Navigation – Plan du site

Contester la métropole

Date limite de réception des articles : 31 janvier 2020

Présentation scientifique du projet de dossier

Mouvements d’opposition à la construction de grandes infrastructures, mobilisation contre l’appropriation des espaces urbains par les touristes, prises de position d’associations d’élus de villes petites et moyennes se sentant abandonnés par l’État, grève des fonctionnaires territoriaux contre la fusion des administrations municipales et métropolitaine… La métropole et la métropolisation sont l’objet d’un nombre croissant de mobilisations qui ont un point commun : la contestation de cette nouvelle norme dominante de l’action publique que serait devenue la norme métropolitaine et de ses conséquences (congestion et dégradation du cadre de vie ; accélération des inégalités territoriales, sociales, économiques et environnementales ; dépolitisation de l’action publique urbaine). Ce projet de dossier a pour ambition d’analyser ces formes plurielles de contestation de la métropole.

Le processus de métropolisation est aujourd’hui l’un des thèmes forts de la recherche en études urbaines. Pourtant, on peut difficilement identifier aujourd’hui un corpus de recherche dédié à l’étude des formes de contestation de la métropole. Cette question est bien traitée mais de manière éclatée, dans le cadre de recherches le plus souvent centrées sur d’autres objets (politiques urbaines, luttes urbaines, etc.) ou bien sur des problématiques proches mais décalées (contestations de la ville néolibérale notamment).

Le dossier portera donc sur des mobilisations qui désignent la métropole ou la métropolisation comme la source des maux dénoncés ou comme l’adversaire politique et institutionnel, mais aussi sur des mobilisations qui, sans désigner explicitement la métropole, la contestent à travers l’un de ses effets (congestion, cherté du logement, consommation foncière, caractère opaque des processus de décision qui font la ville, etc.). Ces mobilisations peuvent partiellement recouper celles visant la « ville néolibérale » ou encore la « gentrification » mais notre hypothèse est que la contestation de la métropole désigne un ordre distinct de phénomènes et ne mobilise pas nécessairement les mêmes groupes sociaux et organisations. Au-delà, on peut même imaginer que le rejet des processus spatiaux, socio-économiques et culturels associés à la métropole –et parallèlement l’acceptation sinon l’adhésion à ces mêmes phénomènes– est constitutif d’identités politiques, voire générateur de pratiques plus ou moins nouvelles.

Des propositions intégrant les dimensions suivantes sont particulièrement attendues :

  • Qu’est-ce qui est contesté dans ou à propos de la métropole ? La métropole ou la métropolisation sont-elles explicitement désignées ? Les acteurs sociaux impliqués se contentent-ils de s’opposer à des projets ou politiques publiques spécifiques ou proposent-ils soit des alternatives à la métropolisation du monde, soit des modes alternatifs de construction métropolitaine ?

  • Qui conteste ? Qui sont les acteurs mobilisés (profil social, ancrage territorial, proximité des institutions) ? Comment dit-on « nous » face à la métropolisation ? Les mouvements « antimétropole » sont-ils le lieu de construction de nouvelles identités de participation/mobilisation et si oui lesquelles ? Il faudrait étudier ici le rôle de différentes catégories d’acteurs, au sein des sociétés locales ou au-delà : acteurs politiques, élus locaux ; habitants/citoyens, mouvements sociaux urbains ; professionnels de l’urbain, à l’échelle locale mais aussi à l’échelle de leurs fédérations et structures d’influence ; entreprises, intérêts économiques et syndicats de salariés.

  • Quels répertoires d’action contre la métropole ? La contestation de la métropole se fait-elle essentiellement par le biais de mobilisations élitistes, celles des élus et de leurs associations ? S’il existe des mouvements sociaux « grassroots » explicitement anti-métropole, quel est leur répertoire et la cible de leur mobilisation ? Les élections locales sont-elles un espace de contestation des phénomènes associés à la métropole ?

  • Quels sont les effets de ces contestations de la métropole ? Dans quelle mesure ces mobilisations amènent-elles des transformations matérielles et symboliques de l’ordre social et de l’ordre métropolitain ? Quels obstacles rencontrent-elles ?

Les propositions d’articles relevant de tous les champs disciplinaires seront examinées. Nous encourageons tout particulièrement des propositions inscrites dans le champ de l’économie, de la géographie, de la sociologie urbaine et de l’aménagement.

Modalités de soumission

Elles doivent être adressées aux trois coordinateur.trice.s du dossier :
g.pinson@sciencespobordeaux.fr
ludovic.halbert@enpc.fr
valerie.sala.pala@univ-st-etienne.fr

Le format doit respecter les consignes aux auteurs présentées sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/metropoles/4619.

  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals