Navigation – Plan du site

Façonner la ville : projets de société et stratégies de gouvernement à Grenoble (1910-2010)

Shaping the city: Societal projects and government strategies in Grenoble (1910-2010)
Julien Caranton et Thomas Lerosier

Résumés

Cet article s’intéresse, à partir du cas grenoblois, aux gouvernements des villes aux xxe et xxie siècles. Durant cette période, deux discours programmatiques marquent cette ville. Le premier est formulé au début du xxe siècle et fait de Grenoble le centre névralgique d’une région alpine moderne portée par les industries liées à l’hydroélectricité. La restructuration du tissu industriel, dans les années 1960, met fin à ce projet de société. Au début des années 1980, un nouveau discours émerge et présente cette fois-ci Grenoble comme une ville inscrite dans le réseau mondial des métropoles innovantes. Dans cet article, nous proposons, d’une part, d’analyser la manière dont ces pratiques discursives ont réussi à s’imposer comme projets de société dominants à l’échelle de la ville et, d’autre part, de voir de quelles manières elles se sont matérialisées au sein de la trame urbaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le point de départ de cette recherche réside dans le constat que deux ensembles de discours programmatiques sur ce que doit être la ville ont fortement marqué la structure socioéconomique grenobloise aux xxe et xxie siècles. Le premier est énoncé au début du xxe siècle et fait des activités hydroélectriques le cœur de la modernité grenobloise et alpine. Le second est formulé à partir du début des années 1980. Grenoble est alors présentée comme une ville inscrite dans le réseau mondial des métropoles innovantes.

2Ces deux discours et modes d’organisation socioéconomique ont été traités distinctement et ont donné lieu à une importante littérature scientifique. Concernant la modernité alpine, le politiste Philippe Veitl a montré comment les acteurs locaux se sont emparés du régionalisme économique, institué par le ministre Étienne Clémentel au lendemain de la Première Guerre mondiale, afin de légitimer l’existence d’une région alpine homogène portée par l’activité hydroélectrique et centrée sur Grenoble (Veitl, 2013). De son côté, l’historienne Anne Dalmasso s’est demandé si la notion de district industriel pouvait s’appliquer au cas grenoblois pour la période 1880-1960 (Dalmasso, 2002). Ces deux recherches, aux problématiques différentes, insistent néanmoins sur le rôle des élites locales (les industriels, universitaires et élus) dans la formulation des orientations socioéconomiques pour la ville. Concernant la « technopole » grenobloise, les recherches ont été essentiellement conduites par des économistes et sociologues. Michel Grossetti insiste sur le caractère endogène de l’avènement du pôle scientifique de Grenoble, par comparaison avec celui de Toulouse qui fait l’objet d’un investissement politique national (Grossetti, 2001). Dans La technopole, Michel Bernardy de Sigoyer et Pierre Boisgontier ont analysé l’orientation de l’économie grenobloise (Bernardy de Sigoyer et Boisgontier, 1996). Ils émettent l’hypothèse que le choix de favoriser les sociétés technologiques a impliqué de compromettre d’autres secteurs industriels et ainsi fragilisé l’emploi des catégories les moins qualifiées, et en cela l’économie même du territoire grenoblois. Vingt ans plus tard, les urbanistes Gilles Novarinna et Natacha Seigneuret réactualisent cette réflexion dans un ouvrage collectif (Novarina et Seigneuret, 2015). Considérant les controverses sur les politiques scientifiques et technologiques comme le symptôme d’un malaise du « modèle grenoblois », certains auteurs soutiennent qu’un mode de développement basé sur les technologies de pointe est nécessairement insuffisant et qu’une diversification du tissu économique doit être envisagée pour assurer le dynamisme de la ville. Ils plaident pour un « meilleur ancrage territorial de ces activités [innovantes et créatives] et [pour] une meilleure articulation des activités productives et résidentielles » (Ambrosino, Linossier et Talandier, 2016).

3Le présent article propose d’analyser conjointement ces discours programmatiques et les pratiques concrètes ayant pour objet ou pour conséquence de façonner la ville. En rendant compte des tactiques de gouvernement de la ville, qu’elles soient discursives ou beaucoup plus opérationnelles, nous plaçons les discours et les pratiques sur le même niveau d’analyse. Notre ambition n’est pas de confronter discours et pratiques, mais d’identifier ce que nous appelons des projets de société, c’est-à-dire une conception commune, une vision normative qui est partagée par un certain nombre d’acteurs et qui établit ce que doit être la ville. Pour nous, un projet de société est une construction intermédiaire permettant de rendre intelligible la manière dont les acteurs gouvernent la ville. Ces projets ne sont pas toujours explicitement formulés par les acteurs qui les portent et leur expression peut connaître des variations d’un acteur à l’autre. Ils sont le résultat de notre interprétation des discours, des stratégies et des réalisations concrètes d’un groupe social lorsque celui-ci prend explicitement pour objet de transformer sa ville. Il est aussi nécessaire de garder en tête qu’il existe des projets concurrents que nous n’étudions pas parce que leurs porteurs ne sont pas parvenus à les imposer comme des projets légitimes dans l’espace social grenoblois (sur ce point, voir chapitre v de Lerosier, 2016).

4Pour conduire cette recherche, nous nous sommes appuyés sur deux types de sources. Les imprimés, qui constituent le premier type de documents, permettent d’appréhender les discours programmatiques sur ce que doit être la ville. Il s’agit, la plupart du temps, de projets d’aménagement impliquant un groupe composite d’acteurs, de livres promotionnels ou d’histoire locale. Nous avons porté une attention toute particulière à l’identification des acteurs les rédigeant, ainsi qu’à leur contexte de production et de diffusion. Les sciences sociales participant activement à la production de ces récits programmatiques, certains de ces imprimés revêtent parfois un double statut : ils ambitionnent simultanément la production d’un savoir académique sur la ville et la promotion d’une conception particulière de cet espace urbain. La distinction entre ces aspects est essentielle à l’analyse du gouvernement des villes afin d’éviter de reproduire les représentations des acteurs s’investissant dans ces projets de société. Dans le but d’identifier leurs stratégies et pratiques aménagements, nous avons eu recours à un second type de documents, c’est-à-dire à un ensemble de documents d’archives produits par les acteurs étudiés : archives des entreprises de biens d’équipements et des institutions de régulation qu’elles ont créées, des institutions de formation telles que l’Institut national polytechnique de Grenoble, des collectivités territoriales ou de leurs opérateurs, etc. L’analyse de ces documents permet d’appréhender l’écart entre les discours et ce que font réellement les acteurs dans la ville.

5En pratique, les documents auxquels nous avons été confrontés diffèrent singulièrement d’une période à l’autre. Il est ainsi assez difficile de maintenir une homogénéité d’analyse et de mise en récit sur une longue période. La qualité des archives et leur accessibilité sont amoindries pour les périodes les plus récentes. Le travail sur les configurations d’acteurs et les pratiques concrètes tend à être moins précis.

6Pour chaque période, nous nous proposons d’expliciter le projet dominant. Pour cela, nous nous intéressons aux « tactiques gouvernementales », c’est-à-dire aux opérations concrètes de diffusion, d’actualisation ou de formalisation d’un projet. Ce cadrage théorique nous a amenés à privilégier trois axes de recherche. Le premier concerne l’identification des acteurs individuels et collectifs qui formalisent et portent ces projets, ainsi que des lieux d’émergence de ces derniers. Le deuxième axe porte sur les éléments discursifs, les instruments et les vecteurs sociaux qui conduisent des acteurs, initialement externes à ces projets, à s’investir à leur tour. Formulé ainsi, ce n’est pas tant la question du consensus qui nous intéresse que celle de l’appropriation des projets et des investissements dont ils font l’objet par des acteurs issus de champs différents. Le troisième axe se rapporte à la manière dont ces projets se matérialisent à l’échelle de la ville.

7Nous avons fait le choix de traiter distinctement les deux projets de société afin de privilégier l’analyse des dynamiques historiques propres à chaque période vis-à-vis du travail de modélisation théorique. Le premier temps de cette contribution est consacré au projet constitué autour de la « houille blanche » (nom communément donné à l’énergie hydraulique) au cours de la première moitié du xxe siècle. Le deuxième a pour objet le projet qui lui succède et qui s’est construit sur les sciences et techniques. En conclusion, nous proposons de confronter ces deux projets afin d’en révéler les caractéristiques communes. Nous esquissons, à partir du cas grenoblois, moins un modèle théorique achevé qu’une grille d’analyse exportable à d’autres villes et à d’autres contextes.

1. La houille blanche comme projet de société (1910-1938)

1.1. La dimension discursive du projet

8Avec la tenue de l’Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme à Grenoble, l’année 1925 peut être considérée comme celle de l’aboutissement d’un travail discursif visant à faire de cette ville le nœud d’une région économique homogène structurée par les activités liées à la houille blanche. Ce travail débute dès la fin du xixe siècle avec une série de publications d’ingénieurs grenoblois au sujet du rôle positif de l’hydroélectricité (Dalmasso, 2001). Cependant, sa formalisation en un discours consensuel, associant des acteurs de différents champs, s’opère essentiellement entre 1910 et 1925.

9Un ouvrage collectif occupe une place névralgique dans la formalisation de ce discours consensuel : Grenoble et sa Région (1900-1925), édité en 1925. Le contexte de sa publication est hautement symbolique. D’après les auteurs, le livre est rédigé en à peine « plus de deux mois » afin d’être présenté lors du Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences (juillet-août 1925), tenu à l’occasion de l’Exposition internationale.

10L’ouvrage est subventionné par la municipalité. Son comité de publication se compose de 25pnotabilités locales. Le comité ne rassemble pas seulement des acteurs du champ économique. Sa direction a été confiée à Louis Barbillion, directeur de l’Institut polytechnique de Grenoble (IPG). Nous pouvons noter la présence, entre autres, de Raoul Blanchard (fondateur de l’Institut de géographie alpine - IGA), d’Auguste Bouchayer (ingénieur des Arts et Manufactures, frère du constructeur-mécanicien Aimé Bouchayer), de Paul Cuche (professeur à la faculté de droit), d’Henry Debraye (archiviste-paléographe et secrétaire général de la mairie), du docteur Moncenix (directeur du bureau d’hygiène municipal), etc. Cet ouvrage mobilise ainsi un ensemble d’acteurs aux profils professionnels très différents, mais partageant une même idée de ce que doit être la ville de Grenoble. Il s’agit de la présenter comme une métropole moderne, portée par les activités de l’hydroélectricité. Cette modernité s’exercerait dans plusieurs domaines : dans son plan d’urbanisme, ses institutions sociales, son université (principalement son Institut polytechnique), son enseignement artistique, « ses industries régionales », etc. Les tenants de ce discours ont conscience de la difficulté à formaliser un projet homogène. Si l’arrêté ministériel d’Étienne Clémentel institutionnalise le xiie groupement régional de chambres de commerce en avril 1919 (conforté par les travaux de Raoul Blanchard), ils en reconnaissent le caractère aléatoire :

Donc, œuvre [le livre] à dessein incomplète et aussi mal délimitée, car sous le couvert de la région, nous avons dû souvent englober des territoires géographiques différents, suivant les spécialités. Les papeteries de Bourgoin relèvent indiscutablement de la métropole grenobloise, alors que les tissages de Vizille subissent l’inspiration lyonnaise (Barbillion, 1925, p. VI).

  • 1 Paul Vidal de La Blache emprunte la notion de nodalité au géographe anglais Halford John Mackinder (...)

11Ceux-ci défendent néanmoins une même conception de la modernité alpine se caractérisant par son activité économique dominante. Pour eux, l’hydroélectricité est symbole de « modernité » et de « progrès » pour l’industrie, mais également pour les communes des espaces montagnards (Dalmasso, 2001). La région doit être, selon la terminologie vidalienne1, « structurée par une nodalité urbaine rayonnante » incarnée par Grenoble (Veitl, 2013, p. 130). L’efficacité de ce discours ne se situe pas au niveau de la pertinence du découpage géographique de la région alpine. Elle tient à la persistance et à l’uniformité, entre 1910 et 1925, d’un discours fédérateur au sujet du rôle positif de la houille blanche.

12Ce mouvement régionaliste n’est pas propre à Grenoble. À Dijon, un projet similaire est constitué autour de l’industrie alimentaire et du tourisme qui en découle (Laferté, 2004). Que ce soit à Grenoble ou à Dijon, ces projets sont portés par un groupe composite d’acteurs. La diffusion de ce discours et ses appropriations diverses par les groupes sociaux dominants sont deux éléments fondamentaux pour comprendre sa performativité en tant que discours « modernisateur ».

1.2. La dimension pratique du projet

13La constitution d’un discours consensuel sur ce que doivent être Grenoble et sa région résulte de la position dominante des métallurgistes au sein de l’espace social grenoblois et des liens forts qu’ils entretiennent avec les principaux acteurs des autres champs (universitaire, juridique et politique). Cependant, cette adhésion à un projet commun ne signifie pas pour autant que l’ensemble de ses promoteurs l’investissent de la même manière. En ce sens, ce discours constitue essentiellement un instrument parmi d’autres.

L’investissement des industriels dans le pouvoir local

14Pour Gilles Laferté, qui étudie un phénomène comparable de promotion d’une région bourguignonne, la recomposition locale du monde des élites économiques constitue un élément central (Laferté, 2004). Ce projet ne peut faire sens que parce qu’il est porté, entre autres, par les industriels de l’alimentaire dijonnais. À Grenoble, ce sont les constructeurs de biens d’équipements qui s’emparent du cadre régionaliste promu par le ministre Clémentel au lendemain de la Première Guerre mondiale.

  • 2 Ernest Calvat (1871-1874), Édouard Rey (1881-1888) et Stéphane Jay (1896-1904).
  • 3 Archives municipales de Grenoble (AMG), 1K526 : élections municipales des 3 et 10 mai 1908.
  • 4 Le recul de l’activité gantière s’opère sur une longue durée. En 1939, elle emploie encore 2 000 o (...)

15En 1908, Félix Viallet est élu maire. L’accès d’un ingénieur et constructeur-mécanicien à la tête de la ville vient entériner une mutation qui s’opère depuis deux décennies dans le tissu industriel. Entre 1870 et 1908, trois fabricants de gants occupent le mandat de maire2. En 1908, seulement trois conseillers municipaux proviennent de ce milieu (un fabricant et deux ouvriers)3. L’élection de Viallet est donc un marqueur fort actant cette substitution. En 1914, la ville comptabilise plus de 3 000 ouvriers travaillant dans la métallurgie (pour une population urbaine de 77 438 habitants en 1911)4.

16Au début du xxe siècle, l’espace social grenoblois est dominé par les « nouveaux » acteurs économiques. Casimir Brenier, un ancien constructeur, préside la Chambre de commerce entre 1893 et 1910. Hippolyte et Aimé Bouchayer, ainsi que Casimir Brenier, intègrent la Société statistique d’Isère en 1900. En 1919, Aimé Bouchayer est élu à la présidence de cette institution. En seulement un an, ses effectifs doublent (Blanchard, 1920) et les principaux acteurs économiques qui promeuvent le régionalisme l’intègrent. Comme le met en avant Aimé Bouchayer lors de son élection, « c’est la première fois, depuis quatre-vingts ans, que la présidence échappe à un homme de pensée ou de science pure ». (Bouchayer, 1919, p. 5) Ce phénomène symbolise ainsi la pénétration de l’idéologie véhiculée par les promoteurs du régionalisme économique pour qui industrie et science doivent œuvrer conjointement au développement du territoire. Cette pénétration des acteurs économiques au sein de la Société de statistique se réalise en même temps que l’institutionnalisation du xiie groupement régional des chambres de commerce et de la création de l’Association des producteurs des Alpes françaises (APAF).

  • 5 On pourra consulter à ce sujet les travaux de Julien Caranton portant sur la recomposition des éli (...)

17Par ailleurs, par le jeu des alliances matrimoniales, une partie des élites économiques est liée, d’une part, aux professions juridiques qui dominaient la ville sous le Second Empire et, d’autre part, aux individus issus du champ universitaire (principalement de la Faculté de droit et de l’École de médecine)5. Ce phénomène s’insère plus globalement dans le phénomène de recomposition des élites républicaines qui s’opère à la suite de la stabilisation du nouveau régime (Charle, 2006). Le modèle méritocratique, au moins dans les discours, se substitue à celui du grand notable. Les nouvelles élites économiques et les universitaires, qui sont symboliquement associées à leurs « capacités », accèdent plus facilement aux positions de domination. Les trois champs se mélangent et communiquent davantage. La structure de ce réseau est un élément constitutif des politiques de consensus entre mondes sociaux.

La régulation sociale patronale comme technologie de gouvernement

18Une attention particulière portée aux pratiques de ces industriels et aux contextes de leur élaboration montre que le discours régionaliste constitue un instrument de gouvernement du social utilisé pour lutter contre des éléments internes (les mouvements ouvriers et syndicaux) et externes (le marché du travail, l’État) au territoire urbain.

19La formalisation de ce discours est concomitante au processus d’homogénéisation des pratiques sociales des établissements de biens d’équipements. L’investissement des métallurgistes grenoblois dans la production nationale les conduit à tenter de mieux contrôler un marché du travail dans lequel les ouvriers qualifiés possèdent une marge de négociation importante (Omnès, 1992, 2001). Comme le met en évidence Auguste Bouchayer (Bouchayer, 1925, p. 415), l’usine Joya, grâce aux initiatives de l’ingénieur catholique Émile Romanet, constitue un laboratoire d’expérimentations sociales au début du siècle à partir duquel de nouvelles pratiques sociales vont être étendues à l’ensemble des sociétés adhérentes du Syndicat des constructeurs-mécaniciens.

  • 6 ADI, 18J : fonds Émile Romanet. Voir plus particulièrement les sous-séries 18J1 et 16 pour les ret (...)
  • 7 ADI, PER/1300/1 : Bulletin de la Chambre de commerce de Grenoble, janvier-mars 1922.

20Le Syndicat, implanté au cœur de l’espace industriel, s’empare de deux pratiques mises en œuvre au sein des établissements Joya : les allocations familiales, avec la constitution d’une caisse de compensation (1918), et les retraites supplémentaires (1920)6. Les pratiques sociales conçues par Romanet entre 1907 et 1920 font donc l’objet d’un travail de sélection par les dirigeants du Syndicat en vue d’une application dédiée à la manœuvrabilité du social à l’échelle territoriale. Les constructeurs adaptent les pratiques de Romanet afin de les faire correspondre à leur conception de la régulation du social7. Pour eux, celle-ci doit être professionnelle et régionale. Cette conception patronale est classique (Omnès, 1992 ; Fraboulet, 2007), mais elle est ici légitimée par le discours sur la région économique des Alpes.

  • 8 ADI, 140J19 : fonds Louis Le Chatelier, liste des adhérents de l’APAF en 1920.

21L’APAF et son organe de presse (Les Alpes économiques) constituent, pour les constructeurs grenoblois, un vecteur de diffusion de cette conception de la régulation économique et sociale. L’APAF est dominée par les industriels grenoblois qui représentent 42 % de ses membres8. Aimé Bouchayer et Georges Charpenay sont les « deux hommes clés » de cette organisation : le premier assure la présidence, le second, la trésorerie (Veitl, 2013, p. 240). Le géographe Raoul Blanchard occupe la fonction de « conseiller scientifique ». Comme le met en évidence William Killian, doyen de la Faculté des sciences et président du comité local de l’Association française pour l’avancement des sciences, le rôle de l’APAF est d’apporter de l’homogénéité aux pratiques industrielles dauphinoises en valorisant certaines d’entre elles.

22L’importante Association des producteurs des Alpes françaises, qui a pour secrétaire général M. le professeur Raoul Blanchard, dont les études géographiques sur l’économie régionale sont unanimement appréciées, contribue puissamment à la coordination rationnelle de ces formes si multiples de l’activité dauphinoise (Association française pour l’avancement des sciences, 1926a, p. 24).

  • 9 ADI, PER.25/2 : Les Alpes économiques, avril 1922, propos d’Aimé Bouchayer à la chambre de commerc (...)

23Cette fédération de groupements professionnels constitue également un outil de défense contre l’introduction d’éléments externes au territoire. Avec la chambre de commerce de Grenoble, elle s’engage activement contre le projet de loi sur les assurances sociales tout au long de la décennie 1920. Le patronat grenoblois met en avant la supposée homogénéité du territoire alpin et les « innovations » sociales nées en son sein pour s’opposer à « l’étatisme envahissant 9». Ce discours contribue par conséquent au travail de bornage du territoire alpin que les acteurs locaux identifient alors autant à sa « modernité » économique que sociale.

24Le discours régionaliste fournit donc des outils aux acteurs économiques pour défendre leur conception de la régulation du social. Dans le même temps, ces pratiques discursives se matérialisent par des investissements privés et publics destinés à former une élite managériale et ouvrière pour l’industrie de la houille blanche. Au même titre que le social, la production doit se réguler à l’échelle du territoire.

La mobilisation d’une élite savante

25Au début du xxe siècle, le projet d’un territoire structuré par les activités de la houille blanche aboutit à la formation d’un dispositif « technico-industriel » (Dalmasso, 2010). Les acteurs qui portent ce projet souhaitent former un corps d’ingénieurs possédant les connaissances techniques nécessaires à ces nouvelles activités et une main-d’œuvre qualifiée qui fait défaut aux industriels grenoblois. La chambre de commerce joue un rôle central dans la constitution d’institutions de formation technique. Elle est soutenue par la municipalité qui est progressivement investie par les nouvelles élites économiques au tournant des deux siècles. La constitution de ce dispositif fait également place à de nouveaux savoirs et possibilités de carrières au sein du champ universitaire.

26La création d’un Institut d’électrotechnique (1900) pose les premières pierres de cet édifice « technico-industriel » (Dalmasso,2010, p. 116). Entre 1909 et 1920, plusieurs écoles et laboratoires sont constitués : un laboratoire d’électrométallurgie et d’hydroélectricité, une école de papeterie, un institut d’électrochimie et d’électrométallurgie et un laboratoire d’essais mécaniques et physiques des métaux (figure 2). Pour le recteur de l’Université, qui évoque l’Institut d’électrochimie et d’électrométallurgie, « Le but — on le voit — est de former, en recrutant les élèves au concours et en petit nombre, un personnel d’élite pour les usines de la spécialité dont il s’agit. » (Guy, 1925, p. 202) Ces institutions sont financées par les industriels et, en moindre mesure, par la municipalité. Cet investissement privé/public se traduit par une augmentation continue des effectifs de l’Institut polytechnique entre le début du xxe siècle et la Première Guerre mondiale (figure 1). La formation des cadres techniques se conjugue à celle d’une main-d’œuvre qualifiée. En 1917, soit deux ans avant l’entrée en vigueur de la loi Astier, le Syndicat des constructeurs fonde les « Cours professionnels des industries de la métallurgie ». Leur constitution s’insère plus globalement dans la politique de l’Union des industries et métiers de la métallurgie avec qui le Syndicat est en contact constant (Fraboulet, 2007, p. 196).

Fig. 1 : effectifs de l’Institut polytechnique de Grenoble (1900-1924)

Fig. 1 : effectifs de l’Institut polytechnique de Grenoble (1900-1924)

Les données sont issues de Guy (1925, p. 178).

27En parallèle de ce dispositif d’enseignement technique, le projet d’une territorialité structurée autour des activités de la houille blanche légitime de nouveaux savoirs et les acteurs qui les portent. Ce processus est, en quelque sorte, similaire à celui qui s’opère au sein du champ social au tournant des xixe et xxe siècles (Topalov, 1999). Le cas le plus emblématique est celui du géographe Raoul Blanchard. Ce dernier tente de s’imposer simultanément comme un « patron » de la géographie française, en fondant l’IGA en 1906, et comme un expert auprès des élites économiques. À la fin de la Première Guerre mondiale, il s’engage activement dans le mouvement régionaliste. Philippe Veitl a parfaitement montré comment Blanchard a réussi à incorporer son savoir scientifique, c’est-à-dire sa conception vidalienne de la géographie, « aux actions quotidiennes et aux représentations communes de certaines catégories sociales. » (Veitl, 1993, p. 117) Et comme il le précise, « Ce travail d’incorporation est délicat à saisir, mais est essentiel, car les pratiques urbaines des acteurs sont pour une part le produit d’un état antérieur sur la ville, avant de devenir à leur tour un donné objectif offert à l’étude. » (Veitl, 1993, p. 117). Cette incorporation est double. Blanchard est, comme nous l’avons vu, nommé « conseiller scientifique » de l’APAF en 1919. Il accède également à la présidence de la Société statistique l’année suivante. Comme en témoigne son allocution prononcée à l’occasion de son élection à la présidence de cette société savante, l’une de ses ambitions est de lier les sciences sociales au savoir économique et à ses applications :

Histoire, géographie, en particulier, sont un objet de statistique et de recherche méthodique digne de figurer parmi les préoccupations de notre Société [de Statistique], et la première y a tenu jadis un rang honorable (Blanchard, 1920, p. 6).

28La géographie vidalienne, l’histoire et le droit deviennent dès lors des savoirs participant à la légitimation de ce projet territorial et des pratiques sociales qui en émergent.

Le projet comme instrument de valorisation de l’action municipale

29La domination socioéconomique des métallurgistes grenoblois ne suffit pas à expliquer à elle seule l’investissement municipal dans ce projet de société. L’élection du socialiste Paul Mistral au poste de maire (1919-1932) ne modifie pas la trajectoire politique amorcée par l’industriel Félix Viallet, bien au contraire. La municipalité socialiste entretient des liens avec la frange « moderne » du patronat et contribue à l’image d’une capitale des Alpes « creuset d’un progrès technique et social » (Dalmasso, 2010, p. 118). Deux éléments expliquent le fort investissement de la municipalité. En premier lieu, les modifications du tissu socioéconomique constituent, pour les édiles, l’occasion d’aménager le territoire urbain. En second lieu, cet investissement s’insère plus globalement dans le mouvement national et international de « réforme municipale » (Payre, 2002). Mettre en avant la « modernité » des aménagements urbains est un moyen de valoriser l’action des élus grenoblois.

Notre municipalité très agissante s’est efforcée d’ailleurs d’améliorer encore des travaux de voirie, par des embellissements et par la rupture récente de la ceinture de remparts qui enserrait la cité, les conditions hygiéniques et l’agrément de la ville. On lui doit notamment la création de cités-jardins dont vous pourrez admirer la belle ordonnance et la coquette salubrité (Association française pour l’avancement des sciences, 1926b, p. 23‑24).

  • 10 À ce moment, Wilfrid Killian est membre de l’Institut, doyen de la Faculté des sciences et préside (...)

30Comme le mettent en évidence les propos de Wilfrid Killian lors de la séance générale d’ouverture du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, une grande partie des acteurs grenoblois dominants, qu’ils proviennent du champ politique, économique ou scientifique, soulignent le tournant « moderne » qu’a opéré la ville depuis quelques années sous l’impulsion de la houille blanche 10. Pour Blanchard, Bouchayer ou Charpenay, la ville doit s’étendre et se moderniser tout en conservant une taille raisonnable (Veitl, 2013, p. 248‑249). Deux raisons sont mises en avant pour prévenir un afflux démographique trop important. D’une part, cela entraînerait des risques hygiéniques et sociaux. D’autre part, cela conduirait de facto à la dépopulation des milieux montagnards qui nécessitent une main-d’œuvre afin de faire fonctionner les usines hydroélectriques. Ces acteurs promeuvent par conséquent un territoire alpin hiérarchisé et connecté autour de Grenoble. Les zones de montagne, à l’image de la commune de Livet-Gavet, ont pour fonction l’accueil des industries de la houille blanche. La ville de Grenoble, quant à elle, doit abriter les institutions de formation et de « science appliquée » à l’industrie hydroélectrique, ainsi que la production métallurgique et les banques nécessaires à leur financement. Au sein même de la ville, une hiérarchisation spatiale s’opère. Elle n’est pas le fruit d’une politique d’aménagement entreprise par les élites locales. Elle résulte de la problématique du foncier disponible. À la fin du xixe siècle, l’espace ouest de la ville, alors en dehors des fortifications, est le seul à pouvoir accueillir les usines métallurgiques et, de facto, les populations ouvrières (figure 2). Entre les années 1880 et 1920, le patronat et les catholiques sociaux investissent et structurent cet espace. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est à son tour soumis à une forte pression foncière. Parce qu’elles nécessitent moins d’espace, les institutions de recherche, de formation de la main-d’œuvre et de financement de la houille blanche sont implantées au sein de la vieille ville (à l’est).

  • 11 À ce propos, voir le chapitre VI de Veitl, 2013.

31Pour rendre possible le développement industriel de la ville au sud, les enceintes sont déclassées à la fin de l’année 1921. Dans le même temps, la municipalité commande à l’architecte Léon Jaussely un plan d’aménagement urbain. Un avant-projet est remis dès 1923 et est commenté par une commission extramunicipale regroupant des membres du conseil municipal, des fonctionnaires municipaux et des industriels (dont Émile Romanet ou Auguste Bouchayer). Après quelques modifications, le plan d’urbanisme est approuvé en avril 1925 (Morsel, 1976, p. 355). À de nombreux égards, ce plan reste à l’état de projet en raison du nombre d’opposants et du décès de Mistral en 1932. Cependant, il démontre une volonté politique de « modernisation » de la ville portée par des édiles voulant s’approprier l’image que renvoie l’industrie de la houille blanche. En parallèle de cet aménagement urbain, la municipalité se lance dans une entreprise d’embellissement. L’Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme est caractéristique de ce projet (figure 2)11. Elle a lieu entre les mois de mai et octobre 1925 et est installée sur le polygone du Génie. Comme l’a montré Renaud Payre, cette volonté politique d’aménagement et d’embellissement s’inscrit dans les tentatives menées par des groupes d’acteurs composites afin de constituer une « science communale » dans l’entre-deux-guerres. Le socialisme réformiste, représenté localement par Paul Mistal, joue un rôle central au sein de ce mouvement (Payre, 2002, p. 646).

Fig. 2 : les espaces symboliques de la capitale de la houille blanche (Grenoble intramuros, 1925)

Fig. 2 : les espaces symboliques de la capitale de la houille blanche (Grenoble intramuros, 1925)

Carte réalisée par Julien Caranton

2. L’innovation technologique comme projet de société

2.1. La formalisation du « projet technopolitain » (1970-2010)

32Durant les décennies 1950 et 1960, les industries héritées de la houille blanche comme celles des biens d’équipements (Neyrpic) et d’appareillage électrique (Merlin-Gerin) sont encore très dynamiques. Grenoble est l’un des grands foyers industriels français. Cependant, au cours des années 1970, les industries traditionnelles – textiles, alimentaires – connaissent une profonde crise. Les industries d’équipements hydrauliques ou électriques passent sous le contrôle de grands groupes internationaux (Merlin-Gerin est intégré au groupe Schneider, Neyrpic devient une filiale du groupe Alstom). À partir des années 1970, les stratégies industrielles sont élaborées à l’échelle du groupe et ne visent plus à pérenniser le site grenoblois. Le projet de société issu de la houille blanche est progressivement affaibli par cette restructuration du tissu industriel (Dalmasso, 2010, p. 305).

L’autonomisation des institutions scientifiques vis-à-vis du milieu industriel

33Arrivé à Grenoble pendant la Seconde Guerre mondiale, le physicien Louis Néel bâtit un « empire scientifique » dans la province française, selon l’expression de Dominique Pestre (Pestre, 1990). Il fait venir un certain nombre de chercheurs et obtient l’installation d’un réacteur nucléaire de recherche. La création du Centre d’études nucléaires de Grenoble (CENG) donne lieu à l’installation d’un certain nombre de grands instruments scientifiques à Grenoble (l’Institut Laue-Langevin, l’European Synchrotron Radiation Facility) et contribue à faire de la ville un centre de recherche incontournable dans le domaine des matériaux d’abord, puis de l’électronique. Ce volontarisme des physiciens grenoblois et l’installation de grands équipements de recherche sont deux éléments forts de la concrétisation d’un « projet technopolitain » à Grenoble.

34Parallèlement, la mutation du milieu industriel évoquée précédemment tend à diminuer le pouvoir de décision du patronat grenoblois. Depuis sa création et jusqu’en 1968, l’Institut polytechnique de Grenoble forme des ingénieurs destinés au milieu industriel grenoblois. Son conseil scientifique, qui régit les choix importants en matière de formation des ingénieurs comme de recherche, accueille entre 4 et 9 représentants du monde économique (jusqu’à 40 % des membres du conseil en 1959). Il s’agit alors soit de représentants des entreprises locales (Neyrpic, Merlin Gerin ou d’autres membres de l’APAF), soit de grandes sociétés nationales (la Compagnie nationale du Rhône, EDF et la SNCF). En 1968, grâce à la loi Edgar Faure, l’Institut polytechnique sort du giron de l’université. L’enjeu est explicitement de conserver de bonnes relations avec les industriels locaux. Ces derniers, par l’intermédiaire de Paul-Louis Merlin, soutiennent cette option :

  • 12 ADI, 8116W99 : INPG conseil de perfectionnement du 7 décembre 1968.

En tant que chef d’entreprise, je voudrais vous dire que nous sommes très satisfaits des grandes écoles. Nous travaillons en collaboration avec l’Institut et les grandes écoles et l’on nous écoute lorsque nous disons qu’il y a une évolution que nous voudrions bien leur voir prendre12.

  • 13 ADI, 8116W96-99 : conseil de perfectionnement de l’IPG – 1955-1968 ; ADI, 8116w282-289 : conseil s (...)

35Toutefois, après 1968, la composition du conseil scientifique se modifie profondément. Les représentants du monde industriel tendent à se retirer du conseil, tandis que les membres académiques sont de plus en plus nombreux13. Si nous ne disposons pas d’explication pleinement satisfaisante de ce phénomène, il est probable que les difficultés que connaissent les industries locales et la perte relative d’autonomie stratégique du site grenoblois aient joué un rôle important. Par ailleurs, la période correspond à un renouvellement sociologique des dirigeants d’entreprises. Hervé Joly montre qu’à partir des années 1970, « Le temps des notables polyvalents qui multipliaient les engagements dans plusieurs entreprises et dans d’autres sphères sociales et dont la notoriété n’était pas associée à une fonction précise est révolu (Joly, 2010, p. 31). »

  • 14 ADI, 8116W283 : « Note sur la politique scientifique de l’Institut national polytechnique de Greno (...)

36Parallèlement, l’augmentation du nombre d’enseignants-chercheurs au sein du conseil signale une autre transformation importante. Au cours des années 1970 et dans les décennies qui suivent, l’Institut devient une structure de recherche et se dote, pour la première fois, d’une véritable politique scientifique14. C’est, en réalité, toute la pratique de recherche qui est en train de se reconfigurer. Les recherches à vocation technologique et le coût des instruments favorisent la constitution de groupes pluridisciplinaires et intensifient les relations entre les différentes équipes de recherche, entre les disciplines et avec les acteurs industriels. En fin de compte, ce n’est plus la formation des ingénieurs, mais le laboratoire de recherche qui devient l’enjeu privilégié de l’échange entre le monde académique et le monde économique. Ce phénomène, qui prend forme dans les années 1970, ne cesse de s’accentuer dans les décennies suivantes, à l’Institut comme dans les autres institutions scientifiques grenobloises.

37En définitive, le cas de l’Institut et de la formation des ingénieurs illustre la manière dont le projet industriel de la houille blanche perd progressivement de son évidence : ses principaux porteurs se désinvestissent ; la formation des ingénieurs s’adosse progressivement à une recherche de pointe ; les scientifiques administrent désormais les institutions d’enseignement supérieur et de recherche selon leur propre agenda. Une brèche s’ouvre et un nouveau projet, porté par de nouveaux acteurs et nécessitant de nouvelles alliances, voit le jour.

Poids démographique et volontarisme des scientifiques

38Pendant les années 1970, la création de la Zone pour l’innovation et la recherche scientifique et technique (ZIRST) a un impact décisif dans la trajectoire grenobloise. L’idée est lancée par de jeunes chargés d’étude de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération grenobloise (AUAG). En s’inspirant des modèles de Route 128 aux États-Unis et de Sophia-Antipolis à proximité de Nice, ils souhaitent optimiser les relations entre université et entreprise en créant une zone circonscrite dédiée aux activités d’innovation. Selon certains observateurs, ce sont essentiellement les milieux scientifiques – l’Institut polytechnique et le Centre d’études nucléaires de Grenoble (CENG) – qui portent l’initiative, tandis que les milieux bancaires et industriels restent en retrait (Bernardy de Sigoyer et Boisgontier, 1988, p. 22). Plus progressivement, les collectivités territoriales deviennent les acteurs importants du projet de ZIRST. Celui-ci trouve petit à petit sa place au sein de la municipalité de Meylan, en banlieue de Grenoble, où il sera soutenu par deux adjoints dont l’un est un ancien directeur du CENG. Ce sont principalement des PME accueillant entre 10 et 50 salariées et opérant dans le secteur des services industriels et de la sous-traitance pour les grands groupes d’électronique qui s’y installent. Puis la ZIRST bénéficiera de la politique d’essaimage du LETI, le Laboratoire d’électronique du CEA de Grenoble.

39Au cours des décennies 1980 et 1990, les effectifs des institutions d’enseignement supérieur et de recherche grenobloises explosent littéralement. À l’Institut national polytechnique, par exemple, le nombre de chercheurs est multiplié par 2,6 pendant la seule décennie 198015. Le CEA connaît une évolution encore plus spectaculaire. En 1995, la recherche et l’enseignement supérieur emploient autour de 5 500 personnes et forment 2 900 doctorants. La formation supérieure accueille 45 000 étudiants (Frappat, 1997, p. 164-169). Plus généralement, pour la seule commune de Grenoble, les cadres supérieurs et les professions libérales représentent 11 % des actifs en 1968 (Joly, 1979, p. 6). En 2016, ils en représentent 16,5 %16. En définitive, le projet technopolitain a d’autant plus de chances de « faire sens » à l’intérieur de l’espace social grenoblois que les ingénieurs, chercheurs et techniciens y sont nombreux.

40Durant la même période, l’agglomération grenobloise voit fleurir un certain nombre de parcs technologiques et d’initiatives communales en matière de nouvelles technologies : la ZAIRST de Crolles (Zone d’application et d’innovation de la recherche scientifique et technique), le Pré Millet à Montbonnot, etc. Les élus du bassin grenoblois se montrent de plus en plus sensibles aux enjeux de la compétition entre les territoires qui est introduite par la globalisation des échanges et l’ouverture au marché européen (Albertini, 2006). En outre, l’idée d’une économie fondée sur la production de connaissances et les hautes technologies se généralise pendant les années 1990 (OCDE, 1996). L’intérêt des collectivités locales pour l’innovation et la recherche est d’ailleurs un phénomène général : c’est le cas à Sophia-Antipolis, à Strasbourg, Nancy, Montpellier, etc.

  • 17 AMG, 1 BIB 2725 : Fastes consulaires et municipaux de la ville de Grenoble depuis l’année 1244, vi (...)

41L’une des hypothèses classiques permettant d’expliquer l’avènement de la « technopole grenobloise » est de constater que « […] de nombreux chercheurs ou ingénieurs du CENG [se sont impliqués dans la vie locale], soit par le biais du mouvement associatif […] soit en tant qu’élus locaux de Grenoble ou des communes périphériques » (Grossetti, 1995, p. 229‑30). Cette hypothèse, relativement ancienne (Frappat, 1979), soutient que les ingénieurs seraient parvenus à imposer leur projet en investissant les espaces du pouvoir local (conseils municipaux, communauté d’agglomération). Il convient, certes, de signaler l’influence indéniable des trois « maires scientifiques » de Grenoble : Hubert Dubedout entre 1965 et 1983 (Ingénieur CENG), Michel Destot entre 1995 et 2014 (ingénieur CEA et directeur de PME) et Éric Piolle, élu en 2014 (cadre dirigeant chez Hewlett-Packard). Mais, il faut aussi souligner que ceux-ci font figures d’exceptions17. Finalement, la diffusion du projet technopolitain renvoie moins à une prise de pouvoir locale des scientifiques qu’à un jeu d’alliance et d’adhésion entre ceux-ci et les élus locaux autour des thématiques de la politique économique et de la création d’emplois.

2.2. L’appropriation par les collectivités locales

  • 18 AMG 222W22 : BIEN Correspondance 1977, Lettre de Hubert Dubedout à Jean Monnier, maire de la ville (...)

42Avant les années 1980, les opérateurs territoriaux mis en place par les collectivités locales ne s’intéressent pas aux activités de recherche et d’innovation sur le territoire grenoblois18. Mais durant la décennie suivante, les collectivités territoriales s’intéressent de plus en plus aux universités qu’elles considèrent comme des éléments favorables à la dynamique territoriale. Ce phénomène est assez général et a été identifié pour la ville de Lyon par Jérôme Aust (Aust, 2013). Il n’en reste pas moins progressif et ne concerne que quelques maires et adjoints au début des années 1980.

  • 19 Il s’agit du recteur d’académie, des présidents des universités, des représentants du centre régio (...)

43Il a notamment lieu à l’occasion du plan Université 2000. Lors de la mise en place de ce dernier, la Société d’aménagement de l’Isère préconise une meilleure prise en compte des universités dans la politique urbaine. En 1990, les collectivités territoriales créent l’Association pour le développement universitaire de l’agglomération grenobloise (ADUAG). Cette organisation réunit les différents responsables et représentants universitaires et politiques dans le but de favoriser le développement universitaire et son intégration dans l’environnement urbain, économique et culturel19. D’autres opérateurs peuvent être mentionnés, comme Grenoble Pôle universitaire européen, qui rassemble les universités, les grandes institutions de recherche et les collectivités territoriales avec l’objectif de promouvoir la recherche grenobloise à l’échelle internationale, ainsi que l’Alliance Université-Entreprise de Grenoble (AUEG), un groupe de réflexion chargé de promouvoir le territoire et de mettre en réseau les différents acteurs.

44À compter des années 2000, l’implication des collectivités locales dans le développement scientifique et technique grenoblois est indéniable. Le campus Minatec incarne cette implication des collectivités territoriales dans l’appui et dans la promotion d’un modèle d’organisation des activités scientifiques orienté vers l’innovation et la compétition sur le marché des nouvelles technologies. Un rapport de 2005, commandité par la communauté d’agglomération de Grenoble, donne une idée de l’ampleur des investissements opérés par les collectivités locales. Le campus d’innovation dédié aux micro et nanotechnologies (MINATEC) reçoit près de 82 millions d’euros des différentes collectivités territoriales (Joly, 2005, p. 17). À titre de comparaison, le projet reçoit 32,32 millions d’euros du CEA, 13,48 millions du ministère de la Recherche et 42,52 millions de la Caisse des dépôts et consignations et d’acteurs privés. Minatec est un campus d’une surface initiale de 45 000 mètres carrés comprenant des laboratoires, des plateformes instrumentales (dédiées à la mise en commun d’équipements scientifiques), des salles blanches (laboratoires dont l’environnement est contrôlé) et des incubateurs de start-up. Ces espaces sont alloués à des laboratoires et équipes de recherche publics ou dédiés à l’enseignement, mais certains instruments peuvent également être loués au secteur privé. Le projet Minatec incarne une volonté de réunir et de faire dialoguer recherches fondamentales, recherches appliquées et recherche et développement industriel dans le domaine des micro et nanotechnologies. Toutefois, comme l’ont montré Dominique Vinck et ses collaborateurs, cette politique de « l’effacement des frontières » ne va pas toujours de soi et doit composer avec les divergences disciplinaires ou institutionnelles autant qu’avec le caractère appliqué ou fondamental des différentes communautés scientifiques réunies (Vinck et al., 2011).

45Minatec ne fait pas figure d’exception et d’autres projets technoscientifiques sont soutenus par la communauté d’agglomération : Alliance pour l’électronique, Minalogic pour le génie logiciel, Nanobio pour les bio et nanotechnologies et la pépinière d’entreprises Biopolis pour les biotechnologies.

Au total, ces projets représentent, pour La Métro [Communauté d’agglomération], un engagement total de 36 M€ [millions d’euros] sur la période 2004-2008, à comparer à son budget d’investissement qui s’élève à 538 M€ sur la même période. Bien que faible en valeur relative (6,6 %), cet investissement est important compte tenu des domaines de compétence traditionnels de La Métro. De plus, il représente une part très significative des capacités de financement qui ne sont pas préaffectées dans des grands projets pluriannuels (comme le Tramway, par exemple) (Joly, 2005, p. 12).

46Par ailleurs, la communauté d’agglomération est maître d’ouvrage des projets Biopolis et Nanobio et le conseil général de l’Isère, de celui du campus Minatec. La mise en place de ces opérateurs technopolitains et les investissements publics signalent que les collectivités territoriales se sont emparées du projet technopolitain.

  • 20 « L’essentiel du projet de SCoT de la région urbaine grenobloise », document de synthèse, avril 201 (...)

47Par ailleurs, la constitution d’une ville innovante opère à différentes d’échelles en fonction des acteurs et leurs stratégies. Engagé à l’échelle du parc technologique avec la création de la ZIRST, le projet technopolitain se déploie désormais à la fois à l’échelle des institutions qui le mobilisent pour répondre à des enjeux qui leur sont propres, à l’échelle des parcs technologiques (avec le campus d’innovation GIANT, par exemple, qui mobilise huit institutions de recherche et d’enseignement supérieur) et à l’échelle de l’agglomération. En 2012, le schéma de cohérence territoriale (SCoT) de la région urbaine grenobloise à l’horizon 2030 rappelait le caractère central des structures de recherche et d’innovation dans l’attractivité de Grenoble et de l’écosystème d’innovation grenoblois20.

2.3. L’intégration spatiale du projet technopolitain

48Le projet technopolitain s’incarne très progressivement à l’intérieur même du tissu urbain. Schématiquement, trois phénomènes distincts peuvent être identifiés (cf. figure 3).

  • 21 BMG, Hd 941 : SMTC, Première ligne de tramway : étude d’impact, Grenoble, AURG, octobre 1983, p. 19 (...)

49Premièrement, l’intégration spatiale des entreprises technologiques se démarque de l’implantation industrielle traditionnelle. La restructuration du secteur économique en faveur du secteur tertiaire a tendance à libérer de l’espace, notamment dans le centre-ville. Alors que l’économie industrielle des décennies précédentes impliquait une logique de proximité (vis-à-vis du marché ou des ressources énergétiques), l’économie des années suivantes implique une logique d’attraction d’une main-d’œuvre qualifiée (Parent, 2005, p. 64). Les activités scientifiques et techniques s’installent à proximité des communes prisées par les cadres (qui correspondent aux communes résidentielles des années 1960) : La Tronche, Corenc, Meylan et Saint-Imier, à l’est, et Saint-Égrève, au nord-ouest. L’étude d’impact de la première ligne de tramway, menée en 1983, révèle que ce sont les emplois tertiaires qui sont le plus générateurs de déplacements21. La concentration de 22 000 étudiants et 3 200 emplois sur le domaine universitaire implique une forte demande de liaison avec le centre-ville. Cette concentration impose l’axe Grenoble-Saint-Martin-d’Hères comme un itinéraire indispensable pour le tramway. Les activités scientifiques et technologiques tendent à définir des espaces qui comptent à l’intérieur de la ville (le domaine universitaire, la presqu’île scientifique, la vallée du Grésivaudan, etc.), des modes de déplacement et des lieux symboliques (l’anneau de l’European Synchrotron Radiation Facility, le bâtiment Minatec). Enfin, la forte représentation des scientifiques, ingénieurs et enseignants-chercheurs définit des espaces de loisirs (attachés à une offre culturelle spécifique ou à la forte popularité des sports de montagne, par exemple).

  • 22 BMG, Vh.8481 : AURG, L’avenir en héritage : la région grenobloise 1970-2020, actualiser le SDAU, u (...)

50Deuxièmement, une nouvelle politique d’aménagement orientée vers la « ville réseau » apparaît dans les années 1990. Elle est caractérisée par une volonté de constituer un réseau d’acteurs et de ressources à l’échelle de l’agglomération (à rebours de la politique de concentration incarnée par les parcs technologiques). Pour l’agence d’urbanisme de Grenoble, « […] l’interaction optimale de la ville et du couple enseignement/recherche ne découle sans doute pas d’un schéma d’aménagement spatial monolithique : l’augmentation des effectifs étudiants appelle des solutions de diffusion (essaimage) [dans l’agglomération]22. » L’interconnexion des différents acteurs scientifiques est envisagée comme un outil de plus dans l’ensemble des atouts de la ville de Grenoble pour attirer des investisseurs et des industriels (au même titre que la qualité des infrastructures, l’environnement, etc.). Cette problématique est caractéristique des phénomènes de « technopolisation ». Elle est, par exemple, particulièrement prégnante à la même époque dans le cas Lille-Villeneuve-d’Ascq (Liefooghe et al., 2006). En pratique, la mise en œuvre de cette politique se heurte à certaines inerties spatiales. La politique de création des parcs technologiques qui démarre en 1971 a structuré durablement l’espace urbain grenoblois. Ces inerties sont matérielles (les laboratoires se déménagent difficilement), comportementales (les Grenoblois organisent leur vie autour de leur lieu de travail) et symboliques (certains bâtiments universitaires ne sont conservés qu’en raison de leur intérêt historique). L’implantation des activités technologiques suit une logique de concentration autour des parcs technologiques. Pour ne prendre qu’un exemple, le site Centr’Alp passe de 31 entreprises (1 533 emplois) en 1984 à 110 entreprises (3 500 emplois) en 1994 (Bernardy de Sigoyer et Boisgontier, 1996, p. 96). Aujourd’hui, le parc accueille autour de 200 entreprises (pour approximativement 5 000 emplois, dont 30 % en recherche et développement). Il rassemble, pour les plus importantes, Poma, Scheiner Electric, Thales, Trixell, Constellium, Radiall et Alstom.

51Troisièmement, une partie importante des quartiers ouvriers et des villes industrielles comme Échirolles et Saint-Martin-d’Hères accueillent, encore aujourd’hui, les ménages précaires et à faibles revenus (Bernert et Gilbert, 2015). La vaste zone qui longe la Rocade Sud, de l’ouest d’Échirolles à l’ouest de Saint-Martin-d’Hères, constitue une zone de relégation sociale (identifiée sur la figure 3 par les politiques publiques de « quartiers prioritaires » qui ciblent les territoires caractérisés par leur concentration de ménages à bas revenus, leur niveau de délinquance ou leur taux de pauvreté). Cette zone s’est urbanisée essentiellement à partir des années 1960 sur des espaces alors semi-ruraux. Il s’agissait d’espaces contrastés, composés de cités ouvrières et d’un habitat pavillonnaire, de champs et de grosses implantations industrielles. L’ensemble urbain de La Villeneuve est un bon exemple de ce type d’espace. Construit à l’occasion des Jeux olympiques de 1968, le quartier du Village olympique est un héritage de la politique d’urbanisation en faveur de la mixité sociale engagée par la municipalité d’Hubert Dubedout. Au printemps 1968, le quartier se caractérise par un habitat de qualité et ses habitants sont essentiellement des cadres et des professions libérales (au détriment des employés et des ouvriers) (Ballain et al., 1990, p. 75‑85). Vingt ans plus tard, le quartier abrite de plus en plus de ménages à bas revenus et d’ouvriers. Entre 1975 et 1982, alors que les autres quartiers qui composent La Villeneuve sont encore en construction, le nombre d’inactifs a été multiplié par deux. Selon un ancien responsable des études de La Villeneuve, l’intégration des activités économiques dans le quartier d’habitation s’est révélée complexe (Joly et Parent, 1988, p. 43‑44). D’un côté, les grosses sociétés comme HP ou Allibert nécessitent, en raison de leur taille et des nuisances éventuelles qu’elles peuvent générer pour le voisinage, d’espaces réservés éloignés des zones d’habitation. D’un autre côté, les petites sociétés de service et les PME sont mises en difficulté par le coût relatif à l’installation dans la zone. Aujourd’hui, La Villeneuve correspond au quartier prioritaire le plus important de l’agglomération. Cette zone est délaissée par les entreprises de hautes technologies et les institutions d’enseignement supérieur et de recherche (à l’exception de la Cité des territoires, installée en 2001 à proximité de La Villeneuve).

Fig. 3 : structure de l’agglomération grenobloise dans les années 2000

Fig. 3 : structure de l’agglomération grenobloise dans les années 2000

Les entreprises identifiées sur la carte sont les plus importantes en termes de chiffre d’affaires par secteur d’activité (industrie chimique, recherche et développement, fabrication de produits informatiques, machines et équipements, etc.).

Sources : systèmes d’information géographique de la politique de la ville, en ligne : http://sig.ville.gouv.fr/​Cartographie/​38185 (consulté le 25 février 2015) ; Élise Bernert et Axel Gilbert, « Grenoble-Alpes Métropole : des signes de précarité dans les plus grandes communes », études INSEE, en ligne : http://www.insee.fr/​fr/​themes/​document.asp?reg_id=8&ref_id=22167#inter4 (consulté le 25 février 2015) ; base de données d’entreprises http://www.verif.com, éditée par NextInteractive (page consultée le 15 janvier 2016) ; sites internet de la chambre de commerce de Grenoble (www.grenoble.cci.fr/) et des entreprises.

2.3. La mise en récit comme opération tactique

52Pendant la décennie 1990, un ensemble de discours émerge à propos du devenir technopolitain de Grenoble. On peut saisir cette nouvelle production discursive à partir des livres publiés sur le sujet (c’est-à-dire en laissant de côté les discours publics, la vulgarisation scientifique, les journaux officiels de l’agglomération, les sites internet et les réseaux sociaux). On dénombre 24 livres publiés entre 1992 et 2015. Cette communication fait d’ailleurs l’objet d’un investissement politique et financier de la part des institutions scientifiques et des collectivités locales qui conduit à la parution de Grenoble, métropole des sciences en 1997 (Frappat, 1997). La plupart de ces récits sont produits par d’anciens responsables des institutions d’enseignement supérieur et de recherche grenoblois, des professeurs et des chercheurs en sciences et sciences sociales.

53La publication d’un livre intitulé Grenoble, cité internationale, cité d’innovation : rêves et réalités illustre assez bien cette production discursive. Ce livre peut être considéré comme une réflexion publique à propos du devenir de Grenoble, de ses atouts et de ses faiblesses. C’est de l’une des contributions que nous extrayons une version particulièrement synthétique du projet technopolitain :

[Aujourd’hui, les] deux campus [grenoblois] initialement fermés sur eux-mêmes, se socialisent en ce sens qu’ils s’ouvrent sur la ville, que des transports en commun les irriguent, que des structures commerciales s’y implantent pour faciliter la vie de tous ceux qui y travaillent, et qu’avec des rythmes et des approches variées, une architecture de qualité les distingue. Ce qui frappe également, dans cette vision héritée des pères fondateurs, c’est la volonté d’éviter les enfermements, le chacun pour soi, mais tout au contraire, de favoriser la mobilité des enseignants et des chercheurs, des techniciens et des ingénieurs, des responsables académiques et scientifiques entre les deux campus, entre les institutions dont ils font partie, entre les disciplines qu’ils pratiquent. Année après année, ce système s’enrichit. Il façonne Grenoble en métropole scientifique dotée de valeurs sociales, urbaines et culturelles, universitaires et scientifiques et enrichies de références architecturales. (Némoz, 2011, p. 45)

54Le projet technopolitain ne consiste pas en un plan défini étape par étape, il s’agit plutôt d’un imaginaire ou d’une vision structurée qui peuvent être synthétisés à travers un petit nombre de schèmes narratifs. Premièrement, cette vision porte l’ambition de faire de Grenoble une ville de renom international sur la base de son dynamisme scientifique et de sa capacité d’innovation. Deuxièmement, il s’agit de placer cette dernière, avec le tourisme, au centre de l’économie locale. Troisièmement, cette vigueur de l’innovation doit s’appuyer sur vitalité de toutes les activités intellectuelles, culturelles et artistiques et sur une certaine qualité de vie (bien-être et qualité de vie urbaine, offre sportive et culturelle, proximité avec la montagne, intérêt pour l’écologie). En ce sens, la promotion de l’innovation contribue à définir les activités de loisirs qui comptent à Grenoble. Quatrièmement, le levier identifié comme central est l’intégration des activités scientifiques, des enseignants-chercheurs et des étudiants dans l’ensemble du tissu urbain. L’ouverture sur la ville est comprise à la fois comme une source d’imagination (centrale dans le processus créatif) et comme une opportunité de faire profiter aux habitants et aux commerçants du dynamisme naturel des laboratoires et des entreprises grenoblois. C’est à cette condition que le projet technopolitain peut effectivement devenir, comme l’écrit le directeur d’ouvrage dans son introduction, un « projet mobilisateur auquel tous ses habitants adhèrent » (Bloch, 2011, p. 20).

55Grenoble a également fait l’objet de nombreuses réflexions conceptuelles sur la manière dont il convient de caractériser la structure économique grenobloise : technopôles, clusters, districts industriels ou technologiques, systèmes productifs locaux, écosystèmes d’innovation. Au-delà des enjeux conceptuels ou disciplinaires, ces notions incarnent, sur le plan académique, ce que Dominique Vinck et Ana Spivak L’Hoste appellent les « récits de la convergence » entre formation, recherche et industrie qui nourrissent le projet technopolitain (Vinck et Spivak L’Hoste, 2012).

  • 23 Il est intéressant de noter que Pierre-Benoît Joly travaille sur cette notion en 2005 à partir du (...)
  • 24 Il serait nécessaire de s’interroger sur le rôle que jouent les sciences sociales dans le processu (...)

56En définitive, la production discursive et la formulation publique du projet constituent une opération tactique parmi d’autres. Loin d’être spécifique à Grenoble, ce phénomène a été identifié par Michel Grossetti à propos de Toulouse qui a également largement investi dans la recherche et l’innovation technologique. « En fait, il semble que le mythe [de Toulouse, capitale de l’aéronautique] ait sciemment été réactivé par les services de la préfecture » qui portaient alors le projet (Grossetti et al., 1996). Charles Ambrosino et Luc Gwiazgzinzki rappellent que de tels discours n’émanent pas de nulle part. Ces éléments de discours, en « se perpétuant de réunion en réunion, entre chercheurs, avec les industriels et les élus,génèrent une boucle performative […] » (Ambrosino et Gwiazgzinzki, 2015). En outre, cette mise en récit résonne avec d’autres phénomènes discursifs plus généraux identifiés par Pierre-Benoît Joly sous l’expression d’« économie des promesses technoscientifiques » (Joly, 2010) 23. Pour Pierre-Benoît Joly, la dynamique des financements publics nécessaires à l’innovation s’appuie sur une compétition entre les promesses, en particulier dans le cas des domaines technoscientifiques émergents comme les nanotechnologies ou la biologie de synthèse24.

Conclusion

57Nous avons défini les projets de société comme des constructions intermédiaires permettant de rendre intelligible la manière dont les acteurs gouvernent la ville en se référant à une vision normative partagée de ce que doit être la ville.

58Les projets étudiés dans cet article sont portés par un groupe social dominant ou disposant d’un capital à investir à l’intérieur de l’espace métropolitain. Le capital à mobiliser peut être économique et social (c’est le cas des industriels grenoblois du début du xxe siècle) ou plus symbolique (comme c’est le cas pour les chercheurs et les universitaires). Dans les années 1980, les chercheurs et universitaires, contrairement aux industriels des décennies 1910-1930, ne constituent pas un groupe social fédéré et implanté au sein des principales institutions de pouvoir de la ville. Ce qui fait la force de ce groupe, c’est le prestige symbolique de la science et l’enthousiasme contemporain pour les nouvelles technologies.

59Les groupes qui portent le projet sont amenés à investir les pouvoirs institutionnels (soit en les intégrant directement pour les métallurgistes, soit en suscitant des alliances avec les acteurs qui les contrôlent pour les chercheurs et universitaires). Ces pouvoirs sont des leviers politiques et financiers incontournables. Par ailleurs, ces pouvoirs institutionnels sont des lieux de négociation déjà structurés par l’histoire politique et sociale de la ville.

60L’établissement de ces projets s’appuie sur un travail collectif visant à générer des espaces dédiés à la formulation du projet. Ce travail collectif va, par exemple, consister à capter ou concevoir certaines associations, agences locales ou groupes de réflexion. Ces instances sont des lieux de socialisation, de négociation et d’élaboration des stratégies. Elles sont également des points à partir desquels le projet va pouvoir être diffusé. L’investissement de la Société de statistique d’Isère au lendemain de la Première Guerre mondiale, par les constructeurs de biens d’équipements, ou la création de l’APAF relèvent de cette logique. Il en est de même avec la fondation de l’ADUAG au début des années 1990.

61Ces deux projets de société s’appuient sur une territorialisation de l’espace qui leur est propre. Durant les années 1910-1930, les élites grenobloises promeuvent une région économique alpine, portée par les industries de la houille blanche, et dont le cœur névralgique est la ville de Grenoble. Après la politique de création des parcs technologiques, la « ville réseau » constitue le nouveau paradigme en matière d’aménagement urbain pour les tenants du projet technopolitain. Ces manières de penser la ville donnent lieu à des investissements concrets. Nous pensons, par exemple, aux instituts formant l’élite ouvrière et managériale des usines grenobloises ou bien au polygone scientifique ou encore à la Cité des territoires plus récemment. Certains projets d’investissements se heurtent néanmoins à des problématiques pratiques. Au début du xxe siècle, la question du foncier disponible limite sensiblement le développement industriel de la ville. La problématique foncière se réactualise au tournant des années 2000 de sorte que la communauté d'agglomération du Pays Voironnais, au nord-ouest de Grenoble, devient un espace d’accueil des activités scientifiques et technologiques, étendant ainsi le projet technopolitain au-delà de l’agglomération grenobloise (Talandier, Linossier et Besson, 2015). Par ailleurs, au tournant des décennies 1990-2000, les représentants politiques et universitaires sont également confrontés à l’inertie matérielle et symbolique des parcs technologiques créés à la fin des années 1970 qui agit comme un frein contre les ambitions d'une meilleure interconnexion entre les sciences et la ville.

62Ces projets ont tous les deux une forte dimension discursive. Ces discours prennent différentes formes (articles, livres et plaquettes de promotion) et sont diffusés par l’intermédiaire des canaux propres à chaque groupe (APAF, collectivités locales et université, etc.). Cette dimension discursive permet d’attirer de nouveaux alliés. Cependant, l’exemple de ces deux projets montre qu’il s’agit surtout d’un discours de mobilisation à l’intention des acteurs déjà investis. L’efficacité de ces formations discursives repose, dans les deux cas, sur leur uniformité, leur fonction fédératrice et le nombre réduit de schèmes narratifs qui les composent, ce qui leur permet d’être rapidement appropriées et diffusées.

63Ces projets ne sont pas des constructions ex nihilo. Ils entrent en résonance avec une échelle plus vaste qui établit des conditions de possibilité. Le contexte régional, national ou international opère comme un « paradigme » politique et culturel qui rend un projet pensable et audible ou qui lui confère un potentiel d’adhésion (le régionalisme économique pour le projet de société porté par les industriels grenoblois, l’économie de la connaissance dans le cas du projet technopolitain).

64Finalement, l’analyse des stratégies de gouvernement des villes et des projets de société doit également tenir compte des contraintes qui s’opposent à leur concrétisation. On comptera, parmi elles, les inerties matérielles qui sont attachées au bâti (bâtiments historiques, accès routiers, contraintes foncières, etc.). On comptera également les inerties liées aux pratiques de la ville qui peuvent renforcer ou affaiblir les projets comme les espaces et pratiques de divertissement, l’appropriation des espaces urbains et les modes de déplacement privilégiés.

Haut de page

Bibliographie

Albertini, J.-B. (2006), « De la DATAR à la nouvelle DIACT : la place des questions économiques dans la politique d’aménagement du territoire », Revue française d’administration, 3, 111, p. 415‑426.

Ambrosino, C. et Gwiazgzinzki, L. (2015), « La technopole à l’épreuve du dialogue science-société » in G. Novarina et N. Seigneuret (dir.), De la technopole à la métropole ? L’exemple de Grenoble, Paris, Éditions du Moniteur, p. 77‑111.

Ambrosino, C., Linossier, R. et Talandier, M. (2016), « Grenoble : la technopole qui se rêvait métropole », Géographie, économie, société, 18, 3, p. 409‑27.

Armand, G. (1974), « révolution industrielle et touristique et ses incidences urbaines de 1900 à nos jours », in Villes, centres et organisation urbaine des Alpes du nord : le passé et le présent, Grenoble, Imprimerie Allier, p. 331‑443.

Association française pour l’avancement des sciences (1926a). Compte rendu de la 49e session, Paris, Masson.

Association française pour l’avancement des sciences (1926b), « Discours de Wilfrid Killian », in Compte rendu de la 49e session, Paris, Masson, p. 18‑26.

Aust, J. (2013), Bâtir l’université : gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004), Paris, L’Harmattan.

Ballain, R., Jacquier, C., Darris G., Broudic, J.-Y., Girard, R., et Vervaeke, M. (1990), Sites urbains en mutation : territoires et trajectoires, Paris, L’Harmattan.

Barbillion, L. (dir.) (1925). Grenoble et sa Région (1900-1925), Grenoble, Imprimerie Allier.

Bernardy de Sigoyer, M. et Boisgontier, M. (1988), Grains de technopole : micro-entreprises grenobloises et nouveaux espaces productifs, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bernardy de Sigoyer, M. et Boisgontier, M. (1996), La technopole, une certaine idée de la ville : enquête sur d’étranges attracteurs urbains, Paris, L’Harmattan.

Bernert, E., et Gilbert, A. (2015), « Grenoble-Alpes Métropole : des signes de précarité urbaine dans les plus grandes communes ». INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=8&ref_id=22167 (consulté le 15 octobre 2016).

Besson, R., Talandier, M. et Linossier, R. (dir.) (2015), De la technopole à la métropole ? L’exemple de Grenoble, Paris, Éditions Le Moniteur.

Blanchard, R. (1920), « Allocution prononcée le 8 mars 1920 », Bulletin de la Société statistique du département d’Isère XV (4e série).

Bloch, D. (2011) « Introduction : L’eau, la montagne et les abeilles », in D. Bloch (dir.), Grenoble, cité internationale, cité d’innovations : rêves et réalités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 15‑20.

Bouchayer, A. (1925), « La métallurgie et les industries qui s’y rattachent », in L. Barbillion (dir.), Grenoble et sa région (1900-1925), Grenoble, Imprimerie Allier, p. 408‑416.

Caranton, J. (2017), Les fabriques de la « paix sociale ». Acteurs et enjeux de la régulation sociale (Grenoble, 1842-1938). Thèse de doctorat, histoire, Grenoble, université Grenoble-Alpes, (https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01716920).

Chambre de commerce de Grenoble (1917), Le Dauphiné au travail. Grenoble, Grands établissements de l’imprimerie générale.

Charle, C. (2006). Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard.

Dalmasso, A. (2001), « L’ingénieur, la houille blanche et les Alpes : une utopie modernisatrice ? », Le Monde alpin et rhodanien, 1‑3, p. 25‑38.

Dalmasso, A. (2002), « Grenoble (1880-1960) : un district industriel autour de la “houille blanche” ? », in J.-F. Eck et M. Lescure (dir.), Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XIXe siècle). Tours, Presses universitaires François-Rabelais, p. 291‑306.

Dalmasso, A. (2009), « Vieilles et nouvelles technologies face aux mutations des années 1970 : l’Isère et le bassin grenoblois (1974/84) », in P. Lamard et N. Stoskopf (dir.), Une décennie de désindustrialisation (1974-1984) ? Journées d’histoire industrielle. Paris, Éditions A. et J. Picard, p. 107‑120.

Dalmasso, A. (2010), « Dynamiques industrielles et affirmation d’une modernité » in Grenoble : histoire d’une ville. Grenoble, Glénat.

Fraboulet, D. (2007), Quand les patrons s’organisent : stratégies et pratiques de l’Union des industries métallurgiques et minières 1901-1950, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Frappat, P. (1979), Grenoble, le mythe blessé, Paris, Alain Moreau.

Frappat, P. (dir.) (1997), Grenoble, métropole des sciences, Grenoble, Éditions Glénat.

Grossetti, M. (1995), Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Grossetti, M. (2001), « Genèse de deux systèmes urbains d'innovation en France : Grenoble et Toulouse », Annales des Mines, ESKA Paris, p. 68-72.

Grossetti, M. et al. (1996). « Villes et institutions scientifiques », Rapport final. Programme interdisciplinaire de recherche sur les villes (PIR-VILLES-CNRS), Région Midi-Pyrénées.

Guy, H. (1925), « L’Université de Grenoble de 1900 à 1925 », in L. Barbillion (dir.), Grenoble et sa Région (1900-1925), Grenoble, Imprimerie Allier, p. 163‑265.

Joly, H. (2012), « Les dirigeants des grandes entreprises industrielles françaises au XXe siècle : des notables aux gestionnaires », Vingtième siècle, 114, 2, p. 16‑32.

Joly, J. (1978), « Structure sociale de l’agglomération et des quartiers de Grenoble », Revue de géographie alpine, 4, 66, p. 385‑407.

Joly, J. (1979), « Structure sociale des quartiers de Grenoble, géographie des "couches moyennes" », Revue de géographie alpine, 1, 67, p. 5‑28.

Joly, J. & Parent, J.-F. (1988), Paysage et politique de la ville : Grenoble de 1965 à 1985, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Joly, P.-B. (dir.) (2005), Démocratie locale et maitrise sociale des nanotechnologies: les publics grenoblois peuvent-ils participer aux choix scientifiques et techniques. Rapport de la mission pour la Métro, Grenoble.

Joly, P.-B. (2010), « On the Economics of Techno-scientific Promises », in Débordements. Mélanges offerts à Michel Callon, Paris, Presses des Mines, p. 203‑22.

Koebel, M. (2012), « Les élus municipaux représentent-ils le peuple ? Portrait sociologique », Métropolitiques, phttp://www.metropolitiques.eu/Les-elus-municipaux-representent.html. (consulté le 10 septembre 2017).

Laferté, G. (2004), « L’homme politique, l’industriel et les universitaires. Alliance à la croisée du régionalisme dans l’entre-deux-guerres », Politix, 67.17, p. 45‑69.

Lerosier, T. (2016), Itinéraires technopolitains : la formation d’un territoire scientifique et technologique (Grenoble 1950-2015), Thèse de doctorat, Grenoble, université Grenoble-Alpes.

Liefooghe, C. et al. (2006), « De Villeneuve-d’Ascq Technopole à la métropole technopolitaine : espace, réseaux, gouvernance », Norois. Environnement, aménagement, société, 200.

Miller P. et Rose N. (2008). Governing the Present: Administering Economic, Social and Personal Life, Cambridge, Polity Press.

Morsel, H. (1976), « Grenoble, ville des industries hydroélectriques sous la Troisième République » in V. Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, Toulouse, Privat.

Némoz, A. (2011), « La ville-université aux deux campus » in D. Bloch (dir.), Grenoble, cité internationale, cité d’innovations : rêves et réalité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 45‑56.

Novarina, G. et Seigneuret, N. (dir.) (2015), De la technopole à la métropole ? L’exemple de Grenoble. Paris, Éditions du Moniteur.

OCDE (1996), « L’économie fondée sur le savoir ». OCDE/GD(96)102, Paris, Organisation de coopération et de développement économiques.

Omnès, C. (1992), « La politique sociale de la métallurgie parisienne entre les deux guerres », in A. Gueslin et P. Guillaume (dir.), De la charité médiévale à la sécurité sociale, Paris, Éditions ouvrières, p. 237‑247.

Omnès, C. (2001), « Qualifications et classifications professionnelles dans la métallurgie parisienne, 1914-1936. Formation, emploi, migrations » in G. Gayot et P. Minard, Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècle), Revue du Nord, hors-série, 15, p. 307‑22.

Parent, J-F. (2005), Aménager un territoire : 1965/2005, l’agglomération grenobloise et son avenir, Claix, La Pensée sauvage.

Payre, R. (2002), À la recherche de la « science communale » : les « mondes » de la réforme municipale dans la France de la première moitié du vingtième siècle, Thèse de doctorat, Grenoble, université Pierre-Mendès-France.

Pestre, D. (1990), Louis Néel, le magnétisme et Grenoble : récit de la création d'un empire physicien dans la province française 1940-1965, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique.

Pinson, G. (2009), Gouverner la ville par projet : urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po.

Topalov, C. (dir.) (1999), Laboratoires du nouveau siècle: la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Veitl, P. (1993), « Un géographe engagé. Raoul Blanchard et Grenoble, 1910-1930 ». Genèses, 1, 13, p. 98‑117.

Veitl, P. (2013), L’invention d’une région: les Alpes françaises, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Vinck, D. et al. (2011), « Politique “de l’innovation” et transformations des mondes scientifiques. Le pari des nanosciences et nanotechnologies à Grenoble » in J. Aust et C. Crespy (dir.), Les mutations des politiques de recherche : entre état, marché et professions, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 79-108.

Vinck, D. et Spivack l’Hoste, A. (2012), « Le récit de la convergence et la convergence d'un récit entre formation, science, technologie et industrie à Grenoble » in B. Miege et D. Vinck, Les masques de la convergence. Enquêtes sur sciences, industries et aménagements, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 261-280.

Haut de page

Notes

1 Paul Vidal de La Blache emprunte la notion de nodalité au géographe anglais Halford John Mackinder. Selon le premier, les régions se construisent autour de villes-nœuds. « […] la ville construit son domaine propre à partir de l’espace qui gravite autour d’elle, espace périphérique d’attraction formé de cercles concentriques dont l’intensité va s’affaiblissant au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre et que l’on rencontre l’espace de rayonnement d’un cercle concurrent. » (Veitl, 2013).

2 Ernest Calvat (1871-1874), Édouard Rey (1881-1888) et Stéphane Jay (1896-1904).

3 Archives municipales de Grenoble (AMG), 1K526 : élections municipales des 3 et 10 mai 1908.

4 Le recul de l’activité gantière s’opère sur une longue durée. En 1939, elle emploie encore 2 000 ouvriers en ville. Dans le même temps, les effectifs des entreprises de biens d’équipements sont estimés à 7 000 (Morsel, 1976, p. 314).

5 On pourra consulter à ce sujet les travaux de Julien Caranton portant sur la recomposition des élites grenobloises au tournant des xixe et xxsiècles (Caranton, 2017, chapitre iv).

6 ADI, 18J : fonds Émile Romanet. Voir plus particulièrement les sous-séries 18J1 et 16 pour les retraites supplémentaires. En ce qui concerne les allocations familiales, voir Bibliothèque municipale de Grenoble (BMG), V. 31967 : Émile Romanet, Le Salaire familial, Grenoble, Imprimerie Aubert, 1918.

7 ADI, PER/1300/1 : Bulletin de la Chambre de commerce de Grenoble, janvier-mars 1922.

8 ADI, 140J19 : fonds Louis Le Chatelier, liste des adhérents de l’APAF en 1920.

9 ADI, PER.25/2 : Les Alpes économiques, avril 1922, propos d’Aimé Bouchayer à la chambre de commerce.

10 À ce moment, Wilfrid Killian est membre de l’Institut, doyen de la Faculté des sciences et président du comité local de l’Association française pour l’avancement des sciences.

11 À ce propos, voir le chapitre VI de Veitl, 2013.

12 ADI, 8116W99 : INPG conseil de perfectionnement du 7 décembre 1968.

13 ADI, 8116W96-99 : conseil de perfectionnement de l’IPG – 1955-1968 ; ADI, 8116w282-289 : conseil scientifique de l’INPG – 1971-1991.

14 ADI, 8116W283 : « Note sur la politique scientifique de l’Institut national polytechnique de Grenoble – programmes de recherche 1977 », 21 décembre 1976.

15 ADI, 8116W251 : « Institut national polytechnique de Grenoble », 1987 ; ADI, 8116w289 : Georges Lespinard, « La politique scientifique de l’INPG », 1991.

16 INSEE, « Dossier complet : commune de Grenoble », https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-38185 (consulté le 11 septembre 2017).

17 AMG, 1 BIB 2725 : Fastes consulaires et municipaux de la ville de Grenoble depuis l’année 1244, ville de Grenoble, 1945 (complété par le personnel des archives municipales et métropolitaines de Grenoble jusqu’en 2014), http://www.grenoble.fr/788-elements-d-histoire.htm (consulté le 22 novembre 2016).

18 AMG 222W22 : BIEN Correspondance 1977, Lettre de Hubert Dubedout à Jean Monnier, maire de la ville d'Angers, 7 mars 1978 ; ADI, 8511W67-76-112-113 : chambre de commerce et d’industrie ; ADI, 5000W13 : BIEN - Bureau d’implantation des entreprises nouvelles.

19 Il s’agit du recteur d’académie, des présidents des universités, des représentants du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS), ceux de la direction départementale de l’Équipement, le président du conseil régional, les représentants du syndicat d’aménagement de l’agglomération, les maires de Grenoble, Saint-Martin-d’Hères et de Gières ainsi que des partenaires économiques tels que la Caisse des dépôts et consignations, l’Alliance universitaire de Grenoble.

20 « L’essentiel du projet de SCoT de la région urbaine grenobloise », document de synthèse, avril 2012. En ligne : http://scot-region-grenoble.org/wp-content/uploads/2015/05/essentiel-du-scot-v5-web.pdf (consulté le 21 octobre 2018).

21 BMG, Hd 941 : SMTC, Première ligne de tramway : étude d’impact, Grenoble, AURG, octobre 1983, p. 19 ; BMG, Vh.5786 : SMTC, Du tram… au tram… Étude d’impact : les premiers résultats, janvier 1984.

22 BMG, Vh.8481 : AURG, L’avenir en héritage : la région grenobloise 1970-2020, actualiser le SDAU, un bilan, des enjeux, une démarche, actualité aménagement, septembre 1990, p. 38.

23 Il est intéressant de noter que Pierre-Benoît Joly travaille sur cette notion en 2005 à partir du cas grenoblois lui-même (Joly, 2005).

24 Il serait nécessaire de s’interroger sur le rôle que jouent les sciences sociales dans le processus de légitimation des politiques territoriales en matière d’aménagement de parcs technologiques et sur la manière dont elles consacrent le « projet » technopolitain comme une réalité objective.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : effectifs de l’Institut polytechnique de Grenoble (1900-1924)
Crédits Les données sont issues de Guy (1925, p. 178).
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/7028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 2 : les espaces symboliques de la capitale de la houille blanche (Grenoble intramuros, 1925)
Crédits Carte réalisée par Julien Caranton
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/7028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Fig. 3 : structure de l’agglomération grenobloise dans les années 2000
Légende Les entreprises identifiées sur la carte sont les plus importantes en termes de chiffre d’affaires par secteur d’activité (industrie chimique, recherche et développement, fabrication de produits informatiques, machines et équipements, etc.).
Crédits Sources : systèmes d’information géographique de la politique de la ville, en ligne : http://sig.ville.gouv.fr/​Cartographie/​38185 (consulté le 25 février 2015) ; Élise Bernert et Axel Gilbert, « Grenoble-Alpes Métropole : des signes de précarité dans les plus grandes communes », études INSEE, en ligne : http://www.insee.fr/​fr/​themes/​document.asp?reg_id=8&ref_id=22167#inter4 (consulté le 25 février 2015) ; base de données d’entreprises http://www.verif.com, éditée par NextInteractive (page consultée le 15 janvier 2016) ; sites internet de la chambre de commerce de Grenoble (www.grenoble.cci.fr/) et des entreprises.
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/7028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Caranton et Thomas Lerosier, « Façonner la ville : projets de société et stratégies de gouvernement à Grenoble (1910-2010) », Métropoles [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/7028 ; DOI : 10.4000/metropoles.7028

Haut de page

Auteurs

Julien Caranton

Docteur en histoire, postdoctorant dans le cadre de la Chaire PARI et chercheur associé au LARHRA

Thomas Lerosier

Docteur en histoire des sciences et chercheur associé à l’Institut de philosophie de Grenoble

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals