Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33RecensionsChéno Rémi, Dieu au pluriel

Recensions

Chéno Rémi, Dieu au pluriel

Emmanuel Pisani
p. 303-305
Référence(s) :

Chéno Rémi, Dieu au pluriel. Penser les religions, Paris, Cerf, 2017, 160 p.

Texte intégral

1« Bricolage religieux », juxtaposition des croyances et de pratiques multiples et contrastées, quête d’identités fortes balisant le quotidien, conversions fragmentées, perte des références aux grands récits mythologiques, métissage… le religieux connaît un redéploiement de ses manifestations dans un contexte sociétal caractérisé par la généralisation de « l’individualisme narcissique » (Lasch, Sennet, Lipovetsky). Dans ce contexte sociétal, quelles lumières la théologie apporte-t-elle pour penser la condition post-moderne, le pluralisme religieux, la cacophonie venant de la nouvelle Babel ? Où est Dieu et qu’est-Il ? Le dialogue interreligieux a-t-il encore un sens et sous quelles formes ? À quelles conditions ? L’ouvrage de Rémi Chéno, dominicain, tente d’apporter quelques réponses en sept chapitres dans un petit livre précis et efficace, sachant allier d’une manière surprenante mais réussie, concepts philosophiques et culture pop.

  • 36 Lindbeck, George Arthur, La Nature des doctrines. Religion et théologie à l’âge du postlibéralisme(...)
  • 37 Chéno, Rémi, « Le caractère providentiel des irréductibles différences entre religions », Midéo 32 (...)

2Dans les premiers chapitres, l’A. s’attache à la présentation classique des théologies chrétiennes des religions selon l’approche paradigmatique de l’exclusivisme, de l’inclusivisme et du pluralisme. Ce sont les théologiens Karl Barth, Karl Rahner qui sont présentés pour les deux premiers paradigmes. Pour le troisième, R. Chéno convoque tour à tour Hick, Knitter, Panikkar, Amaladoss, Pieris. Il met en lumière le paradoxe d’une théologie libérale qui invite à la reconnaissance de la faillibilité de chaque religion – à commencer par la sienne – en vue de promouvoir une approche mutualiste, mais qui glisse « vers un impérialisme de la pensée ». Car nos théologiens pluralistes, « à vouloir entrer dans un dialogue mutuel, tendent à réduire la diversité, voire à la rejeter » (p. 104). Quant aux conditions du dialogue, ils imposent la aussi une vision impérialiste puisqu’il faudrait abandonner tout ce qui n’est pas négociable. Le cadre dans lequel est pensé le pluralisme devrait s’imposer à toutes les religions. Or, ce cadre ne reflète-t-il pas des conceptions propres aux traditions de leurs auteurs ? Par ailleurs, la prétention à s’extraire de sa propre tradition religieuse pour contempler les convergences ne revient-elle pas à adopter le point de vue de Dieu lui-même ? C’est en réponse à ses critiques que s’est développée ces dernières années l’approche post-libérale et dont le livre du théologien luthérien américain George A. Lindbeck, The Nature of Doctrine, paru en 1984, pose la première pierre36. Dans ce chapitre au demeurant le plus original, Chéno montre que contrairement à l’approche libérale centrée sur l’expérience du sujet et qui serait le lieu où les croyants se retrouvent, le post-libéralisme appelle à ne pas minimiser les différences, bien au contraire ; dans une approche utilitariste, elles sont mêmes précieuses car ce sont ces différences qui donnent à chaque religion une valeur singulière et vitale. Lindbeck écrit : « Une religion contribuera probablement davantage au futur de l’humanité si elle préserve ses propres caractéristiques et son intégrité que si elle cède aux tendances homogénéisantes qui vont avec l’expressivisme expérientiel libéral » (p. 115). Pour lui, chaque religion a son langage, sa grammaire, et produit une vision du monde propre, singulière. Mais il s’ensuit une question : la vérité d’une doctrine est-elle liée exclusivement à la communauté qui la produit, à sa cohérence interne ? Plus encore, le caractère incommensurable des religions peut-il être postulé indépendamment du terreau culturel de ces religions ? Est-il vrai que le mot « salut » est incommensurable entre l’islam et le christianisme ? Et qu’en est-il du dialogue interreligieux ? Dans la perspective post-libérale, le dialogue interreligieux se fonde sur la reconnaissance de la cohérence interne à chaque religion et à sa prétention à l’exclusivité (insurpassabilité) (p. 129). Pour Chéno, l’approche post-libérale permet de défendre « le caractère providentiel de la diversité des religions37 ». Dans cette perspective, le dialogue interreligieux connaît une nouvelle acuité avec la pluralité des territoires dans lesquels habite l’individu, nonobstant leur caractère incommensurable. Par suite, Chéno soutient la possibilité « d’habiter plusieurs religions à la fois » (p. 147). Mais attention ! Il ne s’agit pas de justifier de la double appartenance : le théologien avertit de l’absolue nécessité de la non confusion ; mais il s’agit de pouvoir goûter l’autre tradition, au point de se sentir comme l’autre croyant. Ainsi, à propos de l’islam, il écrit : « Entendons-nous bien : il reste chrétien, mais il devient progressivement expert du passage, de la traduction, et peut goûter à la fois le caractère insurpassable de ses dogmes chrétiens et celui de la foi musulmane » (p. 147). Une telle perspective a ses exigences et sa cohérence et ne saurait s’assimiler au syncrétisme ou aux logiques du bricolage postmoderne (p. 148).

3L’ouvrage sera utile pour les étudiants en théologie en guise d’introduction à la théologie des religions. Écrit avec pédagogie et un sens avisé de la problématique, il permet de resituer l’histoire de la théologie chrétienne des religions et donne à entendre ses derniers accents pour un discernement théologique.

Haut de page

Notes

36 Lindbeck, George Arthur, La Nature des doctrines. Religion et théologie à l’âge du postlibéralisme, traduit de l’anglais par Mireille Hébert, introduction de Marc Boss, Paris, Van Dieren Éditeur, 2002.

37 Chéno, Rémi, « Le caractère providentiel des irréductibles différences entre religions », Midéo 32, 2017, p. 219-244.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pisani, « Chéno Rémi, Dieu au pluriel »MIDÉO, 33 | 2018, 303-305.

Référence électronique

Emmanuel Pisani, « Chéno Rémi, Dieu au pluriel »MIDÉO [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 05 juillet 2018, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/mideo/2235

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search