Navigation – Plan du site
Recensions

Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire

Paris, Éditions Amsterdam, 2019, 227 p.
Mathieu Van Criekingen
Référence(s) :

Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire. Paris, Éditions Amsterdam, 2019, 227 p.

Texte intégral

1Comment vivent les classes populaires des villes désindustrialisées quand, simultanément, le travail salarié en usine disparaît, les nouveaux emplois de « l’économie de la connaissance » leur sont inaccessibles, les redistributions sociales ne permettent pas de vivre correctement et les autorités locales privilégient un « renouvellement » de l’habitat centré sur les classes intermédiaires au motif de la « mixité sociale » ? Cette question constitue le point de départ de l’ouvrage signé par le Collectif Rosa Bonheur, réunissant cinq sociologues (Anne Bory, José-Angel Calderón, Blandine Mortain, Juliette Verdière et Cécile Vignal) et un géographe et urbaniste (Yoan Miot). Elle constitue aussi l’entrée principale de l’enquête ethnographique au long cours menée par le collectif à Roubaix, qui constitue le matériau empirique original sur lequel est construit l’ouvrage. De la sorte, celui-ci se donne beaucoup moins à lire comme une monographie d’un espace local singulier – ce n’est d’ailleurs qu’à la fin de l’introduction qu’est planté le contexte roubaisien – que comme une analyse située d’un problème à la portée beaucoup plus large, qui plus est couplée à une ambition de production conceptuelle. Le propos du livre est ainsi de comprendre comment la relégation aux marges du salariat de tout un pan des classes populaires affecte les existences matérielles de celles-ci et leurs rapports à l’espace urbain. Ce questionnement place l’ouvrage dans la continuité de recherches, relativement peu nombreuses, qui tentent de saisir à partir d’une entrée « spatiale » ce que la domination économique, culturelle et symbolique fait au quotidien des classes populaires contemporaines, et comment celles-ci vivent la situation qui en résulte (Espaces et sociétés, 2014).

2Les auteures et auteurs en viennent rapidement au fait : loin d’être « inactives », comme les qualifient les catégories statistiques usuelles, les classes populaires reléguées aux marges du salariat travaillent au quotidien à produire et pérenniser les conditions matérielles, relationnelles et symboliques de leur subsistance et, ce faisant, produisent des espaces urbains spécifiques. Ainsi, l’ouvrage répond à sa question de départ sur trois plans thématiques très étroitement articulés entre eux : le travail, l’espace et les relations sociales. Il y répond encore par une proposition d’ordre épistémologique, qui lui donne son titre : saisir le travail de subsistance des classes populaires et ses conditions spatiales et sociales de possibilité requiert de « voir la ville d’en bas », c’est-à-dire, de « penser la ville depuis les classes populaires » (p. 77). Plus spécifiquement encore, il appelle à « se concentr[er] sur ce que ces travailleuses et travailleurs construisent, produisent et échangent plutôt que sur l’expérience pourtant omniprésente du manque, de la précarité et de la domination » (p. 16). Le livre invite de la sorte à ne pas s’arrêter à la représentation des quartiers populaires comme espaces périphériques de relégation sociale, statistiques du chômage et du mal-logement à l’appui, mais de considérer plutôt comment un « territoire désindustrialisé et de relégation peut devenir central pour des classes populaires aux marges du salariat, par l’accès au logement, les activités économiques et les liens qu’il permet » (p. 17). La proposition du livre, en d’autres termes, est de saisir comment, en dépit de contraintes socio-spatiales très fortes, les classes populaires produisent la ville, dans, et à partir de leur espace quotidien de travail, d’habitat et de vie sociale.

3Sur ces bases, le corps principal du livre est organisé en quatre chapitres suivis d’une conclusion. Il se termine par une annexe méthodologique qui revient utilement sur la construction de cette recherche construite de manière largement inductive, à partir de plusieurs entrées thématiques entrecroisées et d’une unité de lieu d’enquête. À cette occasion, les auteures et auteurs précisent aussi l’ambition de la dimension collective de l’ouvrage, de sa préparation à sa réalisation et jusqu’à sa signature : « un projet de résistance politique à l’individualisation des modes de recherche et d’évaluation » (p. 218).

4Le premier chapitre aborde les activités par lesquelles les classes populaires aux marges du salariat produisent les conditions de leur subsistance comme un véritable travail, plutôt que comme une somme de pratiques disjointes et plus ou moins folklorisées de « débrouille » – ou stigmatisées eu égard à leurs « nuisances ». Ce « travail de subsistance, souligne le Collectif Rosa Bonheur, [est] un marqueur de la société post-fordiste, comme le travail salarié avait été, pour les classes ouvrières, un élément constitutif du régime fordiste » (p. 33). L’enquête révèle en effet comment et combien les activités quotidiennes des classes populaires roubaisiennes remplissent une série de besoins sociaux essentiels mais structurellement non satisfaits par le marché ou les pouvoirs publics. Ce travail de subsistance porte à la fois sur la réhabilitation à coûts maîtrisés de logements pour soi-même ou pour d’autres (« travail du domicile », p. 52), sur l’organisation de mobilités permettant de s’alimenter, de se vêtir ou de s’équiper correctement et à bas prix, sur un « travail de papiers » (p. 55) nécessaire au suivi de sa situation administrative et à l’accès à ses droits sociaux, ou encore sur le développement d’activités économiques pourvoyeuses de revenus et répondant à des demandes peu solvables (dont la mécanique de rue, la vente d’objets fabriqués à partir de matériaux de récupération ou l’autoproduction alimentaire).

5Le deuxième chapitre centre le propos sur l’espace. Bien qu’il soit dépourvu d’espace spécifiquement assigné, le travail de subsistance des classes populaires enquêtées est intimement « spatial » dans la mesure où il s’appuie sur un ensemble de lieux qui le rend possible et qu’il contribue lui-même à façonner et reproduire. Les auteures et auteurs nomment « centralité populaire » ce système local de lieux porteurs de ressources spécifiques, essentielles à la subsistance des ménages relégués. La proposition est forte puisqu’elle opère un déplacement du regard sur des espaces plus fréquemment représentés comme des périphéries, sinon comme des « ghettos ». Le chapitre documente les trois fonctions décisives de la centralité populaire : « fournir différentes formes de travail et de revenus permettant la subsistance […] ; permettre l’accès au logement ; et enfin donner accès aux ressources matérielles et relationnelles que les habitants tirent de l’ancrage dans l’espace local » (p. 75-76). Travail de subsistance et centralité populaire apparaissent ainsi mutuellement constitutifs l’un de l’autre : pas de travail de subsistance sans ressources localisées produites et distribuées en marge des grands circuits marchands et de redistributions étatiques ; pas d’espace local de centralité populaire sans le travail quotidien de tout ceux et celles qui l’habitent. L’ouvrage prolonge et approfondit ici les travaux qui ont mis en lumière l’importance de la dimension spatiale des ressources sociales pour les classes populaires contemporaines (i.a. Fol, 2010 ; Siblot et al., 2015).

  • 1 Pour un exemple de mobilisation de ce concept en géographie urbaine, voir Meert et al. (1997).

6Inscrit dans des configurations spatiales spécifiques qu’il contribue à produire et pérenniser, le travail de subsistance des classes populaires aux marges du salariat l’est tout autant dans des systèmes spécifiques de relations sociales. Sur ce plan, objet du troisième chapitre, les relations de réciprocité théorisées par Karl Polanyi (1983 [1944]) apparaissent décisives1. L’économie du travail de subsistance est en effet moins une économie de l’échange marchand monétisé « [qu’]une économie du don et de la dette, de l’obligation mutuelle, qui s’inscrit dans le temps long des relations sociales, une économie de l’échange social qui mêle les biens et les liens (Mortain, 2000), attentive à la signification sociale des transactions économiques (Zelizer, 2005), porteuse d’une réciprocité différée et généralisée qui entrave la construction d’espaces d’autonomie personnelle » (p. 121).

7Ces relations de réciprocité entre parents, voisins, amis, connaissances, pairs ou usagers des mêmes lieux protègent autant qu’elles obligent. Elles procurent d’une part des formes de reconnaissance sociale (autour du « travail bien fait », notamment) autrement absentes dans un contexte de forte stigmatisation des classes populaires désalariées (les « assistés »). Mais elles contribuent d’autre part à la reproduction de systèmes inégalitaires d’assignation des rôles sociaux, en termes de genre notamment (les activités techniques pour les hommes, les activités du care pour les femmes). Le propos des auteures et auteurs ne verse donc pas dans une vision enchantée des relations sociales constitutives de centralités populaires. Il s’efforce plutôt de montrer l’insertion du travail de subsistance des classes populaires « dans une économie morale qui articule un système d’échanges de biens et de prestations et un système de normes et d’obligations » (p. 157).

8Le quatrième chapitre, enfin, souligne combien le travail de subsistance des classes populaires se déploie moins indépendamment qu’en dépit de politiques publiques qui entretiennent avec lui des rapports d’encadrement tantôt teintés de paternalisme, tantôt de répression (en particulier à l’encontre des pratiques populaires d’autoréhabilitation de logements et de la mécanique de rue). Vu d’en haut, depuis les lieux où s’élaborent les politiques d’habitat ou de réaménagement urbain misant sur l’attraction des « classes moyennes », le travail de subsistance des classes populaires « devient un problème d’ordre public qui doit être traité par l’intervention policière et les politiques de rénovation urbaine, lesquelles induisent des mobilités forcées et brisent les liens construits sur des logiques d’ancrage » (p. 167). C’est ici la conflictualité entre « deux processus inverses de production et d’appropriation [de l’espace] » (p. 190) que l’enquête permet de révéler : « [d]’une part, la production d’une centralité populaire à bas bruit, fragile, par les classes populaires. D’autre part, une production de l’espace par des politiques publiques qui, par leurs mises en échec et leurs logiques coercitives, dégradent le quartier et fragilisent les conditions de vie de ses habitants » (p. 190).

9La ville vue d’en bas est un ouvrage à la fois dense et qui donne quantité de matières à penser eu égard au travail, à l’espace urbain, aux relations sociales et aux politiques publiques. Mais c’est aussi un texte d’accès rendu facile grâce à la qualité de son écriture, et parce qu’il relie des questions complexes au concret de l’existence des habitants des quartiers populaires. L’ouvrage donne à ce propos une grande place à la description des existences quotidiennes des personnes enquêtées, sous la forme de récits de vie ethnographiques. Il permet de la sorte de mettre en lumière des paroles souvent très évocatrices : « Roubaix est un aimant » (p. 29) dit Hakim, ancien travailleur social devenu mécanicien de rue, ou « ici on s’entraide beaucoup, sinon on ne pourrait pas tenir » (p. 118) dit Kadouja, retraitée ayant enchaîné sa vie durant diverses situations de travail non salarié.

10On l’aura compris, l’invitation à « voir la ville d’en bas » n’est pas un appel à se désintéresser des grands effets de structure. La conclusion du livre replace d’ailleurs la production de centralités populaires dans le cadre dessiné par les logiques spatiales du capitalisme contemporain. C’est en effet bien parce que le capital s’est retiré d’une ville comme Roubaix, et que les politiques urbaines se détournent des besoins des classes populaires, que le travail de subsistance de ses habitants marque autant l’espace local. Plutôt qu’un « dehors », la production de centralités populaires est donc pleinement inscrite dans les logiques de développement spatial inégal propres à la séquence historique présente du capitalisme (Harvey, 2010).

11En définitive, l’ouvrage publié par le Collectif Rosa Bonheur est à la fois consistant, convainquant et stimulant. Il appelle à des prolongements et on ne peut que souhaiter que les concepts qu’il articule – travail de subsistance, centralité populaire, relations de réciprocité et économie morale – soient repris à partir d’autres terrains d’enquêtes. Des travaux ultérieurs pourraient notamment préciser la portée géographique de la notion de centralité populaire, dans des villes en décroissance comme dans des métropoles, dans des quartiers anciens et denses où espaces d’habitat et espaces de production sont historiquement imbriqués comme dans des quartiers plus récents et plus zonés.

12À l’heure où beaucoup de recherches sur la ville privilégient une entrée par des « grands thèmes » qui toucheraient indifféremment « tout le monde » (la révolution numérique ou les changements climatiques, par exemple), il importe de remettre en lumière des réalités socio-spatiales affectant en particulier les classes populaires qui, sinon, passent facilement « sous les radars ». Là aussi est l’intérêt de voir la ville d’en bas.

Haut de page

Bibliographie

Espaces et sociétés (2014), Où est passé le peuple ?, 156-157, coord. par A. Clerval et J.P. Garnier.

Fol, S. (2010), « Mobilité et ancrages dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », Regards Sociologiques, n° 40, p. 27-43.

Harvey, D. (2010), Géographie et capital, Paris, Syllepse.

Meert, H., Mistiaen, P., Kesteloot, C. (1997), « The geography of survival: household strategies in urban settings », Tijdschrift voor economische en sociale geografie, 88, 2, p. 169-181.

Mortain, B. (2000), Des biens et des liens. Transmission des objets et inscription lignagère dans le réseau de parenté, thèse de doctorat, université des sciences et techniques de Lille.

Polanyi, K. (1983 [1944]), La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Siblot, Y., Cartier, M., Coutant, I., Masclet, O., Renahy, N. (2015), Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Zelizer, V. (2005), La signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Pour un exemple de mobilisation de ce concept en géographie urbaine, voir Meert et al. (1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Van Criekingen, « Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire », Métropoles [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/7268

Haut de page

Auteur

Mathieu Van Criekingen

Chargé de cours en géographie et études urbaines, Université Libre de Bruxelles, Institut de gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals