Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32In MemoriamChristiaan van Nispen tot Sevenae...

In Memoriam

Christiaan van Nispen tot Sevenaer
(15 mars 1938-12 mai 2016)

Emilio G. Platti (o.p.)
p. 309-311

Texte intégral

1En rentrant en voiture vers Louvain (Leuven), le vendredi 22 avril 2016, venant du couvent dominicain de Zwolle au nord-est de la Hollande, je décidais de passer par le Berchmanianum à Nimègue (Nijmegen), où le père Christiaan était soigné depuis 2010. Je savais que désormais la parole lui manquait. Il était assis dans une chaise roulante, ramassé sur lui-même, mais lorsque je lui dis quelques paroles en arabe égyptien, il s’est redressé et m’a regardé. L’Égypte était devenue sa deuxième patrie, il s’y était engagé corps et âme, et le son de ces quelques mots que je prononçais éveillaient apparemment un lointain écho de cette terre qu’il aimait tant. Je l’accompagnais à l’église où une infirmière l’amenait, et repartis. Trois semaines plus tard, un ami égyptien me téléphona pour m’annoncer son décès, le jeudi 12 mai.

2La première année qu’il se trouva au centre de soins du Berchmanianum, il m’avait fait découvrir cette grosse bâtisse où il avait passé ses premières années de formation de jésuite. Le nom du centre, désormais affecté aux soins des plus âgés, fait d’ailleurs référence à un jeune jésuite flamand, Johannes Berchmans, décédé en 1621 et canonisé. Dans la chambre du père Christiaan se trouvaient deux photos : celle de 2008, où il se trouvait avec ses collègues du séminaire copte-catholique de Maadi, entourant le patriarche copte-catholique, et un ancien portrait équestre de ses parents ; comme son nom l’indique d’ailleurs, il était en effet issu d’une famille noble des Pays-Bas. On aurait assez difficilement pu s’en rendre compte quand on l’avait vu durant des années sillonner les rues du Caire. Un trait de son pays natal lui était pourtant resté : il le faisait en bicyclette.

  • 1 Van Nispen, Christiaan, Chrétiens et musulmans : frères devant Dieu ?, Paris, éditions de l’atelie (...)
  • 2 Van Nispen, Christiaan, « A Man of Dialogue », in Troll, Christian and Hewer, C.T.R. (eds.), Chris (...)

3Regardant les photos, je lui demandais s’il n’avait pas laissé au Caire quelque article qu’il n’aurait pas eu le temps d’achever. À l’Institut dominicain, où il venait travailler un jour par semaine dans la bibliothèque, il nous avait en effet raconté dans plusieurs réunions combien l’impressionnaient des témoignages d’amies et d’amis musulmans auxquels il avait demandé ce que voulait dire pour eux d’exprimer leur foi dans la prière. Sa mémoire s’était affaiblie, il ne pouvait me répondre. Mais en fait, il avait déjà largement puisé à cette source pour écrire le dernier livre qui a paru de sa main, Chrétiens et musulmans : frères devant Dieu ?1 Des extraits de ce livre ont été publiés en traduction anglaise dans Christian Lives Given to the Study of Islam, sous le titre A Man of Dialogue2 ; le père Christiaan n’avait plus été en mesure d’y contribuer directement. Entre confrontation ‒ ce qu’il avait bien connu lors des années de terrorisme qui avaient suivi l’assassinat de Sadate au Caire ‒ et dialogue, il avait fait son choix. Mais il n’a pas eu le temps de connaître les terribles soubresauts qu’a engendrés l’esprit de confrontation dès 2011, et qui n’en finissent pas de hanter le Moyen-Orient et le monde entier…

  • 3 Voir MIDÉO 31, 2016, p. 273-277.

4Né en 1938, il fut envoyé en Égypte en 1962 après des études de philosophie et de théologie aux Pays-Bas et en France, et d’arabe et d’islamologie au Liban. Comme les écrits mentionnés en témoignent, il était profondément imprégné de l’esprit du Concile Vatican II. Il ne pouvait s’imaginer que Dieu n’agisse pas dans le cœur de croyants sincères, fussent-ils d’une autre tradition religieuse que la sienne, et en particulier les musulmans, dont le Concile mentionne « la foi islamique », une soumission à Dieu telle que celle d’Abraham, auquel ils se réfèrent si souvent. Il partageait ainsi l’intuition du père Georges Anawati exprimée dans sa célèbre conférence sur « La foi commune en Dieu3 » que celui-ci présenta en 1978 au groupe al-Iāʾ al-dīnī, l’association de La Fraternité religieuse, groupe de dialogue d’intellectuels musulmans et chrétiens égyptiens dont le père Christiaan était un membre fervent très actif. Conférence à laquelle celui-ci fait d’ailleurs référence dans son livre « Chrétiens et musulmans : frères devant Dieu ? », au chapitre 4, traitant de la question de la foi commune en Dieu ; mais aussi au chapitre 5, où il en tire les mêmes conclusions que le père Anawati. La fraternité par la foi commune en Dieu a des implications pour notre vie en société, des « implications humanistes et culturelles ».

  • 4 Van Nispen, Christiaan, Activité humaine et agir de Dieu : le concept de sunan de Dieu dans le com (...)
  • 5 Voir MIDÉO 23, 1997, p. 564-568.

5Cet esprit de dialogue fraternel faisait en fait pleinement partie de la personnalité du père Van Nispen. Cet esprit faisait son charme dans toutes les activités débordantes qu’il a menées jusqu’au moment où une fatigue mentale allait l’éloigner de l’Égypte, du séminaire de Maadi, de l’Institut d’études religieuses de Sakakini, de Dar Comboni, institut d’étude de la langue arabe, de l’Université du Caire, où on l’invitait pour faire partie de jurys de mémoires et de thèses, du centre Arab West Report, où je l’entendais une dernière fois à Maadi où il accueillait le professeur Hubert Kaufhold mais aussi de l’Institut dominicain, dont il était un des membres. C’est là que durant toute une année, il s’était retiré en 1986-1987 pour préparer sa thèse de doctorat qu’il soutînt à Paris III-Sorbonne, sous la direction de Daniel Gimaret, Le concept de ‘sunan’ de Dieu dans le commentaire coranique du Manâr; et qui a été publiée ensuite sous le titre « Activité humaine et agir de Dieu : le concept de sunan de Dieu dans le commentaire coranique du Manār4. » Le titre lui-même nous indique combien le père Christiaan était fasciné par le thème du statut de l’acte humain et de l’agir divin et de la relation entre les deux. On relira avec intérêt la recension élogieuse de cette étude qu’a écrite le père Jacques Jomier – qui avait étudié à fond le commentaire du Manār : « Ce livre devait être écrit. Le travail demandait de longues lectures, souvent pour fixer des points très secondaires ; tout le monde n’est pas capable d’une telle abnégation. L’auteur qui joint la lucidité à la compétence l’a été, regardant en face les vrais problèmes sans biaiser5 » (p. 565).

6Ce n’est pourtant pas en premier lieu pour cette étude que dès 2010 l’absence du père Christiaan aura été ressentie par beaucoup comme un manque, tel qu’un Égyptien le décrit « waaštenā yā Abūnā ! », mais pour son humanité chaleureuse, profondément guidée par sa foi en Dieu et en l’homme, et qui s’exprimait en arabe, en français, en anglais et parfois en néerlandais, et que jusqu’à maintenant se rappellent ses nombreux amis et amies égyptiens, musulmans et chrétiens.

Haut de page

Notes

1 Van Nispen, Christiaan, Chrétiens et musulmans : frères devant Dieu ?, Paris, éditions de l’atelier, 2004 ; traduction néerlandaise : Christenen en moslims : Confrontatie of dialoog ?, Averbode, 2006.

2 Van Nispen, Christiaan, « A Man of Dialogue », in Troll, Christian and Hewer, C.T.R. (eds.), Christian Lives Given to the Study of Islam, New York, Fordham University Press, 2012, p. 128-134.

3 Voir MIDÉO 31, 2016, p. 273-277.

4 Van Nispen, Christiaan, Activité humaine et agir de Dieu : le concept de sunan de Dieu dans le commentaire coranique du Manār, Coll. Recherches, 18, Beyrouth, Dar el-Machreq, 1996.

5 Voir MIDÉO 23, 1997, p. 564-568.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio G. Platti (o.p.), « Christiaan van Nispen tot Sevenaer
(15 mars 1938-12 mai 2016) »
MIDÉO, 32 | 2017, 309-311.

Référence électronique

Emilio G. Platti (o.p.), « Christiaan van Nispen tot Sevenaer
(15 mars 1938-12 mai 2016) »
MIDÉO [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 23 avril 2017, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/mideo/1759

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search