Navigation – Plan du site
In Memoriam

Maurice Borrmans (22 octobre 1925-26 décembre 2017)

Gilles Godlewski et Emmanuel Pisani
p. 333-345

Texte intégral

1Dans les heures qui ont suivi la fête de Noël en 2017, nous avons été nombreux à apprendre avec surprise et peine le départ du père Maurice Borrmans, le jour de la Saint-Étienne. Dans l’après-midi du 2 janvier 2018, mémoire des saints Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, dans la petite église de Bry-sur-Marne, Mgr Jean-Marc Aveline présidait ses obsèques, en présence d’une assemblée restreinte. Le frère Emmanuel Pisani et moi-même étions présents. Ses étudiants et étudiantes qu’il avait suivis avec tant d’attention des années durant et dont il avait aidé à l’élaboration mais aussi à la diffusion des travaux n’avaient pu se libérer. Pas facile de rassembler aux lendemains des fêtes !

2Et puis, le père Borrmans avait-il déjà mis les pieds dans le Val-de-Marne ? Pas sûr ! Mais c’est désormais là qu’il repose, dans le diocèse de Créteil, aux côtés d’autres Pères blancs. Prêtre de ce diocèse et par ailleurs étudiant à l’ISTR de Paris, j’avais été amené à le rencontrer dans le cadre d’une recherche sur la revue Islamochristiana. Sa personnalité m’avait enthousiasmé et en quelques mots, il avait su m’encourager, me donner des lignes de recherche, me conseiller sur les auteurs incontournables du dialogue islamo-chrétien. En dépit de son âge de Vénérable, il témoignait toujours d’un engagement d’une grande ferveur pour le dialogue avec le soin d’être un passeur pour les nouvelles générations : pas seulement des idées, mais aussi d’un esprit, d’une énergie, qu’il puisait dans une foi profonde, vivante, théologale. Si d’aucuns avec l’âge peuvent devenir quelque peu grognons et porter un regard nostalgique sur les belles années de leur jeunesse, il n’en était rien du père Borrmans. Le présent, même avec ses épreuves, était toujours porteur d’une promesse généreuse pour celui qui savait regarder avec le regard de Dieu. Pas de nostalgie donc, pas de pessimisme non plus.

3Le 1er février 2017, il participait à l’Institut Catholique de Paris à une table-ronde à l’occasion de la publication de la correspondance que le P. Jacques Jomier lui avait adressée. Le titre « Confidences » attestait de manière significative l’amitié qu’il avait entretenue avec le dominicain ; les lettres publiées témoignaient indéniablement de cette connivence intellectuelle et fraternelle entre les deux islamologues. Le père Emilio Platti confia qu’il en était étonné. Il faut dire que le père Borrmans n’était pas un familier de l’Idéo. Les Journées Romaines des Pères blancs étaient indépendantes des Journées Romaines organisées par les Dominicains et il avait beaucoup à faire avec les institutions des Pères blancs. Pour autant, des relations personnelles existaient et cet homme de dialogue était aussi un homme de réseau. Lors de la soutenance de thèse en janvier 2014 du frère Emmanuel Pisani à Lyon sur al-Ġazālī, il avait tenu à être présent. Il confiait alors au frère Emilio Platti son admiration de voir une génération nouvelle d’islamologues dominicains : « Votre ordre n’a pas abandonné l’étude de l’islam ! », lui disait-il avec bonheur. Ces derniers temps, il avait contribué à l’écriture de plusieurs recensions dans le numéro 31 du MIDÉO. Très développées, elles constituaient davantage des résumés fidèles des ouvrages que des recensions à proprement parler critiques. Sa communication sur la profession de foi d’al-Ġazālī lors du colloque du 9e centenaire était aussi parue dans le MIDÉO 30. Quelques semaines avant son accident, il avait confié au jeune directeur de la revue : « Je t’ai préparé d’autres recensions », mais celles-ci seront restées dans son ordinateur.

4Que dire de cette vie ? Comment retracer cet itinéraire si riche de rencontres ? Indirectement assurément, par ces correspondances publiées, celles de Christian de Chergé, de Jacques Jomier, de Mohammed Arkoun, etc., mais aussi ses nombreux articles et livres qui dévoilent un homme qui fut au contact de la plupart des acteurs du dialogue islamo-chrétien du second xxe siècle. Nous aurions aimé disposer des lettres du père Borrmans au père Jomier pour mieux le suivre, lui. Mais si ces lettres existent, elles sont encore dans le secret des Archives de la Province dominicaine de Toulouse. Il faut espérer qu’un jour le secret soit levé.

De Dunkerque à Tunis : émergence d’un islamologue chrétien (1925-1964)

5Maurice Borrmans est né le 22 octobre 1925 en France, à Lille. Il a grandi à Dunkerque, et il est marqué par l’expérience du scoutisme catholique et de la Jeunesse Étudiante Catholique, mouvements d’Église alors en plein essor. Il s’est nourri de la vie et des écrits de Charles de Foucauld (1858-1916) et d’Ernest Psichari (1883-1914). C’est à travers eux qu’il entend l’appel de la mission en Afrique comme Père blanc. À 18 ans, il entre au grand séminaire de Lille, la guerre en cours l’empêchant de commencer sa formation en Afrique du Nord.

6Mais en 1945, il peut se rendre au Maghreb et il intègre avec bonheur le noviciat à Maison-Carrée. Il est ordonné prêtre le 1er février 1949, à Thibar, en Tunisie. Il poursuit sa formation par deux années d’études de la langue arabe et de l’islamologie à l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA), fondé par Youssouf Salam, un autre Père blanc, qui a beaucoup marqué le P. Borrmans : « C’est lui qui m’a passé son amour de l’écriture arabe », aime dire l’islamologue alors en formation.

7De 1951 à 1954, le jeune missionnaire vit l’expérience de trois années d’études supérieures à l’université d’Alger, en arabe littéraire, en psychologie-philosophie et en islamologie. Au terme de ce parcours, il rejoint le corps professoral de La Manouba qui avait été détaché de l’IBLA en 1949. En 1960, l’Institut implanté à La Manouba prend le nom officiel d’IPÉO, Institut Pontifical d’Études Orientales.

  • 1  Borrmans, Maurice, Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours, Paris, La Haye, Mou (...)
  • 2  Borrmans, Maurice, Documents sur la famille au Maghreb de 1940 à nos jours avec les textes législa (...)

8Le 11 février 1971, Maurice Borrmans – âgé alors de 45 ans – soutient une double thèse de doctorat d’État ès lettres et sciences humaines à l’université de Paris-Sorbonne. Il obtient son doctorat le 7 mars avec la mention « très honorable ». La première thèse a été publiée en 1977 sous le titre Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours1, et la seconde en 1979, sous le titre Documents sur la famille au Maghreb de 1940 à nos jours avec les textes législatifs marocain, algérien, tunisien et égyptien en matière de statut personnel musulman2. Tout ce travail universitaire se traduit aussi par la publication, par l’IPÉA (Institut Pontifical d’Études Arabes) des Éléments pour un cours de droit familial musulman.

  • 3  Borrmans, Maurice, n. 37, in de Chergé, Christian, Lettres à un ami fraternel, Paris, Bayard, 2015 (...)

9À l’IPÉO, Pâques 1962 marque le commencement du premier numéro du bulletin intitulé Études arabes où Maurice Borrmans s’implique avec sérieux et exigence : « Conçu sous forme de “feuilles de travail”, chaque dossier polycopié trimestriel d’environ 30 pages fournissait des textes arabes et leur traduction française pour que ceux et celles qui avaient quitté l’Institut puissent continuer leur effort linguistique en islamologie, d’où l’importance relative de ses éléments de grammaire, de littérature et d’information3. » Le père Borrmans a toujours eu le souci de ses étudiants. Jamais il ne les oubliait et la formule Études arabes dit beaucoup de cette attention à continuer à « suivre » ses étudiants d’hier.

Première période romaine ‒ La naissance d’Islamochristiana (1964-1981)

10Si, à plus d’un titre, 1964 reste un millésime majeur pour l’Église catholique, l’année est aussi charnière pour l’IPÉO. En effet, le 31 août 1964, l’État tunisien exproprie les Pères blancs. Ils doivent quitter les lieux et le pays. L’IBLA poursuivra son activité intellectuelle, mais sans eux. Le 10 septembre 1964, accompagné des pères Marchand, Dagorn, Muller et Macquet, Maurice Borrmans embarque à destination de Marseille. L’avenir est incertain. Différentes solutions sont envisagées. Finalement, sur l’ordre du Pape Paul VI, dans le contexte du concile et de la création du Secrétariat pour les non-chrétiens, l’Institut est transféré à Rome.

11Le 25 octobre, l’équipe de l’IPÉO emménage dans les locaux que les Sœurs blanches viennent tout juste de laisser vacants, sur les hauteurs du quartier du Trastevere. L’Institut prend le nom d’IPÉA : Institut Pontifical d’Études Arabes. En novembre 1964, les cours reprennent et sont assurés par les pères Marchand, Dagorn, Muller, Caspar et bien sûr le P. Borrmans. Les effectifs sont les suivants : 12 étudiants en 1re année, 10 en 2e année, 2 en 3e année, soit 24 au total.

  • 4  Borrmans, Maurice, n. 55, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 49.

12En 1965, le P. Joseph Gelot succède au P. Marchand pour l’animation de l’IPÉA. Il exerce la charge de directeur jusqu’en 1972 et peut compter sur le P. Borrmans comme « étroit collaborateur »4. En 1967, l’IPÉA publie la Grammaire d’arabe littéral du P. Maurice Borrmans.

  • 5  Voir Borrmans, Maurice, « Témoignage » in de Chergé, Christian, op. cit., p. 9.

13En 1972, la responsabilité de l’IPÉA est confiée au P. Michael L. Fitzgerald5 qui exerce cette charge jusqu’en 1978. La même année, l’IPÉA accueille comme étudiant le moine cistercien Christian de Chergé. Pour Maurice Borrmans, c’est le début d’une amitié qui marquera toute sa vie et se traduira par une riche correspondance.

  • 6  Borrmans, Maurice, n. 26, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 33.

14L’année suivante, l’équipe se renouvelle6 :

Le P. Joseph Cuoq, des Pères Blancs, en charge de la section Islam du Secrétariat (romain) pour les non-chrétiens, se retirait alors de sa charge, en 1974, après l’avoir servi depuis sa création (1964) pour se retrouver à l’Institut des Belles Lettres arabes (IBLA de Tunis). On m’y avait sollicité d’y continuer son service, mais après avoir consulté bien du monde (dont Christian) j’estimais qu’il convenait mieux de poursuivre mon service à l’IPÉA pour le bien de l’œuvre commune.

  • 7  Mérad, Ali, « Dialogue islamo-chrétien : pour la recherche d’un langage commun », Islamochristiana(...)
  • 8  Voir par exemple Galindo Aguilar, Emilio, « Cordoue, capitale califale du Dialogue islamo-chrétien (...)
  • 9  Voir par exemple Charfi, Abdelmajid, « Quelques réflexions sur la rencontre islamo-chrétienne de T (...)
  • 10  Ce colloque du CERES eut pour thème « Conscience chrétienne et conscience musulmane aux prises ave (...)

15Les années 1970 sont riches du point de vue islamo-chrétien : la Rencontre islamo-chrétienne de Broummana (Liban, 12-18 juillet 1972), sous les auspices du Conseil Œcuménique des Églises7, le premier Congrès islamo-chrétien de Cordoue (9-15 septembre 1974)8 et le premier colloque islamo-chrétien de Tunis (11-17 novembre 1974)9, organisé par le CERES (Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales, Tunis)10.

  • 11  Ibid., p. 99.

16C’est dans ce contexte qu’en 1974 commence la publication d’Encounter qui fournit des articles originaux ou des articles déjà publiés dans des revues spécialisées « en vue d’assurer une “formation continue” aux anciens étudiants de culture anglaise »11.

  • 12  Borrmans, Maurice, n. 80, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 66.

17Alors que le P. Borrmans fête ses 50 ans, il crée en 1975 la revue Islamochristiana. Avec des croyants de l’islam, les responsables de l’IPÉA veulent offrir une plate-forme d’expression, de partage, d’émulation, au service des relations et du dialogue entre chrétiens et musulmans : « (Islamochristiana), c’est le titre latin que l’IPÉA eut alors l’audace de donner à sa revue annuelle trilingue (français, anglais, arabe) dont le 1er numéro date de 1975, plutôt modeste puisqu’il ne comptait que 181 pages12. »

  • 13  Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, Lettres à Maurice Borrmans (1967-2008), rassemblé (...)

18Dans la correspondance du P. Jacques Jomier, le projet de la revue apparaît pour la première fois dans la lettre du 26 mars 1973. Le père Dominicain y donne un certain nombre d’idées en réaction à la présentation que le P. Borrmans avait faite dans une lettre précédente13.

  • 14  Islamochristiana 2, 1976, p. 135-170. Quelques mots donneront le ton. La Délégation chrétienne, co (...)
  • 15  « Attitudes chrétiennes devant la présentation islamique de Jésus », Se Comprendre, série saumon, (...)

19Dès les premières années, Islamochristiana se fait l’écho de l’actualité islamo-chrétienne. La revue témoigne de la participation du P. Borrmans à plusieurs évènements : du 1er au 6 février 1976, il est au Séminaire de dialogue islamo-chrétien organisé à Tripoli, capitale de la Lybie, où il rend compte de cette expérience riche et complexe14. De même, en 1977, du 21 au 27 mars, il est à la « Conférence de Cordoue » où il donne une communication15.

  • 16 Jomier, Confidences islamo-chrétiennes, p. 106. Cette même lettre nous apprend que la santé du pap (...)

20Dans sa lettre du 10 février 1978, pour la première fois, le P. Jomier évoque les premiers pas de la revue Islamochristiana dont il a reçu les premiers numéros : « Merci ... pour Islamochristiana : votre intuition du début se montre excellente et féconde... il fallait une revue dans cette ligne-là et, à Rome, vous avez recul et liberté pour le faire. Al-amdu lillāh. Pour le dialogue, les textes du moyen âge sont très utiles pour montrer les pistes fermées (bien le souligner) et les amorces vers une ouverture (bien les remettre dans le contexte). Ce n’est pas seulement pour remuer de la boue et de la vase et rappeler les choses pénibles : tout doit être orienté dans une ligne positive comme vous le faites...16. » Dans une ligne positive, c’est bien le père Borrmans. Il ne peut en aucun cas être traité de naïf. Il avait bien conscience des difficultés, des différences théologiques fondamentales, des incompatibilités viscérales, mais il était avant tout un acteur du dialogue dans l’esprit prophétique du concile. À la fin de sa vie, un imam de Lyon lui avait dit : « Alors mon Père, après toutes tes études sur l’islam, quand est-ce que tu te convertis ? » Le père Borrmans confiait avoir souri, mais il n’avait pas répondu. Il savait que nonobstant les efforts des chrétiens à parler de leur foi aux musulmans, l’adhésion à la foi chrétienne restait pour eux une énigme.

  • 17  Borrmans, Maurice, n. 49, in Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, p. 33.
  • 18  Borrmans, Maurice, « Les “Journées Romaines” et le dialogue islamo-chrétien », Islamochristiana 30 (...)

21Pour rendre compte de la richesse que représente Islamochristiana, il convient de rappeler que, sous l’impulsion du P. Borrmans et d’autres, les auteurs ont travaillé de concert avec les grandes institutions et instances de dialogue islamo-chrétien. À travers les personnes et la proximité des structures ecclésiales romaines, Islamochristiana est en contact étroit avec le Secrétariat pour les non-chrétiens, devenu CPDI en 1989. La revue est née dans les mêmes années que le GRIC. Nommons encore une autre initiative qui eut l’Urbs pour cadre : les Journées romaines. « Sous ce titre des “Journées Romaines” (très souvent citées sous le sigle J. R.), se rassemblaient à Rome, tous les deux ans, depuis 1956, des chrétiens de toutes dénominations qui avaient pour engagement commun d’être au service de la rencontre avec les musulmans au nom de l’Évangile17. » Dans le volume 30 (2004) de la revue18, le P. Borrmans retrace l’histoire de ces journées, leur organisation et leur rayonnement.

  • 19  Borrmans, Maurice, n. 227, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 167.

22En 1981, le Secrétariat pour les non-chrétiens, alors confié à Mgr Jadot, publie une nouvelle édition des Orientations pour un dialogue entre chrétiens et musulmans. L’artisan principal est le P. Borrmans. Lui-même écrit19 :

Une première édition [...] (œuvre commune de Joseph Cuoq, Louis Gardet, et Jean-Mohammed Abd-el-Jalil) avait été publiée par les soins du secrétariat romain pour les non-chrétiens en 1969 (Rome, Ancora). Mgr P. Rossano m’avait sollicité, dix ans après, pour en réaliser une nouvelle rédaction qui tiendrait compte des critiques adressées à cette 1ère édition, ce qui fut fait par moi avec le contrôle du Père Ary Roest Crollius, en une édition entièrement refondue qui avait le même titre, Paris, Cerf, 1981. Le professeur tunisien Mohammed Talbi avait été invité à en lire le manuscrit : il en exprima sa satisfaction, souhaitant même qu’un ouvrage similaire soit rédigé du côté musulman.

Un séjour pastoral au Moyen-Orient (1981-1984) 

  • 20 Déjà en 1980, une lettre de Christian de Chergé indique une perspective de changement de mission p (...)
  • 21  Borrmans, Maurice, n. 228, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 171. Si le Dominicain Jomier évoq (...)

23En 1981, le P. Borrmans doit quitter momentanément Rome et l’IPÉA qui prend alors le nom de PISAI, Pontificio Istituto di Studi Arabi e d’Islamistica20. Le P. Maurice est envoyé pour une nouvelle mission, au Moyen-Orient, pour l’État de Bahreïn. Il doit « desservir les communautés chrétiennes de techniciens et travailleurs étrangers tant à Bahreïn qu’au Qatar et dans les Émirats arabes unis »21.

  • 22  Nous le sentons en lisant Christian de Chergé qui écrit le 12 juin 1982 : « Je devinais un peu tou (...)
  • 23  Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, p. 164.

24Le passage de l’enseignement et de l’accompagnement des étudiants en islamologie au pastorat en pays musulman ne fut pas une mince affaire pour le Père blanc qui avait déjà connu le déracinement de la Tunisie indépendante vers Rome en 196422. Le 16 décembre 1982, du Caire où il est revenu occasionnellement, la lettre de Jacques Jomier à Maurice Borrmans laisse supposer l’émotion et le trouble qu’étaient les siens et qu’il avait partagés au frère dominicain : « Bonne fête de Noël et Bonne Année et que toutes les grâces du Seigneur vous entourent et vous fortifient. Je vous souhaite aussi Paix et Joie pour que votre désarroi devant les intentions de vos supérieurs, à qui vous obéissez de tout cœur dans la foi, se change en une charité plus profonde. Que 1983 vous apporte les lumières dont vous avez besoin pour guider votre vie23. » À l’automne 1983, la perspective du retour en Europe se précise ; elle se concrétise dans les premiers mois de l’année 1984.

La maturité – nouvelles années romaines (1984-2004)

  • 24  Voir par exemple Taylor, John B., « Christian-Muslim Dialogue (Colombo, Sri-Lanka, 30 March‒1 Apri (...)
  • 25  Voir les articles parus dans Islamochristiana et réunis sous le titre : « La IIIe rencontre islamo (...)
  • 26  Voir les témoignages parus dans Islamochristiana, et réunis sous le titre : « La IVe rencontre isl (...)

25Le P. Maurice reprend sa mission au service du PISAI et de sa revue dans un contexte très riche pour le dialogue interreligieux. La visite du pape Jean-Paul II au Maroc, est un moment fort, les colloques au Sri Lanka, en 198224, ou à Tunis, en 198225 et en 198626 ou encore la première rencontre interreligieuse d’Assise, organisée le 27 octobre 1986 sont autant d’événements marquants.

  • 27  Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, p. 235.

26Ces années à Rome sont celles d’un grand investissement de la part du P. Borrmans. Sa santé n’en prend-elle pas un coup ? Des lettres de Christian de Chergé (17 septembre 1986) et de Jacques Jomier (2 novembre 1986, 19 septembre 1987) évoquent un temps de maladie ainsi que la perspective d’une opération. En 1989, le Dominicain écrit : « Cher Père Borrmans, Vous avez l’air de circuler beaucoup. Soyez prudent sans être timoré mais prenez les temps de détente nécessaires pour votre santé. Personne n’est indispensable, dit-on, mais l’Église a besoin de vous, à moins que je ne me trompe », (lettre du 16 avril 1989)27.

271991, nouveau Jubilé : 25 ans après Nostra Ætate (1965) dont un fruit lointain est le directoire Dialogue et Mission (1984), le CPDI publie, en partenariat avec la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, Dialogue et Annonce. Ce thème est d’actualité dans un monde pluraliste où le dialogue provoque certaines hésitations et soulève des questions.

28Mais le Père s’investit aussi sur des terres difficiles. En 1994, alors que le Rwanda se déchire, se tient à Rome le Synode des Évêques d’Afrique, d’où sortira l’Exhortation apostolique Ecclesia in Africa. Le P. Borrmans intervient au Synode avec une communication ayant pour titre « Islam et Famille ».

  • 28  Ibid., p. 358.
  • 29  Borrmans, Maurice, n. 561, in Jomier, Jacques, p. 375.

29À près de 70 ans, le P. Borrmans manifesterait-il quelque désir de « lever le pied » ? Le 5 mai 1993, le P. Jomier le laisse entendre : « Quant à vous retirer dans une paroisse, deux fois le Curé d’Ars a eu cette tentation puis est revenu. Je crois que nous avons encore du travail, même à perdre son temps. J’ai eu bien du remords en quittant le Caire, mais c’était devenu trop dur et notre provincial était d’accord. C’est lui qui a choisi Toulouse. Mais je ne regrette pas de m’être consacré à continuer la même tâche. Le P. Serain voyait utile que l’on parle en France du vertical, du religieux, car l’action catholique faisait un travail social remarquable avec les migrants. Il fallait seulement élargir les horizons28. » Mais pour le P. Maurice, la retraite attendra. On lui sait quand même gré du labeur accompli : « Sur l’initiative du P. É. Renaud, préside, collègues et amis m’avaient fait la surprise d’un Recueil d’articles offert à Maurice Borrmans pour mes 70 ans, célébrés au PISAI le 27 mai 1996, dans la collection « Studi arabo-islamici del PISAI », n̊̊ 8, 1996, 284 p.29. »

  • 30  C’est de là qu’il vit l’actualité de l’Église, notamment, en 1996, dans la nuit du 26 au 27 mars, (...)

30En fait, Maurice Borrmans n’est pas encore parti, il apparaît même pour certains de ses confrères comme « indéboulonnable » ; il faudra attendre encore dix ans pour qu’il quitte Rome et le PISAI30.

  • 31  Dans ces années, il publie par ex. les articles « Foi chrétienne et versets coraniques », Études, (...)

31L’année 1996, marquée par la mort des trappistes de Tibhirine, du cardinal Duval et de l’évêque Pierre Claverie montre s’il en était besoin que le dialogue n’est pas chose facile. Après les attentats du 11 septembre, le Père Borrmans ne se décourage pas pour autant31, il intervient sur la question du fondamentalisme islamique pour le déconstruire et éviter le fléau des polémiques méchantes et stériles d’époques qu’il souhaiterait dépassées.

32L’année 2004 est un tournant pour le fondateur d’Islamochristiana, l’heure d’un double passage. D’une part, « passage » de sa maman, et d’autre part, « passage » de l’homme, quasi octogénaire, à la retraite. Maurice Borrmans quitte Rome pour Sainte-Foy-lès-Lyon où il demeure pratiquement jusqu’à sa mort. Pour autant, l’ombre du Père Borrmans habite toujours les murs du PISAI. En 2006, alors qu’il y est étudiant, Emmanuel Pisani entend souvent parler de celui dont la voix terrorisait les étudiants à la moindre faute de grammaire qu’ils commettaient si bien que les murs eux-mêmes tremblaient. Une pédagogie indéniablement rude, celle aussi d’une époque.

Les années lyonnaises : une retraite active (2004-2017)

  • 32  Jomier, op. cit., p. 493.
  • 33  Ibid., p. 499.

33Dans la lettre du 4 octobre 2004, le P. Jomier souhaite à celui qui est revenu dans son pays natal, quarante ans après l’exil de Tunis à Rome : « Courage, bonne arrivée et toute l’affection de vos amis » ‒ il commente à sa manière, critique : « Vous venez d’être emporté dans un des tourbillons de la dernière mini tornade de celles qui ont soufflé sur l’Église depuis le Concile32. » Le 21 juillet 2005, le même écrit : « Elle [une récente lettre du P. Borrmans] semble indiquer que vous avez ou allez retrouver la paix après ce raz de marée qui vous a emporté ! C’est dur ; que Dieu vous aide. On s’extasie lorsqu’on trouve dans les psaumes ou dans la vie du Christ des situations semblables à celle dans laquelle vous vous êtes trouvé. Mais la réalité a une autre saveur que les allusions abstraites. Et votre santé ? Avez-vous le temps de vous reposer un peu malgré vos occupations ? 33 »

34Pour le P. Borrmans, sur le plan personnel, l’âge avancé s’accompagne de séparations : Roger Arnaldez décède en 2006, le P. Robert Caspar en 2007, le P. Jacques Jomier en 2008 ou Mohammed Arkoun en 2010. D’autres avaient déjà quitté cette terre, comme le P. Anawati en 1994 ou le P. Moubarac en1995. Un certain vide se creuse donc. Mais il ne manque pas de s’impliquer de nouveau, là où il est. Ainsi, il continue à voyager à travers le monde où il donne des conférences. À plus de quatre-vingt-dix ans, il participe avec une régularité exemplaire au Laboratoire dirigé par Michel Younès. Ses contributions y sont toujours très appréciées. Le père Borrmans y présente ses lectures, attire l’attention sur tel article, tel concept, toujours avec une grande vivacité et rigueur intellectuelle.

35La publication l’occupe aussi beaucoup. S’il se dit lui-même « fatigué » de lire la somme de livres et d’articles qui paraissent sur le thème de l’Islam et dont beaucoup de ses recensions paraissent dans Islamochristiana, il contribue largement à ces publications. De sa retraite, il publie en 2009 : Prophètes du dialogue islamo-chrétien, Louis Massignon, Jean Mohammed Abd-el-Jalil, Louis Gardet, Georges C. Anawati, et Deux frères en conversion du Coran à Jésus, Mulla-Zadé et Abd-el-Jalil, Correspondance, 1927-1957 ; en 2010 : Pour comprendre les musulmans, et Louis Gardet : philosophe chrétien des cultures et témoin du dialogue islamo-chrétien (1904-1986) ; en 2011 : Dialoguer avec les musulmans, une cause perdue ou une cause à gagner ; en 2015 : Chrétiens et Musulmans, Proches et lointains ; en 2016 : Prier 15 jours avec Louis Massignon, et Quatre acteurs du dialogue islamo-chrétien, Arnaldez, Caspar, Jomier, Moubarac.

36En 2015, le P. Borrmans publie les lettres qu’il a reçues de Christian de Chergé, dans le recueil intitulé Lettres à un ami fraternel. Il reproduit une expérience du même type en publiant la correspondance que le P. Jomier lui a adressée depuis 1967 : Confidences islamo-chrétiennes, Lettres à Maurice Borrmans (1967-2008), rassemblées et annotées par Maurice Borrmans. Un « Témoignage » de l’ami fidèle ouvre chacune des deux collections de lettres. D’autres ouvrages se profilaient mais la Providence en a décidé autrement. Espérons qu’un disciple prendra le relais !

37Le 1er février 2017 à l’Institut Catholique de Paris, lors d’une table-ronde où il participe avec Augustin Jomier, Jean-Jacques Pérennès et Emmanuel Pisani, le Père Borrmans exprimait toujours sa ferveur et son engagement pour le dialogue. Il confiait alors au frère Emmanuel la nécessité impérieuse à faire connaître aux nouvelles générations ces grands artisans du dialogue islamo-chrétien. S’il ne parlait pas de lui, il était manifestement l’un d’eux. Le 3 avril 2017, chez lui, en tête-à-tête, c’est un homme alerte, physiquement, intellectuellement, que j’ai rencontré. Le courage, la foi, l’affection, l’humour l’habitaient toujours. Bienfaits du dialogue et de la rencontre de l’autre différent, parce que musulman ?

Haut de page

Notes

1  Borrmans, Maurice, Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours, Paris, La Haye, Mouton, 1977.

2  Borrmans, Maurice, Documents sur la famille au Maghreb de 1940 à nos jours avec les textes législatifs marocain, algérien, tunisien et égyptien en matière de statut personnel musulman, Rome, Oriento Moderno, 1979.

3  Borrmans, Maurice, n. 37, in de Chergé, Christian, Lettres à un ami fraternel, Paris, Bayard, 2015, p. 38.

4  Borrmans, Maurice, n. 55, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 49.

5  Voir Borrmans, Maurice, « Témoignage » in de Chergé, Christian, op. cit., p. 9.

6  Borrmans, Maurice, n. 26, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 33.

7  Mérad, Ali, « Dialogue islamo-chrétien : pour la recherche d’un langage commun », Islamochristiana 1, 1975, p. 2.

8  Voir par exemple Galindo Aguilar, Emilio, « Cordoue, capitale califale du Dialogue islamo-chrétien », Islamochristiana 1, 1975, p. 103-114.

9  Voir par exemple Charfi, Abdelmajid, « Quelques réflexions sur la rencontre islamo-chrétienne de Tunis (11-17/11/1974) », Islamochristiana 1, 1975, p. 115-124.

10  Ce colloque du CERES eut pour thème « Conscience chrétienne et conscience musulmane aux prises avec les défis du développement ». Il fut organisé à l’initiative du directeur du CERES, Abdelwahab Boudhiba, diplômé des universités de Tunis et de Paris-Sorbonne. « On lui doit, entre autres publications, Criminalité et changement sociaux en Tunisie (1965), Public et justice (1971), À la recherche des normes perdues (1973), La sexualité en Islam (1975), L’imaginaire maghrébin (1977), Culture et société (1978) et Raison d’être (1980) », note *, p. 87, in Boudhiba, Abdelwahab, « L’avenir du dialogue islamo-chrétien », Islamochristiana 15, 1989, p. 87-93.

11  Ibid., p. 99.

12  Borrmans, Maurice, n. 80, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 66.

13  Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, Lettres à Maurice Borrmans (1967-2008), rassemblées et annotées par Maurice Borrmans, Marseille, Publications Chemins de Dialogue, 2016, p. 54.

14  Islamochristiana 2, 1976, p. 135-170. Quelques mots donneront le ton. La Délégation chrétienne, composée surtout de catholiques, est présidée par le cardinal Sergio Pignedoli, alors président du Secrétariat pour les non-chrétiens, assisté de Mgr Pietro Rossano, secrétaire général du même Secrétariat. La Délégation musulmane est présidée par M. Muḥammad Aḥmad Charif, ministre libyen de l’Éducation nationale. Quatre à cinq cents personnes se réunissent chaque jour dans le Théâtre de la Libération pour entendre un certain nombre de conférences, cinq jours durant. On note la présence inopinée et les interventions du Colonel Kadhafi dans l’après-midi du lundi, et surtout une finale de séminaire rendue complexe par des initiatives malencontreuses de la partie musulmane. Au cours de ce Séminaire, le P. Borrmans donne le mardi une conférence sous le titre de « Les bases doctrinales communes entre les deux religions et les points de rencontre dans les différents secteurs ». Nous avons accès à cette conférence dans sa version arabe dans Islamochristiana 2, 1976, p. ٢٤-١ et dans sa version française in Borrmans, Maurice, Dialoguer avec les musulmans ; une cause perdue ou une cause à gagner ?, Paris, Téqui, 2011, p. 131-156.

15  « Attitudes chrétiennes devant la présentation islamique de Jésus », Se Comprendre, série saumon, n° 145, 9 septembre 1977, 16 pages.

16 Jomier, Confidences islamo-chrétiennes, p. 106. Cette même lettre nous apprend que la santé du papa de Maurice Borrmans est préoccupante, et c’est l’occasion pour le P. Jomier d’écrire quelques lignes très fraternelles et très spirituelles au sujet des parents des consacrés. De fait, le 18 février 1978, le père de Maurice Borrmans décède. En écho à la mention du décès du père de Christian de Chergé en 1978, Maurice Borrmans écrit en note : « Mon père était effectivement mort à Lille le 18 février, je ne pus rejoindre ma famille que pour ses obsèques, à mon retour d’un périple au Sénégal et en Mauritanie où j’avais pu donner, en plusieurs villes, une même conférence qui reprenait les thèmes de Tripoli, d’où le titre « Chrétiens et musulmans ont-ils quelque chose à dire ou à faire ensemble dans le monde d’aujourd’hui ? », cf. Islamochristiana 4, 1978, p. 27-46.

17  Borrmans, Maurice, n. 49, in Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, p. 33.

18  Borrmans, Maurice, « Les “Journées Romaines” et le dialogue islamo-chrétien », Islamochristiana 30, 2004, p. 111-122.

19  Borrmans, Maurice, n. 227, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 167.

20 Déjà en 1980, une lettre de Christian de Chergé indique une perspective de changement de mission pour Maurice Borrmans. Citons-la pour sa valeur spirituelle et pour l’amitié profonde qu’elle manifeste. « Je suis assez pressé de savoir où tu vas atterrir après ce trimestre final à l’IPÉA [MB écrit en note : “Il était alors question de me permettre d’avoir deux ou trois années de service « à la base » en pays musulman, mais cela ne fut réalisable qu’en octobre 1981”]. Il paraît que ce serait à Dakar (?). Je suis sûr qu’il y aura pour toi et pour nous grand avantage à un retour à la base. Je comprends que tu aies vive conscience de ce qu’il faut lâcher. Mais je crois que c’est vital pour les services que tu dois continuer à nous rendre. Sans cela, tu courais le risque de t’enclore de plus en plus dans un contexte de dialogue dépassé ici ou là, et de rester accroché à des positions encore trop apologétiques. Mais aller de l’avant est source de souffrance même si on y retrouve l’inénarrable liberté de l’Esprit », lettre du 17 septembre 1980, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 156. Finalement Maurice Borrmans demeure à Rome et cette décision lui coûte, à en lire la lettre du P. Christian en date du 22 novembre 1980, où il parle du « martyr de Rome » et de sa « nuit du doute », de Chergé, Christian, Lettres à un ami fraternel, p. 158.

21  Borrmans, Maurice, n. 228, in de Chergé, Christian, op. cit., p. 171. Si le Dominicain Jomier évoque très peu le changement de mission du P. Borrmans, des expressions dans une lettre écrite par le Trappiste de Chergé, en date du 22 septembre 1981, montrent que l’acceptation de ce changement de cap ne fut pas du tout facile. « ... Je pense que le frère de 56 ans qu’on invite aujourd’hui à rompre certaines amarres, doit se laisser porter vers cet appel de l’Océan, malgré toute cette souffrance légitime et avec toutes ces questions qui demeurent quant au “Pourquoi ?” ou au “Comment ?” ..., les réponses à ces questions ne peuvent être, dans l’immédiat, que fragmentaires et à “courte-vue” », de Chergé, op. cit., p. 172. Christian de Chergé écrit encore : « Il [Henri Tessier] nous a commenté la feuille que tu nous as transmise et redit combien il admirait ta capacité d’adaptation et la qualité de votre effort de cet ensemble très bigarré. Il nous a aussi confié la réelle difficulté d’un travail d’équipe, et, peut-être, ta souffrance cachée d’être absorbé par tant d’urgences matérielles en paroisse avec le souci toujours présent de correspondre aussi à l’exceptionnelle situation du Bahrayn par rapport au berceau islamique », ibid., p. 177.

22  Nous le sentons en lisant Christian de Chergé qui écrit le 12 juin 1982 : « Je devinais un peu tout ce que tu m’écris au sujet de tes relations avec l’équipe capucino-franciscaine, et notamment son supérieur. C’est d’autant plus éprouvant que tu peux estimer être en dehors de ton chemin propre, incluant même celui de ton Institut qui pourtant t’a pressenti pour cet envoi. Il y a sûrement une raison providentielle sous toutes ces apparences, mais on ne la lira en clair que plus tard. Il est certain que l’obéissance, en pareil cas, reste notre référence ultime ; encore faut-il pouvoir l’ajuster aux exigences personnelles du Seigneur et à celles de l’Église locale. Peut-être aussi que le temps permettra une meilleure appréciation », ibid., p. 190. Le 13 février 1983, le même termine sa lettre ainsi : « Grand frère et “cheikh”, je t’embrasse pour chaque jour de l’année en te souhaitant le courage de l’exil et l’espérance de l’exode », ibid., p. 210.

23  Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, p. 164.

24  Voir par exemple Taylor, John B., « Christian-Muslim Dialogue (Colombo, Sri-Lanka, 30 March‒1 April 1982) », Islamochristiana 8, 1982, p. 201-225.

25  Voir les articles parus dans Islamochristiana et réunis sous le titre : « La IIIe rencontre islamo-chrétienne du CERES (Tunis-Carthage, 24-29 mai 1982) sur les droits de l’homme », Speight, Marston, « A Conference on Human Rights from the Faith Perspectives of Muslims and Christians », Islamochristiana 9, 1983, p. 161-167 ; Poulat, Émile, « Témoignage : analyse et profil d’un colloque », Islamochristiana 9, 1983, p. 169-174 ; Toulat, Pierre, « Témoignage : musulmans et chrétiens provoqués par les droits de l’homme », Islamochristiana 9, 1983, p. 175-179.

26  Voir les témoignages parus dans Islamochristiana, et réunis sous le titre : « La IVe rencontre islamo-chrétienne de Tunis (21-26 avril 1986) : “La spiritualité, exigence de notre temps” » avec les contributions de Brown, Stuart E., « A First Step in a Dialogue on Spirituality : Impressions of Conference », Islamochristiana 12, 1986, p. 169-176 ; Langan, Thomas, « Listening in ... », Islamochristiana 12, 1986, p. 177-179 ; Muḥammad ʿĀbid al-Ǧabrī, « Impressions et remarques (en arabe) », Islamochristiana 12, 1986, au-delà de la page 290.

27  Jomier, Jacques, Confidences islamo-chrétiennes, p. 235.

28  Ibid., p. 358.

29  Borrmans, Maurice, n. 561, in Jomier, Jacques, p. 375.

30  C’est de là qu’il vit l’actualité de l’Église, notamment, en 1996, dans la nuit du 26 au 27 mars, l’enlèvement des moines de Tibhirine, puis leur assassinat le 21 mai, suivi du décès du cardinal Duval, le 30 mai 1996, et de l’attentat perpétré le 1er août, contre Mgr Pierre Claverie et son chauffeur, Mohammed. C’est de là aussi qu’il publie, par exemple, en 1996, dans la collection « Jésus et Jésus-Christ », son Jésus et les musulmans aujourd’hui, qui sera complété et réédité en 2005. En 1998, il participe à la rédaction d’un numéro du Monde de la Bible intitulé « Le Coran et la Bible, aux sources de l’Islam », n°115, novembre-décembre 1998, Paris, Bayard Presse, p. 12-65.

31  Dans ces années, il publie par ex. les articles « Foi chrétienne et versets coraniques », Études, tome 399, 7, 2003, p. 59-71 ou « Regards coraniques sur les chrétiens », Études, tome 401, 12, 2004, p. 645-655 ; il publie aussi Jean-Mohammed Abd-el-Jalil, témoin du Coran et de l’Évangile, Paris, Le Cerf & Éd. franciscaines, 2004.

32  Jomier, op. cit., p. 493.

33  Ibid., p. 499.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Godlewski et Emmanuel Pisani, « Maurice Borrmans (22 octobre 1925-26 décembre 2017) », MIDÉO, 34 | 2019, 333-345.

Référence électronique

Gilles Godlewski et Emmanuel Pisani, « Maurice Borrmans (22 octobre 1925-26 décembre 2017) », MIDÉO [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 10 juin 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/mideo/2993

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals