Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Varia(Un)usual suspects ? Le pouvoir i...

Varia

(Un)usual suspects ? Le pouvoir idéationnel des experts dans la construction et diffusion du paradigme de la compétition interterritoriale dans les villes françaises

(Un)usual suspects? The ideational power of experts in the building and circulation of the competitive city-regionalism policy-paradigm in French cities
Deborah Galimberti

Résumés

Cet article se penche sur la diffusion du paradigme de la « compétition interterritoriale » à partir du cas des politiques urbaines de développement économique dans les grandes villes françaises. Il montre que l’émergence et la montée en puissance de ce paradigme s’explique par le pouvoir idéationnel des acteurs experts, publics et privés, qui ont construit une carrière professionnelle autour de ces enjeux. L’article insiste sur un trait spécifique de ces acteurs, à savoir leur inscription précoce dans les réseaux étatiques, et étudie les processus au travers desquels leur pouvoir idéationnel se déploie dans l’action publique urbaine. Longtemps hégémonique, ce paradigme voit aujourd’hui son influence s’amenuiser au profit d’un nouveau cycle politique de politiques urbaines.

Haut de page

Texte intégral

L’auteure tient à remercier les évaluateurs anonymes ainsi que les rédacteurs en chef de Métropoles pour leurs commentaires et suivi.

Introduction

  • 1 On pourra toutefois noter que les approches constructivistes se proposent de dépasser cette opposi (...)
  • 2 Dans l’article fondateur du géographe D. Harvey sur l’« entrepreneurialisme » urbain, qui désigne (...)
  • 3 Nous renvoyons au numéro 28 de Métropoles, pour une discussion sur les contestations de l’idée de (...)
  • 4 Dans le sillage des débats au sein de l’institutionnalisme sur le rôle des idées pour expliquer le (...)

1Dans un ouvrage collectif paru récemment aux États-Unis, les auteurs pointent la faible prise en compte du rôle des idées dans les processus de changement politique dans le”” villes. Ils militent pour une réintroduction des approches constructivistes1, longtemps marginalisées dans les champs des politiques urbaines par les analyses centrées sur les intérêts matériels des acteurs de la fabrique urbaine (Dilworth et Weaver, 2020). Ce constat pourrait surprendre le lecteur francophone, plus familier des approches cognitives de l’action publique. Cet article s’inscrit dans ces controverses et se propose d’éclairer les mécanismes de diffusion et de légitimation de l’une des idées qui aarticulrement marqué les agendas politiques des grandes villes dans les années 1990 et 2000, la catégorie de « compétition interterritoriale » (Harvey, 1989)2. Cette dernière est souvent présentée sous forme d’injonction pour les gouvernements urbains. Ainsi, les villes et les territoires sont présentés comme étant pris dans un jeu de compétition pour l’attraction d’investissements et de travailleurs mobiles, notamment dans les secteurs de l’économie de la connaissance (Bouinot, 2002). Des chercheurs en géographie économique ont récemment essayé de déconstruire les fondements savants de cette mythologie, qualifiée dans le cas français de « CAME » (Compétitivité, Attractivité, Métropolisation Excellence), qui a irrigué les rapports d’institutions d’expertise telles que France Stratégie et plus largement le débat public (Bouba-Olga et Grossetti, 2018). Mais comment peut-on expliquer que ce discours sur la compétition interterritoriale soit devenu une « mythologie » ou bien une structure cognitive, rarement contestée3, à partir de laquelle les décideurs locaux bâtissent les projets de développement des villes ? Dans la lignée de cette réflexion, nous voudrions montrer que la fortune de l’idée de compétition interterritoriale – et sa déclinaison à l’échelle métropolitaine en France – s’explique par le pouvoir idéationnel (Carstensen et Schmidt, 2016)4 d’une catégorie d’acteurs de l’action publique urbaine, les experts, publics et privés, qui ont fait de la conception des stratégies de développement économique des villes leur principale activité professionnelle.

2Ainsi, cet article se propose de contribuer à articuler deux traditions d’étude, qui se sont penchées sur le virage entrepreneurial des agendas urbains et la circulation internationale des idées autour de l’impératif compétitif. En France, les travaux sur l’évolution des politiques urbaines se sont principalement concentrés sur les discours et les stratégies des élus locaux, en particulier des maires des grandes villes (Le Bart, 1992 ; Pinson, 2009 ; Magnier et Cabria, 2018). Dans ce cas, la compétition interterritoriale est étudiée comme faisant partie d’un nouveau registre de légitimation des élus locaux. Les travaux de géographie critique se sont quant à eux intéressés au rôle montant des consultants internationaux (McCann, 2011 ; Rapoport et Hult, 2017). Ils voient l’injonction à la compétition comme une condition structurelle du redéploiement spatial du capitalisme qui incite les gouvernements urbains à construire des modèles innovants de villes dans la toile de fond du processus de néolibéralisation (Brenner et Theodore, 2002 ; Béal, 2014).

  • 5 Notre focale est dès lors plus restreinte que celle adoptée par R. Linossier (2012) lorsqu’elle s’ (...)

3Dans cet article, nous voudrions proposer un angle d’attaque différent, qui n’oppose pas analytiquement les acteurs locaux, d’une part, et transnationaux, d’autre part, mais qui au contraire s’intéresse à une catégorie d’acteurs experts qui endossent un rôle de médiation entre différentes échelles et sphères, publique et privée, de l’action publique urbaine (Nay et Smith, 2002). Nous incluons dans cette catégorie des professionnels travaillant au sein des bureaucraties locales et/ou des agences qui leur sont associées (agences d’urbanisme et de développement économique) ainsi que des acteurs privés, notamment des consultants spécialisés dans les stratégies de développement économique des villes5. Ces professionnels ont joué un rôle central dans la construction et la diffusion du paradigme de la compétition interterritoriale. Il s’agit de passeurs « de profession », qui font de l’intermédiation et de la circulation des idées des sciences de gestion vers la gestion urbaine l’une des activités centrales de leur métier (Jobard et al., 2020).

  • 6 Nous définissons le néolibéralisme comme un « courant de pensée selon lequel la propriété privée, (...)

4Ainsi, nous montrerons que la compétition interterritoriale repose sur une problématisation spécifique des enjeux de développement à l’échelle locale qui met l’accent sur la valorisation des « facteurs compétitifs », à la fois humains et matériels, dont disposent les villes. Comme nous le verrons, les théories des sciences de gestion portant sur l’environnement compétitif des firmes ont donné un fondement savant à cette problématisation. Par ailleurs, les professionnels étudiés dans l’article se sont occupés de traduire et de transposer certaines de ces théories académiques du management, à travers les notions de villes globales ou d’économies d’agglomération. La circulation de ces savoirs a favorisé in fine l’émergence d’une vision de la gestion urbaine proche de celle prônée par le néolibéralisme, dans la mesure où la compétition est érigée en moteur pour la fabrique des politiques urbaines6. Cela dit, notre analyse ne permet pas de déceler un projet politique univoque inspiré par cette doctrine (Pinson, 2020).

  • 7 Le concept de paradigme est proche de celui de référentiel dans la mesure où il désigne « une stru (...)

5L’article se concentre empiriquement sur les politiques urbaines de développement économique des grandes villes françaises, bien que la catégorie de la compétition territoriale puisse être considérée plus largement comme un paradigme d’action, irriguant différents domaines de politiques publiques7. Cela nous permettra ainsi de préciser dans quelle mesure la catégorie de compétition interterritoriale a fini par renforcer une vision des politiques urbaines de développement économique qui occulte les manières alternatives de penser les enjeux de développement local. En mettant la focale sur les trajectoires professionnelles et les pratiques, en particulier d’investissement des réseaux d’expertise, de ces acteurs experts, nous voudrions contribuer à éclairer les mécanismes qui expliquent la sédimentation du paradigme de la compétition interterritoriale dans les politiques urbaines de développement économique. Nous montrerons que dans les années 1990 et 2000 ces professionnels ont circulé dans différentes agglomérations françaises. Les idées véhiculées par les professionnels du développement local offrent aux élus urbains des régimes d’intelligibilité des transformations économiques en cours, à partir desquels bâtir des projets de développement des villes.

6Dans la première partie de l’article, nous allons retracer le processus de légitimation des professionnels du développement local dans l’action publique urbaine, en insistant sur leurs trajectoires professionnelles. On insistera sur une spécificité dans la trajectoire de ces acteurs, en pointant leur implication dans les réseaux de l’État et tout particulièrement de la DATAR. Par ailleurs dans le cas français, on peut déceler très tôt une articulation entre le discours sur la compétitivité territoriale et le renforcement des espaces métropolitains, que l’on pourra considérer comme la promotion d’un agenda de métropolisation guidé par des principes de compétition (Jonas et Moiso, 2018 ; Brenner, 2019). Dans la deuxième partie, à l’aide des études de cas sur les métropoles parisienne et lyonnaise, nous montrerons comment ces professionnels ont noué des relations de collaboration intense, en investissant différentes échelles de régulation, dont en particulier les réseaux d’expertise où l’idée de la compétition interterritoriale entre villes a été érigée en paradigme d’action. On montrera également dans quelle mesure l’organisation des institutions politiques métropolitaines en France a contribué à limiter l’espace de la critique interne en renforçant ainsi le pouvoir idéationnel de ces acteurs (Pierson, 2015).

Encadré 1 : méthodes et sources

Cet article mobilise des données empiriques collectées dans le cadre de différentes recherches menées sur les politiques urbaines de développement économique en France, en particulier une thèse de doctorat sur l’institutionnalisation d’une capacité politique à l’échelle métropolitaine et une recherche sur les pratiques des consultants et experts inscrits dans des réseaux globaux d’expertise autour des enjeux d’attractivité des villes. Elle mobilise des matériaux empiriques variés, en particulier une vingtaine d’entretiens réalisés avec des consultants privés (cabinets de conseil généralistes en action publique et spécialisés dans les stratégies urbaines) et des dirigeants territoriaux en charge du développement économique (responsables du développement économique des agences d’urbanisme, agences de développement et directions de développement des métropoles) ainsi que l’analyse de leurs productions écrites, notamment sous forme de livres et rapports sur les stratégies de développement des villes. Nous avons analysé ce corpus à partir d’une démarche attentive aux stratégies discursives employées pour justifier l’impératif compétitif de la part de ces acteurs. Cela nous a permis de retracer les filiations intellectuelles avec certaines notions développées dans l’univers académique (ville globale ; avantage compétitif des nations ; classe créative ; économies d’agglomération) et la manière avec laquelle ces notions étaient par la suite retravaillées et importées dans les processus de fabrication de politiques publiques. Nous avons notamment pu analyser les politiques de développement économique dans trois cas, l’agglomération lyonnaise et bordelaise et le cas de la région parisienne. Le croisement des données collectées dans ces recherches offre ainsi un point de vue original pour analyser simultanément le rôle de ces professionnels dans le processus de construction des stratégies de compétition interterritoriale à l’échelle locale, ainsi que leur participation et leur insertion dans des réseaux transnationaux d’expertise axés sur les enjeux de la promotion de l’attractivité territoriale. L’horizon temporel couvert dans cet article s’étale sur une trentaine d’années, à partir du début des années 1990.

1. Les trajectoires des experts des politiques urbaines de développement économique : le berceau étatique et les circulations entre villes

7Les années 1980 sont couramment considérées comme le moment où les gouvernements urbains investissent le champ du développement économique local (Le Galès, 1993 ; Dormois, 2015). D’abord au niveau municipal puis à l’échelle des intercommunalités, les services dédiés aux affaires économiques s’étoffent et des ressources sont allouées à des activités, notamment de prospection d’investissements et de marketing territorial. Si les années 1970 se caractérisent par des conflits politiques autour des politiques de gestion urbaine, les interventions des villes dans le domaine du développement économique local qui se structurent dans les années 1980 sont pourtant peu perméables aux oppositions idéologiques (Lorrain et Kukawaka, 1989 ; Le Galès, 1993). Au contraire, le cas britannique se caractérise, au moins dans un premier temps, par une plus forte diversité idéologique des idées sur le développement économique local (Le Galès, 1993). Les années 1980 se caractérisent en effet au Royaume-Uni par des débats animés portés par la gauche urbaine, notamment dans d’anciennes villes industrielles, telles que Sheffield, qui résistaient au programme Thatchérien (Le Galès, 1993). Ces débats auront permis la création de centres d’expertise, tels que le CLES (Center for local economic strategy), qui se fait porte-parole d’une vision du développement local proche du local socialism. Le contexte français en matière d’expertise pour l’action publique urbaine se caractérise en revanche par la prééminence d’organisations techniques d’agglomération liées aux collectivités locales, en particulier les agences d’urbanisme et les agences de développement (Aderly à Lyon, Lille Agency).

  • 8 M. Porter est un chercheur en sciences de gestion, disposant d’une réputation internationale pour (...)

8Dans les années 1990, le recours croissant à une expertise privée par les gouvernements locaux va accentuer cette tendance à la dépolitisation des enjeux du développement économique dans les villes. Il va notamment favoriser la sédimentation d’une vision dominante du développement local centrée autour de la construction d’un avantage compétitif tel qu’énoncé dans les théories sur les stratégies d’entreprises de M. Porter8. La structuration des services économiques dans les villes et les agglomérations va de pair avec le développement d’un marché du conseil dédié. Si les grandes villes investissent le domaine du développement économique dès les années 1980, c’est surtout à partir du milieu des années 1990 que l’on assiste à une prise en charge progressive de ces enjeux au niveau intercommunal. Ces politiques recouvrent des activités variées, fortement axées sur la valorisation foncière et immobilière. Ce que nous voulons souligner est l’absence de controverses sur la définition du développement local qui accompagne la prise en charge de ces enjeux par les structures intercommunales. La question de l’attractivité, de la construction d’une image de marque du territoire, du positionnement compétitif du territoire à l’échelle internationale prime et émerge comme une évidence dans la formulation des interventions économiques des intercommunalités en France (Linossier, 2006 ; Galimberti, 2015).

9Les consultants privés jouent à cet égard un rôle important d’importation des savoirs propres aux sciences du management (et notamment aux théories du positionnement compétitif des firmes) dans les politiques urbaines de développement économique. Leurs interventions se multiplient au cours des années 1990 : pendant cette décennie, l’on assiste à la structuration progressive d’un marché du conseil aux collectivités locales, notamment aux grandes villes et agglomérations (Abiker, 1996 ; Saint Martin, 2000). Nous allons nous concentrer ici sur un groupe spécifique de consultants, qui interviennent tout particulièrement sur la formulation des stratégies de développement économique. Dans ce domaine, les consultants contribuent de manière significative à la structuration de premières politiques de marketing et d’attraction d’investissements, comme le précise un consultant, à la tête de la direction Investissement d’un cabinet généraliste :

« Cette activité est née à peu près au milieu des années 1990 chez EY, autour de profs de l’EM Lyon qui progressivement sont devenus consultants, et qui ont rejoint EY pour créer une petite activité stratégique d’accompagnement des acteurs publics et acteurs institutionnels type CCI, dans leurs stratégies de développement éco. On va dire 1995-2015, 20 ans de très fort développement, […] on est progressivement passés du département aux régions et aux agglomérations. L’État se retirant complètement au tournant des années 2000-2005, […] il y a une prise en main de ce sujet par les collectivités et donc une pluie de consultants, qui s’occupent et répondent, soit ils font naître des besoins, soit ils répondent à des besoins nés des équipes qu’ils ont en face pour accompagner les stratégies de développement économique à différents niveaux […] La question du marketing territorial et de l’attractivité naît, je pense, à ce moment – là, fin des années 1990-début des années 2000 » (Entretien, 2017).

10L’attraction d’investissements et la construction d’une « image de marque » du territoire deviennent rapidement, dans les années 1990 et le début des années 2000, l’une de principales missions des directions économiques des intercommunalités (Le Bart, 2020). Cette prise en charge des affaires économiques va de pair aussi avec une redéfinition des actions de soutien du développement local. On assiste ainsi au glissement progressif de l’idée d’attraction d’investissements, propre notamment aux politiques d’aménagement du territoire de la DATAR et aux premières interventions économiques des villes dans les années 1980, en l’occurrence pour l’attraction des entreprises nomades dans les projets de parcs technologiques, à l’idée d’attractivité du territoire, en particulier métropolitain. Si le marché du conseil dans les stratégies de développement concerne initialement une grande variété de villes, il va progressivement se spécialiser sur les espaces métropolitains. Ces derniers commencent ainsi à être identifiés comme des espaces centraux pour le développement économique sur la scène internationale et font également partie intégrante des stratégies de compétition des États. C’est ce que précise ce consultant spécialisé dans le marketing territorial :

« A cette époque, on essayait essentiellement d’attirer des projets industriels, portés par des grands groupes, on était finalement sur un segment qui était assez bien délimité, qui était celui du manufacturing. Dans ce cadre-là, les villes et notamment les grandes villes n’étaient pas des acteurs centraux, parce que c’était plutôt des zones, soit en retard de développement, soit au contraire des zones à forte tradition industrielle mais en reconversion qui dans les deux cas étaient des zones choyées par les politiques d’investissements publics […] En fait, progressivement, l’économie s’est complexifiée, à la couche principale des activités matérielles se sont ajoutées des activités immatérielles de plus en plus importantes, du service de l’innovation. Toutes ces activités immatérielles qui sont devenues dominantes au début des années 2000 – là je vous parle de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nor – se concentrent dans les grandes villes […] Le paysage est radicalement différent de celui des années 1990 et a fortiori de celui des années 1980 et 1970 … c’est pour ça que, depuis quinze ans, les grandes métropoles sont devenues des acteurs dominants des questions d’attractivité. Nous n’aurions pas pu avoir cette conversation il y a presque 20 ans » (Entretien, 2017).

  • 9 On peut notamment citer le cas emblématique de Lyon 2010 (Galimberti, 2015).

11Les effets de la mondialisation et notamment l’accentuation de la mobilité des firmes sont mobilisés comme argument principal pour justifier la montée en puissance d’une compétition entre territoires dans des manuels qui cherchent à formaliser des principes d’action pour la « gestion stratégique des villes » (Bouinot et Bermils, 1995 ; Bouinot, 2002). Ces manuels reprennent certaines idées déjà présentes dans les documents de planification stratégique et de prospective territoriale dans les années 1980, au sujet notamment des classements internationaux des villes et de leurs politiques de rayonnement à l’échelle internationale9. A ce propos, il est intéressant de remarquer que, dans le contexte français, la diffusion d’un discours sur la compétition internationale entre villes se soude dès son émergence avec le discours métropolitain qui prend forme au sein des réseaux savants de la DATAR. Ainsi, à la fin des années 1980, la DATAR fait référence à la « charpente des villes », qu’elle considère comme le gisement de la compétitivité nationale à l’échelle européenne (Biarez, 2000, p. 16-17). L’enjeu réside désormais dans le renforcement de « points forts non parisiens » capables d’entraîner le développement économique du pays. La publication du rapport Guichard en 1986 illustre bien ce changement d’horizon de la politique d’aménagement du territoire. Ce rapport marque un changement profond de la politique d’aménagement du territoire : autrefois centrée sur la compensation des territoires en retard économique, elle s’oriente désormais vers « le renforcement des avantages comparatifs de certains pôles urbains pour amplifier leur rôle dans les mécanismes de la croissance » (Wachter, 1989). La période des années 1990 correspond pourtant à une perte de capacité d’action de la DATAR dans le domaine de l’aménagement du territoire (Biarez, 2000 ; Galimberti, 2019). Toutefois, la délégation continue à jouer un rôle prescripteur important dans le domaine du développement économique des villes, par le biais notamment de la réalisation d’études prospectives et de recherches en collaboration avec des universitaires (Olive, 2015). Dans le cas français, la montée en puissance du paradigme de la compétition interterritoriale est strictement liée au discours qui prône le renforcement des métropoles comme échelle de gouvernement et échelle de développement.

12La DATAR n’est pas uniquement un prescripteur d’idées sur la compétition et les métropoles, elle constitue également un berceau pour certains professionnels du développement local qui ont débuté leur carrière au tournant des années 1980 et 1990, et qui ont occupé par la suite des postes de consultants et/ou de dirigeants au sein des directions économiques des structures intercommunales et de leurs agences. Nous en avons retenu quatre dont le parcours est détaillé dans le tableau 1. On pourra notamment remarquer que deux de ces professionnels, qui ont entrepris une carrière dans le marché du conseil privé aux collectivités en matière de marketing territorial, ont un parcours préalable au sein des agences « Invest in France » mises en place par la DATAR à l’étranger dans les années 1990. On pourra aussi noter que trois d’entre eux sont passés par les réseaux de la DATAR dans les années 1980 et 1990, soulignant l’importance des réseaux étatiques dans la construction initiale d’une doctrine sur la compétitivité des villes.

  • 10 Les membres de droit sont en effet : la Métropole européenne de Lille ; la région Hauts-de-France  (...)
  • 11 L’EPA Bordeaux Euratlantique rassemble des représentants de l’État (représentants des ministres de (...)

13Si ces professionnels du développement local ont fait leurs armes dans les réseaux nationaux, ceux de la DATAR, ils ont également circulé entre différentes villes et organisations. À cet égard, le parcours du directeur du développement économique de Bordeaux Métropole est intéressant à double titre. D’une part, il a sillonné des espaces institutionnels variés, en commençant sa carrière au sein d’une association privée (World Trade Center) pour ensuite faire un long passage au sein d’une agence privée (association loi 1901) présidée et financée par les acteurs publics locaux (agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole)10 ; il a par la suite intégré l’administration territoriale (Communauté urbaine de Bordeaux), pour terminer sa carrière au sein d’un établissement public de l’État (EPA Euratlantique)11. D’autre part, il a également circulé entre territoires métropolitains, en passant une longue partie de sa carrière à Lille pour ensuite être recruté à Bordeaux. Dans l’entretien que nous avons pu mener avec lui, il explique cette circulation inter-métropolitaine par la volonté de transférer l’expérience accumulée à Lille dans le cadre du volet économique du projet de la gare à Bordeaux :

« L’idée centrale, c’était le TGV. Je quittais la CUB en 2010 et V. Feltesse m’a dit qu’on m’avait embauché, parce que je m’étais occupé du TGV à Lille. Or le TGV c’est quoi ? C’est le détonateur, ça crée une deadline à laquelle il faut être prêts … sachant qu’un TGV ça ne sert rien en soi si ça ne génère pas tout un programme d’accompagnement et c’est ce que j’étais chargé de faire. J’utilise la même méthode que j’avais utilisée à Lille, c’est-à-dire, quel est l’objectif qu’on poursuit. Pour faire court, quelle est l’ambition, faire de Bordeaux une métropole européenne, comme un club de foot ou de rugby, la faire passer du championnat de France au championnat européen. Pour ça, il faut refaire le stade, il faut embaucher de nouveaux joueurs, enthousiasmer le public, il faut y mettre les moyens, etc. Donc c’est ça l’idée de l’ambition de métropole européenne » (Entretien avec un dirigeant public, chargé du développement économique, 2018).

14On voit dans cet extrait la sédimentation du discours sur l’attractivité des territoires et de manière plus générale sur la construction du paradigme de la compétition interterritoriale qui est codifié dans des pratiques professionnelles précises. Ce paradigme est fondé sur l’idée de la « ville d’exception » (Halbert, 2010), qui valorise tout particulièrement les activités à forte valeur ajoutée comme celles liées à l’économie de la connaissance, au détriment d’autres manières de conceptualiser les activités économiques. On voit aussi dans quelle mesure ce discours rejoint les idées diffusées par les consultants sur les classements des villes et le benchmarking, lui-même associé à la montée des sciences de gestion dans le domaine de la régulation publique territoriale (Larner et Le Heron, 2002 ; Galimberti 2019).

15Si on pourrait penser que le paradigme de la compétition interterritoriale et le discours entrepreneurial appliqué aux villes sont des constructions du secteur privé ensuite importées par le secteur public, l’analyse des parcours de ces professionnels donne à voir une histoire qui est faite de circulations et de passerelles, de passages dans des agences et/ou établissements étatiques, autour notamment de la DATAR. C’est notamment le cas d’un ancien commissaire de la DATAR, ayant ensuite pris la tête de l’agence de développement de l’agglomération lyonnaise (l’Aderly) pour terminer sa carrière en qualité de directeur du développement économique de la Métropole de Lyon, mais aussi en sens inverse d’un professionnel qui entame sa carrière dans une association liée à la Chambre de Commerce de Lille et à la DATAR (World Trade Center) pour ensuite terminer sa carrière en qualité de consultant-expert pour l’EPA Bordeaux Euratlantique. Ces trajectoires professionnelles avec un passage un début de carrière dans le secteur public concernent des univers professionnels, dont en particulier l’attraction d’investissements, qui comportent des relations fréquentes avec des dirigeants et/ou chefs d’entreprises privées, ainsi que des cabinets de conseil. Cela a permis une acculturation précoce de ces professionnels du développement local au langage et aux normes du secteur privé.

16La DATAR apparaît donc comme le berceau de la construction de discours et de répertoires d’actions valorisant les enjeux de compétitivité et d’attractivité, ainsi que l’agenda de la « métropolitisation ». De manière générale, la prise en charge par les structures intercommunales des enjeux de développement économique se fait sans bataille idéologique majeure, favorisant ainsi la sédimentation d’une problématisation des enjeux du développement en apparence neutre, mais qui en revanche participe à la « commodification » des territoires, réduits à des assets compétitifs autour desquels s’élaborent des stratégies de marketing.

Tableau 1 : parcours de quatre professionnels spécialisés dans les politiques urbaines de développement économique et d’attractivité

Éducation Carrière
Diplômé de Sciences Po Paris (1974), il est aussi titulaire d’une licence en géographie (Paris 1) et d’un CAEE (Certificat d’Aptitude à l’Administration des Entreprises) (1984) de l’IAE - Institut d’administration des entreprises-Sorbonne Business School Privé (pas spécifié)
1988-1993: Lille World Trade Center (directeur)
1994-2004 : Métropole de Lille, agence de développement de la Métropole de Lille (directeur adjoint)
2005-2006 : Chambre de commerce de Lille, think tank économique
2006-2010 : Bordeaux Métropole, directeur du développement économique
2011-2015 : EPA (Établissement public aménagement) Bordeaux Euratlantique, directeur économique
2016 : expert, consultant indépendant
Diplômé de l’IEP de Paris et auditeur du cycle des hautes études en développement économique au sein du ministère de l’Économie et des Finances 1979-1984 : ANVAR (Agence nationale de valorisation de la recherche)
1985-1987 : Ville de Nantes, directeur développement économique
1985-1999 : TSD (Technopôle service développement) – Sophia Antipolis
1997-2005 : DATAR, commissaire de l’Agence Ouest Atlantique
2006-2015 : Aderly, Communauté urbaine de Lyon/Chambre de commerce de Lyon, directeur général
2015-en cours : Communauté urbaine de Lyon, délégué général au développement économique
Diplômé de l’ESSEC Business School 1990-1992 : directeur financier d’une société privée
1992-1997 : directeur Amérique du Nord « Invest in France Network », DATAR et DREE (Direction des relations économiques extérieures)
1997-en cours : EY (Ernst & Young) Advisory (spécialité conseil sur l’attraction et localisation d’investissement, le développement économique, l'aménagement, l'immobilier et les infrastructures)
Diplômé d’AgroParisTech (spécialité Économie et management)
Diplôme d’ingénieur
1990 : consultant Arthur Andersen
1991 : DATAR, organisation et lancement du réseau « Invest in France »
1992-2001 : directeur d’Invest in France Agency Italie, agence gouvernementale en charge de l’attraction d’investissement (DATAR, AFII)
2001-2005 : directeur de l’agence de développement Ouest Atlantique (Bretagne, Pays de Loire, Poitou-Charentes)
2006-en cours : directeur d’une société de conseil spécialisée dans l’attraction d’investissements, le marketing territorial, l’internationalisation et la localisation d’entreprises, les relations internationales des villes.

2. Le pouvoir idéationnel en actes : les réseaux d’expertise pour légitimer et délimiter le champ des savoirs autour du développement économique des villes

17Cette deuxième partie est consacrée à l’analyse des pratiques au travers desquelles se manifeste le pouvoir idéationnel des professionnels présentés ci-dessus. À cet égard, il est intéressant de prendre en compte des situations concrètes où ces professionnels, consultants privés et dirigeants locaux, sont amenés à se rencontrer et à construire des normes et des savoirs pour l’action publique urbaine. Nous allons tout particulièrement nous intéresser aux réseaux de production d’expertise sur les enjeux de développement économique des villes, à l’aide d’un exemple centré sur un réseau transnational orchestré par le think tank Brookings sur le développement métropolitain auquel participe la région  Île-de-France et qui implique un consultant international ainsi que des représentants de l’IAU (Institut Paris Région), et un réseau discret, orchestré autour d’une commande pour la réalisation d’une image de marque, ONLY LYON, qui implique des acteurs de différentes institutions (Aderly, Métropole) ainsi que des consultants privés (Ernst & Young et Algoé). Comme le précise Diane Stone, une caractéristique fondamentale de la notion de réseau de politique publique est l’interdépendance mutuelle des acteurs qui les composent et de la mise en commun et du partage des ressources pour aboutir à des conceptualisations partagées des problèmes et à l’élaboration des dispositifs des politiques publiques (2013, p. 5). Ces réseaux permettent surtout une acculturation de ces professionnels à certains savoirs et normes quant à la problématisation du développement local et tout particulièrement aux instruments de politiques publiques qui lui sont associés.

18Ces réseaux d’expertise sur les enjeux urbains sont une arène importante où se tissent des relations durables entre acteurs de l’action publique urbaine, où se joue également la légitimation et délimitation du champ du possible à partir duquel est pensé le développement économique des villes. Ils permettent de souder des relations déjà existantes entre experts du développement local, comme le souligne ce consultant international en stratégie de développement pour les villes :

« Quand je travaille avec des villes, il faut au départ trouver quelqu'un qui pense à long terme, quelqu'un qui pense au-delà du court terme du mandat démocratique, qui est à la recherche d’une stratégie de développement à long terme... des gens que nous connaissons et qui sont là depuis longtemps et qui pensent non seulement à ce que Madame Hidalgo peut réaliser, mais aussi à ce qu'il faut pour les vingt, trente prochaines années. Ce sont aussi des organisations du secteur privé, des groupes d'entreprises ou une chambre de commerce ou d'autres associations où se mène une partie de cette réflexion. [...] Beaucoup de ces relations sont des relations individuelles, avec de petites équipes, de petits groupes de dirigeants au sein des villes, qui ont parfois évolué vers des amitiés » (Entretien avec un consultant spécialisé dans les stratégies urbaines, 2017).

  • 12 Cette initiative est présentée par la banque comme faisant partie des actions de « responsabilité (...)

19Nous allons prendre l’exemple d’un réseau d’expertise pour l’action publique urbaine, le programme Metropolitan Global City Initiative de la Brookings (voir tableau ci-dessous). Ce réseau a été promu à l’initiative du think tank Brookings et de la banque d’affaires JP Morgan Chase12 pour contribuer à un travail définitionnel de la « ville globale » et esquisser des recommandations de politiques publiques transposables dans différents contextes urbains. Le réseau est organisé en groupes de travail et prévoit aussi des missions d’études et de discussions, principalement dans des villes nord-américaines ainsi que dans un groupe de villes européennes, parmi lesquelles il y a Paris et la région Île-de-France (Galimberti, 2019).

Tableau 2 : exemple de réseau transnational d’expertise sur les stratégies de développement des métropoles

Nom Metropolitan Global City Initiativea
Initiateurs Brookings Institution ; JP Morgan Chase
Principaux acteurs impliqués Experts de la Brookings et de JP Morgan, consultants globaux (G. Clark) et consultants spécialisés dans l’attraction d’investissements étrangers ; organismes internationaux financiers et de développement ; praticiens et élus locaux
Accès réseau Auto-candidature et cooptation
Modes d’action Missions de terrain et organisation des évènements de diffusion
Production Publications sur les villes globales et boîte à outils pour l’organisation de l’activité d’attraction d’investissements étrangers
a. <https://www.brookings.edu/​project/​global-cities/​>. Pour un approfondissement du cas parisien et de la collaboration nouée entre les experts de la Brookings, l’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme) et la région Île-de-France, nous renvoyons à (Galimberti, 2019).
  • 13 G. Clark est un consultant spécialisé dans le conseil économique aux villes, ayant construit dans (...)

20Les acteurs experts investis dans ce réseau sont surtout des consultants individuels, ayant construit une carrière de global advisors, sur des thématiques spécifiques au développement urbain, comme en l’occurrence G. Clark du cabinet The Business of Cities13. Ce dernier peut être considéré comme un acteur à la frontière entre la sphère académique et celle du conseil aux villes. Il a en effet publié plusieurs ouvrages, dont en particulier Global Cities. A short history (2016), dans lesquels il vise à légitimer l’existence d’une compétition accrue entre villes au temps de la mondialisation et l’idée que les acteurs urbains peuvent agir pour gouverner ce processus, en s’appuyant sur des travaux scientifiques tels que ceux de P. Taylor, S. Sassen et M. Storper. Cette vision du développement urbain le conduit à proposer une catégorisation des villes globales ainsi que des villes qui sont en train d’acquérir ce statut, en se spécialisant sur des créneaux d’activités à forte valeur ajoutée. La formulation « savante » des villes globales proposée notamment par G. Clark peut être par la suite retravaillée par les acteurs privés du conseil, qui déclinent ces savoirs en grilles de lecture pouvant être appropriées par les praticiens locaux et les élus dans la formulation des stratégies de développement local. Ainsi, comme le précise ce consultant :

« J’ai développé une théorie des HUBS et HOT SPOTS et c’est en fait une espèce de tentative en tant que consultant d’expliquer aux territoires d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord quelles sont les grandes stratégies de développement […]
Je distingue les HUBS des HOTSPOTS parce qu’on voit aussi des territoires qui ne sont pas des villes globales mais qui arrivent à se positionner sur des activités à forte valeur ajoutée, ces territoires ont une spécialisation sectorielle ou fonctionnelle, donc ils vont être des HOTSPOTS parce qu’ils ne seront que dans un segment très particulier, mais sur ce segment-là elles auront la capacité à exister à côté des villes globales […] Les HOPELESS, les HOPEFULL pardon …initialement je les avais appelés comme ça, mais mes collègues m’avaient dit que ce n’était pas trop vendeur …. Donc ce sont des territoires qui n’ont ni l’un ni l’autre, qui en fait vont jouer sur des caractéristiques simples, coût du travail, coût du foncier, coût de l’immobilier plus faible, mais qui grâce à ce positionnement medium cost, parce qu’on est en Europe de l’Ouest et il n’y a pas véritablement de territoires low cost, vont pouvoir jouer sur ces coûts pour attirer par exemple des activités de centre d’appel plutôt bas de gamme, des outsourcers, les datacenters. Les HUBS se concurrencent entre eux, comme les HOTSPOTS … ça veut dire qu’on est dans des compétitions géographiques indépendantes des États. Clairement, il y a une compétition qui est de plus en plus entre territoires ». (Entretien avec un consultant spécialisé dans le marketing territorial, 2017).

21Ce réseau a permis la circulation de type soft – en contribuant par exemple à la construction d’une certaine définition de la ville ou de la métropole internationale – ainsi que de type hard, par la formulation et la diffusion d’instruments de politiques publiques, tels que les boîtes à outils pour l’attraction d’investissements étrangers (Stone, 2004). À cet égard, il convient de préciser le rôle assumé par les experts locaux, notamment les directeurs d’agences de développement et/ou d’urbanisme et des services de développement économique, dans le processus de circulation des savoirs et idées de développement. Un consultant d’un cabinet international qu’on a pu interroger qualifie les directeurs d’agences d’urbanisme et/ou des directions de développement économique des grandes agglomérations de « grands diffuseurs des pratiques techniques » (entretien, mai 2018) ; ces pratiques qui auront été transmises et acquises tout particulièrement dans les AMO (assistance à la maîtrise d’ouvrage) pour la réalisation des schémas de développement économique. On peut à cet égard citer l’exemple emblématique de la marque ONLY LYON de la Métropole de Lyon (à l’époque, communauté urbaine) suivi par ce même consultant. L’élaboration de ce dispositif de marketing territorial s’est en effet déployée dans un groupe de travail incluant consultants privés et dirigeants de la direction du développement économique de la Métropole, auquel sont ensuite conviés aussi des représentants d’autres institutions (Aderly, CCI, Université de Lyon). Au-delà de la conception du dispositif de marketing territorial, ce groupe de travail (nommé task force marketing) avait comme but principal de faire partager la « culture du TOP 15 » (Galimberti, 2015), en contribuant ainsi à sédimenter le paradigme de la compétition interterritoriale et la nécessité pour la métropole de Lyon de trouver se place dans le jeu concurrentiel. Ainsi, l’idée de la compétition interterritoriale devient progressivement une structure cognitive ainsi qu’un instrument de gouvernabilité de la société locale, comme le précise ce consultant :

« La compétition avec les autres métropoles européennes est un instrument de mobilisation, de rassemblement, de discipline, de concentration, “d’ordonnancement”, si vous voulez et ça c’est très “Collomb”, et cela a été suivi par beaucoup d’autres, de rassemblement de forces vives à l’intérieur du territoire » (Entretien avec un consultant d’un cabinet généraliste, 2017).

22Le marketing territorial et la construction d’une image de marque du territoire ne se résument pas uniquement à l’importation d’un schéma propre de l’avantage compétitif conçu par M. Porter dans les politiques urbaines de développement économique, il devient un instrument même de gouvernance des sociétés urbaines (Pasotti, 2010).

23Le discours autour de la montée en puissance du paradigme de la compétition interterritoriale, en particulier entre grandes villes et métropoles, naturalise un mode d’appréhension de la question du développement local, qui trouve ses principales sources d’inspiration dans les théories de l’avantage compétitif de M. Porter ou bien dans les théories d’économie sur les effets d’agglomération, ou encore dans les travaux de R. Florida sur la classe créative. La réappropriation de ces notions dans l’idée de la compétition territoriale a permis de dégager une lecture des transformations globales affectant les villes facilement appropriables par les décideurs publics :

« Nous avons besoin de concepts qui sont en phase avec les orientations des traités européens et du modèle de l’économie sociale du marché, mais qui ait aussi un sens pour tout le monde … vous voyez par exemple Florida avec la notion de classe créative ou Porter avec celle de clusters. Barcelone, c’est un exemple parfait d’application de ce modèle, la ville et la région de Catalunya ont d’ailleurs dépensé une fortune pour avoir l’expertise de M. Porter » (Entretien avec un dirigeant public chargé de l’innovation, 2017).

