Navigation – Plan du site
Recensions

Robin, Christian Julien, Le Judaïsme de l’Arabie antique

Emilio G. Platti
p. 331-336
Référence(s) :

Robin, Christian Julien (dir.), Le Judaïsme de l’Arabie antique, Collection Judaïsme ancien et origines du christianisme, 3, Turnhout, Brepols, 2015, 1 vol., 568 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un Colloque de Jérusalem qui s’est tenu en février 2006, et qui a été complété et mis à jour pour la publication. Les bibliographies mentionnent en effet des ouvrages édités jusqu’en 2015 ; et certaines contributions au colloque ont fait l’objet d’une révision. Plus d’un tiers de ce volume de 567 pages consiste en un long article du professeur C.J. Robin, « Quel judaïsme en Arabie ? » (p. 15-195), contenant 6 cartes et 49 figures d’inscriptions, et qui est une mise à jour exhaustive du dossier concernant le Judaïsme de l’Arabie antique préislamique. Il s’agit effectivement d’un inventaire de toutes les données disponibles, alors que les 12 contributions qui suivent concernent un élément particulier de ce dossier. L’ensemble est introduit par le directeur de la publication lui-même, le professeur Christian Julien Robin, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

2Depuis longtemps, et certainement depuis la thèse de Abraham Geiger (1810-1874), Was hat Mohammed aus dem Judenthume aufgenommen? (1833), personne ne doute plus du caractère globalement biblique du message du Coran. La tradition musulmane, et en particulier la Sīra nabawiyya, nous rappelle d’ailleurs les nombreuses entrevues du prophète de l’islam avec des juifs, et en particulier à Médine. N’est-il pas dit que Zayd Ibn Ṯābit, compagnon et secrétaire du prophète, qui faisait partie du comité qui mit par écrit la version ʿuṯmānienne du Coran, aurait appris l’écriture à la maison d’étude des juifs de Yathrib, appelée Bayt al-midrās ?

  • 6 Robin, Christian Julien,« Faut-il réinventer la Jāhiliyya ? », in Schiettecatte, Jérém (...)

3Néanmoins, l’attention de la tradition s’est plutôt tournée vers les opposants concitoyens de La Mecque, les polythéistes qui se sont attaqués directement à Muḥammad et l’ont combattu à mort. Ce qui fait que deux questions sont restées sans réponse. La première étant celle-ci : comment se fait-il que plus du tiers du Coran contient des allusions à des récits des personnages bibliques, alors que le contexte était celui de l’idolâtrie mecquoise ? Et la deuxième : comment ces auditeurs mecquois païens pouvaient-ils comprendre les multiples allusions bibliques de ces récits, puisque le Coran ne les explicite pas du tout – exception faite de la sourate Yūsuf – et donne au contraire l’impression que les auditeurs connaissent ces récits en détail ? Le prophète de l’islam ne dit-il pas à sa façon que les autres peuples ont reçu le même message de la part de prophètes antérieurs dans leur langue et que le Coran l’exprime désormais en arabe ? En fait, le fond de son message n’est-il pas celui-ci : tout le monde aux alentours envisage un au-delà et est monothéiste, alors, vous, les Mecquois, pourquoi ne pas y adhérer vous aussi ?! Robin se posait déjà la question en 2006 et se demandait s’il ne fallait pas reconsidérer la ǧāhiliyya6.

4La réponse à ces questions ne peut être avancée par la seule analyse du contexte mecquois. Seul un aperçu détaillé du contexte plus large de la péninsule arabique peut la fournir. Or, depuis plus d’une vingtaine d’années, de nombreuses inscriptions d’Arabie ont été étudiées, à tel point que les découvertes épigraphiques permettent désormais d’avoir une image beaucoup plus claire des courants religieux en Arabie avant l’Islam et qu’on peut avancer des hypothèses plausibles en réponse aux questions posées. Comme l’exprime le professeur Robin lui-même : « On connaît une véritable explosion avec énormément de découvertes, qui résultent de l’ouverture de la péninsule arabique à la recherche archéologique. » On est bien loin du temps de l’étude du père Jacques Jomier éditée en 1957, sur le nom divin al-Ramān et le lien avec Ramānān, préislamique, mais rejeté par les Mecquois ; ou les expéditions célèbres de Jaussen et Savignac de 1907, 1909 et 1910, ou celle de Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie en 1951…

5Le domaine de ces recherches a pris une toute autre dimension ; et cet ouvrage veut faire le point. Mais pour compléter l’inventaire du professeur Robin, auquel nous nous référons ici, il faudra certes y ajouter ses autres contributions des dernières années parmi lesquelles : en 2010, « Nagrān vers l’époque du massacre : Notes sur l’histoire politique, économique et institutionnelle et sur l’introduction du christianisme », in Beaucamp, J., Briquel-Chatonnet, F. et Robin, C.J. (éd.), Juifs et chrétiens en Arabie aux ve et vie siècles : Regards croisés sur les sources, Paris, ACHCByz, 2010, p. 39-106 ; en 2011, « L’église des Aksūmites à Ẓafār (Yémen) a-t-elle été incendiée ? », Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée. Série Histoire 129, 2011/1, p. 93-118 ; en 2012, « Abraha et la reconquête de l’Arabie déserte :un réexamen de l’inscription Ryckmans 506 = Murayghān1 », Jerusalem Studies in Arabic and Islam 39, 2012, p. 1-94 ; en 2012, avec Sālim Ṭayrān, « Soixante-dix ans avant l’Islam, l’Arabie toute entière dominée par un roi chrétien », in Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, CRAI2012/1, p. 525-553 ; en 2014, « Le roi ḥimyarite Thaʾrān Yuhanʿim (v. 325-v. 375). Stabilisation politique et réforme religieuse », Jerusalem Studies in Arabic and Islam 41, 2014, p. 1-95 et « The Peoples Beyond the Arabian Frontier in Late Antiquity: Recent Epigraphic Discoveries and latest Advances », in Dijkstra, Jitse H.F. & Fisher, Greg (eds.), Inside and Out: Interactions Between Rome and the Peoples on the Arabian and Egyptian Frontiers in Late Antiquity, Leuven-Paris: Peeters, 2014, p. 33-79.

6De ce vaste projet de recherche dans le domaine de l’épigraphie on peut désormais résumer quelques conclusions qui concernent les questions que nous nous sommes posées.

7Tout d’abord, il faut prendre en compte les événements se produisant au royaume de Ḥimyar vers la fin du quatrième siècle et le règne de Malkīkarib Yuhaʾmin (de c. 375 à c. 400). Vers 380, le royaume délaisse le paganisme ancien déjà en déclin durant le règne de son père Ṯaʾrān Yuhanʿim (324 à c. 375), pour adopter un judéo-monothéisme qui n’est affilié directement à aucune autre communauté juive structurée. Pour une longue période, le judaïsme de Ḥimyar acquiert un statut semi-officiel. Et cette décision aura un impact considérable sur l’ensemble de la péninsule arabique, suite à l’expansion de Ḥimyar et de sa conquête de l’Arabie déserte : le royaume domine plus ou moins directement sur une grande partie de la péninsule Arabique à partir de 350-360, sous le règne de Ṯaʾrān. On ne peut donc sous-estimer l’influence considérable de ce type de judaïsme qui rayonne jusqu’à c. 500 à partir du Yémen. Mais il y a aussi, en lien avec ce judaïsme au Yémen, la présence très importante des juifs du Ḥiǧāz, où l’enracinement du judaïsme reste dispersé, et n’est pas unifié par le fait que le pouvoir politique est favorable aux juifs, comme à Ḥimyar. Durant cette période d’environ cent-cinquante ans, le monothéisme judaïsant a donc tout le temps d’imprégner les esprits dans l’ensemble de la péninsule.

8Dès 485, le royaume de Ḥimyar entre en crise ; le christianisme, soutenu par le pouvoir éthiopien d’Aksūm, s’infiltre peu à peu, gagnant du terrain à partir de la périphérie du pays, de telle sorte qu’entre 500 et 522, le pays est peu à peu mis sous tutelle aksūmite : vers la fin 518-début 519, c’est Aksūm qui installe sur le trône de Ḥimyar un prince chrétien, Maʿdīkarib Yaʿfur. Quant à l’Arabie nord-occidentale, c’est l’influence de Byzance qui s’impose entre 500 et 560.

9Cette évolution va être interrompue brusquement quand une révolte judaïsante anti-aksūmite se produit, dirigée par le roi de Ḥimyar Yūsuf Asʾar Yathʾar (appelé aussi Yūsuf ḏū Nuwās), qui avait été intronisé en juin 522. Il massacre la garnison aksūmite de la capitale Ẓafār, incendie l’église et s’en prend aux chrétiens de la ville de Naǧrān qui sont martyrisés. Mais le roi éthiopien réagit : il entame une expédition de représailles qui a lieu entre 525 et 530, et rétablit la domination aksūmite sur le Yémen. Le roi Yūsuf est mis à mort et un nouveau roi ḥimyarite, Sumūyafaʿ Ašwaʿ, est mis sur le trône. En même temps, le christianisme devient religion officielle de Ḥimyar. Cette situation durera jusque vers 570-575, quand les Perses réussiront à s’imposer. Mais entretemps, un événement majeur se produit, qui aura des répercussions importantes et nous ramène directement aux questions posées par rapport au Coran.

10Entre 531 et 535 en effet, un des généraux du roi éthiopien, du nom d’Abraha – bien connu des sources musulmanes ‒ va se révolter contre le Négus et le roi que celui-ci a mis sur le trône ; il prend le pouvoir. Vers 550, il entame des expéditions vers le nord et diverses tribus se soumettent à son autorité. C’est alors qu’on pourrait dire que « soixante-dix ans avant l’Islam, l’Arabie toute entière est dominée par un roi chrétien ». Abraha s’empare d’ailleurs aussi de l’oasis de Yathrib, mais, comme le Coran et la tradition musulmane le mentionnent, il subit un échec à la Mecque. Il est par ailleurs bien connu qu’Abraha voulut consolider le christianisme et bâtit une grande église à Ṣanʿāʾ, al-Qalīs, mentionnée d’ailleurs dans la Sīra nabawiyya.

11Une inscription du temps d’Abraha précise l’année qui concerne cette église : 559-560 ; elle est extrêmement importante, car d’après le professeur Robin, les inscriptions de cette période nous dévoilent aussi une évolution interne majeure dans le christianisme d’Abraha. Les inscriptions datant du temps du roi ḥimyarite précédent, Sumūyafaʿ Ašwaʿ, contiennent les invocations trinitaires chrétiennes classiques, mentionnant Raḥmānān, et ensuite la seconde personne divine, son Fils, le Christ vainqueur, ainsi que l’Esprit Saint. Robin remarque dans les inscriptions du temps d’Abraha un changement important : « La dévotion d’Abraha se limite à Raḥmānān (éventuellement Seigneur du Ciel) et à son Messie. (…) La disparition du terme « fils » dans les invocations religieuses d’Abraha pourrait indiquer que la croyance en la filiation divine de Jésus n’est plus considérée comme essentielle. Jésus n’est plus une entité divine, mais seulement le Messie » (p. 218). Ainsi, dans une autre inscription datant de 548 : « Avec la puissance, l’aide et la clémence de Raḥmānān, de son Messie, et de l’Esprit de sainteté », il n’est question que du Christ, le Messie. D’après Robin, « l’absence du terme « fils » et l’appellation « Messie » s’accordent avec la christologie des judéo-chrétiens les plus radicaux. Plus remarquable encore, elles reflètent une doctrine qui pourrait avoir inspiré le Coran qui reconnaît en Jésus un personnage d’exception à la naissance miraculeuse puisqu’il est appelé « Jésus fils de Marie » (ʿĪsā b. Maryam, et non « Jésus fils de Joseph ») et l’appelle le « Messie » (al-Masī) » (p. 218).

12Pour le professeur Robin, deux explications pourraient indiquer les raisons de ce glissement dogmatique remarquable qui se retrouve dans les inscriptions du roi Abraha et qui évoque la doctrine de ce qu’on appelle « l’église de la circoncision ». Il se pourrait en effet que des communautés judéo-chrétiennes issues de celles qui existaient aux iiie-vie siècles aient encore eu une certaine influence en Arabie deux siècles plus tard, même si nous n’avons aucune trace de celles-ci jusqu’à maintenant. Une seconde explication semble plutôt porter l’adhésion du professeur Robin : que le roi Abraha, qui est aksūmite d’origine, et chrétien, et « qui s’est emparé du pouvoir dans le royaume de Ḥimyar dont les élites inclinent vers le judaïsme depuis près de deux siècles, ne peut pas s’appuyer sur Aksūm. (Il doit donc) trouver une voie pour se concilier au moins en partie la population locale. Sur le plan religieux, on peut supposer qu’il a recherché une forme de christianisme qui ne heurte pas trop les juifs » (p. 220).

13Quelle que soit l’hypothèse qui s’imposera suite à de plus amples recherches, il est évident que ces découvertes épigraphiques nous font découvrir combien le message coranique se rapproche considérablement de ce que dévoilent les inscriptions de l’histoire religieuse de l’Arabie, telle qu’elle se présente au vie siècle, à peine quelques décennies avant que ce message coranique ne commence à être proclamé.

14Loin de confirmer certaines thèses révisionnistes, qui voudraient faire table rase de la tradition musulmane, on s’aperçoit à quels résultats impressionnants aboutit une recherche technique de déchiffrement de haut niveau, telle qu’elle se présente dans tous ces travaux.

15Pour donner un exemple : on se rend compte ainsi de l’interaction entre des juifs de Médine et les positions que défend le Coran, dans l’article de José Costa, Les juifs d’Arabie (p. 480) quand il dit ceci : « La Sīra, comme souvent, cherche à montrer à quel moment tel ou tel verset du Coran a été révélé à Mahomet. Or, les affirmations des juifs sur le caractère temporaire des peines de l’enfer auraient amené la révélation de plusieurs versets du Coran qui soulignent le caractère éternel des récompenses et des peines : ‘Et ils disent : Le feu ne nous touchera que quelques jours comptés… ceux-là sont les gens du feu, ils y resteront éternellement (hum fīhā ālidūn)’… » (Coran 2, 80). Tous ces travaux nous permettent donc, peu à peu, de retrouver le contexte concret par rapport auquel le Coran se positionne...

Haut de page

Notes

6 Robin, Christian Julien,« Faut-il réinventer la Jāhiliyya ? », in Schiettecatte, Jérémie (éd.), LʼArabie à la veille de lʼIslam. Bilan critique. Actes de la table ronde tenue au Collège de France les 28 et 29 août 2006, Orient & Méditerranée, 3, Paris, De Boccard, 2009, p. 5-14 ; Robin, Christian Julien et Schiettecatte, Jérémie (éd.), Les préludes de lʼIslam. Ruptures et continuités dans les civilisations du Proche-Orient, de lʼAfrique orientale, de lʼArabie et de lʼInde à la veille de lʼIslam, Orient & Méditerranée, 11, Paris, De Boccard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio G. Platti, « Robin, Christian Julien, Le Judaïsme de l’Arabie antique », MIDÉO, 32 | 2017, 331-336.

Référence électronique

Emilio G. Platti, « Robin, Christian Julien, Le Judaïsme de l’Arabie antique », MIDÉO [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 23 avril 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/mideo/1750

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals