Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31VariaDes jeunes de milieu populaire fa...

Varia

Des jeunes de milieu populaire face à la gentrification à Pantin : une dialectique entre présent et avenir

Working-class youth facing gentrification in Pantin: a dialectic between present and future
Jeanne Demoulin, Claudette Lafaye et Collectif Pop-Part

Résumés

À partir d’une enquête empirique et participative centrée sur la ville de Pantin, limitrophe du 19e arrondissement de Paris, cet article propose une réflexion sur la manière dont la jeunesse de milieu populaire fait face aux processus de gentrification. Comment les jeunes de ces milieux réagissent-ils à l’arrivée de populations plus aisées ? Selon quelles modalités leurs pratiques de la ville évoluent-elles avec les transformations de l’environnement urbain et social ? Parviennent-ils à s’approprier ces transformations dans leurs discours comme dans leurs pratiques et, si oui, de quelle manière ? Après avoir retracé les mutations de la ville de Pantin et les caractéristiques du processus de gentrification en cours, cet article documente et analyse l’ambivalence qui caractérise les discours et les pratiques des jeunes de classes populaires. Il montre que cette ambivalence est moins ancrée dans l’attachement au passé que dans l’incertitude que l’avenir leur réserve. Si par leurs pratiques les jeunes tirent certains bénéfices de la gentrification au moment de l’enquête, ils s’interrogent aussi sur la place qui peut être la leur dans cet espace à moyen et à long terme. Leurs discours sur la gentrification constituent alors un analyseur puissant de leur manière de se construire et de se projeter dans un espace urbain, et par extension, dans une société, qui les marginalisent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les transformations urbaines de l’espace bâti touchent davantage les quartiers et les communes populaires que les espaces résidentiels de la bourgeoisie, rarement affectés par des évolutions brutales de leur cadre de vie. Les sociologues qui se sont penchés sur la rénovation urbaine s’accordent sur ses effets ; ce n’est pas seulement le bâti qui est mis à mal, mais c’est l’ensemble du mode de vie des classes populaires qui se trouve déstabilisé (Coing, 1966 ; Faure, 2006 ; Gilbert, 2014, 2018). Lorsqu’ils n’ont pas été détruits, des quartiers populaires centraux des grandes agglomérations françaises sont, depuis une trentaine d’années, investis par une population nouvelle appartenant aux classes moyennes et supérieures intellectuelles (Bidou, 1984 ; Bacqué, 2006 ; Clerval, 2013). Ce processus de gentrification concerne désormais la petite couronne parisienne (Collet, 2012, 2015). Dans l’ancienne banlieue rouge, il prend de plus en plus la forme d’une mixité sociale programmée (Cayouette-Remblière, 2020) : des communes historiquement ouvrières, situées en périphérie immédiate de Paris, sont le lieu de projets d’aménagement et de requalification des espaces industriels délaissés, associés à la construction de nouveaux programmes d’habitation et à l’arrivée d’une nouvelle population plus diplômée et socialement plus aisée (Albecker, 2014 ; Raad, 2014).

2Si le caractère souvent brutal des rénovations urbaines incite à mettre la focale sur sa réception par les habitants concernés, il en va différemment pour l’analyse des processus de gentrification qui s’inscrivent dans le temps long. Les gentrifiés attirent moins l’attention des chercheurs que les gentrifieurs. L’accent est mis sur la domination qu’exercent ces derniers et l’éviction physique et symbolique de la ville des plus défavorisés (Clerval, 2013). Celle-ci s’opère après un temps plus ou moins long de cohabitation marqué par l’évitement (Authier, 1995), notamment scolaire (Butler et Robson, 2003 ; Oberti 2007 ; Clerval, 2013 ; Collet, 2015 ; Launay, 2016), par l’entre-soi ou la sélectivité des relations sociales (Cayouette-Remblière, 2020 ; Authier et Cayouette-Remblière, 2021) ou encore par la prescription et le contrôle de normes de comportement (Tissot, 2011). Les travaux qui s’intéressent aux réactions des résidents de longue date face aux nouveaux aménagements et aux nouveaux habitants convergent vers un constat de dépossession et/ou de perte de l’identité locale (Lehman-Fritch, 2008 ; Belanger, 2010 ; Watt, 2013 ; Valli, 2016). Ils abordent plus rarement les formes de résistance déployées (Giroud, 2007 ; Clerval, 2011) ou la complexité des formes de cohabitation (Chabrol et Launay, 2016).

3Alors que les transformations urbaines qui touchent les quartiers populaires sont nombreuses, la perspective reste souvent adulto-centrée (Butcher et Dickens, 2016, p. 800) ; les jeunes qui y vivent ont été étudiés, mais dans des contextes urbains qui apparaissent souvent figés. Or, la socialisation à et par l’espace (Cayouette-Remblière, Lion et Rivière, 2019), dont on peut considérer qu’elle est l’une des caractéristiques centrales du temps d’expérimentation de l’enfance (Rivière, 2021) et de la jeunesse (Kokoreff, 1993, 2005 ; Oppenchaim, 2013, 2016), se trouve directement affectée par les processus de changement urbain. Les transformations urbaines et sociales configurent l’expérience urbaine en construction des jeunes résidents qui y sont confrontés et ceux-ci, par leur présence, leurs représentations et leurs pratiques ordinaires, aménagent les contraintes extérieures qui s’imposent à eux (Boissonade, 2006 ; Giroud, 2007). Si ces transformations s’accompagnent fréquemment d’une expérience de la déstabilisation et de la perte d’un sentiment d’appartenance (Cahill, 2007 ; Faure, 2006 ; Kennelly et Watt, 2012), elles sont aussi sources d’ambivalence (Aufseesser, 2018 ; Butcher et Dickens, 2016 ; Gaudin, 2007) et ouvrent sur de nouvelles opportunités : extension de l’espace fréquenté, recours à de nouvelles activités (Ortiz-Guitart, Prats-Ferret et Baylina Ferré, 2014 ; Visser, Bolt et Van Kempen, 2014).

4Nous voudrions avec cet article contribuer à penser l’articulation entre jeunesse et gentrification. Comment les jeunes de milieux populaires réagissent-ils à l’arrivée de populations de classes plus aisées que la leur ? Quels discours tiennent-ils sur l’évolution urbaine et sociale de leurs espaces du quotidien, qui perdent plus ou moins brutalement leur caractère populaire ? Selon quelles modalités leurs pratiques de la ville évoluent-elles avec les transformations de l’environnement urbain ? Dans quelle mesure se sentent-ils encore « chez eux » et « appartenir à cet espace » (Butcher et Dickens, 2016) ? Parviennent-ils à s’approprier ces transformations dans leurs discours comme dans leurs pratiques et, si oui, de quelle manière ?

  • 1 Pour aller plus loin, on pourra se reporter à la présentation réalisée sur le site internet de la r (...)

5Pour répondre à ces questions, nous prendrons comme cas d’étude la commune de Pantin. Cette ville limitrophe du 19e arrondissement de Paris connaît en effet depuis le début des années 2000 des processus de transformations urbaines importants qui touchent une grande partie de son territoire, selon deux dynamiques distinctes. Au Nord, les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les Courtillières et les Quatre Chemins, ont fait l’objet de programmes de rénovation urbaine, tandis que les mutations du centre de la commune, qui relèvent essentiellement d’une requalification de friches industrielles et de l’aménagement des berges du canal de l’Ourcq qui traverse la ville d’ouest en est, entraînent un changement d’aspect des abords du canal et des dynamiques de gentrification résidentielle et commerciale (Van Criekingen et Fleury, 2006), sur lesquelles nous reviendrons1.

Fig. 1 : Pantin : carte de situation

Fig. 1 : Pantin : carte de situation

Source : Géoportail

6La problématique de la gentrification est apparue avec force dès les premiers temps d’une recherche participative (Cf. encadré méthodologique) réalisée sur cette commune avec un groupe de jeunes résidents âgés de 17 à 23 ans. Mobilisée de manière récurrente pour décrire et analyser leurs trajectoires, leurs pratiques quotidiennes et leurs projections dans l’avenir, elle s’est avérée petit à petit structurante de leurs expériences urbaines et, par extension, sociales.

Encadré méthodologique : une recherche participative

Nous avons travaillé avec un groupe de treize jeunes de cette commune entre 2018 et 2021, dans le cadre de la recherche ANR Pop-Part « Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse : une recherche participative ». Cette recherche visait à saisir les pratiques et les représentations de la jeunesse des quartiers populaires, à partir d’un travail conduit avec une quinzaine de chercheur.es, autant de professionnel.les de la jeunesse et une centaine de jeunes de dix quartiers populaires de la région francilienne. Le recrutement de ces derniers a été réalisé en veillant à diversifier les profils. Bien qu’au sein de la plupart des groupes, l’âge des jeunes soit relativement homogène et lié au périmètre d’intervention de chaque structure jeunesse, les participants à l’ensemble de la recherche sont âgés de 15 à 32 ans, ce qui reflète le temps d’étirement contemporain de la jeunesse (Galland, 2011), lequel n’est plus l’apanage des seules classes favoriséesa. Sur chacun de ces quartiers, une série d’une dizaine d’ateliers thématiques d’environ trois heures chacun a été menée durant plusieurs mois avec le même groupe de jeunes, au cours desquels ces derniers ont débattu de thèmes proposés par les chercheurs ou choisis par eux (les mots pour dire la ville ; les rapports filles-garçons, les lieux fréquentés et évités, les événements historiques marquants, etc.), produit des cartes mentales sur leurs déplacements quotidiens, choisi et commenté des photos des lieux qu’ils souhaitaient partager avec les autres, réalisé de courtes vidéos sur un aspect de leur quartierb. Ces ateliers animés, le plus souvent par un ou deux chercheurs, en présence d’un professionnel de la jeunesse, ont été suivis d’un entretien individuel approfondi réalisé avec chacun des jeunesc, d’un atelier de deux jours où les jeunes des dix sites franciliens ont confronté leurs approches et leurs résultats et d’un atelier d’écriture d’un week-end rassemblant une soixantaine de volontaires autour de la rédaction des notices d’un ouvrage commun (Bacqué et Demoulin, 2021).

Le groupe de Pantin était constitué de cinq filles et de huit garçons âgés de 17 à 23 ans, dont huit étudiants, trois lycéens, un jeune en rupture d’études et un jeune actif. Dix d’entre eux vivaient dans un logement social, deux en location dans le parc privé ancien et un dans un logement dont sa famille est propriétaired. Dix d’entre eux sont issus des classes populaires (parents ouvriers, certains retraités, parfois sans emploi, ou employés : agents d’entretien, agents administratifs ou de service hospitalier) ; trois de la classe moyenne (père petit entrepreneur ou pour l’un, cadre de l’animation). Neuf d’entre eux ont été élevés au sein de familles nombreuses (quatre enfants et plus). À deux exceptions près, ils sont nés en France, pour l’essentiel de deux parents immigrés, issus principalement d’Afrique subsaharienne et du Maghreb, mais aussi des Antilles, de Turquie et d’Égypte, ou encore d’Europe de l’Est pour l’un d’entre eux. Seulement deux n’ont aucun parent immigré, mais au moins un grand-parent.

Le dispositif de cette recherche, en considérant d’emblée les jeunes comme des interlocuteurs dotés de savoirs et de compétences sur leur environnement urbain et social, capables également de réflexivité sur leurs pratiques, a favorisé l’expression d’une prise de parole et l’émergence de questionnements sur les transformations de leur ville (Bacqué et Demoulin, 2022).

a. On trouvera une présentation détaillée du profil des jeunes de la recherche dans Bellavoine, 2021 : <https://jeunesdequartier.fr/​articles/​les-jeunes-de-la-recherche-poppart>.
b. Ces vidéos sont toutes disponibles ici : <https://jeunesdequartier.fr/​videos>. Les jeunes ont bénéficié d’une courte formation technique à la vidéo et au montage sur tablette au cours d’un des ateliers. Ils avaient toute latitude pour choisir le thème, dès lors que celui-ci se rattachait à leur quartier (que certains ont étendu à leur ville), et l’écriture (documentaire, fictionnelle, poétique, etc.), mais dans un format contraint à 2-3 minutes. Ils et elles pouvaient la réaliser seul.e ou à plusieurs. Durant les ateliers consacrés à l’écriture, à la réalisation et au montage de ces courtes capsules vidéo, chercheur.es et animateur.es ou éducateur.es ont adopté une posture d’assistant.es des jeunes en se mettant à leur service. Ils intervenaient le moins possible dans les choix des jeunes, se limitant à rappeler des contraintes de planification, d’agenda, ou de droit lorsque les jeunes cherchaient des images ou du son sur Internet.
c. La dimension participative de la recherche s’est traduite, lors des entretiens, par la possibilité offerte aux jeunes de retourner les questions à l’enquêteur.e ou de lui en poser d’autres de son choix. De fait, à quelques exceptions près, les jeunes se sont assez peu saisis de cette possibilité (Demoulin, 2019).
d. Les jeunes résidant en logements sociaux habitaient pour deux d’entre eux dans la cité des Courtillières, quatre dans le quartier des Quatre chemins, centralité populaire qui présente une typologie mixte de bâti, trois dans le centre de Pantin, un dans une cité du Sud de Pantin. Les trois autres (locataires du parc privé et propriétaire) résidaient dans des logements anciens du centre de Pantin dont l’un dans un logement au bâti dégradé.

7Après avoir retracé les mutations de la commune de Pantin et dressé les caractéristiques du processus de gentrification en cours, nous nous intéresserons au regard que ces jeunes portent sur les transformations urbaines du centre-ville. Nous nous attacherons à décrire l’ambivalence qui caractérise leurs discours, moins ancrée dans l’attachement au passé que dans l’incertitude que l’avenir leur réserve. Si les jeunes tirent certains bénéfices de la gentrification au moment de l’enquête, ils s’interrogent en effet sur la place qui peut être la leur dans cet espace à moyen et à long terme. Leurs discours sur la gentrification constituent alors un analyseur puissant de leur manière de se construire et de se projeter dans un espace urbain, et par extension, dans une société, qui les marginalisent.

1. La gentrification à Pantin : mutations d’une commune ouvrière et requalification de délaissés industriels

1.1. Une requalification urbaine de grande ampleur : transformation physique et d’usage du bâti et des espaces publics centraux

8À Pantin, la municipalité socialiste élue en 2001 accompagne une reconversion économique vers le tertiaire déjà amorcée durant le mandat communiste antérieur. Elle favorise également une dynamique de gentrification à travers des politiques urbaines et de l’habitat valorisant tant la mixité fonctionnelle que la mixité sociale (Albecker, 2014, p. 480-490), mais aussi en recourant à des politiques culturelles qui contribuent à la mise en valeur d’un territoire en reconversion (Blanchard, 2017). Les transformations du centre-ville de Pantin se déroulent ainsi dans le cadre de plusieurs projets d’aménagement engagés au cours des années 2000, ayant pour objectif d’assurer la « reconversion des grands sites industriels désaffectés »2, « la requalification de l’axe du canal de l’Ourcq »3 et de créer une « centralité attractive et dynamique »4. Les Grands Moulins sont un symbole de cette requalification : dans ce bâtiment était abritée l’une des plus grandes minoteries de France avant sa fermeture en 2001, son rachat par Meunier Immobilier, filiale du groupe BNP Paribas, et sa transformation en bureaux pour BNP Paribas par le biais d’une grande opération de réhabilitation du site. À proximité immédiate, l’aménagement des berges du canal de l’Ourcq et des bâtiments qui le longent a transformé le paysage urbain au cours des deux dernières décennies. À partir de 2003, le secteur situé entre la mairie et le métro Hoche connaît de grandes transformations par le biais des aménagements mis en œuvre dans le cadre de la ZAC Centre-Ville : 390 nouveaux logements (234 logements en accession à la propriété dont 28 en accession sociale ainsi que 157 logements sociaux), plus de 2 000 mètres carrés de commerces et 28 000 mètres carrés d’activités correspondant à l’extension des ateliers Hermès, où l’entreprise est implantée depuis 1992. La place du marché, située au pied des bâtiments Hermès, est également réhabilitée, et un parc public, le jardin Montgolfier, est implanté à proximité immédiate de ce site.

Fig. 2 : la place du marché et les ateliers Hermès

Fig. 2 : la place du marché et les ateliers Hermès

Source : capture d’écran de la vidéo « Face au changement », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​face-au-changement, 01:07. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by

  • 5 L’une des résidences emblématiques du secteur, « Les Coursives » (290 logements) a fait l’objet d’u (...)

9Non loin, la ZAC du Port, lancée en 2011, qui s’étend des stations de métro Église de Pantin à Raymond Queneau, entre le canal et l’avenue Jean Lolive, a notamment conduit à la réhabilitation des anciens Magasins généraux de Paris à Pantin, anciens entrepôts de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris où sont désormais abrités les bureaux de l'agence publicitaire française BETC Euro RSCG. Le projet a conduit au réaménagement de la place de la Pointe, devant le bâtiment. 600 logements sont en cours de construction dans le secteur, dont un tiers de logements sociaux, ainsi que plus de 20 000 mètres carrés de bureaux, 4 700 mètres carrés de commerces et d’activités économiques en pied d’immeuble et 6 600 mètres carrés de locaux d’enseignement supérieur et professionnel. Le développement d’un port de plaisance est également programmé. Le renouvellement de l’économie et de l’image de la ville est ainsi marqué par une rénovation en profondeur du parc de logements de ce secteur, l’implantation ou le développement de grandes entreprises de la finance (BNP Paribas), de la publicité (BETC), du luxe (Hermès, Chanel, l’école de mode Esmod) ou du monde de l’art (Galerie Thaddaeus Ropac, installée dans une ancienne usine de chaudronnerie depuis 2012). La rénovation se poursuit sur l’avenue Jean Lolive : l’arrivée à l’horizon 2022 du bus TZen 3, transport en commun en site propre, s’accompagnera de la requalification de cette artère routière actuellement inhospitalière et difficilement franchissable pour les piétons, ainsi que du réaménagement du parvis de l’église. Elle se poursuit également sur « l’îlot 27 », secteur dominé par le logement social, limitrophe de Paris et qui jouxte l’emprise foncière acquise par la société Hermès5.

Fig. 3 : la place de la Pointe et le bâtiment qui accueille BETC

Fig. 3 : la place de la Pointe et le bâtiment qui accueille BETC

Source : capture d’écran de la vidéo « Place de la Pointe », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​place-de-la-pointe, 00:58. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by

1.2. Une nouvelle image et un profil socio-démographique transformé

10Cet ensemble de politiques publiques vise à attirer des classes moyennes et supérieures plus qu’à évincer les classes populaires dont la préservation du logement social est censée assurer le maintien. En encourageant la venue et l’appropriation de certains espaces par les classes moyennes, ces politiques s’emploient à favoriser le changement d’image attachée à la banlieue rouge (Raad, 2014). Elles s’accompagnent néanmoins, comme ailleurs (Sagot, 2019, p. 52), d’une hausse des disparités entre les quartiers de la commune.

  • 6 « À Paris, le prix du mètre carré dépasse les 10 000 euros », Challenge, 29/8/2017, <https://www.ch (...)
  • 7 « Le prix du mètre carré va frôler les 10 000 euros à Paris cet été », Le Monde, 29/8/2017, <https: (...)
  • 8 « Immobilier : Pantin, la “nouvelle Brooklyn” », août 2017, Les Échos, <https://www.lesechos.fr/201 (...)
  • 9 Ibid.

11Les transformations urbaines ont d’abord une incidence directe sur les prix de l’immobilier. À Pantin, en moyenne sur l’ensemble de la commune, les prix à l’achat ont augmenté de 20,9 % en 5 ans6, et de 7 % sur la seule année 20197. C’est le « triangle d’or » (dans le centre-ville qui s’étend entre les rues Hoche et Victor-Hugo et la station de métro Église de Pantin) qui connaît les évolutions les plus spectaculaires (en 2017, autour de 5 500-6 000 euros/m², en constante augmentation), suivi par les abords du Canal (autour de 5 900 euros/m²)8. Au milieu des années 2000, « les biens neufs en plein centre-ville ou près du Canal étaient affichés à 3 500 euros/m² »9.

  • 10 Elle est passée de 53 060 à 57 482 durant la période, soit une augmentation de plus de 4 400 habita (...)

12La forte croissance entre 2012 et 2017 de la population de la commune10 s’est accompagnée de son embourgeoisement relatif, plus marqué à l’échelle du centre de la ville. Cet embourgeoisement est notamment identifiable à l’augmentation régulière du nombre de résidences principales occupées par leur propriétaire durant la même période. Celles-ci passent en effet de 6 515 en 2006 à 7 852 en 2017, soit un taux de croissance supérieur à 20 %, tandis qu’en valeurs relatives, l’augmentation est continue : elles représentent 28,6 % en 2007, 30,2 % en 2012, 31,8 % en 2017. Cette évolution est d’autant plus notable qu’au cours de la même période le taux de résidences principales occupées par leur propriétaire demeure stable au sein de l’aire urbaine (entre 44 et 45 %) et décroît même de deux points en Seine-Saint-Denis.

  • 11 Au sein de la Seine-Saint-Denis, les CPIS représentent 14,4 % des actifs en 2017 contre 11,7 % en 2 (...)
  • 12 En 2007, les emplois ouvriers supplantaient les emplois de cadres (23 % contre 20,2 %).

13L’examen des catégories socioprofessionnelles vient conforter cette tendance : la part des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) parmi les emménagés récents progresse (Sagot, 2019, p. 52), en particulier dans les secteurs centraux (Albecker, 2014, p. 464). Elle progresse également au sein de la population active puisqu’elle passe de 14,1 % à 21,3 % entre 2006 et 2017, soit 50 % d’augmentation, alors que, dans les territoires de référence (département et unité urbaine), cette progression est nettement plus faible11. L’accroissement des CPIS au sein de la population active pantinoise est soutenu par une croissance parallèle du taux de diplômés de l’enseignement supérieur qui, là encore, augmente plus rapidement que dans l’ensemble du département et de l’unité urbaine. Dans le même temps, Pantin voit son taux d’ouvriers au sein de la population active décroître rapidement puisqu’il perd 5,2 points en onze ans, passant de 23,4 % en 2006 à 18,2 % en 2017, contre une perte respective de 2,7 et 2,9 points en Seine-Saint-Denis et au sein de l’unité urbaine. Ces évolutions se reflètent également dans la structure des emplois de la commune. Alors que dans les années 2000, celle-ci attestait encore de la résistance de l’industrie pantinoise (Albecker, 2014, p. 464), ce n’est plus le cas en 2017 : les cadres et professions intellectuelles supérieures y sont devenus la première catégorie d’emplois de la commune (29 %), dépassant les emplois de professions intermédiaires et d’employés tandis qu’en 2017, les emplois ouvriers représentent moins d’un cinquième des emplois (18,2 %)12.

  • 13 L’Iris constitue la brique de base en matière de diffusion de données infra-communales des communes (...)

14Au niveau le plus fin du découpage infracommunal – celui des Iris13 – le processus de gentrification dont Pantin est le théâtre est loin d’être homogène : si les quartiers du Nord caractérisés par une concentration de logements sociaux (Les Courtillières) et par la présence d’un parc ancien encore largement dégradé (Quatre chemins) demeurent sans conteste des quartiers populaires et paupérisés, il en va différemment du centre et des abords du canal de l’Ourcq qui traverse la commune d’Ouest en Est.

Fig. 4 : carte de Pantin, contours IRIS

Fig. 4 : carte de Pantin, contours IRIS

Les Iris centraux figurent dans la zone hachurée. D’ouest en est, les Iris « Mairie », « Ourcq/Hoche », « Église Nord ».

15C’est ainsi que l’Iris « Ourcq-Hoche » (dont le périmètre recoupe partiellement celui de la ZAC Centre-ville lancée en 2003) concentre la plus forte augmentation de propriétaires occupants, dont le nombre a plus que doublé entre 2006 et 2017, passant de 502 à 1022, ce qui représente près de 40 % des nouveaux propriétaires occupants de la commune en 2017.

16Sans surprise, l’Iris « Ourcq-Hoche » concentre également en 2017 tant le plus fort taux d’actifs CPIS de la commune (40,4 %) que de population diplômée de l'enseignement supérieur long (46 %), loin devant les autres Iris dont aucun n’atteint 30 % de CPIS. Au sein de cet Iris central, qui s’étend de part et d’autre du canal de l’Ourcq, le taux de CPIS dans la population active a presque doublé en une décennie (il était de 21,8 % en 2006), contribuant à la croissance soutenue des CPIS au sein de la commune. Le revenu médian par unité de consommation y est non seulement le plus élevé de Pantin, et ce dès 2012, mais c’est aussi celui qui connaît la plus forte croissance de la décennie (16 278 € en 2006, 21 259 € en 2012 et 23 410 € en 2017). Parallèlement, au sein de ce même Iris, le taux d'ouvriers dégringole de 15,9 % en 2006 à 7 % en 2017. C’est, au demeurant, le seul Iris de la commune où les ouvriers représentent moins de 10 % de la population active. Une chute du même ordre s’observe au sein de l’Iris « Mairie », autre secteur central marqué par la présence du canal : le taux d’ouvriers y passe de 22,2 % en 2006 à 10,4 % en 2017. Ceci est d’autant plus remarquable que la baisse est moindre, voire inexistante dans d'autres quartiers de la ville attestant d’un processus de gentrification ciblé : ainsi, le taux d'ouvriers se maintient, voire augmente légèrement dans l’Iris « Victor Hugo » qui en 2006 faisait alors figure d’Iris bourgeois de Pantin. Dans ce même Iris « Mairie », le revenu médian augmente fortement entre 2006 et 2016, passant de 12 894 € en 2006 à 19 890 € en 2017.

  • 14 La distinction entre le vélo (y compris électrique) et les deux-roues motorisés n’existait pas dans (...)

17Un indice indirect du profil des nouvelles populations résidant au centre de Pantin (professions intellectuelles, actives, jeunes) nous est donné par le taux d’actifs utilisant le vélo pour se rendre sur leur lieu de travail14. Au sein des Iris « Ourcq-Hoche » et « Mairie », ce taux dépasse 10 % alors qu’il n’est que de 4,7 % pour l’ensemble de la commune (soit sensiblement le même taux que pour Paris intramuros), de 1,6 % et de 2,3 % pour respectivement la Seine-Saint-Denis et l’Unité urbaine.

  • 15 Kern Bertrand, « Pantin, le nouveau Brooklyn ? », Le journal de l'école de Paris du management, 201 (...)

18Depuis dix ans, Pantin serait ainsi devenu le « nouveau Brooklyn15 ». Cette appellation alimente la presse : « Pantin, la nouvelle Brooklyn » (Les Echos, 1er août 2017), « This could be the new Brooklyn, the Brooklyn of Paris » (The New York Times, 31 octobre 2012), « Comment Pantin la rouge a séduit le monde du luxe » (L’Express, 4 juillet 2013), « À Pantin souffle le nouvel esprit du canal » (Les Échos, 6 mars 2015), « Pantin, le nouvel eldorado des jeunes parisiens arty » (Madame Figaro, 18 janvier 2016) pour ne citer que quelques titres.

Regards sur la gentrification à partir de deux vidéos produites par les jeunes

Deux des jeunes avec lesquels nous avons travaillé ont fait le choix de mettre en image les transformations du centre de la ville de Pantin dans de courtes vidéos réalisées dans le cadre de la recherche (cf. encadré méthodologique).
 
Place de la Pointe
https://jeunesdequartier.fr/​videos/​place-de-la-pointe
Hugo [18 ans, en Licence 1 de maths-informatique] se focalise dans cette vidéo sur la rénovation de la place de la Pointe, située en bordure du canal. La vidéo insiste sur une série de contrastes, en mobilisant et en alternant des images d’archives et des images d’aujourd’hui. On y voit les magasins généraux, vaste complexe industriel anciennement dégradé, squatté et investi par les graffeurs, luxueusement réhabilités en bureaux investis par la nouvelle économie créative. On y voit aussi des immeubles résidentiels neufs dotés de terrasses. Les images, volontairement issues d’internet, confèrent un caractère marketing et clinquant aux bâtiments et aux aménagements qui suggèrent la fierté de voir le quartier où l’on habite se transformer. Néanmoins, la séquence finale centrée sur des images d’immeubles délabrés et suivie de l’annonce de nouvelles transformations à venir laisse percer l’inquiétude d’une possible dépossession.
 
Face au changement
https://jeunesdequartier.fr/​videos/​face-au-changement
Mathieu [23 ans, DUT gestion, photographe amateur et vendeur sur les marchés, vit seul avec sa mère, employée dans une petite association, une sœur] a réalisé une vidéo sur les transformations urbaines et sociales de l’impasse dans laquelle il a résidé plusieurs années lors de son arrivée en France, le passage Roche, situé dans le centre-ville de Pantin. Les images opposent le bâti populaire du vieux Pantin au nouveau Pantin ; elles sont accompagnées d’une interview, en voix off, d’un habitant de l’impasse qui tient un discours avec lequel Mathieu se sent en accord. L’interviewé met en valeur les qualités de ce petit bout de ville : un quartier populaire mais pas uniquement… « Pas que des cités ! », lesquelles font office de repoussoir pour nombre de ceux qui n’y résident pas. Il y a du « mélange », ce qui confère à l’impasse un caractère « authentique » où il fait bon vivre. De plus, les aménités sont toutes à proximité : le centre-ville, le métro, le canal, les écoles, et… « Paris, pas loin ». Puis le ton se fait plus inquiet ; le portrait idyllique se fissure : les tarifs des commerces et de l’immobilier ont considérablement augmenté. C’est un « quartier qui change, mais pas forcément dans le bon sens », qui évolue vers un « ghetto de riches » ; les nouvelles constructions qui ont émergé ne sont pas pour « le Pantinois de base ». Des victimes sont désignées, un suspect est pointé : la mairie veut « éloigner les classes populaires du centre-ville ».
Ces deux vidéos expriment la même ambivalence : d’un côté, l’attrait exercé par les nouveaux aménagements, de l’autre, la crainte d’être exclu de la ville. Cette ambivalence prend une forme différente de celle documentée dans les quelques travaux qui s’intéressent à la manière dont la jeunesse fait face aux transformations urbaines et sociales de son cadre de vie. Moins orientée vers la perte et la nostalgie (Aufseeser, 2018 ; Cahill, 2007) ou vers la blessure d’une rénovation attendue qui, à travers la démolition des logements où l’on a grandi, déconsidère le passé et le présent (Gaudin, 2007), elle s’inscrit dans une perspective orientée vers l’avenir.

2. Se faire exclure de sa ville : entre craintes et réalités

2.1. Les classes populaires peuvent-elles (encore) habiter dans le centre de Pantin ?

19Dès les premiers ateliers, les jeunes se sont interrogés sur les effets des transformations urbaines du centre-ville, les contrastes déjà visibles dans le paysage urbain où des bâtiments neufs ou luxueusement réhabilités s’inscrivent en rupture avec le tissu traditionnel de la ville ouvrière et industrieuse, mais aussi avec le caractère encore populaire de son peuplement. D’emblée, ils se sont unanimement montrés sensibles aux possibles évolutions sociales que ces transformations appellent et au risque d’un remplacement de populations engendré par les transformations du bâti et l’aménagement des espaces publics.

20Le dialogue ci-dessous exprime la menace de la gentrification pour les classes populaires sans pour autant avoir explicitement recours à ce vocable :

Farah [23 ans, M2 politiques locales et service civique, père ouvrier retraité, mère au foyer, 12 frères et sœurs] : Je pense qu’il y a une nouvelle population qui est en train d’être amenée à Pantin… Après, est-ce que c’est positif ? Je sais pas. Qu’est-ce qu’on fait de l’ancienne population en fait, de ceux qui sont là ? Est-ce qu’on les envoie vers la grande couronne, histoire de ramener une nouvelle population pour avoir une nouvelle image de Pantin ou est-ce qu’on les reloge [à Pantin] ? Je sais pas. C’est une question que je me pose et je sais pas si c’est une bonne chose en fait...
[...]
Ilias [18 ans, L1 STAPS, père employé retraité, mère employée, 4 frères et sœurs] : moi, je partage ton avis, parce que c’est bien, les trucs Hermès, tout ça, qui apparaissent dans Pantin, même les nouveaux bâtiments, tout ça, mais ça crée une hausse des loyers, c’est des marques de luxe, c’est connu, on habite à côté, donc les loyers augmentent. Les gens qui habitent dans les HLM, à côté, ils n’ont pas les moyens pour une augmentation des loyers. Déjà, ils sont limite à la fin du mois et les loyers augmentent, donc ils sont forcés d’être exilés en dehors de Pantin. C’est pour ça, moi, je trouve que c’est pas… si positif que ça.
[...]
Marlon [18 ans, terminale ES, père petit entrepreneur, mère profession intermédiaire, une sœur] : je suis d’accord, je suis vraiment d’accord, mais après quand on regarde bien, il y a des nouveaux bâtiments qu’ils sont en train de faire, c’est super beau ! Et là, tu te dis : mais en fait ça va apporter que de la nouvelle population ! Tu vois les petits babtous qui veulent quitter Paris et qui veulent s’installer en banlieue proche, ça rapporte ces gens-là, mais ce que je suis en train de te dire, c’est que pourquoi pas déjà restaurer des trucs où t’as des gens qui habitent, depuis tout petits, refaire leur endroit à eux au lieu de construire des nouvelles choses
[…]
Farah : ce que je veux dire, c’est que cette nouvelle population qui arrive, c’est une catégorie socio-professionnelle plus élevée, parce qu’on veut une nouvelle image de Pantin, Pantin plus riche, fin voilà quoi, comme on voit dans les médias : Brooklyn, Pantin bobo. Je pense que c’est une nouvelle image de Pantin qu’on veut mettre et forcément, ça passe par la démographie, donc il faut des nouvelles personnes…
Bastien [23 ans, M2 politiques publiques, père profession intermédiaire, mère employée, un frère] : Et encore, là on a parlé des gens qui habitent en HLM et dont les loyers sont encore stagnés, mais ceux [qui habitent] dans le privé, quand les baux sont renouvelés, eux, ils doivent se barrer vraiment loin. Ceux qui habitent Église de Pantin, il y en a beaucoup : la population d’Église de Pantin, elle a vachement changé et j’aimerais bien savoir où sont partis les gens qu’on voit plus à Pantin. Je pense qu’ils sont maintenant à Stains ou à Villepinte [atelier 1].

21L’échange se déploie et progresse sur un fond de consensus où se lit la hantise des mobilités forcées et de l’exclusion engendrée par le processus de gentrification. Le constat de l’arrivée d’une nouvelle population, décrite par Marlon comme blanche et parisienne et par Farah comme socialement plus favorisée, est relié par cette dernière à la transformation de l’image médiatique de la ville et, de manière plus implicite, aux politiques publiques qui la favorisent. L’esthétique des nouvelles constructions est mise en relation avec le risque d’une augmentation des loyers et la menace de l’exil des plus défavorisés (Ilias et Bastien), tandis que les choix politiques opérés en faveur de constructions nouvelles sont remis en cause au profit de la réhabilitation des logements existants (Marlon).

  • 16 Dans l’étude conduite par Butcher et Dickens (2016, p. 806) à Londres, un jeune s’interroge de mani (...)

22Ces préoccupations demeurent présentes à l’esprit des jeunes et il n’est pas rare qu’elles fassent l’objet de développements ultérieurs. C’est ainsi qu’Ilias [18 ans, L1 STAPS], lors d’un atelier consacré à la visite de la ville, tient à s’arrêter devant un ensemble d’immeubles de logements neufs qu’il embrasse d’un vaste mouvement de la main en demandant : « Et ces bâtiments, là, à qui ils sont destinés16 ? ».

2.2. Des difficultés du (re)logement : expériences intimes de l’exclusion

23Ces préoccupations théoriques, qui concernent l’exclusion des classes populaires de manière générale, renvoient pour certains à des expériences vécues. Devoir quitter son logement ou être dans l’impossibilité d’en obtenir un nouveau du fait des transformations urbaines et sociales à l’œuvre est une réalité à laquelle se sont déjà heurtés plusieurs jeunes : les nouveaux logements construits aux abords du canal ne sont pas pour eux et leur famille.

24Inès [20 ans, Licence 2 de biochimie] raconte ainsi que sa famille (père et mère employés, 3 frères et sœurs) a eu la chance d’être relogée dans un logement social dans le Haut Pantin lorsqu’elle a dû quitter l’immeuble du quartier des Quatre chemins où elle habitait jusque-là. Elle ajoute que « plein de familles ont été relogées ailleurs, mais vraiment loin, pas juste à côté » ; c’est le cas, ajoute-t-elle, de son oncle et de ses cousins relogés à une trentaine de minutes en transports en commun [atelier 1]. Plusieurs d’entre eux évoquent des trajectoires résidentielles contraintes, voire bloquées : c’est le cas de Hugo [19 ans, Licence 1 de maths informatique] qui vit seul avec sa mère dans un immeuble privé qui donne sur la place de la Pointe récemment rénovée [voir la vidéo présentée supra]. L’immeuble qu’il habite est ancien, dégradé, et son appartement, insalubre. Sa mère (auto-entrepreneuse dans l’import-export avec son pays d’origine) attend depuis cinq ans un logement social. Alors que les rénovations progressent et se rapprochent dangereusement de chez lui, Hugo exprime en entretien sa crainte de voir son immeuble détruit « parce qu’il est vieux », sans savoir si un logement social leur aura été attribué d’ici là. Maïmouna [19 ans, Licence 1 de communication], qui habite un logement social le long du canal non loin de la mairie, explique pour sa part en atelier que sa famille (père employé, mère ouvrière, 5 frères et sœurs) « essaie de trouver un meilleur logement [plus grand], mais les prix sont hauts, donc c’est compliqué… ». Ces trajectoires, lorsqu’elles se déroulent, sont presque toujours réduites au logement social, hors des quartiers rénovés, à l’instar de ce que connaît la famille de Nassim [19 ans, IUT informatique en alternance, père petit entrepreneur, mère employée, 4 enfants au foyer] qui a dû attendre l’arrivée du quatrième enfant pour déménager d’un appartement de deux pièces à un de cinq pièces plus confortable :

Nous, on voulait habiter au canal, on a demandé, mais ils ont refusé car les revenus n'étaient pas assez hauts. [...] On habitait un logement HLM à Raymond Queneau au Petit Pantin, et on a voulu rester à Pantin, donc on avait priorisé les nouveaux bâtiments parce qu'au fond, même si on savait que ça allait être compliqué, autant tenter sa chance. Mais du coup, on a fini à Église de Pantin. Donc on ne crache pas dessus parce que ça reste à Pantin, mais voilà, on sait aujourd'hui que le canal pour y habiter, c'est pas pour nous... C'est pas pour les gens qui sont habituellement à Pantin [atelier 2].

25À une autre occasion, Nassim explique la stratégie familiale adoptée : conserver le logement social actuel, pour pouvoir malgré tout bénéficier des améliorations de la ville.

26Si les jeunes avec qui nous avons travaillé vivent tous au moment de l’enquête dans le même logement que celui de leurs parents, ils se projettent dans la possibilité de quitter ce logement pour obtenir le leur, et imaginent ce qui se passerait pour eux au moment de la décohabitation. Leurs aspirations disent l’attachement à Pantin et à la banlieue qui les ont vus naître, mais se heurtent à la conscience aiguë que le nouveau Pantin ne leur est accessible ni aujourd’hui, ni probablement demain, y compris lorsqu’ils envisagent un parcours de réussite professionnelle et sociale. Nassim exprime cela en atelier et en entretien :

Quand on regarde le prix [des nouveaux logements le long du canal], c'est impossible, ou en tout cas pour moi, c'est impossible d’accès en fait. On n'est pas loin du 6 000 le m2. [atelier 2]. Si demain, je l’espère, demain, j’suis un grand cadre, j’oublierai jamais [d’où je viens]. Si demain, j’ai l’occasion de… de m’acheter un bâtiment haussmannien [à Paris], je ne le ferai pas. Je resterai dans ma banlieue [...]. Si je peux acheter, j’achèterai à Pantin. Après, si Pantin prend la grosse tête, bah, j’serais obligé de… Si Pantin devient Paris et si Pantin prend la grosse tête sur les prix, bah, on sera obligé d’aller ailleurs, c’est sûr [entretien].

Fig. 5 : de nouveaux logements au bord du canal

Fig. 5 : de nouveaux logements au bord du canal

Source : capture d’écran de la vidéo « Place de la Pointe », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​place-de-la-pointe, 01:09. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by

27Les jeunes se vivent alors comme en sursis dans leur ville, soumis au rouleau compresseur de l’éloignement forcé vers des lieux de vie toujours plus éloignés.

2.3. Un processus d’exclusion qui suscite l’indignation

28L’exclusion de la ville où on a ses attaches, la contrainte à la mobilité forcée qui vient menacer les liens et les solidarités élaborées sur des logiques d’ancrage (Collectif Rosa Bonheur, 2019, p. 167 ; Deboulet et Lafaye, 2018) suscitent l’indignation de tous. Marlon s’en est régulièrement fait le porte-parole. Mobilisant un savoir acquis dans un cadre scolaire, il remet notamment en question les priorités des politiques publiques, qui manquent de considération pour les classes populaires et, partant, pour lui, sa famille, ses proches :

Avec la loi NOTRe, là, ils ont dit, on va aménager les banlieues là, la périurbanisation qui s’agrandit tu vois ? On agrandit Paris, etc. […] J’sais pas si c’est un truc qui est top, tout à fait positif. Ça augmente le prix des loyers, ce qui fait que ça repousse les personnes qui… [sont démunies] encore plus à l'extrémité. J’sais pas si c’est un truc qui est tout à fait cool. On construit des bâtiments, mais t’as des bâtiments là-bas, dans le haut Pantin, où même un p’tit coup de peinture, ça ferait du bien tu vois ? Mais non ! [Marlon, 18 ans, terminale ES, entretien].

Je trouve ça dégueulasse. T’as des Pantinois de souche. Le gars, il a grandi ici, il est dans le besoin d’un logement et on l’envoie à perpète, je trouve ça dommage. Faut faire un truc pour ces gens-là. [Marlon, 18 ans, terminale ES : atelier 1].

29Si Marlon ne s’inclut pas explicitement parmi le « Pantinois de souche » envoyé à « perpète » dans cet extrait, il en va différemment dans cet autre extrait d’entretien : « C'est le nouveau Brooklyn. Ça amène de nouvelles populations qui font que la population déjà en place... Qu'est-ce qu'on fait, nous ? » [atelier 2]. L’interrogation finale mobilise la première personne du pluriel qui dit son inclusion dans une communauté de destin (même si sa famille appartient plutôt à la petite classe moyenne), mais aussi son impuissance face à un processus sur lequel il n’a pas de prise.

  • 17 A contrario, dans les dernières images d’une des vidéos produites dans le cadre de la recherche et (...)

30La requalification des abords du canal de l’Ourcq et la mutation urbaine du centre de Pantin ne suscitent pas de sentiments de perte ni de nostalgie pour la ville disparue chez les jeunes participants à la recherche, à la différence de ce qui a pu être observé ailleurs dans le cadre de rénovations urbaines (Faure 2006 ; Gaudin, 2007) ou de processus de gentrification (Aufseeser, 2018 ; Cahill, 2007 ; Kennelly et Watt, 2012), sans doute parce que, plutôt que des logements, ce sont surtout des friches industrielles qui ont été détruites17. L’évaluation que les jeunes portent sur les nouveaux aménagements et bâtiments n’est pas orientée vers le passé : elle met en scène leur présent, et elle est dans le même temps largement orientée vers l’avenir et mue par l’incertitude de pouvoir continuer à vivre dans la ville où ils ont grandi. Ainsi que les craintes manifestées le laissent percevoir en filigrane, la requalification du centre et des rives du canal de l’Ourcq produit une porosité urbaine et sociale avec Paris qui vient menacer leur maintien sur le territoire.

31Au-delà des inquiétudes manifestées, les jeunes se montrent sensibles à la valorisation qui en découle, même si leur accès aux lieux nouvellement ouverts reste limité par leur situation économique familiale et les restrictions qui y sont afférentes.

3. Un espace public rénové qui profite à tous ?

3.1. Le plaisir de profiter d’un espace urbain rénové

32Le changement urbain ouvre à Pantin de nouvelles opportunités pour les jeunes, à l’instar de ce qui a pu être observé ailleurs. Ici comme dans le quartier barcelonais de Besós-Maresme, les jeunes valorisent les nouveaux espaces et équipements pour leur esthétique urbaine et parce qu’ils favorisent l’extension du territoire investi (Ortiz-Guitart, Prats-Ferret et Baylina Ferré, 2014). Comme l’écrivent Butcher et Dickens (2016) à partir de leur étude du quartier londonien de Hackney, ce sont des ambivalences qui sont exprimées et non « un rejet pur et simple » des effets de la gentrification : les jeunes réinventent leur relation avec leur environnement au fil du processus de gentrification (p. 801) et leur « plaisir » à profiter des nouveaux aménagements est réel (p. 804) quoiqu’inégal.

33L’esthétique des nouveaux bâtiments d’abord est évaluée positivement, dans la comparaison avec celle de l’immeuble dans lequel l’on vit :

Ça reste beau à voir, c'est pas mon bâtiment tout rouge quoi ! Là, le bâtiment, il a quand même du relief, par rapport au canal... Ils n’ont pas juste posé un bâtiment comme ça… Il y a un style [Nassim, 19 ans, IUT informatique en alternance : atelier 2].

34Elle s’évalue aussi dans la comparaison entre le bâti dégradé et en friche d’hier et le bâti neuf ou réhabilité d’aujourd’hui :

Je me rappelle : ce bâtiment avant il était tagué, il était délaissé. Et maintenant ils commencent à reconstruire des choses, déjà, le bâtiment, il a été rénové. […] Voilà, c'est un endroit que j'aime bien [Ilias, 18 ans, L1 STAPS : atelier 2].

[Avant la requalification] on y allait quand même, c'était juste moins beau à voir, il y avait des tags, on regardait des tags, on y allait, mais je trouve qu'avant il y avait moins de spots pour s’asseoir, il n’y avait pas tous ces bancs, c'est-à-dire qu’aujourd’hui on y va et on a des endroits exprès pour s’asseoir [Nassim, 19 ans, IUT informatique en alternance : atelier 2]

35L’évaluation de la métamorphose des magasins généraux est appréhendée à travers un prisme exclusivement positif, comme dans la vidéo intitulée « Place de la Pointe » réalisée par Hugo (Cf. supra). C’est ainsi que les graffitis qui couvraient le bâtiment avant sa réhabilitation ne sont ni associés au street art ni valorisés d’une quelconque manière : ils évoquent l’abandon du lieu pour Ilias et, si Nassim concède qu’il allait les regarder, c’est pour faire le constat que « c’était moins beau à voir » qu’aujourd’hui. Les jeunes font corps avec leur ville et leurs représentations sont vulnérables à l’image qu’elle renvoie. Hier, la friche industrielle taguée contribuait à la dévalorisation de Pantin et d’eux-mêmes ; aujourd’hui, la requalification du site avec son mobilier accueillant les réconcilie profondément avec leur ville et les réhabilite à leurs propres yeux.

36L’évolution est également jugée positive à l’aune même de la gentrification qu’elle produit (Chabrol et Launay, 2016, p. 316), pourtant objet, comme on l’a vu, de questions et d’appréhensions : « C’est positif dans le sens où ça attire les gens aisés, ça veut dire que c’est une bonne évolution. » [Nassim, 19 ans, IUT informatique en alternance : atelier 2]. Le regard porté ici sur les nouveaux venus est aux antipodes du rejet des nouvelles populations associé à aux objectifs de mixité sociale et de diversification de l’habitat promus par la rénovation urbaine (Gaudin, 2007). Les nouvelles populations résidentes sont appréhendées d’autant plus positivement qu’elles contrastent avec les populations indésirables qui occupaient antérieurement des lieux qu’elles contribuaient à déqualifier en raison même du discrédit qui les frappaient :

C’est beau, j’sais pas. Ça change. Avant… il y avait des gitans, des gros groupements de gitans, et maintenant il y a des belles maisons. Bah ça change. [...] [Maintenant] Tu vois d’autres gens. Même tu vois plus de gens parce qu’avant il y avait personne, sur le canal. Les gens, ils passaient pas là-bas je pense [Hugo, 19 ans, L1 Maths-Informatique : entretien].

37A l’instar des tags, les populations déshéritées qui occupaient antérieurement l’espace public le discréditaient et indirectement discréditaient Pantin, tandis que les résidents plus aisés récemment installés contribuent au mouvement inverse : ils permettent à Hugo de se repositionner socialement de manière plus valorisante à ses yeux.

38Par-delà les discours et les appréciations positives portées sur la requalification du centre-ville, les jeunes ont également un usage des espaces publics nouvellement créés, même si cet usage demeure dans l’entre-soi du groupe de pairs :

C’est beau quand même. Moi, j’arrive sur le canal, je suis content de voir ça. Il y a dix ans l’usine tout ça… Là [...] où il y a les skates, les bancs, tout ça sur le canal, avant il n’y avait pas tout ça. Moi, il y a une semaine, avec Hugo, on s’est assis dessus et franchement, c’est cool. Je sais qu’il y a cinq ans de ça, on ne pouvait pas le faire [Nassim, 19 ans, IUT informatique en alternance : atelier 1].

J'aime bien cet endroit parce qu'on peut se poser avec des potes. L'inconvénient, c'est qu'il n’y a pas d'ombre, mais j'aime bien ce lieu, c'est un endroit festif, il y a des bancs de partout et une nouvelle place... [Bastien, 23 ans, M2 politiques publiques : atelier 2].

39Le présent chasse le passé à grande vitesse, mais les jeunes n’en expriment aucune nostalgie ni sentiment de perte (Cahill, 2007 ; Aufseeser, 2018), à l’instar de ce que note encore Bastien lors d’une promenade urbaine :

Ça construit tellement que je ne me rappelle même pas comment c’était, le canal. Avant, il n’y avait rien du tout. Là, c’était des terrains vagues, je crois. C’est comme les Moulins, la zone des Moulins de Pantin, je ne sais même plus à quoi ça ressemblait avant [Bastien, 23 ans, M2 politiques publiques : atelier 2].

40Le mobilier urbain est tout particulièrement investi par les jeunes qui apprécient le fait de pouvoir occuper les bancs disponibles comme tout un chacun, sans que leur présence soit jugée inopportune. C’est ce que l’on peut également voir dans une autre vidéo produite par une jeune du groupe : une jeune fille se promène dans le parc du 19 mars 1962, situé dans le centre de la ville le long du canal18. Elle écoute de la musique avec ses écouteurs, regarde autour d’elle, s’étend sur l’un des transats, admire les arbres. La vidéo met en valeur tant l’ambiance paisible du parc que les aménagements (aire de jeux, mobilier urbain).

Fig. 6 : profiter des nouveaux aménagements

Fig. 6 : profiter des nouveaux aménagements

Source : capture d’écran de la vidéo « Parc dans la ville », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​parc-dans-la-ville, 26e seconde. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by

41Les propos tenus au cours des ateliers et des entretiens disent tous, dans des termes proches, le bonheur simple de profiter d’un espace public aménagé (« se poser », « se promener » ; « c’est cool »). Ils disent aussi l’aspiration à un mode de vie normalisé, soulignée de manière distanciée dans l’extrait qui suit à travers la référence aux séries américaines :

Il y a le canal ! Le canal ouais. Des fois, je donne rendez-vous à mes copines et tout, on se retrouve là-bas, juste pour parler, tout ça [...] Ça fait typiquement série américaine, mais franchement, c’est ça. Le canal, juste pour se promener, passer du bon temps, c’est cool ! C’est un bon cadre, en tous cas, c’est agréable [Inès, 20 ans, L2 biochimie : entretien].

42Au-delà de l’espace public, certains équipements comme le Centre National de la Danse (CND) ont aussi fait l’objet d’une appropriation. Ainsi plusieurs jeunes du groupe se sont essayés à la danse contemporaine, tandis que d’autres ont recours à sa médiathèque comme espace de révision ou de travail scolaire :

Pour le quartier central, beaucoup de pantinois appellent ça « nouveau centre » ; là, ça a beaucoup changé. Je trouve que c'est agréable à vivre parce que ça répond à certains... à certains besoins d'un étudiant ; donc je trainais beaucoup plus ici, pour aller au CND travailler [Bastien, 23 ans, M2 politiques publiques : entretien].

  • 19 Accompagnement, soins et services à la personne.

43Pour ceux des jeunes qui résident dans des quartiers plus éloignés du centre, comme Irène [19 ans, terminale pro ASSP19, père employé, mère au foyer, 6 frères et sœurs] aux Quatre chemins ou Luc [19 ans, abandon d’études, père et mère employés, en maladie longue durée] aux Courtillières, la fréquentation du centre-ville excède rarement une fois l’an : « Le canal, c'est rare, à part à la fête de la ville… Là, j'y vais. Sinon non » [Luc : entretien]. D’autres ont découverts ces quartiers au cours de la recherche, dans le cadre des échanges ou des promenades urbaines, et entendent bien désormais en profiter :

  • 20 Institut de formation en soins infirmiers.

Les autres quartiers et tout, je les ai découverts bah... au moment du projet […] En ce moment, j'ai pas eu le temps de fréquenter des endroits, mais je pense que si je devais fréquenter un endroit, ce serait place de la Pointe. Et aussi [...] où y avait les transats et tout. Là, j'pense que ça va être un point de repère [le square du 19 mars 1962 qui longe le canal, nouvellement refait] [...] C'est un endroit parfait, magnifique. J'ai vu les transats, j'ai dit : « mais c'est quoi cet endroit ? ». En plus, c'est près de chez moi, je savais même pas qu'il existait ! [Hélène, 19 ans, préparation IFSI20, mère monoparentale employée, 5 frères et sœurs, habite aux Quatre chemins : entretien].

Avant, j’y allais pas. Et maintenant, depuis l’expérience Pop-Part, j’y vais plus souvent. Je me suis même fait des amis vers Église de Pantin, et… Franchement, c’est… Ça m'a fait plaisir. [...] Ça m'a permis de connaître des endroits que je connaissais même pas. [...] Des lieux comme la fontaine, il en parlait souvent Marlon. J’aimerais bien aller voir ce que ça donne là-bas [Omar, 17 ans, 1re STMG, père et mère employés, 7 frères et sœurs, habite aux Courtillières, entretien].

  • 21 Même s’il n’y a pas lieu de leur dénier l’envie manifestée de profiter du centre de Pantin, on ne p (...)

44Ainsi, si les espaces publics requalifiés du centre-ville sont fréquentés par ceux des jeunes qui habitent à proximité ou par ceux d’entre eux dont le parcours familial et la trajectoire scolaire ont favorisé une pratique plus intense et diversifiée de leur ville, il en va différemment pour la plupart de ceux dont la trajectoire socio-résidentielle est plus contrainte. La distance au centre-ville, à Pantin comme ailleurs, traduit une forme de relégation territoriale qui prédispose d’autant moins à investir les nouveaux aménagements que les jeunes ont des trajectoires scolaires incertaines21.

3.2. La fierté de vivre dans une belle ville, ou comment la requalification urbaine contribue à revaloriser l’image des jeunes

45La requalification tant urbaine que sociale du centre de Pantin vient brouiller, au moins pour un temps, la manière dont les structures spatiales, sociales et mentales se superposent (Bourdieu, 1993). Elle transforme le regard que les jeunes portaient jusque-là sur leur ville et indissociablement sur eux-mêmes. Pantin n’est plus assimilable à une banlieue reléguée du 9-3 et voit sa cote remonter dans l’estime des jeunes. « Franchement on a une bonne ville » en fait, se réjouit Inès. Relancée par l’enquêtrice, elle explique qu’adolescente, elle n’aimait pas Pantin et voulait vivre à Paris : « Quand j’étais plus jeune, j’habitais les Quatre Chemins et je voulais me barrer. Quand je partais sur Paris, j’étais dégoutée de rentrer à Pantin […] C’était mon petit rêve, je rêvais d’une évolution… [Inès, 20 ans, L2 biochimie : entretien].

46De quelle évolution Inès rêvait-elle plus jeune ? D’un parcours résidentiel ascendant où l’appartement parisien succède aux deux pièces en suroccupation du quartier stigmatisé qu’elle occupait alors avec sa famille ou bien d’une transformation de Pantin la réconciliant avec sa ville en l’autorisant à s’y projeter ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, le déménagement familial dans un logement social plus spacieux, mais aussi plus central associé à l’embellissement du centre-ville a conduit Inès à réviser ses aspirations. Décriée précédemment, Pantin est désormais valorisée (« une bonne ville ») et elle peut envisager d’y chercher plus tard un logement. Dans son cas, la conversion opérée est étayée par le dénigrement de Paris :

Je me rends compte qu’il y a de tout à Pantin. Paris, ça m’intéresse pas. Dans l’idéal, j’aimerais bien trouver un appart sur Pantin, pour plus tard. Mes parents me le disaient, mais c’est aussi ce que je me suis dit à un moment : on est vraiment dans une bonne ville en fait. […] Paris, c’est trop actif. Y a trop de circulation, trop de va-et-vient, et je trouve ça sale. […] Et aussi, c’est cher [Inès, 20 ans, L2 biochimie : entretien].

47Ce regard positif sur Pantin, forgé dans la comparaison avec Paris au moment même où la frontière du périphérique s’estompe, est aussi celui de Nassim qui revendique sa fierté d’être pantinois :

Je rabaisse pas ma banlieue par rapport à Paris en fait. Pantin, pour moi, c’est Paris, c’est… Genre même Pantin, je vois même Pantin meilleur que Paris [Nassim, 19 ans, IUT informatique en alternance : entretien].

  • 22 Les auteur.es montrent notamment que la griffe du couturier transforme de manière quasi magique le (...)

48Pantin se transforme en nouvelle centralité récréative parisienne (Fleury, 2003) et Bastien [23 ans, M2 politiques publiques], issu d’un milieu un peu plus aisé que les autres et dont les résultats scolaires lui ont permis d’être scolarisé dans un établissement parisien prestigieux dès la seconde, n’hésite plus désormais à convier certains de ses copains du quartier latin à venir y passer des soirées. Lors d’une promenade urbaine, les jeunes nous expliquent également avec fierté que la municipalité organise désormais nombre d’événements sur la place de la Pointe, notamment des concerts d’artistes renommés qui attirent un public dépassant largement les frontières de la commune. Ils notent ici aussi la « stratégie » de la municipalité (« C’est aussi une stratégie marketing de la ville, “regardez, on attire des grands artistes” » selon Marlon), mais qui leur profite également. La revalorisation médiatique et symbolique de Pantin opère à la manière de la griffe du couturier (Bourdieu et Delsaut, 1975, p. 22)22, elle imprime sa marque sur la ville et rejaillit sur ses jeunes habitants qui cessent de se sentir déconsidérés.

49En outre, à Pantin, la requalification du centre crée une continuité urbaine et sociale avec Paris qui entre en résonance avec les attentes d’urbanité des jeunes pantinois. Cette continuité est clairement identifiée par les jeunes : « On agrandit Paris » dit Marlon [19 ans, terminale ES : entretien] tandis que Nassim [19 ans, IUT informatique en alternance : entretien] s’interroge : « Si Pantin devient Paris » ... Pour ceux qui habitent à proximité du centre, c’est comme si Paris était arrivé à leur porte :

J’aime bien Pantin, parce que c’est vrai qu’ici quand même on a beaucoup de choses, on ne va pas se plaindre. […] Il y a beaucoup de gens de Paris qui viennent parce qu’il y a pas mal de trucs ici au niveau culturel aussi [Maïmouna, 19 ans, L1 de communication : entretien].

50Les transformations urbaines du centre de Pantin séduisent les jeunes en ouvrant le champ des possibles et en leur offrant de nouvelles opportunités : l’esthétique des aménagements satisfait leurs attentes de normalité et de conformité et leur permet de faire l’expérience d’une pratique de l’espace public ouvert à tous, même si l’inquiétude quant à leur légitimité à en profiter pleinement affleure en permanence.

3.3. Une préoccupation constante : y a-t-on vraiment notre place ?

51Ces transformations restent néanmoins source d’ambivalence : les jeunes s’interrogent sur leur maintien dans la ville au moment où celle-ci devient plus agréable à vivre et satisfait leurs aspirations à un mode de vie urbain :

C’est le nouveau Brooklyn, quoi. Ça fait bobo maintenant Paris, Pantin, pardon. [L’enquêtrice acquiesce] Avant y’avait pas tous ces bars [...] T’sais sur le bord du canal maintenant t’as des, t’as DJ électro et tout, tu viens prendre ta bière, tu te poses, etc. Moi, j’adore ça, hein [...] Dès que je peux, j’y vais quoi [...] J’aime bien passer du temps là-bas, etc. J’trouve ça cool, mais… J’sais pas, y’a que des babs, tu vois ? Y a que des babtous en tous cas [Marlon, 19 ans, terminale ES : entretien].

52Ce jeune reprend, dans une tonalité positive, les catégories médiatiques mobilisées par la presse pour désigner Pantin, confondue avec Paris dans un lapsus évocateur de leur indéniable porosité tant urbaine – la requalification des berges du canal recrée des continuités avec Paris – que sociale dès lors qu’une population plus favorisée et pour partie d’origine parisienne vient y résider ou s’y détendre. Le propos dit l’attrait pour le mode de vie qui se déploie dans les bars branchés implantés sur les berges du canal avant d’amorcer une réserve (J’trouve ça cool, mais… J’sais pas). Se découvrir le seul racisé dans un environnement qui ne l’est pas conduit Marlon à se demander implicitement s’il a pleinement sa place dans le bar « tendance » où il est entré : « y’a que des babs, tu vois ? Y a que des babtous [blancs] en tous cas ». La qualification racialisée mobilisée pour décrire les consommateurs côtoyés dans ce bar atteste de l’activation d’un processus d’altérisation, dont on ne sait pas s’il procède d’indices qui font sentir à Marlon que sa présence n’est pas souhaitée ou s’il résulte de la simple expérience de se découvrir en minorité au sein d’un espace de sociabilité différent de ceux qu’il a l’habitude de fréquenter. Si les quartiers gentrifiés s’entrouvrent à la mixité sociale des enfants (Authier et Lehman-Frisch, 2012), les espaces récréatifs dédiés aux jeunes adultes, qui attirent à Pantin une jeunesse venue d’ailleurs restent marqués par un entre-soi potentiellement excluant où classe et race se combinent.

53Alors que Marlon a recours à une lecture racialisée de différences indissociablement raciales et sociales, Bastien [23 ans, M2 politiques publiques : atelier 2], qui est aussi l’un des deux Blancs du groupe, privilégie une analyse en termes de classes sociales :

Il y a une mixité dans l'espace public, mais après si on va dans les bars, genre celui du BETC [Babinet, Erra et Tong Cuong], c'est réservé aux salariés, je trouve, si tu veux prendre une pinte là-bas, c'est pas accessible à des étudiants, tu vas y aller une fois et pas deux. C'est accessible dans l'espace public, mais pas dans les lieux de sociabilité. À part les péniches qui viennent l'été, là y a des passerelles qui se font avec les services jeunesse [Bastien, 23 ans, M2 politiques publiques : atelier 2].

  • 23 « Indicative of the ambivalence of gentrification, the desire to share in a particular “trendy” atm (...)

54Ces nouveaux espaces semblent ainsi générer une « atmosphère d’exclusion » (Butcher et Dickens, 2016, p. 802) déjà observée dans d’autres contextes (Bourdieu, 1993, p. 260-261) qui rend fragile leur appropriation. Cette appropriation semble bien s’arrêter, comme ailleurs23, aux limites des espaces publics tant les bars, les cafés ou les commerces affichent des prix prohibitifs pour ces jeunes de classes populaires.

Conclusion

  • 24 La diversité des trajectoires sociales et résidentielles que connaissent les jeunes est essentielle (...)

55Les jeunes pantinois manifestent une conscience aiguë de la division physique et sociale de l’espace urbain, des différences de traitement qui se matérialisent particulièrement par la coupure entre le centre requalifié, caractérisé par une gentrification à la fois résidentielle et récréative, et les quartiers restés populaires. Quelles que soient leurs trajectoires24, les jeunes appréhendent les dynamiques de changement urbain du centre de la ville comme porteuses d’un risque de fracture sociale à échéance plus ou moins longue, en ce qu’elles menacent le maintien des classes populaires auxquelles ils appartiennent pour l’essentiel. Dans le même temps, toutefois, ils apprécient la nouvelle esthétique d’espaces publics qu’ils pratiquent sans avoir toutefois les moyens d’en profiter pleinement. Cette esthétique contribue à la couture urbaine avec Paris et participe, ce faisant, d’une revalorisation de Pantin, en rendant moins étanche la frontière entre la banlieue et la capitale tant physiquement que symboliquement. Mais dans le même temps, les barrières physiques et symboliques se reconstituent au sein de l’espace local, dans les lieux et les commerces fréquentés (Cayouette-Remblière, 2020 ; Launay, 2016 ; Tissot, 2011).

56L’ambivalence que les jeunes habitants de Pantin manifestent vis-à-vis des transformations urbaines et sociales du centre-ville prend dès lors une tonalité différente de celle mise en lumière au sein de la littérature en sciences sociales. En particulier, elle ne s’inscrit pas dans une dialectique du présent et du passé : les bouleversements qui s’opèrent ne déconsidèrent pas le lieu de vie (Gaudin, 2007) ; ils n’avivent pas non plus un sentiment de perte et de regret d’un passé intime (Aufseeser, 2018 ; Cahill, 2007), mais réalisent au contraire des aspirations au changement en projetant la plupart des jeunes vers une urbanité qui les séduit. L’ambivalence qui les travaille n’est donc pas tournée vers le passé mais indexée sur l’avenir : pourront-ils profiter durablement des nouveaux attraits de leur ville ? Ont-ils pleinement leur place dans une ville non seulement embellie, mais qui devient attractive pour des populations plus favorisées qu’eux ? A la différence de ce qui a été observé dans d’autres quartiers populaires confrontés à des processus de gentrification inachevés en raison de continuités populaires plus ou moins visibles (Chabrol et Giroud, 2016 ; Clerval, 2011 ; Giroud, 2007), les jeunes avec lesquels nous avons travaillé ne déploient pas individuellement ou collectivement des actes de résistance qui prendraient la forme d’un marquage ostensible de l’espace public réaménagé ou des lieux « tendance » qui s’y sont implantés. Leur fréquentation inégale de ces espaces relève bien moins d’une continuité populaire – même si l’on ne peut exclure qu’elle soit décryptée comme telle par d’autres usagers – que d’une aspiration à se fondre dans le mode de vie récréatif auquel invitent les nouveaux aménagements et équipements.

57Le processus de gentrification amorcé par la requalification du centre-ville de Pantin ne produit donc pas, au moins lorsqu’on l’observe à un stade intermédiaire de son développement, que l’exclusion et la dépossession des classes populaires. Ici, les jeunes tirent profit des espaces publics requalifiés comme de l’implantation de certains équipements publics et privés. Les usages qu’ils en font ne sont pas pour autant déconnectés d’une lecture inquiète du processus en cours et d’une thématisation des risques qui lui sont afférents, ce qui relativise le constat selon lequel la gentrification n’est, la plupart du temps, pas perçue par les classes populaires ou, lorsqu’elle l’est, celles-ci en ont une vision positive articulée à une méconnaissance de ses méfaits (Clerval, 2013, p. 215-216). Sans doute la recherche participative, en s’inscrivant dans le temps long et l’établissement de liens de confiance et de réciprocité, en valorisant des dispositifs d’échange et de débats, voire d’empowerment, en reconnaissant dans les jeunes, des contributeurs à la réflexion, favorise-t-elle la construction d’une parole à la fois plus argumentée et plus nuancée que l’entretien utilisé seul ne permet pas toujours. En ce sens, notre analyse rejoint celle de Butcher et Dickens (2016), lesquels, en recourant également à une méthodologie participative fondée sur la vidéo, plaident pour une appréhension plus fine de ces questions. Ils montrent aussi comment les jeunes mettent en évidence à la fois ce qu’ils gagnent et ce qu’ils perdent dans le processus de gentrification, dans des discours qui ne sont pas exempts d’incohérences ou de contradictions. Il devient alors possible pour les jeunes de prendre une place dans ces nouveaux espaces, aussi fragile soit-elle.

Haut de page

Bibliographie

Albecker, M-F. (2014), Recycler les premières couronnes des villes globales : politiques d’aménagement urbain et restructurations des banlieues de Paris et New York, Thèse de doctorat en géographie, Université Panthéon-Sorbonne-Paris 1.

Aufseeser, D. (2018) « Challenging conceptions of young people as urban blight: Street children and youth’s ambiguous relationship with urban revitalization in Lima, Peru », Environment and Planning A: Economy and Space 2018, 50, 2, p. 310-326.

Authier, J.-Y. (1995), « Formes et processus de ségrégation dans les quartiers centraux réhabilités. L’exemple du quartier Saint-Georges à Lyon », Sociétés contemporaines, 22-23, p. 107-126.

Authier, J.-Y. et Cayouette-Remblière, J. (2021), « Voisiner, une pratique qui demeure… sélective », Population & sociétés, 589, 5, p. 1-4.

Authier, J. et Lehman-Frisch, S. (2012), « Variations sur un thème : les manières d’habiter des enfants dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco », Métropoles, 11, <http://journals.openedition.org> (consulté le 29 septembre 2022).

Bacqué, M.-H. (2006), « En attendant la gentrification : discours et politiques à la Goutte d'Or (1982-2000 », Sociétés contemporaines, 63, p. 63-83.

Bacqué, M.-H. et Demoulin, J. (2022), « La recherche au défi de la participation. L’expérience de la recherche “Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse” (ANR Pop-Part) », Sociologie, 3, 13, p. 297-315 (à paraître).

Bacqué, M.-H. et Demoulin J. (2021), (dir.), Jeunes de quartier. Le pouvoir des mots, Caen, C&F Éditions.

Bélanger, H. (2010), « Pour qui et à qui ce parc ? Gentrification et appropriation de l’espace public dans l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal (Canada) », Lien social et politiques, 63, p. 143-154.

Bidou, C. (1984), Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses universitaires de France.

Blanchard, S. (2017), « Street art, rénovation urbaine et gentrification dans le Nord-Est parisien : entre marketing urbain et gender mainstreaming », Urbanités, 9, <https://www.revue-urbanites.fr/9-street-art-renovation-urbaine-et-gentrification-dans-le-nord-est-parisien-entre-marketing-urbain-et-gender-mainstreaming/> (consulté le 29 septembre 2022).

Boissonade, J. (2006), « Une urbanité de confrontation. Regroupements de jeunes et gestionnaires de l’espace urbain », Espaces et sociétés, 126, 3, p. 35‑52.

Bourdieu, P. (1993), « Effets de lieu », in P. Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, p. 249-262.

Bourdieu, P. et Delsaut, Y. (1975), « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, 1, p. 7-36.

Butcher, M. et Dickens L. (2016), « Spatial Dislocation and Affective Displacement: Youth Perspectives on Gentrification in London », International Journal of Urban and Regional Research, 40, 4, p. 800‑816.

Butler, T. et Robson, G. (2003), London calling: the middle classes and the re-making of inner London, Oxford, Berg Publishers.

Cahill, C. (2007), « Negotiating Grit and Glamour: Young Women of Color and the Gentrification of the Lower East Side », City and Society, 19, 2, p. 202-231.

Cayouette-Remblière, J. (2020), « Les rapports sociaux dans les quartiers de mixité sociale programmée », Sociologie, 11, 1, p. 1-22.

Cayouette-Remblière, J., Lion, G. et Rivière, C., (2019), (dir.) « Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace. Les dimensions spatiales de la (trans)formation des individus », Sociétés contemporaines, 115, 3, p. 5-31.

Chabrol, M. et Giroud, M. (2016), « Continuités populaires. Présences et pratiques des non-résidents dans les quartiers en gentrification », in M. Chabrol et al., Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam, p. 283-304.

Chabrol, M. et Launay, L. (2016), « Résider dans un quartier en gentrification. L’importance des trajectoires et des mobilités », in M. Chabrol et al., Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam, p. 305-324.

Clerval, A. (2011), « L’occupation populaire de la rue : un frein à la gentrification ? L’exemple de Paris intra-muros », Espaces et sociétés, 144-145, p. 55-71.

Clerval, A. (2013), Paris sans le peuple, Paris, La Découverte.

Coing, H. (1966), Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières.

Collectif Rosa Bonheur (2019), La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Éditions Amsterdam.

Collet, A. (2012), « Montreuil, “le 21e arrondissement de Paris” ? La gentrification ou la fabrication d'un quartier ancien de centre-ville », Actes de la recherche en sciences sociales, 195, 5, p. 12-37.

Collet, A. (2015), Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte.

Deboulet, A. et Lafaye, C. (2018), « La rénovation urbaine, entre délogement et relogement. Les effets sociaux de l’éviction », L'Année sociologique, 68, 1, p. 155-184.

Demoulin, J. (2019), « Ce que (ne) permet (pas) l’entretien. Quelle place pour l’entretien dans une recherche sur les jeunes des quartiers populaires ? », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 131-132, 1, p. 32-37.

Demoulin J. et Frouillou L. (2022), « Caractériser les trajectoires de jeunes de quartiers populaires : une analyse par les récits de soi », Sociétés et jeunesses en difficulté, 27, <http://journals.openedition.org/sejed/11232> (consulté le 29 septembre 2022).

Faure, S. (2006), « De quelques effets sociaux des démolitions d'immeubles. Un grand ensemble hlm à Saint-Étienne », Espaces et sociétés, 124-125, p. 191-206.

Fleury, A. (2003), « De la rue-faubourg à la rue “branchée” : Oberkampf ou l'émergence d'une centralité des loisirs à Paris », L’Espace géographique, 32, 3, p. 239-252.

Galland, O. (2011), Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Gaudin, S. (2007), « Murs après murs : Les jeunes face aux politiques de rénovation urbaine », Sociétés et jeunesses en difficulté, 4, <https://journals.openedition.org/sejed/823> (consulté le 29 septembre 2022).

Gilbert, P. (2014), Les classes populaires à l’épreuve de la rénovation urbaine. Transformations spatiales et changement social dans une cité HLM, Thèse de doctorat de sociologie et d’anthropologie, Université Lumière-Lyon 2.

Gilbert, P. (2018), « Comment la rénovation urbaine transforme les classes populaires », Métropolitiques, <https://www.metropolitiques.eu/Comment-la-renovation-urbaine-transforme-les-classes-populaires.html> (consulté le 29 septembre 2022).

Giroud, M. (2007), Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne), Thèse de doctorat en géographie, Université de Poitiers.

Kennelly, J. et Watt, P. (2012), « Seeing Olympic effects through the eyes of marginally housed youth: changing places and the gentrification of East London », Visual Studies, 27, 2, p. 151-160.

Kokoreff, M. (1993), « L’espace des jeunes : territoires, identités et mobilités », Annales de la recherche urbaine, 59-60, p. 170-179.

Kokoreff, M. (2005), « L’expérience urbaine des jeunes. De la zone aux espaces de centralité », in G. Capron, G. Cortes et H. Guetat (dir.), Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires, Paris, Belin, p. 205-221.

Launay, L. (2016), « Négocier la diversité au quotidien. Des rapports de voisinage et des choix scolaires sous contrôle », in M. Chabrol et al., Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam, 2016, p. 325-343.

Lehman-Frisch, S. (2008), « Gentrifieurs, gentrifiés : co-habiter dans le quartier de Mission », Espaces et sociétés, 132-133, p. 143-160.

Oberti, M. (2007), « Gentrification et école dans les banlieues populaires », in M. Oberti, L’école dans la ville : ségrégation–mixité–carte scolaire, Paris, Presses de Sciences-Po, p. 133-149.

Oppenchaim, N. (2013), « Les fonctions socialisantes de la mobilité pour les adolescents de zones urbaines sensibles : différentes manières d’habiter un quartier ségrégué », Enfances familles générations, 19, p. 1-18.

Oppenchaim, N. (2016), Adolescents de cité : l’épreuve de la mobilité, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Ortiz Guitart, A., Prats-Ferret et Baylina Ferré, M. (2014), « How Teens appropiate public space : another view of urban renewal in Barcelona », Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 65, p. 417-422.

Raad, L. (2014), Transformations sociales en banlieue rouge. Politiques locales, stratégies résidentielles et inscription territoriale des classes moyennes, Thèse de doctorat en géographie-aménagement, Université Paris-Diderot.

Rivière, C. (2021), Leurs enfants dans la ville. Enquête auprès de parents à Paris et à Milan, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Sagot, M. (2019), Gentrification et paupérisation au cœur de l’Île-de-France, IAU, <https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_1807/Gentrification_et_pauperisation.pdf> (consulté le 29 septembre 2022).

Tissot, S. (2011), De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d'agir.

Valli, C. (2016), « A sense of displacement Long-time Residents’ Feelings of Displacement in Gentrifying Bushwick, New York », International Journal of Urban and Regional Research, 39, 6, p. 1191-1208.

Van Criekingen, M. et Fleury, A. (2006), « La ville branchée : gentrification et dynamiques commerciales à Bruxelles et à Paris », Belgeo, 1-2, p. 113-134.

Visser, K., Bolt G. et van Kempen R. (2014), « Out of Place? The Effects of Demolition on Youths’ Social Contacts and Leisure Activities. A Case Study in Utrecht, the Netherlands », Urban Studies, 51, 1, p. 203-219.

Watt, P. (2013), « “It’s not for us” : regeneration, the 2012 Olympics and the gentrification of East London », City, 17-1, p. 99-118.

Haut de page

Notes

1 Pour aller plus loin, on pourra se reporter à la présentation réalisée sur le site internet de la recherche : <https://jeunesdequartier.fr/blogposts/pantin>.

2 <http://www.semip.net/files/uploads/ope/pdf_368.pdf>.

3 Ibid.

4 <http://www.semip.net/files/uploads/ope/pdf_155.pdf>.

5 L’une des résidences emblématiques du secteur, « Les Coursives » (290 logements) a fait l’objet d’une réhabilitation en 2016. Par la suite, un projet proposé par la municipalité prévoyait la démolition d’une partie d’un autre bâtiment en vue d’aménager une allée piétonne ouvrant un passage direct des bâtiments appartenant à Hermès sur les boulevards des Maréchaux (donc à Paris) où circule le tramway. Des habitants ont dénoncé la « complaisance » de la municipalité vis-à-vis d’Hermès et ont finalement obtenu l’abandon du projet de démolition au profit de la seule requalification des espaces publics du quartier. Voir : Andreani (2017). « Pantin : les habitants mettent en échec le projet de rénovation urbaine », <https://blogs.mediapart.fr/caro-andreani/blog/051117/pantin-les-habitants-mettent-en-echec-le-projet-de-renovation-urbaine> (consulté le 18 septembre 2019.)

6 « À Paris, le prix du mètre carré dépasse les 10 000 euros », Challenge, 29/8/2017, <https://www.challenges.fr/immobilier/actu-immo/a-paris-le-prix-au-metre-carre-franchit-le-seuil-des-10-000-euros_671387>.

7 « Le prix du mètre carré va frôler les 10 000 euros à Paris cet été », Le Monde, 29/8/2017, <https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/05/23/immobilier-a-paris-le-prix-du-metre-carre-frole-les-10-000-euros_5466060_3234.html>.

8 « Immobilier : Pantin, la “nouvelle Brooklyn” », août 2017, Les Échos, <https://www.lesechos.fr/2017/08/immobilier-pantin-la-nouvelle-brooklyn-180253> (consulté le 18 septembre 2019).

9 Ibid.

10 Elle est passée de 53 060 à 57 482 durant la période, soit une augmentation de plus de 4 400 habitants en cinq ans.

11 Au sein de la Seine-Saint-Denis, les CPIS représentent 14,4 % des actifs en 2017 contre 11,7 % en 2007 et au sein de l’unité urbaine, ils en représentent 29,3 % en 2017 contre 26,4 % en 2007.

12 En 2007, les emplois ouvriers supplantaient les emplois de cadres (23 % contre 20,2 %).

13 L’Iris constitue la brique de base en matière de diffusion de données infra-communales des communes d’au moins 10 000 habitants et d’une forte proportion des communes de 5 000 à 10 000 habitants. Il respecte des critères géographiques et démographiques et a des contours identifiables et stables dans le temps. Cf. <https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1523>.

14 La distinction entre le vélo (y compris électrique) et les deux-roues motorisés n’existait pas dans le cadre des recensements 2012 et 2006, ce qui ne permet pas de réaliser des comparaisons dans le temps.

15 Kern Bertrand, « Pantin, le nouveau Brooklyn ? », Le journal de l'école de Paris du management, 2015/6, 116, p. 23-31, https://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2015-6-page-23.htm>.

16 Dans l’étude conduite par Butcher et Dickens (2016, p. 806) à Londres, un jeune s’interroge de manière similaire : « I don’t know, I can’t complain too much, it looks good ... It makes the area look better ... but always thinking about who is it actually for, that’s the main thing » (Matthew, diary, 8 October 2013).

17 A contrario, dans les dernières images d’une des vidéos produites dans le cadre de la recherche et centrées sur une partie encore faubourienne du quartier des Quatre chemins, Farah [23 ans, M2 de politiques locales et service civique] laisse percer, en voix off, sa mélancolie lorsque la caméra s’attarde sur le bâtiment neuf qui a remplacé sa maison d'enfance, détruite. (cf. <https://jeunesdequartier.fr/videos/le-village>).

18 <https://jeunesdequartier.fr/videos/parc-dans-la-ville>.

19 Accompagnement, soins et services à la personne.

20 Institut de formation en soins infirmiers.

21 Même s’il n’y a pas lieu de leur dénier l’envie manifestée de profiter du centre de Pantin, on ne peut pas complètement exclure non plus que, dans le cadre de l’entretien, ces jeunes aient cherché à se conformer aux pratiques des autres jeunes du groupe, voire aux attentes supposées des chercheures qu’ils auraient craint de décevoir.

22 Les auteur.es montrent notamment que la griffe du couturier transforme de manière quasi magique le statut social du vêtement marqué et, ce faisant, de celui qui le porte.

23 « Indicative of the ambivalence of gentrification, the desire to share in a particular “trendy” atmosphere is mitigated by the reality of a price tag that generates the discomfort of affective displacement, signalling he could no longer remain in place. » (Butcher et Dickens, 2016, p. 812).

24 La diversité des trajectoires sociales et résidentielles que connaissent les jeunes est essentielle pour comprendre leur manière de se raconter et de se projeter dans l’avenir (Demoulin et Frouillou, à paraître). Sur le sujet spécifique qui nous intéresse ici, les trajectoires permettent de situer la diversité des arguments mobilisés par les jeunes, mais leurs positions et leurs analyses convergent indépendamment des trajectoires de chacun.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pantin : carte de situation
Crédits Source : Géoportail
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/9119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Titre Fig. 2 : la place du marché et les ateliers Hermès
Crédits Source : capture d’écran de la vidéo « Face au changement », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​face-au-changement, 01:07. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/9119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 3 : la place de la Pointe et le bâtiment qui accueille BETC
Crédits Source : capture d’écran de la vidéo « Place de la Pointe », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​place-de-la-pointe, 00:58. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/9119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 4 : carte de Pantin, contours IRIS
Légende Les Iris centraux figurent dans la zone hachurée. D’ouest en est, les Iris « Mairie », « Ourcq/Hoche », « Église Nord ».
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/9119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Titre Fig. 5 : de nouveaux logements au bord du canal
Crédits Source : capture d’écran de la vidéo « Place de la Pointe », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​place-de-la-pointe, 01:09. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/9119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 6 : profiter des nouveaux aménagements
Crédits Source : capture d’écran de la vidéo « Parc dans la ville », https://jeunesdequartier.fr/​videos/​parc-dans-la-ville, 26e seconde. © Titulaire des droits : ANR Pop-part. Licence d'usage : Rights.licence.CC-by
URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/9119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Demoulin, Claudette Lafaye et Collectif Pop-Part, « Des jeunes de milieu populaire face à la gentrification à Pantin : une dialectique entre présent et avenir »Métropoles [En ligne], 31 | 2022, mis en ligne le 17 novembre 2022, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/9119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.9119

Haut de page

Auteurs

Jeanne Demoulin

Université Paris Nanterre, CREF, LAVUE

Articles du même auteur

Claudette Lafaye

Université Paris 8, CRH, LAVUE

Collectif Pop-Part

Le Collectif Pop-Part est un collectif scientifique qui regroupe les chercheur·es, les professionnel·les et les jeunes ayant pris part à la recherche « Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse : une recherche participative » (ANR Pop-Part), conduite de 2017 à 2021 dans dix villes et quartiers franciliens. La démarche et les résultats sont notamment restitués sur le site jeunesdequartier.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search