Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30RecensionsJeroen Klink, Metropolis, money a...

Recensions

Jeroen Klink, Metropolis, money and markets: Brazilian urban financialization in times of re-emerging global finance

New York, Routledge, 2020, 224 p.
Daniel Sanfelici
Référence(s) :

Jeroen Klink, Metropolis, money and markets: Brazilian urban financialization in times of re-emerging global finance, New York, Routledge, 2020, 224 p.

Texte intégral

1Depuis quelques années, une profusion d’études s’intéresse à la transformation croissante de différents objets urbains – équipements et infrastructures, bâtiments tertiaires et résidentiels, entrepôts logistiques, etc. – en actifs financiers générateurs de revenus. Elles se sont surtout multipliées depuis que la crise des subprimes aux États-Unis a mis en évidence les connexions (potentiellement critiques pour la stabilité financière mondiale) entre les systèmes financiers fortement interdépendants et la production matérielle de l’espace urbain et régional. Néanmoins, ces études empiriques ont donné la priorité à un groupe de pays du Nord, principalement de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord. Cela s’explique par le fait que les processus en question s’y sont implantés il y a plus longtemps et, par conséquent, qu’ils y sont plus répandus et plus intenses. Malgré tout, des recherches sur les liens entre les marchés globaux de capitaux et la production du milieu urbain dans des pays de l’Amérique latine, de l’Asie et de l’Afrique se sont multipliées dans les dernières années.

2Ces études ne se résument pas à de simples exemples reflétant la diversité empirique du processus de financiarisation aux fondements conceptuels déjà établis sur la base de cas paradigmatiques. Fondées sur des contextes politiques et sociaux distincts, elles sont susceptibles d’apporter des éléments conduisant à une révision et un perfectionnement des théories anglo-saxonnes. C’est précisément l’argument et le dessein de Jeroen Klink, professeur d’études urbaines à l’Université ABC (Brésil), dans son ouvrage : faire la lumière sur le cas brésilien non seulement en tant que réalité supposément singulière, mais aussi comme matière pour une relecture théorique du processus de financiarisation.

  • 1 Pour la théorie post-keynésienne, l’idée de monnaie endogène signifie que la création monétaire es (...)

3L’auteur synthétise ses recherches sur différentes dimensions et expressions de la financiarisation au Brésil en combinant trois corpus théoriques. De la théorie monétaire postkeynésienne, il reprend l’idée de la monnaie et du crédit endogènes à la dynamique capitaliste, ce qui la rend toujours sujette à l’instabilité systémique1. Les approches de comptabilité critique lui permettent de poser la problématique des relations de pouvoir entre actionnaires et gestionnaires dans les entreprises qui investissent dans ladite « économie réelle ». Les études sociales de la finance éclairent quant à elles les entrelacements de ce secteur avec la vie quotidienne, ainsi que le pouvoir qu’ont les idées sur les comportements et les décisions, ce que résume le concept de « performativité » développé par l’économie culturelle. À partir de ce corpus théorique, Klink analyse la pénétration croissante de logiques financières dans des activités aussi diverses que la promotion immobilière, la gestion publique de projets d’aménagement et les services de captation, traitement et distribution d’eau potable. Il met ainsi en évidence les différents champs d’intervention des investisseurs financiers dans la production urbaine.

4Les deux premiers chapitres servent de préambule aux chapitres suivants. Klink y expose les prémisses théoriques de sa conception de la financiarisation. Il insiste sur le caractère multiscalaire de l’État et de la monnaie, ce qui lui permet de situer la ville comme un locus privilégié de diffusion du capital financier à travers le rééchelonnement de l’État keynésien. En s’appuyant sur les travaux du sociologue brésilien Francisco de Oliveira (1998), il montre le rôle central et, d’une certaine manière, singulier, de l’État (ou, pour reprendre les termes d’Oliveira, des « fonds publics ») pour « l’urbanisation des finances » dans les pays du Sud. Celle-ci se manifeste surtout dans les actions des planificateurs pour absorber et disséminer des métriques, des conventions et des modèles financiers qui changent les objets urbains en actifs financiers. Klink critique la théorie de la financiarisation dite subordonnée, proposée par des auteurs comme Costas Lapavitsas (2013) : prisonnière du nationalisme méthodologique, celle-ci se limite à des indicateurs comme le bilan de paiements des pays pour mesurer l’extension du processus de financiarisation. Pour Klink, seule une vision multiscalaire permet d’envisager la financiarisation telle qu’elle est, à savoir un processus complexe et protéiforme qui n’est pas toujours apparent au niveau des données macroéconomiques à l’échelle nationale.

5Le chapitre 3 offre au lecteur qui ne connaît pas la réalité brésilienne un panorama historique des régimes monétaires et financiers du pays et de leurs conséquences sur le financement de la production urbaine. Pour Klink, c’est surtout après 1964 que se consolident le système financier national et son orientation pour financer, via des banques publiques et privées fortement réglementées par l’État, la construction et l’acquisition du logement et des infrastructures urbaines comme l’assainissement. Marquée par la plus grande présence de l’État dans la régulation et la coordination du système financier du logement et dans la fourniture directe d’habitation, cette période est cependant interrompue par la crise de la dette externe qui s’abat sur le pays à partir des années 1980.

6Après une série de solutions ad hoc pour réactiver le crédit immobilier pendant les années 1980, de nouvelles politiques ont été mises en place dans la décennie suivante pour développer un cadre régulatoire plus solide et capable, entre autres, d’établir un lien plus étroit entre les marchés immobilier et financier. Ce nouveau cadre régulatoire s’est associé à un scénario macroéconomique plus favorable et à des politiques d’aide au crédit immobilier, avec pour conséquence une production immobilière soutenue à partir du milieu des années 2000. Cette reconstitution historique de l’évolution des systèmes de financement immobilier aide à comprendre la présence croissante et la participation des investisseurs financiers à la construction des villes brésiliennes.

  • 2 Pour plus d’informations, voir l’article de Laisa Stroher (2021).

7Klink examine par la suite les différentes dimensions de la financiarisation des villes brésiliennes ainsi que ses agents. Dans le chapitre 4, il analyse l’instrument d’urbanisme « opération urbaine collective » (OUC), réglementé par la loi approuvée en 2001 (sur le « Statut des villes ») et employé dans des villes comme São Paulo, Rio de Janeiro ou Curitiba2. L’instrument permet aux gouvernements municipaux de définir un périmètre d’intervention pour cibler des investissements dans les infrastructures et la requalification urbaine. Les recettes sont obtenues par la vente aux enchères des droits de construction aux promoteurs immobiliers qui souhaitent construire dans le périmètre, mais aussi aux investisseurs financiers (car ces droits fonctionnent comme des titres financiers qui peuvent être négociés sur des marchés secondaires). Non intégrées au budget de droit commun, ces recettes doivent nécessairement être investies à l’intérieur du périmètre délimité. Dans ce cadre, Klink souligne l’utilisation de techniques de calcul importées du secteur financier, comme la valeur actuelle nette (VAN) dans les études de viabilité financière qui servent à établir les prix de vente des droits de construction et de ces certificats conformément aux attentes des acteurs du marché.

8Le chapitre suivant est consacré à la gouvernance de l’eau dans l’État de São Paulo, le plus peuplé du Brésil, et aux conflits qu’elle suscite entre entités gouvernementales autour de la tarification de l’eau. Il est ici question de la société régionale de distribution d’eau, la Compagnie d’assainissement de base de l’État de São Paulo (SABESP), partiellement privatisée après l’ouverture de son capital à des actionnaires en 1996. Suivant les approches de comptabilité critique de la valeur actionnariale (shareholder value), l’auteur se penche sur les modèles de tarification utilisés pour établir le prix de facturation aux municipalités pour l’eau distribuée. Il identifie l’adoption de méthodologies financières de calcul par l’entreprise (comme le flux de trésorerie actualisé) ainsi que l’utilisation de différents stratagèmes comptables. Le recours à ces procédés de maximisation du prix de l’eau en gros, au profit des actionnaires, a créé des tensions entre la SABESP et des compagnies municipales. Ainsi, le chapitre montre les risques potentiels que fait courir la financiarisation du service d’assainissement sur l’accès plus large et plus égalitaire à l’eau.

  • 3 Il s’agit d’un ensemble de villes de tradition industrielle appartenant à la région métropolitaine (...)

9Dans le chapitre 6, Klink analyse le programme ambitieux de logement social Minha Casa Minha vida (littéralement, Ma maison, ma vie). Lancé en 2009 pendant le deuxième mandat du président Lula da Silva (2007-2010), ce programme associait des subventions et des taux d’intérêt réglementés pour élargir l’accès des ménages modestes à l’achat de logements. Les nombreuses études dont il a déjà fait l’objet, aussi bien au Brésil qu’à l’étranger, s’accordent sur le fait qu’il a favorisé l’expansion de lotissements et de copropriétés dans les banlieues distantes des centres-villes et des infrastructures essentielles pour la vie urbaine. Ce faisant, ce programme a répété des erreurs déjà identifiées dans des expériences antérieures de politiques du logement au Brésil. À cet égard, l’une des plus grandes contributions empiriques du livre est d’offrir une lecture plus nuancée du programme, en particulier avec l’étude de son implantation dans la Région du Grand ABC3. L’examen du nombre de logements construits indique que là où les municipalités ont mis à disposition des espaces bien localisés, les infrastructures comme les écoles, les dispensaires, les réseaux de transports, etc. ont suivi. Cela montre que les municipalités possèdent une marge de manœuvre, au moins partielle, pour encadrer les entreprises du programme par le biais d’une politique locale d’utilisation et d’occupation du sol qui atténue les problèmes souvent évoqués dans les expériences reprises par la littérature. Toutefois, même dans ces municipalités, le programme a présenté des contradictions : au fur et à mesure de l’augmentation des prix du sol, les entreprises ont transféré une partie du stock construit – destiné au logement social – vers le marché non régulé, à l’encontre de l’objectif de loger les familles à faible revenu.

10Le dernier chapitre aborde l’apparition de nouveaux instruments de financement des collectivités locales dans un contexte de difficultés fiscales croissantes. Klink analyse plus particulièrement le cas de PBH Ativos, une entreprise créée par la ville de Belo Horizonte (environ 2,7 millions d’habitants) pour administrer les recettes des « actifs » de la municipalité (surtout des immeubles et des terrains, mais aussi des recettes fiscales provenant d’impayés) et obtenir des ressources du marché des capitaux pour financer des projets d’intervention urbaine. L’entreprise relève donc d’une tentative pour faire face aux contraintes budgétaires auxquelles sont sujettes les communes qui, entre autres mesures, ne sont pas autorisées à recourir à la dette. Par conséquent, la création d’entreprises autonomes est conçue comme un moyen de tirer parti du marché des capitaux (et donc de la financiarisation) en contournant les limites de l’investissement public.

11À l’image de ce résumé, on comprend que l’ouvrage aborde une diversité de questions. Il propose des réflexions et des problématisations qui enrichissent la compréhension théorique de la financiarisation en tant que phénomène multiscalaire et géographiquement varié. L’auteur met ainsi l’accent sur la configuration multiscalaire de l’État brésilien et sur la manière dont les relations entre échelons politiques peuvent soit susciter les processus de financiarisation urbaine, soit servir de point de contestation pour l’avancée de ces processus – comme ce fut le cas avec la commune de Santo André quand elle s’est opposée à la politique de prix de distribution d’eau appliquée par la SABESP de l’État de São Paulo.

12Un autre aspect important abordé par l’ouvrage concerne le rôle de l’État dans le processus de financiarisation. Dans un dialogue avec l’ouvrage du sociologue brésilien Francisco de Oliveira (1998), Klink observe la fragilité des relations de marché du capitalisme périphérique et montre l’importance de l’État pour minimiser les risques inhérents aux transactions financières. Loin d’être l’expression de la réussite de l’idéologie du libre marché, la financiarisation est un projet dont le succès repose sur les actions de l’État en vue de construire et de consolider un marché des capitaux.

13Au cours de son analyse, l’auteur soulève des questions qui méritent d’être approfondies. L’une d’elles porte sur l’extension et la densité du processus de financiarisation dans un pays comme le Brésil. Dans le chapitre 4 sur les opérations urbaines, par exemple, Klink fait mention de l’influence du marché financier sur les modèles de calcul pour établir le prix des certificats de droits de construction aux enchères. En revanche, la financiarisation se fait moins évidente à l’autre bout du processus : le marché secondaire de revente de titres est peu actif pour ces certificats ; et la plupart de ceux qui les achètent sont des entreprises de construction, et non des investisseurs financiers en quête de plus-values à court terme. Le chapitre 6 sur le programme de logement social Minha casa, minha vida suscite également des interrogations sur la portée explicative du concept de financiarisation dans la mesure où certains des résultats décrits sont sans doute plutôt dus au programme lui-même qu’à la présence du capital financier comme investisseur (par exemple via le rachat des prêts accordés aux ménages par les banques, pratique qui demeure rare). Ces questions montrent la nécessité de penser la domination financière comme partielle et incomplète, entrecoupée d’héritages institutionnels divers qui dressent des obstacles à sa progression.

14Un autre débat à reprendre plus en détail concerne le rôle central de l’État dans la financiarisation périphérique, entendu comme une condition particulière du Sud et souligné dans plusieurs passages. Il faut rappeler ici que beaucoup de chercheurs, en sociologie économique notamment, mettent aussi en évidence le rôle de l’État pour construire et fonder les marchés dans les pays du Nord – il suffit de penser au rôle des entreprises Fannie Mae et Freddie Mac, sponsorisées par le gouvernement américain pour créer un climat de confiance sur le marché des hypothèques titrisées des États-Unis (Gotham, 2006). Par conséquent, il est nécessaire de mieux délimiter ce qui distingue les actions de l’État dans la financiarisation périphérique par rapport aux marchés plus établis.

15Dans son ensemble, le livre offre une vision très nuancée et complexe de la financiarisation en tant que processus contradictoire et en constante évolution. Son mérite est d’insérer le Sud dans la discussion : pas seulement comme un exemple de variation empirique autour d’un modèle théorique conçu dans le Nord, mais comme une source de réflexion à part entière qui enrichit la compréhension théorique de la financiarisation urbaine. En s’intéressant à l’aspect multiscalaire des processus dans une économie périphérique, Klink dévoile des dimensions du processus qui seraient difficilement perçues dans une étude centrée exclusivement sur l’échelle nationale. Le livre est donc en soi un point de départ incontournable pour d’autres recherches sur les variétés du processus de financiarisation.

Haut de page

Bibliographie

Gotham, K. F. (2006), « The secondary circuit of capital reconsidered: globalization and the US real estate sector ». American journal of sociology, 112, 1, p. 231-275.

Lapavitsas, C. (2013), Profiting without producing: how finance exploits us all, New York, Verso Books.

Oliveira, F. (1998), Os direitos do antivalor: a economia política da hegemonia imperfeita, Petrópolis, Editora Vozes.

Stroher, L. (2021), « Financiarisation et réaménagement urbain : le cas des ‘Opérations urbaines’ au Brésil », Métropolitiques, <https://metropolitiques.eu/Financiarisation-et-reamenagement-urbain-le-cas-des-Operations-urbaines-au.html>.

Haut de page

Notes

1 Pour la théorie post-keynésienne, l’idée de monnaie endogène signifie que la création monétaire est un produit du cycle économique et des décisions d’épargne et de dépense des agents économiques, et non une décision discrétionnaire exogène des autorités monétaires comme le conçoit le monétarisme.

2 Pour plus d’informations, voir l’article de Laisa Stroher (2021).

3 Il s’agit d’un ensemble de villes de tradition industrielle appartenant à la région métropolitaine de São Paulo : Santo André, São Bernardo do Campo et São Caetano (d’où le sigle ABC).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Sanfelici, « Jeroen Klink, Metropolis, money and markets: Brazilian urban financialization in times of re-emerging global finance »Métropoles [En ligne], 30 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/8790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.8790

Haut de page

Auteur

Daniel Sanfelici

Maître de conférences, département de géographie, Universidade Federal Fluminense

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search