Navigation – Plan du site
Recensions

Platti, Emilio, L’islamisme, Forme moderne du radicalisme islamique

Emmanuel Pisani
p. 318-319
Référence(s) :

Platti, Emilio, L’islamisme, Forme moderne du radicalisme islamique, Collection Que penser de… ?, 89, Paris, Fidélité, 2016, 1 vol., 120 p.

Texte intégral

1Le livre du frère dominicain Emilio Platti sur le radicalisme musulman entend éviter plusieurs confusions : d’une part celle entre l’islam et l’islamisme et d’autre part celle qui voit dans l’islamisme un tout homogène. L’A. introduit ce petit livre d’une centaine de pages en reprenant l’expression reprise tant par les radicaux que les libéraux : « Ce n’est pas l’islam. » Mais alors qu’est-ce que l’islam ? Le Père Platti voit dans l’attestation de foi, la šahāda, la matrice musulmane nécessaire et suffisante par laquelle on témoigne de son appartenance à l’islam, et rejoint à cet égard la position d’Aḥmad al-Ṭayyib. Quant à l’islamisme, il est la version exclusiviste de l’islam, celle qui rejette ses coreligionnaires sur la base d’un article de foi ou d’une pratique jugée hétérodoxe. Dans une perspective généalogique, l’A. passe en revue le radicalisme ancien (kharijisme) et moderne. Fin connaisseur de Mawdūdī, théoricien contemporain de l’islam politique, il lui consacre un chapitre ainsi qu’au fondateur du wahhabisme et aux frères musulmans. On saura gré à l’A. de revenir aux sources des courants idéologiques du radicalisme islamique mais aussi d’agrémenter sa réflexion de témoignages personnels issus de ses lectures, de ses rencontres ou de ses expéditions égyptiennes. L’A. est un homme de terrain ; il a pu suivre les déplacements et changements de discours au sein de la rhétorique islamiste ce qui lui permet de dégager les évolutions paradigmatiques qui se sont déployées durant les semaines du printemps arabe. Car les printemps n’ont pas été homogènes : partie des jeunes, ils se sont « frèrisés ». La couverture de l’ouvrage où l’on aperçoit le slogan « le jugement n’appartient qu’à Dieu » et l’emblème de la šahāda en blanc sur fond noir sans les points diacritiques – emblème repris par Daesh – est révélatrice de l’islamisation de la révolution. En conclusion, le frère dominicain se demande si l’on peut penser l’islam autrement. Assurément, répond-il, et d’aucuns s’emploient à retrouver la dimension spirituelle de l’islam, mais aussi à dépasser la fixation des interprétations qui conduit à nier la consistance de l’histoire, du créé et de la créativité qui est pourtant l’expression même de la personnalité humaine en tant que sujet (p. 99). Le père Platti souligne aussi que dans le contexte actuel de chaos, le phénomène de l’athéisme gagne la société égyptienne. Ainsi, ce petit livre donne-t-il à penser sans pour autant dire ce qu’il faut penser, comme l’y inviterait le titre de la collection jésuite – et il est heureux qu’il en soit ainsi. Sur le plan de la forme, l’ouvrage se lit bien, même si l’articulation entre radicalisme ancien et radicalisme moderne y est traitée parfois de manière non chronologique ce qui peut susciter quelque confusion pour un lecteur novice sur ces questions. Sur le fond, l’A. ne souligne pas suffisamment les liens entre tous ces mouvements radicaux. Il aurait été heureux au regard de son intention première de montrer comment chacun de ces penseurs est à la fois compris, reconnu, dépassé puis rejeté au sein même de ces mouvements exclusivistes et d’en préciser les points spécifiques. En outre, l’A. n’a pas suffisamment souligné la nature politique et légitimatrice de l’alliance entre Ibn Saʿūd et ʿAbd al-Wahhāb ; Le wahhabisme n’est pas politiquement révolutionnaire : il reconnaît l’autorité du prince au-delà de ses mœurs et de sa fidélité à la Loi. Or, le rapport au pouvoir est très différent selon les frères musulmans ou les salafistes wahhabites. Il s’agit là d’une clef indispensable pour comprendre les printemps arabes : s’ils sont récupérés par les frères musulmans, les salafistes wahhabites les rejettent et y voient une perversion religieuse. Cependant, Samir Amghar a montré l’apparition récente au sein du wahhabisme de courants plus politiques, certes encore marginaux, mais qui commencent à rejeter les princes saoudiens au nom de l’hypocrisie manifeste dont ils sont les sujets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pisani, « Platti, Emilio, L’islamisme, Forme moderne du radicalisme islamique », MIDÉO, 32 | 2017, 318-319.

Référence électronique

Emmanuel Pisani, « Platti, Emilio, L’islamisme, Forme moderne du radicalisme islamique », MIDÉO [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 23 avril 2017, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mideo/1731

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals