Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27RecensionsGavin Shatkin, Cities for Profit....

Recensions

Gavin Shatkin, Cities for Profit. The Real Estate Turn in Asia’s Urban Politics

Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2017, 274 p.
Loraine Kennedy
Référence(s) :

Gavin Shatkin, Cities for Profit. The Real Estate Turn in Asia’s Urban Politics, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2017, 274 p.

Texte intégral

  • 1 L’auteur distingue ces deux termes comme suit : « The idea of land monetization, as used in this bo (...)

1C’est par un angle indirect mais néanmoins fondamental que l’ouvrage de Gavin Shatkin dialogue avec le dossier thématique de ce numéro de Métropoles. Si celui-ci s’intéresse au foncier à travers les négociations « par le bas », donc aux capacités des habitants à se défendre ou à s’ériger en protagonistes du changement urbain, Gavin Shatkin axe son analyse sur les acteurs étatiques en Asie et tout particulièrement sur leur rôle dans la marchandisation et la monétisation du foncier.1Pour l’auteur, ces deux processus, articulés différemment selon les contextes, sont au cœur des transformations actuelles des villes asiatiques, parmi les plus dynamiques de la planète tant sur le plan démographique qu’économique. Dans cet ouvrage paru en 2017, Shatkin, qui est professeur de politiques publiques et d’études urbaines à l’Université Northeastern (Boston, USA) ambitionne d’avancer des propositions théoriques ancrées dans des réalités empiriques façonnées par des histoires coloniales et postcoloniales distinctes. Son ouvrage s’appuie sur des études approfondies de trois régions métropolitaines en Asie —Chongqing en Chine, Kolkata en Inde et Jakarta en Indonésie. Son argument principal consiste à démontrer que derrière des processus d’apparence similaires – d’expansion spatiale ou de ségrégation sociale – et le déploiement de modèles d’urbanisme quasi identiques, comme celui des « méga-projets intégrés » (urban real estate megaprojects), se trouvent des institutions légales et des motivations politiques très différentes, dont il est indispensable de tenir compte pour comprendre les enjeux précis des mutations urbaines. Ces enjeux posent des questions politiques au sens large, aussi bien pour la citoyenneté que pour la distribution des ressources, car les formes urbaines et les modes de gouvernance qui accompagnent les nouveaux régimes de développement urbain centrés sur la valorisation du foncier créent des opportunités et des contraintes pour les acteurs urbains.

  • 2 Source : World Urbanization Prospects: The 2012 Revision Population Database, United Nations Popula (...)

2Rappelons d’emblée le contexte global de l’Asie dans la période récente : des taux de croissance économique très élevés et une urbanisation rapide – à titre d’exemple, entre 1980 et 2010 la population urbaine en Asie a augmenté d’un milliard d’habitants2 ! S’influençant mutuellement, ces processus ont fait augmenter la valeur du foncier urbain, lequel est devenu rapidement un objet de spéculation intensive. L’entrée massive de capitaux des marchés financiers de plus en plus mondialisés n’a fait qu’accentuer cette tendance.

3L’intérêt initial de l’auteur était de se pencher sur les grands projets urbains et notamment ceux des villes nouvelles ultramodernes que de nombreuses villes en Asie se sont empressées d’adopter dans les années 1990 et de manière encore plus soutenue à partir des années 2000. Souvent inspirés de modèles venus d’ailleurs (Californie, Angleterre, mais aussi Hong Kong ou Singapour), ces villes satellites « intégrées », c’est-à-dire conçues pour offrir l’ensemble des fonctions urbaines, sont à proximité des activités économiques et assorties d’équipements de première qualité : logement de standing, centres commerciaux, loisirs. Elles sont aussi largement indépendantes du tissu urbain existant. Malgré le fait que la plupart de ces mégaprojets n’aboutissent pas dans les faits, l’intention qu’ils expriment de rompre avec l’urbanisme prévalent et de proposer des visions de vie urbaine radicalement nouvelles a retenu l’attention de Shatkin. Cette exploration l’a amené à un premier constat : le rôle primordial des acteurs étatiques, seuls en mesure de rassembler le foncier requis par de tels projets, de modifier l’usage des sols et d’agir sur la législation pour commercialiser des terrains de propriété publique ou collective. De plus, les transformations de grande échelle, que ce soit pour des projets d’infrastructure, des zones économiques ou du logement, exigent le plus souvent une gestion politique, non seulement pour convaincre de l’intérêt général de tels projets, mais aussi pour intervenir lorsqu’il s’agit de démolir des quartiers et de déloger ses habitants, bouleversant les cadres de vie locaux et les économies sous-jacentes.

4Ainsi Shatkin entreprend d’identifier à la fois les moteurs de ces grands projets urbains, les mécanismes concrets mis en place pour les développer et les conséquences qu’ils entraînent sur les plans social, spatial et politique.

5Cette réflexion est située d’emblée dans les débats actuels des études urbaines, notamment l’hégémonie néolibérale, le réétalonnage étatique (state rescaling) et le tournant postcolonial. Tout en validant la pertinence d’une perspective d’économie politique et la nécessité de reconnaître la présence de forces structurantes de l’économie mondiale, qui exercent une pression sur la valeur immobilière dans de nombreuses villes en Asie, il met en garde contre la tendance relativement répandue consistant à interpréter chaque situation locale comme le produit d’une logique néolibérale universelle. Aussi préconise-t-il une approche ‘située’ empiriquement, mettant la focale sur les acteurs locaux et sur les stratégies qu’ils développent en réponse aux contraintes et opportunités qui se présentent. Rappelant l’approche préconisée par Pierre Veltz dans un ouvrage paru vingt ans plus tôt (Veltz 1996), Shatkin insiste sur la nécessité d’examiner « les points spécifiques d'interaction entre le global et le local et d’analyser les incitations et les pressions que les acteurs locaux perçoivent dans leur effort pour créer et exploiter des marchés » (p. 13, ma traduction). Il s’agit en premier lieu des marchés immobiliers où les acteurs étatiques sont motivés et bien placés pour intervenir du fait de leur contrôle sur le foncier urbain et de leur capacité à influencer sa gestion. Cette volonté de s’appuyer sur le foncier pour accroitre leur pouvoir et pour affirmer leur autorité expliquerait selon Shatkin le « tournant immobilier » (real estate turn) actuel. Ce tournant se caractérise par des actions diverses, mais dont le but principal consiste à transformer le foncier en bien échangeable (titre de propriété foncière), afin de tirer profit de son potentiel en termes de valeur marchande. Ce potentiel se révèle dans l’écart (rent gap) entre le loyer actuel d’un terrain et le loyer ‘capitalisé’ lorsqu’il sera développé et transformé en bien marchand. Pour « libérer » cette valeur, les États disposent d’une panoplie d’instruments politiques et juridiques, qui forment l’objet d’étude précis de cet ouvrage.

6Shatkin s’appuie sur une démarche comparative pour construire un cadre théorique à même d’expliquer les variations qu’il observe dans la manière dont les États interviennent dans des marchés immobiliers (chapitre 2). Il identifie deux variables principales. La première est la capacité de l’État à exercer un contrôle direct sur les marchés, un facteur qui dépend largement des régimes de propriété. Alors qu’en Chine les terrains urbains appartiennent à l’État (depuis un amendement constitutionnel en 1982), la plupart des autres pays de la région sont confrontés à des régimes fonciers plus complexes où la propriété privée se juxtapose à des droits d’occupation et d’usage issus de droit commun. Cet enchevêtrement freine alors l’action publique sur l’espace. La seconde variable est l’autonomie relative des pouvoirs publics de poursuivre un agenda urbain par rapport aux acteurs non-étatiques, qu’ils soient économiques ou relevant de la société civile, locaux ou étrangers. Cette variable a donc davantage trait au contrat social en vigueur, autrement dit à la nature des relations entre l’État et la société. L’analyse de l’interaction entre ces deux variables d’économie politique permet de dégager une typologie des stratégies de monétisation du foncier pour caractériser des traits dominants du jeu politique urbain dans chaque cas : accaparement des terrains (Land Grab) ; planification urbaine par l’État capitaliste (State Capitalist Urban Planning) ; négociation sociale (Occupancy Urbanism). Chaque idéal-type est exploré dans un chapitre dédié (respectivement 3, 4, et 5), qui forment le cœur du livre. Centrés chacun sur une ville, ces monographies minutieusement documentées s’appliquent à expliquer la manière dont des politiques de réforme et de gestion du foncier s’articulent dans un contexte national ou régional donné et les conséquences qu’elles entraînent.

7L’exemple de l’Indonésie sous Suharto (1967-1998) décrit des stratégies agressives de remembrement et de monétisation des terrains autour du Grand Jakarta qui correspondent au type « accaparement des terres ». Elles s’appuient sur un système d’autorisation (permis) donnant à des promoteurs immobiliers le droit de prendre possession et de développer des terrains non cadastrés, qu’ils peuvent ensuite vendre sur le marché. Ce système exploite les particularités du régime foncier indonésien dont le legs colonial entraine une faible étendue du régime de propriété privée. Selon les estimations datant du milieu des années 2000, un tiers seulement des terres (hors forêts) seraient couverts d’un titre de propriété (p. 112). Ce « dualisme » dans le régime foncier entre terrains enregistrés et terrains non-enregistrés (sans titre de propriété) offre une clé d’analyse majeure.

8Jakarta est largement constitué de terrains non-enregistrés, notamment sous forme de kampungs, des quartiers informels mais non illégaux où vit la majorité des habitants. Si ces derniers peuvent faire valoir certains droits, il est clair cependant qu’ils n’ont pas la même capacité de valoriser leurs terrains que d’autres acteurs, a fortiori ceux qui sont proches du pouvoir politique. Le chapitre décrit la consolidation d’une alliance entre Suharto et quelques grands groupes tenus par un petite nombre de familles formant une oligarchie. Sur fonds de discours modernisateur, la ‘coalescence’ des intérêts de l’État et des conglomérats privés a abouti à un processus de monétisation du foncier basé sur la spéculation massive et à une expansion urbaine faramineuse. Ainsi, entre 1985 et 1995, dans la seule région métropolitaine de Jakarta, l’agence nationale chargée de la gestion du foncier a alloué des permissions pour développer une superficie supérieure à 800 km2 (p. 103), soit plus de 7,5 fois la taille de la ville de Paris. Sans surprise, cette politique s’est avérée dévastatrice sur le plan social et environnemental (p. 123).

9Le cas de l’Inde offre un contraste saisissant en termes de faible capacité étatique, à la fois à formuler une politique urbaine forte et à la conduire à terme, et de la présence de contre-pouvoirs. Dans la typologie proposée, l’Inde représente le modèle de « négociation sociale », qui s’appuie sur la notion d’occupancy urbanism, élaborée notamment par Benjamin (2008). Cette notion désigne la possibilité dans le cadre du jeu démocratique pour les groupes sociaux subalternes de réclamer sous certaines conditions un droit à la ville, le plus souvent sous forme d’occupation non légale de l’espace. Cet espace de négociation peut reposer, par exemple, sur l’intervention d’un élu local en faveur des habitants d’un quartier en échange de leur soutien électoral.

10La libéralisation économique des années 1990 en Inde a déclenché un processus de restructuration du pouvoir à toutes les échelles étatiques, avec des conséquences directes pour les régions métropolitaines devenues des moteurs économiques. Les différentes tentatives portées par des acteurs et des coalitions d’intérêts pour reconfigurer l’espace urbain sont décrites comme autant d’ « expérimentations » de pouvoir. Shatkin soutient que l’ambiguïté qui caractérise les structures de gouvernance en Inde empêche de mettre en avant un modèle explicatif unique capable de prédire le dénouement de telle ou telle initiative de développement urbain. Dans ce contexte, « la question des relations spatiales urbaines serait définie moins par les politiques ou l’urbanisme que par les formes d’action collective et par les affirmations ad hoc du pouvoir » (p. 139, ma traduction), une conclusion qui corrobore d’autres travaux, comme ceux de Marie-Hélène Zérah (2020).

11Le cas d’étude est Kolkata, au Bengale occidental, qui a la particularité d’avoir été dirigé pendant plus de 30 ans (1977-2011) par des partis communistes. Leur décision de s’impliquer dans la réalisation de grands projets, comme la ville satellite de Rajarhat, et d’exproprier des agriculteurs et métayers à Singur et Nandigram pour le compte de grands groupes privés a précipité leur chute du pouvoir, ces actions étant perçues comme déviant de manière trop importante des normes de justice sociale.

12La Chine constitue le troisième et dernier cas. La gestion du foncier urbain et son utilisation comme levier de croissance économique et plus largement du développement social figurent au cœur de l’agenda politique depuis presque quatre décennies. L’idéal-type auquel correspond le cas chinois est celui de la planification urbaine par l’État capitaliste (State Capitalist Urban Planning), où l’exploitation des marchés est subordonnée à des objectifs étatiques.

13En tant que propriétaire du foncier urbain et maîtrisant l’urbanisme, les autorités chinoises se sont arrogées les rentes engendrées par la valorisation des terrains et les crédits-bails (leasing) attribués à des entreprises immobilières. D’autre part, les actifs immobilisés ont été utilisés comme des garanties à des entreprises publiques appartenant aux gouvernements locaux pour s’endetter, souvent très lourdement, au fils des ans. Si ce modèle d’accumulation dans lequel « la ville paie la ville », bien documenté dans la littérature spécialisée (Lorrain, 2012), a connu un succès indéniable en termes d’urbanisation, il a produit des effets négatifs en termes d’aggravation des inégalités sociales, de destruction de l’agriculture et du cadre de vie rural, de détérioration de l’écologie, et enfin d’expansion urbaine phénoménale. Pour autant, plus que dans les deux autres cas, l’État chinois a adossé sa politique à des objectifs de développement socio-économique et de redistribution.

14Chongqing sert d’étude de cas, malgré son caractère exceptionnel. En effet, à partir de 2007 les autorités ont voulu faire de cette ville un contre-modèle, mobilisant des pouvoirs de l’État pour assurer une transition urbaine plus équitable et inclusive des populations rurales. Le défi pour Bo Xilai, le puissant secrétaire du parti et architecte principal de l’expérience, était de montrer qu’un modèle d’accumulation s’appuyant sur la marchandisation du foncier pouvait être articulé à une politique sociale radicale, renouant avec les promesses historiques du communisme. Un élément clé de ce projet consistait à assurer une meilleure compensation aux paysans et la possibilité d’accéder au statut de citoyen urbain (changement du hukou) donnant accès au logement, à un l’emploi et aux services sociaux, un rêve inaccessible pour la vaste majorité des migrants des autres grandes villes. Or cette expérience, toujours en cours, n’est pas sans risque, ni pour les autorités, ni pour les bénéficiaires supposés. Nonobstant son accent sur l’équité sociale, elle incarne selon Shatkin des contradictions du modèle chinois de développement urbain : d’une part, les impératifs concurrents de la maximisation du marché foncier et de la légitimation politique via la redistribution sociale se sapent immanquablement ; et d’autre part, de telles expériences sont toujours reliées aux ambitions politiques des dirigeants, souvent parachutés sur place, et dépendent de leurs rapports avec des échelons supérieurs de l’État.

15En mettant la focale sur la monétisation et la marchandisation du foncier urbain, Cities for profit a le très grand mérite d’appréhender dans un seul mouvement une des évolutions les plus remarquables de notre temps, à savoir, le développement spectaculaire des villes en Asie, sur lequel prend appui de manière fondamentale la croissance économique de cette région. Compte tenu de l’ampleur de ces phénomènes, leur importance à l’échelle planétaire ne saurait être sous-estimée. Ce n’est pas que des paysages urbains qui en sortent bouleversés, ce sont des inégalités sociales et spatiales fortement aggravées dans la majorité des cas. Enfin, l’ensemble des citadins – des classes moyennes et aisées aux résidents des quartiers populaires –subit une transformation plus ou moins tangible de leur expérience urbaine.

  • 3 Ce qui n’empêche pas d’autres acteurs, y compris subalternes, de participer à cette marchandisation (...)

16Le tournant immobilier, au cœur de cette étude, s’articule avec les processus de réétalonnage étatique et il aurait été intéressant de proposer une comparaison plus systématique de ces processus en rapport avec l’évolution de la gouvernance urbaine. Dans le cas indien, par exemple, les États fédérés sont en première ligne dans la conception et la mise en place de réformes facilitant la marchandisation la terre hors marché (terrains publics, communs des villages, etc.)3 et dans l’invention d’instruments de gouvernance exceptionnels (Sood et Kennedy, 2020). Ils s’appuient pour ce faire non pas sur une délégation du gouvernement central (comme dans le cas chinois) mais sur leurs prérogatives constitutionnelles, le foncier faisant partie de leurs compétences. Or dans l’étude de Kolkata, la discussion ne met pas suffisamment en exergue la signification des actions de l’État du Bengale dans la réorganisation spatiale urbaine actuelle. L’auteur décrit à juste titre l’échec des réformes de décentralisation en Inde, et l’importance des réformes initiées à l’échelle nationale pour faciliter l’entrée des capitaux étrangers dans le secteur immobilier, mais l’importance des actions délibérés et stratégiques menées dans un certain nombre d’États, surtout dans les villes capitales, mériterait que l’on s’y attarde davantage car elles manifestent très concrètement le réétalonnage. Comme en Indonésie, ces stratégies ont souvent pour but de tirer profit des ambiguïtés légales dans les régimes de propriété pour accaparer des terrains et expulser les habitants des quartiers informels. Si les marges d’action augmentées des États indiens puisent leurs origines dans la libéralisation et le démantèlement de la gestion centralisée de l’économie, elles sont également le produit d’une évolution profonde du régime fédéral indien. Les États régionaux s’affirment ainsi comme des arènes politiques distinctes malgré des tentatives constantes de re-centralisation ; cette contestation étant d’ailleurs la marque de fabrique du réétalonnage (Kennedy, 2014).

17Cet ouvrage retrace les origines du tournant immobilier en Asie et montre comment les acteurs étatiques sont confrontés progressivement à des incitations qui les mènent à développer des stratégies à l’égard du foncier urbain. Cependant le revers de ces stratégies, leur face cachée et plus sordide, mériterait sans doute davantage d’attention tant il s’avère que dans de très nombreux cas, elles sont motivées non pas tant par le désir de rendre puissante l’institution de l’État que de rendre puissants et d’enrichir des individus : des élus avides et sans scrupules, des partis au pouvoir en quête de ressources pour financer leurs campagnes électorales ou des fonctionnaires prêts à fermer les yeux ou à saisir l’occasion d’un profit. Pour ces personnes en première ligne des réformes décrites dans cet ouvrage et les principaux moteurs déployés à la recherche des rentes, comment en distinguer clairement leurs motifs d’actions ? Comment dissocier « gains politiques » et « gains personnels » ? Shatkin n’ignore pas les basses motivations des protagonistes et les met bien en évidence dans certains des cas discutés : le copinage (cronyism) endémique du régime indonésien, ou encore la chute spectaculaire de Bo Xilai à Chongqing. Reste que cette question n’est pas intégrée à la conceptualisation.

  • 4 Voir par exemple, Weinstein (2008), Vaishnav (2017) et Michelluti et al. (2018).

18Si cette question se pose aux chercheurs et chercheuses c’est parce que ces considérations troublent la catégorie de l’« acteur étatique » employée souvent de manière peu réflexive dans l’étude comparative des politiques de développement urbain prenant appui sur la monétisation du foncier. Aborder de façon plus approfondie ce phénomène pose un défi conceptuel et demanderait un travail empirique considérable non sans risque au demeurant, tant les milieux politiques, criminels et de promotion immobilière tendent à se chevaucher. Dans le contexte sud asiatique, quelques études récentes ont entrepris de démêler ces liens et offrent des pistes intéressantes pour entamer cette réflexion sans doute nécessaire4.

19Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage de Gavin Shatkin apporte une contribution théorique significative. Sa réflexion rigoureuse et empiriquement étayée complexifie et territorialise le concept de néoliberalisation. Cet ouvrage rappelle que si les influences de l’idéologie néolibérale façonnent bel et bien des incitations en faveur des mécanismes du marché et des acteurs privés, ce sont des éléments propres aux économies politiques nationales (ou infranationales selon les cas) qui sont déterminants pour expliquer le comportement des dirigeants, le régime de légitimation, de même que les institutions de gouvernance. Shatkin soutient, par exemple, que les réformes entreprises par les États pour augmenter les réserves foncières, pour faciliter la mise sur le marché de terrains urbains ou pour participer de diverses façons aux efforts d’expansion urbaine par le développement immobilier répondent avant tout à des stratégies bien ancrées dans des territoires. N’y voir que l’expression de l’influence néolibérale reviendrait à démentir la capacité d’action non seulement des États, mais de l’ensemble des acteurs non-étatiques coproducteurs des espaces urbains, qu’ils œuvrent en partenariat avec l’État ou qu’ils se mobilisent en opposition à celui-ci.

  • 5 « For these authors, variety lies in the degree of neoliberalization, but the latter is still consi (...)

20Si cette argumentation est convaincante pour l’analyse des politiques publiques et l’action étatique, un dialogue plus approfondi avec les travaux interrogeant de manière plus frontale l’hégémonie du paradigme de la ville néolibérale au sein des études urbaines aurait été sans doute pertinente. On peut penser par exemple aux travaux réunis par Gilles Pinson et Christelle Morel Journel (2016). Entre autres critiques, ils interrogent la prétendue attention portée aux contextes géographiques et institutionnels par les principaux théoriciens de la ville néolibérale qui ne voient dans ces contextes que des facteurs d’ajustement d’un paradigme de politique publique auquel ils n’envisagent aucun concurrent ou alternative5. Pour sa part, Shatkin défend une position « intermédiaire » (p. 217), entre une interprétation du néolibéralisme comme idéologie uniforme, imposée de l’extérieur, et la critique postcoloniale, remettant en cause la pertinence du cadre néolibéral pour comprendre les changements contemporains. S’appuyant sur ses études empiriques, il affirme les implications profondes des dynamiques néolibérales qui s’étendent à toutes sortes de questions sociales et politiques, tout en insistant qu’elles se déploient de manière fortement variée (variegated) dans l’espace, ne suivant en aucun cas un script prédéfini. En effet, une des grandes qualités de ce travail est le soin que prend Gavin Shatkin pour nuancer l’influence des facteurs exogènes par rapport aux conditions d’économie politique endogènes. Son analyse des trois cas insiste bien sur les différences importantes dans la manière dont les États cherchent à représenter leurs actions en termes politiques, leurs stratégies de légitimation, de même que dans les ambitions motivant les réformes.

Haut de page

Bibliographie

Benjamin, S. (2008), « Occupancy Urbanism : Radicalizing Politics and Economy beyond Policy and Programs », International Journal of Urban and Regional Research, 32, 3, p. 719-729.

Kennedy, L. (2014), The Politics of Economic Restructuring in India. Economic Governance and State Spatial Rescaling, Abingdon et New York, Routledge.

Lorrain, D. (2012), « Shanghai ou une modernisation publique ». In D. Lorrain (dir.), Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po, p. 53-138.

Michelutti, L. Hoque, A., Martin, N., Picherit, D., Rollier, P., Ruud, A. E. et Still, C. (2018), Mafia raj. The Rule of bosses in South Asia, Stanford, CA, Stanford University Press.

Pinson, G. et Morel-Journel, C. (2016), « The Neoliberal City–Theory, Evidence, Debates », Territory, Politics, Governance, 4, 2, p. 137-153.

Sood, A. et Kennedy, L. (2020), « Neoliberal exception to liberal democracy? Entrepreneurial territorial governance in India », Territory, Politics, Governance, 8, 1, p. 23-42.

Vaishnav, M. (2017), When crime pays: money and muscle in Indian politics. New Haven et Londres, Yale University Press.

Veltz, P. (1996), Mondialisation, villes et territoires : une économie d'archipel, Paris, Presses universitaires de France.

Weinstein, L. (2008), « Mumbai's Development Mafias: Globalization, Organized Crime and Land Development », International Journal of Urban and Regional Research, 32, 1, p. 22-39.

Zérah, M.-H. (2020), Quand l’Inde s’urbanise, Éditions de l’Aube.

Haut de page

Notes

1 L’auteur distingue ces deux termes comme suit : « The idea of land monetization, as used in this book, overlaps with but is distinct from the idea of land commodification. The latter term refers to the process, widely analyzed in the literature on neoliberal urbanization, through which land is increasingly treated by state and corporate actors primarily as an object of exchange and accumulation, rather than of everyday use. The term land monetization as used in this book refers to the use of state powers to enable the state itself, or its corporate allies, to capture revenue streams from land. This term is intended to highlight the agency of particular actors—mayors, heads of state, governors, legislators, and bureaucrats—in deploying specific strategies of land commodification in the deliberate pursuit of the interests of state actors and their politically influential allies » (p. 14).

2 Source : World Urbanization Prospects: The 2012 Revision Population Database, United Nations Population Division, 2012, cité par Shatkin, p. 46.

3 Ce qui n’empêche pas d’autres acteurs, y compris subalternes, de participer à cette marchandisation des terres. Voir Éric Denis, « Désirs de ville et convoitises foncières », Métropolitiques, 2016, https://metropolitiques.eu/Desirs-de-ville-et-convoitises-foncieres.html

4 Voir par exemple, Weinstein (2008), Vaishnav (2017) et Michelluti et al. (2018).

5 « For these authors, variety lies in the degree of neoliberalization, but the latter is still considered the sole paradigm and trend of macro-change that is able to modify regulatory systems. In other words, neoliberalization might be hampered by existing sets of rules, habits and practices, but there is no other paradigm likely to be a serious competitor. » (Pinson et Morel Journel, 2016, p. 145).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loraine Kennedy, « Gavin Shatkin, Cities for Profit. The Real Estate Turn in Asia’s Urban Politics »Métropoles [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 25 janvier 201, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/7707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.7707

Haut de page

Auteur

Loraine Kennedy

Directrice de recherche au CNRS, CEIAS, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search