Navigation – Plan du site

Liminaire

La rédaction du Midéo
p. VII-IX

Texte intégral

  • 1 Ayoub, Mahmoud, « Islam and the Challenge of Religious Pluralism » in Global Dialogue 2, 1, Winter (...)
  • 2 Mokrani, Adnane, « Le pluralisme religieux dans le Coran », Midéo 28, 2010, p. 279-293. Diagne, So (...)
  • 3 Friedmann, Yohann, Tolerance and Coercion in Islam Interfaith Relations in the Muslim Tradition, C (...)

1Depuis les années 1980, sous l’influence notamment de la théologie chrétienne, la question d’une théologie musulmane des religions a été abordée par certains penseurs musulmans. Il s’agit d’interroger la vision du Coran, de la Sunna ou de tels penseurs musulmans à l’égard des non musulmans et de leurs religions. Dans cette perspective, certains ont cherché à évaluer si les paradigmes de l’exclusivisme, de l’inclusivisme et du pluralisme mis en avant au sein d’une théologie chrétienne des religions pouvaient être mobilisés pour rendre compte des visions de l’islam sur les religions non musulmanes1. Ainsi, par exemple, des penseurs ou des philosophes ont interrogé le Coran et ont mis en lumière l’existence de versets « pluralistes »2. Mais comme le montre ces contributions du Midéo, à la naissance de l’islam, la thématique est autre. À l’époque du Early Islam, la question du lien entre l’islam et les religions renvoie en effet aux relations et interactions entre musulmans et non musulmans et s’inscrit dans le cadre de traités sur les dogmes et les pratiques des différentes « sectes » et religions. Elle répertorie les multiples Réfutations (rudūd) à l’égard des juifs, chrétiens, zoroastriens ou factions musulmanes hétérodoxes et traite de la question juridique (fiqh) des droits et des devoirs des non-musulmans et de ceux des musulmans, de part et d’autre3. Car, comme le montre David Thomas, il n’existe qu’une religion vraie, l’islam, et toute autre expression ou manifestation religieuse antérieure ou postérieure ne peut être qu’une déformation, une falsification, de cette vérité religieuse. Les muʿtazilites s’attacheront ainsi à regarder les autres religions comme des expressions irrationnelles, incohérentes. Cet enseignement trouve ses assises dans le Coran lui-même. L’article d’Anne-Sylvie Boisliveau permet à cet égard de montrer comment la notion islamique de tarīf inscrit le Coran dans une logique de louange des Écritures antérieures desquelles il trouve sa légitimité tout en les disqualifiant afin de revêtir le Coran d’un statut d’autorité suréminent par rapport à la Bible. Ce statut de suréminence, de supériorité, est celui des musulmans par rapport aux gens du Livre qui se traduit comme le montre l’article d’Emmanuel Pisani dans les gestes les plus anodins de la quotidienneté. Pour autant, la perception de l’autre et le statut afférent n’y est pas fixée une fois pour toutes et son article aborde l’évolution des regards notamment dans la jurisprudence šāfiʿite au gré de l’évolution des contextes politiques au sein de la pensée d’Abū Hāmid al-Ġazālī (m. 505/1111) où l’appartenance du immī à la cité conduit à porter sur lui un regard distinct de celui porté sur l’ennemi. Mais quand devient-on ennemi de l’islam ? Sur ce point, la recherche de Géradline Jenvrin permet d’aborder la question difficile du blasphème en islam et du statut du blasphémateur, selon qu’il est musulman ou non. À partir des textes d’exégèse coranique extraits du Tafsīr d’al-Qurṭubī (m. 671/1273), elle questionne l’articulation entre les différentes sciences islamiques (fiqh, tafsīr) et montre comment les liens mis en avant par al-Qurṭubī permettent de faire émerger des notions absentes du Coran, telle l’insulte verbale dirigée contre Dieu et le Prophète ou ses compagnons. Elle montre que le statut légal du immī, fut-il complètement intégré dans la discipline juridique, l’est également dans ses fondements métajuridiques, historico-mythiques, philologiques et théologiques.

2Pour autant, au-delà des questions d’apologétique ou de statut personnel, une théologie musulmane des religions n’est pas absente de l’histoire de l’islam. En scrutant les écrits de courants au demeurant plus périphériques, tels les Iwān al-afā, Guillaume de Vaulx montre qu’autrui y tient une place essentielle et qu’un paradigme original, le complémentarisme, y est enseigné : « Nul salut sans le salut d’autrui. » Quant à Mathieu Terrier, à partir des représentations des juifs et des chrétiens dans le šīʿisme, il montre l’existence d’une théologie de l’histoire à la fois cyclique et téléologique qui ne permet pas d’affirmer la supériorité de l’islam en soi. Par ailleurs, loin d’être ennemis des šīʿites imamites, juifs et chrétiens apparaissent comme des alliés aux trois périodes-clés de l’histoire sainte : avant l’islam, à l’avènement de l’islam et des imams, à la veille de la Fin des temps. Sur la base de ce schéma, l’article revient sur les versets coraniques où juifs et chrétiens sont présentés sous un angle hostiles et en expose une interprétation renouvelée.

Haut de page

Notes

1 Ayoub, Mahmoud, « Islam and the Challenge of Religious Pluralism » in Global Dialogue 2, 1, Winter 2000, p. 53-64.

2 Mokrani, Adnane, « Le pluralisme religieux dans le Coran », Midéo 28, 2010, p. 279-293. Diagne, Souleymane Bachir, Comment philosopher en islam ?, Philippe Rey, Jimsaan, 2014.

3 Friedmann, Yohann, Tolerance and Coercion in Islam Interfaith Relations in the Muslim Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction du Midéo, « Liminaire », MIDÉO, 33 | 2018, VII-IX.

Référence électronique

La rédaction du Midéo, « Liminaire », MIDÉO [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 05 juillet 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mideo/1974

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals