Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Refonder la critique urbaine pour...

Refonder la critique urbaine pour le « monde d’après »

Le comité de rédaction de la revue Métropoles

Texte intégral

1L’année 2020 a commencé en France par un mouvement de contre-réformes orienté contre le modèle historique de solidarité nationale – avec la volonté gouvernementale d’en finir avec le système des retraites par répartition, l’un des plus égalitaires au monde – et contre le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Des mouvements de résistance se sont organisés dans le pays, notamment dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, culminant avec la journée du 5 mars au cours de laquelle l’Université et la Recherche se sont arrêtées : partout en France, les manifestations ont réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes – dont 25 000 à Paris –, afin de réclamer le retrait de la contre-réforme des retraites, le maintien des services publics, et l’arrêt de la précarisation et de la marchandisation de nos universités. Il était aussi question de défendre une autre vision de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui, face aux enjeux contemporains en matière sociale (hausse des inégalités), environnementale (réchauffement climatique), et désormais sanitaire (pandémies), privilégie la coopération et l’émancipation plutôt que la concurrence et l’aliénation, et la qualité de la production scientifique plutôt que la quantité.

2Le comité de rédaction de Métropoles s’y est joint sans réserve, se déclarant en grève dès le 17 janvier aux côtés de nombreuses autres revues de sciences humaines et sociales. Dans une motion adoptée à l’unanimité, il dessinait l’horizon de sa mobilisation : la défense du service public de l’ESR mais aussi l’exigence d’une plus grande justice sociale et environnementale et d’un renouvellement de la démocratie. Il dénonçait aussi, un peu plus d’un an après l’émergence du mouvement des Gilets jaunes, la répression policière du mouvement social.

3Deux mois après la mise en grève de notre revue, en pleine crise sanitaire liée au Covid-19, la politique de confinement généralisé décidée par les gouvernements en France ou ailleurs a renvoyé la plus grande partie de la population chez elle, et parmi elle les personnels et usager·e·s des universités et de structures de recherche, interrompant le cours des mobilisations collectives qui s’y étaient cristallisées en l’espace de quelques semaines. Face à cette crise sanitaire, la certitude de la supériorité des politiques néolibérales manifestée par les gouvernants et leurs experts a alors, un court moment, pu sembler ébranlée aux yeux de certain·e·s observateur·trice·s. Les tribunes se sont multipliées dans la presse pour peser dans la conception du « monde de l’après » dont chacune et chacun convenait qu’il devait forcément être différent, tant les contradictions du système capitaliste et les limites de l’action des autorités publiques semblaient éclatantes. Pourtant, la première urgence dépassée, les politiques et les habitudes anciennes ont rapidement repris le dessus. La perspective du « monde d’après » s’est vite effacée derrière l’usage par les gouvernants de la « stratégie du choc » bien analysée en 2007 par Naomi Klein. Non seulement les solutions néolibérales ont été réaffirmées mais la crise est même venue justifier des mesures d’exception restreignant drastiquement le débat démocratique. En France par exemple, le gouvernement a instauré un « état d’urgence sanitaire » rendant possible la restriction d’une vie démocratique dont la gestion répressive des mobilisations récentes – de la loi Travail aux Gilets Jaunes – avait déjà montré à quel point elle était fragilisée. Très vite à la sortie du confinement, le gouvernement français a ainsi manifesté son intention de mener à terme son projet de suppression des retraites par répartition.

  • 1 Hugo Harari-Kermadec, Nicolas Pinsard, Raphaël Porcherot, Emma Tyrou, « Loi de programmation de la (...)
  • 2 Débat démocratique en réalité déjà bien écorné par le passage en force du gouvernement dans les in (...)

4De la même manière, il a relancé dès septembre son projet de loi dit « de programmation pluriannuelle de la recherche » (désormais devenu « loi de programmation de la recherche », LPR) bien qu’il soit tout sauf cela, mais bien de l’aveu même du PDG du CNRS une loi « inégalitaire » et « darwinienne ». D’un côté, ses engagements financiers, qui portent avant tout sur la période post 2022, n’engagent que ceux qui veulent bien y croire. La crédibilité de ces promesses paraît déjà bien entamée à en juger par les débats budgétaires pour 2021 qui indiquent, contrairement aux annonces du Ministère en mars 2020, une hausse de 0,40 % par rapport à l’année précédente (104 contre 400 millions annoncés)1. De l’autre, il promeut en revanche des changements structurels de nature à bouleverser l’ESR en parachevant sa soumission à l’impératif néolibéral de la dite « concurrence », accentuant à coup sûr la compétition entre chercheur·se·s en renforçant l’allocation des financements par appel à projets et primes individuelles, et la précarité des plus jeunes en créant de nouveaux statuts professionnels temporaires (CDI « de mission », « Chaires junior » sur le modèle des tenure track anglo-américaines). Le gouvernement a ainsi inscrit ce projet de loi à l’ordre du jour des travaux parlementaires, alors même que les rapports préparatoires à cette loi avaient déclenché début 2020 de fortes mobilisations au sein de l’ESR, suivies et amplifiées par l’opposition d’institutions comme le Conseil économique, social et environnemental, et que le contexte sanitaire de la rentrée 2020 rend impossible tout débat démocratique réel2. En faisant le choix du passage en force à la faveur de « l’état d’urgence sanitaire », le gouvernement a choisi de contourner un débat démocratique que la véritable teneur du projet de loi imposait pourtant.

5La revue Métropoles avait rappelé en 2018, à l’occasion de son dixième anniversaire, sa mission première : proposer des lectures critiques plurielles des sociétés contemporaines toujours plus urbanisées, analyser les mécanismes de métropolisation, leurs causes et leurs effets en matière de production des inégalités sociales, des menaces environnementales et des formes de domination politique. Quelques semaines plus tard, les enjeux urbains et métropolitains étaient au cœur du mouvement des Gilets jaunes, qui embrasait la France pour de longs mois. Aujourd’hui, à l’automne 2020, près de deux ans et une crise sanitaire plus tard, étudier depuis les approches critiques les plus diverses les dimensions métropolitaines des contradictions sociales, politiques et environnementales de nos sociétés paraît plus que jamais nécessaire.

6C’est en effet avec une force inégalée que la pandémie de Covid-19 a rendu plus visibles encore les inégalités sociales, ethnoraciales, de genre, d’âge ou autres, leurs imbrications mais aussi leurs dimensions territoriales et métropolitaines. D’impressionnantes cartes ont circulé dans l’espace public, montrant sans ambiguïté possible que la probabilité de tomber malade du Covid et d’en mourir est plus élevée dans les quartiers les plus pauvres qu’ailleurs. Les inégalités devant la stigmatisation ont également été flagrantes quand les habitant.e.s des quartiers populaires étaient montré.e.s du doigt pour leurs supposés mauvais comportements citoyens face au Covid, alors même que ce sont leurs conditions de travail, rendant moins possible que pour d’autres le télétravail, et/ou leurs conditions de logement (surpeuplement, insalubrité) qui les exposait particulièrement au risque sanitaire, et que c’est la défaillance des dispositifs d’accès aux soins dans ces quartiers qui les empêchait d’être pris en charge à la même hauteur que dans des quartiers mieux lotis. Dans le même temps, d’autres segments de la population, dans d’autres espaces, s’écartaient des règles sanitaires édictées par le gouvernement sans que politiques ou éditorialistes n’y trouvent à redire.

7Si ces inégalités tant sociales qu’urbaines ne sont pas nouvelles, la crise sanitaire du Coronavirus leur a donné une visibilité inédite en même temps qu’elle a révélé de manière intense l’urgence d’y faire face. La période du confinement a rendu pleinement visibles des réalités et des inégalités occultées en temps ordinaire. L’un de ces effets de visibilité concerne les hiérarchies du monde du travail. Les moins payés et moins reconnus des travailleurs – et, bien plus souvent encore, des travailleuses – sont apparus à la faveur de la crise comme les « premièr·e·s de corvée » qu’ils sont de fait, produisant et acheminant auprès de la population les biens et services les plus vitaux : l’alimentation, la santé, le soin des personnes âgées, l’éducation. Il est peu de dire que la crise sanitaire interroge les constructions statistiques telles que celles de l’INSEE définissant les fameux « emplois métropolitains stratégiques » (EMS) comme ceux « qui contribuent au rayonnement économique » des territoires, en l’occurrence ceux des cadres des cinq fonctions dites métropolitaines (conception-recherche, prestation intellectuelle, commerce interentreprise, gestion, culture-loisirs). À la lumière de la crise sanitaire, on voit à quel point cette construction statistique incorpore une vision idéologique qui invisibilise la dimension pourtant hautement stratégique – puisque c’est tout simplement de la survie de la population dont il est question – de tous les emplois des « soutiers » des métropoles ou de leur arrière-pays : caissières, aides-soignantes, éboueurs, travailleurs de la logistique, agriculteurs, etc. On a ici un bon exemple du caractère éminemment critiquable des standards de mesure de la « performance » économique qui naturalisent les critères des politiques de l’offre. Hélas ces standards se généralisent, y compris dans l'édition scientifique et dans l'enseignement-supérieur et la recherche.

  • 3 Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, « La rentrée étudiante (...)

8Dans le contexte peu ordinaire de cette rentrée universitaire 2020, affectée par le manque d’anticipation dont fait preuve le gouvernement, ainsi que par le décalage entre l’afflux des étudiant·e·s (57 700 cette année, soit l’effectif de trois universités)3 et le manque de recrutements et d’équipements pérennes pour les accueillir, le comité de rédaction de Métropoles s’est réuni le 18 septembre 2020 pour discuter de la poursuite de sa mobilisation. En janvier 2020, nous avions fait le choix de la grève, impliquant la suspension du processus d’édition. Ce choix n’était pas facile à faire : la raison d’être d’une revue est de publier, pour contribuer au débat scientifique et public. Il était néanmoins à nos yeux le plus pertinent pour nous associer au mouvement des Revues en lutte et pour afficher un mode d’action dont la radicalité se devait d’être à la hauteur des conséquences dévastatrices prévisibles du projet dit de « LPPR ». En suspendant pour un temps le fonctionnement ordinaire de notre revue, la grève devait aussi rendre possible la mise à distance de nos façons de faire et la réflexion collective sur l’avenir de l’ESR. Cette suspension devait aussi nous permettre collectivement et individuellement de nous rendre disponibles pour mener d’autres formes d’actions et de luttes : « On s’arrête, on réfléchit ».… et on agit !

9Neuf mois après notre mise en grève, le comité de rédaction de Métropoles, réunit en Assemblée Générale le 18 septembre 2020, a fait le choix de continuer la mobilisation tout en changeant ses modalités d’action. Nous reprenons nos activités éditoriales, mais nous souhaitons aussi les repenser et les inscrire dans un horizon transformé, en renforçant la place des contributions critiques portant sur des politiques publiques contemporaines et sur leur rôle dans la fabrique d’ordres socio-spatiaux inégalitaires dans les métropoles, tant en France que dans d’autres contextes nationaux. Nous voulons aussi consolider le rôle d’interface que Métropoles peut jouer entre les chercheur.e.s, les praticien.ne.s et les collectifs divers engagés dans la transformation sociale (associatifs, professionnels, syndicaux, intellectuels), qu’ils soient formels ou plus informels. Concrètement, la revue Métropoles proposera désormais une rubrique « Débats, engagements, critiques » qui a vocation à accueillir différents types de textes, y compris de format court : articles scientifiques se saisissant des politiques ou (contre)-réformes en cours mais aussi entretiens individuels ou tables rondes avec des praticien.nes, des groupes mobilisés et/ou des chercheur.e.s., ou encore compte rendus de mobilisations en cours. Plus largement, la revue Métropoles appelle les propositions d’articles ou de dossiers qui alimenteront l’analyse critique des transformations et des réformes politiques à l’œuvre aujourd’hui et qui documenteront les mobilisations et résistances à ces transformations dans leurs dimensions urbaines et métropolitaines. C’est le sens du prochain dossier thématique « Contester la métropole », qui réunira des contributions autour des mots d’ordre, acteurs, répertoires d’action des mobilisations contre cette nouvelle norme dominante de l’action publique qu’est la norme métropolitaine et ses conséquences territoriales.

Haut de page

Notes

1 Hugo Harari-Kermadec, Nicolas Pinsard, Raphaël Porcherot, Emma Tyrou, « Loi de programmation de la recherche : une loi de précarisation », Les économistes atterrés, septembre 2020, http://www.atterres.org/article/loi-de-programmation-de-la-recherche-une-loi-de-pr%C3%A9carisation.

2 Débat démocratique en réalité déjà bien écorné par le passage en force du gouvernement dans les instances représentatives, à l’image du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) en juin 2020. Voir la lettre des élu·e·s CGT qui demande auprès de la ministre Frédérique Vidal un recours gracieux afin d’annuler et de reporter les séances où le texte a été approuvé, compte tenu des nombreuses entorses au Code de l’éducation et au règlement intérieur de l’instance, en date du 27 juillet 2020, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/793/files/2020/10/RecoursGracieux_CNESER_LPPR_CGT.pdf.

3 Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, « La rentrée étudiante 2020-2021 », 15 septembre 2020, https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid153920/la-rentree-etudiante-2020-2021.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Le comité de rédaction de la revue Métropoles, « Refonder la critique urbaine pour le « monde d’après » »Métropoles [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le , consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/7317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.7317

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search