Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31RecensionsSharon Zukin, The Innovation Comp...

Recensions

Sharon Zukin, The Innovation Complex: Cities, Tech and the New Economy

New York, Oxford University Press, 2020, 320 p.
Raphaël Suire
Référence(s) :

Sharon Zukin, The Innovation Complex: Cities, Tech and the New Economy, New York, Oxford University Press, 2020, 320 p.

Texte intégral

1« Le logiciel dévore le monde ». Cette phrase de Marc Andresseen (2011), investisseur renommé de la Silicon Valley et observateur avisé du monde numérique, traduit comment le logiciel et plus largement le numérique se sont imposés au cœur de la vie économique et sociale. Mais il faut aussi y voir une forme de déterminisme, comme si au fond il était inéluctable que le pouvoir appartienne désormais à ceux qui font le code, tels de « nouveaux goliaths » (Bessen, 2022). Avec l’ouvrage de Sharon Zukin, il s’agit désormais de considérer que les industries du numérique « dévorent » les villes.

2Professeur de sociologie au Brooklyn Collège et au Graduate Center de la City University of New York (CUNY), Zukin a notamment rédigé deux ouvrages remarquables. Elle a d’abord analysé le tournant créatif de la ville et la façon dont la culture, les artistes et leurs quartiers ont été de puissants mécanismes de gentrification (Zukin, 1982). Plus récemment, elle a exploré le paradoxe que traversent aujourd’hui de nombreuses villes en quête de la « classe créative », cette classe d’individus qui contribue activement aux industries de la connaissance (Zukin 2010). En choisissant d’habiter des quartiers qu’elle perçoit comme authentiques, la classe créative a paradoxalement contribué à uniformiser ces derniers en chassant ce qui, au fond, fait leur attractivité : une population ouvrière, immigrée, diversifiée, multiculturelle, mais aussi souvent des artistes. D’une certaine façon, The Innovation Complex: Cities, Tech and the New Economy s’inscrit dans cette lignée d’ouvrages très documentés sur New York, parfois à la limite du journalisme, mais aussi fort critiques sur le destin des grandes métropoles traversées par les soubresauts d’un capitalisme numérique désormais mondialisé.

3La thèse de l’ouvrage est celle d’une industrie numérique qui s’immisce dans New York. Il s’agit alors de décrire et d’analyser la façon dont celle-ci transforme la ville à des échelles très variées, et avec des effets ambivalents. Tout d'abord, le territoire et l’environnement bâti, en investissant des friches et des zones en transition. Les organisations ensuite, selon le principe de l’écosystème présenté comme la configuration qui permet de produire et financer rapidement des idées nouvelles soutenant une innovation permanente. Mais c’est sur le terrain politique que Zukin est sans doute la plus juste et la plus originale. En décrivant une administration publique sous l’influence d’intérêts privés, elle lève le voile sur la coalition entre industrie numérique, décideurs politiques et promoteurs immobiliers, qui transforme la ville en un « complexe d’innovation » comme elle le conceptualise. Autrement dit, un ensemble d’acteurs qui alignent leurs intérêts pour faire de New York un équivalent de la Silicon Valley de la côte ouest. Les « bits vont avec la brique » dit-elle, car cette industrie a besoin d’espace pour se développer. Mais dans cette transformation rapide, le citoyen est bien souvent oublié, car cette dynamique spatiale du capitalisme numérique s’accompagne de profondes inégalités. De fait, des résistances s’organisent et c’est donc dans un New York en tension que Zukin nous fait pénétrer.

4En huit chapitres, l’ouvrage permet de mieux comprendre comment fonctionne ce complexe d’innovation et à quoi tient son économie. Pour le dire simplement, la croissance de ces entreprises repose, d’un côté, sur une capacité à innover en continu et, de l’autre, sur une organisation ouverte s’appuyant sur des dynamiques collectives. Ainsi, des relations soutenues avec le monde académique, celui de la finance et l’acteur public sont essentielles. L’emprise spatiale de l’industrie numérique n’est alors que le corollaire de cette organisation en réseau tout le long de la chaîne de valeur de l’innovation : captation des idées nouvelles en amont ; valorisation par de nouveaux biens ou services en aval. À travers les chapitres, on découvre comment la politique locale joue alors un rôle important pour accompagner, maîtriser ou au contraire laisser faire.

5New York et le numérique, ce n’est pas une histoire nouvelle. Zukin rappelle dans son premier chapitre que c’est du côté de Flatiron District, dans le bas Manhattan, qu’émerge un regroupement de start-up que l’on rangera sous le label « Silicon Alley » à la fin des années 1990. Pour autant, cette activité foisonnante de petites entreprises est longtemps restée sous les radars. Elle n'échappe pas non plus à l’explosion de la bulle internet de l’année 2000. Mais aujourd’hui, la ville de New York est le deuxième pôle technologique, et plus largement d’innovations numériques aux États-Unis, derrière la Silicon Valley. Si la ville est devenue au cours de la dernière décennie un épicentre du capitalisme numérique, c’est principalement parce qu’elle offre toutes les ressources dont l’industrie du numérique se nourrit. À commencer par les « talents ».

6Bien que dotée de deux universités à la renommée mondiale (Columbia et NYU), la ville n’a pourtant jamais eu la réputation de produire les talents de la Tech, à la différence d’autres (Stanford pour la Silicon Valley ou le MIT pour Boston et la route 128). Toutefois, plusieurs entreprises s’y sont installées (Google, Facebook, Instagram, etc.). Dans le premier chapitre du livre mais surtout dans le septième qui décrit finement le fonctionnement du secteur académique et ses relations aux industries numériques, Zukin revient sur la crise financière de 2008 et ses conséquences. Celle-ci laisse le secteur financier exsangue et les grands acteurs de la Silicon Valley présents à New York vont en profiter pour faire pression sur l’administration du maire, Bloomberg. Il s’agit de lancer une compétition internationale pour l’ouverture sur l’île de Roosevelt d’un campus universitaire entièrement consacré aux études de technologie (principalement informatique, électronique et affaires commerciales). Son ouverture en 2017 fournit à l’industrie en place une main d’œuvre de diplômés prête à l’emploi et particulièrement bien formée. Ce projet marque le point de départ d’une reconfiguration plus large de cette portion de territoire puisque de l’autre côté d’East River, c’est un cluster de biotechnologie qui va aussi ouvrir avec le généreux soutien financier (100 millions de dollars) et foncier (dons de terrains) de l’administration du maire suivant, de Blasio.

7Cette matière première, grise donc, est sans aucun doute la plus importante pour les industries numériques. Il s’agit de l’identifier, de l’accompagner, voire d’en profiter à travers des évènements ou des relations tissées avec les universités. Zukin, dans le chapitre 2, documente très bien la diffusion précoce de la culture start-up, de l’entrepreneuriat et de la prise de risque se diffusent très tôt chez les étudiants. Et surtout chez ceux qui sont jugés les plus utiles à cette industrie, hiérarchisant explicitement les disciplines en fonction de leur production de valeur immédiate pour le numérique : de ce point de vue, un étudiant en informatique ou en business management est considéré comme plus précieux qu’un étudiant en philosophie ou en littérature.

8Considéré par Zukin comme le véritable « esprit » de ce nouveau capitalisme, le modèle du hackathon est sans aucun doute la façon la plus répandue de nouer des relations avec le monde des talents et l’univers académique. Dans de vieux entrepôts rénovés à Brooklyn se réunissent régulièrement des entreprises de la Tech, de jeunes étudiants, des mentors, parfois des professeurs autour d’un objectif immuable : réfléchir collectivement et en temps contraint à des solutions nouvelles à des problèmes apportés par les entreprises. C’est une forme de management de l’intelligence collective et un dispositif où toutes les parties paraissent gagnantes : l’étudiant travaille en équipe sur un cas concret et sous la forme d’une mise en situation professionnelle, tandis que l’entreprise profite d’idées neuves et trouve là une façon peu coûteuse d’externaliser sa recherche et son innovation. Cette dernière identifie aussi les meilleurs talents, selon une forme de pré-recrutement qui ne dit pas son nom. Ce modèle diffuse aussi l’esprit d’entreprendre, des principes de management par projet et il brouille les frontières entre vie personnelle, vie professionnelle et divertissement : « les hackathons sont une symbiose entre le ludique et le business » écrit Zukin (p. 47) pour caractériser cette valeur du capitalisme numérique. Les universités vendent des formations qui intègrent ces expériences et ces méthodes. Au chapitre 7, on découvre qu’elles ouvrent aussi très largement leurs portes et leurs programmes aux entreprises, ce qui contribue à justifier le prix des diplômes, tout en les ancrant dans ce qui est présenté comme une forme de réalisme économique.

9Le lecteur découvre avec le chapitre 3 qu’une autre manière d’installer un esprit communautaire repose sur l’organisation très régulière de « meetups », soit des moments plus ou moins informels où il s’agit d’écouter et d’échanger autour d’un intervenant ou d’un porteur de projet. L’association New York Tech Meetup (NYTM) fédère et promeut ces évènements, mais contribue également à la diffusion des principes et des valeurs du capitalisme numérique dans des secteurs beaucoup plus vastes que la seule économie numérique, notamment tout ce qui relève de la société civile (« Civic Tech »). L’exemple que donne Zukin et, qui reste un grand classique en termes de stratégie de sponsoring faussement désintéressée, c’est l’équipement de jeunes entrepreneurs œuvrant pour la société civile, en mettant gratuitement à leur disposition des outils Microsoft (cloud, accès, logiciels, etc.). Comme pour les hackathons, on retrouve ici une organisation finalement vertueuse pour toutes les parties. Les jeunes entrepreneurs avec peu de moyens et aux ambitions moins capitalistiques sont largement équipés, et Microsoft promeut ses technologies en fidélisant de futurs usagers. Enfin, la ville peut nuancer ses actions en défendant une technologie profitant au bien commun et au quotidien des New Yorkais. C’est aussi lors des meetups qu’un acteur essentiel du complexe d’innovation se manifeste régulièrement : l’investisseur en capital-risque (« venture capital » ou VC’s dans le jargon de la finance).

10Ainsi, et en se fédérant dans l’association NYTM, les entrepreneurs, les porteurs de projets, le monde académique parfois ou, plus souvent, des intervenants du monde de l’industrie numérique, apparaissent nombreux et leurs actions se diffusent jusque dans la décision publique. L’administration du maire Bloomberg a été attentive et a accompagné activement le développement du secteur numérique, arguant que New York devait devenir une nouvelle Silicon Valley. Zukin, d’ailleurs, nous rappelle que ceci est facilité par la présence de grands investisseurs de la Tech situés à San Francisco et qui s’installent à New York. Tech:NYC est une autre association, ici principalement d’investisseurs, d’acteurs de la Tech, du monde académique, mais aussi d’organisations non lucratives (« not for-profit »). Elle œuvre pour faire la promotion de ses activités, mais aussi comme lobbyiste auprès des autorités municipales afin que le zonage d’urbanisme et la libération d’emprises foncières bénéficie au développement de ces activités dans certains quartiers désignés comme devant être « innovants » (Brooklyn, le mid-Manhattan autour de NYU et Silicon Alley). Ces zones offrent souvent de vastes plateaux ouverts et des configurations de bureaux propices à l’installation de start-up, mais aussi d’accélérateurs, autre acteur essentiel de l’écosystème.

11Le chapitre 4 lève le voile sur les accélérateurs qui détectent des entrepreneurs ou des start-up ayant déjà levé des fonds et qu’ils vont accompagner afin qu’ils identifient le plus rapidement une source de valeur, un modèle économique ou encore un positionnement sur le marché. Les accélérateurs connectent les plus prometteuses des jeunes entreprises aux investisseurs qui font l’objet du chapitre 5. Ils relient aussi le monde foisonnant des start-up à celui des grands groupes, plus distants par nature et peu à l’aise culturellement avec l’univers des jeunes entrepreneurs Tech. En organisant des hackathons, des meetups, en nouant des relations avec les investisseurs et les universités, ou encore à travers des actions de lobbying (exonérations de taxe, zonage), ils contribuent largement à spécialiser les quartiers. Les promoteurs et les propriétaires trouvent là une opportunité de transformer leur quartier et de l’offrir à ces nouvelles populations. Cette dynamique d’auto-renforcement peut conduire à l’éviction de ceux qui ne sont pas concernés. Cette spécialisation économique va donc de pair avec une homogénéité sociale. Selon le même mécanisme, San Francisco et la Silicon Valley sont devenus si homogènes, si inégalitaires, qu’elles sont désormais presque vidées de leur diversité culturelle et ethnique (Kwon et Sorenson, 2021).

12Le WaterFront de Brooklyn s’est littéralement transformé en ce sens sur les dix dernières années. Le chapitre 6 décrit comment ce qui était une vaste zone manufacturière est devenu aujourd’hui un territoire consacré d’abord aux activités des médias et de la TV, et désormais de la Tech. Initialement accompagnées par un acteur public, la Brooklyn Navy Yard Development Corporation (BNYDC), les forces du marché et du capital fixent désormais très largement la destinée de la zone, indexée sur la Tech et ses acteurs. Évidemment, les prix du foncier suivent cette spécialisation et les niveaux de revenus des nouveaux arrivants.

  • 1 Ce modèle caractérise une relation soutenue entre gouvernement, science/secteur académique et indus (...)

13Ce que montre Sharon Zukin est finalement une organisation collective qui s’apparente au modèle bien connu de la triple hélice1. À côté de l’acteur académique et de l’entreprise, la mairie de New York occupe une place importante dans ces dynamiques. Elle contribue très largement au réaménagement de la zone portuaire et des docks afin de sanctuariser un Brooklyn Tech Triangle. Faisant cela, elle renforce l’image « Tech » du quartier et l’offre de services locaux se transforme au fur et à mesure que s’installent de jeunes talents et des entrepreneurs à la recherche d’une atmosphère propice à l’innovation. Pour autant, et c’est là l’un des fils rouges de l’ouvrage, les effets externes d’une telle transformation ne sont pas totalement intégrés par les protagonistes. Que deviennent en effet ceux qui habitaient là, profitant d’un loyer et d’une offre de services en cohérence avec des salaires plus modestes ? C’est aussi la thèse de Richard Florida (2017) lorsqu’il décrit la nouvelle crise urbaine traversée par les villes créatives : les emplois de services moins qualifiés, mais aussi les résidents sont exclus de ces quartiers et doivent trouver refuge dans des zones plus périphériques au prix du foncier plus abordable. New York n’échappe pas à cette dynamique de substitution.

14Dans le huitième et dernier chapitre, Zukin rappelle que les employés des start-up new-yorkaises sont des hommes blancs et diplômés qui partagent le même goût pour la technologie, associé au progrès et à l’hypercroissance. Ces derniers constituent le nouveau visage de la ville. C’est là où son analyse est probablement la plus mordante car, derrière le récit officiel positif, il s’agit aussi d’évoquer tous ceux qui n’appartiennent pas à cette élite et ce qu’ils deviennent. Par exemple, des disciplines académiques non technologiques ou des universités publiques au recrutement moins élitiste et plus diversifié (comme la CUNY), mais aussi des habitants chassés de leur territoire historique, ou encore des aménagements plus inclusifs qui sont écartés, car l’argent public est capté par ce complexe d’innovation. Pour autant, la résistance citoyenne existe et s’organise. L’ouvrage s’ouvre d’ailleurs sur le projet HQ2 d’Amazon : dans le prolongement du Waterfront de Brooklyn, l’entreprise promettait l’installation de 25 000 employés hautement qualifiés. Les acteurs du « complexe de l’innovation » ont unanimement considéré que ce projet ne pouvait pas échapper à New York. Fut-ce au prix d’une subvention de 1,5 milliard d’euros et de la mise à disposition d’une gigantesque emprise foncière le long d’East River. Les habitants du Queens y ont surtout vu l’arrivée d’un mastodonte et des promesses floues, et se sont sentis peu concernés par cette arrivée. Ou, plus précisément, peu concernés par les retombées économiques, mais très affectés par les conséquences spatiales, forts des enseignements de ce qui se passe à Brooklyn et à Manhattan. HQ2 ne viendra pas à New York et c’est, d’une certaine manière, une victoire pour la diversité du territoire et les habitants du Queens. C’est là le message de Zukin : alors que les entrepreneurs de la Tech et les start-up usent et abusent de « l’usager final » dans leurs pitch et leurs modèles économiques, c’est bien le citoyen qui est oublié et dont on fait finalement très peu de cas une fois les acteurs du numérique installés.

15Sharon Zukin ne l’évoque guère, mais toutes les villes américaines qui ont pris le virage Tech souffrent des puissantes inégalités sociales, économiques et spatiales qu’il suscite. San Francisco, Seattle ou Washington DC, mais aussi Austin plus récemment, où l’arrivée de Tesla, Apple ou encore Spotify risque d’entraîner une hausse des prix délétère pour les artistes déjà implantés, et l’ambiance bohème qui en résulte. L’Europe n’est pas non plus le terrain de Zukin, mais la même mécanique est à l’œuvre à Amsterdam, Paris, Berlin, Lisbonne, Londres, etc. Le capitalisme numérique, ses méthodes, cette triple hélice à laquelle s’ajoute désormais le capital-risque est mondialisée. Ses effets externes sont partout les mêmes : inflation des prix du foncier, gentrification et forte homogénéisation des territoires laissent entrevoir des crises urbaines nouvelles avec les plus modestes, voire des classes moyennes qui ne peuvent plus se loger. La France n’est pas en reste avec la politique des métropoles dites « FrenchTech ». On manque certes d’études fines sur les retombées au-delà du palmarès des levées de fonds et des créations d’emplois. Mais il est plausible qu’une FrenchTech et son écosystème d’acteurs florissants s’accompagnent aussi de gentrification rapide et finalement d’inégalités économiques et spatiales. C’est le revers de la médaille : la croissance de ce secteur génère des opportunités en matière d’immobilier, d’emplois et de formations des talents, tout en laissant beaucoup de monde sur le côté. Rares sont les politiques publiques et les acteurs publics locaux à s’être emparés de cette question.

Haut de page

Bibliographie

Andreessen, M. (2011), « Why software is eating the world », Wall Street Journal, <https://www.wsj.com/articles/SB10001424053111903480904576512250915629460> (consulté le 20 août 2011).

Bessen, J. (2022), The New Goliaths: How Corporations Use Software to Dominate Industries, Kill Innovation and Undermine Regulation, New Haven/Londres, Yale University Press.

Etzkowitz, H. et Leydesdorff, L., (2000), « The dynamics of innovation: from national systems and “mode2” to a triple helix of university-industry-government relations », Research Policy, 29, 2, p. 109-123.

Florida, R. (2017), The New Urban Crisis, New York, Basic Books.

Kwon, D. et Sorenson, O. (2021), « The Silicon Valley Syndrome », Entrepreneurship Theory and Practice, <doi.org/10.1177/10422587211050892> (consulté le 28 septembre 2022)

Zukin, S. (1982), Loft Living: Culture and Capital in Urban Change, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Zukin, S. (2010), Naked City: The Death and Life of Authentic Urban Places, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Ce modèle caractérise une relation soutenue entre gouvernement, science/secteur académique et industrie afin de produire de la croissance économique (Erkowitz et Leydesdorff, 2000). On en trouve des déclinaisons institutionnelles dans presque tous les pays développés à travers la notion de « science park », de cluster, ou encore de technopole ou pôle de compétitivité en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Suire, « Sharon Zukin, The Innovation Complex: Cities, Tech and the New Economy »Métropoles [En ligne], 31 | 2022, mis en ligne le 17 novembre 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/9288 ; DOI : https://doi.org/10.4000/metropoles.9288

Haut de page

Auteur

Raphaël Suire

Nantes Université – IAE – LEMNA

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Logo Environnement, Ville, Société
  • Logo Intelligences des mondes urbains
  • Logo Triangle
  • Logo ENS de Lyon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search