Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30RecensionsKian Goh, Form and Flow. The Spat...

Recensions

Kian Goh, Form and Flow. The Spatial Politics of Urban Resilience and Climate Justice / Ihnji Jon, Cities in the Anthropocene: New Ecology and Urban Politics

Cambridge, MIT Press 2021, 298 p. / Londres, Pluto Press 2021, 208 p.
Anne-Lise Boyer
Référence(s) :

Kian Goh, Form and Flow. The Spatial Politics of Urban Resilience and Climate Justice, Cambridge, MIT Press 2021, 298 p. / Ihnji Jon, Cities in the Anthropocene: New Ecology and Urban Politics, Londres, Pluto Press 2021, 208 p.

Texte intégral

1La température moyenne de la Terre a augmenté de 1,2°C entre 1880 et 2021, notamment sous l’effet des activités humaines qui rejettent des quantités de gaz à effet de serre de plus en plus grandes (GIEC, 2021). En lien avec le changement climatique, les phénomènes extrêmes se multiplient : vagues de chaleur, raréfaction ou intensification des précipitations, niveaux records des marées hautes. L’urbanisation augmentant à l’échelle de la planète – selon l’Organisation des Nations Unies, en 2050, 70 % de la population du globe vivra en ville –, ce sont dans les espaces urbains que les conséquences du changement climatique devraient se faire sentir pour le plus grand nombre. Les villes sont une force motrice du changement climatique parce qu’elles pèsent d’un poids considérable dans les émissions de gaz à effet de serre, mais elles sont aussi les lieux les plus exposés aux problèmes environnementaux. En effet, la forte concentration de population ainsi que la densité importante d’infrastructures et de biens matériels multiplient les enjeux face aux aléas climatiques.

2Les deux ouvrages recensés s’intéressent à la prise en charge des risques liés au changement climatique par les acteurs urbains. Ils considèrent les villes comme des laboratoires de l’adaptation au changement climatique et questionnent le rôle qu’elles peuvent jouer dans la gouvernance mondiale du climat. Ils proposent aussi d’explorer les recompositions socio-spatiales auxquelles donne lieu l’irruption de la nature, sous la forme des effets du changement climatique, dans le fonctionnement des systèmes urbains.

  • 1 Soit la période géologique contemporaine, caractérisée par l’empreinte irréversible de l’homme sur (...)
  • 2 Sauf mention contradictoire, les citations sont des traductions de l’auteure de cette recension.

3Cities in the Anthropocene : New Ecology and Urban Politics est un livre d’Ihni Jon, maîtresse de conférences (Lecturer) à l’Université de Melbourne, en Australie. Publié chez Pluto Press, une maison d’édition anglaise engagée, notamment dans les luttes anticapitalistes, il s’inscrit dans le champ de la « New Ecology », inspirée des travaux de Bruno Latour, d’Anna Tsing ou de Donna Haraway. Ce courant de pensée propose de se saisir de l’Anthropocène1 pour appeler à une reconfiguration des relations sociétés-nature. Il s’agit désormais de considérer des processus de coévolution entre humains et non-humains et de mettre l’accent sur les expériences empiriques, voire sensorielles, de notre environnement proche. L’objectif est de rendre possible une relation de soin avec la nature, qui ne relève non plus d’un « acte de bienfaisance chevaleresque qui n’a rien à voir avec notre vie quotidienne » (p. 20)2, mais bien de la prise de conscience d’une interdépendance qui mette en jeu la survie des parties prenantes, humaines et non humaines (chapitre 1).

4Tâchant de répondre au défi que pose le changement climatique pour les politiques publiques, l’autrice défend la thèse selon laquelle l’échelle des villes est particulièrement pertinente pour mettre en place des stratégies d’adaptation (chapitre 2). Son questionnement de recherche suit deux voies qui s’entrecroisent fréquemment. La première s’intéresse aux nouvelles propositions d’infrastructures qui rendent visible le continuum nature-culture en ville (infrastructures vertes, décentralisées, voire déconnectées des réseaux, collecte des eaux de pluie, énergie solaire). La deuxième s’intéresse aux discours et pose la question des manières de faire pour susciter l’intérêt et le soin pour l’environnement chez des personnes éloignées de ces préoccupations, notamment dans les contextes où les besoins économiques priment. Quatre études de cas sont mobilisées pour répondre à ces problématiques : Darwin en Australie (Territoire du Nord) et Tulsa aux États-Unis (Oklahoma) dans le chapitre 3 ; Cleveland aux États-Unis (Ohio) et Le Cap en Afrique du Sud dans le chapitre 4. Enfin, le livre se referme sur un chapitre théorique qui invite à analyser les villes au prisme de la théorie des systèmes complexes héritée de Deleuze et Guattari (1980). Il s’agit de démontrer à quel point c’est justement la complexité des villes – plutôt que leur intensité – qui en fait des lieux propices à la mise en œuvre sur le long terme de l’articulation entre le social et l’environnemental. Ainsi, l’ouvrage s’inscrit dans une approche poststructuraliste, influencée par la pensée d’universitaires européens (H. Arendt, S. de Beauvoir, E. Morin), élargie et renouvelée au passage par les apports d’une bibliographie française s’appuyant, entre autres, sur les travaux récents du philosophe Pierre Charbonnier ou de la géographe Magali Reghezza-Zitt.

5Dans Form and Flow. The Spatial Politics of Urban Resilience and Climate Justice, Kian Goh dresse une géographie des stratégies émergentes d’adaptation au changement climatique en s’intéressant aux cas de trois métropoles : New York, Jakarta et Rotterdam. Architecte et professeur d’urbanisme à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), elle mobilise une approche de géographie critique ainsi que les outils et concepts de l’urban political ecology (UPE). L’UPE propose de considérer la ville comme le produit de multiples processus socio-écologiques et de considérer la nature comme une variable importante dans la fabrique urbaine (Heynen, Kaïka et Swyngedouw, 2006). Cette approche s’appuie sur le croisement entre approches « par le haut » (géographie politique du jeu des acteurs dominants) et « par le bas » (géographie sociale qui prête attention aux inégalités).

  • 3 La notion de justice environnementale renvoie à la fois à un mouvement social qui a émergé aux Éta (...)

6La recherche présentée dans cet ouvrage explore trois programmes d’adaptation au changement climatique, à savoir Rebuild by Design à New York après le passage de l’ouragan Sandy en 2012, le Giant Sea Wall à Jakarta contre la montée du niveau de la mer, et Rotterdam Climate Proof, la stratégie de Rotterdam pour devenir une ville à l’épreuve du climat (chapitre 1). Le chapitre 2 adopte le prisme de la justice environnementale3 pour montrer comment marginalisation urbaine et exposition aux impacts des changements environnementaux sont intriquées. Le travail de recherche retrace la généalogie des documents élaborés par les gouvernements et explore leur mise en œuvre ainsi que les réactions des populations locales concernées. Grâce à une approche relationnelle de ces cas d’étude, K. Goh analyse la mise en place de grands réseaux de collaboration et de transferts de connaissances à l’échelle mondiale. Rotterdam joue un rôle pivot dans ces réseaux, se présentant comme un haut lieu historique de l’adaptation au changement climatique (savoir-faire de l’ingénierie hollandaise héritée des polders) et du fait de ses relations post-coloniales avec l’Indonésie (chapitre 3). L’ouvrage accorde une place importante aux « contre-plans » (counterplans) qui naissent de la mobilisation habitante contre les évènements climatiques extrêmes pour mettre en relief les contradictions des stratégies d’adaptation proposées par les décideurs : Red Hook Initiative face à l’Ouragan Sandy à New York ; lutte contre l’éviction des kampungs informels à partir des grandes inondations de 2013 à Jakarta (chapitre 4). Enfin, le chapitre 5 présente l’argument final de l’autrice qui appelle à la (re)politisation des pratiques d’urbanisme et de design urbain. Il ne suffit plus seulement de s’appuyer sur des dispositifs de participation publique. Il faut aller plus loin en travaillant de concert avec des associations engagées localement et luttant pour un changement social plus large.

7En matière de méthodes d’enquête, les analyses recourent à des approches similaires, fondées sur la pratique des entretiens semi-directifs, la collecte de conversations informelles, la consultation d’archives et de documents d’urbanisme. Cependant, si l’étude menée par K. Goh donne à voir une grande variété d’acteurs (publics et privés, individuels et collectifs, experts et habitants), celle d’I. Jon s’intéresse avant tout aux gouvernements locaux et aux associations. On pourrait regretter que cette dernière n’englobe pas un plus large éventail de parties prenantes (acteurs privés, investisseurs, compagnies d’assurances, etc.). Cela aurait permis de mieux comprendre le jeu d’acteurs qui peut conduire à la transformation économique et sociale des quartiers étudiés, notamment lorsqu’elle s’intéresse à l’écueil de l’éco-gentrification. Par ailleurs, ces deux ouvrages sont des exemples remarquables de pratique de l’étude comparative en géographie urbaine et en urbanisme. Le choix de s’intéresser à chacune des villes étudiées est ainsi justifié de manière extrêmement pertinente. Dans les travaux d’I. Jon, Darwin et Tulsa sont deux métropoles dont l’économie repose avant tout sur des activités extractives (pétrole, gaz, mines) qui rendent le tissu socio-économique local peu attentif aux questions environnementales, alors que se multiplient localement les évènements climatiques extrêmes (vagues de chaleur et cyclones à Darwin ; tornades et inondations à Tulsa) ; Cleveland et Le Cap sont confrontées à des inégalités sociales chroniques et cherchent toutefois à mettre en œuvre un programme écologique. K. Goh étudie trois métropoles côtières gravement affectées par la question de la montée des eaux et dont les populations défavorisées habitent les zones de faible altitude particulièrement menacées. Pour ces deux autrices, la confrontation entre ces différentes études de cas rend possible une compréhension globale et approfondie des questions soulevées : comment mettre en œuvre une adaptation au changement climatique plus juste et inclusive ? En quoi les villes sont-elles des espaces à l’avant-garde de cette démarche ?

8De ce fait, les deux livres apportent une attention particulière aux échelles. Les défis posés par l’Anthropocène (I. Jon) ou par le changement climatique (K. Goh) soulèvent cette question cruciale : alors que la gestion nationale des problèmes environnementaux rencontre d’importantes limites, quel est donc le bon échelon de prise en charge du problème climatique et de ses conséquences ? Pour y répondre, les analyses présentées s’appuient toutes deux sur le cadre théorique des « politiques d’échelle » (« politics of scale », cf. Smith, 2008 ; Brenner, 2019). K. Goh se positionne pleinement dans cette pensée d’héritage marxiste – selon laquelle le capitalisme prend appui et joue des différentes échelles (locale, urbaine, régionale, nationale, mondiale) pour maintenir les processus d’accumulation. De son côté, I. Jon cherche à le dépasser en intégrant notamment l’écologie politique de B. Latour et la théorie des systèmes complexes. Pour résoudre le dilemme qui naît d’une crise globale aux conséquences locales, cette dernière a pour ambition de proposer un nouveau cadre théorique pour réunir les deux échelles – locale et globale – nécessaires à la mise en œuvre d’une action collective et politique sur l’environnement. L’une des solutions est de considérer le « global » non plus comme une échelle à proprement parler, mais plutôt comme un synonyme d’« omniprésence », une condition imprégnant chaque seconde du fonctionnement quotidien de l’individu et des sociétés humaines. Pour autant, les deux autrices se rejoignent sur l’affirmation de la nécessité de prendre en compte la matérialité des territoires concernés dans les stratégies d’adaptation au changement climatique. Elles s’accordent aussi sur l’importance de mettre en œuvre des politiques environnementales qui tiennent compte des caractéristiques socio-économiques et intègrent les voix des habitants dans le processus de décision (place-based environmental politics). Leur focale sur la ville intéressera forcément les lecteurs issus des études urbaines. Cependant, elle reste peu discutée dans le cadre du débat plus large évoqué par les deux autrices sur les échelons pertinents de prise en charge de la question climatique, notamment chez I. Jon dont l’argumentation se rapproche d’un véritable éloge à la ville comme « front pionnier » de la mise en œuvre d’innovations environnementales.

9Les deux ouvrages interrogent les enjeux de justice environnementale et de justice climatique en discutant notamment le problème de l’inégale distribution des effets des changements environnementaux. Lors du Day Zero au Cap en 2018, la pénurie d’eau touche avant tout les populations les plus démunies qui n’ont pas les moyens de se tourner vers des sources alternatives, tandis que les grandes inondations à Jakarta en 2013 ravagent avant tout les kampungs, les logements informels installés sur les rives du fleuve Ciwilung. Pour les deux autrices, les sociétés se trouvent à un tournant dans leur manière d’aborder les questions environnementales. Plutôt que de maintenir le statu quo – considérer la nature comme une perturbation extérieure pour I. Jon, s’appuyer sur la nature pour faire perdurer des logiques d’accumulation pour K. Goh – l’ambition de s’adapter au changement climatique devrait aller de pair avec la création de nouveaux modèles. Elles analysent ainsi les risques de l’éco-gentrification : lorsque les stratégies d’adaptation entraînent une amélioration de la désirabilité pour les quartiers ciblés, se traduisant ensuite par une hausse des valeurs immobilières, elles mènent au départ des populations défavorisées. S’intéressant toutes deux aux futurs urbains, elles portent une attention particulière aux discours qui légitiment une certaine vision de ce que devrait être la ville compte tenu des changements environnementaux globaux. K. Goh montre à quel point les discours dominants se façonnent, se standardisent et circulent à l’échelle mondiale au sein des grandes associations de villes (comme le Cities Climate Leadership Group-C40 ou le réseau 100 Resilient Cities) en suivant des logiques héritées du colonialisme, des Nords vers les Suds. Par contraste, I. Jon observe l’importance du vocabulaire dans la démarche d’imbrication des enjeux environnementaux et économiques et plaide en faveur d’un « environnementalisme pragmatique » qui mobilise un vocabulaire ordinaire et quotidien, tel que celui de la météo, des factures d’électricité et d’eau, du prix à la pompe, de la qualité de l’air et des paysages urbains.

10Ainsi, les analyses présentées dans ces deux ouvrages sont le fruit de recherches décrites comme engagées. I. Jon s’affirme comme pro-environnementaliste (p. 164). K. Goh ne cache pas sa lecture de l’adaptation au changement climatique comme un processus qui devrait être radicalement transformationnel : « l’adaptation ne peut être comprise uniquement comme une réponse de plus en plus urgente aux effets du changement climatique, mais comme un mouvement vers une transformation nécessaire des relations socio-spatiales et de l’économie politique d’un monde modifié par le changement climatique » (p. 176). En France, ces positionnements distincts font écho à la controverse qui, à l’automne 2021, a opposé l’économiste F. Lordon à B. Latour dans la formulation des questions relatives au changement climatique, le premier accusant le second de contribuer à leur dépolitisation en refusant de désigner le capitalisme comme principale cause des problèmes environnementaux. Toutefois, avec Cities in the Anthropocene, I. Jon fait la démonstration plutôt réussie que la dépolitisation de la nature permet aussi d’éviter des raidissements politiques qui viendraient limiter l’implication de ceux qui ne partagent pas les mêmes points de vue idéologiques sur la protection de l’environnement, à l’heure où nous n’avons plus le choix. Dans la réflexion en cours sur les formes que peut prendre l’adaptation au changement climatique, c’est sans doute le croisement des deux approches formulées par I. Jon et K. Goh qui peut créer un terrain fertile : à mi-chemin entre la reconnaissance d’un rapport sensible et omniprésent à la nature et la prise de conscience que les défis posés par le changement climatique relèvent avant tout d’un problème d’économie politique.

Haut de page

Bibliographie

Brenner, N. (2019), New Urban Spaces: Urban Theory and the Scale Question,Oxford, Oxford University Press, 480 p.

Deleuze, G. et Guattari, F. (1980), Mille Plateaux : Capitalisme et Schizophrénie 1, Paris, Les Éditions de Minuit, 645 p.

GIEC IPCC AR6 (2021), Climate Change 2021: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press.

Heynen, N., Kaika, M. et Swyngedouw, E. (2006), « Urban Political Ecology: Politicizing the Production of Urban Natures » in N. Heynen, M. Kaika et E. Swyngedouw (dir.), The Nature of Cities: Urban political Ecology and the Politics of Urban metabolism, Abingdon, Routledge, p. 1-20.

Smith, N., 2008, Uneven Development: Nature, Capital and the Production of Space, Athens, University of Georgia Press, 344 p.

Haut de page

Notes

1 Soit la période géologique contemporaine, caractérisée par l’empreinte irréversible de l’homme sur les milieux naturels.

2 Sauf mention contradictoire, les citations sont des traductions de l’auteure de cette recension.

3 La notion de justice environnementale renvoie à la fois à un mouvement social qui a émergé aux États-Unis au début des années 1980 et à un angle d’analyse scientifique qui met en relief le problème de la surexposition des populations défavorisées aux risques environnementaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Lise Boyer, « Kian Goh, Form and Flow. The Spatial Politics of Urban Resilience and Climate Justice / Ihnji Jon, Cities in the Anthropocene: New Ecology and Urban Politics »Métropoles [En ligne], 30 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/8755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.8755

Haut de page

Auteur

Anne-Lise Boyer

Post-doctorante, Labex DRIIHM, EVS UMR 5600

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search