Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29RecensionsArmelle Choplin, Matière ...

Recensions

Armelle Choplin, Matière grise de l’urbain. La vie du ciment en Afrique

Agnès Bastin
Référence(s) :

Armelle Choplin, Matière grise de l’urbain. La vie du ciment en Afrique, Genève, MétisPresses, 2020, 252 p.

Texte intégral

1Matière grise de l’urbain est le fruit de trois années de recherche passées par Armelle Choplin dans le corridor urbain entre Accra (Ghana) et Lagos (Nigéria) à suivre le ciment, matière inerte autour de laquelle se nouent relations sociales, représentations, enjeux économiques et politiques. Dans cette conurbation qui s’étend sur environ 500 km et quatre États, le ciment est omniprésent dans le bâti, sur les chantiers mais aussi dans la vie quotidienne. Symbole de réussite, il constitue une valeur refuge dont tout le monde connaît le prix.

  • 1 Le ciment est un liant hydraulique composé d’argile et de calcaire. Ces deu (...)

2Le ciment, matière de l’ouvrage, constitue à la fois un objet d’étude en lui-même à travers l’analyse des logiques économiques et spatiales des acteurs du marché cimentier, un prisme d’étude de la production de la ville en Afrique de l’Ouest, et un fil méthodologique. Armelle Choplin s’efforce de suivre le ciment et le béton1 pour rendre compte de la complexité des relations nouées entre le cadre bâti, les habitants qui (s’) y investissent, les entreprises et individus qui le produisent, les capitaux qui le financent, les expertises qui orientent sa conception. C’est une manière féconde de lire les hiérarchies de classe et de genre dans les espaces urbains, ainsi que leur subversion. Son approche associe une exploration « horizontale » à travers les étapes de transformation du ciment des sites d’extraction aux chantiers et une exploration « verticale » à travers les différentes échelles de régulation de cette matière. Les acteurs rencontrés vont ainsi des représentants des États et grands groupes cimentiers aux maçons et habitants. Au-delà de sa richesse empirique, cet ouvrage esquisse une réflexion critique sur l’intérêt et les limites des théories de la ville néolibérale appliquées aux villes africaines, et s’intéresse aux relations territorialisées entre ville et capitalisme.

3Le titre-métaphore évoque habilement les différents angles d’étude qui composent l’enquête. La « matière grise » désigne à la fois le ciment lui-même en référence à sa couleur caractéristique, et l’activité collective des acteurs formels et informels qui le mettent en œuvre. Cette référence au cerveau évoque aussi le parti pris matérialiste de l’ouvrage qui fait du ciment une « matière pour penser » (p. 18) la production urbaine. On y voit également une allusion aux enjeux écologiques soulevés par la construction en béton. En effet, la matière grise évoque par analogie l’énergie grise, c’est-à-dire l’énergie consommée tout au long du cycle de vie du bâti. Autant de perspectives qui traversent l’ouvrage.

4La première partie dresse une économie politique du ciment dans le corridor urbain entre Accra et Lagos. Elle montre comment ce matériau, historiquement associé à la colonisation et produit à partir de matières premières européennes, sud-américaines et asiatiques, a progressivement été approprié par les sociétés africaines. Autrefois symbole de l’extraversion des économies africaines, le ciment est aujourd’hui symbole de l’émergence des économies nationales. La réussite de Dangote, homme d’affaires nigérian devenu le principal cimentier dans le corridor, est exemplaire de ce processus. Cependant, cette « africanisation » du matériau est relative. D’une part, si les ressources calcaires locales sont valorisées, les combustibles utilisés pour la production du clinker continuent à être importés. D’autre part, les entrepreneurs du ciment entretiennent des relations avec les milieux financiers et politiques internationaux. Ce matériau a pris une place primordiale dans les économies africaines, transformant les groupes cimentiers en puissants acteurs économiques, mais aussi politiques. La production de bâtiments et d’infrastructures en béton devient ainsi un étalon de la réussite des présidents africains. Le ciment est une manière de lire les recompositions de l’État en Afrique, notamment le rôle croissant joué par les acteurs de l’économie urbaine dans les modes de gouvernement.

5La seconde partie entre dans la filière pour s’intéresser aux acteurs de la construction. Armelle Choplin décrypte les stratégies des États et des investisseurs internationaux qui promeuvent de grands projets urbains en béton comme des symboles de l’émergence de l’Afrique. Toutefois, principalement destinés aux classes moyennes et supérieures, ils participent à la production de villes inégalitaires. Au-delà de ces acteurs bien connus des études urbaines, elle souligne le rôle des acteurs intermédiaires de la promotion immobilière et de la fabrication des matériaux. L’enquête auprès des différents corps de métier, qui se déploie de manière originale en suivant les divers matériaux composant le bâti (sable, fer à béton, carreaux de finition), montre l’adaptation des acteurs de la construction aux demandes des classes moyennes et des diasporas africaines. Les technologies numériques et l’économie de plateforme pénètrent le secteur. Plusieurs entrepreneurs proposent des dispositifs de suivi des chantiers à distance et en temps réel pour la diaspora. Grands groupes cimentiers et entrepreneurs développent des plateformes d’achat en ligne des matériaux de construction. Le numérique facilite les transactions à distance et accompagne ainsi l’internationalisation des échanges de matières entre les différentes parties du monde. Les entrepreneurs libanais, indiens et désormais chinois sont d’ailleurs particulièrement actifs dans la distribution des matériaux de finition, souvent importés. Une telle analyse de la chaîne d’acteurs et des circuits de matière impliqués dans la production de la ville interroge aussi les dimensions inégalitaires de cette urbanisation. L’économie de la construction en béton semble profiter majoritairement aux classes aisées, à la fois destinataires des constructions et aux commandes des filières économiques.

  • 2 Armelle Choplin fait référence aux deux modes d’autopromotion distingués pa (...)

6La troisième partie explore la place du ciment et du béton dans les sociétés d’Afrique de l’Ouest à partir des pratiques, discours et représentations des habitants, souvent eux-mêmes bâtisseurs. En effet, le développement urbain du corridor se fait majoritairement à partir de la construction de maisons individuelles. Les habitants, y compris les femmes, sont donc familiers du ciment et du béton qu’ils savent manipuler avec plus ou moins de technicité. Cependant, l’autoproduction y est davantage répandue que l’autoconstruction2, nourrissant ainsi une économie largement informelle. Le maçon est une figure centrale jouant à la fois les rôles d’ingénieur-concepteur, de fabricant de matériau et de maître d’œuvre. Le secteur de la construction individuelle connaît des recompositions importantes telles que l’augmentation des normes encadrant la construction, la professionnalisation des maçons et des dynamiques d’intégration verticale. Des sociétés de préfabrication de matériaux, notamment de parpaings de béton, se développent parfois en lien avec les groupes cimentiers qui les labellisent. L’organisation sociale et matérielle des chantiers s’en trouve modifiée et traduit les hiérarchies sociales entre propriétaires aisés qui ont recours à des sociétés de préfabrication des matériaux, et propriétaires pauvres qui produisent (ou font produire) in situ leurs matériaux. Dans ces villes d’Afrique de l’Ouest, le ciment est vecteur d’aspirations sociales. Il est le matériau qui permet « d’avoir son chez », comme le disent les habitants du corridor, c’est-à-dire d’accéder à la propriété, symbole d’ascension sociale. Dans un marché foncier informel et vulnérable où le risque d’éviction est important, construire en ciment, matériau résistant, est synonyme de stabilité et porteur de revendications infrapolitiques : « construire en dur, jeter les fondations, monter en hauteur : autant d’actes matériels qui symbolisent le fait d’exister, d’être légitime à rester ici » (p. 169). La culture populaire, à travers les séries télévisées, les films et la littérature finement analysés par Armelle Choplin, contribue à construire des imaginaires qui assimilent la ville de béton à la réussite sociale. Le ciment est le matériau de la modernité urbaine tandis que les matériaux traditionnels comme la terre et la paille demeurent associés au village. Cependant, le béton ne signifie pas la rupture avec les pratiques ancestrales. Ce matériau robuste est perçu comme protecteur, y compris pour les esprits et les ancêtres logés dans la maison. L’analyse du cadre bâti se révèle ainsi particulièrement riche pour comprendre les vies urbaines dans leur dimension matérielle, mais aussi sociale et symbolique.

7La quatrième partie est tournée vers les acteurs qui militent pour des modes constructifs alternatifs au béton. L’industrie cimentière exerce de nombreuses pressions sur l’environnement et la santé qui demeurent pourtant peu médiatisées, comme les émissions de gaz à effet de serre pour la production du clinker et la déstabilisation des écosystèmes lagunaires du fait des extractions de sable. En climat tropical, l’architecture en béton exacerbe les phénomènes d’îlot de chaleur qui rendent les logements inconfortables, voire inhabitables, et conduisent à l’utilisation énergivore de climatisation artificielle. Dans ce contexte, des collectifs d’architectes, de chercheurs et d’ingénieurs à la fois européens et africains tentent de réhabiliter les pratiques constructives vernaculaires, comme la terre crue et les fibres végétales. Leur développement est confronté à la dévalorisation sociale de ces matériaux et à la disparition des savoir-faire associés. D’autant que les matériaux traditionnels sont devenus trop chers pour les populations locales et sont progressivement réhabilités par les élites dans une logique de distinction. Cette partie foisonnante demeure plus exploratoire qu’analytique. On aimerait mieux saisir la portée de ces initiatives et mieux comprendre le rôle des grands groupes cimentiers qui sont évoqués comme « acteurs incontournables de la réflexion sur le futur de la construction durable pour faire avancer la recherche » (p. 228). Quelles ressources monétaires, matérielles et immatérielles investissent-ils dans ces initiatives ? Leur participation conduit-elle à favoriser certaines techniques et certains groupes sociaux plutôt que d’autres ?

8Inspirée de la « biographie » sociale des objets initiée par Appadurai (1986), l’approche matérialiste mise en œuvre par Armelle Choplin s’avère très féconde pour analyser la production de la ville. Ce programme méthodologique, déjà en partie suivi par le sociologue Quentin Ravelli au sujet de la brique en Espagne (2017), pourrait être appliqué dans d’autres territoires et à d’autres matières. L’ethnographie s’appuie sur une analyse fine des métiers de la construction en béton, autre point fort de l’ouvrage. L’auteure dessine progressivement une sociologie des groupes professionnels mais aussi des filières de formation (maçons en apprentissage, développement des écoles d’architecture, etc.) éclairant à la fois les difficultés, la vitalité et les circulations transnationales qui caractérisent le secteur de la construction dans le golfe de Guinée.

9D’un point de vue théorique, l’enquête d’Armelle Choplin nourrit les réflexions concernant l’urbanisation planétaire tout en les relativisant. Selon cette thèse, l’urbanisation et les modes de vie et de production liés à la ville transforment l’ensemble des espaces, y compris hors de la ville, ce qui conduit à la disparition des limites entre rural et urbain (Brenner et Schmid, 2015). La forme urbaine du corridor Accra-Lagos, caractérisée par un continuum d’« urbanisation sans ville » (p. 131), en fournit une illustration empirique. Cependant, l’urbanisation n’est pas le seul processus en jeu dans cet espace. Notamment, l’échelle étatique demeure pertinente pour comprendre la structuration spatiale du corridor. Celle-ci constitue un espace hétérogène, fragmenté par les frontières étatiques et linguistiques et en proie à des dynamiques variées de croissance mais aussi de décroissance urbaine.

10Armelle Choplin analyse le ciment et son industrie comme des marqueurs du processus d’urbanisation. Elle décentre le regard des projets urbains vers les sites d’extraction et de vente des matériaux qui les composent et les lieux de gestion des déchets produits par les démolitions. Cette analyse s’appuie sur des cartes originales, réalisées avec la communauté OpenStreetMap Bénin, qui localisent les types de commerces et d’infrastructures liés à la construction (dépôts de ciment, quincailleries vendant des matériaux de finition) au côté d’autres marqueurs de l’urbain (églises évangélistes, dispensaires, boutiques de téléphonie mobile et panneaux solaires). Ces productions cartographiques sont particulièrement stimulantes. Elles proposent une approche micro de l’urbanisation planétaire complémentaire des approches macro et des représentations cartographiques à l’échelle du globe (Brenner et Katzikis, 2020).

11Elles font également écho aux travaux sur le métabolisme urbain. Plusieurs travaux récents quantifient, qualifient et cartographient l’empreinte matérielle de la production urbaine, c’est-à-dire la mobilisation de matière sous-jacente aux opérations urbaines (Augiseau, 2017 ; Fernandez, 2018 ; Mongeard, 2018). La cartographie proposée par Armelle Choplin donne à voir une géographie fine des filières façonnant le métabolisme, qui pourrait inspirer des représentations nouvelles de celui-ci davantage en lien avec les formes d’urbanisation. Inversement, on peut regretter que l’approche socioécologique et métabolique des processus d’urbanisation soit évoquée dans l’ouvrage sans être véritablement utilisée. Elle pourrait contribuer plus explicitement aux discussions ouvertes sur l’urbanisation planétaire. En effet, la production urbaine dans le golfe de Guinée mobilise des ressources hors de la ville et met en relation des espaces locaux et transnationaux qui, sans être urbains à proprement parler, sont ainsi transformés par l’urbanisation. Elle pourrait également alimenter l’analyse des transformations socio-environnementales liées à l’économie urbaine du ciment en documentant les quantités de matière en jeu, les différentes empreintes spatiales associées et les relations de pouvoir induites par les circulations et les accumulations de matières. Bien loin d’exprimer des regrets, ces remarques témoignent du caractère stimulant de l’ouvrage et des pistes ouvertes pour approfondir le dialogue avec le champ de recherche sur le métabolisme.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (1986), The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Augiseau, V. (2017), La dimension matérielle de l'urbanisation. Flux et stocks de matériaux de construction en Ile-de-France, thèse de doctorat, géographie et aménagement, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Brenner, N. et Schmid, C. (2015), « Towards a new epistemology of the urban? », City, 19, 2-3, p. 151-182.

Brenner, N. et Katsikis, N (2020), « Operational Landscapes: Hinterlands of the Capitalocene », Architectural Design, 90, 1, p. 22-31.

Dubresson, A. (2003), « Les grandes villes africaines : trois questions sur le futur urbain du continent », L’Information géographique, 67, 1, p. 66-82.

Fernandez, M. (2018), « La strate du sol d’une mégapole : observations localisées sur l’Anthropocène. Les couches issues des périodes préindustrielle et industrielle à Paris », Géocarrefour, 92, 2, [En ligne] https://journals.openedition.org/geocarrefour/12016 (consulté le 16 août 2021).

Mongeard, L. (2018), Des gravats dans la ville. Pour une approche matérielle de la démolition, thèse de doctorat, Géographie et aménagement, Lyon, Université Lumière Lyon 2.

Ravelli, Q. (2017), Les briques rouges. Dette, logement et luttes sociales en Espagne, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Le ciment est un liant hydraulique composé d’argile et de calcaire. Ces deux matières sont chauffées à haute température pour obtenir du clinker qui est ensuite broyé en ciment. Mélangé à des granulats et de l’eau, il permet de fabriquer du béton. Le ciment est donc un des composants du béton.

2 Armelle Choplin fait référence aux deux modes d’autopromotion distingués par Alain Dubresson (2003). Dans l’autoproduction, le propriétaire, maître d’ouvrage, délègue la maîtrise d’œuvre à un artisan. Dans l’autoconstruction, le propriétaire construit lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Bastin, « Armelle Choplin, Matière grise de l’urbain. La vie du ciment en Afrique »Métropoles [En ligne], 29 | 2021, mis en ligne le 13 janvier 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/8447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.8447

Haut de page

Auteur

Agnès Bastin

Doctorante au CERI, Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search