  • 14 Cela concerne notamment la manière avec laquelle « les acteurs essaient de dépolitiser les idées j (...)

24La manière avec laquelle les professionnels étudiés dans cet article ont justifié l’idée d’une compétition entre territoires a favorisé l’émergence d’une vision marchande de la ville appréhendée comme un produit dans le marché concurrentiel de l’attraction d’investissements à l’échelle globale, proche du substrat idéologique du néolibéralisme. Ces notions ont irrigué les politiques urbaines de développement économique des villes européennes, en particulier des capitales régionales (Ravazzi, 2021). Ainsi, l’idée de la compétition interterritoriale apparaît bel et bien comme un mot valise, dont la montée en puissance dans les agendas urbains a freiné l’émergence des luttes de sens autour de l’interprétation sur ce que doit être le développement (Désage et Godard, 2005). Ainsi, si les acteurs analysés dans cet article, en particulier les consultants, ont déployé différents instruments rhétoriques pour légitimer cette idée, le mode de fonctionnement des structures intercommunales en France, dominés par des groupes de travail associant élites politiques, techniques et experts, a finalement contribué à faire de cette idée de la compétition une structure cognitive qui exclut d’autres manières de penser le développement local. En d’autres termes, l’organisation des institutions métropolitaines et des processus décisionnels, qualifiés de laboratoire de la « post-démocratie » (Pinson, 2010 ; Désage, 2019), a fini par renforcer le pouvoir idéationnel des acteurs experts analysés dans cet article et par naturaliser l’idée de compétition, comme toile de fond où prennent place les discussions14.

Conclusions

25Cet article s’est attaché à montrer la genèse et la diffusion du paradigme de la compétition interterritoriale dans les villes françaises. Pour cela, nous avons porté le regard sur une catégorie d’acteurs, les professionnels du développement local, que ce soit des acteurs privés du conseil ou des acteurs en poste dans les institutions publiques locales, en l’occurrence les directions du développement économique et/ou les agences d’urbanisme. L’analyse des trajectoires professionnelles de ces acteurs et de leurs pratiques d’investissement dans des réseaux d’expertise nous a permis d’affiner la compréhension des processus par lesquels le paradigme de compétition interterritoriale a été érigé en discours légitime pour bâtir les politiques urbaines de développement économique et cela au détriment d’autres idées qui se détachent de la doxa néolibérale. Ainsi, notre étude s’inscrit dans la lignée des travaux récents sur le rôle des idées dans le changement politique dans les villes, en contribuant à éclairer le pouvoir idéationnel (Carstensen et Schmidt, 2016) des experts dans le processus de fabrication des politiques urbaines de développement économique.

26Au-delà de ces conclusions générales, notre analyse a permis de faire émerger des particularités spécifiques au contexte français. Premièrement, notre analyse a montré à quel point la DATAR a joué un rôle important dans la montée en puissance du paradigme de la compétition interterritoriale ainsi que dans la socialisation des professionnels du développement local, publics et privés, à ces idées. Les travaux consacrés par la DATAR à la métropolisation et au rôle économique des métropoles dans la croissance nationale dans les années 1990 ont contribué à renforcer la sédimentation du paradigme de la compétition interterritoriale, et à favoriser également sa traduction dans un agenda de métropolisation guidé par les impératifs de compétitivité et d’attractivité. Deuxièmement, l’étude des politiques urbaines de développement économique donne à voir une diversification de l’expertise pour l’action publique locale indépendante de l’État (Delmas, 2017). Les structures publiques, agences d’urbanisme, de développement local et les directions du développement des intercommunalités ont progressivement développé une capacité d’expertise propre sur les enjeux urbains et notamment sur le développement économique. Cette expertise s’est déployée dans les années 1990 et 2000 grâce aussi au recours à des acteurs privés du conseil. Le processus de professionnalisation des experts, en particulier des directeurs des services économiques des intercommunalités, s’est cependant accompagné d’une clôture progressive de ce champ professionnel, qui a entretenu des relations étroites avec des consultants privés, sans intégrer les connaissances et l’expertise produites par d’autres acteurs, notamment associatifs.

  • 15 Ce collectif a contribué à forger une nouvelle catégorisation des activités économiques à partir d (...)
  • 16 Les experts du CLES qualifient le community wealth building de nouveau paradigme pour le développe (...)
  • 17 <https://www.frequencecommune.fr/> (consulté le 13 novembre 2020).
  • 18 Les deux auteurs proposent d’identifier des moments plus ou moins favorables à un changement des p (...)

27La compétition interterritoriale émerge comme une structure cognitive relativement stable au cours des années 1990 et 2000. Cela dit, différents processus sont intervenus dans la longue décennie de la crise économique, qui sont à même d’ouvrir un nouveau cycle de politisation des agendas urbains et des processus de changement des politiques urbaines. La plupart des professionnels du développement local analysés dans cet article sont en fin de carrière. On assiste donc à un renouvellement à la fois générationnel et politique, avec la montée en puissance récente des listes écologistes dans plusieurs grandes villes (Lyon, Bordeaux, Strasbourg, etc.). Ces évolutions prennent place dans une période post-crise qui a vu l’émergence de nouvelles idées pour le développement urbain des villes, en particulier dans des contextes anglo-saxons. Ces idées réactualisent certaines réflexions développées dans les années 1980 par la gauche urbaine. Aujourd’hui, ce sont les effets des programmes d’austérité qui semblent avoir favorisé l’émergence d’idées hétérodoxes sur les enjeux de développement local, qui réactivent certaines de ces réflexions du local socialism des années 1970 et 1980. On pourra notamment citer les travaux de chercheurs et praticiens travaillant sur l’idée d’économie fondamentale (Foundational Economy) (Barbera, Negri et Salento, 2018)15 ou bien des travaux développés par le CLES (Center for local economic strategy) autour du paradigme du community wealth building (O’Neill, 2016)16 ou encore des travaux sur l’écologie politique et les politiques de planification post-croissance (Savini, Ferreira et Von Schönfeld, 2022). Ces alternatives ont reçu une attention croissante des chercheurs, ce qui s’est traduit par des travaux sur diverses expériences de néo-municipalisme (Thompson, 2021). Ces réflexions sont produites par des experts et/ou universitaires avec une casquette militante. Ces théories prônent toutes une vision qui articule marché, société et politique, sans que le premier ne prime sur les autres sphères. En cela, elles se détachent de manière radicale des valeurs propres au paradigme de la compétition interterritoriale. Dans le cas français, on pourra souligner les activités du réseau d’expertise Fréquence Commune, proche des expériences municipalistes17 qui contribue à légitimer de nouvelles manières de penser le développement. On pourrait dès lors avancer l’hypothèse d’un nouveau cycle politique favorable à un changement des politiques urbaines guidées par ces nouvelles idées hétérodoxes de saisir le développement (Dilworth et Weaver, 2020)18. La crise économique des années 2008-2011 couplée avec les politiques d’austérité étatique semble avoir ouvert un nouvel espace de contestation et de circulation d’idées hétérodoxes pour le développement. Ces changements en cours laissent entrevoir les possibilités d’une remise en question du paradigme de la compétition interterritoriale porté à la fois par un processus de politisation et de changement des systèmes d’acteurs. Notre analyse suggère la nécessité de s’intéresser au rôle joué par les professionnels du développement local, en qualité de passeurs, afin de saisir les mécanismes politiques de construction des idées qui se détachent de la structure cognitive de la compétition interterritoriale et pour saisir des processus de changement, incrémentiel ou bien radical, des politiques urbaines de développement économique.

Haut de page

Bibliographie

Abiker, D. (1996), Les consultants dans les collectivités locales, Paris, Panthéon-Assas II.

Barbera F., Negri, N. et Salento, A. (2018), « From individual choice to collective choice. Foundational economy, local commons and citizenship », Rassegna Italiana di Sociologia, 2, p. 371-398.

Béal, V. (2014) « Trendsetting cities » : les modèles à l’heure des politiques urbaines néolibérales », Métropolitiques. <https://metropolitiques.eu/Trendsetting-cities-les-modeles-a-l-heure-des-politiques-urbaines-neoliberales.html>.

Biarez, S. (2000), Territoires et espaces politiques, Grenoble, PUG.

Birch, K. (2017), A Research Agenda for Neo-liberalism, London, Edward Elgar.

Bouba-Olga, O. et Grossetti, M. (2018), « La mythologie CAME (Competitivité, Attractivité, Métropolisation, Excellence) : comment s’en détoxiquer ? », <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01724699v2>.

Bouinot, J. (2002), La ville compétitive : les clefs de la nouvelle gestion urbaine, Paris, Economica.

Bouinot, J. et Bermils, B. (1995), La gestion stratégique des villes : entre compétition et coopération, Paris, A. Colin.

Brenner, N. (2019) « Competitive City-Regionalism and the Politics of Scale », New Urban Spaces. Urban Theory and the Scale Question, Oxford, Oxford University Press.

Brenner, N. et Theodore, N. (2002), « Preface: From the “New localism” to the Spaces of Neoliberalism », Antipode, 34, 3, p. 341-347.

Carstensen, M. B. et Schmidt, V. A. (2016) « Power through, over and in ideas: conceptualizing ideational power in discursive institutionalism », Journal of European Public Policy, 23, 3, p. 318-337.

Daigneault, P. M. (2014), « Reassessing the concept of policy paradigm: aligning ontology and methodology in policy studies », Journal of European Public Policy, 21, 3, p. 453-469.

Delmas, C. (2017), « Vers la multiplication des experts ? » in F. Benchendikh (dir.), Expert(ise) et action publique locale, Paris, LexixNexis.

Desage, F. et Godard, J. (2005), « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales », Revue française de science politique, 55, 4, p. 633-661.

Desage, F. (2019), « Le gouvernement des métropoles. Laboratoire de la post-démocratie » in L. Barrault Stella, B. Gaiti et P. Lehingue, (dir.) La politique désanchantée ? Perspectives sociologiques autour des travaux de D. Gaxie, Rennes, PUR.

Dilworth, R. et Weaver, T. (dir.) (2020), How Ideas Shape Urban Political Development, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Dormois, R. (2015), Les politiques urbaines. Histoire et enjeux contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Galimberti, D. (2015), Gouverner le développement économique des territoires : entre politique et société. Une comparaison des régions urbaines de Lyon et Milan (1970-2011), thèse en science politique/études européennes urbaines et locales, Université Jean Monnet de Saint-Étienne/Università Bicocca de Milan, 480 p.

Galimberti, D. (2019), Consultants et villes à l’heure de la mondialisation : expertises et jeux d’échelles, Paris, PUCA, Réflexions en partage.

Halbert, L. (2010), L’avantage métropolitain, Paris, PUF.

Harvey, D. (1989), « From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler B, 71, 1, p. 3‑17.

Hay, C. (2010), « Ideas and the construction of interests », in D. Béland et R.H. Cox (dir.), Ideas and Politics in Social Science Research, Oxford, Oxford University Press, p. 65-82.

Jobart, F. et al. (2020), « Sociologie politique des passeurs. Acteurs dans la circulation des savoirs, des normes et des politiques publiques », Revue française de science politique, 70, 5, p. 557-573.

Jonas, A.E.G et Moisio, S. (2018), « City regionalism as geopolitical processes: A new framework for analysis », Progress in Human Geography, 42, 3, p. 350-370.

Larner, W. et Le Heron, R. (2002), « The spaces and subjects of a globalising economy: a situated exploration of method », Environment and Planning D: Society and Space, 20, p. 753-774.

Le Bart, C. (1992), La rhétorique du maire entrepreneur. Critique de la communication municipale, Paris, Pedone.

Le Bart, C. (2020), « Marketing territorial » in R. Pasquier et al., Dictionnaire des politiques territoriales, Paris, Presses de Sciences Po, p. 344-349.

Le Galès, P. (1993), Politique urbaine et développement local : une comparaison franco-britannique, Paris, L’Harmattan.

Le Galès, P. (2016), « Neoliberalism and urban change: Stretching a good idea too far? », Territory, Politics, Governance, 4, 2, p. 154-172.

Linossier, R. (2006), La territorialisation de la régulation économique dans l’agglomération lyonnaise (1950-2005) : politiques, acteurs, territoires, Thèse en aménagement et urbanisme, Université Lumière Lyon 2.

Linossier, R. (2012), « Le conseil en stratégies et projets urbains : un marché atypique », Politiques et management public, 29, 1, p. 57-78.

Lorrain, D. et Kukawka, P. (1989), « Quinze municipalités et l’économie », Revue d’économie régionale et urbaine, 2, p. 283-306.

Magnier, A. et Cabria, M. (2018), « Mayors Agenda's: Emerging Variations on the Theme of Entrepreneurialism», in H. Heinelt, A. Magnier, M. Cabria et H. Reynaert (dir.), Political Leaders and Changing Local Democracy, Londres, Palgrave MacMillan, p. 245-274.

Ministère de l’équipement, du logement, de l’aménagement du territoire et des transports (1986), Commission de réflexion sur l’aménagement du territoire, Propositions pour l’aménagement du territoire : rapport au Ministre de l’équipement, du logement, de l’aménagement du territoire et des transports, Paris, la Documentation française.

McCann, E. (2011), « Urban Policy Mobilities and Global Circuits of Knowledge: Toward a Research Agenda », Annals of the Association of American Geographers, 101, 1, p. 107-130.

Nay, O. et Smith, A. (dir.) (2002), Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l'action politique, Paris, Economica.

Olive, M. (2015), « Métropoles en tension. La construction heurtée des espaces politiques métropolitains », Espaces et sociétés, 160-161, p. 135-151.

O’Neill, M. (2016), « The road to socialism is the A59: the Preston model », Renewal, 24, 2, p. 69-78/.

Pasotti, E. (2010), Political branding in cities. The decline of machine politics in Bogotá, Naples, and Chicago, New York, NY, Cambridge University Press.

Pierson, P. (2015), « Power and Path-dependence » in J. Mahoney et K. Thelen (éd.), Advances in Comparative-Historical Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, p. 123-146.

Pinson, G. (2009), Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po.

Pinson, G. (2010), « Des métropoles ingouvernables aux métropoles oligarchiques ? », DATAR, Revue d’études et de prospective, no 1 « Territoire 2040-Aménager le changement ».

Pinson, G. (2020), La ville néolibérale, Paris, PUF.

Rapoport, E et Hult, A. (2017), « The travelling business of sustainable urbanism: International consultants as norm-setters », Environment and Planning A: Economy and Space, 49, 8, p. 1779-1796.

Ravazzi, S. (2021), « Explaining the contradictory creativity of neoliberalism: Evidence from the economic development agendas of four European second-tier cities », Journal of Urban Affairs, 43, 10, p. 1492-1512.

Saint-Martin, D. (2000), Building the New Managerialist State: Consultants and the Po­litics of Public Sector Reform in Comparative Perspective, Oxford, Oxford University Press.

Savini, F., Ferreira, A. et Von Schönfeld, K. (2022), Post-growth planning. Cities Beyond the Market Economy, Londres, Routledge.

Stone, D. (2013), Knowledge Actors and Transnational Governance. The Private-Public Policy Nexus in the Global Agora, Londres, Palgrave Mc Millan.

Thompson, M. (2021), « What’s so new about New Municipalism? », Progress in Human Geography, 45, 2, p. 317-342.

Wachter, S. (1989), Ajustements et recentrage d’une politique publique : le cas de l’aménagement du territoire, Sociologie du travail, 31, 1, p. 51-74.

Haut de page

Notes

1 On pourra toutefois noter que les approches constructivistes se proposent de dépasser cette opposition (idées versus intérêts matériels) en interrogeant les processus socio-politiques de construction des intérêts (Hay, 2010).

2 Dans l’article fondateur du géographe D. Harvey sur l’« entrepreneurialisme » urbain, qui désigne l’adoption de la part des gouvernements urbains de stratégies proactives et innovantes pour favoriser l’attraction des capitaux, en rupture avec une approche centrée sur les services aux habitants, la compétition interterritoriale est considérée comme un cadre qui structure les actions des acteurs de la fabrique urbaine et qui découle des processus de redéploiement urbain du capitalisme. Ainsi, si Harvey fait référence à l’émergence d’un consensus autour de la « nécessité » d’adopter des approches entrepreneuriales, et donc à l’émergence d’un cadre cognitif partagé, son approche reste résolument matérialiste.

3 Nous renvoyons au numéro 28 de Métropoles, pour une discussion sur les contestations de l’idée de compétition appliquée aux espaces métropolitains en France.

4 Dans le sillage des débats au sein de l’institutionnalisme sur le rôle des idées pour expliquer les changements politiques de l’action publique, ces auteurs proposent de se référer à la notion de pouvoir idéationnel pour éclairer la façon dont les idées sont prises en compte : « one significant way ideas matter is through agents’ promotion of certain ideas at the expenses of others » (p. 319). Ce pouvoir idéationnel est par la suite opérationnalisé en trois typologies : le pouvoir à travers les idées (power through ideas) pour qualifier la capacité des acteurs d’en persuader d’autres d’adopter leurs visions du monde en mobilisant des éléments discursifs ; le pouvoir sur les idées (power over ideas) pour qualifier la capacité des acteurs de limiter la prise en compte d’autres perspectives dans les processus décisionnels; le pouvoir dans les idées (power in ideas) pour qualifier la manière dont les institutions exercent une hégémonie sur la production d’idées subjectives et limitent ainsi l’espace du possible.

5 Notre focale est dès lors plus restreinte que celle adoptée par R. Linossier (2012) lorsqu’elle s’intéresse au développement d’un marché du conseil en stratégies et projets urbains, qui comprend toute une série d’activités liées en particulier à l’urbanisme et à l’aménagement.

6 Nous définissons le néolibéralisme comme un « courant de pensée selon lequel la propriété privée, la liberté, le marché et la compétition sont considérés comme supérieurs et au-dessus des autres formes de régulation sociale » (Birch, 2017, 22). La question de savoir comment cette définition générale peut être opérationnalisée pour expliquer le changement urbain est source de controverses (Le Galès, 2016). Dans cet article, nous nous limitons à considérer les valeurs centrales de cette doctrine, et notamment l’idée de compétition, et leur traduction dans les politiques urbaines de développement économique.

7 Le concept de paradigme est proche de celui de référentiel dans la mesure où il désigne « une structure de sens », un ensemble de normes d’action largement partagées qui structurent les politiques publiques. Ainsi, le paradigme de la compétition interterritoriale et celui des politiques urbaines de développement économique sont analytiquement distincts. Pour une discussion de la notion de paradigme et de ses liens avec les processus de changement des politiques publiques, nous renvoyons à Daigneault (2014).

8 M. Porter est un chercheur en sciences de gestion, disposant d’une réputation internationale pour ses écrits sur l’avantage compétitif des nations. Porter a aussi contribué de manière significative à esquisser une théorie sur la construction de l’avantage compétitif des firmes et les stratégies d’entreprises dans leur environnement concurrentiel qui a été ensuite reprise dans les cours et manuels des écoles de management.

9 On peut notamment citer le cas emblématique de Lyon 2010 (Galimberti, 2015).

10 Les membres de droit sont en effet : la Métropole européenne de Lille ; la région Hauts-de-France ; le département du Nord ; l’État ; le Syndicat mixte du Scot de Lille Métropole ; la Chambre de commerce et d’industrie Grand Lille.

11 L’EPA Bordeaux Euratlantique rassemble des représentants de l’État (représentants des ministres de l’Urbanisme ; Logement ; Budget ; Transport ; Environnement ; des Collectivités territoriales) et des autorités locales (région Nouvelle-Aquitaine ; Bordeaux Métropole ; ville de Bordeaux ; ville de Bègles ; conseil départemental de la Gironde ; ville de Floirac).

12 Cette initiative est présentée par la banque comme faisant partie des actions de « responsabilité sociale des entreprises » et donc justifiée comme relevant des actions pour contribuer au développement des communautés locales. Cependant, on peut noter que ces projets permettent à l’institution financière de collecter un ensemble non négligeable des données localisées qui peuvent par la suite être utilisées dans les activités de conseil. JP Morgan n’est pas la seule institution financière qui développe des actions d’accompagnement stratégique des villes. On peut aussi mentionner le programme Future Cities and new industries de HSBC, qui se veut un programme qui cherche à proposer des solutions financières pour les projets d’investissement des entreprises et des gouvernements locaux.

13 G. Clark est un consultant spécialisé dans le conseil économique aux villes, ayant construit dans le temps une carrière professionnelle de « global advisor ». Après avoir débuté sa carrière au sein d’organismes de développement à Londres (London development Agency), il est devenu consultant pour les organisations internationales et le think tank. Il a fondé son propre cabinet, The Business of Cities, pour ensuite rejoindre le programme Future Cities & New Industries de la banque HSBC. Il incarne ainsi une forte proximité entre gouvernements urbains et sphère gestionnaire et financière.

14 Cela concerne notamment la manière avec laquelle « les acteurs essaient de dépolitiser les idées jusqu’au point où elles sont mises en arrière-plan, c’est-à-dire qu’elles sont tellement acceptées que leur existence pourrait être oubliée, bien qu’elles continuent à structurer la manière avec laquelle les acteurs pensent la société, le politique et l’économie » (notre traduction, Carsten et Schmidt, 2016, p. 329).

15 Ce collectif a contribué à forger une nouvelle catégorisation des activités économiques à partir de la question de la citoyenneté politique et sociale. Le collectif regroupe des chercheurs qui ont noué des liens avec des praticiens territoriaux, notamment au Royaume-Uni. Des villes et régions ont commencé à se saisir des idées à la base de la notion d’économie fondamentale pour bâtir des plans de développement. Voir notamment le cas du gouvernement de Galles : <https://gov.wales/foundational-economy> (consulté le 13 novembre 2020).

16 Les experts du CLES qualifient le community wealth building de nouveau paradigme pour le développement local. Ce paradigme se fonde sur l’idée de produire du bien-être pour les communautés locales au travers notamment du recours aux commandes publiques et du soutien aux entreprises locales. Sur le cas de la ville de Preston, nous renvoyons à cet article de The Guardian. On pourra noter que, à l’instar des recettes de développement mainstream, on observe aussi un phénomène de construction de modèles de villes exemplaires (Béal, 2014). Le cas de la ville de Preston s’appuie sur la mise en place du modèle des coopératives de Cleveland (Ohio), et est lui-même présenté comme un modèle à suivre par le cabinet international de conseil Price Waterhouse Coopers. <https://www.theguardian.com/politics/2018/nov/01/preston-named-as-most-most-improved-city-in-uk> (consulté le 13 novembre 2020).

17 <https://www.frequencecommune.fr/> (consulté le 13 novembre 2020).

18 Les deux auteurs proposent d’identifier des moments plus ou moins favorables à un changement des politiques urbaines guidées par les idées (ideationally led political development) en croisant deux variables, le basculement du statu quo, dû notamment à des moments de changement politique et à des crises économiques, et la cohérence/force des intérêts matériels des acteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deborah Galimberti, « (Un)usual suspects ? Le pouvoir idéationnel des experts dans la construction et diffusion du paradigme de la compétition interterritoriale dans les villes françaises »Métropoles [En ligne], 30 | 2022, mis en ligne le 04 juillet 2022, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/8580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.8580

Haut de page

Auteur

Deborah Galimberti

Chercheuse associée au Centre Émile-Durkheim (Sciences Po Bordeaux/CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search