Navigation – Plan du site
Recensions

Benmamoun, Elabbas, & Bassiouney, Reem (éd.), The Routledge Handbook of Arabic Linguistics

Jean Druel
p. 358-359
Référence(s) :

Benmamoun, Elabbas, & Bassiouney, Reem (éd.), The Routledge Handbook of Arabic Linguistics, Londres, New York, Routledge, 2018. xviii, 580 p., 26 × 18 cm, 175 £. ISBN 978-1-138-78333-1 (hardback). Appelé R, pour Routledge, ci-après. Diez, Martino, Introduzione alla lingua araba: origini, storia, attualità, Milan, Vita e Pensiero, 2018 (nouvelle édition, revue et augmentée ; 1re éd. 2012). xix, 283 p., 21 × 15 cm, 28 €. ISBN 978-88-343-3422-5 (paperback). Appelé D, pour Diez. Versteegh, Kees, The Arabic Language, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2014 (2e éd. ; 1re éd. 1997). xix, 410 p., 24 × 16 cm, 28 £. ISBN 978-0-7486-4527-5 (paperback). Appelé V, pour Versteegh. Traduction arabe, par Muḥammad al-Šarqāwī: al-Luġa al-ʿarabiyya, le Caire, al-Maǧlis al-Aʿlā li-l-Ṯaqāfa, 2003. 304 p., 25 × 18 cm, 16 EGP. Dépôt légal : 9292/2002. Owens, Jonathan (éd.), The Oxford Handbook of Arabic Linguistics, Oxford, Oxford University Press, 2013. xv, 596 p., 26 × 18 cm, 36 £. ISBN 978-0-1909-1280-2 (paperback). Appelé O, pour Oxford.

Texte intégral

1La publication en 2018 du manuel de linguistique arabe chez Routledge, cher, volumineux et signé par des auteurs en très grande partie inconnus ‒ du moins de nous !, nous donne l’occasion de faire une recension comparative des derniers ouvrages similaires parus durant les cinq dernières années. Les quatre ouvrages considérés ici diffèrent tout d’abord par le nombre de leurs contributeurs. Tandis que D et V sont des ouvrages individuels, R et O sont des collectifs, qui rassemblent respectivement 32 contributions par 35 auteurs différents (pour R), et 24 contributions par 28 ­auteurs différents (pour O). On retrouve seulement deux contributeurs à la fois dans R et O (Choueiri et Manfredi), quant à Benmamoun, il a contribué dans O et co-dirigé R. Une autre différence frappante entre les contributeurs de R et de O tient en ce que les premiers viennent d’horizons parfois très éloignés de la linguistique arabe (pédagogie de l’anglais, informatique, phonétique portugaise, littérature anglaise, ­neurosciences, sociolinguistique grecque, pédagogie de l’anglais…), alors que les contributeurs de O travaillent tous dans le domaine arabe, parfois depuis de nombreuses années.

2Si l’on compare maintenant les contributions elles-mêmes, O fait une large part à la tradition grammaticale médiévale et aux efforts des anciens pour analyser la langue (5 contributions sur 24) alors qu’aucune des 32 contributions de R n’aborde la période médiévale, tout au plus des incursions sont-elles faites dans ce qu’on peut connaître des variétés anciennes de l’arabe, mais avec des méthodes contemporaines d’analyse. Et de manière opposée, alors que 6 des 32 contributions de R abordent les questions idéologiques et politiques liées à la langue arabe, aucune contribution de O ne touche ces sujets.

3Pour les autres domaines abordés, on les retrouve dans les deux volumes : phonétique, phonologie, morphologie, syntaxe, dialectologie, apprentissage, code ­switching, abordées de manière plus théorique et introductive dans O et de manière plus ­expérimentale et « terrain » dans R. En d’autres termes, R fait la part belle à la ­sociolinguistique, définie de manière très large, et en interaction avec d’autres langues, alors que O s’en tient à une définition plus restreinte de la linguistique arabe. O est donc plus abordable et plus fondamental pour des étudiants débutants en linguistique arabe, historique et contemporaine, alors que R intéressera un public plus large, interdisciplinaire, qui souhaite comprendre comment la langue arabe et ses locuteurs se comportent aujourd’hui dans le paysage linguistique global.

4Le contenu de V et D est très différent des deux premiers ouvrages recensés ici : ces deux livres traitent en effet de l’histoire de la langue arabe, depuis les formes protosémitiques jusqu’aux dialectes, pidgins et créoles contemporains, en passant par les formes classiques et littéraires. Si un chapitre dans V (deux, dans D) est certes consacré à la tradition grammaticale arabe, le lecteur ne trouvera pas dans ces deux ouvrages d’analyses linguistiques contemporaines. Enfin, alors que V consacre plusieurs chapitres à la situation linguistique de l’arabe aujourd’hui ­(diglossie, contacts, pidgins, créoles, minorités…), D a des chapitres plus détaillés sur la structure ­morpho-phonologico-syntactique des langues sémitiques et sur l’arabe du Coran.

5Au final, ces quatre ouvrages permettent de se faire une bonne idée de la variété des champs d’études : histoire de la langue arabe, des origines à nos jours (V et D), histoire de la tradition grammaticale arabe médiévale (O, V et D), études des états anciens de la langue arabe avec des outils d’analyse contemporains (R et O), et analyses contemporaines sur la situation actuelle de la langue arabe, dans un cadre interdisciplinaire (R) ou non (O).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Druel, « Benmamoun, Elabbas, & Bassiouney, Reem (éd.), The Routledge Handbook of Arabic Linguistics », MIDÉO, 34 | 2019, 358-359.

Référence électronique

Jean Druel, « Benmamoun, Elabbas, & Bassiouney, Reem (éd.), The Routledge Handbook of Arabic Linguistics », MIDÉO [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 10 juin 2019, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mideo/4524

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals