Navigation – Plan du site
Varia

Théoriser l’action publique urbaine et territoriale : éléments pour une épistémologie de l’aménagisme

Theorising urban and territorial public action: elements for an epistemology of spatial planning
Philippe Genestier

Résumés

Quels sont les fondements de l’aménagement ? Quel imaginaire social-historique confère sa mission et sa légitimité à l’aménagisme ? Quels cadres cognitifs dotent la rationalité juridique et technique de l’urbanisme de sa crédibilité et de son acceptabilité sociale ? À ce questionnement de nature théorique et épistémologique, ce texte apporte quelques éléments de réponse par le truchement de l’analyse du discours des acteurs de l’action dans et sur l’espace, qui se veut aussi une action par l’espace.

Haut de page

Notes de la rédaction

*Ce texte est issu de ma communication introductive au colloque « L’aménagement et l’urbanisme à l’épreuve des cadres théoriques », Université Paris-Diderot, les 15 et 16 janvier 2016.

Texte intégral

  • 1 Pourquoi utiliser le néologisme « aménagisme » ? Remarquons d’abord qu’il s’agit d’un terme d’usag (...)

1Quels sont le statut et la fonction de la théorie en aménagement et en urbanisme, en général et particulièrement au sein de la recherche en ce domaine ? De plus, en quoi consiste la recherche en aménagement et urbanisme – que l’on appellera « aménagisme » dans la suite de ce texte1 ? Remarquons d’abord qu’il existe une recherche académique, se décomposant en recherche pour l’aménagisme, ayant vocation à se traduire par des recommandations pratiques et des propositions d’une portée plus ou moins générale, et une recherche sur l’aménagisme, dont une partie peut relever d’une approche non pas empirique, mais théorique. Selon que l’on développe une recherche pour ou une recherche sur l’aménagisme, l’association des termes « recherche » et « théorie » ouvre sur des questionnements très différents, que l’on va tenter ici d’expliciter.

  • 2 En fait, je parlerai ici surtout de la pensée aménagiste française, qui a été et reste façonnée pa (...)
  • 3 L’auteur de ces lignes, n’étant plus enseignant-chercheur à l’université depuis qu’il a intégré le (...)

2Cet article constitue un essai de synthèse, ou de systématisation, de mes travaux de recherche à teneur théorique (c’est-à-dire sans visées applicatives) portant sur la pensée aménagiste occidentale, principalement française2, moderne et contemporaine, ce qui me conduit à renvoyer à de (sans doute trop) nombreuses reprises à mes publications – que le lecteur veuille bien m’en excuser3. Cependant, pour ne pas rester trop abstrait, cet article s’appuie sur des exemples tirés principalement de la politique de la ville et de la rénovation urbaine. Il s’agit en effet d’un des champs d’action pouvant illustrer les cadres cognitifs et les enjeux qui président à l’aménagisme actuel (toutefois, le marketing urbain, champ d’action situé au bord opposé de l’aménagisme, aurait pu tout aussi bien servir de réservoir d’exemples).

  • 4 Nous entendons « critique » au sens philosophique, kantien, du terme, qui vise à discerner les con (...)
  • 5 Au sens d’un examen du répertoire de pensée et des « registres de vérité » (selon la formule de Mi (...)

3Dans une première partie, nous tentons de clarifier les rapports du monde de la recherche en aménagisme à celui de l’action opérationnelle, ce qui soulève le problème complexe des relations entre pratique et théorie. Pour cela, nous nous efforçons de distinguer les différents niveaux d’analyse qui peuvent être abordés par la recherche appliquée ou fondamentale. Puis, dans une deuxième partie, nous cherchons à repérer quelques-unes des réponses d’ores et déjà disponibles, procédant d’un questionnement pouvant être dit « théorique », et qui sont fournies par une analyse critique4 et épistémologique5 de l’aménagisme.

1. De quelle « théorie » parle-t-on ?

  • 6 Une doctrine est un ensemble de croyances partagées au sein d’une communauté, régulatrices de cell (...)

4Il existe différents types de recherches. Sur quoi portent ces recherches, avec quelle(s) théorie(s) se déploient-elles ? S’agit-il de l’appareillage théorique des chercheurs, c’est-à-dire de leurs bases conceptuelles et outils méthodologiques, nécessaires pour mener une activité scientifique ? Ou bien s’agit-il de recherches d’ordre pratique de la part d’aménagistes – même si des praticiens peuvent formuler des propositions généralistes qu’ils appellent alors « théories » ? Mais dans ce cas, plutôt que de parler de « théories urbanistiques », ne serait-il pas préférable de les nommer « doctrines »6 ? Ou bien, troisième option, s’agit-il de recherches portant sur la part axiomatique et paradigmatique de l’aménagisme considéré en lui-même ?

1.1. La théorie dans les savoirs pour l’action

5Une première acception du terme « théorie » concerne la recherche développée par diverses disciplines explorant, soit la ville (ce que l’on nomme aujourd’hui les urban studies), soit son aménagement. Mais je ne crois pas que ces objets de recherche posent de problèmes théoriques particuliers, même s’il est souhaitable de distinguer les différents registres de savoir que ces recherches mobilisent.

  • 7 Même si cette évidence actuelle n’a pas toujours existé car, comme le montrent les historiens de l (...)

6Les questions généralement développées par la recherche pour l’aménagisme ont un horizon opératoire plus ou moins direct. Implicitement, ce type de recherche considère que l’action publique d’aménagement va de soi7, si bien que les chercheurs visent soit à produire des connaissances techniques nouvelles, facilement opérationnalisables, soit à apporter des bases doctrinales renouvelées à l’action. Leur objectif est de susciter une transformation des modes de faire des « hommes de l’art ». Tentons de distinguer différents types de savoirs pour l’action aménagiste :

7Il existe, d’une part, toutes les connaissances relatives à la ville, dans ses dimensions physiques (c’est-à-dire architecturales, topographiques, morphologiques ; etc.), ou sociales (sociodémographiques, socioéconomiques, politico-institutionnelles, etc.). Ces connaissances valent pour elles-mêmes, mais sont également requises pour tenter de mieux aménager et de mieux urbaniser. Sont concernés les savoirs académiques sur l’urbain (ceux du géographe, du sociologue, du démographe, de l’économiste, mais aussi du logisticien, de l’ingénieur réseaux, de l’épidémiologiste, du biologiste environnementaliste, voire du climatologue, etc.). Remarquons qu’en général ces différentes disciplines abordent les problèmes urbains comme n’importe quel autre objet. Sur le plan méthodologique, l’espace urbain et territorial ne se distingue pas fondamentalement des autres domaines bénéficiant d’une attention sociale particulière et d’une politique publique dédiée.

  • 8 On pourrait reprocher à un tel regroupement de pratiques sociales et professionnelles, de technici (...)
  • 9 Parmi les réalisations exemplaires auxquelles se réfèrent les urbanistes, pensons, parmi d’autres, (...)
  • 10 Les travaux de Jean-Louis Cohen sur « l’italophilie » (1984), ceux sur les formes urbaines (d'Alfo (...)
  • 11 En ces domaines, on peut aisément penser que l’approche bourdieusienne en termes de « lutte symbol (...)

8Il y a, d’autre part, les savoirs pratiques de l’aménagiste ou, selon un terme traditionnel et désuet, de « l’édile », c’est-à-dire de l’élu local, du promoteur, du planificateur et réglementateur, du projeteur et dessinateur, du juriste et du programmiste, du financeur et commercialisateur, du coordinateur de projet, du paysagiste, de l’ingénieur structure, transport ou voirie et réseaux, de l’écologue, de l’hydraulicien, etc.8. Ces savoirs spécialisés constituent les corpus techniques (les « référentiels métiers » selon le jargon managérial) propres à chaque profession. Le corpus des urbanistes est ainsi constitué de références (modèles de ville, recueil explicite ou pas de bonnes pratiques et de réalisations ayant valeur d’exemple, etc.9) et d’instruments opérationnels (ceux de la maîtrise d’ouvrage, de la planification, du montage et de la conduite d’opération, etc.). Cependant, ces savoirs professionnels tendent à se renouveler à un rythme plus ou moins rapide : à une période de « savoir normal » (au sens où l’on parle de « science normale ») succède une période de crise matérielle ou morale (pensons au désaveu que subît l’urbanisme fonctionnaliste dans les années 1970), qui entraîna une redéfinition du corpus intellectuel des praticiens. Cela stimula la recherche dite « théorique » concernant les formes bâties : les années 1970-1980 connurent une intense production doctrinale10 de la part des architectes, des paysagistes, des urbanistes spécialistes de la composition urbaine et de l’urban design11. Là aussi, la dimension théorique de ces savoirs et de leur production n’est pas spécifique, elle est semblable aux autres sciences appliquées.

  • 12 Le syntagme « mixité sociale » en donne une illustration : pour un démographe statisticien ou un g (...)

9En fait, qu’il s’agisse de recherches pour l’action d’aménager (produisant les savoirs de l’aménagisme) ou sur celle-ci, on constate que, comme pour la plupart des thèmes de l’action publique, les savoirs en acte se caractérisent souvent par un saut conceptuel, par un glissement entre la description et la proposition, voire la prescription. La collaboration, et parfois même le simple dialogue, entre chercheurs et praticiens en sont rendus difficiles, et cela est notamment dû au fait que les praticiens utilisateurs de connaissances académiques dans leurs opérations font un travail de traduction de concepts descriptifs proprement disciplinaires en des notions transdisciplinaires à vocation interprétative, voire normative12. Ainsi, entre un discours analytique sur ce qui est et un discours à visée performative sur ce qui devrait être, un réel fossé se creuse.

10On rencontre ici une difficulté partagée par toutes les autres disciplines à portée opératoire, celle de l’interpénétration de que l’on décrit et de ce que l’on cherche à prescrire. La science économique s’est confrontée à cette difficulté dès son origine (en tant que démarche voulant devenir scientifique et non plus morale). À la fin du XIXe siècle, Léon Walras, adepte de la mathématisation de l’économie, voulait discriminer entre les registres répondant à des règles différentes. Ainsi, selon lui, « l’économie pure » traite des relations entre des objets, en particulier des échanges et à ce titre est justiciable d’une analyse en termes de « vérité », alors que « l’économie appliquée », relative aux relations entre les hommes et les choses, est propice à une approche en termes d’« utilité ». Quant à « l’économie sociale », qui s’intéresse aux relations entre les hommes, elle requiert une approche en termes de « justice ». Ne pas distinguer ces différents registres, c’est méconnaître, disait-il, que ce qui est vrai n’est pas forcément juste et utile, que ce qui est juste et utile n’est pas forcément vrai… D’où les risques de malentendu entre la science économique et les politiques économiques.

11Or, avec l’aménagisme, les difficultés redoublent, et cela pour deux raisons.

  • 13 Le néologisme « urbanologie » développé notamment par le géographe Paul Claval (1981) n’a guère eu (...)
  • 14 Est-ce qu’il est envisageable de constituer un appareillage de savoirs techniques et de méthodes s (...)

12En premier lieu, parce que la partie relative à ce qui est analysable en termes de vérité relève de l’urbanologie13 beaucoup plus que de l’urbanisme, et que, se cantonnant le plus souvent à décrire ce qui est localement, contextuellement, n’apporte guère d’enseignements généralisables. Quant aux aménagistes, ils sont eux aussi animés par le souci de ce qui devrait être ici, c’est-à-dire dans le lieu de leur intervention. Il résulte de ce localisme que le registre de la vérité, recourant à une approche empirique, mais répondant à une démarche nomologique, n’est en fait développé que dans des sous-domaines de l’aménagisme, portés en particulier par les ingénieurs : ceux des transports, des réseaux et des fluides14.

13Les difficultés nées de l’imbrication des registres redoublent aussi, en deuxième lieu, du fait qu’avec l’aménagisme deux autres registres, celui du Beau et celui du Bien, s’adjoignent aux trois registres distingués par Walras.

  • 15 Ainsi Françoise Choay (2006) peut-elle parler de capacité « institutionnalisante » de l’architectu (...)
  • 16 L’architecte Roland Castro, qui fut en son temps promoteur de l’opération Banlieues 89, est un éno (...)

14Le registre du Beau (architectural et urbanistique) est à entendre non seulement en son sens esthétique, celui de la délectation par la sensibilité, mais aussi au sens symbolique, concernant tant la compréhension par le spectateur des formes bâties, grâce au code culturel, que l’imprégnation culturelle du citadin par ces formes15. C’est avec ce double sens, où l’esthétique et le symbolique se mêlent, qu’un discours à tonalité esthético-éthique, voire esthético-politique, peut être formulé, par exemple, celui du « droit à la ville » associé au « droit à la beauté et à l’urbanité pour tous les citadins-citoyens »16.

15S’adjoint également le registre du Bien. Le Bien ne peut référer ni à la notion chrétienne du Bon, ni à la notion progressiste du Juste. Il s’inscrit dans une tradition aristotélicienne pour définir l’état d’esprit de celui qui est animé d’une volonté de réforme sociale. Le sentiment du Bien animait les premiers urbanistes (juristes et administrateurs, ingénieurs civils et médecins hygiénistes, industriels et littérateurs philanthropes, etc.), qui cherchaient autant à sortir de la logique caritative qu’à concrétiser des aspirations sociales jusqu’alors utopiques, même si c’était plus, par utilitarisme, pour garantir la paix sociale que pour déployer un projet politique égalitaire. Et ce registre du Bien, qui est distinct tant de celui du juste que de celui de l’utile, brouille encore plus le contenu du discours aménagiste, qui passe insensiblement d’un registre à l’autre pour produire un effet de conviction ou d’autorité.

  • 17 Les actes ont été publiés en 2001.
  • 18 Aujourd'hui peut-être pourrait-on considérer qu’avec les Big Data une perspective de renouvellemen (...)

16En fait, l’entrelacs de savoirs sur la ville, de savoirs pour l’action et de savoirs sur l’action nous invite à nous remémorer le propos tenu par François Dubet en 1999 lors du colloque de La Rochelle intitulé « Villes du XXIe siècle : quelle ville voulons-nous ? »17. Il affirmait alors que, sur la ville et sa fabrication, on sait d’ores et déjà à peu près tout18 et que, par conséquent, la question qui se pose n’est pas celle de la connaissance des phénomènes urbains, mais celle de l’utilisation pertinente de ces connaissances dans une action consciente et délibérée, proprement politique.

17Cette remarque de F. Dubet nous invite à nous centrer sur la connaissance de l’action elle-même en interrogeant les différents savoirs sur l’aménagisme.

1.2. Théoriser les savoirs sur l’action

18Il existe différents savoirs sur l’aménagisme, notamment des savoirs produits par la recherche observant de manière empirique des actions concrètes d’urbanisation et d’aménagement. On pense là aux recherches sur les jeux d’acteurs et leurs coalitions, sur les processus de prise de décision, sur les régimes urbains et la gouvernance, etc. Là sont à l’œuvre les savoirs des sciences de la gestion, de la science politique travaillant sur le fonctionnement institutionnel et l’application des politiques publiques, de la sociologie des organisations, de la sociologie de l’action dite « publique », ou « collective », ou encore « organisée » (l’adjectif utilisé, avec ses connotations, variant selon la sous-discipline ou l’orientation idéologique du chercheur).

19Dans une même perspective, mais appliquées au travail de conception, on remarque l’existence de recherches à fortes prétentions théoriques ou modélisatrices, aujourd’hui rangées sous la bannière des Design studies. Celles-ci tentent de décomposer les activités mentales aboutissant à une proposition graphique et discursive d’aménagement. L’activité de « projettation » (comme on le dit en pseudo-italien) en architecture et en urban design relève, en effet, d’une pensée singulière qui conserve une part importante d’ombre. Cette activité, de nature synthétique, transforme (« commute », comme le dit Henri Raymond, 1977) un programme quantitatif, issu lui-même d’une commande verbale et chiffrée rapportée à un contexte géographique, en un projet spatial dessiné, c’est-à-dire en une forme architecturale ou urbanistique devant à la fois remplir les objectifs du programme et offrir une qualité d’accueil à ceux-ci. Or, cette commutation est en quelque sorte une boîte noire, que l’on peut chercher à éclairer par un travail relevant des sciences de la conception (Prost, 1992 ; Söderström, 2001), par l’anthropologie du projet (Boutinet, 1990), par une approche « génétique » (de Biasi, s.d.) ou « architecturologique » (Boudon et Pousin, 1993), ou encore par un examen des « modèles culturels de l’habitat et de la ville » (Raymond, 1984).

  • 19 Une des facilités de penser que s’accordent les aménagistes procède de cette agrégation : il est c (...)
  • 20 Prenons un exemple : à la notion d’« urbanité » correspond un modèle de rue semi-piétonne avec un (...)

20Pour ma part, il me semble possible de contribuer d’une autre manière à cet axe de recherche, en analysant le rôle joué par les images-idées composant le vocabulaire des architectes et des urban designers. Il s’agit de figures associant un type de dispositif spatial à une qualité particulière de relations sociales, ou, pour le dire autrement, agrégeant une morphologie spatiale et une morphologie sociale19. De telles figures acquièrent une valeur de stéréotype pour les acteurs de l’intervention urbanistique du fait de leur vertu sociospatiale postulée20. Ces images-idées constituent ainsi le répertoire morpho-axiologique partagé par une génération de professionnels de la conception, ou bien par un courant de concepteurs. Nous reviendrons en deuxième partie sur le rôle de ces images-idées stéréotypiques.

  • 21 Même « l’urbanisme d’opportunité » prôné par Margaret Thatcher durant les années 1980, prétendant (...)
  • 22 Ainsi, la recherche actuelle (Métropolitiques, 2014 ; Revue internationale d’urbanisme, 2018 ; Les (...)
  • 23 Comment appeler cet ensemble de représentations et de valeurs concernant l’homme, la société et la (...)

21Que la recherche interroge les savoirs des planificateurs, des maîtres d’œuvre, ou des maîtres d’ouvrage, elle s’inscrit le plus souvent dans le sillage d’une seconde acception du terme « théorie », celle qui concerne la part de vision social-historique globale, de principes généraux et d’options idéologiques contenue dans toute action aménagiste et dans toute doctrine urbanistique : connaît-on des projets d’aménagement purement pragmatiques, ne se référant à aucune conception des besoins humains et du fonctionnement urbain ?21. En effet, de manière revendiquée ou pas, il y a dans chaque aménagement une part doctrinale : les aménagistes ne réinventent pas tout à chaque opération, même quand ils insistent sur la singularité de leur projet ou sur la non-standardisation inhérente à la démarche de projet. Ils n’élaborent pas leurs interventions sans références, sans standards formels et fonctionnels22. De plus, dans chaque doctrine, en amont des règles techniques, on peut discerner un ensemble de patterns culturels, d’idéaux sociaux, d’options politiques, de normes éthiques23.

22Les travaux de Françoise Choay (1965) sont éclairants sur cette part autant culturelle (principielle, spirituelle et optative) que proprement idéologique, contenue dans les différentes doctrines urbanistiques qui se sont succédé depuis deux siècles. Toutefois, se focalisant sur la pensée séminale de quelques grands auteurs et sur la phase inaugurale de formulation des doctrines urbanistiques, elle laisse de côté le mode d’engagement et de fonctionnement des références doctrinales dans la production aménagiste ordinaire.

23Dans le sillage des études développées par cette auteure, mais en mobilisant des sources plus sociotechniques que littéraires, des travaux se sont développés, qui se focalisent sur la dimension éthique et axiologique de l’urbanisme (Martouzet, 2002) ou qui portent sur les contextes nationaux et internationaux d’émergence ou de diffusion des doctrines aménagistes. Ces travaux relèvent globalement de l’histoire des idées et des institutions. Pensons en particulier aux travaux de Marcel Roncayolo (Roncayolo et Paquot, 1992 ; Roncayolo, 2010) et Thierry Paquot (Roncayolo et Paquot, 1992), de Jean-Pierre Gaudin (1985, 1991), de Rémi Baudouï (1992, 1995), et de Viviane Claude et Pierre-Yves Saunier (1999). Étendant une telle démarche jusqu’au temps présent, on s’intéressera, par exemple, aux doctrines du Projet urbain, du Développement durable et de l’Écoquartier, ou de la Ville intelligente.

24Toutefois, il est important de ne pas minorer les effets de détermination des doctrines aménagistes et des modèles d’action par des facteurs matériels, notamment technoscientifiques. Les corpus idéels ne restent pas intacts quand les conditions et les moyens des interventions publiques évoluent. Il faut en particulier tenir compte des effets d’enchaînement et d’amplification : une avancée dans un domaine pouvant se répercuter sur l’ensemble des problèmes urbains et territoriaux qui se trouvent alors posés à nouveaux frais. En effet, les innovations techniques laissent entrevoir, bien au-delà du cercle des spécialistes, des solutions potentielles nouvelles. À cet égard, l’exemple du béton armé est saisissant, car la mise au point de ce matériau dans les années 1880-1920 par des ingénieurs et des entrepreneurs a ouvert un vaste champ des possibles. Grâce à ses performances mécaniques, à sa facilité de mise en œuvre et à la modicité induite des coûts, cette technique de construction a non seulement bouleversé la culture architecturale et urbanistique, mais a aussi puissamment irrigué l’imaginaire politique, permettant à des aspirations à la modernité, à la consommation et au confort de masse de se réaliser alors que ces aspirations n’étaient même pas imaginables par les plus hardis utopistes des siècles antérieurs (Genestier et Gras, 2015).

25Toutefois, à côté des recherches historiques et sociologiques sur la part référentielle et doctrinale de l’aménagisme, il existe une troisième acception du terme « théorie », qui se rapporte à un questionnement en amont en se centrant sur la logique interne de la pensée et de la discursivité aménagistes. Il s’agit alors de considérer l’aménagement et l’urbanisme comme une discipline dotée de sa rationalité propre, de son corpus de savoirs, savoir-faire, savoir-être – mais aussi de faire-savoir et savoir-dire, car l’aménagisme est une activité dialogique et communicationnelle hautement socialisée et médiatisée.

1.3. Théoriser les savoirs d’action

26L’examen des doctrines architecturales et urbanistiques conduit à repérer les assertions optatives et les références explicites qui les sous-tendent. Il est possible de pousser l’analyse en dévoilant les registres de savoir et de vérité dont procèdent les postulats, les présupposés, voire les préjugés, constitutifs du l’axiomatique aménagiste. Mais on peut aller plus loin encore en examinant le cadre cognitif et les procédés discursifs par le truchement desquels advient l’intentionnalité aménagiste.

27Il s’agit alors d’analyser systématiquement le discours des acteurs de l’aménagement, en fonction, non seulement de leurs fondements idéologiques et de leurs références, mais surtout des opérations de pensée propres à cette activité. Le but est de mettre au jour le paradigme aménagiste, c’est-à-dire d’appréhender ce domaine d’action en soi et pour soi, au-delà ou en deçà de sa multidimensionnalité et de ses particularités contingentes.

28L’aménagisme n’est pas alors conçu seulement comme un type institutionnalisé d’activités et un répertoire d’instruments professionnels, comme un genre d’action publique, composé, certes, d’interventions spécialisées et concourantes, requérant des engagements partenariaux visant à la maîtrise de l’espace, mais aussi comme une rationalité spécifique, assez largement ignorée par la recherche autant que par les praticiens eux-mêmes.

29En effet, jusqu’à aujourd’hui, une analyse de la pensée aménagiste vue de l’intérieur et en train de s’élaborer, n’a été que peu développée. Une telle analyse doit interroger la logique de conceptualisation et le processus de conception, les opérations mentales par lesquelles le réel est saisi, les problèmes sont construits et les solutions formulées. Quels sont les schèmes de raisonnement et quel est l’agencement des thèmes et des termes qui spécifient les intentions, qui sous-tendent les motifs de l’action, qui fournissent les raisons d’agir ?

30Pour apporter une réponse à ce questionnement théorique radical (visant à aller à la racine des idées d’aménagement et d’urbanisme), il faut tenter d’en déconstruire le paradigme.

  • 24 Les savoirs aménagistes ont une origine lointaine, mais incertaine. A quand remontent-ils ? Au Ier(...)

31Pour un tel chantier, l’historiographie nous aide, notamment quand elle révèle qu’initialement la volonté de maîtrise du territoire et de la croissance urbaine suscita chez de nombreux acteurs soucieux des affaires publiques un grand effort d’inventions techniques et administratives pour agir dans un but de modernisation et de réforme sociales. L’histoire sociale, politique, urbaine et culturelle en rend abondamment compte. Cependant, selon cet angle de vue, l’aménagisme est encore regardé de l’extérieur, comme une activité historiquement construite24, reposant sur des conditions sociales d’existence que l’historien des idées et de l’art, le sociologue des représentations et le politiste érigent en objet principal. La recherche théorique sur l’aménagisme dont il est alors question vise à apporter des connaissances autant sur l’activité édilitaire que sur les conditions ayant entraîné son émergence et son déploiement.

32Pour aller plus en profondeur dans l’analyse, il convient de se rapprocher des approches développées par la sociologie de la connaissance, plus répandue il est vrai en Allemagne qu’en France, et de celles développées par la science politique cognitiviste (Jobert et Muller, 1987 ; Muller, 2000)et la Narrative Analysis (Roe, 1994). Mais ces courants de recherche ont peu abordé le domaine de l’aménagisme, moins en tout cas que celui des politiques agricoles (Muller, 2003) ou des politiques de circulation et sécurité routière (Gusfield, 2009).

33Prendre pour objet le paradigme aménagiste, sa rationalité et son imaginaire amène à considérer les discours des acteurs comme des matériaux, à adopter la sémiologie comme approche et l’analyse de discours comme méthode.

2. La recherche épistémologique sur l’aménagisme

  • 25 L’aménagement et l’urbanisme, disciplines normatives à visée opérationnelle, ne constituant assuré (...)

34Pour aller plus loin25 dans l’analyse de l’aménagisme que le dévoilement des options idéologiques qui en irriguent les doctrines, on peut analyser le discours aménagiste dans sa logique, ses ressorts, ses invariants. On doit même pousser cette analyse jusque dans les retranchements de l’imaginaire urbanistique, saisissable via la part importante de tacite et d’implicite qu’il contient. Cette part, la linguistique l’appelle « le prédiscours » (Paveau, 2006) et c’est elle qui assure « la cognition partagée » entre les membres de la communauté aménagiste. Pour mener une telle analyse, on doit interroger ce qui fonde et structure cette discipline qu’est l’aménagisme, et examiner les prérequis et le système des inférences qui la sous-tendent.

  • 26 Ce n’est pas ici le lieu d’examiner les rapports complexes et contradictoires entre les différente (...)

35Une telle problématique requiert le regard du sociologue et philosophe de l’action (praxéologue)26. Mais comme l’action dont il est ici question est de nature culturelle et politique, ce sont aussi les points de vue du philosophe politiste et de l’anthropologue culturaliste qui doivent être convoqués.

2.1. La raison d’être de l’aménagisme

36Les questions que je propose de développer ici sont les suivantes : qu’est-ce que l’aménagisme ? De quelle nature est-il ? Quelle est sa raison d’être ? Autrement dit, quels en sont les fondements idéels (conceptuels, idéologiques, axiologiques) ?

  • 27 Dans les pays développés (mais beaucoup moins dans les autres pays), de l’origine de l’urbanisme ( (...)
  • 28 Selon une formule due à G. Lukàcs (1963), employée également par L. Goldmann (1978), qui est plus (...)
  • 29 Selon Yves Chalas (1989), le « spatialisme », en tant qu’élément cardinal de l’idéologie professio (...)

37En fait, toutes ces questions se rapportent à la doxa aménagiste, c’est-à-dire à la croyance selon laquelle il est possible et utile, voire nécessaire, d’intervenir sur et par l’espace urbain et territorial, car celui-ci serait un moyen efficace de production d’effets sociaux et politiques27. Il s’agit donc de révéler « l’univers de plausibilité »28 dont procède le postulat « spatialiste »29 qui conditionne l’existence-même de l’aménagement et de l’urbanisme. C’est également cet univers de plausibilité qui fonde la crédibilité, l’autorité et l’acceptabilité sociales dont jouit l’aménagisme.

  • 30 Il convient d’entendre « l’imaginaire aménagiste » dans le sens que lui donnent Sylvia Ostrowetsky (...)
  • 31 Louis Althusser (1976), auquel se réfèrent les concepteurs de l’École française d’analyse de disco (...)

38La démarche adoptée ici vise à dévoiler et déployer la rationalité propre et les raisonnements des acteurs de l’aménagement. Mais il s’agit également, de manière réciproque, de caractériser comment le système institutionnel général, avec le « référentiel global » (selon la terminologie de la science politique) qui le caractérise, est révélé dans une part de sa profondeur par l’explicitation de l’imaginaire aménagiste30, c’est-à-dire par l’exploration du cadre de pensée propre au « référentiel sectoriel » que constitue ce domaine d’action. Effectuant alors une lecture « symptômale »31 de l’aménagisme, en tant que registre d’action publique statutairement défini et institutionnellement accrédité, on lui accorde une valeur d’analyseur du système de valeurs et de représentations qui fonde l’idée d’action publique au sein de ce que Pierre Rosanvallon (2004) appelle un « modèle politique ».

39Pour saisir la raison d’être de l’aménagisme, il faut en comprendre la rationalité et expliciter le jeu des finalités et modalités. Mais une part de mystère subsiste, liée au passage du savoir à l’action.

40Ce passage se caractérise par un double saut :

  • celui qui fait passer de la pensée descriptive à la pensée judicative, autrement, dit du constat au réquisitoire contre les dysfonctionnements constatés auxquels il faut remédier. Qu’il s’agisse d’un urbanisme d’extension, de réparation ou de « gestion »32, qu’il s’agisse d’intervenir sur un espace sous-valorisé à promouvoir ou dévalorisé à réhabiliter, le motif de l’action repose sur le diagnostic d’un état présent insatisfaisant ;
  • celui de l’appréhension constative de l’urbain en termes de processus à son appréhension propositionnelle en termes de forme : si le constat et les raisons d’intervenir procèdent d’une narration décrivant des processus socioterritoriaux et des forces agissantes, le projet, quant à lui, procède d’une formalisation spatiale, c’est-à-dire d’une action portant sur la dimension physique des lieux, en postulant que la transformation de la morphologie spatiale aura un effet sur la morphologie sociale et sur les forces qui la régissent.
  • 33 Prenons l’exemple des quartiers de la politique de la ville (Baudin et Genestier, 2003) : ils font (...)

41En outre, le glissement de la description au jugement requérant intervention est conditionné par le fait que ce qui est retenu pour être décrit est préalablement défini par des impératifs à la fois opérationnels et politico-médiatiques33. Et ces impératifs contiennent en eux-mêmes trois exigences :

  • une exigence quant à la capacité d’interpellation des problèmes soulevés34, qui doivent apparaître suffisamment manifestes et graves pour que les pouvoirs publics soient incités à agir, en réponse à une attente de réaction tangible (Genestier et Jacquenod-Desforges, 2012) ;
  • une exigence de crédibilité de l’action entreprise par les pouvoirs publics, ce qui a pour conséquence que seuls les problèmes disposant a priori d’une solution plausible entrent dans le domaine des problèmes pouvant être politiquement soulevés et portés (Zittoun, 2013) ;
  • une exigence de concrétude et de proximité(Genestier, 2005b) : l’action mise en œuvre pour apporter la solution espérée (Quick fix) au problème tel qu’il a été formulé doit être conforme à l’intuition et au sens commun, et doit pouvoir se concrétiser de manière visible afin de paraître convaincante aux yeux de ses destinataires : l’opinion publique.

42Comment, en effet, la puissance publique pourrait-elle prétendre agir si les déterminations effectives des problèmes sociaux relevaient de forces macro-structurelles, de logiques hors de portée pour les acteurs publics locaux, et même nationaux ? Décliner des questions relatives à des processus sociaux globaux en des problèmes locaux et spatiaux, c’est les rendre (superficiellement) traitables selon des paramètres formels ; et c’est aussi redonner à l’action publique une capacité (apparente) d’agir, sans laquelle la puissance publique perd sa légitimité. Ainsi, en observant des projets urbains aux objectifs à la fois ambitieux et flous, par exemple relevant d’une rhétorique usant de syntagmes tels que « le lien social », « la citoyenneté », « le vivre ensemble » ; etc. (Genestier, 2006), on peut avoir l’impression que l’action aménagiste procédant de « grands projets urbains » vise parfois plus à afficher des réalisations (architecturales et urbanistiques) visibles qu’à produire des effets (sociaux) réels (Genestier, 2013).

43Avec ce double saut conceptuel s’articulent la culture du verbe et du nombre (relevant du discursif, du quantitatif et du judicatif) et la culture de la plastique et de la morphologie (du graphisme, de la schématisation géométrique, comme le montrent Raymond et Segaud, 1970), cependant que se croisent un discours de l’explication (de la détermination matérielle) et un discours de la compréhension (du ressenti visuel, avec sa dimension émotionnelle). Le discours aménagiste en ressort hybride (Genestier et Jacquenod-Desforges, 2016) : relevant tantôt de la modélisation-normalisation des comportements collectifs, tantôt de la narration phénoménologique, parfois de l’injonction régalienne et du volontarisme technocratique, parfois de l’empathie envers le vernaculaire.

44Ainsi, un examen de la démarche aménagiste permet de décomposer, sur le plan cognitif, ce qui relève de la pensée analytique et ce qui relève de la pensée synthétique, de la pensée du processus et de la pensée de la forme, ce qui ressortit à la verbalité ou à la plasticité. Et, sur le plan discursif, cet examen distingue ce qui procède de la normalité, opposée au pathologique, ou alors ce qui relève de la préservation du local, voire de son exaltation, opposée à la volonté transformatrice. Cette hybridité multifacette aurait de quoi décourager les analystes.

2.2. L’aménagisme : comment ? Pourquoi ?

45On peut néanmoins tenter de sérier les questions relatives aux finalités de l’action et celles relatives à ses modalités. Pour analyser « comment les aménagistes font », on peut mettre en lumière les catégories de raisonnement (Gaudin, Genestier et Riou, 1995) et les procédés rhétoriques qui introduisent des biais cognitifs incitant et autorisant les sauts conceptuels propres à la discursivité aménagiste. Il semble que les opérateurs de ces glissements cognitifs résident dans des notions syncrétiques qui sous-tendent le travail aménagiste ; nous les inspecterons plus loin dans ce texte.

  • 35 En reprenant succinctement les analyses de Marcel Gauchet (2005), on peut définir cette conception (...)
  • 36 Le concept de « constructionnisme » a été particulièrement travaillé, pour en instruire le procès, (...)

46Quant à la question de savoir « pourquoi les aménagistes font ? », elle consiste à s’interroger sur les motifs et les intentions qui conduisent les aménagistes à agir. Une telle question pourrait surprendre : ne suffit-il pas d’évoquer des raisons matérielles ? Les dysfonctionnements urbains ne justifient-ils pas par eux-mêmes l’intervention urbanistique ? De plus, le statut professionnel, le rôle sociotechnique et la mission socioéconomique ou sociopolitique de l’aménagiste ne motivent-ils pas par eux-mêmes ces activités ? Autrement dit, la conception moderne et contemporaine du politique35 porte en elle une vision « constructiviste » du monde (cf. infra)36. Toutefois, ce constructivisme peut prendre des formes et des intensités variables, au point que des auteurs tels que Friedrich von Hayek (2013), Ezra Suleiman (1979), Paul Rabinow (2006) ont pu faire de la France le pays où les institutions publiques ont été le plus tôt et le plus fortement imprégnées de constructivisme.

  • 37 Il existe certes quelques travaux (Campagnac et Lorrain, 2002) qui portent sur les relations intim (...)

47L’hypothèse de ce texte est que l’évidence des justifications et des motivations à agir politiquement et spatialement n’est pas assurée. En effet, il existe des circonstances, ailleurs ou à d’autres époques, où les problèmes dits « urbains » relèvent d’autres catégories d’appréhension, par exemple de la catégorie du symbolique et du religieux, ou bien de la catégorie du marché quand la logique économique est conçue comme le régulateur plus légitime, voire comme le seul régulateur possible, ou encore quand c’est le droit de propriété, avec des servitudes associées à chaque parcelle, comme c’est le cas dans le droit musulman ou dans une partie des États-Unis (en particulier à Houston, Texas) qui prévaut. Par conséquent, les métiers de l’aménagement pouvaient et peuvent encore ne pas exister puisque les tâches édilitaires peuvent correspondre à de tout autres prérogatives et compétences que celles aujourd’hui dévolues dans l’hexagone aux acteurs publics et parapublics37 de l’aménagisme.

48Il s’agit donc ici d’examiner les valeurs et les représentations sur lesquelles reposent les intentions et les justifications des aménagistes aujourd’hui en France. Cet examen ne vaut, partiellement, que pour l’Europe occidentale.

  • 38 L’observation de grosses opérations d’aménagement montre que rares sont les cas où les acteurs eng (...)

49À un niveau infradoctrinal, il existe nombre d’attentes et d’attendus constitutifs de la doxa aménagiste qui étayent l’ethos de ses propagandistes38, notamment des réquisits et présupposés relatifs aux effets que peuvent produire les aménagements. Mettre au jour cette part tacite de l’aménagisme requiert d’explorer les cadres de pensée, les concepts opératoires, les catégories de classification que, souvent, mobilisent les acteurs (Genestier, 2011).

50Comment ces cadres cognitifs sont-ils appréhendables ? Par l’analyse du discours. En effet, les aménagistes sont structurellement tenus d’émettre un discours de présentation de leurs propositions, de justification des coûts et contraintes que celles-ci entraînent auprès de multiples interlocuteurs (commanditaires et financeurs, partenaires opérationnels, destinataires des aménagements), puisque l’activité de bâtir ou de planifier et de réglementer l’urbanisation est une tâche interactive et fortement publicisée. Mais le discours n’intervient pas qu’ex post : il est porteur en lui-même d’une rationalité, d’un mode d’appréhension et de modèles de compréhension qui, de manière implicite, configurent les problèmes et donc préfigurent les solutions concevables et admissibles. « Si l’on pense avec des mots, les mots pensent aussi pour nous », disait Victor Klemperer (1947).

51Afin de donner consistance à un tel axe de recherche théorique portant sur le « pourquoi on fait » des aménagements, présentons quelques résultats des explorations en la matière.

2.3. La dimension discursive de l’action aménagiste et l’analyse du discours de l’aménagisme

  • 39 Il serait ici possible de développer une perspective historique, retraçant les évolutions et les r (...)

52Il convient de rappeler que l’aménagisme est une action intentionnelle qui, soit répond à une volonté d’agir, en fait, de réagir face à des dysfonctionnements réels ou potentiels requérant moralement ou politiquement de ne pas rester passif, soit correspond à une attitude proactive qui, par projection et volonté d’anticipation, tente de faire advenir une situation souhaitée, de concrétiser une espérance sociopolitique et/ou une attente matérielle39. Mais les intentions relèvent de l’idéel. Comment étudier l’intentionnalité d’un acteur, comment saisir un imaginaire d’action ?

  • 40 Le rapport à la propriété foncière et immobilière est primordial, pourtant la dimension juridique (...)
  • 41 La question de l’ordre, à entendre à tous les sens du terme, est cardinale pour l’aménagisme. L’an (...)

53L’idée même d’aménager l’espace et le rôle que s’attribuent à cette fin les acteurs publics spécialisés sont liés aux histoires sociales et politiques des différents pays et des divers systèmes juridiques40, de sorte que pour examiner cette idée il faut tenir compte d’un fait essentiel : l’urbanisme et l’aménagement constituent des interventions institutionnelles délibérées. De ce fait, c’est l’action – publique ou mixte, plus que purement privée – et la volonté qui la régit, qui constituent les véritables objets de la recherche sur l’aménagisme. En cela, ces objets se distinguent de ceux de l’urbanologie (savoirs sur le phénomène urbain) et constituent un des domaines d’application des disciplines se donnant la production politique et/ou technique de l’ordre social comme thème d’étude41.

54Le fait que l’aménagisme dépende du domaine de l’action implique de nombreuses caractéristiques et conséquences.

55Par exemple, au stade initial, c’est-à-dire celui du constat, on remarque la prédominance d’une pensée misérabiliste (le réel actuel est perçu selon les catégories du manque, de la déficience). À partir de là, une intervention aménagiste devient nécessaire et ses justifications se formulent de manière à corriger les dysfonctionnements, à remettre aux normes, à (r)établir une normalité jamais advenue ou s’étant altérée avec le temps. Ainsi le misérabilisme du constat induit le légitimisme de l’action correctrice, de même que les termes utilisés pour établir le diagnostic préfigurent ceux qui seront engagés pour définir la thérapeutique et énoncer les finalités de l’action.

  • 42 Dans le domaine de « la politique de la ville », qui depuis 40 ans constitue une part majeure des (...)

56Dans un article antérieur (Genestier, Ouardi et Rennes, 2007), nous avions exploré l’imaginaire d’une société frappée de dysfonctionnements requérant une intervention réparatrice des pouvoirs publics, ce qui se traduit, sur le plan lexical, par un emploi abondant de termes formés à partir du préfixe dé—, celui de la « dégradation » et du « désordre ». À ce diagnostic répond logiquement et quasi automatiquement une thérapeutique en re—, qui définit les visées de l’action publique : « réparer », « restaurer », « requalifier »42. Ce traitement en re — est souvent lui-même accompagné d’injonctions à communiquer se traduisant par la forte présence de termes formés à partir du préfixe co—, utilisés aussi bien pour définir les buts de l’action publique (la « cohésion sociale », « cohérence ») que ses modes de réalisation (la « consultation », en « concertation », par « coproduction »).

57En outre, ce récit standardisé, construit sur la succession des ph(r)ases en de—, re —, co—, reprend la structure du discours politique, en tant que genre discursif autonome (comme le montre Christian Le Bart, 2001), doté des invariants suivants :

  • Une description du présent sur le mode de ce qui ne va pas et ne peut plus durer, de sorte que l’existence d’une instance spécifique et potentiellement agissante est implicitement affirmée. Ainsi se trouve énoncé un discours de légitimation du politique et, de facto, d’autolégitimation de l’énonciateur en tant qu’acteur politique ou institutionnel ;
  • L’affirmation d’une connaissance des causes de ce dysfonctionnement (appuyée sur une description plus ou moins savante de la société et de son fonctionnement, de ses forces et faiblesses, de ses structures, ressorts et travers) ;
  • La prétention à régir le monde et à détenir une capacité à corriger ce dysfonctionnement ;
  • L’affirmation de l’existence préalable ou potentielle d’une communauté, dont l’action publique entreprise pour corriger le dysfonctionnement actuel va renforcer la cohésion.
  • 43 On sait que l’urbanisme, depuis son origine use et abuse de métaphores physiologiques, de sorte qu (...)

58Concernant l’aménagisme, on peut ajouter à cette trame discursive proprement politique la trame, elle aussi quaternaire, de la médecine ancienne proposée par Wiktor Stoczkowski43 (1994). Selon cet anthropologue, la structure du récit thérapeutique se compose :

  • d’une proposition ontologique (affirmation de ce que l’on est, de la nature de l’homme et/ou de la société) ;
  • d’une proposition axiologique (disant quelles sont les forces et les valeurs qui font que cette nature est saine, ou potentiellement saine) ;
  • d’une proposition étiologique (la nature est saine, mais certains de ses composants sont affectés, corrompus par des facteurs pathogènes extérieurs à combattre) ;
  • d’une proposition sotériologique (où se trouve notre salut, comment l’atteindre et rétablir l’harmonie).

59L’analyse du discours aménagiste nous révèle que, sur le canevas standard de ces deux genres discursifs, qui s’entremêlent, se déploient de manière prégnante :

  • un cadre cognitif doté de prédicats définissant la façon dont les choses sont perçues, conçues et dites (c’est-à-dire discriminées et dénommées) et s’exprimant au travers de catégories de pensée substantialistes, c’est-à-dire ayant un effet de substantification du monde social44 ;
  • des images-idées et des stéréotypes verbaux (des formules lexicales toutes faites, Krieg-Planque, 2009) ou imagés ;
  • un raisonnement par modèles et contre-modèles(Genestier, 1990a, 1990b), c’est-à-dire une pensée binaire servant de guide à la fois conceptuel et argumentatif45 ;
  • des narrations reposant sur des opérations d’amnésie par oubli des objectifs initiaux et d’autoamnistie (Soubeyran, s.d.) des aménagistes vis-à-vis de leurs échecs46 ;
  • l’activation du mythe politique de l’unité (Girardet, 1986), du principe de généralité et de totalité (Rosanvallon, 2004) c’est-à-dire un idéal d’englobement dans une ville hospitalière, holistique et centripète (Genestier, 2005) susceptible de contrecarrer les forces centrifuges caractérisant l’urbanisation contemporaine, l’économie capitaliste et la démocratie libérale (Genestier, 1999a) ;
  • une logique d’assimilation du vrai, du juste, du beau et du bien, de sorte que les arguments scientifiques ou objectifs, et éthiques ou qualitatifs s’interpénètrent47 ;
  • des instruments discursifs ayant force et valeur de catégories de pensée : « les mots de l’espace » (Bacot et Rémy-Giraud, 2007) sont des « métaphores conceptuelles » (Lakoff et Johnson, 1986) par lesquelles on appréhende le réel et en fonction desquelles on conçoit l’action dans et sur ce réel48 ;
  • des figures de rhétorique telles que la syllepse49, la paronomase50, l’étymologisme51 qui structurent le récit d’action des aménagistes.
  • 52 De même qu’Annie Kriegel (1968) avait déconstruit la parole communiste en montrant l’importance sy (...)
  • 53 Sur les différentes catégories d’argument, et notamment les arguments de communauté, de cadrage et (...)

60L’analyse du répertoire lexical et des procédés rhétoriques employés pour élaborer le discours aménagiste contemporain montre que les vocables sont associés selon un schème standardisé d’usage récurrent (il s’agit des syntagmes automatiques52 de la parole des hommes de l’art) produisant l’effet des arguments de communauté et d’autorité53.

61Elle montre également que la position des syntagmes peut être permuté, le sujet devenant complément d’objet dans une circularité du discours où le sens compte moins que l’énonciation, c’est-à-dire l’effet pragmatique produit par le propos en situation. Celui-ci est généralement bien rodé. Les revues, les congrès et cénacles professionnels y pourvoient, qui servent de lieux de production et de diffusion d’éléments de langage et d’un Storytelling récurrent. En outre, le discours aménagiste est doté de marqueurs connotatifs : des vocables comme « mixité », « lien social », « civilité », etc., ayant valeur de slogans et de mots d’ordre, dotent d’une légitimité éthique et politique les locuteurs (Genestier, 2010a).

62De manière générale, un tel discours d’action laisse penser qu’il n’y a pas de distinction à faire, ni de forme, ni de fond, entre ce qui relève de l’Urbs (ou de l’Astu), ce qui relève de la Civitas (ou de la Polis). Avec un tel amalgame, la distinction entre ce qui se rapporte à l’ordre du social (et à ses forces structurantes) et ce qui ressortit à l’ordre du spatial (à la matérialité sensible et tangible de l’espace géographique, de petite ou grande échelle) est abolie. Comment, dès lors, peut être conçue et posée avec objectivité la question de l’efficacité sociale des aménagements ?

2.4. L’aménagisme comme genre et registre d’action publique : ses conditions institutionnelles et ses impératifs politiques

63Le discours politique contemporain, en particulier lorsqu’il aborde des thèmes généralistes, est en quête de plausibilité, d’acceptabilité et d’opérationnalité (les interrogations sur la gouvernabilité des sociétés actuelles en attestent – Esprit, 2005 ; Jouve et Lefèvre, 2002). Cela le conduit à sur-solliciter les questions urbaines (Genestier, 2010b). En effet, parler en termes urbains et territoriaux de questions sociales, économiques, démographiques, culturelles, cela permet de lester son propos de concrétude et de formuler des questions vis-à-vis desquelles une action tangible, dans et sur l’espace, est réalisable, visible, et médiatisable à court ou moyen terme (Michel Lussault, 1998, parle à cet égard d’effet « preuve par l’espace »). Sur ce point, le Programme national de rénovation urbaine semble très illustratif : le dynamitage de tours et de barres HLM retransmis dans les journaux télévisés donne une image de volontarisme politique. Et même s’il s’agit d’un prométhéisme inversé par rapport à celui qui avait régi la construction de ces grands ensembles, ces démolitions permettent de réaffirmer une posture régalienne. Renaud Epstein (2013) parle à cet égard de « conjuration de l’impuissance publique ».

64En outre, on constate que le récit aménagiste a longtemps été travaillé par un axiome futuriste : la légitimité de l’action découle du fait que cette dernière est indexée sur le futur, sur un avenir meilleur qu’elle vise à faire advenir. Ce régime d’historicité futuriste est lui-même alimenté par un axiome artificialiste : le monde est conçu non comme un donné de la nature, conception qui a régi l’humanité de son origine jusqu’au déploiement de l’humanisme, puis du progressisme, mais comme un artefact, comme une construction social-historique. Avec la révolution industrielle, cet artificialisme se prolonge en « rationalisme constructiviste » (cf. supra), c’est-à-dire en une vision du monde nourrie par une philosophie de l’histoire progressiste (la vérité du destin humain est de marcher sur le chemin du progrès). Ce rationalisme progressiste, inhérent à la pensée urbanistique depuis son origine, procède d’un contexte historique, la révolution industrielle et urbaine occidentale, et d’une « communauté épistémique » (M. Foucault) datée et située. De ce fait, les idées de cette communauté s’inscrivent dans un univers de plausibilité postulant que l’ordre régissant la société est potentiellement rationnel et efficient, mais factuellement irrationnel et dysfonctionnel, de sorte que les détenteurs de la Raison se doivent de le maîtriser. La filiation intellectuelle de l’aménagisme court ainsi du platonisme au socialisme utopique, du saint-simonisme français au fabianisme anglais… Ce qu’ont en commun ces courants inspirateurs, c’est leur altérité, tant vis-à-vis de l’organicisme communautaire et conservateur que vis-à-vis du spontanéisme individuel et libéral découlant de l’idée d’autorégulation du et par le marché, qui transmute « les vices privés en vertus publiques ».

65Cependant, si le futurisme s’est décliné en démiurgie, longtemps si prégnante dans l’aménagisme (Gaudin, 1989), la foi en l’avenir qui la nourrissait s’étiole aujourd’hui avec la montée des périls climatiques.

66La démiurgie avait trouvé en effet dans l’aménagement de l’espace une manière littérale de concrétiser son idéal activiste : le façonnement volontariste du territoire et la fabrication raisonnée de la ville prodiguaient à leurs réalisateurs la légitimité ancienne accordée au maître des éléments et la légitimité moderne attribuée au maître des évènements. Autrement dit, l’aménagisme offrait à ses officiers une auréole prométhéenne, équivalente en temps de paix de l’auréole martiale des temps de guerre.

67Ainsi, on constate qu’aborder les malaises sociaux au travers des questions urbaines autorise à la fois l’énonciation d’une parole respectant la trame des mises en récit politiques et thérapeutiques (cf. Le Bart et Stoczkowski, supra), avec les effets d’accréditation attendus, tout en s’appuyant sur un bricolage cognitif où l’indistinction des ordres de réalité est cultivée et où l’important est d’arguer être en vue de solutions (Zittoun, 2013).

  • 54 Voir sur ce point Jean-Marc Offner, 1993.

68En fait, un travail d’analyse en série du discours aménagiste conduit à conclure que celui-ci, bien que présentant globalement les caractéristiques du discours institutionnel (Krieg-Planque, 2012), se caractérise par son polymorphisme, où des registres de discours se mélangent, interpénétrant ce qui relève du fait avéré, ce qui relève du ressenti et ce qui relève du souhait. Ainsi, dans l’énoncé du constat, on remarque un mélange d’énoncés relevant d’une épistémologie objectiviste et explicative (à base de sociologie critique et de données statistiques, produites par des observatoires dédiés, tel l’Observatoire national des zones urbaines sensibles), et d’énoncés relevant d’une épistémologie de la compréhension, de l’expérience phénoménologique, de la subjectivité (s’exprimant en termes de « crise du lien social », de « stigmatisation », de « sentiment de relégation », etc.). Alors que, dans la justification de l’action, on voit la prévalence de l’épistémologie déterministe (telle infrastructure va « désenclaver le quartier », tel « équipement structurant doit raccrocher le quartier » au fonctionnement urbain54…) qui relève surtout du Wishful Thinking, optimisme obligé du décideur politique soumis en démocratie médiatique à un fort Do Something Syndrom.

69Ce discours repose également sur un mélange des modèles de justification (liés aux « grandeurs » ou aux « cités » de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, 1991) et un mixage des répertoires énonciatifs, ceux relevant de la prophétie social-historique, de la prescription juridico-politique ou de l’injonction morale (le discours aménagiste passant ainsi du logos à l’ethos ou au pathos). À ce discours s’associent des exigences d’illustration du propos, d’où découle l’importance des figures sociospatiales dans « la préfiguration, la configuration et la refiguration » (selon le triptyque proposé par Paul Ricœur, 1983) du projet.

  • 55 Une dramaturgie dont on peut décomposer les actants et typifier les rôles selon le carré sémiotiqu (...)

70D’autre part, le récit aménagiste, construit selon une dramaturgie récurrente55, en usant de « mots de l’espace » (Bacot et Rémy-Giraud, 2007) et de catégories substantialistes, et en saisissant le réel par le truchement de l’espace physique, entraîne la négation de l’autonomie des domaines d’existence et de la complexité fonctionnelle. Les diverses forces en présence et la variété des pratiques déployées dans des situations concrètes sont ignorées, car subsumées par une localisation ou géographisation du social, qui homogénéise au travers du seul paramètre spatial, quantitativement ou qualitativement défini. Les catégories de « quartier » et d’« habitant », par exemple, servent ainsi aux aménagistes, regardant leur objet d’attention de l’extérieur, à construire des entités unitaires, dont les caractéristiques topologiques et morphologiques sont postulées définitoires. Ces subsomption et géographisation aboutissent à ce que ces quartiers deviennent en eux-mêmes justiciables d’un seul et même type d’intervention pour eux-mêmes : une action de, sur, pour le quartier (Genestier, 1999b ; Tissot, 2007).

71Quant aux finalités de l’action, l’analyse révèle qu’elles ne sont qu’en apparence définies par un « diagnostic territorial » à partir duquel des objectifs seraient formulés. En effet, à l’observation, on perçoit que la part empirique de ce diagnostic est réduite, puisque c’est en fonction d’une normalité posée a priori, se référant implicitement à un modèle sociospatial abstrait, que les objectifs sont conçus et énoncés (Genestier, 1994). De fait, l’aménagisme est une discipline régie par une pensée de la normativité (des normes du bien, ou tout au moins du non-mal, c’est-à-dire du normal, préexistent et calibrent l’action). Et l’action est à son tour régie par une pensée de la conformativité visant à mettre la portion de réel sur laquelle les aménagistes interviennent en conformité avec le modèle préalablement adopté afin de faire advenir l’ordre sociospatial de référence (Gaudin, 1979).

  • 56 Alain Bourdin (2013) accorde au raisonnement par abduction une capacité à renouveler la pensée en (...)
  • 57 Une « amélioration sociale » dont il faudrait préciser le contenu, car souvent celle-ci s’accompag (...)
  • 58 Chaque décennie, à moins que ce soit chaque alternance politique, dresse un constat négatif de ce (...)

72De plus, une telle démarche normative et conformative procède d’un raisonnement en deux phases : une première phase, déductive, relative aux finalités de l’action (un ensemble de propositions pour un aménagement local est tiré d’un modèle de ville), associée le plus souvent, en seconde phase56, quand il s’agit de définir les modalités, à un raisonnement abductif. Cette seconde phase repose sur un schème probabiliste selon lequel on présume des relations de causalité à partir de faits co-présents et plus ou moins corrélés. Ainsi, puisque l’on constate une dégradation simultanée de l’environnement matériel d’un quartier et des caractéristiques sociodémographiques de ce quartier, on présume qu’il existe un lien de cause à effet entre l’un et l’autre, de sorte que l’amélioration du cadre spatial ira de pair avec une « amélioration sociale »57, voire la provoquera. On remarque que ce raisonnement est tellement conforme à l’intuition que, pour les décideurs, s’y référer explicitement permet de donner à l’opinion publique une image positive d’eux-mêmes en tant qu’acteurs logiques et a priori efficaces. La conséquence est que les multiples démentis apportés par « les échecs de la politique de la ville »58 ne remettent pas en question ce raisonnement de sens commun qui, de facto, renforce le postulat spatialiste.

73En fait, le raisonnement abductif découle de la prégnance de la pensée analogique et métaphorique : la ressemblance apparente entre une idée, voire un idéal, et une forme ou une composition, conduit à croire que la réalisation de la forme ou de la composition fait advenir l’idée ou l’idéal. Ainsi, par exemple, l’idée-idéal d’harmonie sociale, voire de « communion fraternelle » (Beckouche, 2001), qui imprègne les discours aménagistes (via les expressions « lien social », « vivre-ensemble », « faire société », etc. mais aussi, et souvent, au travers de leurs antonymes : « déséquilibre », « désaccord », « irrégularité », « dissonance », « dysfonctionnement », etc.) s’appréhende et se conçoit difficilement quand ce n’est pas sous une forme figurative. Il est donc plus facile de ne pas tenir compte des complexités locales de la vie urbaine pour œuvrer à la réalisation de l’harmonie sociale par des réalisations formelles, paysagères : « remodelage urbain », « recomposition des lieux », création d’« espaces publics propices à la rencontre de l’autre », « favorables à la sociabilité », etc.

  • 59 Michel Rocard, en tant que Premier ministre, utilisa à plusieurs reprises ces qualificatifs.

74Pour illustrer notre propos sur la structure du raisonnement aménagiste, prenons à nouveau l’exemple de la politique de « rénovation urbaine » lancée dans les années 1990. Qu’est-ce que cette politique, si ce n’est l’application d’une appréhension analogique et d’un schème d’inférence abductif imputant les dysfonctionnements sociaux aux grands ensembles HLM, en particulier à leurs formes urbaines considérées comme « pathogènes », voire « criminogènes »59 ? Sur la base du constat, d’une part, d’un malaise social et, d’autre part, d’une dysharmonie architecturale, une détermination réciproque de l’un par l’autre est présupposée. Or, le suivi statistique sur une moyenne période montre que les grands ensembles HLM connaissent à la fois une rotation rapide de leur population et une tendance, soit au maintien, soit à l’aggravation des caractéristiques socioéconomiques de celle-ci, y compris quand des opérations lourdes de réhabilitation et de rénovation ont été réalisées. Ces statistiques montrent que ces quartiers jouent un rôle de refuge pour des ménages en difficulté, qui en repartent quand leur situation s’améliore, pour être remplacés par des ménages encore plus en difficulté, de sorte que ces quartiers peuvent remplir efficacement leur rôle social, même avec les caractéristiques morphologiques dévalorisées qui le caractérisent. Cela amène à relativiser l’attribution du malaise social à des questions d’aménagement.

2.5. Bonnes raisons et illusions nécessaires au rôle d’acteur, ou les mots-valises indispensables à l’interaction

75On pourrait continuer à lister et à analyser les éléments constitutifs de l’axiomatique aménagiste, mais la tâche est quasi infinie, aussi longue que ce qui fonde la pensée opératoire dans le domaine du politique et du social.

  • 60 Les analyses de Pierre Bourdieu sur les champs professionnels nous éclairent sur les mécanismes d’ (...)

76Remarquons simplement que c’est grâce à cette axiomatique que le monde devient intelligible, appréhendable et saisissable par et pour les aménagistes. Cette axiomatique à la fois fournit la raison d’agir et constitue la grammaire de l’action. Une grande part de l’enseignement initial ou continu des professionnels de l’aménagisme consiste à s’approprier cette axiomatique, à être approprié par elle60 et à intérioriser et à diffuser cette grammaire.

  • 61 Ce conformisme moral surprend l’observateur : malgré l’existence des communes de couleurs politiqu (...)

77Pour le dire autrement, cette axiomatique est composée de prédicats et de postulats qui constituent une pensée se définissant par l’existence de croyances fortes et spécifiques, structurant les rôles socioprofessionnels endossés par les différentes catégories d’acteurs intervenant dans une opération d’aménagement. Peu importe que les aménagistes adhèrent ou pas à ces croyances (Bezès, 2000), ils doivent assumer les conceptions, les attitudes et les énoncés associés au rôle pour être parties prenantes des opérations, pour être reconnus comme membres de la communauté des gens habilités en ce domaine. Plus empiriquement, le corpus de références, de raisonnements types, de vocables techniques ou allusifs et connotatifs constitue la culture partagée, l’idéologie professionnelle (mélange de culture technique et de conformisme moral61) qui permet la complémentarité et l’articulation d’actions spécifiques, mais concourant à la réalisation des opérations d’aménagement.

  • 62 Avec la disparition de la démarche analytique et standardisatrice du fonctionnalisme, le milieu de (...)

78Cependant, cette axiomatique aménagiste peut être subdivisée en deux aires conceptuelles, dont procèdent, en fonction de leur formation initiale et de leurs spécialisations opérationnelles, les diverses catégories de professionnels de l’aménagement. En effet, comme nous le disions précédemment, selon que l’on considère la ville comme forme(s) ou qu’on la perçoit comme processus, on repère deux systèmes de prédication et de postulation. Nous devons y revenir, car la culture disciplinaire initiale est déterminante dans les modes de pensée des acteurs de l’aménagement. Malgré le hasard des carrières et les apprentissages croisés dans les cénacles hybrides de l’action de terrain, on constate souvent que la problématisation des questions urbaines est dissemblable selon qu’elle émane d’un architecte ou d’un sociologue, d’un paysagiste ou d’un ingénieur réseaux. Le premier groupe, imprégné des illusions nécessaires (l’illusio de Pierre Bourdieu) liées à la forme, porte en lui des convictions sur la primauté du rapport visuel à l’espace, sur la portée symbolique des dispositifs spatiaux et sur leur force d’influence sur les comportements et/ou les affects personnels et collectifs. Pour cette catégorie d’aménagistes, l’appareillage conceptuel est de type subjectiviste, non analytique et d’inspiration phénoménologique62. C’est dans le domaine de l’architecture, du paysagisme et de l’urban design que se recrutent les acteurs de l’aménagement cultivant cet illusio et justifiant à partir de lui leur domaine d’intervention (et les marchés afférents).

  • 63 La géographie urbaine aux États-Unis, avec des auteurs comme David Harvey, Edward Soja, Mike Davis (...)

79Quant aux professionnels des sciences sociales qui relèvent d’une culture de la ville comme processus, les « bonnes et nécessaires raisons » (Raymond Boudon, 2003) de leurs actions reposent sur un appareillage matérialiste, voire aujourd’hui néo-marxiste63 et sur le postulat selon lequel les rapports sociaux structurés par l’économie, le droit, les institutions et les dispositifs techniques déterminent l’allocation des ressources, l’usage des sols, la répartition des fonctions. Là, le bâti, les équipements d’infra – et de superstructure et les formes urbaines sont conçus comme des sécrétions du jeu des forces sociales et des intérêts matériels en présence. Michel Amiot (1986) a montré combien les schèmes d’appréhension et d’interprétation qui découlent de cette vision processuelle et déterministe sont puissants, puisque, quand ils occupèrent une position hégémonique, au cours des années 1960-1970, ils eurent la capacité à faire travailler ensemble les sociologues (souvent marxistes) et les ingénieurs et les administrateurs (technocrates) réunis autour d’une lecture structuro-fonctionnaliste de la ville.

  • 64 Il ne s’agit pas des mots-valises au sens que leur donne Lewis Carroll (concaténation de deux frag (...)

80Malgré cette coupure entre le formalisme spatialiste et le processualisme socioéconomique, les différentes catégories d’acteurs se doivent de collaborer. Pour cela, des mots-valises64 servent d’articulateurs. Alain Bourdin (2010) les définit comme « des mots qui, par leur approximation même, facilitent entre tous les acteurs du projet urbain une communication, par ajustements successifs, sans qu’aucun d’entre eux ne se sente vraiment contraint par un modèle d’action unique. Des mots qui garantissent du même coup la faisabilité opérationnelle des projets, malgré la multiplicité, voire la volatilité de ses acteurs. »

81Aux mots ambigus, supports de consensus au moins formels et temporaires, s’ajoutent des raisonnements analogiques qui remplissent la même fonction : des répertoires métaphoriques sont utilisés, celui de l’anatomie ou de la physiologie (« artères », « thrombose », etc.), ou celui de la guerre (« front », « reconquête », etc.) ou encore de l’étiologie et de l’éthologie (« territoire refuge », « lieu de vie », « niche écologique », etc.). Ces répertoires permettent de dire ce que l’on va faire avec des vocables polysémiques, mais mobilisateurs parce qu’appropriables de manière dialogique par des acteurs ayant des cultures professionnelles et des intérêts matériels différents.

82Ainsi se constitue l’idiome aménagiste. Un « idiome » qui constituerait le cinquième « i » d’une analyse inspirée de la science politique travaillant sur « les quatre i » de l’action publique : « idées », « intérêts », « institutions » (Palier et Surel, 2005) et « instruments » (Lascoumes et Le Galès, 2005).

3. L’aménagisme, et après ?

  • 65 On trouve en langue française quelques textes tentant de redéfinir l’aménagisme en prenant acte de (...)

83La tentative d’analyse critique et épistémologique du raisonnement aménagiste, d’explicitation de sa doxa et d’exploration de l’imaginaire social-historique qui le fonde, conduit à une déconstruction systématique. Cependant, cette déconstruction de l’aménagisme tel qu’il s’est imposé depuis 150 ans en France et en Europe, ne relève que d’un regard rétrospectif qui ne prend pas en compte les phénomènes se développant aujourd’hui. Ceux-ci entraînent des remises en question de son axiomatique et de son paradigme, car ils sont impactés dans leur plausibilité-même sous la pression de facteurs tels que la révolution issue des technologies de l’information et de la communication, la globalisation économique engendrant une mutation de la géographie productive (automatisation, délocalisation) et logistique (containerisation). Ces facteurs structurels bouleversent toutes les échelles de l’armature urbaine (disruption territoriale par la métropolisation, la disparition des agriculteurs et la désertification des villes petites et moyennes hors orbite métropolitaine, la rurbanisation régie par des mécanismes d’appariements sélectifs). Ils impactent également les cadres socioculturels et la stratification socioéconomique (Sassen, 2009) : montée en puissance, d’un côté, des couches urbaines à fort capital culturel (les « manipulateurs de symboles » Reich, 1993, ou la « classe créative », Florida, 2005), désagrégation, d’un autre côté, du salariat fordiste par le chômage endémique et le précariat65, facteurs de changement auxquels il convient d’ajouter les ruptures climatiques et les pressions migratoires.

  • 66 Rapport du Conseil d’État, 1999 et Politix, no 42, 1998.

84Ces facteurs de changement invalident-ils les modèles d’intelligibilité et d’intervention qui furent appliqués dans la phase d’industrialisation et de massification du monde occidental, de 1850 à 1970 ? On peut le penser à la vue de leur effet de décomposition de l’ordre sociospatial propre à cette phase et de leur impact sur les régulations fordo-keynésiennes qui avaient fini par s’imposer durant les Trente glorieuses (Genestier, Jouve et Boino, 2008). Ainsi, la montée de la complexité et des incertitudes (Giddens, 1987) entraîne la modification de l’univers de plausibilité contemporain (postindustrialité, postmodernité, postnationalité – Badie, 1995, 1999 ; Genestier, 2004, 2009) et rend douteuse la formulation de l’intérêt général, notion cardinale de l’axiomatique aménagiste français, qui s’exprimait au travers de l’expression opératoire d’« utilité publique ». En effet, qui peut énoncer l’intérêt général aujourd’hui66 ? Que veut-il dire, à quelle échelle spatiale et temporelle de référence (globale/locale, présente/future) l’indexer ? La conception substantielle du Bien, hier implicitement indexée au cadre national tel que l’idée d’intérêt général le présuppose, est-elle aujourd’hui valide, à une époque où, dans le monde occidental, la légitimé procédurale de la démocratie libérale s’est longtemps s’imposée, avant que d’être aujourd’hui contestée par des revendications de démocratie plus directe et continue récusant le principe même de la représentation des intérêts individuels ?

85De même, avec la déhiérarchisation des instances (postholisme et individualisme axiologique), qui peut conjecturer du futur à faire advenir et qui peut légiférer sur les sacrifices à y consentir ? Les luttes de résistance des « Zadistes » (Cervera-Marzal, 2016), par exemple, témoignent de l’irréductibilité des logiques et des axiologies en présence. Les tentatives de démocratie participative et les opérations de participation-concertation dans le domaine de l’environnement (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001) finalement ne changent souvent rien aux controverses et aux blocages (Genestier, 2015). De tout cela résulte le fait que la croyance dans le progrès, affirmant que le jeu techno-économique peut, grâce à une bonne régulation, être à somme positive, tend à s’évanouir(Genestier et Wittner, 2004).

86Néanmoins, l’aménagisme va peut-être devenir une activité plus empiriquement fondée, à capacité prédictive plus forte, si les observations satellitaires du climat et les régularités des activités humaines montrées par les Big Data deviennent des instruments de connaissance pour l’action.

87En attendant cet éventuel bond qualitatif, la charpente cognitive et l’armature praxéologique de l’action publique aménagiste sont à reconsidérer. La perte de plausibilité du progressisme et de l’artificialisme comme promesses d’avancée asymptotique vers un destin meilleur et commun rend moins supportables l’ethnocentrisme et le réductionnisme inhérents à la pensée normative de l’aménagisme. La multiplication des recours contentieux témoigne du manque d’acceptabilité des opérations projetées ou engagées. La difficulté actuelle de se projeter vers un futur souhaitable et plausible que l’on pourrait faire advenir sape les fondements de l’idée même d’aménagement et d’urbanisme.

Haut de page

Bibliographie

Alfonso, E. d’, Choay, F. et Merlin, P. (1988), Morphologie urbaine et parcellaire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Althusser, L. (1976), Positions, Paris, Éditions sociales.

Amiot, M. (1986), Contre l’État, les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France (1900-1980), Paris, Éd. EHESS.

Annales de la Recherche urbaine (2019), « La ville standardisée », 113.

Apostolidès, J.-M. (1981), Le Roi-Machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éd. de Minuit.

Ascher, F. (2001), Les nouveaux principes de l’urbanisme, la fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Bachelard, G. (1967), La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin.

Bacot, P. et Rémy-Giraud, S. (2007), Mots de l’espace et conflictualité sociale, Paris, L’Harmattan.

Badie, B. et Birnbaum, P. (1979), Sociologie de l’État, Paris, Grasset.

Badie, B. (1983), Culture et politique, Paris, Economica.

Badie, B. (1995), La fin des territoires, Paris, Fayard.

Badie, B. (1999), Un monde sans souveraineté, Paris, Fayard.

Baudin, G. et Genestier, P. (dir.) (2003), Banlieues à problèmes. La construction d’un problème social et d’un thème d’action publique, Paris, La Documentation française.

Baudouï, R. (1992), « La fin de l’État aménageur », in : M. Crozier et S. Trosa (dir.), La décentralisation. Réforme de l’État, Paris, Éd. Pouvoirs locaux, p. 31-39.

Baudouï, R. et Cohen, Y. (1995), Les chantiers de la paix sociale 1900-1940, Paris, Éd. ENS Fontenay Saint-Cloud.

Beckouche, P. (2001), Le royaume des frères, Paris, Grasset.

Bezès, P. (2000), « Les hauts fonctionnaires croient-ils à leurs mythes ? L’apport des approches cognitives à l’analyse des engagements dans les politiques de réforme de l’État. Quelques exemples français (1988-1997) », Revue française de science politique, 2, p. 307-332.

Biasi, P.-M. de, Pour une approche génétique de l’architecture, http://www.pierre-marc-debiasi.com/textes_pdf/2041.pdf.

Boltanski, L. et Thévenot, L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boudon, R. (2003), Raison, bonnes raisons, Paris, Presses universitaires de France.

Boudon, P. et Pousin F. (1993), Figures de la conception architecturale, Paris, Dunod.

Bourdin, A. (2010), L’urbanisme d’après crise, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Bourdin, A. (2013), « La ville réversible : une question d’épistémologie pour l’urbanisme », in F. Scherrer et M. Vanier (dir.), Villes, Territoires, Réversibilités, Paris, Hermann.

Boutinet, J.-P. (1990), Anthropologie du projet, Paris, Presses universitaires de France.

Breton, P. (2009), L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

Burgel, G. et Genestier, P. (dir.) (1988), « Formes urbaines », Villes en parallèle, 12-13.

Callon, M., Lascoumes, P. et Barthe, Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Campagnac, E., Lorrain, D., Bezançon, X., Bouttes, J.P., Payen, G. et Giandou, A. (2002), « Grands groupes privés et action publique », Entreprises et histoire, 30, p. 152-163.

Campagnac, E. (2014), « Coopération, concurrence, imbrication du public et du privé », in : R. Holcma, (dir.), Management public, Paris, Dunod, p. 33-60.

Cervera-Marzal, M. (2016), Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Lomond, Éd. Le Bord de l’eau.

Chalas, Y. (1989), « L’imaginaire aménageur ou le complexe de Noé », Annales de la recherche urbaine, 42, p. 66-73.

Chalas Y. (1998), « L’urbanisme comme pensée pratique », Annales de la recherche urbaine, 80-81, p. 205-214.

Chalas, Y. (2004), L’imaginaire aménageur en mutation, Paris, L’Harmattan.

Choay, F. (1965), L’urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, Paris, Seuil.

Choay, F. (2006), Pour une anthropologie de l’espace, Paris, Seuil.

Claude, V. (2006), Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Éd. Parenthèses.

Claude, V. et Saunier, P.-Y. (1999), « L’urbanisme au début du siècle. De la réforme urbaine à la compétence technique » Vingtième Siècle, vol. 64, 1, p. 25-40.

Claval, P. (1981), La logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, Litec.

Cohen, J.-L. (1984), Les enseignements de l’italophilie, Paris, éd. École d'Architecture Paris-Villemin.

Conseil d’État (1999), Réflexions sur l’intérêt général, rapport public 1999, Paris, La Documentation française.

Debray, R. (1989), « Êtes vous démocrate ou républicain ? », Le Nouvel observateur, 30 novembre.

Desanti, J.-T. (1996), « Épistémologie », in : P. Merlin et F. Choay (dir.) Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris : Presses universitaires de France, p. 307-311.

Epstein, R. (2013), La rénovation urbaine. Démolition-reconstruction de l'État, Paris, Presses de Sciences Po.

Esprit (2005), « Des sociétés ingouvernables ? », 11.

Faure, A., Pollet, G. et Warin, P. (1995), La construction du sens dans les politiques publiques, Paris, L’Harmattan.

Florida, R. (2005), Cities and the Creative Class, Londres, Routledge.

Foucault, M. (1964), Naissance de la clinique, Paris, Presses universitaires de France.

Gauchet, M. (2005), La condition historique, Paris, Gallimard Folio.

Gaudin, J.-P. (1979), L'aménagement de la société : politiques, savoirs, représentations sociales, la production de l'espace aux XIXe et XXe siècles, Paris, Anthropos.

Gaudin, J.-P. (1985), L’avenir en plan : technique et politique dans la prévision urbaine, 1900-1930, Seyssel, Éd. Champ vallon.

Gaudin, J.-P. (1989), « Les tourments du démiurge », in : J.-P. Gaudin (dir.) « Villes réfléchies. Histoire et actualité des cultures professionnelles dans l’urbanisme », Dossiers TTS, no 11-12, ministère de l’Équipement, p. 7-20.

Gaudin, J.-P. (1991), Desseins de villes. Paris, L’Harmattan.

Gaudin, J.-P., Genestier, P. et Riou, F. (1995), La ségrégation : aux sources d'une catégorie de raisonnement, Paris, Éd. PUCA/ministère de l’Équipement.

Genestier, P. (1990a), « Recherche urbaine, aménagement urbanistique : entre doctrines et apories », Sociologie du Travail, 32, 3, p. 339-352.

Genestier, P. (1990b), « Évocation du ghetto. Stéréotypes et termes repoussoirs de la pensée urbanistique », Villes en parallèle, 15-16, p. 312-329.

Genestier, P. (1994), « Mode de vie normal et normalisation de l'espace. Les références et les postulats de la politique de la ville », Espaces et sociétés, 73, p. 31-50.

Genestier, P. (1999a), « Gated communities versus ville européenne : la version urbaine de l’anti-américanisme », Espaces et sociétés, 107, p. 203-208.

Genestier, P. (1999b) « Le sortilège du quartier : quand le lieu est censé faire lien », Les Annales de la recherche urbaine, 82, p. 142-153.

Genestier, P. (2001), « La rhétorique du projet face à la crise du vouloir-politique ». Espaces et sociétés, 140-141, p. 101-119.

Genestier, P. (2004), « Les conséquences urbanistiques du post-progressisme : quelles actions publiques urbaines peut-on concevoir dans l’univers actuel du pensable et du faisable ? », in : Y. Chalas (dir.) L’imaginaire aménageur en mutation, Paris, L’Harmattan, p. 157-210.

Genestier, P. (2005a), « Le vocable “ségrégation” et ses connotations : entre dénonciation des inégalités et invocation d’un idéal holiste », in : M.-A. Buisson et D. Mignot (dir.), Concentration économique et ségrégation spatiale, Bruxelles, De Boeck.

Genestier, P. (2005b), « La thématique de la proximité. Composante d’une épistémè, expression d’une idéologie ou bien symptôme d’une certaine vision du monde ? », in : C. Le Bart et R. Lefebvre (dir.), La proximité en politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Genestier, P. (2006), « L’expression “lien social” : un syntagme omniprésent, révélateur d’une évolution paradigmatique », Espaces et sociétés, 126, p. 19-34.

Genestier, P. (2007), « La démocratie participative comme fabrication du consentement et du concernement », communication au colloque La participation politique et ses défis : territoires, action collective, registres, Chaire UNESCO « Politiques urbaines et citoyenneté », Lyon, 10-11 décembre.

Genestier, P. (2009), « Aménagement de l’espace, production de sens et identité narrative », in : Baudin, G. et Bonnin, P. (sous la direction de), Faire territoire, Paris, éd. Recherches.

Genestier, P. (2010a), « La mixité : mot d'ordre, vœu pieux ou simple argument ? », Espaces et sociétés, 140-141, p. 21-35.

Genestier, P. (2010b), « L'urbanophilie actuelle, ou comment le constructivisme politique cherche à se réaffirmer en s'indexant à la ville », in : B. Marchand et J. Salomon (dir.), Anti-urbain, actes du colloque de Cerisy, Lausanne, Presses universitaires romanes.

Genestier, P. (2011), « Percevoir, dénommer et évaluer la ville : les catégories de pensée et le raisonnement de la politique de la ville à l'œuvre », in : V. Alexandre (dir.) Penser/agir 2, Paris, Éd. Le Manuscrit.

Genestier, P. (2013) « La démolition des HLM : entre visibilisation de l'action institutionnelle et occultation de la responsabilité sociale », in : S. Gaudin et P. Harismendy (dir.), Vivre la rénovation. Les nouvelles pratiques de l'habiter, Saint-Brieuc, Éd. Rencontres de Mazier, p. 25-44.

Genestier, P. (2015) « Durabilisme et allergie à la critique », in : J. Boissonade (dir.), La ville durable controversée, Paris, Petra, p. 50-58.

Genestier, P. (2018), « La défense du patrimoine, outil du malthusianisme foncier », Revue foncière, 24, p. 25-30.

Genestier, P. et Wittner, L. (2004), « Du progrès au risque », Annales de la recherche urbaine, 95, p. 83-89.

Genestier, P., Ouardi, S. et Rennes, J. (2007), « Le paradigme localiste au secours de l’action publique démocratique », Mots, les langages du politique, 83, p. 69-80.

Genestier, P., Jouve, B. et Boino, P. (2008), « L’aménagement urbain et territorial, entre post-keynésianisme et néo-keynésianisme », Métropoles, 4.

Genestier, P. et Jacquenod-Desforges, C. (2012), « L’espace comme support et objet de la geste politique », in : Bonny, Y., Ollitrault, S. et Keerle, R. (sous la direction de), Espaces de vie, espaces enjeux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Genestier, P. et Wittner, L. (2013), « L’expression “justice spatiale” : entre espoir d’égalité concrète et instrumentalisation politique de l’espace », in : F. Dufaux et F. Philifert (dir.), Justice spatiale et politiques territoriales, Nanterre : Presses universitaires de Paris-ouest, p. 21-30.

Genestier, P. et Gras, P. (dir.) (2015), Sacré béton !, Lyon, Éd. Libel.

Genestier, P. et Jacquenod-Desforges, C. (2016) « L’espace urbain en partage : discours, mythes et conséquences pratiques » in : T. Bonny (dir.), L’espace en partage, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Giddens, A. (1987), La constitution de la société, Paris, Presses Universitaires de France.

Girardet, R. (1986), Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil.

Goldmann, L. (1978), Épistémologie et philosophie politique, Paris, Denoël-Gonthier.

Gusfield, J. (2009) La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica.

Hayek, F. von (2013), La route de la servitude, Paris, Presses universitaires de France.

Hegel, G. W. F. (1967), Principes de philosophie du droit, Paris, Gallimard.

Jobert, B. et Muller, P. (1987), L’État en action, Paris, Presses universitaires de France.

Jouve, B. et Lefèvre, C. (2002), Métropoles ingouvernables : Les villes européennes entre globalisation et décentralisation, Paris, Elsevier.

Klemperer, V. (1947), LTI, la langue du Troisième Reich. Carnets d'un philologue, Paris, Albin Michel.

Krieg-Planque, A. (2009), La notion de « formule » en analyse de discours, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Krieg-Planque, A. (2012), Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin.

Kriegel, A. (1968), Les communistes français. Essai d'ethnographie politique, Paris, Seuil.

Lacaze, J.-P. (2007), Les méthodes en urbanisme, Paris, Presses Universitaires de France.

Lakoff, G. et Johnson, M. (1986), Les Métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Éd. de Minuit.

Lascoumes, P. et Le Gales, P. (dir.) (2005), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Le Bart, C. (2001), Le discours politique, Paris, Presses universitaires de France.

Lukács, G. (1963), La Théorie du roman, Paris, Gonthier.

Lussault, M. (1998), « Images (de la ville) et politique territoriale/City images and territorial policy », Revue de géographie de Lyon, 73, 1, p. 45-53.

Martouzet, D. (2002), Normes et valeurs en aménagement-urbanisme, limites de la rationalité et nécessité de prise en compte du multi-niveaux. HDR, université Bordeaux 3.

Métropoles (2010), « La nouvelle critique urbaine. Hommage à Bernard Jouve », 7.

Métropolitiques (2014), dossier « Actualité des modèles urbanistiques ».

Müller, H.-P. (2006), « Action et structure : la praxéologie de Pierre Bourdieu », in : H.-P. Müller et Y. Sintomer (dir.), Pierre Bourdieu, Théories et pratiques, Paris, La Découverte, p. 47-62.

Muller, P. (2000), « L'analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l'action publique », Revue française de science politique, 50ᵉ année, 2, p. 189-208.

Muller, P. (2003), Les politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France.

Norberg-Schulz, C. (1985), Habiter. Vers une architecture figurative, Paris, Electa.

Norberg-Schulz, C. (1997), L’Art du lieu. Architecture et paysage, permanence et mutations, Paris, Le Moniteur.

Offner, J.-M. (1993), « Les “effets structurants” du transport : mythe politique, mystification scientifique », Espace géographique, 22, 3, p. 233-242.

Ostrowetsky, S. (1983) L’imaginaire bâtisseur, Paris, Klincksieck.

Padioleau, J.-G. (1982) L’État au concret, Paris, Presses universitaires de France.

Padioleau, J.-G. (1991) « L'action publique urbaine moderniste », Politiques et management public, 9, 3, p. 133-143.

Palier, B. et Surel, Y. (2005), « Les tois “I” et l’analyse de l’État en action », Revue française de science politique, 55, p. 7-32.

Paveau, M.-A. (2006), Les Prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Pinson, G. (2009), Gouverner la ville par projet, Paris, Presses de Sciences Po.

Politix (1998) « Définir l’intérêt général », 42.

Portier, P. (1996), « Autorité », in : P. Reynaud et S. Rials (dir.) Dictionnaire de philosophie politique, Paris, Presses universitaires de France.

Prost, R. (1992), Conception architecturale : une investigation méthodologique, Paris, L'Harmattan.

Rabinow, P. (2006) Une France si moderne, naissance du social, 1800-1950, Paris, Buchel-Chastel.

Raymond, H. (1977), « Commuter et transmuter : la sémiologie de l'architecture », Communications, 27, 1, p. 103-111.

Raymond, H. (1984), L’architecture, les aventures spatiales de la raison, Paris, Éd. du Centre Georges Pompidou-CCI.

Raymond, H. et Segaud, M. (1970), Analyse de l'espace architectural et urbanistique, Saint-Rémy-Les-Chevreuses, RAUC. https://biblio.nantes.archi.fr/cgi-bin/koha/opac-search.pl?idx=pb&q=RAUC.

Reich, R. (1993), L'économie mondialisée, Paris, Dunod.

Revue internationale d’urbanisme (2018), « La circulation des modèles, méthodes et références en urbanisme », 6, décembre.

Ricœur, P. (1983), Temps et récit 1, Paris, Seuil.

Roe, E. (1994), Narrative Policy Analysis, Durham, Duke University Press.

Roncayolo, M. (2010), La ville et ses territoires, Paris, Gallimard Folio.

Roncayolo, M. et Paquot, T. (dir.) (1992), Villes et civilisations urbaines, Paris, Larousse.

Rosanvallon, P. (1990), Histoire de l’État en France, de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

Rosanvallon, P. (2004) Le modèle politique français, Paris, Seuil.

Sassen, S. (2009), La globalisation : une sociologie, Paris, Gallimard.

Söderström, O. (2001), Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Lausanne, Payot.

Soubeyran, O. (2007) « Pensée aménagiste et tautologies », in : J. Lolive (dir.)., L'émergence des cosmopolitiques, Paris, La Découverte, p. 125-153.

Spector, T., Theys, J. et Ménard, F. (dir.) (2001), Villes du XXIe siècle. Quelles villes voulons-nous ? Quelles villes aurons-nous ?, Lyon, Certu.

Stoczkowski, V. (1994), Anthropologie naïve, anthropologie savante. De l'origine de l'homme, de l'imagination et des idées reçues, Paris, CNRS Éditions.

Suleiman, E. (1979), Les élites en France. Grands corps et grandes écoles, Paris, Seuil.

Tissot, S. (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil.

Veyne, P. (1976), Le pain et les jeux, Paris, Seuil.

Wittfogel, K. (1964), Le Despotisme oriental, Paris, Éd. de Minuit.

Zittoun, P. (2013), La fabrique politique des politiques publiques. Une approche pragmatique de l’action publique, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Notes

1 Pourquoi utiliser le néologisme « aménagisme » ? Remarquons d’abord qu’il s’agit d’un terme d’usage courant dans la francophonie, en Suisse et au Canada notamment. Certes, on ne saurait ignorer le contexte institutionnel de chaque pays, car celui-ci détermine le sens des mots et les leste de connotations, éléments majeurs de leur contenu sémantique. Cependant, le terme « aménagisme » a le mérite, par sa phonétique, d’englober l’échelle territoriale à laquelle correspond le terme « aménagement » et l’échelle locale à laquelle renvoie le terme « urbanisme ». En outre, par son suffixe, il insiste sur la dimension principielle et institutionnelle de l’activité d’organisation de l’espace. Il s’agit d’une activité à laquelle concourent, selon des modalités diverses et en fonction de prérogatives différentes, un grand nombre d’acteurs sociaux (techniciens et élus, collectivités locales et administrations centrales, entreprises privées et mouvements associatifs, etc.) participant à une activité aménageuse, ou aménagiste. Ce qui confère un sens générique au terme « aménagisme » et le rend ainsi utile, c’est précisément sa capacité à englober une variété d’échelles, d’actions et d’acteurs.

2 En fait, je parlerai ici surtout de la pensée aménagiste française, qui a été et reste façonnée par des institutions publiques dont on sait, notamment grâce aux travaux de Bertrand Badie et Pierre Birnbaum (1979) sur « l’État fort » et à ceux de Pierre Rosanvallon sur l’histoire de l’État en France (1990, 2004), à quel point elles sont singulières dans le monde, résultant d’une histoire ayant attribué au centralisme et au « principe de généralité » notamment, un rôle historique et politique inédit. Selon sa conception française, l’aménagisme est une activité intrinsèquement politique, et le politique est lui-même défini d’une manière particulière – plus républicaine que démocratique, selon Régis Debray (1989) et plus illibérale et souverainiste que procédurale et participative selon Pierre Rosanvallon (2004) – au sein de la « culture politique » (Badie, 1983) hexagonale, si bien que les perspectives internationales ne peuvent relever que du comparatisme, c'est-à-dire de lectures contrastives.

3 L’auteur de ces lignes, n’étant plus enseignant-chercheur à l’université depuis qu’il a intégré le corps des Architectes-Urbanistes de l’État, mais continuant à développer une activité de recherche, occupe de ce fait une position de double extériorité – ce qui constitue peut-être une distance propice à l’examen de quelques lieux communs et non-dits de l’aménagisme. Il s’agit d’une extériorité vis-à-vis du monde des professionnels engagés dans l’aménagement opérationnel, dont les préoccupations et les intérêts en tant que corporation technico-politique les amènent souvent à adopter des solutions pratiques et des éléments de langage standardisés plus qu’à cultiver les questionnements. Il s’agit également d’une extériorité vis-à-vis du monde académique et scientifique dont, en France, l’engagement dans l’analyse critique s’est avéré souvent limité. Cette limitation résultait sans doute d’un louable souci de professionnalisation de leurs étudiants. Elle correspondait peut-être aussi à une forme d’expiation d’un certain conformisme intellectuel marxisant qui, durant plusieurs décennies, domina les analyses urbaines, conférant à ces dernières un caractère mécanique et répétitif. Remarquons cependant que, depuis une dizaine d’années, cette attitude n’est plus partagée par tous puisque nombre de jeunes enseignants-chercheurs n’hésitent pas aujourd’hui, au nom de « la nouvelle critique urbaine », à retomber dans les facilités interprétatives qu’offrent le matérialisme dialectique et les explications « en dernière instance » qui s’expriment aujourd'hui, certes non plus en termes de « capitalisme monopoliste d’État », mais de « globalisation néolibérale » et de « financiarisation », ce qui revient au même.

4 Nous entendons « critique » au sens philosophique, kantien, du terme, qui vise à discerner les conditions d’existence de ce qui est examiné.

5 Au sens d’un examen du répertoire de pensée et des « registres de vérité » (selon la formule de Michel Foucault, 1964) au sujet de ce qui est, à un moment donné et dans une communauté donnée, tenu pour véridique, c’est-à-dire digne de foi et à cet égard considéré par les membres de cette communauté comme un acquis, une évidence inquestionnée. Autour de ces savoirs devenant tacites se forge alors une communauté que Foucault appelle « épistémique ».

6 Une doctrine est un ensemble de croyances partagées au sein d’une communauté, régulatrices de celle-ci, car ordonnatrices des pratiques de ses membres, ce qui semble correspondre à la fonction jouée par les « théories » dans l’aménagisme comme discipline académique et professionnelle.

7 Même si cette évidence actuelle n’a pas toujours existé car, comme le montrent les historiens de l’urbanisme (Claude et Saunier, 1999, par exemple), l’érection des problèmes sociaux-urbains au rang de question politique majeure (leur « inscription à l’agenda politique », selon le jargon de la science politique) a été en elle-même le fruit d’une forte mobilisation. Cette dernière a émané d’acteurs engagés dans une lutte visant à la fois à promouvoir la réforme sociale et à constituer un champ professionnel propre, celui des agents chargés de la maîtrise publique de l’urbanisation.

8 On pourrait reprocher à un tel regroupement de pratiques sociales et professionnelles, de technicités et de statuts, de prérogatives et de responsabilités, de ne pas discriminer les différents niveaux d’acteurs (ce à quoi s’efforce de manière répétitive l’analyse des « régimes urbains » et de l’urban governance) ou de ne pas distinguer entre la sphère du politique (élus et communicants), la sphère de l’expertise (les détenteurs de savoirs techniques) et la sphère de « la société civile » (les mouvements associatifs d’habitants, qui relèvent en fait beaucoup plus du domaine du para – ou péri –institutionnel que de la société civile proprement dite, c'est-à-dire répondant à la définition canonique donnée par Hegel, 1967). Mais, à l’observation (Genestier, 2007), on perçoit que les protagonistes en arrivent rapidement à utiliser les mêmes « éléments de langage », dont un des impératifs, paradoxal, est de permettre aux locuteurs ne désirant pas aller à la rupture d’énoncer une parole à la fois experte et démocratique, activiste et potentiellement consensuelle. Il en découle un effet chorus, y compris avec les membres de la société civile qui, après une la phase d’interpellation, doivent, pour se faire entendre et reconnaître, se mouler dans le cadre discursif, mais aussi cognitif, en vigueur. Ce qui fait sensiblement baisser leur capacité de remise en question des paradigmes et paramètres de l’action ; et ce qui, aussi, contribue à vite désillusionner les militants de la démocratie participative.

9 Parmi les réalisations exemplaires auxquelles se réfèrent les urbanistes, pensons, parmi d’autres, à la requalification des espaces publics de Barcelone au cours des années 1990 et, plus récemment, à « l’effet Guggenheim » à Bilbao, ou encore au réaménagement du Water Front de New York ou de Copenhague. Remarquons cependant que les critères de réussite ou d’échec sont souvent incertains et changeants. Des réalisations présentées comme une solution à une époque deviennent parfois un problème à l’époque suivante.

10 Les travaux de Jean-Louis Cohen sur « l’italophilie » (1984), ceux sur les formes urbaines (d'Alfonso, Choay et Merlin, 1988 ; Burgel et Genestier, 1988) relatent les efforts d’élaboration doctrinale dans le champ de l’architecture et de la composition urbaine au cours des années 1980.

11 En ces domaines, on peut aisément penser que l’approche bourdieusienne en termes de « lutte symbolique entre les tenants et les prétendants dans un champ professionnel » peut être éclairante et aide à comprendre la mécanique interne de l’innovation doctrinale.

12 Le syntagme « mixité sociale » en donne une illustration : pour un démographe statisticien ou un géographe quantitativiste, c’est un concept qui désigne la distribution spatiale de différentes catégories de population habitant ou fréquentant une zone donnée. Ce syntagme se rapporte à l’intention de mesurer le degré d’hétérogénéité des zones observées, alors qu’il s’agit pour un aménagiste d’une notion normative dotée d’une charge idéologique lui conférant à la fois un statut de principe directeur juridiquement sanctionné (par les lois « Solidarité et renouvellement urbains » et « Accès au logement et urbanisme rénové ») et une valeur de slogan au service d’une interpellation morale contre les « injustices spatiales » (Genestier et Wittner, 2013). Ce syntagme est alors mobilisable pour établir un jugement, afficher des valeurs et justifier une action publique (Genestier, 2010a).

13 Le néologisme « urbanologie » développé notamment par le géographe Paul Claval (1981) n’a guère eu de succès. C’est dommage, car son intérêt est de distinguer clairement entre une approche des faits urbains tels qu’ils sont et une approche axée sur les faits urbains tels qu’on voudrait qu’ils soient. Or, l’indistinction de ces deux approches reste monnaie courante.

14 Est-ce qu’il est envisageable de constituer un appareillage de savoirs techniques et de méthodes systématiques, semblable à celui de ces ingénieurs, consacré à l’usage social des dispositifs bâtis et des espaces urbains ? Est-ce que, par exemple, la psychologie de l’environnement traitant les données comportementales extraites des Big Data permettrait de dégager les règles du fonctionnement individuel et collectif de l’urbain pouvant valider les projets des aménagistes ? À ma connaissance, le travail actuel sur les Smart Cities ne se développe pas dans cette voie, car il se centre surtout sur la quantification des intrants de matières et d’énergies de la ville en vue de leur optimisation.

15 Ainsi Françoise Choay (2006) peut-elle parler de capacité « institutionnalisante » de l’architecture et de l’urbanisme, car les formes bâties, héritées du passé et constitutives du patrimoine d’une communauté, inscrivent les hommes dans une culture, un environnement, et de ce fait balisent les existences individuelles et collectives, en leur fournissant une profondeur de champ, facteur de sécurité ontologique.

16 L’architecte Roland Castro, qui fut en son temps promoteur de l’opération Banlieues 89, est un énonciateur infatigable de ce type de discours, qu’il applique aussi bien au problème des cités HLM qu’à celui du périurbain.

17 Les actes ont été publiés en 2001.

18 Aujourd'hui peut-être pourrait-on considérer qu’avec les Big Data une perspective de renouvellement des connaissances est ouverte, qui leur conférerait, grâce à la somme des données individuelles disponibles et à leur capacité de traitement, une plus forte capacité prédictive.

19 Une des facilités de penser que s’accordent les aménagistes procède de cette agrégation : il est commode de postuler qu’à une forme correspond une pratique, et réciproquement, si bien que disposer d’un répertoire de formes-pratiques permet de produire aisément un projet architectural et urbanistique. Les doctrines se présentent ainsi comme des systèmes stabilisés de formes-pratiques efficientes. Pensons aux formes-pratiques proposées par le Mouvement moderne, ou à celles, inverses, du courant post-moderne.

20 Prenons un exemple : à la notion d’« urbanité » correspond un modèle de rue semi-piétonne avec un tramway au milieu, des commerces franchisés le long des trottoirs et traversant une place publique dotée de terrasses de café et d’un équipement public de type culturel. Il suffit de feuilleter les plaquettes de présentation des opérations de l’Agence nationale de rénovation urbaine pour voir la prégnance de cette image-idée de l’urbanité, utilisée dans des projets de transformation de quartiers censés souffrir d’un « cruel manque » en la matière.

21 Même « l’urbanisme d’opportunité » prôné par Margaret Thatcher durant les années 1980, prétendant n’être guidé que par les marchés immobiliers locaux et les attentes de la clientèle solvable, s’est révélé puissamment modelé par une conception marketing et high-tech de la ville, en phase avec la financiarisation, la dérèglementation et la globalisation de l’économie. Il y avait là une doctrine urbanistique peut-être d’autant plus implacable qu’elle était implicite et donc indiscutable, celle de l’hédonisme spéculateur. Et quand bien même cet urbanisme aurait-il été purement pragmatique et utilitariste, il aurait procédé d’une doctrine idéologiquement marquée : le néolibéralisme.

22 Ainsi, la recherche actuelle (Métropolitiques, 2014 ; Revue internationale d’urbanisme, 2018 ; Les Annales de la recherche urbaine, 2019) donne une actualité particulière au thème des « modèles urbains » et de la « ville standardisée ».

23 Comment appeler cet ensemble de représentations et de valeurs concernant l’homme, la société et la ville qui irrigue chaque doctrine urbanistique ? On peut parler de « vision du monde » (Weltanschauung), de « paradigme » (en un sens non linguistique), d’« épistémè » (M. Foucault) ou de « référentiel » (selon le sens que donne à ce vocable le courant cognitiviste de la science politique : Faure, Pollet et Warin, 1995).

24 Les savoirs aménagistes ont une origine lointaine, mais incertaine. A quand remontent-ils ? Au Ier siècle après J.-C. avec Vitruve, au XVe siècle avec Alberti, au XVIIe avec Vauban, au XVIIIe avec Patte, au XIXe avec Cerdà et Haussmann…– sans même évoquer les utopies sociales qui, du Ve siècle avant J.-C. avec Platon jusqu’au XIXe avec Fourier et Saint-Simon ? Malgré leur diversité, toutes ces pensées sont animées par la quête de moyens pour maîtriser l’espace en vue d’organiser la vie collective, la vie des « établissements humains », comme le disait Le Corbusier.

25 L’aménagement et l’urbanisme, disciplines normatives à visée opérationnelle, ne constituant assurément pas une science, l’usage du terme « épistémologie » pourrait être contesté. Cependant, les savoirs et savoir-faire de cette discipline ne peuvent pas être réduits à des pratiques, de sorte que, suivant en cela Jean-Toussaint Desanti (1996), je fais le pari que ce terme n’est pas invalide et que son utilisation a une valeur heuristique dans la mesure où il ouvre des perspectives de recherche.

26 Ce n’est pas ici le lieu d’examiner les rapports complexes et contradictoires entre les différentes écoles sociologiques et philosophiques (opposant ce que l’on pourrait appeler « les approches structuralistes » et « les approches analytiques ») travaillant sur l’action. Tout au plus peut-on renvoyer à des tentatives de clarification des points de divergence entre ces écoles, comme celle de Hans-Peter Müller (2006), par exemple.

27 Dans les pays développés (mais beaucoup moins dans les autres pays), de l’origine de l’urbanisme (à la fin du XIXe siècle) à aujourd’hui, la question de la raison d’être de l’aménagisme a vu son sens s’inverser. Si, jusqu’aux années 1960, le caractère flagrant et massif des dysfonctionnements sociaux produits par l’urbanisation spontanée requérait de manière évidente une intervention publique, les interrogations actuelles concernent plutôt la manière de réguler un système de contraintes multiples s’étant autonomisé (parmi lesquelles figurent les instruments de la planification urbaine et de la réglementation des usages des sols), qui entravent autant qu’ils guident l’urbanisation. Ainsi, depuis 30 ans, une controverse a largement cours entre ceux qui défendent la nécessité de réglementer, notamment pour des raisons environnementales, et ceux qui insistent sur l’impératif de déréglementer et de redonner au marché une capacité d’arbitrage, notamment afin de contrecarrer le malthusianisme foncier des municipalités (Genestier, 2018).

28 Selon une formule due à G. Lukàcs (1963), employée également par L. Goldmann (1978), qui est plus précise et plus problématisante dans le champ de l’actionnisme que le concept hégélien de « vision du monde ».

29 Selon Yves Chalas (1989), le « spatialisme », en tant qu’élément cardinal de l’idéologie professionnelle des aménagistes, se définit par le fait de postuler qu’il existe des relations de codétermination entre le social et le spatial, si bien que le bâti, conçu comme « un inducteur social », permet de penser possible le façonnage des comportements et/ou des affects des habitants par des aménagements spatiaux. Ce même postulat, promu par la psychologie de l’environnement, est nommé « éco-éthologie ».

30 Il convient d’entendre « l’imaginaire aménagiste » dans le sens que lui donnent Sylvia Ostrowetsky (1983) et Yves Chalas (2004).

31 Louis Althusser (1976), auquel se réfèrent les concepteurs de l’École française d’analyse de discours, préconise ce type de lecture qui consiste à attribuer aux propos tenus par les acteurs sociaux une valeur de révélateur qui excède leur contenu intrinsèque. En effet, les locuteurs ne contrôlant pas tout ce qu’ils disent, leurs énoncés en révèlent toujours plus que ce qu’ils veulent dire.

32 Sur « l’urbanisme de gestion » propre à l’époque contemporaine, cf. Viviane Claude, 2006, et Jean-Paul Lacaze, 2007.

33 Prenons l’exemple des quartiers de la politique de la ville (Baudin et Genestier, 2003) : ils font l’objet d’intenses travaux d’analyses démographiques et sociologiques dont l’objectif a été de caractériser, voire d’attester, le problème dont était chargé le ministère dédié, celui « de la Ville ». Ainsi, l’attention focalisée sur ces quartiers découle de la conviction que là réside un foyer du malaise social. Et, pour rendre ce malaise compréhensible et traitable, on postule que sa cause est urbaine, et plus précisément « banlieusarde » : les grands ensembles HLM sont lus en tant que facteur géographique et urbanistique déterminant. On pourrait se demander si cette problématisation institutionnelle n’a pas un effet de prophétie auto-réalisatrice : l’agitation et les émeutes qui surviennent dans ces quartiers apparaissent à certains égards comme la réponse des habitants « à problèmes » au problème qu’on leur impute. Et cette problématisation s’enracine dans un discours circulaire, voire spéculaire, se déployant à base d’antonymes : « ségrégation »/« mixité », « stigmatisation »/« reconnaissance », « discrimination »/« citoyenneté », « enclavement » « accessibilité », etc. avec lesquels la description se transforme immédiatement en jugement, où le logos se charge de pathos.

34 Depuis trois décennies l’urbanisme français s’est trouvé éclaté en trois domaines d’intervention. D’un côté, le développement économique global, qui se décline localement par des « projets de ville » jouant la carte de l’« attractivité », qui tentent de capter la clientèle solvable des entreprises et des ménages susceptibles d’investir pour dynamiser une « métropole » et un « territoire » (Pinson, 2009). D’un autre côté, l’action sociale en faveur des « quartiers populaires », qui se traduit par le « développement social des quartiers », puis la « rénovation urbaine », tentant de réparer les dégradations et de « restaurer le lien social ». Enfin, on trouve le « développement durable » ou la « transition énergétique ». Dans les trois cas, l’action publique s’affirme requise et un volontarisme politique s’affiche, soit pour dynamiser une économie atone, soit pour réduire les « fractures sociospatiales », soit, encore, pour réduire l’impact écologique du métabolisme urbain.

35 En reprenant succinctement les analyses de Marcel Gauchet (2005), on peut définir cette conception moderne et contemporaine du politique comme le fruit d’une vision de l’homme acteur du monde dans lequel il vit, c'est-à-dire se sentant capable d’agir dans la fabrication de ce monde. Dès lors, il se sent investi de la responsabilité de le rendre meilleur : si l’homme peut agir, il est moralement tenu d’agir. Dans cette vision, rompant avec le fatum des millénaires antérieurs, le vouloir agir engendre une quête de moyens d’action non plus symboliques, mais pratiques, qui se déclinent d’abord dans la part la plus concrète du réel : l’espace physique.

36 Le concept de « constructionnisme » a été particulièrement travaillé, pour en instruire le procès, par Friedrich von Hayek (2013) puis retravaillé dans une optique plus épistémologique par Karl Popper. Il désigne ce postulat propre au rationalisme progressiste qui s’oppose à la théorie de la main invisible du marché produisant spontanément un ordre social par ajustement réciproque des actions individuelles. La pensée constructionniste affirme en effet la nécessité d’actions publiques guidées par la volonté de construire de manière délibérée et raisonnée, en un mot « planifiée », un type particulier de société.

37 Il existe certes quelques travaux (Campagnac et Lorrain, 2002) qui portent sur les relations intimes qui lient institutionnellement et financièrement les grands opérateurs privés de la promotion immobilière et du BTP aux pouvoirs publics locaux et nationaux, mais il n’existe pas à ma connaissance de travaux qui portent sur la communauté de vue associant les acteurs publics et les opérateurs privés. Pourtant, sur le terrain, on voit que ces derniers se considèrent souvent comme des acteurs parapublics, partageant avec les pouvoirs publics une même vision valorisante du contrôle réglementaire des usages du sol. Cette communauté de point de vue relève en fait du néocorporatisme en vigueur dans le domaine. Si, dans un premier temps, elle semble paradoxale dans la mesure où ce contrôle public constitue un facteur de perturbation des marchés fonciers et immobiliers contre lequel on s’attendrait à ce que les opérateurs privés se mobilisent, en fait, comme cette réglementation s’effectue sans indemnisation des servitudes d’urbanisme (spécificité du droit français datant de 1943 et jamais remise en question), les acteurs de l’aménagisme s’entendent contre les intérêts des propriétaires fonciers.

38 L’observation de grosses opérations d’aménagement montre que rares sont les cas où les acteurs engagés dans la conception, le montage ou la réalisation de celles-ci ne sont pas pour une part animés par des convictions. L’aménagement urbain, comme le travail social, semble propice à l’interpénétration de savoirs procéduraux, requérant une technicité, et de savoir-faire dans lesquels la posture militante et ses compétences rhétoriques sont les bienvenues, car celles-ci sont garantes de la capacité des techniciens de l’aménagement à énoncer le récit prescrit par le rôle social qu’ils tiennent.

39 Il serait ici possible de développer une perspective historique, retraçant les évolutions et les ruptures dans les conceptions du temps et de l’action qui ont affecté l’aménagisme, notamment le passage d’une intervention « balistique » (Padioleau, 1982) à une action itérative, qualifiée de « stratégique » (Padioleau, 1991) ou « pragmatiste » (Chalas, 1998). Mais l’objet de cet article n’étant pas historique, renvoyons à d’autres textes, par exemple : Genestier, 2004.

40 Le rapport à la propriété foncière et immobilière est primordial, pourtant la dimension juridique de l’aménagisme est souvent minorée (malgré les efforts du Groupement de recherche sur les institutions et le droit de l'aménagement, de l'urbanisme et de l'habitat).

41 La question de l’ordre, à entendre à tous les sens du terme, est cardinale pour l’aménagisme. L’anthropologie politique montre que, si « l’autorité est une condition nécessaire de la coexistence humaine et à l’existence d’un ordre social » (Portier, 1996, p. 49), les modalités d’acquisition et d’exercice de cette autorité varient. En effet, cette acquisition peut procéder, soit de pratiques agissant sur un mode agonistique, par l’usage de la force afin de lutter contre le désordre et la déviance, soit d’un mode pacifique instaurant un modèle de communauté et cherchant à le pérenniser. Dans ce second cas, celui de l’action publique non (physiquement) violente, la maîtrise de l’espace constitue une des principales modalités d’action. Ainsi en est-il allé de la domination du territoire par le despotisme hydraulique dans les civilisations orientales (Wittfogel, 1964), du contrôle symbolique de la société par les moyens de constructions spectaculaires et monumentales dans les régimes absolutistes (de la Rome impériale – Veyne, 1976 – aux travaux du Roi Soleil – Apostolidès, 1981 -) et de la transformation prométhéenne des villes et des campagnes par la puissance publique moderniste. Sans doute est-ce à cette dernière qu’il convient de rapporter l’idée d’urbanisme stricto sensu et celle de planification, avec le système d’autorité dont elles relèvent et la légitimité qui en découle.

42 Dans le domaine de « la politique de la ville », qui depuis 40 ans constitue une part majeure des politiques publiques sociales et territoriales, le préfixe re— apparaît en lui-même structurer l’action. Il est abondamment utilisé pour dénommer les actions engagées : « réhabilitation », « renouvellement », « rénovation ».

43 On sait que l’urbanisme, depuis son origine use et abuse de métaphores physiologiques, de sorte que la pensée médicale préscientifique influence l’imaginaire aménagiste, au point que ce dernier confère souvent à la ville une existence biologique, un élan vital ou, à l’inverse, des pathologies létales.

44 Dans La formation de l’esprit scientifique, Gaston Bachelard qualifie d’« obstacle substantialiste » la tendance spontanée de la pensée qui, par observation au premier degré, renvoie les phénomènes physiques, sensibles, à l’essence des choses, sans introduire de facteurs causaux extérieurs. Ainsi, pendant des siècles, on a expliqué les orages et la foudre par la nature intrinsèque des nuages qui, quand ils grossissent, deviennent sombres et grondent, révèlent leur nature profonde, qui est d’être orageux. Là, nul besoin de forces électrostatiques pour rendre compte du phénomène. Souvent la pensée aménagiste procède de la même façon en rapportant les malaises sociaux non à des forces structurantes générales, mais aux situations concrètes dans lesquelles ils se manifestent. Pour cela, la pensée aménagiste amalgame les facteurs géographiques, morphologiques, sociologiques, pour renvoyer une morphologie sociospatiale censée être en elle-même pathogène.

45 Dans les années 1950-1960, c’étaient les « taudis » des faubourgs ouvriers qui servaient de contre-modèle à partir duquel se concevait « la Cité radieuse ». Depuis 1980, ce sont les grands ensembles HLM qui servent de contre-modèle à partir duquel on élabore les « Projets urbains ».

46 Comme le dit Renaud Epstein (2013), les acteurs de la politique de rénovation urbaine, en se réjouissant des « réussites » de leur action, confondent généralement les réalisations (architecturales et urbanistiques) et les résultats. Et cette confusion est d’autant plus forte que les résultats en question peuvent être considérés comme de véritables échecs rapportés aux objectifs socioéconomiques initiaux des opérations.

47 La pensée opérationnelle joint et confond fréquemment l’éthique et l’esthétique. Ici, la notion d’image joue un rôle important : l’amélioration de l’image d’un quartier défavorisé est souvent présentée comme un objectif de l’action, mais l’image visuelle du quartier après rénovation, recomposition, résidentialisation, etc. influence-t-elle l’image sociale et la réputation des habitants, à leurs propres yeux et aux yeux des autres ?

48 Il est difficile de parler de la société, de son fonctionnement et de ses tensions sans user de termes spatiaux (proche/lointain, central/marginal, haut/bas, inclus/exclus, etc.). Un tel lexique a pour effet de naturaliser la lecture spatiale du fait social, de sorte qu’apparaît évidente une intervention sur l’espace pour transformer la vie sociale. Les métaphores spatiales en usage dans le discours remplissent de facto un rôle d’argument de cadrage : celui par lequel le problème est perçu et conçu.

49 Un mot comme « urbanité », qui désigne, d’une part, la citadinité, d’autre part, la politesse, ou bien une expression comme « espace public », qui renvoie, d’une part, à l’espace physique urbain non privatif, celui des rues et des places notamment, et, d’autre part, à la sphère publique de la démocratie délibérative, sont des syllepses. L’utilisation simultanée de leur sens propre et de leur sens figuré laisse croire qu’une relation de détermination réciproque existe, au point de lier les deux significations en une seule : ainsi, la place publique serait par essence démocratique. Cela confère aux syllepses une valeur argumentative d’autant plus forte qu’elles sont polysémiques et difficiles à définir.

50 La paronomase use d’homophonies plus ou moins approximatives (« lieu et lien », « spatial et social », « urbain et humain », « ville et vie », etc.) pour associer des ordres de réalité pourtant hétérogènes. En outre, les paronomases, très présentes dans le discours de la politique de la ville, produisent un effet d’adhésion éthique du fait qu’un des termes utilisés au moins est doté de fortes consonances humanistes ayant le pouvoir de connoter tout le propos.

51 Le fait que des vocables tels que « cité », « citoyenneté », « civilité », « civilisation », etc. partagent une même racine étymologique est souvent suffisant pour que leurs significations soient amalgamées : la présence dans la ville, entendue comme cité, serait synonyme d’accès à la citoyenneté.

52 De même qu’Annie Kriegel (1968) avait déconstruit la parole communiste en montrant l’importance symbolique de mots-étendards servant de facteur de reconnaissance et de cri de ralliement (la formule « camarades ! », par exemple), il serait possible de mettre en lumière les tics de langage, les syntagmes jouant un rôle de pivot dans l’idiome aménagiste. Pensons à cet égard à l’importance du mot « projet » (« projet urbain », « projet de ville », « projet de société », etc.) dans la parole aménagiste, politique et technique actuelle (Genestier, 2001).

53 Sur les différentes catégories d’argument, et notamment les arguments de communauté, de cadrage et d’autorité, cf. Philippe Breton, 2009.

54 Voir sur ce point Jean-Marc Offner, 1993.

55 Une dramaturgie dont on peut décomposer les actants et typifier les rôles selon le carré sémiotique de A. Greimas, comme nous l’avons proposé dans P. Genestier et C. Jacquenod-Desforges, 2016.

56 Alain Bourdin (2013) accorde au raisonnement par abduction une capacité à renouveler la pensée en échappant au prêt-à-penser fourni tant par la déduction (application locale d’une règle générale) que par l’induction (généralisation à partir de cas singuliers). Pour ma part, je vois dans l’abduction une pensée qui ne tente pas d’objectiver les facteurs déterminants, ni de démêler les ordres de réalité sur lesquels ils opèrent, de sorte que la démarche aménagiste repose sur des conjectures relevant surtout du pari. Faire des paris relève certes de l’optimisme de la volonté, mais quand il s’agit d’investissements très lourds pour réaliser des aménagements qui vont durer des décennies ni le rationalisme ni l’éthique de la responsabilité n’y trouvent leur compte.

57 Une « amélioration sociale » dont il faudrait préciser le contenu, car souvent celle-ci s’accompagne de la destruction de la fonction initiale du logement social, qui devait être avant tout de loger les ménages les plus modestes (d’ores et déjà en France, selon la Fondation Abbé Pierre, seul un quart des ménages appartenant au décile des plus modestes réside en HLM). Or, au nom de la mixité sociale, les opérations de rénovation urbaine ne reconstruisent après démolition que 15 % de logements très sociaux, c'est-à-dire en Prêt Locatif Aidé - Insertion (rapports 2009 et 2010 du Comité d’évaluation et de suivi de l’Agence nationale de rénovation rrbaine) alors que 100 % des logements démolis avaient cette vocation.

58 Chaque décennie, à moins que ce soit chaque alternance politique, dresse un constat négatif de ce qui a été fait antérieurement en la matière et lance un nouveau programme d’action.

59 Michel Rocard, en tant que Premier ministre, utilisa à plusieurs reprises ces qualificatifs.

60 Les analyses de Pierre Bourdieu sur les champs professionnels nous éclairent sur les mécanismes d’intériorisation des références, des codes, des jeux et enjeux spécifiques à chacun de ces champs, et sur l’obligation de les respecter pour pouvoir entrer et se maintenir dans le jeu. Pour désigner cet appareillage de normes et de convictions qui structurent les champs professionnels, il a utilisé plusieurs termes : habitus, ethos, doxa, illusio. Tous désignent la part idéelle (tant épistémologique, c'est-à-dire conceptuelle, réflexive et spéculative, qu’éthique, c'est-à-dire idéologique et axiologique) du rôle social qu’endosse le professionnel, c'est-à-dire le rôle qu’il tient et qui le tient.

61 Ce conformisme moral surprend l’observateur : malgré l’existence des communes de couleurs politiques contrastées, la corporation des aménagistes semble marquée par un même conformisme. Le discours en usage fait beaucoup pour gommer les tensions potentielles. Ainsi, bien que détruire des logements très sociaux là où les élus considèrent qu’il y en a trop, ou en construire là où la loi dit qu’il n’y en a pas assez, soient deux actions très différentes, voire opposées, toutes deux se réclameront du même argument : la mixité sociale.

62 Avec la disparition de la démarche analytique et standardisatrice du fonctionnalisme, le milieu des architectes-urbanistes a pris le contrepied. Pour cela, il effectua des emprunts multiples, dont un des plus prégnants fut celui fait à la rhétorique phénoménologique (Norberg-Schulz, 1985, 1997) qui autorise à la fois les projets historicisants du postmodernisme et les propositions High-tech de l’hypermodernisme.

63 La géographie urbaine aux États-Unis, avec des auteurs comme David Harvey, Edward Soja, Mike Davis, mais aussi en France, a été un des domaines précurseurs du retour des sciences sociales critiques et des analyses marxiennes (cf. Métropoles, 2010). Toutefois, l’adoption de cet appareillage intellectuel par les aménagistes ne les aide guère professionnellement, sauf à s’engager dans des activités de contre-projet qui attirent nombre de jeunes diplômés qui mélangent activisme pour le local et l’environnement et militantisme politique.

64 Il ne s’agit pas des mots-valises au sens que leur donne Lewis Carroll (concaténation de deux fragments de mot en un nouveau dont la phonie a une valeur évocatrice), mais de mots en vogue et au signifié flottant ou élastique, et qui contiennent malgré tout une charge connotative forte permettant à leurs utilisateurs de proclamer une parole autoritaire ou consensuelle.

65 On trouve en langue française quelques textes tentant de redéfinir l’aménagisme en prenant acte des bouleversements matériels et idéels en cours (pensons aux travaux de François Ascher, 2001 ; d’Alain Bourdin, 2010). Ils parient sur un renouvellement de l’action publique urbaine. Conviction réelle ou tentative d’auto-persuasion ?

66 Rapport du Conseil d’État, 1999 et Politix, no 42, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Genestier, « Théoriser l’action publique urbaine et territoriale : éléments pour une épistémologie de l’aménagisme », Métropoles [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/6834 ; DOI : 10.4000/metropoles.6834

Haut de page

Auteur

Philippe Genestier

Architecte-Urbaniste en chef de l’État, professeur à l’École nationale des travaux publics de l’État, université de Lyon, CNRS, UMR Environnement, ville, société

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals