Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursLa ville marchande et la crise du...

La ville marchande et la crise du Covid 19

Date limite : 3 janvier 2022
Emmanuelle Lallement et Vincent Chabault

Point de départ de la crise sanitaire mondiale, le marché de gros et de détail de Wuhan fut fermé par les autorités chinoises le 1er janvier 2020 après la découverte d’une épidémie de pneumonie touchant une trentaine de commerçants et de clients de ce lieu emblématique de la commercialisation d’animaux sauvages, au centre d’une métropole de 11 millions d’habitants.

Deux mois et demi après et à des milliers de kilomètres de ce premier foyer de l’épidémie, d’autres espaces marchands ont à leur tour fait l’objet de mesures inédites. En France, les fermetures administratives ont concerné les marchés de plein-vent, les commerces non-alimentaires, les galeries marchandes. Des restrictions ont entraîné l’essor d’aménagements spécifiques (jauge, file d’attente, prise de rendez-vous) et d’infrastructures adaptées (terrasses, étals, plexiglas, sens de circulation). Les espaces de la ville marchande ont ainsi été modifiés au gré des fermetures et ouvertures décrétées.

Ces mesures, qui ont pu rappeler à quel point les réglementations fabriquaient les activités commerciales et rythmaient la vie urbaine, ont été reconduites lors du deuxième confinement du mois de novembre 2020 durant lequel un débat interminable s’est tenu à propos du critère, discutable et discuté, d’essentialité retenu pour définir la liste des commerces autorisés à accueillir de la clientèle (les bureaux de tabac, les cavistes mais pas les librairies ni les coiffeurs, etc.).

En perturbant la fluidité des échanges, les routines d’achat et les activités citadines, cette crise a non seulement rendu visibles les activités de commerce de détail – avec celui de la santé, ce secteur a fait l’objet d’un nombre incalculable d’articles de presse et de reportages télévisés – mais elle a également mis au jour les enjeux politiques qui lui sont associés. Elle a ainsi réactivé des débats anciens (celui des « gros » contre les « petits », déjà observé lors de l’essor des grands magasins durant le Second Empire, celui relatif à la concurrence exercée par Amazon) tout en en faisant apparaître de nouveaux (rupture de la chaîne d’approvisionnement, recours au critère d’essentialité).

Ce dossier thématique de la revue Métropoles, ouvert à toutes les disciplines des sciences sociales, propose d’examiner cette déstabilisation et les réaménagements provoqués par la crise dans le secteur du commerce de détail et d’étudier les conséquences provisoires ou durables de celle-ci sur l’espace urbain.

Si la crise sanitaire n’a pas provoqué mécaniquement de « révolution commerciale », désignant l’articulation entre des changements opérés dans l’appareil marchand, des dynamiques productives et des évolutions de la demande (Daumas, 2020, p. 331), elle ne constitue pas moins un accélérateur de mutations enclenchées préalablement : progression du e-commerce, plateformisation du commerce (Moati, 2020), politisation de la consommation (Dubuisson-Quellier, 2018), déprise commerciale dans les centres-villes (Péron, 1993 ; INSEE, 2019), revalorisation de l’artisanat et du petit commerce (Leblanc, 2017 ; Ocejo, 2017), conscience environnementale associée aux pratiques d’achat (Currid-Halkett, 2017).

Partant de ce constat, les questionnements posés couvriront toutes les étapes de l’activité commerciale et l’ensemble des acteurs qui y sont engagés pour documenter les effets de la crise sanitaire sur le commerce dans la ville.

Les coordonnateurs du numéro de la revue, Emmanuelle Lallement, anthropologue, et Vincent Chabault, sociologue, invitent les auteurs et les autrices intéressés.es (géographes, urbanistes, sociologues, anthropologues, politistes, économistes…) à soumettre leur projet d’article sur les thèmes suivants, conçus avant tout comme des orientations guidant la réflexion. Les contributions pourront traiter du cas français comme de cas étrangers afin d’engager une réflexion comparative entre les différents articles du dossier.

Changement commercial et espace urbain

Un premier axe porte sur le changement commercial et ses effets sur l’espace urbain et l’économie symbolique des villes.

Sous l’effet de la massification du télétravail et de la chute vertigineuse du tourisme, comment les centralités marchandes se réorganisent-elles ? Dans quelle mesure le commerce peut-il continuer à participer à l’animation du paysage urbain et à structurer la ville face à la progression du phénomène de vacance commerciale dans les quartiers centraux ou certains espaces périphériques et face à la réduction inéluctable du parc de magasins dans les années à venir en raison de la progression du commerce en ligne (APUR, 2021) ?

La capacité de la boutique à façonner l’image d’un quartier (Lallement, 2010, 2013) est-elle toujours aussi forte ou d’autres services ont-ils pris de l’importance ? Le paysage urbain ne risque-t-il pas de se résumer à la présence des travailleurs précaires, d’infrastructures logistiques liées à cette économie numérique (consignes, relais-colis, dark stores) et aux services de santé (pharmacies, laboratoires d’analyse médicale) ? Quelles nouvelles activités les rez-de-chaussée vont-ils pouvoir accueillir ?

De quelle façon la tension commerciale née de la crise sanitaire interroge-t-elle l’action publique ? Quels dispositifs ont-ils été mis en place dans la continuité des actions menées à l’échelon local (Fleury, 2010 ; Daniau, 2017) ou national (plan Action cœur de ville) en faveur du commerce de centre-ville ? De quelle manière les pouvoirs publics vont-ils pouvoir remédier à la multiplication des friches commerciales à l’échelle du centre-ville comme en périphérie ? Plus généralement, comment les rapports entre la ville et le commerce sont-ils définis après la crise pandémique ?

Il s’agira enfin d’interroger les rapports entre la société de consommation et les espaces ruraux. Le déplacement de populations durant les confinements et, plus largement, les nouveaux usages de ces territoires, ont stimulé le commerce rural et fait apparaître de nouvelles fractures entre des espaces désirables et des zones en déclin. La crise sanitaire a par ailleurs réactivé l’idéalisation urbaine des espaces ruraux à laquelle participent le secteur de la distribution classique (Pouzenc, 2018) mais aussi des structures d’approvisionnement alternatives (AMAP, ventes à la ferme, drives fermiers, épiceries bio) dont la médiatisation régulière provoque une surestimation de leur poids économique.

Les articles proposés pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes :

  • La participation des espaces marchands à la structuration de l’espace urbain (Desse, Lestrade, 2016 ; Dugot, 2019) ;

  • L’action publique déployée avant et pendant la crise en faveur du commerce de proximité à la fois en centre-ville et dans des quartiers périphériques ;

  • La nouvelle géographie du commerce (déplacement des centralités marchandes, dynamiques périphériques et rurales) ;

  • La crise et la question de l’ancrage local et citoyen de la consommation.

L’intermédiation marchande en temps de pandémie

Un deuxième axe accueillera des contributions relatives à l’intermédiation marchande durant la crise. De quelle manière les relations marchandes ont-elles évolué ? À travers quelles structures et quels dispositifs socio-techniques ? Des innovations ont-elles émergé pour « équiper » le consommateur confiné ? Les lieux marchands, considérés comme des lieux de sociabilité, de séduction, de création (Coquery, 2000), se sont-ils convertis en de simples structures de ravitaillement ?

Du côté des commerçants, quels ont été les investissements réalisés pour maintenir le lien marchand au-delà de l’injonction gouvernementale à la « digitalisation » ?

Les projets pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes :

  • La construction du lien marchand : les dispositifs socio-techniques qui animent le marché en « faisant faire » et « faisant vendre » en temps de crise (Cochoy, 2014 ; Cochoy, Mallard, 2018) ;

  • Le travail et l’emploi du commerce dans les villes : ceux occupés par les « premiers et premières de corvée » (indépendants, caissières, employés libre-service, ouvriers logistiques et préparateurs de commande des entrepôts, livreurs à domicile) ;

  • La dimension relationnelle du commerce (Chabault, 2020), dégradée ou amplifiée durant la crise, et les formes de liens et de services déployés qu’ils soient de nature informationnelle (écrits marchands, communication des règles sanitaires), numérique (click and collect) ou économique (crédit informel). Comment le contact a-t-il pu se maintenir dans une société « sans contact » ?

Les modalités d’approvisionnement des consommateurs

Un troisième axe se penche sur les modalités d’approvisionnement des consommateurs (Chevalier 2007 ; Perrot, 2009) et la façon dont elles ont été déstabilisées selon les catégories sociales. Comment de nouvelles modalités d’approvisionnement des ménages se manifestent-elles dans la ville et quelles en sont leurs implications logistiques ? Les pouvoirs municipaux ont-ils cherché à les « normer/ normaliser » ? Pour les consommateurs, les contraintes de mobilité, mais aussi les contraintes économiques, ont-elles fait renaître des modalités d’approvisionnement abandonnées par le passé ? Comment l’échange, aspect fondamental de la vie urbaine, se maintient-il dans la ville contaminée ?

Les articles pourront traiter les questions suivantes :

  • Les réaménagements de l’approvisionnement alimentaire chez des consommateurs confrontés à une réduction d’activité et de revenus, notamment chez des personnes à faible niveau de vie (INSEE, 2021). Dans les quartiers populaires, comment les réseaux marchands de subsistance, proposant des prix bas adaptés aux populations locales (Collectif Rosa Bonheur, 2019 ; Fleury et al., 2020), ont-ils pu être redéfinis ? Comment le secteur associatif est-il intervenu (banques alimentaires, épiceries solidaires, distribution de paniers), en particulier auprès de nouvelles populations comme celle des étudiants ?

  • Les formes de solidarité privées et « invisibles » (Laé, 2021). De quelle manière des initiatives solidaires ont-elles pu se déployer à l’échelle d’une famille, d’un quartier ou d’un bâtiment (courses regroupées, paniers suspendus, services intergénérationnels, etc.) ?

  • La vitalité des formes d’approvisionnement alternatives (circuits-courts) et leur pouvoir normatif (Lamine, 2008 ; Chiffoleau, 2019 ; Chiffoleau et al., 2020).

Informations pratiques

Les chercheur.es en sciences sociales sont invité.es à soumettre leur texte pour le 3 janvier 2022 aux deux coordonnateurs du numéro thématique :

  • Emmanuelle Lallement (emmanuelle.lallement@univ-paris8.fr), anthropologue, professeure à l’Université Paris 8/LAVUE, spécialiste des questions urbaines et marchandes,

  • et Vincent Chabault (vincent.chabault@u-paris.fr), sociologue, maître de conférences HDR à l’Université de Paris/CERLIS, spécialiste du commerce et de la consommation.

Les textes comprendront entre 8 000 et 10 000 mots, notes et références bibliographies incluses. Chaque article doit être accompagné d’un résumé et de mots-clefs et se conformer aux normes de présentation de la revue – voir https://journals.openedition.org/metropoles/4619.

Chaque texte sera anonymisé et soumis à au moins deux évaluateurs.

Seuls les articles complets seront pris en compte. Néanmoins, les auteurs et autrices qui s’interrogent sur la recevabilité de leur proposition peuvent contacter pour avis les responsables du dossier.

La publication du numéro thématique de Métropoles est programmée pour 2023.

Références bibliographiques

Atelier parisien d’urbanisme (APUR), (2021), L’évolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2020 et évolution 2017-2020, 154 pages.

Chabault, V. (2020), Éloge du magasin. Contre l’amazonisation, Paris, Gallimard.

Chevalier, S. (2007), « “Faire ses courses en voisin”. Pratiques d'approvisionnement et sociabilité dans l’espace de trois quartiers de centre-ville (Paris, Lyon, Besançon) », Métropoles, n°1.

Chiffoleau, Y. (2020), Les circuits courts alimentaires. Entre marché et innovation sociale, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie économique ».

Chiffoleau, Y., Darrot, C., Marchal, G. (dir.) (2020), Manger au temps du coronavirus. Enquête sur nos systèmes alimentaires, Rennes, éditions Apogée.

Cochoy, F. (2014), Aux origines du libre-service. Progressive Grocer (1922-1959), Lormont, éditions du Bord de l’eau.

Cochoy, F., Mallard A. (2018), « Another consumer culture. An ANT look at consumption, or how « market things » help « cultivate » consumers », The Sage handbook of consumer culture, Kravets, O., Maclaran, P., Miles, S., Venkatesh, A., London, Sage, p. 384-403.

Collectif Rosa Bonheur (2019), La Ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, éditions Amsterdam.

Coquery, N. (dir.), La Boutique et la ville. Commerce, commerçants, espaces et clientèles XVIè-XXè siècle, Tours, Presses universitaires François Rabelais.

Currid-Halkett, E. (2017), The Sum of Small Things. A Theory of the Aspirational Class, Oxford, Princeton University Press.

Daniau, A. (2017), « Gouverner avec le marché : le cas du management commercial de centre-ville », Revue française de sociologie, vol. 58, n°3, p. 451-474.

Daumas, J-C. (2020), « Conclusion », Les révolutions du commerce. France, XVIIIème-XXIème siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 331-338.

Desse, R-P., Lestrade, S. (dir.) (2016), Mutations de l’espace marchand, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dubuisson-Quellier, S. (2018, 1ère éd. 2012), La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po.

Dugot, P. (2019), Commerce et urbanisme commercial dans la fabrique de la ville durable, Toulouse, Presses universitaires du Midi.

Fleury, A. (2010), « Du quartier à la ville durable ? Les commerces de proximité dans l’action de la Mairie de Paris », dans Garnier, A. (dir.), Commerce et ville ou commerce sans la ville ? Production urbaine, stratégies entrepreneuriales et politiques territoriales de développement durable, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 171-183.

Fleury, A., Delage, M., Endelstein, L., Dubucs, H., Weber, S. (dir.) (2020), Le Petit commerce dans la ville-monde, Paris, éditions l’Œil d’or.

INSEE (2019), « La déprise du commerce de proximité dans les centres-villes des villes de taille intermédiaire », INSEE Première, n°1782.

INSEE (2021), « Des conséquences financières pendant le premier confinement plus ou moins marquées selon les territoires », INSEE Première, n°1850.

Laé, J-F. (2021), « La famille, les voisins, le quartier : enquête sur les solidarités invisibles », dans Duvoux, N., Lelièvre, M. (dir.) (2021), La pauvreté démultipliée : dimensions, processus et réponses, Rapport du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, p. 119-126.

Lallement, E. (2010), La Ville marchande. Enquête à Barbès, Paris, Téraèdre.

Lallement, E. (2013), « La ville marchande : une approche ethnologique. », EspacesTemps.net.

Lamine, C. (2008), Les AMAP : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ? Gap, éditions Yves Michel.

Leblanc, F. (2017), « Être commerçant dans l’est parisien, une opportunité pour « gentrifieur » », Ethnologie française, n°165, p. 87-98.

Moati, P. (2020), « Commerce et distribution : la fin de l’histoire ? », dans Daumas, J-C., Les révolutions du commerce. France, XVIIIè-XXIè siècle, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 315-330.

Ocejo, R. E. (2018), Masters of Craft. Old jobs in the new urban econonomy, Princeton University Press.

Perrot, M. (2009), Faire ses courses, Paris, Stock.

Péron, R. (1993), La Fin des vitrines. Des temps de la consommation aux usines à vendre, Cachan, éditions de l’ENS Cachan.

Pouzenc, M. (2018), Commerce et ruralité. La « renaissance rurale » d’un siècle à l’autre ? Toulouse, Presses Universitaires du Midi.

  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search