographie s’est révélée un excellent moyen d’offrir aux participants la possibilité de rendre compte de leur expérience (pour une réflexion plus approfondie, voir Riom, Meyer et Hummel, 2017 ; Riom et Hummel, 2018).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Périmètre centre-ville
Crédits Photo prise par Mme Lacroix
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/6449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 2 : Périmètre périurbain
Crédits Photo prise par Mme Kaufmann
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/6449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 3 : les trottoirs, nouveaux obstacles urbains
Crédits Photo prise par Mme Dubois
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/6449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photo 4 : une boucherie, espace créateur de liens ténus
Crédits Photo prise par Mme Dufour
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/6449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Riom, Cornelia Hummel et Claudine Burton-Jeangros, « « Mon quartier a changé un peu, mais c’est moi qui ai aussi beaucoup changé ». Habiter la ville et y vieillir »Métropoles [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/6449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.6449

Haut de page

Auteurs

Loïc Riom

Chercheur associé, Institut de recherches sociologiques, université de Genève, doctorant, Centre de sociologie de l’innovation, Mines ParisTech, Université PSL

Cornelia Hummel

Maître d’enseignement et de recherche, Département de sociologie, université de Genève

Claudine Burton-Jeangros

Professeure ordinaire, Département de sociologie, université de Genève

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search