Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Liminaire

Liminaire

La rédaction du MIDÉO
p. IX-XII

Texte intégral

1Une des questions soulevées aujourd’hui par certaines autorités religieuses en Égypte est celle de la licéité et de la pertinence du recours à des outils intellectuels exogènes à la tradition musulmane pour lire et interpréter le Coran et les textes du patrimoine classique. Est-il permis d’avoir recours aux sciences humaines contemporaines pour étudier les textes du patrimoine arabo-musulman, ou bien faut-il se limiter au adī ? Quelle pertinence reconnaître et admettre à l’usage de telles sciences ? Cette question, sans être toujours explicitée, est en réalité inhérente au cadre épistémologique défini au sein des séminaires organisés par l’Institut dominicain d’études orientales ces dernières années, dès lors qu’ils associent des étudiants ou enseignants chercheurs de l’université d’al-Azhar. Afin de contribuer à ce débat, l’Institut a organisé un colloque au Caire, les 11, 12 et 13 janvier 2018, sur « L’émergence du adī comme autorité du savoir dans les sciences musulmanes ». Il visait à réunir, sur un savoir proprement islamique, tout autant des savants formés à l’assimilation dogmatique du patrimoine que des islamologues venus de disciplines plus lointaines. Notre intention était d’associer l’érudition passionnée et la critique sourcilleuse, si rarement réunies dans un même esprit.

  • 1 Brown, Jonathan A.C., The Canonization of al-Bukhārī and Muslim, Leiden, Boston, Brill, 2007.
  • 2 Musa, Aisha Y., 2008, adīth as Scripture, New York, Palgrave Macmillan, p. 17‒29.

2La ligne d’approche du adī comme autorité n’a pas cherché à revenir sur la place des traditions prophétiques dans les sources des sciences religieuses au côté du Coran, mais à comprendre d’abord la source de son autorité au sens de souveraineté intellectuelle. La problématique est celle de la canonisation des corpus du adī telle qu’elle a été étudiée entre autres par Jonathan Brown1, canonisation qui ne fut pas sans résistance comme l’a rappelé Aisha Musa2. Mais il s’agissait aussi de saisir la réalité de cette autorité au sens de son écriture, ce qui a nécessité l’étude de la généalogie des adī. Enfin, il convenait de questionner l’étendue des champs du savoir dans lesquels le adī fait autorité, dans sa capacité à exercer un pouvoir d’arbitrage et ce, bien au-delà des sciences religieuses.

3Les fondements de l’autorité du adī sont problématiques par la nature même de la révélation coranique. Si l’autorité absolue du Coran vient de ce qu’il est la parole de Dieu, et que, pour la majorité des musulmans, il est par conséquent sans altération humaine aucune ‒ le prophète l’ayant reçu comme une voix (al-samʿ ) ‒ comment fonder l’autorité de la parole de celui qui ne fut qu’un émissaire (rasūl) ? Cette autorité requerra une fondation innovante, impliquant de convoquer l’idée de disposition (fira), mais aussi de contenu (matn), par une épistémologie spécifique de l’inspiration et de la révélation (al-ilhām wa-l-way), et enfin de généalogie par l’établissement d’une chaîne de garants (isnād) à laquelle aucun autre témoignage ne pouvait prétendre avec tant de rigueur. La leçon inaugurale du colloque assurée par Walid Saleh a dressé l’histoire égyptienne des recueils qui font autorité et a permis de manifester les glissements, non pas tant dans les modes de légitimation que dans les transferts d’autorité, au sein même de cet océan de traditions.

4Concernant la question généalogique, deux voies très différentes tentent de comprendre la formation des traditions prophétiques. La première est associée aux traditionnistes et elle est reprise par des historiens. Il s’agit de se concentrer sur la chaîne des garants pour comprendre le contexte propre de la transmission et de la mise par écrit de chaque adī. La seconde est associée à la muʿtazila et est portée notamment par les linguistes et les philosophes : elle entend étudier le contenu de la tradition pour saisir, dans les thèses et le lexique, le milieu intellectuel et religieux de sa rédaction. Concernant cette dernière voie, Raashid Goyal, par exemple, s’est arrêté sur le lexique de la circoncision avec le adī d’al-arġal et l’ancrage hébraïque de la tradition.

5Quant à l’étendue de son autorité, si le adī est devenu un mode de réglementation et de normalisation de la vie quotidienne, c’est surtout son autorité scientifique qui a été posée, avec son rôle allant du domaine théologique à celui de la falsafa. Une intervention de ʿAlāʾ Badawī a aussi mis en lumière son rôle dans le domaine médical et plus précisément dans l’attitude des soignants devant les épidémies de peste.

6Le dossier du MIDÉO 34 rassemble quelques-unes des interventions du colloque de janvier, ainsi que d’autres contributions notoires qui nous furent soumises par la suite. Deux niveaux d’étude ont été retenus, ceux qui s’arrêtent sur l’œuvre d’un muaddi, avec l’article d’Osman Ghani sur le Nab al-rāya d’al-Zaylaʿī (m. 762/1361) et celui de Ruggiero Virmecati Sanseverino sur al-Ilmāʿ ilā maʿrifat uūl al-riwāya wa-taqyīd al-samāʿ d’al-Qāḍī ʿIyāḍ (m. 544/1149), et ceux qui entreprennent une étude de traditions précises, soit portant sur un point théorique, tel Adrien Candiard avec le adī « aʿīf al-adī ayr min al-raʾy » et Guillaume de Vaulx d’Arcy avec le adī « al-ʿulamāʾ waraat al-anbiyāʾ », soit établissant un commandement pratique, comme Hocine Benkheira avec les deux traditions sur les ruptures du jeûne par négligence, et Jacob Fareed Imam avec les traditions fondant la doctrine d’Ibn Ḥanbal (m. 241/855) sur l’apostasie.

7L’autorité que possède le adī est ainsi interrogée avec la non-effectivité de son pouvoir d’arbitrage dans l’article de Hocine Benkheira, ou au contraire, son absoluité chez Ibn Taymiyya (m. 728/1328) dans l’article d’Adrien Candiard ; sa falsifiabilité selon l’analyse proposée par Osman Ghani, et sa nécessité d’être incarnée par l’attitude pratique du muaddi selon la démonstration de Ruggiero Vimercati Sanseverino. Par ailleurs, l’autorité que donne le adī a été étudiée, puisqu’elle valide une thèse philosophique, dans l’article de Guillaume de Vaulx d’Arcy, et une thèse politique, dans l’article de Jacob Fareed Imam.

  • 3 Guillaume de Vaulx d'Arcy, Les Épîtres des Frères en Pureté (Rasāʾil Iwān a-afā), une pensée de (...)

8Ce volume du MIDÉO contient un « Bulletin critique » de Guillaume de Vaulx d’Arcy, qui a soutenu en 2016 une thèse de doctorat sur les Iḫwān al-Ṣafā3. Il propose un bulletin conséquent faisant le point sur les éditions et traductions publiées par les Ismaili Studies. Son étude s’inscrit dans la démarche chère aux dominicains où l’attention est portée à la réflexion et aux progrès de la science, quitte à devoir parfois batailler contre les idées reçues. Nos disciplines sont difficiles  ; elles nécessitent d’importantes compétences, et pas seulement linguistiques. Cependant, si la science est nécessairement humble, elle avance avec la rigueur rationnelle de sa méthode. En aucun cas sa contribution ne remet en cause les personnes, mais il est vrai qu’au nom de la rigueur académique et de son exigence, le ton d’évaluation et d’appréciation peut être parfois incisif. Il en est de sa liberté et nous lui en savons gré. Ainsi, nous espérons par ce bulletin contribuer non seulement au débat, mais aussi ouvrir à une connaissance plus fine des textes du patrimoine.

Haut de page

Notes

1 Brown, Jonathan A.C., The Canonization of al-Bukhārī and Muslim, Leiden, Boston, Brill, 2007.

2 Musa, Aisha Y., 2008, adīth as Scripture, New York, Palgrave Macmillan, p. 17‒29.

3 Guillaume de Vaulx d'Arcy, Les Épîtres des Frères en Pureté (Rasāʾil Iwān a-afā), une pensée de la totalité : établissement de la paternité historique et commentaire philosophique de l’ouvrage, thèse de doctorat en philosophie sous la direction de Marwan Rashed, Paris, Université de Paris IV, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction du MIDÉO, « Liminaire »MIDÉO, 34 | 2019, IX-XII.

Référence électronique

La rédaction du MIDÉO, « Liminaire »MIDÉO [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 10 juin 2019, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mideo/2715

Haut de page

Auteur

La rédaction du MIDÉO

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search