Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Éditorial

Éditorial

Hélène Balazard, Vincent Béal, Valérie Sala Pala et Mathieu Van Criekingen

Texte intégral

1À la mi-septembre 2020, neuf mois après avoir rejoint le mouvement de lutte pour la protection du système des retraites et la défense du service public d’enseignement supérieur et de recherche (Collectif des revues en lutte et Camille Noûs, 2020), Métropoles faisait le choix de reprendre ses activités éditoriales dans une perspective en partie renouvelée.

2Ces changements impliquaient d’abord un élargissement du comité de rédaction de la revue. Ce dernier avait évolué au fil des années par petites touches, ne permettant pas d’engager une réflexion d’ensemble quant à sa composition. Le comité apparaissait donc déséquilibré aussi bien au niveau du genre, que des disciplines représentées ou encore des objets et aires géographiques sur lesquels ses membres sont spécialisé.es. L’arrivée de 11 collègues – Matthieu Adam (CNRS/EVS), Marine Bourgeois (Sciences Po Grenoble/PACTE), Claire Colomb (UCL/The Bartlett School of Planning), Émeline Comby (Université Lyon 2/EVS), Cécile Cuny (Université Paris-Est, Lab’Urba), Marion Ernwein (The Open University/School of Social Sciences and Global Studies), Loraine Kennedy (CNRS/EHESS/CEIAS), Myrtille Picaud (Université Gustave Eiffel/LATTS), Marie Piganiol (Université Paris Dauphine/IRISSO), Francesca Pilo (Utrecht University/Department of Human Geography and Spatial Planning), Lucia Shimbo (Universidade de São Paulo/Instituto de Arquitetura e Urbanismo) – permet donc un rééquilibrage : le comité se féminise et s’ouvre à des disciplines, comme la sociologie et la géographie, jusqu’alors sous-représentées. Par ailleurs, il se diversifie en termes d’objets de recherche (écologie urbaine, risques et sécurité, infrastructures, etc.) et d’aires géographiques. Si des déséquilibres persistent (entre personnes racisé.es comme majoritaires et racisé.es comme minoritaires ou entre titulaires et précaires), cet élargissement a déjà permis d’insuffler une nouvelle dynamique à la revue.

3Renforcer le rôle de la revue en tant qu’interface critique entre chercheur.es, praticien.nes des politiques urbaines, collectifs associatifs et militant.e.s engagé.es dans la transformation sociale, a constitué un autre chantier prioritaire. Celui-ci a mené à la création d’une nouvelle rubrique, Débats, engagements, critiques, ouverte à des contributions en décalage avec les formats conventionnels des échanges académiques, en termes de forme comme de place de la critique. Matthieu Adam et Marion Ernwein, qui en assurent la coordination, présentent dans ce numéro le projet de cette rubrique, déjà riche d’un entretien à plusieurs voix sur la critique sociale de la métropole paru dans le dernier numéro (Adam et al., 2021).

4Enfin, le Collectif des revues en lutte, auquel participe Métropoles, poursuit sa mobilisation. Ce collectif, qui trouve son origine dans les mobilisations contre la réforme des retraites et contre la LPR, a organisé un premier Parlement des revues le 13 novembre 2020 afin d'entamer une réflexion commune sur les conditions de production des revues, les enjeux de l’édition scientifique et leur avenir. Depuis début 2020, de nombreuses revues ont aménagé leur contenu éditorial et publié des numéros de lutte : numéros blancs, numéros thématiques ou numéros « pot commun ». Une autre initiative issue du Parlement a consisté en un questionnaire envoyé aux revues en lutte, axé sur la question des ressources, au sens large, de ces revues. Le rapport issu de ce questionnaire a permis, d’une part de mieux nous connaître mutuellement, et d’autre part de construire un support mobilisable pour les discussions au sein de chaque revue et surtout lors du prochain Parlement, qui devrait avoir lieu en 2022.

Haut de page

Bibliographie

Adam, M., Guironnet, A., Delfini, A., Eliçabe, R., Le Roulley, S. et Snoriguzzi, R. (2021) « “Et tout, le monde, déteste la métropole ?” Entretien avec la critique sociale », Métropoles, 28.

Collectif des revues en lutte et Camille Noûs (2020) « Sciences en danger, revues en lutte », Métropoles, 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Balazard, Vincent Béal, Valérie Sala Pala et Mathieu Van Criekingen, « Éditorial »Métropoles [En ligne], 29 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/8249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.8249

Haut de page

Auteurs

Hélène Balazard

École nationale des Travaux publics de l’État, Université de Lyon, Environnement, Ville, Société

Vincent Béal

Université de Strasbourg, SAGE

Articles du même auteur

Valérie Sala Pala

Université Jean Monnet de Saint-Étienne, Triangle

Articles du même auteur

Mathieu Van Criekingen

Université Libre de Bruxelles, Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search